05/04/05 (B292B) Couper l’électricité le 8 avril pour que les Djiboutiens aillent voter !! Une nouvelle idée géniale de Guelleh. Les américains envoient les émissaires de Guelleh sur les roses !(Lecteur)

Coupure d’électricité
pour encourager les électeurs récalcitrants.

Selon des sources très fiable, l’electricité devrait être
coupée le jour du scrutin pour obliger les gens à se réveiller
et àse rendre aux urnes.

Comment le régime
peut-il annoncer des pourcentages importants de retrait de Cartes d’électeur
?
Les Associations « maison » retirent les cartes d’électeur
au Commissariat et elles les distribuent dans les quartiers. Le problème
c’est que le regime, comme lors de chaque élection, offre de l’argent
à ces Associations. Ces Associations listent les noms sur des chiffons
de papier et elles font des signatures bidons pour recevoir la somme. Le résultat,
c’est que les cartes quittent bien les caisses du Commissariat, mais qu’on
les retrouve par paquets entiers dans les poubelles. Eh oui ! tous les moyens
sont bons pour atteindre son but, mais parfois on tape à côté
de la cible.

IOG ne fait pas campagne
en proposant ses mensonges mais il demande de participer au scrutin et il
injurie l’UAD qui a lancé un ordre de Boycott.

Les Américains
refusent d’apporter un concours à la campagne d’IOG.
Samedi dernier, le directeur du cabinet d’IOG voulait faire campagne devant
la base américaine. Il avait fait installer une tribune et le matin
il s’est permis de demander aux Américains d’obliger leurs employés
à sortir du camp et à écouter les mensonges de l’UMP.

Heureusement l’oncle SAM
a refusé et en plus, il l’a obligé à quitter le lieu
sous trente minutes. Aujourd’hui l’agent du pays Yacin en personne, le chef
de l’Etat-Major de l’Armée djiboutienne et le Directeur de la Police
nationale se sont rendus à la base américaine pour demander
des explications concernant le renvoi des propagandistes de Guelleh.

Les marines qui surveillaient
les portes leur ont fermement (mais aimablement ?) conseillé de se
rendre à l’Ambassade en respectant le protocole. Yacin est retourné
et il est revenu, accompagné du Chargé d’affaires de l’Ambassade.
Une longue discusion s’est déroulée et il semble que les « autoritées »
djiboutiennes n’aient pas obtenu gain de cause.

Comme quoi les américains,
comme l’écrit depuis longtemps, le site de l’ARDHD, considérent
Guelleh comme un pantin. Ils se servent de lui, ils le payent, mais ils dirigent
en échange et il n’a rien à dire ….

05/04/05 (B292B) UGUTA – TOOSA : appel au boycott du scrutin présidentiel.

Reims (France),
le 3 avril 2005

NON AU SCRUTIN PRESIDENTIEL
ORGANISE LE 5 AVRIL 2005
NON A LA DICTATURE
NON A L’AUTOCRATIE
Notre parti politique
Uguta (Toosa) – Uguta en afar et Toosa en somali – prône l’instauration
d’une véritable démocratie dans notre pays, une démocratie
fondée sur le multipartisme qui intègre à la fois nos
valeurs politiques, nos traditions et nos coutumes en matière de respect
de l’individu et des groupements humains.


Comme vous le savez, toute l’opposition djiboutienne a appelé au boycott
du scrutin présidentiel prévu pour le 8 avril 2005. Notre parti
a, dès sa création, décidé de boycotter les élections
électorales à cause :

– de l’absence des libertés
fondamentales dans notre pays : aucun individu ne peut parler librement, encore
moins critiquer le pouvoir en place ;
– du bâillonnement des partis d’opposition qui n’ont pas la possibilité
de diffuser librement leurs organes de presse internes ;
– du monopole exclusif exercé par l’ancien parti unique (RPP) sur les
médias nationaux (journal La Nation et la RTD) : ce qui constitue un
déni grave de libertés d’expression puisque l’opposition n’a
pas accès à ces médias;
– du constant quant à l’impossibilité pour les partis d’opposition
d’assurer, par leur intervention, le bon fonctionnement d’une société
tolérante et démocratique ;
– des pratiques de violence, d’intimidation, de corruption et de licenciement
abusif du régime politique installé dans notre pays ;
– de la dictature qui a fait le lit de la pauvreté, de la misère
et de l’analphabétisme ; et un chef d’Etat, Ismaël Omar Guelleh,
irresponsable, corrupteur et corrompu.


Ali Coubba, écrivain
et Président d’Uguta
Uguta (Toosa) demande
à ses militants et à ses sympathisants de ne pas prendre
part à cette élection électorale. Il s’agit d’une
simple farce, d’une mascarade qui consiste à plébisciter
un dictateur qui a déjà ruiné notre pays.

Uguta (Toosa) appelle à ses militants et à ses sympathisants
à soutenir les démarches politiques de l’U.A.D., et de diffuser
les informations publiées sur notre site.

05/04/05 (B292B) UGUTA – TOOSA : Communiqué de presse, concernant les arrestations de militants à Tadjourah.

Arrestation des membres
de l’opposition
djiboutienne
à Tadjoura

(Mardi le 05 avril 2005)

Nous venons d’apprendre
qu’il y a eu des échauffourées à Tadjoura et à
Obock, deux villes situées au nord de la République de Djibouti.
Les forces de l’ordre sont sur les nerfs, elles veulent, coûte que coûte,
empêcher la mobilisation de la population civile ou des sympathisants
de l’Opposition, qui transmettent le mot d’ordre pour le boycott du scrutin
présidentiel du 8 avril 2005.

Ce matin, un certain nombre
de militants de l’opposition, qui avaient été libérés
après avoir fait l’objet d’arrestation arbitraire de l’Etat, viennent
de nouveau d’être arrêtés. Nous sont parvenus les noms
suivants :

– Mlle Fatto Omar
– Habib Houmad Abdallah
– Bourhan Abdoulkader
« Babbiyyou »
– Abbas Mohamed
Osman
– Hassan « Dalga »
– Aden Mohamed Abbakari

L’evènement a pris
une nouvelle tournure puisque, parmi les partisans de l’opposition arrêtés,
quatre ont été transférés sur Djibouti-ville :
Fatto Omar, Habib Houmad, Bourhan Abdoulkader « Babbiyyou », Abbas
Mohamed Otban. Ce dernier, séparé de ses camarades, ferait l’objet
d’une interrogation musclée à la Brigade criminelle de Djibouti-ville.

En attente d’être
transférés à Djibouti-ville, Hassan « Dalga »
et Aden Mohamed Abbakari (dit Adan  » Mourriita « ) seraient gardés
à la prison de Tadjoura.

Il s’agit de la nième
violation et d’intimidation de la part d’un pouvoir désarçonné
par le boycott organisé par l’ensemble de l’opposition djiboutienne.
Les autorités djiboutiennes provoquent des tensions pour pouvoir justifier
par la suite les répressions contre les opposants.

Responsable
 » Information et Presse  » Uguta (Toosa)
Houmed DAOUD

 

05/04/05 (B292B) ADD – Communiqué concernant les provocations commises contre le régime à l’encontre des opposants et des résistants du FRUD.

COMMUNIQUE

DE L’ASSOCIATION POUR LA DEMOCRATIE ET LE DEVELOPPEMENT


Paris le 3 Avril 2005


La campagne pour l’élection présidentielle a commencé
d’une manière sanglante dans la région d’Obock : l’armée
a tuée le 31 Mars 2005, deux personnes accusées d’appartenir
au Front pour la Restauration de l’Unité et la Démocratie à
Indaï (une trentaine de kilomètres d’Obock).3 autres personnes
soupçonnées d’appartenir au FRUD ont été arrêtés
et sont toujours détenues dans la caserne d’Obock.

Le pouvoir de Djibouti
a-t-il décidé de relancer la guerre contre le FRUD, violant
ainsi une trêve observée par le FRUD et l’armée djiboutienne
depuis Février 2000 ?

Ismael Omar Guelleh a
préféré terminer son mandat dans le sang comme il l’avait
commencé le 27 Avril 1999 en faisant assassiner par l’armée
3 civils dans la région d’Obock.

L’ADD est étonnée
par le mutisme des partis légalisés coalisés au sein
de l’U.A.D.

Cette répression
n’augure rien de bon pour la population djiboutienne. C’est un avant goût
de ce que sera le régime de ce dictateur si par malheur il obtient
un deuxième mandat. C’est la raison pour lequel tous les secteurs et
toutes les catégories de la population, y compris la parentèle
d’Ismael Omar Guelleh ont intérêt à barrer la route à
ce dangereux aventurier.

Contact : ADD-Djibouti@hotmail.fr

Téléphone : 06 25 31 43 77

03/04/05 (B292A) Affiches électorales pour Guelleh – deux projets (Humour)

A
partir d’une affiche électorale qui est diffusée au Canada, l’humouriste
a travaillé sérieusement ….. et nous le remercions (Source GED)

Pour
télécharger l’original en taille normale (95 Ko)
cliquez
ici

Rappel
des autres projets qui ont été proposés par l’ARDHD,
il y a quelques semaines :

Télécharger,
imprimez et diffusez largement ! (148Ko)

03/04/05 (B292A) Appel d’Abdourahman A. Waberi (Ecrivain) à participer à la manifestation devant l’Ambassade de Djibouti à Paris le 8 avril 2005

Chers
amis

L’ensemble
de l’opposition djiboutienne organise un rassemblement devant l’ambassade
de Djibouti à Paris le vendredi 8 avril 2005 de 09 H à 17 H, le
jour même où le président Ismaël Omar Guelleh se succédera
à lui-même puisque l’opposition a décidé de boycotter
cette mascarade électorale.

Je
serais à Paris avec les représentants de l’opposition, notamment
Mr Daher Ahmed Farah, président du MRD ou Mr Maki Houmed Gaba (de l’ARD
de feu Ahmed Dini). Vous êtes les bienvenus pour se joindre à nous.

Vous pouvez également
faire circuler cette information, l’envoyer à toute personne intéressée.

Merci infiniment
de votre aide et de votre participation.

Abdourahman
A. Waberi

 

02/04/05 (B292) COMMUNIQUE de l’UAD : début de l’arrestation des opposants …

Union
pour l’Alternance Démocratique

– U.A.D – (A.R.D, U.D.J, M.R.D)

Djibouti,
le 2 avril 2005


COMMUNIQUE
DE PRESSE


Devant
le constat de son impopularité grandissante et de plus en plus visible
au grand jour, le régime poursuit sa chasse à tous les militants
de l’opposition.

L’immense
succès populaire du meeting tenu par l’UAD hier à l’avenue Nasser,
ainsi que le boycott actif de la population de Tadjourah lors de la visite du
candidat solitaire (sur fond d’arrestations arbitraires auxquelles fait référence
notre communiqué de ce matin), c’est au tour des cadres de l’UDJ de subir
l’hystérie répressive

Ainsi,
ont été arrêtés cet après-midi du samedi 2 avril
2005 par la police politique

MM.

– Awad Robleh
– Abdi Osman Nour, dit Indha-Bour.

L’UAD

– Condamne
énergiquement ces actes répressifs et met en garde le régime
en place contre toute mesure susceptible de troubler l’ordre public :


Exige la libération immédiate et inconditionnelle de tous ses cadres
et militants ;


Lance un appel pressant à l’opinion nationale et internationale afin qu’elle
condamne ces abus inqualifiables et qu’elle fasse pression sur le régime
pour que soit évité le dérapage que ces répressions
ne manqueront pas d’entraîner, eu égard à la soif de liberté
et de démocratie qui anime le Peuple djiboutien déjà traumatisé
par les fraudes électorales du 10 janvier 2003.

01/04/05 (B292A) L’ARD en France appelle au Sit-in du Vendredi 8 avril 2005 devant l’ambassade de Djibouti à Paris.

L’Alliance
républicaine pour le développement (ARD) en France appelle à
une participation massive au Sit-in prévu devant l’ambassade de la
république de Djibouti à Paris, le vendredi 8 avril 2005 de 9h30
à 17h30, pour dénoncer la mascarade électorale tramée
le même jour à Djibouti.

Ismaël
Omar Guelleh, candidat à sa propre succession, fait face à un boycott
unanime des partis de l’opposition djiboutienne, légalisée
ou non légalisée, nationale ou exilée, à l’endroit
de son manège à parti unique. La
société civile djiboutienne n’est pas en reste, des citoyens
renommés ayant conçu une Pétition
nationale
pour relayer l’appel de l’opposition nationale.

Le Sit-in de Paris réunira
les forces vives de la diaspora africaine ainsi que de nombreuses organisations
citoyennes du monde, attachées à la défense des droits de
l’homme et de la transparence électorale. Car notre pays ne laisse
plus personne indifférent dans le monde francophone, depuis l’exposé
monumental de ses travers dans la Françafrique de François-Xavier
Vershave, Président de l’association Survie.

L’Union
pour l’alternance démocratique (UAD) est décidée à
porter haut et fort la parole des citoyens djiboutiens abusés vingt huit
ans durant par le pouvoir dictatorial des Gouled & Guelleh.


Paris, le 31 mars 2005

Maki
Houmedgaba

www.ard-djibouti.org