09/09/2018 (Brève 1201) Le chef de l’ONU salue l’accord conclu à Djibouti entre l’Erythrée, l’Ethiopie et la Somalie (Xinhuanet)

25/02/2012 (B645) Selon une décision prise par le Conseil de Sécurité des Nations-Unies, la république de Djibouti hébergerait (et protégerait ???) un financier contesté, soupçonné de financer les Al-Shebab, avec les revenus de ses sociétés …

Lien avec l’article : http://www.un.org/News/fr-press/docs//2012/SC10545.doc.htm

NOUVELLE INSCRIPTION SUR LA LISTE DU COMITÉ DU CONSEIL DE SÉCURITÉ FAISANT SUITE
AUX RÉSOLUTIONS 751 (1992) ET 1907 (2009) SUR LA SOMALIE ET L’ÉRYTHRÉE

Le 17 février 2012, le Comité du Conseil de sécurité faisant suite aux résolutions 751 (1992) et 1907 (2009) sur la Somalie et l’Érythrée a procédé à une nouvelle inscription sur la liste des personnes et entités visées par l’interdiction de voyager, le gel des avoirs et l’embargo ciblé sur les armes, prévus respectivement aux paragraphes 1, 3 et 7 de la résolution 1844 (2008):

(12)Jim’ale, Ali Ahmed Nur
Également connu sous le nom de: JIM’ALE, Ahmed Ali
Également connu sous le nom de: JIM’ALE, Ahmad Nur Ali
Également connu sous le nom de: JIM’ALE, Sheikh Ahmed
Également connu sous le nom de: JIM’ALE, Ahmad Ali
Également connu sous le nom de: JIM’ALE, Shaykh Ahmed Nur

Date de naissance: 1954
Lieu de naissance: Eilbur (Somalie)
Nationalité: somalienne
Autre nationalité: djiboutienne
Passeport: no A0181988 (délivré par la Somalie); date d’expiration: 23 janvier 2011
Lieu de résidence: Djibouti (République de Djibouti)

Ali Ahmed Nur Jim’ale (Jim’ale) a assumé diverses responsabilités au sein de l’ancien Conseil somalien des tribunaux islamiques, ou Union somalienne des tribunaux islamiques, un groupe islamiste radical. Les éléments les plus radicaux de l’Union somalienne des tribunaux islamiques ont formé le groupe connu sous le nom de Al-Chabaab. En avril 2010, Al-Chabaab a été désigné pour faire l’objet de sanctions ciblées par le Comité du Conseil de sécurité faisant suite aux résolutions 751 (1992) et 1907 (2009) sur la Somalie et l’Érythrée (ci-après « le Comité des sanctions sur la Somalie et l’Érythrée »). Le Comité a décidé d’inscrire Al-Chabaab sur la liste au motif que cette entité participe à des actes qui, directement ou indirectement, menacent la paix, la sécurité ou la stabilité de la Somalie, y compris mais non limité à des actes qui menacent le Gouvernement fédéral de transition somalien.

Selon le rapport en date du 18 juillet 2011 établi par le Groupe de contrôle du Comité des sanctions sur la Somalie et l’Érythrée (S/2011/433), Jim’ale est décrit comme un homme d’affaires et une personnalité influente impliqué dans les échanges de charbon de bois et de sucre contrôlés par Al-Chabaab et qui entretient des relations privilégiées avec ce mouvement.

Jim’ale est désigné comme l’un des principaux financiers d’Al-Chabaab, dont il partage l’idéologie. Il a fourni des fonds et un appui politique essentiels à Hassan Dahir Aweys (ou « Aweys »), qui est également inscrit sur la liste du Comité des sanctions sur la Somalie et l’Érythrée. Au cours de l’année 2011, Muktar Robow, ancien Vice-Émir d’Al-Chabaab, aurait poursuivi ses manœuvres politiques au sein d’Al-Chabaab. Robow a encouragé Aweys et Jim’ale à promouvoir leurs objectifs communs et à renforcer leur position dans le contexte des divisions à la tête d’Al-Chabaab.

À l’automne 2007, Jim’ale a ouvert une société écran à Djibouti, appelée Investors Group et destinée à dissimuler des activités extrémistes. Le groupe avait pour objectif à court terme de déstabiliser le Somaliland en finançant des activités extrémistes et en achetant des armes. Il a contribué, via Djibouti, à la contrebande d’armes légères provenant d’Érythrée et destinées à la Cinquième région d’Éthiopie, où des extrémistes réceptionnaient les envois. Courant 2008, Jim’ale dirigeait toujours Investors Group.

À la fin de septembre 2010, Jim’ale a créé ZAAD, une société de transfert d’argent par mobile, et s’est entendu avec Al-Chabaab pour rendre les transferts d’argent plus anonymes en supprimant tout besoin d’identification.

À la fin de 2009, Jim’ale possédait un fonds hawala connu, sur lequel il déposait les montants correspondants à la zakat, lesquels étaient ensuite reversés à Al-Chabaab.

Jim’ale contrôle également Hormuud Telecommunications (ci-après « Hormuud »), une société connue pour être l’un des plus grands financiers d’Al-Chabaab. Hormuud a notamment effectué des versements de plusieurs centaines de milliers de dollars à Al-Chabaab par l’entremise de Jim’ale.

Hormuud est dirigée par plusieurs anciens gros actionnaires d’Al-Barakaat, dont Jim’ale est le plus important. Hormuud Telecommunications a été créée par les anciens dirigeants d’Al-Barakaat en vue de redevenir les principaux fournisseurs de services de télécommunications de la Somalie. Par ailleurs, les dirigeants de Hormuud ont fourni des réseaux de communications personnels à des responsables d’Al-Chabaab comme Hassan al-Turki, un responsable militaire partageant l’idéologie du mouvement et qui a également été inscrit sur la liste du Comité des sanctions sur la Somalie et l’Érythrée.

Outre un financement, Hormuud Telecommunications a fourni un appui matériel et logistique essentiel à Al-Chabaab, notamment des armes, des mercenaires et des munitions. Les porte-parole de groupes somaliens modérés ont conseillé aux Somaliens de ne pas utiliser Hormuud Telecommunications Company parce que le personnel de cette société écoute les conversations pour le compte d’Al-Chabaab. Par ailleurs, Hormuud a interrompu les communications téléphoniques pendant les attaques d’Al-Chabaab contre les forces gouvernementales pro-somaliennes.

La version la plus récente de la liste peut être consultée sur la page Web du Comité à l’adresse suivante:

http://www.un.org/sc/committees/751/pdf/1844_cons_list.pdf.

07/08/2011 (B616) Un lecteur nous adresse le dernier rapport (en Anglais) au Conseil de sécurité des Nations-Unies en date du 18 juillet 2011 "Report of the Monitoring Group on Somalia and Eritrea pursuant to Security Council resolution 1916 (2010) ". Nous mettons ce rapport à disposition en téléchargement.

Lien de téléchargement (417 pages – env 25Mo – PDF)

Bonne lecture à toutes et à tous

Sommaire :


Abbreviations. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
Summary . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
I. Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
A. Mandate . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
B. Methodology . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

Somalia

II. Context: description of the security-related environment . . . . . . . . 15

III. Acts that threaten the peace, security and stability of Somalia . . .17
A. Harakaat al-Shabaab al-Mujaahidiin . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
B. Al-Shabaab as a regional and international threat . . . . . . . . . 24
C. Human smuggling networks exploited by Al-Shabaab . . . . 25
D. Al-Shabaab finances . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
E. Sool Sanaag Cayn Army. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
F. Piracy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

IV. Violations of the general and complete arms embargo. . . . . . . . . . 41
A. Bakaara arms market . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .42
B. Diversion of arms and ammunition from the Transitional Federal Government and
affiliated militia. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
C. Improvised explosive devices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
D. Arms deliveries by air. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
E. Man-portable air defence systems . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
F. Ethiopian assistance, operations and presence in Somalia. . . . . . .. . . 51
G. Private security companies. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
H. Private maritime security companies. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
I. Non-compliance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
V. Obstruction of humanitarian assistance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
A. Operational environment for humanitarian activities. . . . . . . . . . . . . . 56
B. Denial of access by Al-Shabaab. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
C. Obstruction of access by other actors . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . 62
D. Past misappropriation of aid resources and corrective measures . . . . 66

Eritrea

VI. Background and context . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68

VII. Support to armed groups involved in violence, destabilization or terrorist acts. . . . . . . . . . . . . 69
A. External operations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .70
B. Training facilities . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . 72
C. Eritrean assistance to armed groups in violation of Security Council resolutions 1844
(2008) and 1907 (2009) .. . . . . . . . . . . . . 73
D. Djibouti . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
E. Ethiopia . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
F. Somalia . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
G. The Sudan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
VIII. Violations of the arms embargo . . . . . . . . . . . . . . . . 90
A. Arms imports and external military assistance . . . . . . . . . 90
B. Export of arms and ammunition. . . . . . . . . . . . . . . .. . . . 95

IX. Financing in support of violations of resolution 1907 (2009) . . . . . . . 97
A. Financing of military procurement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
B. Structure and control of finances: Eritrea’s formal and informal economic systems . . . . 99
C. Red Sea Corporation and other businesses owned by the People’s Front for Democracy and Justice . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
spora taxes and remittances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
E. Fund-raising and mobilization by the People’s Front for Democracy and Justice in the diaspora . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
F. Direct financial contributions. . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
G. Clandestine business and banking networks of the People’s Front for Democracy and Justice in the diaspora. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
H. Honorary consuls and offshore business partners. . . . . . . . . . . . . 105
I. Contraband trade with the Sudan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
J. Human smuggling and trafficking . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . 109
K. Mining operations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .110

X. Acts that obstruct implementation of Security Council resolution 1862 (2009) . . . . . . . . . . . . 111
A. Djiboutian military personnel missing in action. . . . . . . . . . . . . . . 111
B. Eritrean support for the Front pour la restauration de l’unité et de la démocratie-Combattant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
Observations, conclusions and recommendations

XI. State cooperation with the Monitoring Group. . . . . . . . . . . . . . . . 112

XII. Observations and conclusions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . 113

XIII. Recommendations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
A. Somalia . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
B. Eritrea . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
Annexes
Somalia
__________________________________________

1. Threats to peace and security . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119

1.1. Mogadishu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120

1.1.a. African Union Mission in Somalia area of operations as of 24 March 2011 . . . 120

1.1.b. Mogadishu incident review from April 2010 to April 2011 . . . . . . 121

1.1.c. Civilian improvised explosive device casualties from April 2010 to April 2011….. 122

1.1.d. Attacks on African Union Mission in Somalia and Transitional Federal
Government forces from April 2010 to April 2011 . . . . . . . . . . . . . .. 123

1.2. Images of materiel recovered from Atom’s militia. . . . . . . . . . . . . 127

1.3. Case study: the Sool Sanaag Cayn Army . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130

2. Al-Shabaab as a regional threat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 135

2.1. Case study: the “11/7” Kampala bombings. . . . . . . . . . . . . . . . . 136

2.1.a. Mobile phone linkages to key suspects of the Kampala bombings, 11 July 2010. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138

2.1.b. Summary of mobile phone linkages and activities of key suspects of the
Kampala bombings, 11 July 2010 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139

2.2. Case study: Muslim Youth Centre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .140

2.2.a. Muslim Youth Centre constitution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149

2.2.b. Muslim Youth Centre organizational chart. . . . . . . . . . . . . . . 158

2.2.c. Al-Misbah weekly newsletters (No. 083, No. 085 and No. 087) . . . . . . . . . . . . 159

2.2.d. Photograph of minor at a Muslim Youth Centre recruitment session,
20 October 2009 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168

2.2.e. Photo of Muslim Youth Centre “Jihad training” at Sir Ali Muslim Club,
Nairobi, 27 September 2009 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169

2.2.f. Muslim Youth Centre receipt for “Jihad training” event at Sir Ali Muslim
Club, September 2009 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170

2.2.g. Photograph of Muslim Youth Centre members at the Abdullah al-Faisal
demonstration, 15 January 2010 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172

2.2.h. Photographs of “Amiir” Ahmad Iman Ali . . . . . . . . . . . . . . . . .. 173

2.2.i. Copy of cheque donation by Honourable Amina Abdullah, Member of
Parliament . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174

2.2.j. Kenyan Tourism Minister Najib Balala at Pumwani Riyaddha Mosque
Committee/Muslim Youth Centre fund-raising event . . . . . . . . . . . . . 175

2.2.k. Transcript of audio recording of Ramadan Osao “Captain” and a Pumwani Riyaddha Mosque Committee member, 7 May 2011. . . . . . . . 177

2.3. Abdirahman Abdi Salawat passport. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .179

3. Al-Shabaab finances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180

3.1. Case study: Al-Shabaab’s “charcoal for sugar” trade cycle . . . . . . 181

3.1.a. Company profile Al Baoon General 2011 . . . . . . . . . . . . . . . . 188

3.1.b. Kismaayo-Baraawe port manifest for Al Baoon General Trading . . 189

3.1.c. Cheque from Al Baoon General Trading . . . . . . . . . . . . . . . . 190

3.1.d. Company profile Nour Mowafaq General Trading 2011. . . . 191

3.1.e. Company profile Sinwan General Trading 2011 and Sinwan-Adaani
separation letter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192

3.1.f. Company profile Mogadishu Stars General Trading 2011 . . . . 197

3.1.g. MV Amal bill of lading Brava-Jizan, 3 April 2010 . . . . . . . . . 198

3.2. Case study: Al-Shabaab taxation at ports . . . . . . . . . . . . . . . . . 199

3.2.a. Taxation routes (with call outs). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202

3.2.b. Taxation routes (without call outs) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203

4. Piracy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204

4.1. Pirate Tactics, Techniques and Procedures . . . . . . . . . . . . . . . . .205

4.1.a. Pirate attack on the MV Almezaan . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . 205

4.1.b. Hijacking of the MV Victoria . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 208

4.1.c. Modified skiff. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213

4.1.d. Seized pirate document (distribution of shares). . . . . . . . . . . . . 214

4.1.e. Weapons, equipment and motherships 2010-2011. . . . . . . . . 215

4.2. Case study: Loyaan Siciid Barte, pirate negotiator . . . . . . . . . . . 221

4.2.a. Sketch of pirate negotiator Loyaan Siciid Barte . . . . . . . . . . . . 227

4.3 Case study: pirates and finances — the Hobyo-Harardheere “business model” . . . . . . . . 228

5. Arms embargo violations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 230

5.1. Case study: diversion of arms and ammunition from the Transitional Federal
Government and affiliated militia . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231

5.2. Bodyguard BM-518 receivers recovered in Somalia . . . . . . . 235

5.3. Aviation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 237

5.3.a. List of Somali Airfields controlled by armed opposition groups . . 237

5.3.b. Survey of civil aviation movements during Al-Shabaab’s “Ramadan Offensive” …. 238

5.4. Case study: man-portable air defence systems in Somalia — how great is the threat? . . . 241

5.4.a. List and photographs of man-portable air defence systems and battery coolant units inspected in Harar, Ethiopia, November 2010 . . . . . . . 245

5.4.b. Markings of two SA-7b launchers from buyback request . .. . . 249

5.5. Non-compliant States and organizations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .250

6. Private security companies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 254

6.1. Private security companies operating in Somalia . . . . . . . . . .. . . 255

6.1.a. Transitional Federal Government letter of endorsement for Clear Ocean . . . . . 265

6.2. Case study: Southern Ace. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .267

6.2.a. Southern Ace company profile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 271

6.2.b. Letter from Gaalmudug Minister of Aviation, 25 January 2010 .. 272

6.3. Case study: Saracen International . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 273

6.3.a. Letter to the United Nations regarding cessation of counter-piracy training, 17 February 2011 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 284

6.3.b. First page of Saracen company profile 2009 . . . . . . . . . . . . . 286

6.3.c. Universal Consultants company registration . . . . . . . . . . . . . . 287

6.3.d. English translation of file on Saracen International from the Ministry of
Justice of Lebanon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 288

6.3.e. Australian African Global Investments air waybill flight EK-32604 . . . . . . . . . 292

6.3.f. Images of An-32 EK-32604 with cargo for Saracen International, at Hargeysa, December 2010. . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 293

6.3.g. Australian African Global Investments invoice for Saracen International/
Puntland Development Group . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 296

6.3.h. UFA Consultants invoice for Saracen International. . . . . . . . . 297

6.3.i. MV Eaton — ship’s particulars. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 298

6.3.j. Gaalmudug letter to the international community concerning Saracen
International . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299

6.4. Case study: Afloat Leasing. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 301

6.4.a. MV Eaton — ship’s particulars. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 309

6.5 Case study: Protection Vessels International . . . . . . . . . . . . . . 310

6.5.a. Abandoned weapons, ammunition and equipment in Eritrea . . . . 313

6.6. Responses from private maritime security companies . . . .. . . . . . 314

7. Obstruction of humanitarian assistance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .315

7.1. Acts of obstruction against humanitarian operations . . . . . . . . 316

7.1.a. Summary of major acts of obstruction against humanitarian operations by date (2010/early 2011) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 316

7.1.b. Summary of major acts of obstruction against humanitarian operations by
region/zone (2010) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 325

7.2. Al-Shabaab expulsion, taxation and registration . . . . . . . . . . . . . 336

7.2.a. Cases of expulsion by Al-Shabaab . . . . . . . . . . . . . . . .. . . 336

7.2.b. Al-Shabaab taxation and registration — additional examples and trends . . . . . 338

7.3. Humanitarian aspects of the mandate of the African Union Mission in Somalia. . . . . . . . 343

7.4 Transitional Federal Government registration and regulation of humanitarian activities . 344

7.4.a. Transitional Federal Government non-governmental organization registration 345

7.5. Puntland — obstacles to humanitarian assistance . . . . . . . . . . . 346

7.6. Somaliland — obstacles to humanitarian assistance . . . . . . . . . . 347

7.7. Obstruction of assistance by other regional authorities, freelance militias and bandits . . 348

7.8. Review of World Food Programme operations and corrective measures . . . . . . . . . . . . . . 349

7.8.a. World Food Programme compliant hotline . . . . . . . . . . . . . .. . . 352

Eritrea

8. Support for armed groups in the region . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 353

8.1. Eritrean training facilities. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 354

8.2. Images of Front pour la restauration de l’unité et de la démocratie-Combattant Training at Anda’ali, October 2009 . . . . . . . . . . . 357

8.3. Case study: The Ogaden National Liberation Front “Alanside force” . . . . . . . . . . . . . . . . 358

8.3.a. Materiel recovered from Ogaden National Liberation Front “Alanside force” in Somaliland . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 361

8.3.b. Materiel recovered from Ogaden National Liberation Front “Alanside force” near Jgjiga. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 364

8.3.c. Eritrean end-user certificate for arms and ammunition purchased from
Bulgaria. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 367

8.4. Case study: planned “Oromo Liberation Front” operation to disrupt the African Union Summit (contained in section VII.E of the report) . . 374

8.4.a. Sample pages of Oromo Liberation Front contact list in Asmara. . 374

8.4.b. Sample money transfer records . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 376

8.4.c. Selected images of explosives and materiel recovered from Oromo Liberation Front team arrested in Addis Ababa . . . . . . . . . . . . . . 379

8.4.d. Eritrean end-user certificate for arms and ammunition purchased from
Romania . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 381

8.4.e. Sample telephone records for Omar Idriss Mohamed . . . . . . . .. . 382

8.5. Case study: Eritrean intelligence links with Somali and other armed opposition groups . 384

8.5.a. Sample receipts of payments from the embassy of Eritrea . . . . . . . 389

9. Arms imports and external assistance . .. . . . . . . . . . . . . . . . . 390

9.1. Summary of findings to date on military cooperation between Eritrea and the Islamic Republic of Iran . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 391

9.2. Copy of ownership documentation of the MV Nizar M . . . . . . . . . . 392

9.3. Statement by Kafi Holdings Agency . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 393

10. Aircraft maintenance. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 394

10.1. Eritrean Sukhoi Su-27 at the “AviaRemontny Zavod VVO 713” aircraft maintenance facilities in Zaporozhye, Ukraine (date unknown) .. . . . . . . . 395

10.2. Eritrean Pilatus Porter PC-6 bearing Eritrean flag, registration number E3-AAS and “EMIC” titles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 397

11. Financing . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 398

11.1. Sample documentation of financial contributions from Eritrean businessmen to the
embassy of Eritrea in Kenya .. . . . . . . . . . . . . . . . . . 399

12. Correspondence between the Monitoring Group and the Government of Eritrea . . . . . . . . . . . 400

Observations, conclusions and recommendations
13. State cooperation with the Monitoring Group. .. . . . . . . . . . . . . . . . . 416

26/02/11 (B593) UN Special Representative for Somalia discounts allegations against Somali police recruits in Djibouti (En Anglais – Info lecteur) // Le représentant spécial des Nations unies dément les propos de DAF (et des autres ?) selon lesquels, les policiers somaliens en formation à Djibouti, auraient participé à la répression sauvage contre les manifestants du 18 février.

__________________________ 1 – Note de l’ARDHD

On voudrait bien le croire. De toutes les façons, il ne pouvait pas dire le contraire et il n’était pas sur place ! Contrairement à ses affirmations, de nombreux témoignages concordants nous sont parvenus pour dénoncer l’implication de ces policiers. Alors on a toujours des doutes sérieux … !
__________________________ 2 – Représentant spécial de l’ONU

Special Representative of the United Nations Secretary-General Ambassador Augustine P. Mahiga, today discounted allegations made in the media by Daher Ahmed Farah of the Djiboutian opposition, that Somali police trainees in Djibouti had a hand in suppressing protestors in a recent demonstration there.

The police trainees are sponsored by the United Nations with Japanese Funding, with several of the trainers from the African Union.

“Djibouti is hosting the training and its Government has consistently demonstrated its commitment to support international efforts to promote peace and stability in Somalia and the region.

“Moreover, the Government of Djibouti has been a long-time supporter of Somalia and the Somali people and has had a key role in the peace process from its inception. Most recently, the Government of Djibouti has been providing training of Somali police personnel,” Ambassador Mahiga said.

Ambassador Mahiga refuted the false allegations made by Daher Ahmed Farah, calling them baseless. He said that the Somali police trainees have not even completed their training before they return to Mogadishu next month.

“The Somali police recruits are there strictly to receive training and have not been in any way involved in the domestic affairs of the Republic of Djibouti. This is the principled position of the United Nations.”

30/06/10 (B558) Les traits de l’Erythrée (1 article en Français)

_______________ 1 – Centre Info de l’ONU

Erythrée : des progrès mais pas de levée des sanctions

L’Erythrée a fait des progrès depuis l’établissement d’un régime de sanctions en 2009, mais ce pays doit faire plus pour prouver qu’il se conforme aux résolutions de l’ONU, estime le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, dans un rapport publié lundi.

« Malgré les positions qu’il a adoptées de longue date sur la Somalie et Djibouti, le gouvernement érythréen a récemment pris un certain nombre d’initiatives pour engager un dialogue constructif avec ses voisins et la communauté internationale », relève ce rapport remis au Conseil de sécurité.

Parmi ces initiatives, Ban Ki-moon cite la participation du gouvernement érythréen à la Conférence d’Istanbul sur la Somalie en mai dernier et son implication dans les pourparlers engagés par le Qatar pour résoudre le différend frontalier avec Djibouti.

« Je me félicite de l’approbation par l’Erythrée de la Déclaration d’Istanbul sur la Somalie, cela marque une rupture notable avec sa politique antérieure », salue le rapport. Le Secrétaire général rappelle en effet que « jusqu’à peu », le gouvernement érythréen contestait « la légalité et la légitimité du Gouvernement fédéral de transition somalien et exigeait l’expulsion des troupes de la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM) ».

Le Secrétaire général se dit aussi « encouragé » de voir l’Erythrée engagée sur la voie d’un règlement pacifique de son conflit frontalier et d’une normalisation de ses relations avec Djibouti. Ban Ki-moon se réfère à l’accord signé entre les deux pays en juin, grâce à la médiation du Qatar, et qui a débouché sur le retrait de troupes érythréennes du territoire djiboutien et le déploiement d’une force d’observation qatarienne à la frontière entre les deux pays.

Evoquant ensuite les sanctions imposées à l’Erythrée par le Conseil de sécurité dans sa résolution 1907 en 2009, le Secrétaire général regrette que les capacités de vérification de l’ONU soient toujours « restreintes ». Dans cette résolution, le Conseil impose en effet un embargo sur les ventes d’armes au pays, interdit aussi à plusieurs hauts responsables érythréens de voyager et prévoit le gel de leurs avoirs, en raison de leur rôle dans la déstabilisation de la région de la Corne de l’Afrique. Ban Ki-moon dit toutefois espérer que le nouveau Groupe de contrôle sur la Somalie et l’Erythrée puisse contrôler l’application de la résolution 1907.

Le rapport du Secrétaire général salue ensuite les initiatives de l’Erythrée pour rétablir sa représentation au siège de l’Union africaine, à Addis Abeba, en Ethiopie. Il appelle le pays à en faire autant avec l’Autorité intergouvernementale de développement. Ban Ki-moon souligne en effet qu’en « renforçant sa participation aux activités des organisations régionales et ses liens avec la communauté internationale, l’Erythrée contribue au renforcement de la paix et de la stabilité de la Corne de l’Afrique ».

Pour conclure, le Secrétaire général estime que l’évolution récente de la situation est « un pas dans la bonne direction », mais exhorte le gouvernement érythréen à intensifier ses efforts « afin d’apporter la preuve qu’il se conforme à la résolution 1907 ». Il ajoute aussi que des progrès dans la mise en œuvre des décisions de la Commission du tracé de la frontière entre l’Erythrée et l’Ethiopie et dans la normalisation des relations entre ces deux Etats contribueraient à la stabilisation de la toute la région de la Corne de l’Afrique.

20/03/10 (B543) LE CONSEIL DE SÉCURITÉ PROROGE ET ÉLARGIT LE MANDAT DU GROUPE DE CONTRÔLE SUR LA SOMALIE ET L’ÉRYTHRÉE

Il condamne en outre « la politisation, le mauvais usage et le détournement » de l’aide par des groupes armés en Somalie

Le Conseil de sécurité a, cet après-midi, prorogé le mandat du Groupe de contrôle sur la Somalie, priant le Secrétaire général de prendre « le plus rapidement possible » les mesures nécessaires en vue de le reconstituer pour une période de 12 mois, en lui adjoignant trois experts supplémentaires en vertu de sa résolution 1907 (2009) sur les sanctions à l’égard de l’Érythrée.

Le Conseil, par sa résolution 1916 (2010), adoptée aujourd’hui à l’unanimité, élargit le mandat du Groupe de contrôle en le chargeant notamment d’enquêter sur toutes les activités « qui permettent de dégager des recettes servant à violer les embargos sur les armes visant la Somalie et l’Érythrée », ainsi que sur « tout moyen de transport, itinéraire, port de mer, aéroport ou autre moyen utilisé » lors de ces violations.

Le Groupe de contrôle devra également dresser un « projet de liste de personnes et d’entités commettant en Érythrée ou ailleurs des actes » visés par la résolution 1907 (2009), ainsi que de ceux qui les soutiennent activement, afin qu’il prenne éventuellement des mesures.

Le 23 décembre 2009, le Conseil de sécurité avait en effet, dans sa résolution 1907, instauré un nouveau régime de sanctions, dont un embargo sur les armes, contre l’Érythrée, accusée de soutenir des groupes armés somaliens et de déstabiliser, ce faisant, le Gouvernement fédéral de transition de la Somalie.

Par ailleurs, le Conseil a aujourd’hui insisté sur l’importance des opérations d’aide humanitaire, tout en condamnant « la politisation, le mauvais usage et le détournement de cette aide par des groupes armés ». Il a demandé aux États Membres et à l’ONU « de faire tout ce qui est possible pour atténuer les effets de ces pratiques en Somalie ».

Le Conseil de sécurité était saisi d’une lettre* de M. Claude Heller, du Mexique, Président du Comité du Conseil de sécurité faisant suite aux résolutions 751 (1992) et 1907 (2009) sur la Somalie et l’Érythrée, qui contient le rapport du Groupe de contrôle sur la Somalie établi en application de la résolution 1853 (2008).

*Voir le document publié sous la cote S/2010/91

_____________________________________

LA SITUATION EN SOMALIE

Texte du projet de résolution S/2010/145

Le Conseil de sécurité,

Réaffirmant ses résolutions et déclarations présidentielles antérieures concernant la situation en Somalie ainsi que l’Érythrée, en particulier la résolution 733 (1992), qui a imposé un embargo sur toute livraison d’armes ou de matériel militaire à la Somalie (« l’embargo sur les armes visant la Somalie »), et les résolutions 1519 (2003), 1558 (2004), 1587 (2005), 1630 (2005), 1676 (2006), 1724 (2006), 1744 (2007), 1766 (2007), 1772 (2007), 1801 (2008), 1811 (2008), 1844 (2008), 1853 (2008), 1862 (2009) et 1907 (2009),

Rappelant que, comme le disposent les résolutions 1744 (2007) et 1772 (2007), l’embargo sur les armes ne s’applique ni a) aux livraisons d’armes et d’équipement militaire, à la formation et à l’assistance techniques visant uniquement à appuyer la Mission d’observation militaire de l’Union africaine en Somalie (AMISOM) ou destinées à son usage; ni b) aux fournitures et à l’assistance technique offertes par des États à seule fin d’aider à la mise en place d’institutions de sécurité, conformément au processus politique visé par ces résolutions et en l’absence d’une décision négative du Comité créé en vertu de la résolution 751 (1992) (« le Comité ») dans un délai de cinq jours ouvrables à compter de la réception de la notification préalable, faite au cas par cas, concernant la livraison des fournitures ou de l’aide,

Réaffirmant son attachement à la souveraineté, à l’intégrité territoriale, à l’indépendance politique et à l’unité de la Somalie, de Djibouti et de l’Érythrée,

Réaffirmant que l’Accord de paix de Djibouti et le processus de paix sont la base sur laquelle le conflit de Somalie peut être réglé, déclarant à nouveau son attachement au principe d’un règlement global et durable de la situation en Somalie fondé sur la Charte fédérale de transition et réaffirmant qu’il faut que les dirigeants de toutes les parties somaliennes prennent des mesures concrètes pour poursuivre la concertation politique,

Saluant le travail accompli par le Représentant spécial du Secrétaire général, M. Ahmedou Ould-Abdallah, dont il réaffirme qu’il appuie fermement l’action,

Prenant note du rapport du Groupe de contrôle en date du 12 mars 2010 (S/2010/91), présenté en application de l’alinéa j) du paragraphe 3 de la résolution 1853 (2008), et des observations et recommandations y énoncées,

Exprimant sa préoccupation devant les actes d’intimidation visant le Groupe de contrôle et devant les ingérences dans les travaux du Groupe,

Condamnant l’acheminement d’armes et de munitions en Somalie et en Érythrée, ou à travers ces pays, en violation de l’embargo sur les armes visant la Somalie et de celui, imposé par la résolution 1907 (2009), visant l’Érythrée (« l’embargo sur les armes visant l’Érythrée »), qui menace gravement la paix et la stabilité de la région,

Demandant aux États Membres, en particulier à ceux de la région, de s’abstenir de tout acte enfreignant les embargos sur les armes visant la Somalie et l’Érythrée et de prendre toutes mesures nécessaires pour amener les auteurs de violations à en répondre;

Affirmant qu’il importe de renforcer le contrôle des embargos sur les armes visant la Somalie et l’Érythrée en faisant preuve de persistance et de vigilance quant aux enquêtes sur les violations, sachant que si les embargos sont appliqués strictement, l’état général de la sécurité dans la région s’en trouvera amélioré,

Considérant que la situation en Somalie, les actions de l’Érythrée visant à compromettre la paix et la réconciliation en Somalie et le différend opposant Djibouti et l’Érythrée continuent de menacer la paix et la sécurité dans la région,

Agissant en vertu du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies,

1. Souligne que tous les États sont tenus de se conformer pleinement aux mesures imposées par la résolution 733 (1992), telles que précisées et modifiées par les résolutions ultérieures sur la question, ainsi que par les résolutions 1844 (2008) et 1907 (2009);

2. Déclare à nouveau qu’il compte envisager de prendre des mesures précises pour améliorer la mise en œuvre et le respect des mesures résultant des résolutions 733 (1992), 1844 (2008) et 1907 (2009);

3. Décide que l’alinéa b) du paragraphe 11 et le paragraphe 12 de la résolution 1772 (2007) s’appliquent aux fournitures et à l’assistance technique offertes par des organisations internationales, régionales et sous-régionales;

4. Insiste sur l’importance des opérations d’aide humanitaire, condamne la politisation, le mauvais usage et le détournement de cette aide par des groupes armés et demande aux États Membres et à l’Organisation des Nations Unies de faire tout ce qui est possible pour atténuer les effets de ces pratiques en Somalie;

5. Décide que, pendant les 12 mois qui suivront l’adoption de la présente résolution, et sans que cela porte préjudice aux programmes d’assistance humanitaire conduits ailleurs, les obligations imposées aux États Membres au paragraphe 3 de la résolution 1844 (2008) ne s’appliqueront pas au versement de fonds ou à la remise d’autres biens financiers ou ressources économiques aux fins de la livraison, sans retard, de l’aide dont la Somalie a un besoin urgent, livraison effectuée par l’Organisation des Nations Unies, ses programmes et ses institutions spécialisées, ou par les organisations humanitaires dotées du statut d’observateur auprès de l’Assemblée générale des Nations Unies qui fournissent une aide humanitaire, ou par leurs partenaires d’exécution, et décide d’examiner les effets de ce paragraphe tous les 120 jours en se fondant sur tous les éléments d’information disponibles, notamment le rapport du Coordonnateur de l’aide humanitaire des Nations Unies soumis en application du paragraphe 11 ci-après;

6. Décide également de proroger le mandat du Groupe de contrôle visé au paragraphe 3 de la résolution 1558 (2004), et prie le Secrétaire général de prendre le plus rapidement possible les mesures nécessaires sur le plan administratif pour reconstituer le Groupe pour une période de 12 mois, en mettant à profit, selon qu’il conviendra, les compétences d’expert des membres du Groupe de travail créé par la résolution 1853 (2008), et en leur adjoignant trois experts supplémentaires, en accord avec la résolution 1907 (2009), choisis en concertation avec le Comité, afin qu’il puisse s’acquitter de son mandat élargi, celui-ci étant défini comme suit :

a) Poursuivre l’exécution des tâches définies aux alinéas a) à c) du paragraphe 3 de la résolution 1587 (2005) et aux alinéas a) à c) de la résolution 1844 (2008);

b) Exécuter en plus les tâches définies aux alinéas a) à d) du paragraphe 19 de la résolution 1907 (2009);

c) Enquêter, en coordination avec les organismes internationaux concernés, sur toutes les activités, y compris celles menées dans les secteurs financier, maritime ou autre, qui permettent de dégager des recettes servant à violer les embargos sur les armes visant la Somalie et l’Érythrée;

d) Enquêter sur tout moyen de transport, itinéraire, port de mer, aéroport ou autre moyen matériel utilisé lors de toute violation des embargos sur les armes visant la Somalie et l’Érythrée;

e) Continuer à préciser et actualiser l’information figurant dans le projet de liste de personnes et d’entités commettant en Somalie ou ailleurs des actes répondant aux définitions des alinéas a) à c) du paragraphe 8 de la résolution 1844 (2008), ainsi que de ceux qui les soutiennent activement, afin qu’il prenne éventuellement des mesures, et de présenter cette information au Comité lorsque celui-ci le jugera utile;

f) Dresser un projet de liste de personnes et d’entités commettant en Érythrée ou ailleurs des actes répondant aux définitions des alinéas a) à e) du paragraphe 15 de la résolution 1907 (2009), ainsi que de ceux qui les soutiennent activement, afin qu’il prenne éventuellement des mesures, et de présenter cette information au Comité lorsque celui-ci le jugera utile;

g) Continuer à faire des recommandations au vu de ses enquêtes, des rapports antérieurs (S/2003/223 et S/2003/1035) du Groupe d’experts nommé comme suite aux résolutions 1425 (2002) et 1474 (2003) et de ceux (S/2004/604, S/2005/153, S/2005/625, S/2006/229, S/2006/913, S/2007/436, S/2008/274, S/2008/769 et S/2010/91) du Groupe de contrôle nommé comme suite aux résolutions 1519 (2003), 1558 (2004), 1587 (2005), 1630 (2005), 1676 (2006), 1724 (2006), 1766 (2007), 1811 (2008) et 1853 (2008);

h) Collaborer étroitement avec le Comité à l’élaboration de recommandations précises concernant des mesures supplémentaires visant à faire mieux respecter, dans leur ensemble, les embargos sur les armes visant la Somalie et l’Érythrée, ainsi que les mesures imposées aux paragraphes 1, 3 et 7 de la résolution 1844 (2008) et aux paragraphes 5, 6, 8, 10, 12 et 13 de la résolution 1907 (2009) concernant l’Érythrée;

i) Aider à déterminer les domaines dans lesquels les capacités des États de la région pourraient être renforcées afin de faciliter l’application de l’embargo sur les armes, ainsi que celle des mesures résultant des paragraphes 1, 3 et 7 de la résolution 1844 (2008) et des paragraphes 5, 6, 8, 10, 12 et 13 de la résolution 1907 (2009) concernant l’Érythrée;

j) Lui présenter, par l’intermédiaire du Comité et dans les six mois suivant sa création, un exposé de mi-mandat, et présenter tous les mois au Comité un rapport sur l’avancement de ses travaux;

k) Lui soumettre pour examen, par l’intermédiaire du Comité, un rapport final portant sur toutes les tâches énumérées ci-dessus, au plus tard 15 jours avant l’expiration de son mandat;

7. Prie le Secrétaire général de prendre les dispositions voulues pour financer les travaux du Groupe de contrôle;

8. Réaffirme les paragraphes 4, 5, 7, 8 et 10 de la résolution 1519 (2003);

9. Prie le Comité d’examiner, conformément à son mandat et en concertation avec le Groupe de contrôle et les autres entités concernées du système des Nations Unies, les recommandations formulées par le Groupe de travail dans ses rapports en date des 5 avril et 16 octobre 2006, 17 juillet 2007, 24 avril et 10 décembre 2008 et 12 mars 2010, et de lui recommander des moyens de renforcer la mise en œuvre et le respect des embargos sur les armes, ainsi que l’application des mesures édictées, face à la persistance des violations, aux paragraphes 5, 6, 8, 10, 12 et 13 de la résolution 1907 (2009) concernant l’Érythrée;

10. Prie tous les États, y compris l’Érythrée, les autres États de la région et le Gouvernement fédéral de transition, de veiller à ce que les personnes et entités relevant de leur juridiction ou dont ils ont le contrôle coopèrent avec le Groupe de contrôle;

11. Prie le Coordonnateur de l’aide humanitaire des Nations Unies pour la Somalie de lui faire rapport tous les 120 jours sur la suite donnée aux paragraphes 4 et 5 ci-dessus et sur tout obstacle rencontré dans l’acheminement de l’aide humanitaire en Somalie, et prie les organismes des Nations Unies et les organisations humanitaires dotées du statut consultatif auprès de l’Assemblée générale des Nations Unies qui fournissent une aide humanitaire d’aider le Coordonnateur à établir le rapport susmentionné en lui communiquant les éléments d’information visés aux paragraphes 4 et 5;

12. Demande instamment à toutes les parties et à tous les États, particulièrement ceux de la région et y compris les organisations internationales, régionales et sous-régionales, de concourir sans réserve aux travaux du Groupe de contrôle, d’assurer la sécurité de ses membres et de leur donner toute facilité d’accès, en particulier aux personnes, documents et lieux que ledit Groupe jugera utiles aux fins de l’exécution de son mandat;

13. Décide de rester activement saisi de la question.

02/02/09 (B484) Centre Info ONU. Ban appelle le nouveau président de la Somalie à tendre la main à tous.

Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a félicité le nouveau président de la Somalie, Sheikh Sharif Sheikh Ahmed, élu samedi par le parlement, l’engageant à tendre la main à tous les Somaliens.

Sheikh Sharif Sheikh Ahmed, chef de l’Alliance pour la re-libération de la Somalie, a été élu dans la nuit de vendredi après une longue séance de vote, qu’il a remportée au second tour avec deux tiers des voix, contre le fils de l’ancien président Barre, Maslah Mohamed Siyad, selon le Bureau des affaires politiques des Nations Unies pour la Somalie.

Onze candidats s’étaient présentés au premier tour, dans un processus salué par le représentant spécial du Secrétaire général comme « ouvert et transparent ».

Le Secrétaire général a appelé dimanche le nouveau président et son gouvernement à « tendre la main à tous les partis somaliens, y compris ceux qui ne sont pas encore partie au processus de Djibouti ».

« Il est important que ces efforts aient un effet tangible sur l’amélioration de la sécurité pour la population somalienne et les acteurs humanitaires », a-t-il souligné.

Le Secrétaire général s’est engagé au nom des Nations Unies à fournir un « ferme soutien logistique aux forces de l’Union africaine (AMISOM) ainsi que pour former les forces de sécurité somaliennes ».

« Le Conseil de sécurité décidera dans les mois à venir du caractère approprié d’un opération de maintien de la paix en soutien au développement politique, économique et social » du pays, note-t-il.

03/01/09 (B481) Centre Info ONU / OCHA / Des combats dans le centre de la Somalie font 50.000 déplacés, selon l’OCHA.

Plus de 50.000 personnes ont été déplacées par les combats acharnés qui ont eu lieu dans les villes de Dhuusamarreeb et de Guri Elle dans le centre de la Somalie, du 27 au 30 décembre, a indiqué vendredi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Les affrontements auraient fait aussi 40 morts et 50 blessés, alors que la situation reste tendue et que l’on s’attend à de nouveaux combats, selon un communiqué.

OCHA rapporte qu’une conférence des partenaires humanitaires a eu lieu vendredi pour coordonner une réponse à ces déplacements, mais que la situation sécuritaire continue d’entraver les secours.

Dans la capitale Mogadiscio, on a recensé cette semaine trois attaques directes contre la communauté humanitaire, dont des grenades jetées sur le bâtiment du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), qui ont blessé un responsable de la sécurité et une attaque par un groupe armé contre le bâtiment du Programme alimentaire mondial (PAM) à Marka.

OCHA rapporte aussi un accroissement des attaques dans Mogadiscio cette semaine. Le 30 décembre seulement, 17 personnes ont été tuées dans divers endroits, dont le marché de Bakara où 7 civils ont été tués lorsqu’un obus de mortier est tombé sur un restaurant.