07/07/11 (B611) Le journal de la Flibuste. Un tanker en feu dans le Golfe d’Aden, après avoir essuyé des tirs de roquette de pirates

_______________________ 1 – Mer et Marine

En feu, le Brillante Virtuoso, un pétrolier de 144.000 tonnes de port en lourd, a été abandonné par son équipage hier, dans le golfe d’Aden.

Au petit matin, les marins de ce navire immatriculé au Libéria avaient envoyé un appel de détresse, expliquant qu’ils pensaient faire l’objet d’une tentative d’abordage de pirates. Venant de Suez, le Brillante Virtuoso naviguait alors vers l’Est et se trouvait à une vingtaine de milles au Sud-Ouest du port yéménite d’Aden. Peu après l’attaque présumée, le pétrolier reportait un feu sur l’arrière et, l’incendie étant selon les marins hors de contrôle, la décision a été prise d’abandonner le navire.

Répondant à l’appel de détresse, le croiseur américain USS Philippine Sea a rejoint la zone. N’observant pas de pirates dans les environs, le bâtiment a concentré son action sur le sauvetage de l’équipage, qui a pris place dans un radeau de survie. Au moins un des marins a été récupéré à l’eau par un semi-rigide du croiseur américain.

L’embarcation de survie a ensuite été éloignée du tanker pour se mettre à distance de sécurité et rejoindre l’USS Philippine Sea, resté à l’écart. Un comptage réalisé en lien avec l’exploitant du navire, la compagnie grecque Central Mare, a permis de s’assurer que les 26 marins philippins présents sur le Brillante Virtuoso étaient bien là, sains et saufs.

D’après l’armateur, l’incendie a été déclenché par un tir de roquette (arme fréquemment utilisée par les pirates) ayant touché les locaux vie du navire.

Long de 294 mètres, le Brilliante Virtuoso, construit en 1992, acheminait vers la Chine une cargaison de pétrole chargée en Ukraine. En plus des moyens américains, deux remorqueurs, vraisemblablement partis d’Aden, ont été dépêchés sur zone pour combattre le sinistre et sauver le tanker.

25/01/10 (B535) Le journal de la Flibuste (1 article en Français)

___________________________ 1 – Mer et Marine

La frégate Surcouf escorte un navire entre Mogadiscio et Mombasa

La frégate légère furtive Surcouf a escorté, du 17 au 20 janvier, un cargo affrété par la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM). Le bâtiment français a assuré la protection de l’Alpha Karawira entre Mogadiscio et Mombasa, dissuadant ainsi d’éventuelles attaques de pirates contre le caboteur.

« Les trois jours se sont passés sans incident, les membres d’équipage du Surcouf restant vigilants et prêts à faire face à une possible menace durant le transit », explique l’état-major de l’EU NAVFOR. Le Surcouf intervenait dans le cadre de la mission européenne Atalante. En dehors de la protection du trafic maritime dans le golfe d’Aden et plus largement au nord de l’océan Indien, la force navale de l’UE est aussi en charge de l’escorte des cargos du Programme Alimentaire Mondial (PAM) et de l’AMISOM se rendant en Somalie.

Le 29 novembre dernier, c’est la frégate belge Louis Marie qui avait accompagné l’Alpha Karawira entre le port kényan de Mombasa et la capitale somalienne.

28/09/09 (B518) Le journal de la Flibuste (1 article en Français)

_____________________________ 1 – Mer et Marine

Piraterie : Attaque sanglante d’un cargo devant le port de Mogadiscio

En provenance de Dubaï, le cargo Barwaqo a été attaqué jeudi dernier, alors qu’il entrait dans le port somalien de Mogadiscio. Une fusillade a éclaté au moment de l’assaut, faisant un mort (le capitaine syrien) et deux blessés au sein de l’équipage.

L’intervention de la police somalienne a empêché que le bateau soit détourné, mais les pirates sont parvenus à prendre la fuite. Le Barwaqo n’était pas un navire du Programme Alimentaire Mondial, dont les convois sont désormais escortés par des bâtiments militaires. Il avait été affrété par des commerçants somaliens.

05/03/09 (B488) Le journal de la Flibuste (1 article en Français)

______________________________ Mer et Marine

Lutte contre la piraterie : Pas de déploiement d’AWACS en vue

Contrairement à ce que laissait entendre ces derniers temps la rumeur, un déploiement d’avion radar dans l’océan Indien ne serait pas à l’ordre du jour. Le désir de l’armée de l’Air d’envoyer un AWACS effectué de la lutte contre la piraterie avait, en effet, été évoqué dans la presse écrite. Seulement voilà, à l’Etat-Major des Armées (EMA), on ne trouve aucune trace d’un tel projet et on précise que ce type d’avion ne serait d’ailleurs pas forcément très adapté à une telle mission.

« Les AWACS sont par exemple utilisés dans la lutte contre le narcotrafic, leurs équipements permettant de détecter des mobiles rapides. Or, en océan Indien, le problème n’est pas de détecter des embarcations rapides, mais d’identifier les bateaux pouvant servir aux pirates ». L’argument d’une identification par AIS avait bien été avancé, mais en océan Indien, une multitude d’embarcation n’en sont pas équipées, à commencer par les centaines de pêcheurs qui travaillent au large de la corne d’Afrique.

Pour l’appui aérien dans la lutte contre la piraterie, l’emploi d’avions de patrouille maritime, comme les Atlantique 2 de l’aéronautique navale, semble donc plus pertinent. Bénéficiant d’une grande autonomie, ils disposent d’importants équipements de détection, notamment une caméra infrarouge, et peuvent réaliser des survols à basse altitude. L’un de ces avions appuie d’ailleurs régulièrement, à partir de Djibouti, la force européenne de lutte contre la piraterie.

14/11/07 (B421) MER ET MARINE : Somalie : La marine débutera en fin de semaine l’escorte des cargos du PAM

La Marine nationale débutera, en fin de semaine, une mission de protection de l’aide humanitaire acheminée entre le Kenya et la Somalie. L’aviso Commandant Ducuing devrait appareiller de Mombasa vendredi ou samedi, a-t-on appris de source militaire. Le bâtiment français accompagnera le cargo M/V Rozen, affrété par le Programme Alimentaire Mondial (PAM). Sa présence doit permettre de dissuader les pirates de détourner le navire marchand et de prendre en otage son équipage. Battant pavillon de Saint-Vincent et Grenadines, le M/V Rozen a déjà connu cette situation. En février dernier, il avait été attaqué au large de la Somalie alors qu’il transportait 1800 tonnes de vivres à destination du Puntland, une région semi-autonome du nord-est de la Somalie.

Le PM L’Her appareille de Brest pour rejoindre l’océan Indien

Face à la recrudescence des actes de piraterie au large de la corne d’Afrique, la France a proposé aux Nations Unies d’assurer, durant deux mois, l’escorte des convois du PAM. Le Cdt Ducuing avait appareillé le 15 octobre de Toulon pour assurer cette mission. En attendant que les différents accords diplomatiques soient signés, l’aviso a été intégré à la TF 150, qui assure la lutte contre le terrorisme au nord de l’océan Indien. Un autre aviso, le Premier Maître L’Her, le remplacera au sein de cette force multinationale. Ce bâtiment vient de quitter Brest, alors que la frégate Guépratte est partie de Toulon lundi pour remplacer le La Motte-Picquet au sein de la Task Force 150.

Un marin du tanker japonais Golden Nori échappe aux pirates

En dehors des cargos chargés d’aide humanitaire, les pirates s’en prennent également aux navires marchands croisant au large de la Somalie. Ainsi, le mois dernier, un vraquier nord-coréen et un tanker japonais ont été pris d’assaut. Si les Nord-Coréens sont parvenus, avec l’aide de l’US Navy, à reprendre le contrôle de leur bateau, le Golden Nori, armé par 23 marins sud-coréens, philippins et birmans, est toujours aux mains des pirates. L’un des membres d’équipage est, toutefois, parvenu à s’échapper. Cet homme est resté en mer durant deux jours avant d’être secouru. En plus du citernier japonais, quatre autres bateaux au moins seraient retenus le long des côtes somaliennes.

15/10/07 (B417) MER et MARINE : Somalie : La France se prépare à escorter les convois du PAM

La France prépare l’envoi d’un bâtiment militaire destiné à protéger les navires chargés d’acheminer en Somalie les aides du Programme Alimentaire Mondial. Cette unité, aviso ou frégate, devrait être en mesure d’escorter, au début du mois de novembre, les premiers convois humanitaires partant de Mombasa, au Kenya.

Ce déploiement vise à dissuader les pirates opérant au large de la Somalie de s’en prendre aux navires marchands. Le 25 septembre, au siège des Nations Unies, à New York, Nicolas Sarkozy avait souhaité « réagir devant la recrudescence des actes de piraterie maritime au large des côtes somaliennes ».

Le Président de la République avait indiqué que la France était disposée « à assurer, par des moyens militaires navals et pour une durée de deux mois, la sécurisation de l’aide délivrée par le Programme alimentaire mondial en Somalie ».

Pour assurer cette mission d’escorte, un bâtiment de la Marine nationale quittera prochainement la métropole.

Depuis trois ans, de nombreux bateaux de commerce croisant devant la Somalie ont été la cible des pirates, qu’ils opèrent ou non pour le compte du PAM. Plusieurs navires kenyans chargés de faire parvenir des vivres en Somalie ont, notamment, été retenus avec leurs équipages durant de longs mois.

Systématiquement, les ravisseurs menaçent d’abattre leurs otages si aucune rançon n’ést payée.

Si les marins danois du cargo Danica White, détourné en juin, ont finalement été relâchés, les 24 membres équipage de deux bateaux sud-coréens pris en mai dernier sont toujours retenus par les pirates.

Vendredi dernier, l’un d’eux a lancé un appel à l’aide pour que leur rançon soit payée, affirmant qu’ils étaient victimes de mauvais traitements.

11/10/07 (B416) MER ET MARINE : Somalie : Opération de sauvetage pour le thonier français Takamaka, dans la plus grande discrétion pour éviter une attaque des pirates somaliens

Le thonier senneur Takamaka, de la Sapmer, s’est retrouvé dans une situation très délicate, alors qu’il dérivait devant les côtes somaliennes, une zone infestée par les pirates. Opérant en océan Indien, le grand navire de pêche français, long de 70 mètres, a été victime d’une avarie de propulsion, son hélice étant prise dans un filet de pêche.

Le 28 septembre, le Takamaka et la trentaine de pêcheurs constituant son équipage se situaient à 200 nautiques au large de la Somalie. Alertée par la Marine nationale, qui ne disposait d’aucun bâtiment dans le secteur, l’US Navy a immédiatement détaché l’USS Stout.

Ce destroyer était déployé au sein de la TF 150, la force maritime internationale chargée de la lutte contre le terrorisme et les trafics au nord de l’océan Indien. Après avoir rejoint la zone dans la nuit du 28 au 29 septembre, le Stout a assuré l’escorte du Takamaka, pris en remorque par un autre thonier de la Sapmer, le Titan.

Le convoi a mis le cap sur les Seychelles sous la garde du destroyer américain. Une fois hors de portée d’une éventuelle attaque, les deux bateaux de pêches ont poursuivi seuls leur route le 30 septembre.

Cette intervention, menée dans la plus grande discrétion, a permis d’éviter que le Takamaka ne tombe aux mains des pirates, nombreux dans cette zone et opérant de plus en plus loin du littoral somalien.

Ainsi, le 2 juin dernier, le cargo danois Danica White avait été détourné alors qu’il se situait à plus de 240 nautiques des côtes. Face à cette menace, les flottes internationales, notamment la Marine nationale, maintiennent une présence au large de la Corne d’Afrique. En 2006, la frégate Courbet avait ainsi mis en fuite des pirates qui tentaient d’aborder un vraquier turc. « Cet événement rappelle la pertinence du dispositif français en Océan Indien.

La présence de capacités de la Marine nationale, et tout particulièrement de frégates, est nécessaire pour assurer la protection des intérêts français dans une zone sensible. Cette présence est aussi un atout pour les relations multinationales en Océan Indien », souligne la marine française.

Construit en 1981, le Takamaka est un ancien thonier senneur de Concarneau. Armé par la Cobrecaf sous le nom de Kersaint de Coetnempren, ce navire a été vendu en janvier 2007 à la Société Anonyme de Pêche Maritime et de Ravitaillement (SAPMER). Long de 70.5 mètres pour une largeur de 12.82 mètres et une jauge de 1600 gt, il affiche une puissance de 2649 kW. Le Takamaka est opéré depuis les Seychelles, tout comme le Titan. Ce dernier, ex-Huon de Kermadec, a été cédé par la Cobrecaf à Sapmer en octobre 2006.

27/08/07 (B410) Mer et Marine / Danemark : Soulagement après la libération des marins du cargo Danica White

C’est le soulagement, au Danemark, après la libération des cinq marins du cargo Danica White, détourné le 2 juin par des pirates au large de la Somalie. L’aviso français Commandant Blaison a assisté le navire de commerce et assuré sa protection lors de la sortie des eaux territoriales somaliennes, le 22 août. Selon la Marine nationale, dont le bâtiment a escorté le cargo jusqu’à Djibouti, l’équipage danois est en bonne santé.

Les cinq marins étaient retenus depuis deux mois dans un camp de pirates somaliens, qui avaient menacé de les exécuter si une aucune rançon n’était payée. Appartenant à l’armement danois H. Folmer & Co, le Danica White avait été capturé très loin de la côte, à plus de 200 milles au large, alors qu’il transportait du matériel de construction entre Dubai et le Kenya.

Après de longues négociations, les marins européens ont donc été libérés. A la demande du Danemark, la France a apporté son soutien afin d’assurer leur protection. Cette opération a été préparée dans le cadre de la Task Force 150, force maritime internationale chargée de la lutte contre le terrorisme dans le nord de l’océan Indien. En juin dernier, les navires de la TF 150 n’étaient pas parvenus à secourir le Danica White avant que celui-ci n’atteigne les eaux territoriales somaliennes.

Pays riverain de cette région au travers de la Réunion, Mayotte et les îles Eparses, la France dispose, en permanence, de forces maritimes dans le secteur : « La protection des navires et la lutte contre la piraterie sont des missions des forces françaises placées sous le commandement de l’amiral commandant la zone maritime de l’Océan indien (ALINDIEN). Cette action illustre la solidarité européenne et celle des gens de mer », souligne la Marine nationale.

Après le secteur du détroit de Malacca, la corne d’Afrique est considérée comme la région la plus infestée par les pirates. De nombreux vraquiers ont été capturés ces dernières années au large de la Somalie, une zone particulièrement difficile à surveiller.