13/03/2012 (B647) Les victimes du Prince des Noisettes, (pardon !) de Mohamed Moussa Chehem – ancien ambassadeur de Djibouti en Belgique, dont les frasques et les violences sont bien connues – s’organisent au sein d’une association, pour mettre en échec son projet d’établissement en Belgique. (Article illustré le 14/03 à 17h00 CET avec une caricature de Roger Picon)

L’Association des victimes de Mohamed Moussa Chehem invite toute personne ayant fait l’objet de mesures arbitraires de la part de ce serviteur zélé de la dictature en place à Djibouti depuis 1977 à nous contacter à cette adresse mail : maskinicakki@yahoo.fr .

Par cet appel notre association vise à boucler la liste des victimes en vue de déposer une plainte contre Monsieur Mohamed Moussa Chehem pour « atteinte à la dignité de la personne humaine » au cas où celui-ci verrait son séjour régularisé en Belgique malgré notre protestation.

Le président de l’AVMC
MASAKINTICAKKI

___________________________________ Note de l’ARDHD

Pour celles et ceux qui aimeraient retracer les frasques, les injustices et les violences commises par ce haut dignitaire de la dictature, nous leur rappelons qu’ils peuvent consulter le dossier que l’ARDHD a réuni depuis plus de dix années.

http://www.ardhd.org/moussa.asp

01/02/2012 (B641) Courrier des lecteurs : la fête est finie pour le Prince des noisettes …

_____________________________ Note de l’ARDHD

Après avoir régné en tyran durant de nombreuses années sur l’Ambassade de Djibouti à Bruxelles où il a exercé ses talents d’espion pour le SDS, de boxeur de chauffeur, où il a usé de son pouvoir impitoyable contre ses concitoyens et qu’il a opposé son arrogance insoutenable vis à vis des autorités belges et des corps constitués, Med Moussa Chehem a enfin été limogé par son patron.

Certes, il devrait avoir amassé un joli paquet d’argent, sur le dos du Trésor djiboutien et des malheureux qui avaient besoin d’un document ou d’une recommandation, ne faisant qu’imiter ses maîtres à Djibouti. Le voilà au chômage aujourd’hui.


En principe un Ambassadeur qui perd son poste, doit rentrer dans son pays. Eh bien, il semble, d’après ces lecteurs qui nous envoient l’information, que ce ne serait pas son cas et qu’il préférerait rester à Bruxelles pour continuer sa vie, que certains observateurs, qualifiaient autrefois de « débauche ». Ce qui lui avait valu l’ouverture d’un dossier sur notre site, que chacun peut consulter avec ce lien : « dérives à l’ambassade de Bruxelles » .

Si elles nous demandaient un avis, nous ne pourrions que recommander aux autorités belges d’opposer une fin de non recevoir à la demande de séjour déposé par cet homme sulfureux, qui a bafoué la justice belge et toutes les institutions internationales. Une claque qui pourrait être bien méritée et qui tomberait à point nommé après celle qu’il a déjà reçue lors du dernier sommet du FAO.

Rappelons qu’il est un membre influent de l’Ordre des Brosses à Reluire où il a été coopté à deux reprises : première citation du 27/09/2002 : « Flagorneur inconsistant », deuxième citation du 02/03/2004 « Grand manipulateur » .

Voici comment il qualifiait (en 2002) les réfugiés djiboutiens : « La vérité est que les soi-disant opposants djiboutiens en exil ne sont que des réfugiés économiques. Ils sont désœuvrés et essaient de se donner de l’importance en accusant leur propre pays de tous les maux… » . Est-il passé de l’autre côté de la barrière et pense-t-il que cette description « visionnaire », puisse s’appliquer désormais à sa situtation ?

_________________________________ (Par Kassina)

L’ex-ambassadeur de Djibouti en Belgique Monsieur Mohamed Moussa Chehem serait-il jugé persona non grata à l’Office des Etrangers ? (par Kassisna)

Décidemment le compte à rebours a commencé pour l’ex-Ambassadeur de Djibouti en Belgique, Mohamed Moussa Chehem.

En effet, après avoir écopé de lourdes sanctions pécuniaires pour avoir transgressé le droit du travail Belge en matière de licenciement des contractuels, puis expulsé manu militari du dernier sommet de FAO, le voilà le pauvre homme livré à un supplice de tantale au guichet de l’Office des Etrangers à Bruxelles où il ne serait guère plus en odeur de sainteté.

Et pour cause, l’ex-ambassadeur serait connu à l’Office des Etrangers comme « son excellence arrogant » qui traite sans égard ses partenaires dans les correspondances administratives qu’il conclue souvent par cette formule piquante à servir dans toutes les sauces : « La République de Djibouti est un Etat souverain qui n’a des leçons à recevoir de personne … » CQFD.

En observant un silence prolongé face à la demande de titre de séjour déposée par Moussa Chehem ,l’autorité compétente en la matière semble lui signifier qu’une personne qui bafoue les lois du Royaume n’est pas la bienvenue en Belgique.

La diaspora djiboutienne en Europe solidaire des victimes de Mohamed Moussa Chehem en Belgique et à Djibouti ne verrait que justice dans le refus de l’octroie de titre de séjour à cet ennemi juré de l’Etat de droit et de la démocratie.

04/09/2011 (B620) Radio-Trottoir : le prince des noisettes va-t-il libérer bientôt l’Ambassade de Djibouti à Bruxelles ? La rumeur persiste à ce sujet, en l’absence de confirmation officielle …

Son excellence le prince des noisettes, Ambassadeur de Djibouti auprès du royaume de Belgique, de l’union européenne, des états du Nord de l’Europe et autres lieux découverts à marée basse, va-t-il enfin libérer les locaux de l’ambassade qu’il a accaparés depuis de trop longues années à Bruxelles ?

C’est ce que rapportent des correspondants, qui pensent que le départ de Moussa Chehem serait imminent, et qu’il serait peut-être déjà parti, puisque ce serait le premier consul qui assurerait la signature des documents officiels …

Voilà un Ambassadeur qui aura fait beaucoup travailler la police et la justice belge : ses frasques ont été si nombreuses ! Sans parler de l’importation illégale de Khat dans la valise diplomatique, l’Ambassadeur était odieux avec le personnel : son chauffeur avait été frappé à plusieurs reprises et Son Excellence organisait les promotions internes ou les rétrogradations au gré de sa fantaisie ou des faveurs que certaines personnes pouvaient lui accorder …

Cf le dossier complet sur les frasques de l’Ambassadeur et les dérives à l’Ambassade : lien

Agent dévoué du SDS, il ne manquait jamais à son devoir d’informer les services djiboutiens sur l’identité de ceux qui affichaient leur opposition à la tyrannie.

Bref, si l’information se vérifie, on peut imaginer que peu de gens le regretteront, en dehors des « obligés » du régime et de ceux qui trouvaient bon khat à l’Ambassade … et parfois des petites sommes pour arrondir leurs fins de mois.

20/12/09 (B530) Portrait d’un espion à la solde du Prince des noisettes, l’Ambassadeur de Guelleh à Bruxelles.

Le FDP nous a fait parvenir la photo d’un nouvel espion à la solde de Guelleh, qui sévit à Bruxelles sous les ordres de Moussa Chehem. Il porte l’uniforme de la profession : lunettes noires, pour voir sans être vu (!!), baskets de mauvaise qualité pour courir vite et pour pouvoir les abandonner sans regret en cas de nécessité, afin de forcer encore l’allure. Attitude décontractée, comme celle de son Chef bien-aimé, le dictateur.

Bref : l’espion idéal !!

Si vous le croisez, traversez immédiatement. Comme ses collègues, il est peut-être dangereux. En tout cas il raconte tout à ses supérieurs : Ambassade et SDS.

22/06/09 (B504) La Nation : le Prince des noisettes prend du galon, en remerciement de son soutien sans faille à la dictature qui asservit un peuple entier et aussi en récompense des petites magouilles qu’il conduit dans son Ambassade de Bruxelles. Petites magouilles qui lui valent quand même d’être poursuivis devant la Justice belge. Est-ce point spécifique qui lui confère des vertus aux yeux de Guelleh et de Paulette. Entre délinquants, on se soutient. La Loi du Milieu ???

Le Chef de l’Etat élève Mohamed Moussa Chehem
au rang de Commandeur de l’ordre national du 27 juin

Le président de la République de Djibouti M Ismaël Omar Guelleh, a élevé hier M Mohamed Moussa Chehem, Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire auprès des pays du Benelux, de Scandinavie, de l’Union européenne et auprès des agences des Nations Unies basées à Rome au rang de Commandeur dans l’ordre national du 27 juin. (…)

24/05/09 (B500) Les Ambassadeurs « indélicats » accrédités auprès du royaume de Belgique pourront-ils être expulsés ? Pas impossible selon un article que nous adresse un lecteur. Le Prince des Noisettes pourrait-il faire partie de la première Charrette ? (Info lecteur)

LaLibre (Belgique) : http://www.lalibre.be/actu/belgique/article/504689/aller-jusqu-a-l-expulsion.html

Aller jusqu’à l’expulsion ?

Vincent Rocour

La ministre Milquet veut déclarer persona non grata les ambassadeurs indélicats.

Entretien

La ministre de l’Emploi Joëlle Milquet (CDH) n’ignore pas le sort peu enviable parfois réservé au personnel des ambassades.


Caricature de Roger Picon. Selon plusieurs témoins, l’Ambassade de Djibouti à Bruxelles pourrait accueillir des trafics de nature incompatible avec la dignité d’une représentation diplomatique
Comptez-vous faire quelque chose ?

Aujourd’hui, une brochure dans laquelle on explique comment engager du personnel non ressortissant de l’Union européenne, à quelles conditions, selon quelles normes salariales, etc. est distribuée par le ministère des Affaires étrangères chaque fois qu’un ambassadeur est nommé en poste à Bruxelles.

Et quand un litige survient entre une ambassade et un travailleur, la direction générale du service du contrôle des lois sociales peut servir de médiation. On a déjà des résultats.

Sur les 29 plaintes au cours des 5 dernières années, 8 ont été résolues.

Ce n’est quand même pas énorme….
Il faut aller plus loin. Il y a deux pistes. La première est internationale. Il faudrait parvenir à modifier la convention de Vienne pour supprimer l’immunité quand on a pu prouver que les lois impératives en matière de protection des travailleurs n’ont pas été respectées.

Il n’est pas normal, et je ne pense pas que ce soit dans l’esprit de la Convention de Vienne d’ailleurs, de considérer que l’inviolabilité territoriale d’une ambassade serve à outrepasser les lois impératives du pays d’établissement, notamment dans le cadre du droit des travailleurs, qui est par ailleurs reconnu dans d’autres conventions et dans la charte de l’Organisation internationale du travail (OIT). Je sens un consensus sur cette question.

Mais pour explorer cette piste vous dépendez du bon vouloir de la communauté internationale…
C’est bien pourquoi nous creusons actuellement, avec le ministère des Affaires étrangères, une seconde piste. Cette seconde piste consisterait en la conclusion d’une sorte de contrat avec les ambassadeurs. L’idée, c’est que chaque ambassadeur qui prend ses lettres de créance en Belgique souscrive à un code de bonne conduite en matière sociale.

Il s’engagerait alors à respecter la réglementation relative au contrat de travail, aux salaires, etc. Il serait également informé des procédures de concertation en cas de conflit. Je pense qu’il faut aller jusqu’à considérer un ambassadeur comme persona non grata s’il y a une violation flagrante du droit du travail.

Cet ambassadeur devrait s’en aller ?
A un moment, quand les choses sont patentes, il faut pouvoir dire à un pays que l’ambassadeur qu’il a nommé en poste ne respecte pas les lois sociales belges et qu’il doit le remplacer. J’espère pouvoir aboutir prochainement.

______________________________ Note complémentaire (Lecteur)


Le Prince des Noisettes, Ambassadeur de Djibouti, accrédité en Belgique, auprès de l’UE, de la Hollande, des pays nordiques et autres lieux découverts à marée basse, à l’issue du combat de boxe qu’il a gagné « aux poings« , contre son chauffeur.

Rappelons qu’il y a tout lieu de penser que ces déclarations puissent viser, en premier lieu, le Prince des Noisettes, Ambassadeur de Djibouti en Belgique, même s’il n’est pas le seul à abuser des son immunité diplomatique.

Rappelons que Moussa Chehem, de son vrai nom, s’était illustré en boxant son chauffeur, puis en licenciant abusivement et en toute illégalité : Mlle Fatouma, MM. Chehem, et Youssouf (le chauffeur)

Plusieurs affaires judiciaires seraient pendantes devant la justice belge.

Retrouvez toutes les aventures du Prince des noisettes (dossier)


Mohamed Youssouf, le chauffeur frappé par Son Excellence le Prince des Noisettes, avant d’être licencié abusivement.

11/04/09 (B494) Radio-Trottoir : une absence très remarquée parmi les courtisans qui se précipitaient pour cirer les pompes de Guelleh. Et pourtant c’était un haut dignitaire : le Prince des noisettes en personne.

Un lecteur nous confirme que sa très haute Excellente Suffisance, le Prince des noisettes, ambassadeur de Djibouti à Bruxelles, auprès des Pays-bas, de tous les pays de l’Europe du Nord et de toutes les terres découvertes à marée basse, n’a pas été vu au 10ème anniversaire de la dictature …

Que s’est-il passé ? Avait-il mieux à faire à Bruxelles pour se contenter de se faire représenter par un simple artiste d’origine Afar. Sa Grandeur auto-proclamée ne pouvait certainement pas se satisfaire d’assister à une petite fête provinciale entre gens du petit monde ?

Autre hypothèse : le début de la disgrâce ? Un coup de pied « en vâche » de Paulette par exemple.

Moussa Chehem va-t-il se rapprocher d’Abdourahman Borreh, en tant que nouveaux exclus du régime ? C’est une hypothèse à ne pas négliger, bien qu’elle soit peu probable …

Allons, on ne pleurera pas sur le sort de l’Ambassadeur Boxeur, violeur … des Lois, trafiquant en tout genre et expert en langue de p… ! Tout ce qui pourra lui arriver, y compris le pire, ne sera jamais à la hauteur des injustices et des forfaits qu’il a commis.

01/02/09 (B484) Message d’alerte d’un lecteur : Attention, le Prince des noisettes a créé des Associations en Belgique pour nous attirer, nous espionner et finalement nous désinformer … certainement sur instruction d’Haramous. (par Mister WebCam)

Je suis un exilé djiboutien. Comme beaucoup d’autres concitoyens, je lis avec une grand attention votre site depuis sa création en 1999 et je vous remercie infiniment pour la lutte que vous menez pour la démocratie et le respect des Droits de l´homme à Djibouti : c’est une bonne cause.

Chaque jour, j’ai hâte de lire le site. Je sais parfaitement que vous fêtez cette année le 10ème anniversaire de la création de votre site et je souhaite un très bon anniversaire à vous et à tous les collaborateurs de l’Association.

__________________________________________

Je tiens à signaler à votre vigilance, deux associations qui ont été créées en Belgique et qui s´appellent respectivement « diaspora-dj-Belgique » et « abed ».

Ci-dessous vous trouverez l’adresse de leurs sites respectifs. Elles ont été montées de toute pièce par Moussa Chehem alias kounta kinte, que vous surnommez avec dérision, « le prince des noisettes » avec la fameuse service SOHELA DADKA NAGA SOHORJEDA et bien sur, sur ordre du prince de haramouse (le sanguinaire
iog)

Dans quel but ?

Infiltrer les démocrates djiboutiennes et djiboutiens qui sont exilés en Belgique et en Europe. Donner la parole à certains zélés de nationalité djiboutienne mais qui ont demandé l´asile soit en tant que djiboutiens soit en se faisant passer pour des somaliens, c´est à dire en usurpant une fausse nationalité.

Ils voudraient nous faire croire qu’ils sont bien de vrais opposants djiboutiens exilés, alors que ce sont des infiltrés surnommés des « SHADIRLEH ».

Preuves à l’appui, je cite, ci-dessous, ceux qui ont bénéficié du soutien actif de S.E. Monsieur l’Ambassadeur Moussa Chehem, oh! pardon du Prince des noisettes pour la confection de faux dossiers de réfugiés.

Rappelons que l’image déjà ternie du Prince des noisettes est compromise dans plusieurs scandales et affaires pénales : « 

aide à la fabrication de faux dossiers de réfugiés,
– faux et usages de faux,

corruption,

détournement de bien public sur le budget de l’Ambassade,

coups et blessures sur cerains personnels de l’Ambassade »,
– etc ..

La liste est si longue que je ne suis pas en mesure d’en garantir l’exhaustivité !

Ensuite les faux réfugiés deviennent des zélés ordinaires. Ils constituent la compagnie des indicateurs. Ils sont rémunèrés avec quelques billets en Euro, un approvisionnement en khat et même parfois l’utilisation des véhicules de l’Ambassade qui sont immatriculés en CD « corps diplomatique ». Cela leur permet d’effectuer des aller et retour entre la Belgique et les Pays-Bas pour reconstituer le stock de khat, qui sera partagé entre les nombreux indicateurs et le personnel de l’Ambassade.

Ces SHADIRLEH travaillent pour le compte du régime dictatorial d´IOG en territoire de liberté.

Généralement ils n´ont aucun sens des valeurs humaines, aucune dignité ni aucune conscience.

Ils savent seulement consommer des bottes des khats et dépenser les misérables Euro qui leur sont attribués à discrétion par l’Ambassadeur alias « kounta kinte ».

Plusieurs de ces infiltrés ont une double casquette. Exemple :
le jour,
simple demandeur d’asile souvent au bénéfice d’une fausse nationalité,
la nuit,
agent au service du régime d IOG.

Cela leur permet de cumuler deux sources de revenus : celui qui est accordé par la Belgique ou qui rémunère leur travail (cas le plus rare ..) avec les « largesses » accordées de façon discrétionnaire et non imposable par Le Prince des noisettes.

Vous trouverez ci-après 5 photos extraites des sites avec les légendes que j’ai rédigées pour faciliter la compréhension. Vous en trouverez beaucoup d’autres sur leurs sites dont je communique les adresses plus bas.

Ilyas Issa Boulaleh alias Ina Aicha Galebrandit un t-shirt jaune (Association Belgique Djibouti) devant le local de cette fameuse association,

Ne pas oublier que certains le considèrent comme l’un des mouchards très actifs du Prince des Noisettes en charge d’espionner les démocrates djiboutiens en Belgique et à l´étranger. D’origine djiboutienne, puisqu’il est né en 1974 au quartier 6, il a pourtant demandé l´asile sous la fausse nationalité somalienne. Son épouse d’origine malgache a bénéficié elle aussi du droit d’asile en se prévalant d’une fausse nationalité.

Il est le fils d’Issa Boulaleh et d’Aïcha Galeb et le frère d’Abdo Issa Boulaleh (chef d´un arrondissement à Djibouti).

Source : http://www.abed.be/Photosdivers/photosdivers020.html
Rubrique: (LE PRÉSIDENT DE L´A.B.E.D)., a
Au milieu de tous, Abdo le chômeur présente un t-shirt blanc avec la photo du dictateur sanguinaire iog, dans les locaux de l´Ambassade de Djibouti en Belgique.
A gauche Moustapha meidhaneh boudine alias ina meidhaneh bodow et à droite Ilyas Issa boulaeh alias Ina Aicha Galeb qui se trouve derrière le t-shirt présenté par Abdo alias le chômeur tient dans ses bras pour se cacher.

Les trois travailleraient pour le régime qui persécute les citoyens. Ils ont demandés l´asile sous une fausse nationalité (somalienne).

Abdo alias le chômeur est marié avec Saada alias San Jex, la sœur de l´ancien footballeur Atteyeh décédé, il y a longtemps, dans un terrible accident.

Elle travaillerait aussi pour la dictature au nom du fameux (M). Elle organise des réunions avec d’autres femmes pour soutenir la dictature qui règne dans notre pays et comme son mari, elle aobtenu l’asile en se prévalant d’une nationalité usurpée.

Moustapha meidhaneh boudin alias ina meidhaneh badow, fils de meidhaneh boudine alias badow (ancien député de la chambre d´enregistrement d´IOG) et d´Aïcha né dans les années 80 et reconnu par son père au milieu de 1999. Avec sa mère ils ont demandé en même temps l´asile sous une fausse nationalité (somalienne).

Pour mémoire, il y a aussi
Ilyas Issa boulaleh qui a été présenté avec la photo précédente.

Source : http://diaspora-dj-belgique.ifrance.com/curriculum.htm
Au premier plan : S.E. Monsieur l’Ambassadeur Moussa Chehem alias « kouta kinte » qui avait organisé une fête dans les locaux de la chancellerie avec ses indicateurs et ses infiltrés.

A gauche, celui qui porte une chemise blanche est Muusa Cali alias « Momo » qui avait demandé l’asile sous la fausse nationalité somalienne et qui a été naturalisé ensutie par la Belgique.

A droite Farah Rer Macalin alias « badow » qui porte un veste bleu foncé et qui a obtenu l’asile sous la fausse nationalité éthiopienne : a aussi obtenu la nationalité belge.

Au fond Mohamed Ali qui porte des lunettes de vue.,Après avoir vécu longtemps au Moyen-Orient il a prétendu être originaire de Somalie pour obtenir l’asile en Belgique.

 

1er rang de gauche à droite.
– Mohamed Al, déjà cité di-dessus,
– un inconnu, mais un infiltré probable,
– Aden Gab qui possède la nationalité française mais qui réside en Belgique.
– Mahamoud Ali alias « Ina Ali Cayeh », qui était dentiste à Djibouti et qui avait demandé, comme l’avait fait auparavant son épouse Leila Ali alias « Ina Ali Qaswaren », l’asile sous la fausse nationalité somalienne.
– Ladiyeh ancien gendarme qui avait demandé l’asile en tant djiboutienmais en faisant croire qu’il était opposant au régime sanguinaire ce qui totalement faux. C’est un indicateur discipliné et efficace, qui travaille aussi comme chauffeur de taxi à Bruxelles.

2eme rang de gauche à droite.
– Les personnels de l ambassade et certains infiltrés .

Source : http://diaspora-dj-belgique.ifrance.com/curriculum.htm
– Un Monsieur que je ne connais pas, certainement un infiltre de plus.
– Abdo alias « le chômeur » que j ai déjà mentionné ci-dessus avec la photo2.
– Moussa JADLEH ex-vendeur de KHAT. Il avait aussi demandé l’asile en se faisant passer pour un somalien. Il a été naturalisé par la Belgique.
– Moussa Ali, fonctionnaire de l’Ambassade.
Source : http://diaspora-dj-belgique.ifrance.com/curriculum.htm

Les preuves que je vous présente sont des photos qui se trouvent dans les 2 sites des Associations.

Par exemple les membres de l’Association « diaspora dj-Belgique », dont le président est Ibrahim Ali Said sont affiliés à la seconde Association A.B.E.D qui se prétend indépendante (???). Par exemple, Ilyas Issa Boulaleh et Abdo le chômeur participent aux activités des deux associations.

Pourtant, ces deux-là, en particulier, sont des indicateurs connus et reconnus par l’ensemble de la diaspora..

Parmi les partenaires d’A.B.D.E à Djibouti on trouve les Associations « PAIX ET LAIT » et « ALBIR » qui ont été créées et qui sont contrôlées par le régime sanguinaire d’IOG.

Peut-on encore parler d’associations indépendantes ?
On voit surtout à la fois sur les photos de la fête à l’Ambassade et sur celles disponibles sur le site d’A.B.D.E., les portraits des indicateurs et/ou agents d’infiltration.

« C’est bonnet blanc et blanc bonnet » les deux Associations partagent les mêmes personnalités et suivent les mêmes objectifs. Il est inutile d’essayer de nous faire croire autre chose. Cela ne prend pas !

En publiant ces informations, ce dont je vous remercie à l’avance, vous contribuerez certainement à dissuader tous ces zélés et tous ces mouchards aux petits pieds, qui travaillent pour pérenniser la dictature qui règne dans notre pays.

INCH ALLAH, La R épublique de mon rêve est proche et je l’espère de tout mon coeur.

Liste des sites de ces Associations que certaines mauvaises langues qualifient d’Associations de malfaiteurs … !(sic)

http://www.abed.be/Photosdivers/photosdivers018.htm
http://www.abed.be/PhotosetVidos.htm
http://www.abed.be
http://www.abed.be/partenairesabed.htm
http://diaspora-dj-belgique.ifrance.com/curriculum.htm

Bien à vous

Signé par Mister Webcam