25/09/05 (B317) La lutte continue au MRD. Venez nombreux pour manifester le 1er octobre devant l’Ambassade des Emirats Unis à Bruxelles (Abdoulfatah Omar Osman – Sec. Gal)

LA LUTTE CONTINUE AU MRD

Après l’interruption estivale pour cause de repos, les activités reprennent au MRD. A l’intérieur des frontières nationales, la vie de terrain est de nouveau en marche. Bureau national et fédérations fonctionnent. Les réunions de travail et autres contacts militants reprennent.

Hors du pays aussi, la rentrée a lieu. Ainsi la représentation du parti en Belgique et auprès des Institutions européennes organise une grande manifestation à Bruxelles devant l’ambassade des Emirats Arabes Unis. Ce sera samedi 1er octobre de quinze heures et demie à seize heures trente.

Pourquoi les Emirats Arabes Unis ? Tout simplement parce que ce pays traite avec Ismaël Omar et gère nos port et aéroport dans une opacité qui n’est pas acceptable. Il faut donc l’interpeller sur cette situation et lui faire observer que, si à Djibouti la peur réduit les gens au silence, le mécontentement populaire à l’égard de l’usurpateur Ismaël Omar Guelleh n’en est pas moins réel et que les exilés le relaient en terre de liberté.

Voici le communiqué qui porte sur cet événement de la rentrée :

 » Dans le cadre de la lutte pour la démocratie et l’Etat de droit à Djibouti, et à l’initiative du comité du MRD en Belgique, aura lieu une manifestation devant l’ambassade des Emirats Arabes Unis, Avenue Franklin Roosevelt, 73, 1050 Ixelles à Bruxelles, samedi 1er octobre 2005 de 15 heures 30 à 16 heures 30.

Y participeront, outre les militants exilés du MRD, les membres du Front pour la restauration de l’unité et de la démocratie (FRUD) et du Forum pour la démocratie et la paix (FDP).

Point de départ : devant le campus de l’ULB (Université Libre de Bruxelles), Avenue Adolph Buyl. Rassemblement terminé à 1 5 heures.

Point d’arrivée : Devant l’ambassade des Emirats Arabes Unis à Bruxelles, Avenue Franklin Roosevelt, 73.

Pour se rendre au point de rassemblement et de départ, plusieurs possibilités :

-Métro Porte Namur puis Bus 71 jusqu’à l’arrêt ULB ;
ou -Métro Louise puis Tram 93 ou 94 jusqu’à l’arrêt ULB ;
ou -Métro Delta puis Bus 71 jusqu’à l’arrêt ULB.

Cette action collective a pour but d’attirer sur les réalités de Djibouti l’attention des autorités de ce pays frère, dont le secteur portuaire traite avec Ismaël Omar Guelleh dans une inacceptable opacité au sujet de nos port et aéroport. Nous voulons surtout leur faire observer l’illégalité des contrats de gestion passés entre le pouvoir djiboutien et Dubaï Ports International (DPI).

Un message écrit sera remis, à cette occasion, aux représentants diplomatiques des Emirats Arabes Unis à Bruxelles.

Pour le Comité du MRD en Belgique,
Abdoulfatah Omar Osman,
Secrétaire général »

 

P.S. : article paru sur le journal du MRD du 22/09/2005 (le Renouveau)

22/09/05 (B316) Appel à la mobilisation de tous et en particulier des étudiants dans le Nord de la France pour participer à la manifestation du 1er Octobre 2005 devant l’Ambassade de Emirats Unis à Bruxelles et pour protester contre la vente par appartement des actifs djiboutiens.

En tant que démocrate djiboutien et militant pour la démocratie dans notre pays, je lance un appel solennel à tous les démocrates djiboutiens pour qu’il viennent nombreux à cette manifestation organisée par le Comité du MRD de Belgique le samedi 1 octobre 2005 devant l »ambassade des EMIRATS ARABES UNIS à BRUXELLES.

Je me permets de m’adresser plus particulièrement  à nos jeunes etudiantes et etudiants djiboutiens qui sont basés à LILLE et qui ne sont pas loin de la BELGIQUE pour qu’ils organisent un déplacement de masse pour ce rendez-vous, on ne peut plus citoyen.

Vous êtes le fer de lance de la démocratie dans notre cher pays et de surcroit les futurs responsables de ce pays, votre participation à ce combat est plus que nécessaire. Votre presence contribuera à faire porgresser cette noble cause.

Venez donner de la voix et de la signification à cette manifesation ! Loin d’y voir une contrainte, cela relève de votre devoir national.


Un démocrate djiboutien

19/09/05 (B316) Manifestation confirmée devant l’Ambassade des Emirats Unis à Bruxelles, le 1er Octobre à 15 H 30 (Communiqué MRD, transmis par un lecteur)

  COMMUNIQUE DE PRESSE DU COMITE DU MRD EN BELGIQUE


 


Dans le cadre de la lutte pour la démocratie et l’Etat de droit à Djibouti, et à l’initiative du comité du MRD en Belgique, aura lieu une manifestation devant l’ambassade des Emirats Arabes Unis, Avenue Franklin Roosevelt, 73, 1050 Ixelles à Bruxelles, samedi 1er octobre 2005 de 15 heures 30 à 16 heures 30.


 


Y participeront, outre les militants exilés du MRD,  les membres du Front pour la restauration de l’unité et de la démocratie (FRUD) et du Forum pour la démocratie et la paix (FDP).



Point de départ : devant le campus de l’ULB (Université Libre de Bruxelles), Avenue Adolph Buyl. Rassemblement terminé à 1 5 heures.


 


Point d’arrivée : Devant l’ambassade des Emirats Arabes Unis à Bruxelles, Avenue Franklin Roosevelt, 73.



Pour se rendre au point de rassemblement et de départ, plusieurs possibilités :


 


-Métro Porte Namur  puis Bus 71 jusqu’à l’arrêt ULB ;


                                          ou


-Métro Louise puis Tram 93 ou 94 jusqu’à l’arrêt ULB ; 


                                           ou 


-Métro Delta puis Bus 71 jusqu’à l’arrêt ULB.



Cette action collective a pour but d’attirer sur les réalités à Djibouti l’attention des autorités de ce pays frère, dont le secteur portuaire traite avec Ismaël Omar Guelleh dans une inacceptable opacité au sujet de nos port et aéroport. Nous voulons  surtout leur faire observer l’illégalité des contrats de gestion passés entre le pouvoir djiboutien et Dubaï Ports International (DPI


 


Un message écrit sera remis aux représentants diplomatiques des Emirats Arabes Unis à Bruxelles.

Pour le Comité du MRD en Belgique,

Abdoulfatah Omar Osman,

Secrétaire général

22/06/05 (B303) Manifestation le 25 juin, place de la Bourse à Bruxelles, à l’appel du MRD (Communiqué officiel). Soyez nombreux !

COMMUNIQUE DE PRESSE DU COMITE DU MRD EN BELGIQUE

A l’occasion du 28ème anniversaire de l’Indépendance nationale, proclamée le 27 juin 1977, et dans le cadre de la lutte pour la démocratie et l’Etat de droit à Djibouti, le comité du MRD en Belgique organise une manifestation statique sur les escaliers de la Bourse (en face du Boulevard Anspach) à Bruxelles, samedi 25 juin 2005 à partir de 15 heures et demie. Métro De Brouckère ou Tram Bourse.

Cette action collective a pour but de rappeler, à la face du monde démocratique, que l’Indépendance pour laquelle le peuple djiboutien s’était tant battu lui a été confisquée et qu’à peine sorti du joug colonial il a été happé par une autocratie d’un autre âge.

Aujourd’hui, 28 ans après la proclamation de l’Indépendance nationale, le peuple se trouve au fond de la misère socio-économique et de l’absence de liberté.

Vous autres démocrates djiboutiens et amis, êtes tous les bienvenus.

Pour le Comité du MRD en Belgique,

Abdoulfatah Omar Osman,

10/04/05 (B293) Remerciements du Comité du MRD en Belgique à tous les Djiboutiens qui ont participé avec force à la manifestation de Paris. Précision et démenti concernant la participation de M Abdo Abdallah.

__________________________
Note de l’ARDHD
Nous remercions le Comité du MRD de Belgique de nous adresser ces remerciements
et cette mise au point.

Pouvons-nous vous dire
aussi amicalement que possible, combien nous regrettons qu’aucune des organisations
participantes ne nous ait adressé le moindre compte-rendu ce samedi
matin (à l’exception de Djibwatch pour Ottawa et de l’UAD pour Djibouti).
La seule contribution reçue effectivement a été adressé
par un lecteur, qui reste anonyme à nos yeux mais qui a pris la peine
de nous envoyer un compte-rendu.

Il serait certainement
souhaitable que les organisations crédibles et certainement organisées,
comme la vôtre, nous adressent leur information à l’avance ou
en temps importun, plutôt que de se contenter d’une attitude de réactivité,
pour contredire ensuite ce que les lecteurs responsables nous adressent et
qui peuvent parfois contenir des imprécisions.

Agissons tous ensemble,
plutôt que d’attendre que les autres fassent un travail pour réagir
et rectifier … Cela sera plus utile à la cause que nous défendons
tous ! Ce n’est qu’un conseil que nous vous suggérons en toute sympathie
….
___________________________________________________

A Monsieur le Président
de l’ARDHD.

Cette modeste contribution
est une remarque à l’auteur de l’article
numéro 293.

Je voudrais tout d’abord
saisir cette opportunité, pour remercier
tous ceux qui ont bien voulu suivre le mot d’ordre de l’UAD. Pour des
braves qu’ils sont, les djiboutiens ont, encore une fois, dit NON à

Guelleh et à sa mascarade dite "présidentielle".

Il est clair que la lutte
ne fait que commencer, et Guelleh va de
plus en plus entendre parler de l’opposition démocratique
djiboutienne…

Au nom de toute l’opposition
réunie et plus que jamais soudée, je me
permets de féliciter tous ceux qui ont osé dire NON à
Guelleh et sa
courette. Aux organisations nationales et internationales, nous
disons MERCI pour leurs soutiens.

Enfin, je voudrais faire
une remarque à celui qui s’appellerait
MAGUID (contribution 293). Je n’ai rien contre son article si ce
n’est que lui dire que la personne de Monsieur Abdo Abdallah (ancien
commandant de la FNP), n’est ni de près, ni de loin un membre de
l’opposition, et encore moins un rapproché de DAF et du Comité
du MRD
en Belgique.

Ce monsieur a choisi de
ne pas faire de la politique et vivre
paisiblement dans son coin. C’est une décision que les opposants
démocrates se doivent de respecter. Inutile donc d’évoquer le
nom et
le prénom d’une personne à son insu. Le site de l’ARDHD ne mérite
pas
que les auteurs abusent de sa confiance.

En tant que communauté
djiboutienne vivant en dispora, on se doit le
respect mutuel.

Nous devons ainsi apprendre
à vivre dans la pluralité et la diversité
de nos opinions.

C’est là, la marche
vers la démocratie et l’Etat de droit.

Pour
le Comité du MRD en Belgique
Le porte parole.

12/10/03 (B216) Le comité du MRD de Belgique nous adresse le compte-rendu de la réunion tenue le 7 octobre 2003 à Bruxelles.

Comme prévu, et
comme à chacune de ses visites en Europe, le président du
parti, Monsieur Daher Ahmed Farah, a rencontré les membres exilés
du MRD à
Bruxelles, capitale du Royaume de Belgique et de l’Europe, mardi 7 octobre

2003. La réunion, qui a duré de 17 H à 20 H, s’est tenue
dans la grande
salle de l’ASBL « ILUSION » sise sur les rives de la place communale
de
Molenbeek, au numéro 18.

Les participants sont
venus nombreux bien qu’en jour ouvrable. Parmi eux,
des membres du reste de l’opposition crédible tel le FRUD présidé
par
Mohamed Kadamy Youssouf.

A l’ordre du jour, les
trois points contenus dans le communiqué de presse
annonçant la rencontre. A savoir la situation générale
du pays ainsi que
l’état de la démocratie et des droits de l’Homme, l’état
du MRD en Belgique
et la poursuite de la lutte pour la démocratie et l’Etat de droit dans
et
hors de Djibouti.

C’est le Secrétaire
général du comité de représentation du MRD en
Belgique
et auprès de l’Union Européenne, le professeur de mathématiques
Abdoulfatah
Omar Osman qui a ouvert la séance. Il a remercié président
et participants
de leur présence, puis dit à nouveau la nature et l’objet de
la réunion. Il
a introduit le débat avant de passer la parole au président
du comité, le
dynamique et courageux économiste Ali Salem Omar. Celui-ci a d’emblée

rappelé la mission et la composition du comité, puis brossé
son bilan de
plus de dix mois d’activités. Bilan décliné en production
écrite mais aussi
en actions de terrain et rencontres. Il faut dire que le comité a produit
un
certain nombre d’articles de presse et organisé des actions de masse
telle
que la manifestation de soutien au président DAF lors de sa récente

détention à la sinistre prison de Gabode. Sans compter les réunions
de
travail et autres rencontres avec plusieurs organisations et autorités

belges ou européennes. Par son intervention, le comité a ainsi
donné une
idée de l’état du MRD en terre belge.

Prenant la parole, le
président DAF a décrit la situation générale du
pays qu’il a quitté le 24 août dernier seulement. Il a ainsi
évoqué, en des termes forts, l’état peu reluisant du
corps social en proie à une misère qui se généralise,
d’une économie djiboutienne plus que morose et de ressources nationales
confisquées par un homme et son régime anachroniques. Centres
de santé mouroirs ; écoles démunies ; chômage massif
et arriérés de salaires ; jeunesse en détresse livrée
au SIDA, au désouvrement, à la drogue et autres réflexes
du désespoir ; main basse sur les finances publiques et autres éléments
du patrimoine public ; infrastructures urbaines qui n’en finissent pas de
se dégrader ; une vie économique qui n’attire point les investisseurs
étrangers ni n’encourage l’initiative nationale. DAF aura, en peu de
mots, tout passé en revue.

Par ailleurs, il a exposé
le verrouillage politique et l’indicible déficit
démocratique qui ne font que s’aggraver dans notre pays bien aimé.
Il a
rappelé le triste sort réservé à l’accord de concorde
civile et de réformes
démocratiques du 12 mai 2001, le « hold up » électoral
du 10 janvier 2003,
l’acharnement contre le MRD, son leader et son journal Le Renouveau. Des
partis d’opposition réduits à la figuration, une presse condamnée
au
silence, aucune radio ni aucune télévision non gouvernementales,
aucune vie
syndicale et associative libre, des violations en tous genres, voilà
en quoi
tient l’état de la démocratie et des droits de l’Homme à
Djibouti, a-t-il
insisté.

Et de tendre le microphone
aux participants qui n’ont pas hésité un instant
à prendre la parole. L’ancien ministre et indépendantiste Mohamed
Said
Saleh, qui vit en exil sur le sol belge, s’est exprimé, dénonçant
avec
vigueur la situation de notre pays et appelant à redoubler d’efforts
dans la
lutte pour le changement. Mohamed Abdallah Houmed dit Houmado, représentant

du FRUD à Bruxelles, a également, après avoir brièvement
évoqué le rôle
déterminant joué par son organisation dans le combat pour l’ouverture

démocratique depuis 1991, abondé dans ce sens. Abdoulfatah Omar
Osman du
comité du MRD a, lui, fustigé le tribalisme et ses méfaits,
invitant les
leaders de l’opposition à une vigilance de tous les instants. Il a
été suivi
de Abdillahi Farah Wabéri, autre membre du comité du MRD, qui
a réaffirmé
son engagement d’hier et d’aujourd’hui pour le salut démocratique national.

Le débat ainsi
lancé, le microphone n’a cessé de changer de main. Jeunes,
moins jeunes, hommes, femmes, les participants ont exposé leurs points
de
vue, posé des questions au président du MRD et à son
comité de Belgique.
Questions sur le projet politique du mouvement, sur l’avenir des jeunes, sur

le combat contre le SIDA comme contre le tribalisme, sur l’immigration et

son traitement actuel par le pouvoir, sur la présence des puissances

occidentales à Djibouti, sur l’état de l’opposition djiboutienne,
sur la
prochaine élection présidentielle qui est prévue pour
2005.

Le président DAF
ainsi que celui du comité et ses camarades, ont volontiers
répondu aux questions posées et largement abordé les
aspects y afférents de
la réflexion comme de l’action du MRD. DAF est ainsi revenu sur la
vision
d’avenir développée par le parti. Il a réitéré
son attachement inébranlable
à la valorisation du capital humain, à la promotion de la fraternité
et de
l’égalité des chances, son engagement contre le tribalisme et

l’anti-démocratisme. Il a réaffirmé sa condamnation de
la gestion par le
pouvoir de la question de l’immigration. « S’il est légitime
que Djibouti
contrôle l’immigration, a-t-il souligné, cela ne doit jamais
se faire au
détriment des droits de la personne humaine. Comme il ne doit être

l’occasion de se débarrasser de telle ou telle catégorie de
la population
djiboutienne arbitrairement privée de sa citoyenneté ».
Concernant la
présence militaire occidentale sur le sol national , il a précisé
qu’elle
s’inscrit, officiellement du moins, dans la lutte internationale contre le

terrorisme mais qu’elle doit, par ses retombées économiques,
profité au pays
et au peuple et non au pouvoir prédateur en place. Et de redire l’unité
de
l’opposition regroupée à l’intérieur du pays sous la
bannière « Union pour
l’Alternance Démocratique (UAD) ».

Pareillement, le comité
de Belgique a, entre autres choses, longuement
commenté, par la bouche de son président Ali Salem Omar, le
travail de
réflexion qu’il a mené cette année sur les perspectives
de développement
économique et social. Il l’a fait pour répondre notamment à
des questions de
participants sur l’endettement du pays et la politique économique.

Dans le feu du débat,
qui a vite pris par son intérêt et sa tenue, trois
invités se sont exprimés pour faire connaître leur démission
du prétendu «
Gouvernement djiboutien en exil ». Il s’agit de Moustapha Khaireh Darar,

Youssouf Abdillahi Omar et de Osman Ahmed Kahin. L’assistance s’est
félicitée du geste et a souhaité la bienvenue aux démissionnaires.

Par ailleurs, le représentant
en Belgique du mouvement humaniste européen,
Monsieur Gilles Smedts, également invité à la réunion,
est intervenu pour
évoquer le combat pour l’Homme qu’il mène avec son organisation.
Il a noté
la communauté de lutte et encouragé les démocrates djiboutiens
dans leur
résistance à la négation des valeurs humanistes à
Djibouti. Le représentant
de l ‘association « ILUSION » n’a pas été en reste.
Il s’est associé aux
encouragements de Monsieur Smedts et a salué la bonne organisation
de la
rencontre ainsi que la maturité combative des participants.

Une réunion fructueuse
donc que celle du MRD en ce mardi du 7 octobre 2003 à
Bruxelles. Fructueuse à la fois par l’intérêt et la mobilisation
qu’elle a
suscités comme par la qualité et la richesse du débat.
Elle s’est achevée à
20 H par un mot du président DAF. Il a formulé la conclusion
qui s’en est
dégagée, à savoir la poursuite de la lutte pour la démocratie
et l’Etat de
droit à l’intérieur comme à l’extérieur du pays,
et ce dans l’unité avec le
reste de l’opposition.


ILS CONTINUENT LE COMBAT

Ils, ce sont les nombreux
adhérents exilés du MRD en Belgique. A commencer
par les membres dirigeants du comité de représentation au Royaume
et auprès
de l’Union européenne.

Emmenés par l’économiste
Ali Salem Omar, ces dirigeants sont, pour l’heure,
au nombre de six. Le président Ali Salem, pour ne pas le nommer, est

économiste de formation. Fort de sa maîtrise ès sciences
économiques et
sociales obtenue en France, il est rentré à la mère patrie.
Il a embrassé
l’enseignement, métier noble s’il en est, et a longtemps dispensé
ses cours
au Lycée industriel et commercial (LIC) et au Lycée d’Etat de
Djibouti.
Parallèlement, il a rejoint le PRD, qui deviendra le MRD, et n’a pas
hésité
à prendre ses responsabilités dans le mouvement syndical libre
naissant.
Conseiller pédagogique de la même matière puis, «
bras cassé », il a
activement persévéré dans la participation au développement
de son pays
notamment auprès de l’UNICEF. Ce qui n’a pas tardé à
lui attirer les
persécutions du pouvoir. Contraint à l’exil, il n’en continue
pas moins le
combat. Il le fait au niveau politique avec le MRD, comme l’on sait, mais

aussi sur le plan intellectuel en entreprenant une thèse de doctorat
en
coopération et développement à l’Université libre
de Bruxelles où il a
décroché son Diplôme d’études approfondies (DEA)
en juin 2003.

Autre enseignant du second
degré contraint à l’exil, Abdoulfatah Omar Osman,
diplômé de mathématiques de l’enseignement supérieur
français, compte à son
actif engagement syndical et action politique. Il est, après avoir
agi au
sein du PRD sur le sol national, Secrétaire général du
comité du MRD en
Belgique. C’est la preuve que l’exil n’a point ébranlé ses convictions.
Par
ailleurs, il a entrepris une reconversion professionnelle qui devrait
aisément en faire un ingénieur en industriel.

Le comité comprend
également Monsieur Abdillahi Farah Waberi, technicien
supérieur en télécommunications formé en Afrique
du Nord et ancien cadre à
l’Office des postes et télécommunications de Djibouti. Il en
est Secrétaire
général adjoint. Avec un long passé militant dans les
rangs du PRD à son
actif : c’est un membre de première heure du parti.

Autre membre du comité,
où il est chargé de la communication, Monsieur
Houssein Mohamed Abdallah, ancien technicien de santé publique spécialisé
en
radiologie, a également adhéré au PRD à ses débuts
et y milite depuis lors.
Cet engagement politique lui a, au reste, avec ses activités syndicales,

valu les persécutions du régime.

Le vice-président
du comité n’est autre que Monsieur Ahmed Omar Farah. Cet
ancien cadre financier du secteur public, qui a aussi fui les persécutions

du pouvoir moyenâgeux en place à Djibouti, poursuit la lutte
en terre de
liberté. Parallèlement à la diversification de ses compétences
tertiaires.
Signalons enfin l’appartenance au comité de Monsieur Kamal Mohamed
Ibrahim.
Il en est le
trésorier.

Bien entendu, le comité
ne bénéficie pas de la seule action de ses
dirigeants pour remplir sa mission. Il s’appuie aussi sur les compétences

d’autres membres exilés importants. Parmi ceux-là, Monsieur
Mohamed Ali
Bobeh qui vit en Belgique depuis plusieurs années. C’est un homme de

convictions et d’expérience qui assiste le comité et son président,

notamment au plan politique. Avec le titre de conseiller.

Comité
du MRD en Belgique.

27/09/03 (B214) Le MRD de Belgique nous informe que DAF rencontrera les membres exilés du parti et du comité le mardi 7 octobre à Bruxelles.

COMITÉ
DU MRD EN BELGIQUE

225 Ch de Gand,
B.2, 1081 Bruxelles
0472 212 210
rousseyl@hotmail.com
alisalemomar@yahoo.fr

Réf/MRDB/SOA/38-03

Bruxelles, le 25-09-2003

Communiqué

A l’occasion de la visite
en Europe du président du MRD, Monsieur Daher Ahmed Farah, démocrate
opiniâtre qui ne connaît que trop les geôles du pouvoir
en place( il sort -dernière incarcération en date- de long mois
d’emprisonnement inhumain à la sinistre prison de Gabode à Djibouti),
une rencontre avec le comité et les membres exilés du mouvement
en Belgique et dans la région, se tiendra mardi 7 octobre 2003 de
17h à 20h dans la grande salle de l’asbl  » ILUSION  » à
Bruxelles, au 18 place communale de MOLENBEEK, station de métro Comte
de Flandre.

Lors de cette réunion
d’information-débat, le président examinera avec les participants
les points suivants :

– la situation générale
ainsi que l’état de la démocratie et des droits de l’Homme à
Djibouti ;
– la situation du MRD en Belgique et en Europe ;
– la poursuite de la lutte à l’intérieur comme à l’extérieur
des frontières nationales, notamment en Belgique et en Europe.

Nous précisions
qu’à l’instar du reste de l’opposition djiboutienne digne de ce nom,
le MRD, parti crédible de masse qui lutte sur le terrain réel
depuis 1992, ne participe à aucune autre réunion en cette fin
du mois de septembre 2003 à Bruxelles.

La lutte continue, fidèle
au triptyque de toujours : convictions-constance-consistance.


Pour le président du MRD,
Le comité de Belgique

08/08/03 (B207) Message de remerciement du MRD à tous ceux qui ont permis l’organisation de la manifestation du 7 août à Bruxelles devant l’Ambassade de Djibouti et à toutes celles et tous ceux qui ont participé à ce rassemblement.

08/08/03 (B207) Message de remerciement du MRD à tous ceux qui ont
permis l’organisation de la manifestation du 7 août à Bruxelles
et à toutes celles et tous ceux qui ont participé à ce
rassemblement.

 

MOUVEMENT POUR
LE
RENOUVEAU DÉMOCRATIQUE
ET LE DÉVELOPPEMENT
( PARTI D’OPPOSITION À DJIBOUTI)

 

COMITÉ DU MRD EN BELGIQUE
225 Chaussée de Gand, boîte 2,
1081 Koekelberg, Bruxelles.
0472 212 210
alisalemomar@yahoo.fr
rousseyl@hotmail.com

Bruxelles, 07 Août 2003

Réf/MRDB/HMA/28-03

A l’attention
de tous les défenseurs des droits de l’Homme,
de tous les manifestants, les militants et, les sympathisants…

Mesdames, Messieurs,

Je saisis cette opportunité pour remercier au nom de tous les membres
du Comité du MRD en Belgique, le Bourgmestre de la Commune d’Ixelles,
Monsieur Pierre Lardot, ainsi que le Chef de Corps de la Zone de Police de
Bruxelles Capitale-Ixelles, Monsieur Roland Vanreusel, pour avoir eu l’amabilité
d’explorer et d’autoriser notre requête relative à la manifestation
devant l’ambassade de Djibouti, en date du jeudi 07 Août 2003, entre
11 heure et 13 heure.

Par ailleurs, ma gratitude va aussi en priorité, pour tous nos militants,
nos sympathisants, ainsi que tous les défenseurs des droits de l’Homme
qui, jusqu’à là, nous ont prodigué toute leur confiance.

Enfin, je me réjouis de la manière dont s’est déroulée
la manifestation, à savoir dans un climat de grande discipline et sérénité.
Assurément, les messages les plus fondants, ont scandé des expressions
comme :
– Halte à la Dictature !, A quand la séparation des Pouvoirs
?, La Justice est la base de tout développement !
– Djibouti a besoin de médicaments : Démocratine, Transparentin
et, Justicine.
– Libérez le Renouveau Djiboutien !, Remettez le matériel !
Annulez les 13 millions !….

De toute évidence, cela a fait tremblé l’équipe de l’ambassade
qui passait son temps à filmer les quelques 50 manifestants(nombre
maximum imposé par les autorité belges).

Je vous prie d’agréer, Mesdames et Messieurs, et croire à l’assurance
de ma haute considération.

Mr Houssein Mohamed Abdallah
Responsable de la Communication et des Relations Publiques
Comité du MRD en Belgique.