30/01/08 (B432) Nations Unies : BAN KI-MOON CONDAMNE LE MEURTRE DE TROIS AGENTS HUMANITAIRES EN SOMALIE ET RAPPELLE LES AUTORITÉS NATIONALES À LEUR RESPONSABILITÉ DE PROTÉGER LES CIVILS

La déclaration suivante a été communiquée aujourd’hui par la Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon:

Le Secrétaire général condamne le meurtre brutal de trois agents humanitaires de Médecins sans frontières à Kismayo, en Somalie, lors d’un incident qui aurait aussi coûté la vie à un journaliste somalien. Il présente ses sincères condoléances à leur famille.

Il rappelle le Gouvernement somalien à son obligation de garantir la sûreté et la sécurité des agents humanitaires travaillant en Somalie et demande une enquête approfondie de la part des autorités.

Le Secrétaire général est aussi profondément préoccupé pour la sécurité des civils et du personnel de secours en Somalie et rappelle à toutes les parties du pays qu’en vertu du droit international, elles ont la responsabilité de protéger ces personnes en tout temps

13/09/07 (B412) Nations Unies : M. AHMEDOU OULD-ABDALLAH, DE LA MAURITANIE, EST NOMMÉ REPRÉSENTANT SPÉCIAL DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL POUR LA SOMALIE

Le
Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon,
a annoncé la nomination de M. Ahmedou Ould-Abdallah, de la Mauritanie,
comme son Représentant spécial pour la Somalie.

De 2002 à août 2007, Ahmedou Ould-Abdallah a été le
Représentant spécial du Secrétaire général
pour l’Afrique de l’Ouest et Président de la Commission
mixte Cameroun/Nigéria pour une mise en œuvre pacifique de
la décision de la Cour internationale de Justice relative au différend
territorial entre les deux pays.

De 1996 à 2002, M. Ould-Abdallah était le Directeur exécutif
de la « Global Coalition for Africa », un forum intergouvernemental dédié aux
questions africaines basé à Washington.  Il a aussi été fonctionnaire
des Nations Unies et y a occupé plusieurs fonctions, en particulier
celles de Représentant spécial du Secrétaire général
pour le Burundi et de Coordonnateur spécial pour les sources d’énergies
nouvelles et renouvelables et les questions liées à l’énergie. 

Il
a en outre occupé plusieurs postes dans la haute administration
de son pays, en particulier celui de Ministre des affaires étrangères
et de la coopération, de 1971 à 1985, et celui
d’Ambassadeur
aux États-Unis et auprès de l’Union européenne.

M.
Ould-Abdallah a siégé au sein des conseils d’administration
d’un certain nombre d’ONG, d’universités
et d’autres
organisations.  Il a publié de nombreux articles
sur la démocratie,
les conflits et les droits de l’homme.  Son ouvrage « Burundi
in the brink » a été publié en
2000 par USIP.

Né le 21 novembre 1940, M. Ould-Abdallah est marié et
a un fils. 

12/11/05 (B324) Nations Unies : en termes élégants et diplomatiques, il nous semble que la Commission renvoie Guelleh à ses responsabilités et à ses devoirs …. et refuse une aide tant qu’il n’aura pas rétabli la démocratie … Aurait-il perdu son crédit même à l’ONU ? (Info lecteur)

Department of Public Information • News and Media Division • New York
Deuxième Commission

Lien vers l’article : http://www.un.org/News/fr-press/docs/2005/AGEF3129.doc.htm

28ème séance – après-midi

DEUXIÈME COMMISSION: UN ACCÈS ÉLARGI AUX SOURCES D’ÉNERGIE CONTRIBUERAIT À RÉDUIRE LA PAUVRETÉ DANS LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT

La Commission adopte quatre projets de résolution, en recommandant par l’un d’eux à l’Assemblée de décréter 2008 Année internationale de la planète Terre

(…)

Aux termes du projet de résolution A/C.2/60/L.5/Rev.1, adopté cet après-midi, et concernant l’Assistance économique pour la reconstruction et le développement de Djibouti , la Deuxième Commission recommande à l’Assemblée générale de se déclarer solidaire du Gouvernement et du peuple djiboutiens, qui continuent de se heurter à des graves problèmes humanitaires et de développement dus en particulier à un manque de ressources naturelles conjugué à de dures conditions climatiques, y compris une pénurie dramatique d’eau potable et une grave crise alimentaire, qui entravent les efforts de développement du pays.

Elle lui recommande d’encourager le Gouvernement djiboutien, en dépit des difficultés économiques et régionales, à poursuivre son action importante pour consolider la démocratie, promouvoir la bonne gouvernance et la responsabilité et éliminer la pauvreté et prie le Secrétaire général, agissant en étroite coopération avec le Gouvernement djiboutien, de poursuivre ses efforts en vue de mobiliser les ressources nécessaires à un programme efficace d’aide financière, technique et matérielle à Djibouti. (…)

28/05/2000 – NATIONS UNIES: Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires – IRIN.Pour l’Afrique Centrale et de l’Est Bulletin hebdomadaire 21 (du 20 au 26 mai 2000)

Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires – IRIN
Pour l’Afrique Centrale et de l’Est
Tel: +254 2 622 147
Fax: + 254 2 622 129
E-mail: irin@ocha.unon.org

AFRIQUE CENTRALE ET DE L’EST:
IRIN-CEA Bulletin hebdomadaire 21 (du 20 au 26 mai 2000)

EXTRAIT DU SOMMAIRE:

ETHIOPIE-ERYTHREE: Asmara s’est repliée sur ses positions du 6 mai
ETHIOPIE-ERYTHREE : Le retrait ne préjuge pas du statut, selon Isayas
ETHIOPIE-ERYTHREE : Addis-Abeba déclare que la guerre n’est pas finie
ERYTHREE : Le PAM transporte des vivres à l’ouest de l’Erythrée
ERYTHREE : Selon le HCR, le chiffre des déplacés n’est pas bien connu
SOMALIE : Le Conseil de sécurité soutient la conférence de Djibouti

ETHIOPIE-ERYTHREE: Asmara s’est repliée sur ses positions du 6 mai

L’armée érythréenne a retiré ses forces de Zala Anbesa sur le front central où les conflits avaient repris entre l’Éthiopie et l’Erythrée mercredi soir, annonçant qu’elle quittait toutes les régions contestées par l’Éthiopie conformément à la demande de l’Organisation de l’unité africaine (OUA).
‘L’Erythrée s’est déclarée prête à répondre immédiatement et favorablement aux deux points de la demande du président en exercice de loua, à savoir la cessation immédiate des combats et la reprise des pourparlers indirects,’ a annoncé un communiqué de presse émanant du gouvernement. Il a insisté sur le fait que le retrait érythréen n’était pas une défaite. Au cours des négociations jeudi avec le président de loua, le chef de l’État algérien Abdelaziz Bouteflika, le président érythréen Isayas Afewerki a déclaré que son pays avait redéployé ses forces sur les positions d’avant le 6 mai 1998,
ainsi que le demandait loua, apprenait-on dans une déclaration du ministère
des affaires étrangères.

ETHIOPIE-ERYTHREE : Le retrait ne préjuge pas du statut, selon Isayas

selon la déclaration du ministère, M. Bouteflika avait fait savoir à M. Isayas que l’Éthiopie demandait le retrait des forces érythréennes ‘de deux positions supplémentaires, à savoir Bada et Bure’. M. Isayas avait répondu que ces deux sites se trouvaient en territoire érythréen non contesté, mais le communiqué a précisé : ‘L’Erythrée s’engage à retirer ses troupes de Bada et de Bure pour ne donner aucun prétexte à l’Ethiopie…le redéploiement de l’Erythrée de ces zones s’effectue sur la base de l’Accord-cadre de loua et des Modalités d’application, qui stipulent que le redéploiement ne préjuge pas du statut des territoires concernés.

L’Erythrée avait préalablement publié des lettres échangées entre M. Isayas et le premier ministre éthiopien Meles Zenawi datées d’août 1997, qui font allusion à un différend sur les territoires de la région de Bada, précédant les affrontements de Badme qui ont entraîné la guerre presqu’un an plus tard. l’Éthiopie était à l’époque engagée dans une campagne de contre-insurrection à l’encontre des rebelles de l’ethnie afar dans la région de Bada. M. Bouteflika, qui a quitté Asmara vendredi pour Addis Abeba où il s’entretiendra avec le premier ministre Meles Zenawi, a déclaré dans un communiqué que l’Erythrée avait accepté de reprendre les pourparlers indirects en Algérie lundi, a rapporté l’agence Reuter.

ETHIOPIE-ERYTHREE : Addis Abeba déclare que la guerre n’est pas encore finie

Le ministère des affaires étrangères éthiopien a exprimé ses doutes, dans un communiqué publié jeudi, sur la sincérité de la promesse de l’Erythrée de se retirer. l’Éthiopie souhaite préciser que d’importantes portions de territoire à l’est et au nord-est de l’Ethiopie…sont encore occupées par l’Erythrée. La guerre ne pourra s’achever que lorsque l’Éthiopie aura la garantie que l’Erythrée a retiré ses forces d’occupation de tous les territoires éthiopiens sous son contrôle. En même temps, l’Éthiopie souhaite réitérer qu’elle n’a aucune intention de rester sur les territoires érythréens qu’elle occupe temporairement pour des besoins d’intérêt militaire.’

A l’issue de la prise de Zala Anbesa mercredi soir, l’Éthiopie a annoncé vendredi que ses forces avaient pris quatre villes supplémentaires sur le front central. Une déclaration du gouvernement a fait savoir que les forces éthiopiennes s’étaient emparé de Forte, Senafe, Tsorona et Igri Mekel, et ‘chassaient et détruisaient les restes de l’armée érythréenne qui fuyaient de Zala Anbesa’. La ville frontalière de Zala Anbesa, enjeu des combats acharnés de cette semaine, a été ‘entièrement détruite’ avant que les Erythréens ne retirent leurs forces mercredi soir. Un reporter d’IRIN qui s’est rendu dans cette ville a déclaré qu’aucun bâtiment n’était resté intact. Bien que les obus étaient tombés dans et aux alentours de la ville, ce n’étaient pas les bombardements qui semblaient être la cause des dégâts : la ville semblait avoir été passée au bulldozer, a constaté le correspondant d’IRIN.

ERYTHREE : Le PAM transporte des vivres à l’ouest de l’Erythrée

Cinq camions du PAM ont quitté Asmara jeudi matin transportant 77 tonnes de biscuits à haute teneur en protéines destinés à 39 000 personnes déplacées à l’ouest de l’Erythrée. Ce convoi se rendait à Teletabasher, près de la frontière soudanaise, à Dige, près de Gash Barka dans le sud-ouest et à Goluj, au sud de Tesseney, a annoncé l’agence onusienne. Ils devaient atteindre leur destination dans un délai de trois jours. ‘Ceci est une mesure provisoire jusqu’à ce que nous puissions déterminer le lieu de relocalisation de toutes ces personnes déplacées. Ensuite, l’agence s’attacherait surtout à obtenir des provisions durables de mais, farine, sucre et sel aux populations touchées, a indiqué à IRIN la porte-parole du PAM, Lindsey Davies. Mme Davies a expliqué que la question des réserves alimentaires en Erythrée dans un plus long terme était préoccupante, particulièrement depuis que les régions de Dibub et Gash Barka, qui fournissent normalement 80 pour cent des céréales d’Erythrée, avaient été touchées par deux années de sécheresse et étaient maintenant secouées par la guerre.

ERYTHREE : selon le HCR, le chiffre des déplacés n’est pas bien connu

A Genève mardi, le porte-parole du HCR, Kris Janowski, a indiqué qu’on ne savait pas encore exactement combien de personnes avaient été déplacées par les combats en Erythrée. Le président Isayas avait annoncé que jusqu’à ce jour, au moins un million de personnes avaient été touchées par les affrontements. Les autorités érythréennes avaient avancé plus tôt un chiffre de 550 000 déplacés mais M. Janowski a fait savoir que ce chiffre incluait probablement quelque 300 000 déplacés par la sécheresse et des affrontements antérieurs. Il a indiqué que les autorités érythréennes avaient demandé aux organisations internationales de monter une opération transfrontalière à partir du Soudan pour venir en aide aux déplacés aux alentours de la ville de Tesseney, à l’ouest du pays, en vue de les empêcher de fuir au Soudan.

SOMALIE : Le Conseil de sécurité soutient la conférence de Djibouti

Le Conseil de sécurité de l’ONU a exprimé son soutien mardi en faveur de l’initiative de paix en Somalie conduite par Djibouti. Une déclaration du Conseil a appelé les membres de la communauté internationale à apporter un soutien financier et politique aux efforts du gouvernement de Djibouti. Des sources diplomatiques ont confié à IRIN lundi que l’ONU avait produit un rapport sur la façon dont les bailleurs de fonds pouvaient soutenir la conférence de paix pour la Somalie à Arta, où sont réunis près de 700 Somalis sous les auspices de Djibouti. Les négociations devraient se poursuivre pendant au moins un autre mois.

Nairobi, le 26 mai 2000

[FIN]

[IRIN-CEA: Tel: +254 2 622147 Fax: +254 2 622129
e-mail:irin-cea@ocha.unon.org]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d’informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d’IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.reliefweb.int/IRIN ]

21/05/2000 – ONU – IRIN – Bulletin N° 20 La guerre entre l’Erythrée et l’Ethiopie. L’embargo sur les armes, etc…

NATIONS UNIES
Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires – IRIN
Pour l’Afrique Centrale et de l’Est
Tél: +254 2 622 147
Fax: + 254 2 622 129
E-mail: irin@ocha.unon.org

AFRIQUE CENTRALE ET DE L’EST: IRIN-CEA Bulletin hebdomadaire 20 (du 13 au 19
mai 2000)

SOMMAIRE:

ETHIOPIE-ERYTHREE: Les combats s’intensifient
ERYTHREE: Des centaines de milliers de personnes fuient
ETHIOPIE-ERYTHREE: L’ONU impose un embargo sur les armes
ETHIOPIE-ERYTHREE: D’énormes réserves d’armes
ETHIOPIE: Résultats des élections attendus le 7 juin

SOMALIE: Des inondations dans des régions limitées mais ‘fragiles’

ETHIOPIE-ERYTHREE: Les combats s’intensifient

Les troupes éthiopiennes ont effectué jeudi une percée en territoire érythréen s’emparant de Barentu, ville régionale stratégique et important
carrefour sur le front occidental.
Des journalistes conduits jusqu’à la
ligne de front ont rapporté qu’en dépit des appels lancés pour mettre un terme à la guerre, l’Ethiopie poursuivait son offensive, insistant sur le
fait qu’elle avait le droit de ‘défendre’ sa souveraineté.
Utilisant des hélicoptères de combat, des chasseurs bombardiers et des équipements
d’artillerie lourde, l’Ethiopie contrôlait maintenant ‘la quasi-totalité de
l’espace aérien au-dessus du front occidental de Mereb sans riposte de l’Eryhtrée’, a rapporté un correspondant de la BBC sur place.

ERYTHREE: Des centaines de milliers de personnes fuient les combats

Les autorités érythréennes ont demandé au bureau de l’ONU pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) de fournir une aide d’urgence
à quelque 200 000 nouveaux déplacés en bordure des lignes de front, a déclaré le porte-parole de l’ONU, Fred Eckhard, jeudi à New York. Ont été
requis des produits alimentaires tels que des repas préparés et des biscuits à haute teneur en protéines ainsi que des médicaments, de l’eau et du
matériel pour construire des abris.
L’ONU a mis en place une unité de réponse d’urgence sur place englobant les agences humanitaires de l’ONU, les ONG et les représentants du gouvernement érythréen, a déclaré Fred Eckhard.
Le gouvernement affirme que 550 000 personnes venant de villages et de campements, principalement de la région de Gash Barka, se déplaçaient en
direction des villes de Haikoita et Agordat, à environ 50-100 km de Barentu.

Des milliers d’Erythréens fuyant les combats faisant rage aux abords de la ville érythréenne de Barentu ont traversé la frontière pour chercher refuge
dans l’Etat de Kassala au Soudan.
Le HCR situe le nombre de nouveaux réfugiés entre 6000 et 20 000, mais a signalé que selon certaines
informations, 80 000 érythréens supplémentaires attendaient de traverser la frontière.
Le porte-parole du HCR Ron Redmond a fait savoir que l’agence pour les réfugiés pouvait gérer cette urgence compte-tenu du fait qu’elle
avait déjà des camps le long de la frontière abritant quelque 160 000 réfugiés érythréens, dont certains étaient là depuis 25 ans.

ETHIOPIE-ERYTHREE: Le Conseil de sécurité impose un embargo sur les armes

Dans une résolution adoptée mercredi, le Conseil de sécurité de l’ONU a imposé un embargo sur les armes en Ethiopie et en Erythrée et a demandé que
les deux parties désengagent leurs forces militaires et ‘n’entreprennent rien qui puisse aggraver les tensions’. Il a également demandé que les
pourparlers de paix, sous les auspices de l’OUA, soient repris ‘sans conditions’ dès que possible.
L’embargo sur les armes demande à tous les Etats d’empêcher la vente ou la livraison d’armes ou de tout matériel militaire – armes, munitions, véhicules militaires, équipement paramilitaire, pièces – aux deux pays ‘par leurs ressortissants ou en
utilisant leurs propres vaisseaux ou avions’.

ETHIOPIE-ERYTHREE: Les énormes réserves réduisent l’effet de l’embargo

L’annonce de l’embargo sur les armes a été critiquée par certains observateurs qui estimaient que le Conseil de sécurité avait attendu trop
longtemps avant de prendre des mesures contre une guerre qui était considérée comme la plus importante sur le continent africain, en matière de
contingents et d’armement.

Un spécialiste régional a expliqué à IRIN que
l’embargo sur les armes ne changerait pas grand-chose dans ces deux pays, qui avaient passé les deux dernières années à acquérir des armes air-sol
perfectionnées.

ETHIOPIE: Résultats des élections attendus le 7 juin

Les électeurs éthiopiens se sont rendus aux urnes dimanche pour choisir les membres des neuf assemblées régionales, les 548 membres du parlement
national et les conseillers municipaux d’Addis Abeba et Dire Dawa.
L’opposition n’a pas présenté de candidats pour chaque siège, se plaignant de manipulation et de harcèlement dans certaines régions, bien que les
partis de l’opposition aient pour la première fois utilisé la radio et la télévision pour leur campagne électorale.
Les habitants de la région d’Ogaden n’ont pas voté en raison de la crise de la faim causée par trois
années de sécheresse – maintenant suivie de pluies torrentielles.
Les résultats officiels devraient être annoncés le 7 juin. Un responsable du ‘National Election Board’ avait déclaré que le conflit n’avait pas affecté
le processus électoral, a rapporté la radio officielle.

SOMALIE: Des inondations dans des régions limitées mais ‘fragiles’

Le sud de la Somalie est touché par des inondations dans des ‘régions relativement limitées mais très fragiles’, a déclaré le coordinateur
humanitaire de l’ONU pour la Somalie, Randolph Kent, à l’issue d’une brève mission d’évaluation des inondations conduite mardi par une équipe de
fonctionnaires onusiens.
Les pluies exceptionnelles des quelques dernières
semaines avaient fait déborder les rivières dans le sud de la Somalie, et causé des inondations éclair dans le nord. ‘Mombasa’ au sud était la seule
localité touchée de manière considérable. M. Kent a indiqué qu’il s’agissait maintenant d’une ‘excellente occasion’ pour commencer les mesures de
prévention qui consistaient à renforcer les rives des cours d’eau, à draguer les canaux et les réservoirs d’eau.

Nairobi, le 19 mai 2000

[FIN]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d’informations humanitaires des Nations Unies, mais ne
reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences.
Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure
une référence aux sources originales. Les rapports d’IRIN sont archivés sur internet sous :
http://www.reliefweb.int/IRIN ]

13/05/2000 – Nations Unies : Bulletin IRIN N°19

Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires – IRIN
Pour l’Afrique Centrale et de l’Est
Tél: +254 2 622 147
Fax: + 254 2 622 129
E-mail: irin@ocha.unon.org

AFRIQUE CENTRALE ET DE L’EST: IRIN-CEA Bulletin
hebdomadaire 19 (du 6 au 12 mai 2000)

ETHIOPIE-ERYTHREE: Lancement d’une nouvelle offensive

L’Ethiopie a lancé une nouvelle offensive sur les positions érythréennes peu après minuit vendredi, confirmant les craintes exprimées récemment par une
mission du Conseil de sécurité de l’ONU aux deux pays selon lesquelles ‘la guerre la plus importante du continent africain’ allait reprendre.
De violents combats faisaient rage actuellement sur le front de Zela Ambessa-Egela au nord de l’Ethiopie et sur le front de la rivière Mereb au nord-ouest, selon le site web du gouvernement éthiopien.
Le communiqué a accusé l’Erythrée d’envahir le territoire et de faire preuve ‘d’un manque de
volonté à négocier’ lors des négociations de paix de cette semaine qui n’ont pas abouti. Selon des informations non confirmées, un avion éthiopien aurait
attaqué le sud de Mendefra, un axe routier stratégique reliant l’Ethiopie à Asmara. Les habitants ont commencé jeudi à quitter la ville septentrionale d’Adigrat à bord de véhicules privés et publics, ont indiqué à IRIN des sources humanitaires.
Les déplacements de Mekele vers le nord ont été
interrompus pour les travailleurs humanitaires. Un communiqué publié par le ministre des affaires étrangères érythréen a indiqué que l’Ethiopie,
ignorant le processus de paix, s’était préparée à la guerre et avait publiquement confirmé qu’elle éclaterait ‘lorsque les préparatifs seraient
achevés.’

ETHIOPIE-ERYTHREE: Efforts infructueux de la mission de l’ONU

Plus tôt, l’ambassadeur américain à l’ONU, Richard Holbrooke, avait averti avant de quitter Asmara que l’Ethiopie et l’Erythrée étaient probablement
sur le point d’entrer dans un nouveau conflit.
D’après Reuter, il aurait affirmé que de nouveaux combats conduiraient à un carnage sur le champ de
bataille et aggraverait la crise de la faim.
M. Holbrooke s’adressait ainsi à des journalistes locaux et internationaux à l’aéroport d’Asmara mercredi, lorsque les efforts diplomatiques exercés alternativement auprès des deux pays avaient cessé de progresser après l’effondrement des pourparlers de
paix.
M. Holbrooke avait dirigé une mission composée de sept membrres du Conseil de sécurité pour essayer de convaincre les deux pays à reprendre les
négociations de paix.

ETHIOPIE: 130 observateurs pour un scrutin plus ouvert

Le Congrès éthiopien de défense des droits de l’homme a formé 130 observateurs pour le scrutin du 14 mai au cours duquel les électeurs choisiront un parlement fédéral, neuf assemblées régionales et des membres
de conseil pour la capitale et la ville orientale de Dire Dawa, d’après un communiqué de presse.
Bien qu’aucune annonce officielle n’ait été faite sur la tenue des élections dans les régions touchées par la nouvelle offensive, elles seraient probablement repoussées, ont fait savoir des sources diplomatiques ce vendredi.

ETHIOPIE: Les inondations touchent les régions de la sécheresse

Des pluies torrentielles se sont abattues sur Gode pendant trois jours, causant des inondations dans la région d’Ethiopie la plus frappée par la
sécheresse et la crise de la faim.
L’eau ‘arrive au genou’ autour des entrepôts de Gode, a indiqué à IRIN un agent humanitaire. Les inondations
auraient eu ‘du bon et du mauvais’. Elles perturbent les livraisons et causent des dégâts mais améliorent les pâturages pour les communautés pastorales.
Des chutes de pluie importantes ont également été signalées par le CICR dans des zones de la région de Somalie, y compris Jijiga, Denan,
Imi, Fid, Degehabur et les zones de Liben.

ETHIOPIE: Epidémie suspectée d’anthrax dans la région d’Afar

A la suite d’un avertissement local signalant que des ‘centaines’ de personnes seraient en train de mourir d’un ‘syndrome meurtrier particulier’
dans la région d’Afar, un rapport produit par l’unité d’urgences de l’ONU pour l’Ethiopie prévient qu’il y a un besoin immédiat de ‘faire des recherches, de détecter et de confirmer les craintes d’une épidémie
d’anthrax dans les zones 4 et 5 de la région d’Afar…qui semble susceptible de se répandre dans la région d’Amhara et d’autres zones du pays’.

SOMALIE: Les clans choisissent leurs présidents pour les pourparlers

La plupart des clans réunis à Djibouti à l’occasion des pourparlers de paix pour la Somalie ont nommé des présidents pour leurs groupes, et se préparent
pour la session plénière prévue ce samedi, a indiqué une source diplomatique à IRIN. D’ici samedi, les responsables de clans devraient communiquer au
gouvernement de Djibouti le nombre d’émissaires par délégation de clans.
Plus de 700 représentants sont réunis dans les discussions tenues en préambule de la conférence, a indiqué cette source, comprenant une importante délégation du Puntland.

Nairobi, le 12 mai 2000

[FIN]

[IRIN-CEA: Tél: +254 2 622147 Fax: +254 2 622129
e-mail:irin-cea@ocha.unon.org]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d’informations humanitaires des Nations Unies, mais ne
reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences.
Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure
une référence aux sources originales. Les rapports d’IRIN sont archivés sur internet sous :
http://www.reliefweb.int/IRIN ]

01/05/2000 – NATIONS UNIES – Bulletin hebdomadaire de l’IRIN N° 17

NATIONS UNIES
Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires – IRIN
Pour l’Afrique Centrale et de l’Est
Tel: +254 2 622 147
Fax: + 254 2 622 129
E-mail: irin@ocha.unon.org

AFRIQUE CENTRALE ET DE L’EST: IRIN-CEA

Bulletin hebdomadaire 17 (du 22 au 28 avril 2000)

CORNE DE L’AFRIQUE: La migration transfrontalière
‘étendra la crise’

Avertissant que ‘nous nous trouvons au début de ce qui pourrait se transformer en massive tragédie humaine’, un résumé d’observations et de
recommandations adressées au Secrétaire général de l’ONU sur la sécheresse dans la Corne de l’Afrique signale que grand nombre de pays de la région
pourraient être touchés par ce désastre. La migration transfrontalière pourrait s’accroître de manière considérable, a fait savoir le rapport
produit par l’envoyé spécial de l’ONU dans la région Catherine Bertini.
C’est de loin en Ethiopie que la sécheresse frappe actuellement le plus grand nombre de personnes, mais la migration transfrontalière des communautés touchées intensifie et étend la crise. Le rapport indique que les gouvernements de la région ‘sont les principaux responsables pour la prévention des désastres et l’apport d’aide humanitaire à leurs citoyens’.
Néanmoins, l’ampleur de la sécheresse actuelle ‘dépasse largement les
capacités financières et logistiques dont disposent les gouvernements dans la région’.
Selon ce même rapport, le nombre estimé de 16 millions de personnes en danger de mort serait réévalué en raison de l’absence des pluies attendues au mois de mars. ‘Si les pluies ne tombent pas d’ici le mois de mai, le nombre de personnes en attente de secours humanitaire augmentera de manière significative,’ a indiqué le document.

ETHIOPIE-ERYTHREE: Négociations indirectes en Algérie

Une délégation conduite par le ministre des affaires étrangères se rendra en Algérie pour des négociations indirectes avec l’Ethiopie sur le conflit
frontalier, prévues le 29 avril, a indiqué jeudi le conseiller du président érythréen Yemane GebreMeskal. Il a fait savoir à IRIN que l’Erythrée ‘a
accepté tous les pourparlers destinés à mettre un terme au conflit’ et a accusé l’Ethiopie de ne pas parvenir à conclure un accord basé sur le
processus de paix de l’OUA.
L’Ethiopie a également confirmé sa participation, d’après un communiqué du ministère des affaires étrangères.
Le ministre des affaires étrangères Seyoum Mesfin conduira la délégation éthiopienne sur invitation du président en exercice de loua, le chef d’Etat
algérien Abdelaziz Bouteflika.

ERYTHREE: L’ONU qualifie la situation de ‘précaire’

Le coordonnateur résident de l’ONU pour l’Erythrée Simon Nhongo a indiqué à IRIN que la situation humanitaire était ‘précaire’ et que la ‘situation
pouvait dégénérer facilement en catastrophe’.
Les agences de l’ONU avaient lancé un appel pour 42,7 millions de dollars en janvier en vue de répondre
aux besoins humanitaires, dont 62 800 tonnes de vivres pour aider 372 000 personnes touchées par la guerre et plus de 211 000 affectées par la
sécheresse, mais les promesses de vivres et l’acheminement d’aide n’ont pas été suffisants en Erythrée.
M. Nhongo a déclaré que les donateurs avaient
réagi à des ‘situations plus médiatisées’ dans d’autres parties de la Corne d’Afrique, mais que la ‘population était en danger’ en Erythrée.

SOMALIE: Délégations djiboutiennes
pour les négociations de paix

Deux délégations de Djibouti sont arrivées de Somalie en vue de persuader les dirigeants somalis à participer à une conférence sur la paix prévue
maintenant le 2 mai, a rapporté l’agence de presse AP.

La rencontre devait se dérouler du 20 avril au 5 mai, mais fut interrompue en raison de la vive
controverse qu’elle a provoquée et des manifestations anti-djiboutiennes en Somalie à la veille de son ouverture. Mercredi, une délégation de Djibouti
s’est entretenue avec les dirigeants à Baidoa, capitale de la région de Bay au sud de la Somalie.

La seconde délégation s’est rendue dans la région
d’Hiran au centre de la Somalie.

SOMALIE: Epidémie de choléra

Une épidémie de choléra frappant actuellement le sud de la Somalie a coûté la vie à des centaines de personnes, ont indiqué des responsables des
services de santé.
Selon Reuter, quelque 50 personnes sont décédées à Dinsor et à Qansahdhere dans la région de Bay ces derniers jours et près de 400 morts ont été recensés au cours des deux dernières semaines.
Des responsables locaux et des porte-parole ont prévenu que la sécheresse et la famine prolongées ont rendu la population vulnérable à l’épidémie.
Le PAM a lancé un appel d’aide pour obtenir des vivres destinés à 600 000 Somalis touchés par la sécheresse, notamment à Bakool et à Gedo, au nord et au nord-ouest du pays.

Nairobi, le 28 avril 2000

[FIN]

[IRIN-CEA: Tel: +254 2 622147 Fax: +254 2 622129
e-mail:irin-cea@ocha.unon.org]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d’informations humanitaires des Nations Unies, mais ne
reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences.
Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure
une référence aux sources originales. Les rapports d’IRIN sont archivés sur internet sous :
http://www.reliefweb.int/IRIN ]

24/04/2000 – NATIONS UNIES: Bulletin du Bureau de Coordination des Affaires Humaintaires: DJIBOUTI,ETHIOPIE,SOMALIE.

NATIONS UNIES
Bureau de coordination des affaires humanitaires
Réseau intégré d’information régional
Pour l’Afrique centrale et de l’Est

Tel : +254 2 622147
Fax : +254 2 622129
E-mail : irin@ocha.unon.org

AFRIQUE CENTRALE ET DE L’EST:
IRIN-CEA Bulletin hebdomadaire 16 (du 15 au 21 avril 2000)

CORNE DE L’AFRIQUE: On ne peut parler de famine,
estime l’émissaire de l’ONU

L’envoyé spécial du Secrétaire Général dans la Corne de l’Afrique, Catherine Bertini, a démenti que la très grave crise alimentaire dans la région ait
atteint les proportions d’une famine, mais a invité la communauté internationale à répondre généreusement pour éviter une famine.
« Il s’agit d’un problème grave pour les gens de la région, et notre objectif est, conformément aux directives du Secrétaire Général, d’apporter suffisamment de ressources pour générer une sensibilisation suffisante, organiser
suffisamment de systèmes, pour que nous puissions éviter un désastre et empêcher qu’il y ait une famine », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de
presse, mercredi à Nairobi.

ETHIOPIE: L’aide alimentaire de la Croix Rouge arrive
dans les zones affectées

Le CICR indique qu’il a transporté par air quelque 150 tonnes d’aide alimentaire vers la région éthiopienne de Gode depuis le 12 avril dernier.
Quelque 15 à 17 tonnes arrivent à Gode chaque jour dans des Hercules C-130, selon un rapport du CICR publié à Addis Ababa.
Dans les villages, les anciens distribuent les rations, sous le contrôle du personnel du CICR et de la Société éthiopienne de la Croix Rouge.

Selon l’AFP, les donateurs ont été lents à décaisser les fonds nécessaires au Programme alimentaire mondial pour aider les victimes de la famine, mais
les donations ont augmenté suite à la tournée du directeur du PAM, Catherine Bertini, dans la Corne de l’Afrique.

SOMALIE: La situation se détériore dans les régions du sud

La disponibilité alimentaire au sud de la Somalie se détériore rapidement,prévient la FAO, qui décrit la situation comme « très alarmante ».
Malgré de bonnes récoltes en février, quelque 650 000 personnes sont menacées de graves pénuries alimentaires, les régions les plus touchées étant Bakool,Gedo, Bay et Hiran, indique un rapport de la FAO publié cette semaine.
Kevin Farrell, Directeur Pays du PAM pour la Somalie, a indiqué à IRIN que le nord et le nord-ouest de Bakool et Gedo sont actuellement la première
préoccupation. « Nous sommes de plus en plus préoccupés par la situation dans cette zone », a-t-il dit.
Il a ajouté que si les pluies attendues
n’arrivaient pas ou étaient inférieures à la moyenne, la zone touchée augmenterait rapidement et la crise s’intensifierait.

DJIBOUTI: Report des pourparlers de paix pour la Somalie

Les tentatives du président de Djibouti, Ismail Omar Guelleh, de réunir les factions somaliennes pour des pourparlers de paix n’ont pas réellement
décollé.
Ces négociations de paix, qui avaient été accueillies favorablement par le groupement régional IGAD et l’OUA, avaient pour objectif de mettre en
place un gouvernement de transition. Un groupe de 60 intellectuels somalis,avec l’aval tacite de la communauté internationale, avait recommandé que la
date d’ouverture de la conférence, prévue pour jeudi à Djibouti, soit reportée pour de plus amples consultations et pour préparer l’ordre du jour,
ont rapporté les agences de presse.

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d’informations humanitaires des Nations Unies, mais ne
reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences.

Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure
une référence aux sources originales. Les rapports d’IRIN sont archivés sur internet sous :
http://www.reliefweb.int/IRIN ]