23/05/07 (B396) Somalie : nouvel acte de piraterie sur un navire humanitaire, le PAM en appelle à une action internationale (Info lectrice)

Le Programme
alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) en appelle à une action
internationale commune de haut niveau afin de mettre un terme aux actes de
piraterie dans les eaux somaliennes, actes qui mettent en danger l’acheminement
d’aide humanitaire dans le pays.

Cet appel fait suite à la mort d’un garde somalien qui, hier, avait
aidé à repousser une nouvelle attaque sur un navire qui venait
de décharger l’aide alimentaire du PAM dans le port somalien de Merka.
De fait, les agents d’un navire affrété par le PAM ont refusé
ce matin qu’un bateau chargé d’aide alimentaire navigue vers la Somalie.

Attaques à répétitions

« Nous incitons vivement les pays clés à faire
tout leur possible pour enrayer cette vague de piraterie qui menace notre
capacité à aider un million de Somaliens, » a déclaré
la Directrice exécutive du PAM, Josette Sheeran, depuis le siège
de Rome.

« Cette attaque nous rappelle que, s’il n’est pas résolu, le
problème de plus en plus préoccupant de la piraterie au large
de la Somalie menace de couper le moyen le plus efficace d’acheminer l’aide
alimentaire – et menace donc les Somaliens qui dépendent de cette aide
pour survivre. À moins d’agir immédiatement, non seulement nos
voies de transport seront coupées, mais aussi celles d’autres agences
humanitaires qui oeuvrent à travers la Somalie » a ajouté
Mme Sheeran.

Le transport maritime est le moyen le plus
rapide et le plus efficace utilisé par le PAM pour acheminer de grandes
quantités de nourriture vers la Somalie.

Nouvelles distributions

Malgré des défis logistiques et sécuritaires
importants, le PAM continue d’acheminer la nourriture aux milliers de Somaliens
qui en ont besoin. Vendredi dernier, le PAM a commencé une nouvelle
série de distributions auprès de 122 500 personnes contraintes
de fuir leur domicile pour échapper aux affrontements de Mogadiscio.

Les distributions continuent dans la capitale somalienne ainsi qu’à
Baidoa dans le nord-ouest, à Afgoye à l’ouest, à Brava
et dans la province de Qoryoley, au sud-ouest de la capitale.

Une des dernières attaques de pirates a été
orchestrée contre le cargo jordanien, le MV Victoria, qui a envoyé
un signal de détresse alors qu’il était pris d’assaut par plusieurs
bateaux de pirates à 60 miles nautiques de Merka, au sud de Mogadiscio.
Le cargo se dirigeait vers le port de Dar es Salam en Tanzanie après
avoir déchargé 4000 tonnes de nourriture pour le PAM.

L’armateur a relayé le message à l’agent du navire à
Merka qui a affrêté le Victoria pour le transport de l’aide alimentaire
du PAM. Celui-ci a alors envoyé deux bateaux de gardes qui
ont intercepté les pirates avant qu’ils n’abordent le cargo. L’un des
gardes est mort des suites de ses blessures dans un hôpital de Merka
après avoir reçu une balle lors d’un échange de tirs.

Le Victoria est
rentré à Merka après l’attaque.

Tristesse

« Le PAM est attristé et préoccupé par la mort
du garde qui a fait preuve d’un grand courage. Nous exprimons nos sincères
condoléances à sa famille » a déclaré Josette
Sheeran.

Depuis le début de l’année, les
pirates ont attaqué au moins cinq navires, dont deux au cours de la
semaine dernière, et plusieurs attaques auraient été
évitées.

En 2005, une vague de piraterie similaire dans les eaux somaliennes a contraint
l’agence des Nations Unies à suspendre toutes ses distributions d’aide
alimentaire par mer durant plusieurs semaines après que deux navires
aient été détournés.

Actuellement, les Nations Unies estiment qu’entre 300.000 et 400.000 personnes
ont fui Mogadiscio depuis le 1er février. Le Comité international
de la Croix Rouge et l’ONG CARE fournissent également une aide alimentaire
à un grand nombre de personnes déplacées de Mogadiscio.

Outre les personnes déplacées de Mogadiscio, le PAM prévoit
de nourrir 850.000 personnes à travers la Somalie en 2007.

07/05/07 (B394) Somalie : le PAM accentue ses efforts pour aider les premières personnes qui ont fui Mogadiscio (Info lectrice)

Emetteur:
Programme Alimentaire Mondial


Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) a annoncé
le 3 mai qu’il intensifiait ses efforts pour acheminer de l’aide alimentaire
à près de 100 000 personnes sur les 365 000 qui ont dû
quitter Mogadiscio pour fuir les pires affrontements depuis 16 ans. Le PAM
prévoit de nourrir bientôt 150 000 personnes.

« La semaine dernière, nous avons apporté de l’aide à
32 000 personnes à l’ouest de Mogadiscio. Nous continuons nos opérations
encore plus à l’ouest, à Qoryoley, ainsi qu’au sud, à
Merka et à Brava » a annoncé Josette Sheeran, Directrice
Exécutive du PAM.

Condidtions difficiles

« De nombreuses personnes ont quitté la capitale avec
leurs seuls vêtements sur le dos, et trouvent leur maison en ruine à
leur retour. La majorité des personnes qui ont fui les affrontements
survivent dans des conditions très difficiles en périphérie
de la ville, » a ajouté Mme Sheeran.

Hier, le PAM a acheminé par avion 14 tonnes de matériel non
alimentaire à Baïdoa pour le Haut Commissariat des Nations Unies
pour les réfugiés (HCR) et grâce à un don du gouvernement
italien. Le matériel, comprenant notamment des couvertures, des bâches
de plastique, des citernes d’eau et des équipements de purification
de l’eau, a été transporté depuis le dépôt
humanitaire des Nations Unies à Brindisi (Italie), une plateforme stratégique
de matériel humanitaire gérée par le PAM. Les biens sont
à présent transportés par camion de Baïdoa vers
Afgoye pour ensuite être distribués aux personnes déplacées.

Accalmie

« Nous devons aider ces personnes maintenant. Les femmes, les
enfants et les personnes âgées s’abritent de la pluie sous les
arbres et le choléra se répand. Grâce à l’aide
du Gouvernement fédéral de transition (GFT), nous pouvons profiter
de l’accalmie de ces derniers jours pour accélérer la distribution
de nourriture et atteindre des régions auparavant inaccessibles. »

Dans les prochains jours, le PAM prévoit de distribuer de la nourriture
à au moins 100 000 personnes qui ont fui Mogadiscio, incluant 42 000
d’entre elles rassemblées près du port de Merka dans le sud
qui devraient recevoir de l’aide alimentaire dès aujourd’hui. 9 000
personnes à Qoryoley, à l’ouest de Mogadiscio, sont également
prioritaires.

Une aide alimentaire est aussi prévue pour les 13 500 personnes qui
ont fui vers Brava, à 220 kilomètres au sud de Mogadiscio, et
une deuxième distribution devrait permettre d’aider 32 000 personnes
aux alentours d’Afgoye, à 30 kilomètres à l’ouest de
la capitale. Le PAM tente de trouver une solution d’urgence pour aider les
personnes restées à Mogadiscio.

Le HCR estime que 365 000 personnes ont fui Mogadiscio depuis le 1er février,
soit près d’un tiers de la population.

Faits récents

– Jeudi dernier, un convoi de camions affrétés par
le PAM a pu quitter Mogadiscio pour fournir une aide alimentaire d’urgence
à 32 000 personnes déplacées à l’ouest de la capitale.
Les distributions, les premières depuis que le GFT a autorisé
le PAM à assister ceux qui ont fui la ville, se sont déroulées
sans incident.

– Le GFT a annoncé qu’il assisterait les Nations Unies et les ONG pour
porter secours aux Somaliens, et a ajouté que les Nations Unies pouvaient
utiliser tous les pistes d’atterrissages nécessaires pour ce faire.

– Samedi dernier, un avion de passagers du Service aérien humanitaire
des Nations Unies (UNHAS), géré par le PAM, a effectué
le premier vol des Nations Unies depuis décembre et a pu se poser,
avec le consentement du GFT, sur la piste K-50 au sud de Mogadiscio.
Les Nations Unies ne peuvent utiliser l’aéroport international de Mogadiscio
pour des raisons de sécurité.

18/04/07 (B391) ALL AFRICA : Somalie: Le PAM soulagé par la libération d’un bateau et de son équipage détournés au Nord-est.

United
Nations World Food Programme (Rome)
Rome

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies a pu se réjouir
aujourd’hui de la libération du vaisseau piraté MV Rozen et
de son équipage, et a lancé un appel à la région
semi-autonome du Puntland, au Nord-Est de la Somalie, ainsi qu’au Gouvernement
Fédéral de transition, afin de se mobiliser pour contrecarrer
la piraterie dans les eaux somaliennes.

40 jours de détention

« Le PAM se réjouit de la liberation du MV Rozen et de ses 12
membres d’équipage jeudi soir, après 40 jours de détention,
qui a été possible grâce à l’aide des anciens du
Puntland et de leur talents de médiateurs.», a affirmé
Peter Goossens, Directeur du Bureau du PAM en Somalie.

Appel aux autorités

"Cependant, la menace que constitue la piraterie est toujours présente
dans les eaux somaliennes, et le PAM demande instamment au Gouvernement Fédéral
de Transition de la Somalie ainsi qu’aux autorités compétentes
du Puntland de contrecarrer cette menace. », a-t-il ajouté. La
diffusion de la nouvelle de la libération a été retardée
pour des raisons de sécurité.

1,800 m3 de nourriture

Le MV Rozen était sous contrat avec le PAM pour transporter 1, 800
m3 de nourriture depuis le port kenyan de Mombasa vers Berbera et Bossaso,
au Nord-Est de la Somalie. Son contrat avec le PAM avait pris fin au moment
oú il avait fini de décharger la nourriture à Berbera,
le 22 février. Le vaisseau, en chemin vers Mombasa, a été
détourné au large du Puntland le 25 Février, et a été
relaché à 3 kilomètres de la côte somalienne, près
d’un petit hameau de pêcheurs saisonniers de Dhigdhiley, au Puntland.

Le doute chez les affréteurs

L’équipage du MV Rozen, 12 personnes au total, compte 6 Kenyans, et
6 Sri-Lankais, y compris le Capitaine. Cet acte de piraterie a semé
le doute chez les affréteurs, désormais réticents à
expédier des cargos dans la région, causant des retard dans
l’acheminement de l’aide alimentaire en Somalie.

Le MV Semlow, un bateau semblable au MV Rozen, avec l’aide alimentaire du
PAM à son bord,avait été détourné et capturé
pendant plus de 100 jours en 2005. Un autre bateau sous contrat avec le PAM,
le MV Miltzow, avait été détourné 33 heures durant
en Octobre 2005, alors qu’il déchargeait de la nourriture du PAM dans
le port somalien de Merca.

27/02/07 (B384) L’acte de piraterie, contre un cargo chargé de transporter l’aide alimentaire pour les populations qui en ont un besoin absolu, a une première conséquence : l’interruption momentanée du programme. Et qui va payer ? Les populations privées de ces ressources … !

Somalie
: un cargo du PAM pris à l’abordage au large des côtes

Source : Programme Alimentaire Mondial

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) annonce que
le MV Rozen, un navire cargo affrété par le PAM, a été
abordé dimanche vers 09h30 au large des côtes nord-est de la
Somalie, près de Bargal, au nord de Hafun dans l’Etat du Puntland.

Douze membres d’équipage (6 Sri-lankais, dont le capitaine, et 6 Kenyans)
étaient à bord du navire. Le bateau venait de livrer 1 800 tonnes
de nourriture du PAM et des équipements de la FAO à Berbera
et à Bossaso. Le navire cargo vide retournait vers Mombassa. On rapporte
qu’il est ancré pour le moment au large de Bargal, dans les eaux somaliennes.

Tôt l’an dernier, le MV Rozen a pu éviter de justesse une embuscade
dans les eaux somaliennes au sud du pays. Un navire semblable, le MV Semlow,
a été abordé dans les eaux somaliennes en juin 2005 avec
de l’aide alimentaire du PAM qui devait couvrir une période de 100
jours. L’équipage a été libéré sans blessure.
Un autre navire avec de la nourriture du PAM à bord, le MV Miltzow,
a aussi été abordé pendant 33 heures en octobre 2005
alors qu’il déchargeait de la nourriture au port de Merka.

« Le PAM est très préoccupé par la sécurité
des membres de l’équipage et pour le navire. De tels actes de piraterie
pourraient compromettre les distributions d’aide alimentaire aux personnes
vulnérables en Somalie et pourraient aggraver davantage la situation
humanitaire précaire, » a déclaré Peter Gossens,
directeur du PAM en Somalie.

Le PAM est en contact permanent avec le Gouvernement Fédéral
de transition en Somalie (GFT), les autorités du Puntland, et l’agent
du navire pour obtenir des informations précises et pour assurer une
libération rapide du navire et de son équipage. Les forces de
coalition basées à Djibouti sont tenues informées et
un vaisseau de guerre se dirige vers la zone.

En 2005, après les abordages, le PAM
a suspendu temporairement ses livraisons d’aide alimentaire par mer pour quelques
semaines,
mais elles avaient depuis repris sans interruption
et ce même dans les moments forts du conflit opposant le GFT et l’Union
des tribunaux islamiques (UTI) à la fin de l’an dernier.

Au cours de l’année 2006, le PAM a livré près
de 78 000 tonnes d’aide alimentaire à plus de 1,4 million de personnes
qui ont été touchées par la sécheresse et les
inondations dans le sud de la Somalie.

15/11/06 (B369) Appel du PAM (Programme alimentaire mondial) en faveur des populations éthiopiennes sinistrées par les inondations.

Ceci
est un communiqué de presse du PAM

13 novembre 2006


AIDE D’URGENCE DU PAM AUX VICTIMES DES INONDATIONS EN ETHIOPIE


ADDIS ABBEBA – Dans un contexte d’inondations massives dans
le sud-est de l’Ethiopie, le Programme alimentaire mondial des Nations Unies
(PAM) a déclaré qu’il travaillait en étroite collaboration
avec le gouvernement éthiopien afin de s’assurer que l’aide alimentaire
parviendrait rapidement aux dizaines de milliers de victimes de la région
Somali.

Près
de 2000 tonnes de céréales, de légumes secs, d’huile
végétale et de nourriture enrichie en vitamines et minéraux
provenant des entrepôts de Dire Dawa dans l’Est de l’Ethiopie ont été
distribués dans cette région. Sur ce nombre, quelque 1374 tonnes
de céréales provenaient des stocks du PAM.

Compte
tenu des difficultés pour accéder à la région,
il est envisagé de larguer des vivres par les airs. Une partie de l’aide
d’urgence est acheminée de Dire Dawa à la ville de Gode, capitale
administrative de la région somalie, à bord d’un hélicoptère
Hercules.

Des produits non alimentaires, dont 5000 draps, 20 rouleaux de bâches
plastiques, 8000 tasses et assiettes en plastique et 100 bidons font également
partie de cette aide et seront distribués au plus vite.

«Bien
qu’il soit encore difficile de déterminer l’ampleur exacte de cette
crise, nous savons déjà que plus de 60 personnes ont perdu la
vie et que des centaines de milliers d’autres sont victimes de ces inondations
», a déclaré Mohamed Diab, directeur du PAM en Ethiopie.

Les pluies
torrentielles ont doublé le niveau des eaux de la rivière Wabe
Shebelle qui est sortie de son lit la semaine dernière, emportant avec
elle des personnes, du bétail et des infrastructures telles que des
ponts et des routes. Les villes de Kelafo et Mustahil, qui se trouvent respectivement
à 80 et 150 kilomètres de Gode, sont les deux sites les plus
touchés.

«
La population a eu très peu de temps pour se réorganiser et
se remettre des dégâts causés par les inondations subites
au mois d’août et par les fortes sécheresses du début
de l’année. Comment des gens aussi fragilisés et vulnérables
vont réussir à traverser cette nouvelle crise ? On se le demande.
Le PAM peut tout au moins assurer que la plupart de ceux qui ont déjà
tout perdu auront de quoi se nourrir », a ajouté Mohamed Diab.

Ces dernières
années, la région Somalien Ethiopie a subi des cycles de sécheresse
et d’inondation. La région a particulièrement souffert de la
sécheresse qui s’est abattue sur une grande partie de la Corne d’Afrique
depuis le début de l’année. Un million et demi d’éleveurs
nomades et semi-sédentaires ont eu besoin d’une assistance humanitaire
d’urgence en Ethiopie, suite aux nombreuses pertes de bétail, à
l’assèchement des puits, et à l’augmentation de la malnutrition
et des maladies.

Dans le
reste de la Corne d’Afrique, le PAM surveille les inondations plus localisées.
Dans le nord-est du Kenya et le sud de la Somalie, les récentes inondations
ont entravé le transport de l’aide alimentaire. On craint fortement
que la situation n’empire pendant la saison des pluies dans ces deux pays
situés, en amont des cours d’eau éthiopiens en crue.

Cette
année, l’Ethiopie a été frappée par des pluies
parmi les plus importantes et les plus intenses jamais enregistrées.
Plus de 600 personnes sont mortes en août suite aux fortes averses qui
ont entraîné des inondations massives dans pratiquement tout
le pays. Ces dernières ont touché quelques 350 000 personnes,
dont la plupart bénéficient encore de l’aide du PAM.

Jeudi
2 novembre, une délégation fédérale et régionale
de haut niveau est arrivée à Gode par hélicoptère
pour estimer l’étendue du dernier désastre en date.

Une équipe
d’évaluation rapide inter agences, dont fait partie le PAM, a été
dépêchée d’un autre centre régional, à Jijiga.Cependant,
l’équipe n’a pu accéder aux régions inondées parce
que les routes ont été emportées ou sont hors d’atteinte.

«Cela
pose souvent un défi en termes de logistique que d’apporter une assistance
humanitaire à une région aussi vaste que la région Somali,
a déclaré Mohamed Diab. Les inondations ne font qu’aggraver
une situation qui nécessite déjà beaucoup d’efforts.
Mais tout le monde collabore, en travaillant dur et en partageant tout type
de ressources afin de sauver des vies et de maintenir les moyens de subsistance».

Les donations
reçues par le PAM pour les victimes de ces inondations à ce
jour incluent: 1,79 million du Fonds central d’intervention pour les urgences
humanitaires (CERF) ; 1 million de dollars de l’Arabie Saoudite, 320 000 dollars
du Luxembourg et 256 000 dollars de l’Irlande. Ces contributions sont utilisées
pour acheter 8 415 tonnes de maïs, 749 tonnes de blé et 280 tonnes
d’huile.

#
# #

Le
Programme Alimentaire Mondial est la plus grande organisation humanitaire
au monde : chaque année, il fournit une aide à près de
90 millions de personnes, dont 58 millions d’enfants, dans plus de 80 pays.

PAM
! Contre la faim de toutes nos forces !

Pour
seulement 15 centimes d’euros par jour, vous pouvez aider le PAM à
fournir dans les écoles un vrai repas aux enfants des pays pauvres
: vous leur offrez l’espoir d’un avenir meilleur.

30/01/2000 – DJIBOUTI: Situation de sécheresse ‘de plus en plus désespérée’.

Le PAM a répondu à la détérioration de la situation de sécheresse à Djibouti en approuvant une opération d’urgence de 2,7 millions de dollars afin de
fournir une aide alimentaire à 100 000 personnes touchées, a annoncé l’agence jeudi. ‘Les symptômes de sécheresse sont clairement évidents dans
toutes les régions du pays,’ a fait savoir Sanda Maina, représentant du PAM à Djibouti, dans un communiqué de presse.

L’insuffisance des pluies a laissé les réservoirs d’eau à des niveaux dangereusement bas et des bêtes de bétail sont mortes soit par manque de pâturages soit parce que ces derniers se détériorent considérablement… l’afflux des familles nomades dans la ville révèle l’état de plus en plus désespéré de leur situation.

Dans les districts d’Ali’ Sabieh et Dikhil, la situation est rendue encore plus
difficile par la présence de déplacés en provenance de Somalie et d’Ethiopie,’ a-t-il ajouté.

Le PAM déclare que son opération d’urgence comprendrait la distribution de 6 000 tonnes d’aide alimentaire entre maintenant et la mi-juin par l’intermédiaire du bureau des autorités:
‘Office for Assistance to Refugees and Disaster Victims’ (ONARS).

Nairobi, le 28 janvier 2000