15/07/2014 (Brève 418) La taxe de séjour la plus chère au monde c’est à DJIBOUTI que nous l’avons trouvée et elle s’applique aux militaires français. Bientôt elle s’élèvera à 91 € par jour pour un militaire français ! La taxe de séjour c’est uniquement le droit d’être sur le territoire et cela ne couvre pas les frais d’hébergement ni d’entretien !!! (ARDHD)

L’équipe de l’ARDHD a fait un calcul intéressant.

Actuellement la France a déployé 1.900 militaires à Djibouti. S’il on divise 30 millions d’€ par 1.900 et par 365 jours, on obtient …. on obtient
43 € par jour et par militaire. Et ce tarif est simplement le droit d’être sur place. Il ne comprend pas la chambre, le lit, l’entretien du linge et le nettoyage journalier, ni la clim, ce que l’on trouve habituellement dans tous les hôtels convenables.

Comme il est prévu de réduire le nombre de militaires à 900 (ou 1.200 si le Gouvernement écoute les demandes du Général commandant les FFDJ), le tarif passera à 91 (ou 68 € par jour et par militaire). Sachant qu’il s’agit en plus de contrats sur plusieurs années, on peut affirmer que la taxe de séjour djiboutienne est la plus chère au monde, pour les français.

Les américains payent beaucoup moins : pour 3.000 hommes environ, ils cotisent à hauteur de 30 millions de dollars. En euro cela ne fait que 20 € par jour et par militaire (4 fois moins que le tarif consenti aux Français).

A noter que la taxe de séjour dans les villes balnéaires françaises les plus prisées n’est que de 1 à 5 € par jour et qu’elle est souvent limitée dans le temps …

23/06/2013 (Brève 146) Paris, Maison de l’Afrique, 22 juin 2013

Un grand nombre de Djiboutiennes et de Djiboutiens sont venus assister à cette réunion du 22 juin sur le thème

« Quelle refondation démocratique en République de Djibouti ?« 

Après une minute de silence, demandée (à juste titre) par un participant, en mémoire aux victimes du régime et en particulier, du jeune lycéen tué froidement à Obbock, sont intervenus successivement, Med Aïnaché, Jean-Loup Schaal, Maki Houmed Gaba et Ali Coubba.

Aïnaché a eu l’amabilité de nous adresser le texte de son intervention, qui est disponible sur le site. Nous espérons pouvoir recevoir les fichiers des enregistrements vidéos et si c’est le cas, nous les mettrons en ligne sur le site.

__________________________Avis de l’ARDHD
Il semble qu’il y ait désormais un consensus naissant au sein des différentes personnalités de l’opposition : la nécessité de s’unir pour mettre un terme à la dictature.

Cependant, un observateur extérieur pourrait regretter, au travers des différentes interventions, y compris celle (assez maladroite …?) d’Abdourahman Boreh, que les leaders ou les représentants des différentes tendances de l’opposition, prônent une union démocratique, mais de préférence, autour de la structure à laquelle ils appartiennent et dont ils ont vanté, chacun en ce qui les concernent, la supériorité, l’ancienneté ou la légitimité (à leurs yeux).

Même si l’on se dirige sur la bonne voie, il reste encore beaucoup de chemin à faire pour construire les fondements de la démocratie. Et auparavant, il faudra déjà s’accorder sur la volonté et les moyens de mettre un terme au régime dictatorial de Guelleh.

En dépit des apparences, certains continuent à douter d’une réelle volonté au njveau de tous les acteurs …. Ont-ils tort ?

PS : à noter que Jean-Loup Schaal, outre l’analyse qu’il a présentée de la situation, a tenu à la fin de son intervention, à attirer l’attention de l’ensemble de la communauté sur la situation désespérée des familles de réfugiés en Ethiopie et sur la nécessité de se mobiliser pour leur porter assistance.

28/01/09 (B483) Questions – réponses. Proposition d’une lectrice.

Une lectrice nous suggère de créer une rubrique Questions – Réponses, dans laquelle chacun pourra poser des questions pour obtenir des réponses que nous publierons ensuite.

Il ne s’agit nullement de créer un nouveau forum libre, car il en existe déjà beaucoup sur Internet, mais simplement de susciter des échanges entre Djiboutiennes et Djiboutiens, où qu’ils résident.

Question N° 1

Qu`est-ce qui différencie, Obock et Hayou qui pourtant semblent designer le même lieu ?

Merci de nous adresser vos réponses qui seront publiées à la suite de cet article.

equipe@ardhd.org

.
Si la formule trouve un écho, c’est à dire qu’elle suscite à la fois de nouvelles questions et des réponses, nous mettrons en page un dossier pour regrouper toutes les questions.

Un grand merci à toutes celles et à tous ceux qui nous envoient des souhaits pour les 10 ans du site.