14/12/2017 (Brève 1104) Les soldes de fin d’année. Guelleh offre une remise de 45% à toutes celles et ceux qui utiliseront les services du nouveau port de Doraleh. Aveu d’échec ???? (Site « Public »)

Lien avec l’article : https://www.agenceecofin.com/commerce/1312-52848-djibouti-les-autorites-annoncent-une-reduction-de-45-des-tarifs-sur-tous-les-services-du-nouveau-port-de-dolareh

Djibouti : les autorités annoncent une réduction de 45% des tarifs sur tous les services du nouveau port de Dolareh

Guelleh brade les tarifs du nouveau port

(Agence Ecofin) – Le gouvernement de Djibouti a annoncé, la semaine dernière, une réduction de de 45% des tarifs de tous les services portuaires dans le nouveau port multifonction de Doraleh. « La réduction des prix sera applicable pour toute cargaison, y compris le vrac et les véhicules », a déclaré le PDG du port, Wahib Dahir Aden, commentant la décision du gouvernement.

Erigé sur 690 kilomètres carrés pour un coût de 590 millions $ et inauguré en mai dernier, le port multifonction de Dolareh, le plus grand du pays, est en fait une extension du port international de Djibouti. Celui-ci arrivé à saturation et ne pouvant plus grandir, car situé aux confins de la ville, sera transformé en centre d’affaires d’ici 2020.

Véritable vitrine d’un Djibouti en pleine émergence, le port multifonction de Dolareh est doté d’équipements de dernière génération permettant d’accueillir 100 000 navires par an. Connecté à la fois au réseau ferré et routier, il se positionne comme une plateforme multimodale qui, selon les autorités de Djibouti, leur fournira « les moyens d’atteindre (leurs) ambitions logistiques au niveau régional et international ». Capable d’accueillir les navires supérieurs à 100 000 DWT avec un tirant d’eau de 18 mètres, ce port est en mesure de traiter 220 000 TEU et 8,2 millions de tonnes de marchandises non conteneurisées par an.

A noter que Djibouti est située sur l’une des routes maritimes et commerciales les plus fréquentées du monde, reliant l’Asie, l’Afrique et l’Europe. Une position hautement stratégique dont les autorités du pays entendent tirer profit pour peser sur le trafic maritime dans la Corne de l’Afrique et devenir un véritable hub commercial régional et international.

Ainsi, le Port de Dolareh fait partie d’une série de mégaprojets devant permettre à Djibouti d’élargir considérablement la capacité du pays à servir de plate-forme et de centre commercial pour la région. On compte notamment quatre nouveaux ports, une usine de gaz naturel liquéfié, un terminal pétrolier et deux nouveaux aéroports. A ces projets s’ajoutent la ligne de chemin de fer Addis-Abeba-Djibouti, une voie de 752 km reliant la capitale de l’Éthiopie au port de Djibouti, inaugurée en octobre 2016.

Djibouti se présente, par ailleurs, comme l’un des principaux débouchés maritimes des pays d’Afrique orientale, en gérant environ 95% des importations de son voisin l’Ethiopie.

Borgia Kobri

29/06/09 (B505) Premier forum de l’opposition à Bruxelles le 27 juin 2009 (Texte et photos)

Le comité d’organisation nous envoie un premier compte-rendu sur le déroulement de ce forum. Nous espérons être en mesure de publier prochainement des extraits des déclarations et des propositions qui ont été faites par les différents leaders de l’opposition.


La tribune avec tous les leaders de l’opposition

Mohamed Saleh Alhoumékani (GED)
et Kassim Dini (ARD)

Mohamed Daoud Chehem (PDD), Ali Abdillahi Iftin (MNLD – GED), Ali Coubba (UGUTA-TOOSA)

Contre la dictature
et le viol de la constitution
__________

32 années d’indépendance confisquée par la dictature

Communiqué sur la tenue du « Forum  djiboutien de Bruxelles »


C’est dans la joie et dans une ambiance festive que la Diaspora djiboutienne a tenu son premier forum djiboutien hier à Bruxelles.


La Diaspora djiboutienne a été fidèle à ce premier rendez-vous : 150 participants sont venus pour partager ce moment extraordinaire avec nos invités. Nous tenons à remercier chaleureusement toutes celles et tous ceux qui nous ont honorés de leur présence et de leur soutien.



Organiser un tel évènement a été pour nous, les membres du Comité d’organisation, un défi, à la hauteur du besoin et du vide que nous avons ressentis.

Cela témoigne bien du degré de maturité des Djiboutiens et de leur attachement pour construire l’avenir de notre Mère-patrie ainsi que de la soif de Démocratie à Djibouti.



Le Forum a été inauguré par des versets coraniques comme l’exige la tradition, puis chacun des intervenants a pris la parole. Nous avons assisté ensuite et durant deux heures, à un débat passionnant entre les leaders politiques de l’opposition et les représentants de la Société civile qui était venus pour s’exprimer sur les différents sujets..

Un rendez vous a été pris pour un grande Conférence nationale qui se déroulera à Bruxelles à la rentrée.



La Conférence a été suivie d’une soirée culturelle qui a été animée par des artistes djiboutiens.



Encore un grand merci à vous toutes et à vous tous qui avaient fait de ce premier Forum de l’opposition engagée, un succès sans précédent.

14/05/09 (B498) Séminaire à la Gloire de Guelleh. Attention INTERDIT de poser des questions (Vidéo à regarder 3′). (Info lecteur)

Plusieurs participants, pourtant badgés et qui ne semblaient pas être de dangereux révolutionnaires se sont permis de poser des questions, quand la parole a été donnée aux participants.

Bien mal leur en a pris !

Au simple motif qu’il avait souhaité exposer une recommandation et en dépit du fait qu’il avait bien pris soin de valoriser le Chef, Guelleh n’a pas hésité à licencier sur le champ un jeune officier en le traitant « de mauvais élément ». Regardez et écouter ce clip : c’est hallucinant. Guelleh se permet de licencier en public ce jeune homme, en dépit de toutes les règles. Il s’affirme comme le seul et unique propriétaire de la République de Djibouti et de toutes les administrations, dont l’Armée.

Par la suite, nous avons appris que deux ou trois hommes, qui avaient posé des questions, avaient été arrêtés à leur domicile, dès le lendemain matin. Ca c’est de l’action gouvernementale, méthode forte ! (Nous attendons des compléments d’information)

28/09/08 (B467) A l’approche de la fin du Ramadan, l’équipe de l’ARDHD souhaite une bonne fête à tous les musulmans, à ses lectrices et lecteurs et à toute la population djiboutienne.

La fin du ramadan est proche. Toute l’équipe de l’ARDHD adresse à tous les musulmans ses voeux et leur souhaitent une bonne fête.

En ce qui concerne les populations djiboutiennes spolliées par la dictature; elle espére surtout que la folie guerrière de certains « faucons » n’entraînera pas le pays dans une guerre dont les conséquences sont imprévisibles, puisqu’elle pourrait impliquer une participation de l’Ethiopie en territoire djiboutien.

La population djiboutienne souffre déjà suffisemment de la baisse de son pouvoir d’achat et de toutes les restrictions qu’elles soient sur le plan économique, sur le plan de la santé et des soins, sur le plan de la justice et des libertés, pour assumer les conséquences d’une guerre plus qu’incertaine, compte-tenu du rapport de force des forces en présence qui est défavorable à Djibouti, si elle n’a pas le soutien d’une autre puissance.

En attendant, bonne fête à tous et à toutes, pour la fin du ramadan.

15/11/06 (B369) Information intéressante et à suivre. Appel aux lecteurs … (Info lectrice)

Selon GLCSS (Great Lakes
Centre for Strategic Studies), sous le titre :

France increaces arms sales and intervention, on trouve, dans le n° du
3
novembre :

Télécharger
le document : lien (314 Ko)

« France is also taking action
to secure the Indian Ocean access to Somalia. Il addition to the ground forces,
Chief Commander of french naval forces for the Indian Ocean Hubert de Baullien
de Bordes is forming a joint Yemeni-French-Djibouti force to secure the coastal
access to Somali. In total, the joint US-France forces are beyond the brigade
level with signs of planning for additional troops. »

Pour l’ARDHD, cette information
est nouvelle ?

Qui, parmi nos lecteurs, pourrait
nous renseigner sur cette force Yemen, France, Djibouti ???

19/05/06 (B350-A) LA TRIBUNE : Djibouti devient une annexe de Dubaï. (Article signalé par un lecteur).

Dubaï investit près de 300 millions de dollars dans un nouveau complexe portuaire à Djibouti. Pour Djibouti, cela pourrait être le début d’une nouvelle ère. Avec quelques risques.

Pour Dubaï, il ne s’agissait que de temps : tôt ou tard, un port mieux placé sur la route du canal de Suez, axe incontournable du commerce Europe-Asie, allait s’imposer et lui subtiliser ses parts de marché. L’émirat a choisi d’anticiper : il a acheté la concurrence

La baie de Djibouti constituait l’emplacement idéal. Géographiquement, il est situé à l’entrée de la mer Rouge, avec des eaux profondes naturelles et un hinterland (marché intérieur) éthiopien dynamique. Géopolitiquement, il accueille les forces armées américaines et françaises, et se revendique d’un islam paisible et tolérant. Politiquement, grâce à l’entremise d’un homme d’affaires local dynamique, Abdourahman Mohamed Boreh, les portes du pays sont grandes ouvertes.

04/04/06 (B344-B) Le Commandant Omar Hassan est élu personnage de la semaine. A ce titre il va rejoindre la liste permanente de ceux qui oeuvrent contre la Justice et les libertés fondamentales des citoyens.

En procédant sans mandat à l’arrestation à son domicile d’Adan Mohamed Abdou, le Commandant Omar Hassan, qui pourrait appartenir à la Police criminelle s’est livré à une opération illégale, pour répondre positivement aux ordres de la dictature sanguinaire, qu’il sert avec un zèle remarquable.

Cet action d’éclat mérite bien une récompense. Il est élu « Homme de la Semaine » par le comité de l’ARDHD. Son nom sera ajouté à la liste de tous ceux qui contribuent à l’asservissement de leurs concitoyens et qui agissent contre les Droits fondamentaux de la population.

De cette façon, il ne sera pas oublié le jour où les victimes déposeront plainte et qu’il faudra identifier les coupables et les ardents supporters de la tyrannie à Djibouti.

24/03/06 (B343-A) Triste anniversaire ! Merci à tous de signer la pétition pour Guy-André Kieffer (Journal l’Humanité)

Le 16 avril prochain sera le deuxième anniversaire de la disparition du journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer. Ce spécialiste des matières premières, qui avait enquêté sur la filière cacao en Côte d’Ivoire, a été enlevé à Abidjan en avril 2004 et n’a jamais depuis réapparu.

Pour soutenir sa famille qui combat pour obtenir la vérité dans cette affaire et demande aux autorités françaises de s’impliquer vous pouvez signez la pétition sur : http://guyandrekieffer.skyblog.fr/

Journal l’Humanité
Rubrique Internationale
Article paru dans l’édition du 22 mars 2006.

27/02/06 (B339-A) CISL : nouveau rapport extrêmement critique face à la gestion sociale des crises et au harcèlement systèmatique des syndicalistes dans le royaume de Guelleh / Borreh … (info lecteur)

27/02/2006)Bruxelles, le 27 février 2006 (CISL En Ligne):

Un nouveau rapport de la CISL sur le respect des normes fondamentales du travail à Djibouti paru aujourd’hui dénonce les graves violations dont sont victimes les syndicats de ce pays depuis plus de quinze ans. Le gouvernement Djiboutien limite la liberté d’association, le droit de grève et le droit à la négociation collective tant sur le plan législatif que dans la pratique. De plus, le Gouvernement fait la sourde oreille aux propositions réitérées de dialogue et de conciliation, et manque constamment à ces promesses de mettre en œuvre les recommandations de l’OIT sur la liberté syndicale. Ce rapport de la CISL coïncide avec l’examen de la politique commerciale de Djibouti à l’OMC cette semaine.

« Le triste record de Djibouti en matière de respect des normes fondamentales du travail est extrêmement préoccupant », a déclaré Guy Ryder, secrétaire général de la CISL. « Ce n’est pas en bafouant les droits fondamentaux de ses citoyens que ce pays s’affranchira de l’extrême pauvreté dans laquelle il se trouve.

Les licenciements abusifs, les arrestations arbitraires et le harcèlement permanent des dirigeants syndicaux sont autant de méthodes auxquelles le gouvernement doit immédiatement mettre fin », a ajouté Ryder.

Selon le rapport la persistance des coutumes condamne les femmes à occuper un rang inférieur dans la société et elles n’ont pas les mêmes chances que les hommes ni à l’école ni sur le marché du travail. Le rapport relève également que l’abolition de la loi sur le salaire minimum a rendu encore plus difficile la mise en œuvre des conventions de l’OIT sur l’égalité des rémunérations entre les hommes et les femmes.

Le rapport affirme que le Gouvernement Djiboutien n’investit pas assez dans le bien être et le respect des droits des enfants et déplore le manque de donnés fiables concernant l’étendu du travail des enfants dans le pays.

Enfin le rapport met en exergue la non-conformité de la législation Djiboutienne avec les Conventions de l’OIT sur le travail forcé.

La CISL représente 155 millions de travailleurs dans 236 organisations affiliées dans 154 pays et territoires http://www.icftu.org . La CISL est également membre des Global Unions : http://www.global-unions.org

Pour plus d’informations, veuillez contacter le Service Presse de la CISL au +32 2 224 0204 ou au +32 476 621 018.

27/02/06 (B339-A) Remise des récompenses du GGC Economic Awards aux créateurs de la nouvelle économie dans la région. 22 février 2006 à Dubaï. (Texte original en Anglais)

GCC Economic Awards presented to the creators of the new economy, wealth and opportunities in the region

The winners of the GCC Economic Awards were honored at a special ceremony on 22nd February at the Al Falak Ballroom, Burj Al Arab Hotel, Dubai UAE. Organized by the Middle East Excellence Awards Institute, the awards were presented to GCC Economic Leaders or Organizations whose contributions have made a significant impact on the development and enhancement of the GCC economy

__________________________________ Note de l’ARDHD
C’est avec un grand intérêt que nous avons noté en particulier la nomination de Dubai International Port en la personne de M Gamal Majed Bin Thenaya que nous félicitons vivement

Pouvons-nous espérer que cette distinction ne récompense pas la gestion sociale que son entreprise (sauf erreur ou confusion de notre part sur l’entreprise) applique à Djibouti avec le plein soutien de Guelleh et de Borreh ?

Les syndicalistes de Djibouti apprécieront certainement si c’est le cas !!!