03/09/10 (B567) Somaliland. Le Somaliland, quel exemple pour la Somalie ? (Dossier de Radio-Vatican)

Il existe dans la corne de l’Afrique, à quelques centaines de kilomètres au nord ouest de Mogadiscio, un havre de paix et de stabilité politique : le Somaliland. Voilà vingt ans que les gouvernements se succèdent au rythme d’élections libres dans cette ancienne colonie anglaise qui a proclamé son indépendance en 1991et échappé au chaos dans lequel est plongée la Somalie voisine depuis quinze ans. L’exemple du Somaliland inspire même des administrations autoproclamées en Somalie, pour tenter de s’opposer aux insurgés islamistes, les shebabs.

Les principaux clans du centre du pays se sont ainsi rassemblés pour mettre en place leur propre modèle d’administration locale pour obtenir un plus grand soutien des bailleurs d’aide internationale, mais entre le Somaliland, au nord, et la Somalie au sud, la différence n’est pas seulement géographique.

Éclairage de Gérard Prunier, chercheur au CNRS
et spécialiste de la Corne de l’Afrique.

02/10/08 (B467-B) Radio Vatican / Somalie : les islamistes ne reflètent pas le sentiment général de la population.

Ce mardi, à la veille de la fin du ramadan, des insurgés islamistes somaliens ont démoli l’église saint Antoine de Padoue, un monument désaffecté de Kismaayo.

Cette ville portuaire du sud de la Somalie, le 22 août dernier, avait été mise sous contrôle islamiste après plusieurs jours de combats contre les forces gouvernementales somaliennes et les éthiopiens.

Cette destruction aux allures de représailles ne révélerait pourtant pas un sentiment général de la population mais juste celle d’une poignée d’extrémistes.

C’est ce que nous explique Mgr Bertin, administrateur apostolique de Mogadiscio, au mirco de Sabine de Rozières

14/11/07 (B421) Radio Vatican / Dossier : En Somalie, des combats toujours plus violents

Le quotidien à Mogadiscio se fait, jour après jour, plus dramatique. Monseigneur Bertin, évêque de Djibouti et administrateur apostolique de Mogadiscio, estime que la population civile « est à bout « . De fait, près de 173 000 habitants ont quitté la capitale somalienne au cours des dernières semaines, selon le Haut Commissariat aux Réfugiés . Ils se retrouvent désormais dans un camp, à Afgoye, à 30 kilomètres de Mogadiscio.

Mogadiscio, où les combats se font toujours plus violents. Selon Francis Soler, rédacteur en chef de la Lettre de l’Océan Indien, un mensuel consacré à l’Afrique australe et orientale, ces combats seraient même les plus violents depuis le mois d’avril.

Il revient sur les forces en puissance dans le conflit en cours

Des propos recueillis par Laure Stephan