24/01/10 (B535) Point de vue : Round Trip / Toronto /Sarkozy à Djibouti…

Revenant de La Réunion ce mardi, le président français Nicolas Sarkozy, a effectué une escale à Djibouti. Mais, ce qui est étrange, c’est que les Forces Françaises stationnées à Djibouti, plus connues sous l’acronyme FFDJ, ont monopolisé l’accueil, ce qui a privé son homologue djiboutien Ismaïl Omar Guelleh (IOG) des toutes premières étreintes.

Raison de sécurité pour les uns (IOG n’aurait su qu’une fois Sarkozy à Djibouti-Ville, donc trop tard pour l’accueillir à l’aéroport et comme il se doit !); message vibrant pour les autres, celui selon lequel : « je suis plutôt venu rendre visite au peuple djiboutien » aurait murmuré Sakozy tout bas.

Chronomètre à la main, le président français ne pouvait se permettre d’accorder à son homologue djiboutien plus que 45 minutes : 7 minutes pour les premières poignées de mains et accolades; 30 minutes d’entretien; et 8 minutes pour s’en défaire. Pas question pour IOG, qui a tenu à mettre son hôte dans l’avion ! Et oui, chez les gaulois, les minutes sont précieuses…

Résultat, pas moyen de boire avec IOG, ni manger ! Soit parce que l’Affaire Borrel remonte en surface et continue par le fait même, à hanter la vie des français (y compris leur président), soit parce que le temps presse…Pour les analystes, c’est plutôt la première hypothèse qu’il faudra retenir.

Selon l’Elysée, Sarkozy aurait profité de l’occasion pour élaguer le terrain eu égard au projet du nouvel accord de partenariat de défense, destiné à remplacer celui de 1977. Pour rassurer IOG, un autre communiqué indique que « Le président de la République a réaffirmé l’attachement de la France à la sécurité et à la souveraineté de Djibouti ».

Il lui aurait rappelé que la France a voté POUR des sanctions contre l’Erythrée. Est arrivé ensuite, le tour des dossiers de la Somalie, du Yémen et de l’Afghanistan.

Voter POUR c’est bien, mais donner l’ordre à l’Erythrée de se retirer serait mieux ! N’est-ce pas ce qu’à fait la France avec le FRUD en 1994 ? N’est-ce pas la substance même de ce fameux accord entre la France et la France ? Oh pardon ! Je voulais dire entre la France et Djibouti.

Enfin, on a l’impression que cette fois-ci, la France a intentionnellement voulu garder l’épine dans la cheville de son ami IOG…Alors de la patience Adéro !

29/12/09 (B531) Round-Trip / Toronto-Djibouti / Ismaïl Omar Guelleh menace ses conseillers les plus proches…

Force est de constater que Ismaïl Omar Guelleh idolâtre le pouvoir et compte bien y rester. Pour cela, il a préféré être clair avec ses plus proches collaborateurs. Il fut un peu plus clair cette fois-ci. Sa stratégie actuelle n’a rien avoir avec celles déjà expérimentées, d’où son message aussi limpide que l’eau de roche. Il n’a donc pas l’intention de lésiner sur les moyens, et sa nouvelle approche fait de plus en plus peur à son sérail.

Comment ? Bonne question qui mérite réflexion !

La fuite nous est parvenue juste après celle offerte à LOI « Le président Ismaïl Omar Guelleh semble encore hésiter sur la manière d’annoncer sa candidature à la présidentielle de 2011 et la modification de la Constitution que cela impliquera. Mais ses partisans continuent à lui préparer le terrain. »

En effet, IOG ne sait plus sur quel pied danser, et il est dans de beaux draps. Familièrement parlant, il est dans le caca…oui, dans un gros caca ! Parce qu’un FRUD qui renait de ses cendres, un MRD ressuscité malgré son assassinat, un ARD qui reprend son souffle, d’autres partis et d’autres personnalités qui se distinguent ici et là par leur excellent travail de sensibilisation…ne lui facilitent pas la tâche.

A cela, vient s’ajouter une pression interne où chômage et délinquance juvénile constituent une véritable bombe à retardement. Le journal gouvernemental La Nation du jeudi 24 décembre 2009, vient tout récemment de le reconnaitre.

Il serait très difficile de dissimuler un cyclone…

Tout porte à croire que la situation va exploser avant ou après 2011. Peu importe quand, le coup de grisou aura lieu à court terme. A moyen terme dans le pire des cas. IOG n’est pas sans savoir ce qu’il l’attend, d’autant que la pression internationale suit graduellement son cours. Certains pays africains sont d’ores et déjà dans le collimateur des grandes puissances.

Cela étant, IOG devait trouver un excellent groupe de réflexion en vue d’élaguer le terrain pour commettre son viol à l’encontre de notre Constitution.

Le tout doit se passer dans la plus grande sérénité.

Ce groupe de réflexion parce qu’il constitue la crème de la crème aux yeux d’IOG, n’a malheureusement pas droit à l’erreur. La stratégie du dictateur est de le tenir responsable en cas d’échec. Son message se résume comme suit : « si vous me faites perdre, je ne vous pardonnerais pas !». Ca veut tout dire…

26/12/09 (B531) Fouille à la culotte ! (Round trip: Toronto Djibouti. « Touche pas à mes parties les plus intimes…! »

Toronto, ON, M4W1A7

L’événement s’est produit au Stade Hassan Gouled, le 7 décembre 2009. Cette date fut retenue pour célébrer le 10ème anniversaire des « états généraux » du Ministère de l’Education Nationale, au bilan plus qu’alarmant. Les parents qui vivent encore au pays, en savent quelque chose.

Mais ce qui est surprenant, ce que les invités devaient se diriger vers deux rangées: l’une pour les hommes, l’autre pour les femmes (l’on se croirait en Arabie Saoudite !).

Tout le monde s’est posé une batterie de questions.

Quand les uns soliloquaient, les autres se permettaient d’interagir très discrètement…mais personne ne comprenait quoique ce soit, à ces deux longues files. Pour les quelques barbus présents, le message était clair : le Président de la République, M. Ismaïl Omar Guelleh, allait enfin faire respecter un précepte de l’Islam qui leur est cher, à savoir les hommes d’un côté, et les femmes de l’autre.

Mais non, mais non…rien de cela.

Devant la première porte d’entrée réservée aux hommes, l’on découvre une armada d’agents de services secrets sommant les invités à se diriger vers une cabine où ils doivent y être complètement fouillés. On n’y entendait des cris de types « touche pas à mes fesses, touche pas à mon sexe ».

Apres cette fouille imprégnée d’attouchements sexuels, l’invité de sexe masculin était enfin autorisé à se diriger vers les gradins et à prendre part à la cérémonie du sieur Abdi Ibrahim Absieh alias Hamoud pour les 10 années de garderie dont nous ne pouvons qu’être trop fiers !

A la seconde entrée destinée aux femmes, d’autres femmes membres des mêmes services secrets avaient également pour mission de fouiller chacune de nos sœurs et mères invitées. Dans l’autre cabine prévue à cet effet, on y entendait les mêmes refus « touche pas à mes fesses, touche pas à mon sexe ».

Quelle horreur !

A la question : « Mais, pourquoi une telle fouille, aussi minutieuse que vicieuse ?

Les agents et les agentes répondaient très naturellement : « vous n’êtes pas sans savoir ce qui s’est passé en Somalie voisine ! Un homme s’est déguisé en femme, et a commis un attentat meurtrier qui a coûté, quelques jours auparavant, la vie à une vingtaine de personnes parmi lesquelles trois ministres de l’Autorité de Transition de la Somalie.

Dans ces circonstances, nous comprenons mieux la crainte de Monsieur Ismail Omar Guelleh, et l’humiliation qu’il fait légitimement subir à ses invités.

Chers compatriotes, hommes et femmes, étant donné que personne n’a osé en parler, attendons-nous à plus d’humiliations !


Bravo à tous ceux et celles qui ont préféré rebrousser chemin que de se faire tripoter par des criminels à la solde d’un dictateur.

Round trip: Toronto -Djibouti
(Service Presse, Toronto).