08/12/08 (B477) Portrait de Mohamed Aden Waberi par un lecteur, alors qu’il donne une grande réception pour fêter les 14 ans de l’ADEPF. (Lecteur)

J’ai lu dans La Nation un article concernant l’ADEPF qui fête ses 14 années d’existence. Mais qui est son Président le dénommé Mohamed Aden Waberi, dit John Boudeno, que l’on pourrait traduire par « moule à gaufres ».

Mohamed est arrivé de Dire-Dawa en Ethiopie où il vendait des Boudenos (galettes), avant l’indépendance.

Il a été recruté par la British Bank, une banque d’origine britannique qui a fermé ses portes en 1988 et il travaillait à la section crédits. Il a su conserver toutes les informations concernant les prêts contractés par IOG et par son frére, ce qui lui a permis de leur faire du chantage.

Pour éviter des problèmes, IOG a exigé de Moumin Bahdon Farah, l’ex-secrétaire général du RPP de l’ajouter à la liste des nouveaux députés, dans la circonscripiton de Dikhil. Officiellement, il est devenu un député « pro Moumin » mais en réalité il travaillait déjà pour le compte d’ IOG.

En plus de son mandat de député, il a été nommé Président de l’ADPEF, une assocation créée sur mesure pour acheter son silence.

Puis, IOG a donné des ordres pour déstabiliser Mounin Bahdon petit à petit.

Il a pu lui donner le coup de grâce lorsque Gouled est tombé malade durant le sommet franco-africains qui se tenait au Burkina Fasso. Moumin a convoqué des membres du bureau politique du RPP, pour les informer de la situation de santé de Gouled et prendre les mesures d’urgence nécessaires.

Mohamed Aden Waberi a enregitré les conversations avec un magnétophone appartenant qu SDS et il a remis la cassette à IOG.

Cette cassette a contribué très certainement à la chute de Moumin Bahdon, parce qu’affirme que Gouled est mort et qu’il doit assurer l’intérim en sa qualité de secrétaire general du RPP.

Sur ordre d’IOG, les services de désinformation ont aussitôt propagé la nouvelle qui s’est répandue dans le pays, comme une trainée de poudre.

C’est alors qu’IOG a joint Gouled par téléphone, pour lui annoncer qu’il était mort, selon les déclarations de Moumin Bahdon. Gouled est devenu fou de rage et il a pris immédiatements les mesures pour écarter Moumin et consort.

Il y a un mois, il a deposé plainte contre Abourahman Boreh, (un mois, c’est juste apres la chute de ce dernier – Courageux mais pas téméraire le Mohamed Aden Waberi !!). A-t-il oublié avec son ingratitude habituel et son parfait cynisme, que Borreh lui avait alloué des millions de contrat de sous-traitance depuis 1989 ?

N’oublions pas qu’en plus de ses autres fonctions, il cumulait avec celle de « bras droit » de Borreh.

Au regard de son parcours empreint de multiples trahisons et de chantage, Mohamed Aden Waberi peut-il être considéré comme un crabe de la pire espéèce ? En tout cas, je trouve que « MOULE A GAUFRES » lui side parfaitement bien.

_______________________________ Extrait de l’ADI

L’ADEPF fête ses 14 ans

L’Association Djiboutienne pour l’Equilibre et la Promotion de la Famille (ADEPF) a tenu le lundi 1er décembre dernier, sa 14ème Assemblée générale dans la salle de conférence du Palais du Peuple.

C’est au cours de cette réunion annuelle et devant une salle comble, que le Président de l’ADEPF, Mohamed Aden Waberi, a choisi de célébrer en compagnie d’illustres invités et de nombreux adhérents, le 14ème anniversaire de la création de l’Association. Forte de ses 14 années d’actions de proximité sur le terrain et de sensibilisation du grand public, il ne fait aucun doute que l’ADEPF est promise à un bel avenir.

L’ADEPF : une Association, une mission. La voix est suave, le ton hésitant mais le discours se veut rassembleur, un peu à la manière d’un capitaine ressoudant ses troupes. Le Président de l’ADEPF, Mohamed Aden, alias John, ouvrait le bal par une brève allocution empreinte de franchise. L’émotion qui, en ce 1er décembre, submerge l’homme qui incarne l’Association en ce 1er décembre trahit sa passion et la profondeur de son engagement.

Anglophone et ancien Député de son état, Mohamed Aden Waberi est également l’un des membres fondateurs de cette Association fondée le 1er juin 1994. S’adressant à un public conquis, le Président de l’ADEPF a remercié chaleureusement les invités parmi lesquels le Président de l’Assemblée nationale, Idriss Arnaoud Ali, le Ministre de la Culture et de la communication, Ali Abdi Farah, les députés ainsi que les nombreux adhérents présents.

Le Président de l’ADEPF n’a pas manqué non plus de rendre hommage au Président de la République et premier Président d’honneur de l’Association. (…)

13/02/06 (B337-A) Interview (En anglais) de Guelleh diffusé par le réseau U.N. Network et reprise sur le site Allafrica.com (Signalé par un lecteur).

UN Integrated regional information Networks

INTERVIEW
February 13, 2006
Posted to the web February 13, 2006

Djiboutiville

Djibouti is facing a humanitarian crisis as a result of consecutive years of drought. In an interview with IRIN on 9 February, President Ismail Omar Guelleh talked about his government’s plans to contain the situation. Below are excerpts.

Is the current drought in the region more serious than previous ones?

It is not, but our problem is we get a lot less rain than the rest of the countries, so this makes it more problematic. Many people have already lost their livestock and moved to towns. It is the rest who are now under threat and who we are trying to save.

These are recurring droughts. We need to take that into account and plan accordingly and do what we can for ourselves instead of blaming God every time. For example, when it rains, we may get 5 million to 10 million cubic meters of water. Most of that will end up in the sea. A few days later we experience a shortage of water. We could save a lot by harvesting water.

We therefore decided to take a number of steps. In this country, peoples’ lives depend largely on livestock. When they start dying, people are in trouble. We have put in place a plan to irrigate some of the land around water wells in order to produce animal feed. It could be one hectare, two, three, four or even 10. Whatever is produced will be stored and given out during the dry season.

We also need to harvest water and build water catchments. This, in my opinion, will alleviate some of the problems we face.

We are also planning to plant one million palm trees to produce dates for human consumption. Our soil is conducive to this type of tree. The Saudi government has agreed to provide 20,000 seedlings. We have also set up a research facility to experiment in producing seedlings that will mature in two years and produce fruit.

How many people are affected by the current drought, and which areas are most affected?

Our estimates are that 150,000 people [out of a population of 700,000] are seriously affected by the drought. Almost all regions are affected, but the hardest hit areas are the coastal regions, the north and the northwest.

What has been the international community’s response to the drought in the region?

In terms of response from the international community, I have been informed that Japan has pledged the equivalent of US $700,000, and that is it. We are used to this sort of thing. When you make an appeal it takes between 6 months and 8 months before any response.

We also suffer, I believe, from a certain amount of neglect. Recently, the European Union announced that it was donating -5 [US $6 million] to the countries affected by the drought. They named Kenya, Somalia and Ethiopia. We were not even mentioned. It is like we are the forgotten country. Maybe it has something to do with our small size.

So instead of waiting until people start dying, we decided to mobilise our own people, from school children to businessmen. Every family should give what it can, even if it is one kilo, or half a kilo, to try and help their compatriots. This campaign has also taught our people that they also can help each other. It created solidarity. This has been very, very successful. Now we are trying to dispatch what has been collected to the affected areas with the help of our armed forces.

Does the increased migration to Djibouti from other countries in the region give you more concern about security?

Since our independence we [have] had a flood of people coming, not only to Djibouti but to transit through here. Some came to work, others [when there was no phone system in Somalia] to make an international call to family and relatives in the diaspora or for medical reasons.

Now, the newest phenomenon is the migration by boat to Yemen and Saudi Arabia. Last week our police detained more that 150 people in the north of the country. This latest group was from Ethiopia.

Does this new phenomenon worry you in terms of security, not just in your country but in the sub-region as a whole?

No, not really. We are used to this by now. These people are economic migrants and do not pose any serious security problem. Sometimes they may engage in minor criminal activity, but nothing serious that would affect the overall security of this country or the region.

Do you think then that the threat of terrorism from the Horn of Africa is exaggerated?

At the beginning, it was not – due to the history of our region from 1993. Look at what happened in 1998 in Kenya and Tanzania [United States embassy bombings]. Look at what happened in 2000 and 2002 in Yemen. All these are part of the big threat of terrorism in our region. The motivation of the American presence here, at that time, was to fight that threat. They have succeeded in their mission. Except for minor incidents of piracy in the Indian Ocean, we have had no serious terrorist incident in this area.

Has the American presence been helpful to the Djibouti economy?

Yes, it has been very helpful. First, a very important part of our people has found work there. Then, we have companies from countries like Bahrain, Kuwait, Qatar, which are working with the Americans, who have also hired local people and are spending money in our country. These companies have also established [themselves] in our free zone. All this has had a positive impact on our economy.

Coming back to the sub-region, how are Djibouti’s relations with its neighbours, specifically with the new Transitional Federal Government (TFG) of Somalia?

We are here to help any government chosen by the Somali people. We support the TFG as we supported the TNG [Transitional National Government] before it. Our aim is to see Somalia re-establish itself for the sake of the Somali people, who have been suffering for the last 15 years.

With regard to our other neighbours, we have very good relations. As the headquarters of IGAD [Inter-Governmental Authority on Development] we have, as we must, access to all of them.

Since the TFG relocated to Somalia, it seems to be having the same problems the TNG had with faction leaders and establishing its authority throughout the country. What do you think is the problem, and do you foresee a solution?

The main problem is the lack of support from the international community. We cannot ask a drowning person to swim and save himself without giving a lifeline. That is what we are telling the Somalis, and it is not fair. We have seen what the United Nations and the international community is doing in Liberia and Democratic Republic of Congo. In Congo, the UN is spending over $200 million per year. In Ethiopia-Eritrea similar amounts are being spent. Why is it so difficult for the international community to assist the Somali government to disarm and demobilise the various militias and put pressure on the warlords?

No one is doing anything. That is the main reason why any government – call it TFG, TNG, or whatever – will not succeed. It is a question of a lack of commitment from the international community.

[ This report does not necessarily reflect the views of the United Nations ]


Copyright © 2006 UN Integrated Regional Information Networks. All rights reserved. Distributed by AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Click here to contact the copyright holder directly for corrections — or for permission to republish or make other authorized use of this material.

02/11/05 (B322) Aref aurait-il les moyens de contribuer à la chute du régime ? (Jean-Loup Schaal)

A des lecteurs qui m’interrogeaient pour savoir quelle allait être ma réaction à la campagne de calomnie dirigée par Me AREF, contre moi, je leur répond que je ne ferai rien de particulier.

J’ai un sens personnel de la responsabilité et de la fidélité de mes engagements. Quels que soient ses torts, je ne vais pas me livrer aujourd’hui à une attaque en règle et publique contre un homme dont j’ai contribué à sauver la vie. C’est son problème et non le mien.

Chacun veut apurer sa dette un jour ou l’autre.

Il y a deux façons de le faire :

  • les hommes honnêtes renvoient l’ascenseur,
  • les fourbes attaquent leur créancier moral pour ne pas s’acquitter …

Comme les lecteurs peuvent l’imaginer, l’attitude de Me Aref m’emplit de tristesse, de dégoût et de pitié. Mais je ne lui répondrai pas sur ce point. Qu’il continue à me cracher dessus, l’opinion sait maintenant ce dont il est capable.

Je viens d’apprendre que le site du GED avait publié des copies de lettre qu’il m’avait envoyées et qui avaient été retirées « in extremis » à ma demande, lors de l’audience du 18 octobre, pour lui éviter la honte et l’infamie.

Personnellement je ne les avais jamais produites, car ce sont des documents terribles pour Me Aref : ils le condamneront sans appel aux yeux de ses nouveaux maîtres, car ils prouvent sa duplicité et son manque de conviction.

Allant bien au-delà de ce qui a pu être écrit sur notre site, il traînait Guelleh et Gouled dans la boue et il dénonçait en même temps, la part de responsabilité des autorités françaises dans le meurtre du Juge Borrel et dans la première instruction qui a suivie. Par exemple :

  • il nous aidait à rédiger une plainte pour crimes contre l’humanité,
  • il les comparait au Chancelier autrichien !
  • il dénonçait les magouilles financières du régime (Arta, Banque de Somalie, .. ),
  • il se répandait sur des relations de complicité entre le Juge Le Loire et Guelleh,
  • il divulguait des informations pour montrer que certains hauts fonctionnaires français avaient une part de responsabilité dans le meurtre du Juge Borrel,
  • – etc..

Aujourd’hui, il sert la dictature en chien fidèle : après tout, c’est son droit le plus strict, s’il y trouve son intérêt financier !

Mais il n’avait nul besoin de m’attaquer personnellement pour cela. Sauf à vouloir se faire reconnaître par Guelleh, comme l’exécuteur du site de l’ARDHD, qui avait contribué plus que fortement à sa libération, mais qui agace fortement Guelleh et son entourage, parce qu’il dénonce les violations répétées des Droits de l’Homme et les magouilles permanentes.

Comme nous l’avons toujours dit, Guelleh est un dictateur abominable, qui a mis en place un système d’asservissement du peuple, mais il n’est pas pour autant dénué d’intelligence ! S’il le ne le savait pas déjà, la lecture de ces documents (*) lui confirmera la nature de l’homme qui le sert actuellement et il imaginera tout ce qu’il est capable de manigancer contre lui.

Pour un homme qui a changé tant de fois d’avis, qui a critiqué à outrance les uns et les autres, il n’y a plus de crédibilité : il n’y a que le déshonneur !

Bref, Aref apparaît au monde entier, comme « une planche pourrie », sur laquelle nul ne peut espérer s’appuyer pour « sauver sa peau » en cas de naufrage. Et c’est bien de cela qu’il s’agit.

Car Guelleh est actuellement en situation de grande faiblesse : l’affaire Borrel le taraude, l’affaiblit et le déstabilise. Pourra-t-il se maintenir encore longtemps au pouvoir ? Il y a des doutes sérieux. Par réaction, il multiplie les tours de vis et les provocations en s’appuyant probablement sur des mercenaires recrutés à l’étranger (insécurité en ville, arrestation arbitraire des syndicalistes résistants, meurtre de lycéens, …) pour museler la population et sa colère grandissante, il risque de succomber rapidement aux multiples haines qu’il a suscitées, surtout s’il perdait le soutien personnel de Jacques Chirac.

Est-ce à ce moment qu’AREF intervient fort à propos ? A-t-il choisi de jouer cette comédie pour mieux descendre Guelleh ?

C’est un scénario tout à fait réaliste. L’analyse est simple !

Hors la présence de Guelleh, devant les caméras de la RTD et les plus hautes autorités françaises à Djibouti, son amitié nouvelle et ses accolades appuyées avec le Général Zakaria, possible successeur de Guelleh sont significatives. Zakaria pourrait-il avoir reçu l’adoubement de la France, ce qui est imaginable, si l’on donne tout son sens à la marque de reconnaissance hautement significative qu’il vient de recevoir sous forme de la Légion d’Honneur et d’un message personnel de Chirac.

J’en arrive à la question que je me pose : Guelleh a-t-il des risques actuellement de tomber, non pas sous les coups de la pression populaire, mais sous ceux de ses amis et des « traîtres » qui l’entourent ?

Cela ne nous attristera pas. La seule chose que nous espérons, c’est que le successeur, même s’il prend le pouvoir par la félonie et par des moyens non démocratiques, saura changer le type de régime et redonner au Peuple, les libertés, la démocratie, la Paix civile et la justice, auquel il peut prétendre légitimement. C’est le sens même de notre combat !

L’avenir de Guelleh est sombre, celui d’Aref l’est encore plus. Il sera utilisé tant qu’il peut être utile et il sera jeté ensuite. En dépit de ma bienveillance, ni l’ARDHD ni moi, ne serons là pour le soutenir et le sortir de Gabode ou d’Ali Addé.

Alors Aref, futur Premier Ministre du nouveau Président, qu’il aura contribué à mettre au pouvoir ou futur locataire de Gabode, pour trahison ? Après tout, il est assez grand pour se savonner sa propre planche, lui qui a tant savonné celle de ses amis.

Jean-Loup Schaal

(*) J’ignore, en dehors de ceux qui ont été publiés, quels sont les documents qui sont en possession du GED, mais je dispose de lettres encore plus explicites. Je me conserve le droit de les rendre publiques, en fonction de l’évolution de la situation.

Bien sur, Aref pourrait chercher de nouveau à me traîner en justice, mais cela ne me fait pas peur. Comme à l’audience du 18 octobre, moi, j’assume mes convictions ! Et mon casier judiciaire, contrairement au sien, est vierge !

15/02/05 (B285) LE MONDE : PORTRAIT : Safia Otokoré, Bourguignonne de Somalie, née à Djibouti et Vice-Présidente du Conseil régional de Bourgogne. (Le MONDE sous la plume de Catherine Simon)

Née à Djibouti
dans une famille démunie, la vice-présidente du conseil régional
de Bourgogne sort un livre pour raconter son parcours hors du commun.
« Quand vas-tu te mettre dans la tête que tu ne seras jamais blanche
? », avait coutume de dire sa mère, excédée de la
voir plongée dans des livres au lieu de s’occuper de la maison. En
ce début des années 1980, dans les faubourgs miséreux
de Djibouti, où la famille Ibrahim, des réfugiés issaks
venus de Somalie, tentait de survivre, la petite Safia était déjà
une gosse à part.

Cette maigrichonne aux
allures de « garçon manqué », quatrième enfant
d’une nichée de dix bambins, a été très tôt
habitée, comme elle le dit elle-même, par une « volonté
rageuse » qui la pousse hors des sentiers battus. Très vite, elle
apprend à mentir, à ruser. Elle veut vivre. L’athlétisme
– adolescente, elle devient championne de demi-fond – lui fera franchir les
frontières africaines, découvrir la Côte d’Ivoire, le
Sénégal, et rencontrer son futur mari.

Le livre de cette femme
« née pauvre, noire et musulmane » devrait en ébahir
plus d’un. Et en agacer quelques autres… Elue sur la liste PS, lors du scrutin
municipal de mars 2001, Safia Otokoré est aujourd’hui maire adjointe
de la ville d’Auxerre (Yonne) et, depuis mars 2004, vice-présidente
de la région Bourgogne, déléguée à la jeunesse
et aux sports, et à la lutte contre les discriminations.

C’est par la politique,
en l’occurrence le Parti socialiste, qu’elle a réussi à se faire
un nom. Un prénom plutôt : Safia – le titre de son autobiographie,
à paraître fin février (éditions Robert Laffont).
A 36 ans à peine… « Elle est sortie du ruisseau parce qu’elle
est ambitieuse. Elle a eu très tôt le désir de fuir sa
condition, de devenir quelqu’un », souligne Nicole Lambron, une Française
qui a vécu à Djibouti et a longtemps épaulé moralement
et financièrement la famille Ibrahim.

Le livre de Safia Otokoré
est dédié à cette drôle de marraine française,
grâce à laquelle la « sauvageonne » du Quartier 3 a pu
poursuivre ses études. Sans ce coup de pouce, il n’est pas sûr
que la jeune « prisonnière », tributaire des lourdeurs de la
société djiboutienne, aurait réussi à s’échapper.

C’est qu’il ne fait pas
bon vivre, quand on est femme et pauvre, dans cette région déshéritée
qu’est la corne de l’Afrique ! Il suffit pour s’en convaincre de lire ce que
Safia Otokoré raconte de l’excision des filles, qu’elle-même
a subie à l’âge de 7 ans.

A cette première
mutilation – l’ablation d’une partie du clitoris -, la coutume régionale
en ajoute une deuxième, celle de l’infibulation, torture rituelle qui
a valu à la Somalie le surnom de « pays des femmes cousues ».
Dans son malheur, la petite Safia a pourtant eu de la chance. On le comprend,
à découvrir l’histoire, atroce et banale, d’une de ses sœurs,
Kaltoum, « la meilleure d’entre nous », dit-elle, mariée de
force plusieurs fois, et qui, après avoir tenté d’échapper
à son sort, est morte misérablement, il y a sept ans, à
Djibouti.

Quand elle parle de Kaltoum,
attablée dans un café d’Auxerre, Safia Otokoré n’arrive
pas à retenir ses larmes. Elle les essuie très vite. « J’ai
écrit ce livre pour que les Auxerrois me connaissent, qu’ils sachent
d’où je viens », lâche-t-elle, retrouvant déjà
son sourire. Question de discipline. Sous ses allures brouillonnes, Safia
Otokoré a un caractère de fer.

Dans les rues de cette
grosse bourgade de 40 000 habitants, longtemps fief de Jean-Pierre Soisson,
ceux qui la saluent – ici un policier municipal, là une militante socialiste
avec qui elle échange deux mots, plus loin un jeune Français
« récemment converti à l’islam » qui lui arrache un
rendez-vous -, on ne connaît de la noire édile que ses titres
politiques et le nom de son ex-mari, Didier Otokoré, footballeur de
niveau international, avec qui elle a eu deux fils.

Ses ennemis – elle en
a de féroces – lui prêtent une soif de pouvoir inextinguible,
un désir d' »arriver à n’importe quel prix ». Officiellement,
ce n’est pourtant pas ce dont le maire d’Auxerre, le socialiste Guy Ferez,
ancien camarade de campagne, accuse sa bouillonnante adjointe. A voix haute,
il lui reproche son « absence de travail » et son « manque de
rigueur ». Furieux, il a annoncé, fin janvier, qu’il retirait sa
délégation à Safia Otokoré. La jeune femme n’en
garde pas moins son titre. Et sa pugnacité.

« Elle est un peu
trop vive et franche. C’est un défaut qu’elle doit vite corriger »,
s’amuse un autre Guy, certainement plus fameux que le maire de la ville :
Guy Roux, l’entraîneur de l’AJ Auxerre. Il connaît Safia depuis
son arrivée en France, en 1993, quand elle est venue rejoindre son
footballeur d’époux. « Moi, je fais partie de ceux qui l’aiment
! », s’exclame-t-il sans ambages. « Sa volonté de faire carrière
? C’est courageux de sa part, surtout qu’elle a des handicaps sérieux
: c’est une femme jeune, elle est africaine et elle vit seule », estime
le professionnel du football. « Mais c’est aussi une très bonne
chose, ajoute-t-il. Safia est devenue l’assistante sociale de toutes les Africaines
d’Auxerre. Elle est d’un dévouement extrême pour les autres.
Et c’est un faible mot… »

De son Afrique natale,
Safia Otokoré n’a pas rapporté de souvenirs très chaleureux
– hormis celui de cette grand-mère d’Hargeisa, Ayeyo, brouteuse de
khat et fumeuse de narguilé, au sang-froid légendaire. A l’époque,
en Somalie, les femmes étaient vêtues de fins voiles colorés,
aux teintes vives. « Aujourd’hui, dans les rues d’Hargeisa -capitale du
Somaliland, partie nord de la Somalie-, les femmes mettent la burka »,
constate Safia Otokoré, qui y retourne de temps en temps. Sans enthousiasme.

« Mon chez-moi ne
se trouve ni en Somalie ni à Djibouti. Mes racines, je me les fais
moi-même, ici ! », lance la jeune Bourguignonne, en faisant visiter
la maison qu’elle vient d’acheter, dans un quartier résidentiel du
vieil Auxerre. Coïncidence ? La maison a appartenu autrefois à
un maire, Jean Moreau. « Si je dois laisser mes empreintes quelque part,
ce sera ici, à Auxerre, dans le département de l’Yonne »,
promet-elle. A voir les passions que suscite cet « électron libre
avec des appuis haut placés », comme l’appelle un journaliste local,
c’est déjà chose faite…

Catherine Simon

26/05/04 (B248) Et s’il fallait simplement inverser les phrases pour découvrir le vrai Guelleh !

Nous nous sommes amusés
avec l’une des réponses qu’il a fait paraître à grands
frais dans Jeune Afrique :

Voici le texte original
:
Je suis un homme
modeste, j’aime rester dans mon coin, je préfère l’ombre à
la lumière. Je m’efforce de rester très proche des Djiboutiens.
Je lis chaque jour moi-même, sans censure préalable, les dizaines
de lettres que m’envoient mes compatriotes. Chaque week-end, je visite les
villages les plus reculés, là où même les 4×4 ne
passent pas. Je n’aime ni l’argent ni les dépenses ostentatoires. Je
suis quelqu’un d’heureux et de bien dans sa peau. Un citoyen devenu président.

Maintenant vous l’inversez
comme suit :

Je ne suis pas un
homme modeste, je n’aime pas rester dans mon coin, je préfère
la lumière à l’ombre. Je m’efforce de m’éloigner des
Djiboutiens. Je ne lis aucune des dizaines de lettres que m’envoient mes compatriotes
et qui sont censurées au préalable. Chaque week end, je m’abstiens
de visiter les villages les plus proches où passent les 4×4. J’aime
l’argent et les dépenses ostentatoires. Je suis quelqu’un de malheureux
et mal dans sa peau. Un étranger devenu Président.

-> Ne trouvez-vous
pas, comme notre équipe, que cela aurait un accent de vérité
et que cette réponse aurait été plus conforme à
la vérité ? Est-ce vrai qu’IOG ment toujours quant il communique
et surtout quand il parle de lui ? Allez, c’est surement parce que c’est grand timide
!

17/09/03 (B212) LE MONDE : Menacés d’expulsion manu militari, plus de 80 000 sans-papiers ont quitté Djibouti

Nairobi de notre correspondant

L’ultimatum des autorités
de Djibouti aux étrangers en situation irrégulière pour
quitter le pays a expiré lundi 15 septembre à minuit, heure
locale. La menace de "rafles" brandie par le ministère de
l’intérieur, qui avait parallèlement largement ouvert les frontières,
et la peur de subir des exactions des forces de sécurité djiboutiennes,
ont provoqué l’exode de la vaste majorité de "sans-papiers",
essentiellement des Ethiopiens et des Somaliens. Par le train qui relie Djibouti
à Addis Abeba, la capitale éthiopienne, ou par la route, en
direction de la Somalie, plus de 80 000 personnes, soit près de 15
% de la population du pays, ont quitté Djibouti.

L’ultimatum avait été
annoncé, officiellement dans le cadre de "la lutte contre l’immigration
clandestine". Force est de s’interroger sur l’urgence de cette mesure,
destinée à traiter par le vide la vieille question des étrangers
sans papiers de Djibouti, tolérés jusqu’ici sans grandes difficultés.
Car hormis une poignée de demandeurs d’asile en bonne et due forme,
persécutés dans leur propre pays ou originaires du Sud de la
Somalie en guerre, Djibouti était surtout le point de chute de nombreux
travailleurs des pays limitrophes.

A l’échelle régionale,
ce pays de 630 000 habitants fait figure d’Eldorado où les Ethiopiens
et les Somaliens fournissaient une main-d’œuvre bon marché, prenant
en charge les travaux les plus ingrats et les moins bien payés. La
classe moyenne djiboutienne, par exemple, est habituée depuis longtemps
à employer du personnel de maison étranger. Bien qu’on n’y produise
qu’un peu de sel, et que le chômage affecte plus de 50 % de la population,
le petit pays de la Corne de l’Afrique, installé face au détroit
du Bal el-Mandeb, jouit d’une prospérité relative, alimentée
par la rente géostratégique que lui verse la France depuis l’indépendance
en 1977, pour y maintenir 2 800 soldats, sa plus forte présence militaire
à l’étranger.

Avec la fin de la guerre
froide, ce capital géographique avait subi une érosion. Les
attentats du 11 septembre 2001 ont inversé la tendance. Les Etats-Unis
ont ouvert à leur tour à Djibouti, en 2002, une base dans un
ancien camp de la Légion étrangère. Entre 1 500 et 1
800 hommes y sont stationnés, destinés à intervenir contre
d’éventuels groupes terroristes dans une région qui s’étend
de l’Afrique orientale à la péninsule arabique (Somalie, Kenya,
Ethiopie, Soudan, Erythrée, Djibouti, Yémen).

"SOUHAIT"
AMÉRICAIN

Chacun de ces pays, selon
Washington, pourrait héberger des cellules terroristes "transnationales".
Le Camp Lemonier, situé en lisière de l’aéroport international
à Djibouti, et où sont cantonnés les soldats américains,
fait donc figure de cible potentielle. Dans la crainte d’une action terroriste,
les contrôles ont été renforcés le long des 620
kilomètres de frontières communes avec l’Ethiopie et la Somalie,
traversés par une multitude de pistes empruntées depuis toujours
par les nomades de la région. Restait à régler la question
des "sans-papiers". Leur départ forcé s’est déroulé
dans un contexte délicat. S’y mélangent un fort sentiment xénophobe
à l’égard des Ethiopiens, dont le pays de 70 millions d’habitants
semble toujours aux Djiboutiens un géant aux aspirations hégémoniques,
mais aussi une solidarité nourrie par des racines ethniques communes
à l’égard d’une partie des Somaliens.

Soucieuses de ne pas apparaître
comme le mandant de cette opération d’expulsion, les autorités
américaines ont déclaré par l’intermédiaire de
leur ambassade à Djibouti que contrairement à des "rumeurs",
Washington n’avait participé "en rien" à cette opération,
ni dans sa "conception" ni dans son "exécution".
Mais l’ultimatum adressé aux "sans-papiers" de Djibouti a
été décrit par un responsable gouvernemental djiboutien
comme la réponse à un "souhait" émis par les
"forces coalisées dans le cadre de la lutte antiterroriste".

Jean-Philippe
Rémy

ARTICLE PARU DANS L’EDITION
DU 17.09.03

11/09/03 (B211) A lire dans LE FIGARO, trois articles récents.

Près de 60 000
clandestins ont fui le pays (5/09/03)

Depuis fin juillet, près de 60 000 immigrés clandestins ont
quitté Djibouti, pays de quelque 630 000 habitants. Les autres ont
jusqu’au 15 septembre pour (..)

___________________________________________________

Quinze jours de sursis
pour les clandestins (1/09/03)

L’ultimatum lancé par les autorités de Djibouti aux clandestins
pour qu’ils quittent le pays avant hier minuit a été prolongé
(..)

________________________________________________
A noter (30/08/03)

Expiration de l’ultimatum des autorités de Djibouti aux immigrés
clandestins sommés dequitter le pays.(..)

11/09/03 (B211) LE MONDE : Djibouti : 100 000 immigrés clandestins, soit 15 % de la population du pays, vont être expulsés, avant le 15 septembre 2003.

ARTICLE
PARU DANS L’EDITION DU 5 Septembre 2003

100 000 immigrés
clandestins, soit 15 % de la population du pays, vont être expulsés,
a annoncé l’ambassadeur de Djibouti en Ethiopie, démentant toute
pression de la part des gouvernements occidentaux. Les immigrés clandestins,
pour la plupart Ethiopiens, Somaliens et Yéménites ont jusqu’au
15 septembre pour quitter le pays. Depuis la semaine dernière, plus
de 16 000 expulsés sont arrivés en Ethiopie. La Commission éthiopienne
de prévention des risques s’attend à 40 000 arrivées
supplémentaires dans les prochains jours. – (Reuters.)