09/11/2011 (B629) Radio-Trottoir (lectrice) – L’enfariné Me Aref sera-t-il le Croque mort de Fadumo Cawo ?

L’enfariné Me Aref sera-t-il le Croque mort de Fadumo Cawo ?

La valse des Avocats : Fatouma ou Aref, Aref ou Fatouma…

Salam Bank, banque créancière principale et toutes les sociétés de la place concernées ont saisi la Chambre Civile et Commerciale du Tribunal de Djibouti pour réclamer le paiement de leurs créances.

Mais voilà, ces demandeurs légitimes ont oublié un tout petit point de détail !

La société de Boreh a été recyclée en ICC et maintenant elle appartient au couple infernal. Elle est dirigée par la fille aînée, laquelle vient de fuir récemment avec un « beau mec » en emportant un montant estimé à 7 millions de US$, puisés sur les comptes d’ICC et du Palace Kempeski Hôtel.

Devant le tribunal, pour répondre aux très importantes demandes qu’ont émis les créanciers d’ICC, Me Aref parviendra-t-il, comme à l’accoutumé à convaincre les juges de la véracité de ses mensonges.

Ou bien,
en tant que spécialiste djiboutien reconnu du double jeu, va-t-il manger dans les deux râteliers ?

Selons des informations de dernière minute, le Président Général de Salam Bank, ayant subi les fortes pressions d’Haramous, tenterait de convaincre son Directeur de mettre en veilleuse le contentieux, qui oppose la banque à ICC.

Reste à savoir si les sous traitants qui sont victimes des impayés d’ICC, au même titre que Salam Bank vont obéir au diktat et aux pressions inadmissibles du couple infernal ?

Suite aux fortes pressions des créanciers d’ICC, on se demande comment les deux avocats du régime vont obtenir leur part du gaat… du gâteau ?

Votre représentante Soukri

03/11/2011 (B628) Radio-Trottoir : une nouvelle rubrique « La Dépêche des intellos djiboutiens et des CSF – « Chômeurs Sans Frontières »

Informations du 2 novembre 2011.

La Police a perdu les sens, (pardon) « n’a plus d’essence » !

Nous avons appris que ce matin que les forces de police manquaient de carburant. Tous les véhicules de la police étaient stationnés ce matin devant la station de JIBIR, à Balbala près du 4eme arrondissement pour s’approvisionner en carburant (essence,gazoil,huile.etc).

Comme il semblait qu’on leur ait opposé un refus d’approvisionnement, cela tendrait à prouver que les caisses du Trésor national sont vides et que le malaise se généralise dans tout les corps de l’Etat.

Auparavant, c’était le corps des enseignants qui n’avait pas reçu ses salaires. Cela a été corrigé le jour suivant, c’est-à-dire le vendredi après les protestations de jeudi.

Aujourdhui c’est au tour des forces de répression d’être en panne d’essence. Ce qui entrainerai bientôt la fin de leurs déplacements motorisés.

Le corps de la santé n’est pas épargné car les premiers signes sont visibles sur les visages des personnels de santé qui commencent à manquer des médicaments et des produits sanitaires de première nécessité : anesthesiants, produits d’aseptie, compresses, produits à injecter….

Les hôpitaux et les centres de santé ne seraient-ils plus approvisionnés ?

Sans oublier le renchérissement des soins médicaux qui écarte totalement les personnes pauvres pauvres et indigentes des soins de base. Combien de citoyens djiboutiens se tournent-ils vers le HCR pour bénéficier des soins de base et de quelques sacs de vivre.

Il est probable que des retards de salaire touchent aussi les personnels de santé, car cette catégorie constitue la plus grande partie de la masse salariale des fonctionnaires de l’Etat (aux alentours de 20 à 30 %). En nombre ce sont les personnels de l’éducation qui occupe la seconde place..

De ce fait, les projections pessimistes se révèlent être conformes à la dure réalité. Ce régime despotique ne tardera pas à être rattrapé par les déficits publics énormes. Pourra-t-il tenir jusqu’à la fin de l’année ou sera-t-il placé en défaut de paiement (failite) avant.

Tout porte à croire que s a chute est imminente.

Pas de guérison en vue à l’EMD


Les choses vont mal à l’EMD comme on l’imaginait auparavant.

Le ministre de la santé, Ali Yacoub et celui de l’enseignement supérieur et de la recherche, Nabil Mohamed ont déclaré clairement : « Voilà, aujourd’hui, nous avons un verre à moitié vide, Soyez optimiste ! Soit vous attendez que l’autre se remplisse, soit vous affirmer que le verre est totalement vide ! La balle est dans votre camp ».

C’est sur ces paroles que les deux ministres ont terminé leurs interventions, lors de la réunion que les étudiants de l’EMD ont eu avec ces irresponsables dans la journée du lundi 31 octobre .

Par conséquent, les étudiants de l’EMD ont décidé à l’unanimité de maintenir leurs positions jusqu’à des réponses concrètes soient données à leurs doléances. Sans cela ils renouvelleront leurs actions.

Tentative avortée de clônage de la LDDH ?

Ismaël Guedi Hared aurait adressé des reproches fermes et précis à son frère Kamil et à ses proches qui projetaient la création d’un observatoire des D.H. à Djibouti, concurrent de la LDDH. M. Guedi aurait imposé que l’équipe joigne ses efforts à ceux de la LDDH, présidée par Jean-Paul Noël Abdi, refusant toute idée de clônage dans ces domaines.

Le clônage étant l’une des recettes préférées de Guelleh : clônage des partis politiques, clônage des syndicats.

Ajoutons mais seulement pour l’humour, que le clônage des Warabeys est une pratique courante pour remplacer ceux qui tournent leur veste contre le régime qu’ils ont adoré.

Et surtout, ce qui serait déjà en préparation très avancée, au plus haut niveau, le clônage des imbéciles qui soutiennent encore le RPP et son chef de gang, afin de faire venir du monde ….. dans les bureaux de vote … !

26/10/2011 (B627) Radio-Trottoir. La vie des stars ! la luxure, partenaire préférée des tenants de la dictature à l’agonie ? Quand la réalité dépasse l’humour ! (Correspondant)

RUBRIQUE DES SCANDALES D’HARAMOUS AU HERON VIA LE PLATAEU DU SERPENT !

« Vive la débauche, la bouffe et les plaisirs charnels, auxquels s’adonnent librement et sans aucune contrainte, les plus hautes personnalités de Djibouti. »

« Cherchez la femme…jusqu’au Chruchy-la femme »
Par Walter Kelly

Selon un décret qui aurait été signé le lundi 24 octobre 2011 et qui n’est pas encore publié au Journal officiel, (s’il ne l’est jamais, comme par exemple, la nomination du Pince héritier Aïnaché au poste de conseiller de son père, ne l’a jamais été), désormais il serait strictement interdit, en principauté d’opérette, d’avoir des relations sexuelles dans les bureaux officiels.

Ce décret aurait été pris, à la suite d’un flagrant délit (délire?) sexuel commis dans l’un des bureaux de l’administation de la famille régnante.. Un ministre, sorti docteur de Cuba et surnommé TGV (train à grande vitesse) pour sa capacité à battre des records de vitesse au cours de certaines démonstrations privées (la morale nous interdit d’en dire plus …). Il aurait été découvert dans un bureau administratif et dans une position sans équivoque, en compagnie d’une jeune femme ayant peut-être séjournée aux Etats-Unis.

C’est le hasard qui a fait découvrir « le pot aux roses » !

Quand un garde républicain est venu demander au ministre les clés de sa voiture parce qu’il l’avait mal garée. Probablement était-il trop pressé dans son enthousiasme d’accomplir cette nouvelle mission X.

Face à un spectacle, auquel il ne s’attendait pas et pour la vue duquel il n’avait certainement pas été préparé,
le pauvre soldat, choqué, a vivement refermé la porte en la claquant.

Est-ce que cela a privé le Ministre d’atteindre le sommet tant convoité ?

On peut d’ailleurs s’interroger sur l’origine de ces pratiques expéditives : nous viennent-elles d’outre-atlantique ?

Trève de plaisanterie et de grivoiserie.

Le peuple se demande si ce ne serait pas une nouvelle méthode (qui serait en test actuellement – Version Gros Beta) pour améliorer la préparation des Ministres à une participation personnelle plus efficace durant les conseils des Sinistres de Djibouti ?

On dit aussi que le décret présidentiel, pour réprimer « les pulsions sexuelles incontrollées », qui avait déjà été signé, pourrait être actualisé demain et étendu « aux ardeurs sexuelles récurrentes »

– L’équipe pro-gouvernementale, qui signe sa communication du slogan « Yes we can change » gardera-t-elle le silence, sur ces faits à partir du moment où ils impliquent de très proches parents de la famille régnante ?

– Le procureur de la république de son état, va-t-il ouvrir une information pour « attentat à la pudeur et libido insatiable » contre certains ministres.

Hélas, probablement pas ! Car ce pauvre procureur a acquis sa véritable notoriété dans d’autres milieux, en particulier pour son acharnement à racketter de façon insupportable et systèmatique tous les commerçants, tous les bars et les restaurants sélectionnés par ses soins.

Les émules djiboutiens disciples
du célèbre Pagès, docteur en psychiatrie

20/10/2011 (B626) Radio-Trottoir (Courrier des lecteurs) Un avis et des informations que nous envoie un lecteur et qui pourraient être proches de la réalité. (A suivre)

Le CNT annonce la mort de Mouammar Kadhafi.

Selon un responsable militaire du Conseil national de transition l’ex-dirigeant libyen aurait trouvé la mort à Syrte et il précise que le CNT serait en possession de son corps.

A Djibouti, Guelleh prépare-t-il une fuite possible ?

Selon des infos qui me parviennent depuis Djibouti, IOG pourrait être en train d’organiser sa fuite éventuelle.

Ce matin quand il a appris la mort de Kadhafi et que la guerre civile était declarée officiellement au Yémen, le dictateur IOG n’aurait pas cessé de téléphoner à ce qu’il lui reste comme amis : Méles Zenawi, le premier ministre ethiopien et ses contacts personnels en Afrique du sud et en Arabie saoudite, afin de les informer de son possible départ et de trouver des solutions de réinstallation …

De toutes les façons,
ses jours sont comptés et il le sait..

Mais il doit se décider vite, car les étudiants djiboutiens seraient impatients … d’en finir avec son régime …

12/10/2011 (B625) Selon nos correspondants, la rumeur concernant l’éviction du Ministre djiboutien de l’éducation, ne s’éteint pas. (Article illustré le 12/10 par Roger Picon)

L’une des hypothèses, confirmées par la presse du Somaliland, pourtant « pays ami » (au moins officiellement) du régime dictatorial de Guelleh, confirme que l’origine de cette mise à pied, serait à chercher dans la visite que le Dr Adawa a fait au Canada.

A ce propos, un lecteur, bien informé, nous avait alerté sur le fait que le Dr Adawa aurait rencontré la diaspora djiboutienne à Ottawa, mais que les participants étaient des pro-Guelleh, plutôt liés au SDS, que des opposants. Ce qui avait motivé l’alerte lancée par un lecteur (lien avec l’article)

Une hypothèse

Le Ministre déchu s’est-il fait piéger à Ottawa, croyant prendre un repas avec des vrais opposants, alors qu’il était dans une officine décentralisée des services djiboutiens et entouré d’agents doubles ?

Les propos (peu favorables à la pérennité de la dictature) qu’il aurait tenus, auraient été enregistrés et immédiatement transmis à la Présidence.

La contre-attaque du SDS

Ou tout cela n’est-il qu’un montage pour masquer d’autres raisons ? Car cette affaire semble manquer de clarté. A noter, par exemple, que « les obligés » habituels de Guelleh (Yes we can » diffusent des nouvelles pour brouiller les pistes, en évoquant un harcèlement sexuel sur Facebook.

Qu’est-ce que cachent toutes ces hypothèses et rumeurs ?

__________________________ Courrier de notre correspondant

Elle court, elle court la rumeur…

L’Affaire Adawa, ce ministre déchu, n’a pas l’air de s’éteindre ces jours-ci. La dernière en date et non des moindres vient encore de la presse somalilandaise. Pourtant le couple régnant de Djibouti semble entretenir des rapports courtois avec le Somaliland, même si les mauvais langues disent qu’ils sont tarifés .. !! ?

Pourquoi de telles indiscrétions s’étalent-elles dans une presse qui est restée absolument muette jusqu’à maintenant à propos des dérives et des frasques du dictateur.

Que nous dit l’article en question?

Il nous dit que le bon docteur a été renvoyé sur le banc de touche, parce qu’il s’est fait piéger. N’étant pas sous bonne garde, le Dr Adawa n’a pas su nager dans le milieu trouble et interlope de la diaspora djiboutienne d’Ottawa, et comme une benêt il se serait laissé aller (au cours d’un banquet, auquel assistaient de belles jeunes filles) à des propos sur l’après IOG.

Ne savait-il pas, en réalité, qu’il était invité dans une officine délocalisée des services djiboutiens du Canada ? Celle-ci enregistrant ses propos qui ont été immédiatement envoyés à Djibouti …..


(Parmi toutes les photos disponibles sur le site du Réseau Diaspora djiboutienne : http://rdd-ddn.com/photosRDD_Adawa.php)

_________________________ Extrait Somaliland Diaspora News

Wasiir ka tirsanaa xukuumada Jabuuti oo xil ka qaadis lagu sameeyay ka dib kolkii la basaasay

Ottawa Oct 11.2011(qurbejoog.com)-Wasiirkii waxbarashada ee Jamhuuriyada Jabuuti Dr Xasan Cali Cadaawe ayaa dhawaan shaqadii laga eryay ka dib kolkii uu kulamo la qaatay qaar ka mid ah qurbejooga Jabuuti ee mucaaradku ku badan yahay ee ku nool magaalada Ottawa.

Madaxweyne Ismaciil Cumar Geelle ayaa si kedis ah kolkii uu dhawaan wasiirku dib ugu noqdey dalka xilkii uga qaaday.

Warar ay iminka na soo gaarsiiyeen xubno ka tirsan isbeheysiga Dimuqraadiyada iyo horumarka ee Ottawa xaruntoodu tahay wasiirka waxa basaasay xubno daacad u ah xisbul xaakimka Jabuuti RPP.

Xubnahan ayaa la sheegay in wasiirka kulankiisa ay gaarsiiyeen madaxda Jabuuti iyaga oo sheegay in goobjoog ku ahaa goobta kulanka ka dhacay.

Xubnahan basaasay wasiirka ayaa la sheegay in horeba mucaaridku u ogaayeen hawlaha ay Ottawa iyo guud ahaan Qurbaha ka wadaan,waxa Ottawa iminka ka aloosan xiisad arrintan ku saabsan.

Mucaaridka qaar ayaa qaba in ragan daacada u ah xisbiga RPP ee haya talada dalka Jabuuti ay Canada qaxooti ahaan u joogaan iyaga oo dawlada Canadana u sheegtay in ay yihiin dhibeneyaal Jabuuti ka soo firxaday.

Waxaana Mucaaridka Jabuuti ee Ottawa ay qorsheynayaan in ay dawlada Canada arinkan la socodsiiyaan.

Qurbejoog-Ottawa
contact@somalidiasporanews.com

12/10/2011 (B625) Ah les beaux projets !!! Le train cela fait rêver !! Mais un train d’enfer pour les populations ? (Humour – ARDHD)

Lors de la visite de Meles Zenawi à l’occasion de l’inauguration de l’interconnexion des réseaux électriques entre l’Ethiopie et Djibouti, IOG a beaucoup insisté sur la modernisation de la liaison ferroviaire entre Djibouti et Addis Abeba, liaison qu’il a contribué à étouffer depuis son arrivée au pouvoir. Mais il a évoqué aussi une nouvelle ligne de Tadjourah vers l’Ethiopie.

Extrait ADI : « Notre coopération ne s’arrêtera pas ici, mais bien au contraire, a-t-il ajouté citant « les perspectives d’avenir comme l’interconnections(*) des télécommunications avec le réseau de fibre optique et la construction de deux lignes ferroviaires modernes qui relieront le Port de Djibouti et bientôt celui de Tadjourah à l’Ethiopie ».

Tout cela intervient après nous avoir présenté, il y a quelques mois, la nouvelle liaison Djibouti – Dakar … qui devrait être terminée dans trois mois ??? (Le gros Bobard ! Faut pas rêver !!)

C’est son conseiller personnel à la Présidence et son fils, le prince Aïnaché, qui a présenté les détails des projets d’aménagement du territoire, en termes de réseau ferré.

C’est le RFD (Réseau ferré de Djibouti) qui assurera la maîtrise complète du projet.

En avant-première et en exclusivité mondiale, l’ARDHD dévoile la carte des nouvelles liaisons. C’est une entreprise pharaonique :

  • création de 12 nouvelles gares utltra-modernes,
  • une gare à moitié sur pilotis sur l’ile de Musha, avec liaison directe pour le nouveau Bunker de Guelleh à Mascali, par train automatique.
  • une bretelle sécurisée de raccordement pour la station souterraine d’Haramous,
  • percement de 120 km de tunnel, à la fois sous la mer (80 km) et sous le massif du Day (40 km) (A noter qu’une gare souterraine sous le massif du Day avec un ascenceur privé ultra rapide permettra de relier le ranch de Guelleh au réseau ferré national)
  • pose de 1.800 km de nouvelles lignes.

En conclusion, le Prince Aïnaché, qui ne s’exprime que fort rarement, a tenu, par la voix de son interpète privé, à déclarer qu’il était fier de ce projet, qui sous l’impulsion de son père, permettra à Djibouti de faire un bon en avant d’un siècle, en moins de deux ans, terme prévu pour la réalisation intégrale de tous ces projets. (Optimiste, le p’tiot à Guelleh ?)

Le financement est assuré par un consortium privé, constitué par la mafia locale, les entreprises de fabrication et d’exportation d’armements, les laboratoires de préparation des meilleurs stupéfiants, les imprimeries de faux travellers chèques, les exportateurs réunis de Khat, les banques visées par les enquêteurs américains du FBI, les pirates somaliens et aussi dans une moindre mesure par les adeptes du grand Génie de la Corne et les adorateurs de la couronne de Djibouti ….

PS : Y aura-t-il encore des crédules pour avaler ces promesses d’IOG ?

(*) L’ADI aurait du utiliser interconnexion au lieu d’interconnections : c’est une coquille, que nous rectifions..

11/10/2011 (B625) Radio Trottoir (Lecteur) IOG est déstabilisé !

IOG est déstabilisé, il ne reste plus qu’à l’interner pour « Paranoïa critique » dans un centre de Santé, de préférence à la prison de la Santé pour ses atrocités tant pour la Veuve du juge Borel assassiné et l’Avocat français refoulé de l’Aéroport de Djibouti

Un Colonel du SDS est promu ministre en guise de récompense pour les persécutions commises contre les populations Afar.

Le Dictateur Djiboutien, qui se sentait très puissant, commence à s’écrouler, son seul refuge est le SDS, il n’a plus confiance en personne, même pas à Garde dite « Républicaine » dont les recettes sont sur le point de s’effondrer.

L’instable IOG se sent traqué de tous les côtés ; il sent que même les Chancelleries ne lui font plus des cadeaux gratuits, c’est tout à fait normal car à force de manger à tous les râteliers, aucune puissance n’a confiance en lui.

Sur le plan diplomatique :

  • on connaît sa position à l’égard de son ancien ami Kadafi (très bien) ;
  • on connaît sa position à l’égard de l’ami de Bgabo El Béchir du Soudan (positions discourtoise à l’égard des Juridictions de la CPI) ;
  • mais on ne connaît pas encore sa position à l’égard des populations Yéménites qui sont mobilisées, avec abnégation, détermination et courage, depuis janvier dernier, le silence d’IOG face à la sauvage répression du Peuple frère du Yémen voisin par son ami le dictateur qui est revenu à Sanaa est plus qu’inquiétant ;
  • lui qui critique facilement le régime de son ex-ami le dictateur d’Erythrée, qui au moins n’est pas membre de la mafia transrégionale comme IOG ;
  • mais on ne connaît pas encore sa position à l’égard de l’occupation du Golan Territoire de la Syrie occupé par l’Administration d’ Israël et ses Forces armées ;
  • mais on ne connaît pas encore sa position à l’égard des sauvages répressions des Populations de la Syrie en difficultés face aux pressions de son voisin Israël.
Le dictateur voleur des élections et voleur des deniers de l’Etat, ne pourra jamais répondre à ces constats car comme on dit à Djibouti, « il ne fait que se regarder dans son miroir ».

Avant et depuis le printemps Djiboutien du 18 février 2011, la répression sanglante se fait plus en plus dangereuse, même les Colonels ne sont pas épargnés d’ailleurs le récent cas est choquant.

Oui, après l’assassinat du Colonel Bogoreh de la Gendarmerie, de la tentative d’assassinat de son cousin tribal le Colonel de la police attire l’attention internationale et nationale sur la situation des risques des règlements claniques et dramatiques en République de Djibouti, où la Presse Libre a été sauvagement décapitée, et sans Presse Libre : la Liberté d’Expression et le Droit à la Libre de Communication sont étouffées.

L’Etat d’urgence à Ali Sabieh, après Tadjourah et Obock montre clairement que notre pays est classé sur le plan International non plus comme une République, mais comme une dictature militaire doublée d’un régime despotique avec sa famille, ses enfants et des clans tribaux à la solde d’une clique membre de la mafia transrégionale.

C’est dans ce contexte d’instabilité politique, économique, financière et sociale que des soit disant réformes sont infligées d’en-haut, et même la fragilité des nominations aux postes ministériels sont manipulées par la police politique et les éléments des Forces de Sécurité à la solde d’Haramous.

C’est ainsi qu’hier le tortionnaire des populations Afars le Lieutenant Colonel Hassan Omar Bourhan dit Hassan « Gacanlo » (Hassan le manchot) qui avait dirigé les dernières répressions à Arhiba, les répressions sanglantes et les Exécutions Extrajudiciaires, ainsi que le refoulement des Afars vers la frontière de l’Ethiopie, toutes ses répressions viennent enfin d’être récompensées par celui qui se sent Impuni et obnubilé par la Folie des Grandeurs, hélas encore, à la tête de la République de Djibouti.

Les sites comme Djibouti24 bien connu ou Yes We Can Change Djibouti (qui se revendique) est un mouvement d’intellectuels Djiboutiens anonymes ayant comme objectif principal la diffusion d’une information juste, vraie et libre. « mais par une information de la SDS avec les termes » de « son DSK DJIBOUTIEN » alors que le gouvernement Djiboutien a pour surnom depuis 1999 de gouvernement « Mohamed Ali Bordel » sans autres commentaires.

Ces sites téléguidés par la SDS sont à mon avis, « des fruits pourris » tout comme la pseudo opposition d’Aden Robleh Awaleh, député (aux bottes de son patron de la SDS « l’Ethiopien IOG » d’après son chou de journal).

Ce chou d’IOG-ADEN ROBLEH n’a jamais parlé à l’Assemblée l’UMP dont ils sont membres à part entière, en tant que Président du RPP de l’UMP, du PND…

Le dernier chou de son journal dit « République de l’UMP » était scandaleux car il n’a fait que voler DES ARTICLES comme son ami IOG, tous deux présumés complices de l’attentat du Café de Paris à Djibouti.

Les motifs réels du limogeage du Ministre de l’Education Docteur Adawa Hassan Ali sont très clairs et feront certainement l’objet d’explications plus détaillées après la publication officielle du « Journal Officiel » souvent censuré par le patron adjoint un certain M.Hassan (responsable du site J.O. de la Présidence de la République), connu pour ses connotations avec la mafia régionale notamment les supporters techniques des pirates.

Baxwell un vieux Djiboutien
qui aime la vérité.

08/10/2011 (B625) Radio-Trottoir : les petites nouvelles du Front ..

Selon des informations concordantes, Abdillahi Abdi, toujours patron en titre de la Police (et accessoirement, membre de l’Ordre des Bourreaux de la République) aurait été reconduit à son domicile après des soins reçus à l’hôpital militaire français, pour la ou les balles qui auraient été tirée(s) pratiquement à bout portant par un officier excédé par son style de management.

Cet officier aurait utilisé l’arme de service du garde du corps de Yacin Elmi Bouh (Etonnant ! alors qu’il devait avoir sa propre arme de service), ancien Ministre et désormais promu Ambassadeur errant … pour le moment.

Selon les mêmes sources, mais ce point devra être vérifié, les blessures d’Abdillahi Abdi auraient nécessité une évacuation sanitaire vers un hôpital français équipé pour ce type d’intervention. La Paulette se serait opposée à l’évacuation, dit-on … Si c’est vérifié, allez savoir pourquoi ??? Aurait-elle un remplaçant sous la main, prêt à prendre le poste, pour la servir docilement ? Cela arrive parfois en république de pacotilles où jamais rien ne se déroule comme ailleurs, dans les régimes civilisés et démocratiques !!