25/01/05 (B282) Grand embarras au Quai d’Orsay, qui reconnaît l’expulsion des six coopérants par mesure de rétorsion, mais qui refuse de répondre aux journalistes.

(Quelle est la réaction
de la France à l’expulsion de six coopérants
français de Djibouti et à la coupure des relais de RFI à
Djibouti ?)
Je vous confirme
que les autorités djiboutiennes ont effectivement demandé le
retour en France de six de nos coopérants.

Cette demande est liée
au déroulement d’une procédure judiciaire actuellement en cours
en France. Vous savez que nous ne commentons pas ces affaires.

(Est-ce que cette demande
signifie une mesure de rétorsion des autorités
djiboutiennes ? Pouvez-vous préciser ce que vous voulez dire par « liée
au déroulement d’une procédure judiciaire » ? Ces coopérants
sont-ils
mêlés à cette affaire ?)
Comme je viens de vous le dire, je ne souhaite pas faire plus de commentaires
à ce stade.

_________________________________________ Note de l’ARDHD

Curieux, car si l’expulsion
des coopérants est directement liée à une affaire pénale
en cours d’instruction, elle n’est pas en soi une décision de justice
et le Quai d’Orsay pourrait s’exprimer, sans pour cela commenter une décision
de Justice.

Mais quand on est dans
l’embarras, il faut souvent mieux se taire ….

20/04/04 (B243) Dans la déclaration hebdomadaire, le quai d’Orsay envoie (une nouvelle fois ?) un message d’espoir à Guelleh, que la diplomatie française n’a jamais cessé se soutenir.

___________________________
Note de l’ARDHD

La France a toujours accordé un soutien sans faille et une immunité
permanente à Guelleh. Aujourd’hui elle persiste et signe.

En dépit du sordide
et de l’inadmissible (le meurtre d’un magistrat français en exercice)
le Gouvernement français dégage en touche et montre sa bonne
volonté pour passer l’éponge. Heureusement que la magistrate
française Sophie Clément semble convaincu de poursuivre son
instruction pour parvenir à la vérité que l’on a tenté
de cacher pendant de nombreuses années à la veuve du Juge et
à ses enfants.

___________________________
Communiqué du quai d’Orsay

7 – DJIBOUTI

‘Je vous rappelle la déclaration
conjointe des porte-paroles du ministère des Affaires étrangères
et du ministère de la Défense, faite ce matin :

Début de citation :  »Dans le cadre de l’enquête en cours
sur le décès du Juge BORREL, des documents classifiés
 »secret-défense » ont récemment fait l’objet d’une décision
de déclassification. Cette mesure avait été demandée
par les autorités de Djibouti elles-mêmes. Elle a permis de verser
ces documents au dossier d’instruction.

Contrairement aux affirmations avancées par divers organes de presse,
rien dans ces documents ne permet de conclure à la mise en cause des
autorités djiboutiennes.

Toute autre déclaration n’est pas conforme à la réalité. »