24/08/06 (B363-B) En écho à nos publications, le Président de la Fédération djiboutienne de Foot-Ball confirme enfin, dans l’ADI, les raisons de l’annulation de la participation de l’équipe djiboutienne à la phase éliminatoire de la CAN 2008. C’est bien ce que nous avions imaginé et écrit depuis plusieurs jours ! L’argent a disparu, mais on ne dit pas dans quelle poche !!! Nous, on a une petite idée !(ADI)

_____________________________ Extrait de l’ADI

Le dirigeant de la Fédération Djiboutienne de Football (FDF) déclare que les raisons qui ont poussé Djibouti à déclarer forfait sont d’ordre financier

DJIBOUTI (ADI) – 23 Août 2006- Après l’annonce officielle, le 17 août dernier, du retrait de la sélection djiboutienne par le porte-parole de la CAF, M.Suleiman Habuba, le Président de la Fédération Djiboutienne de Football (FDF) a affirmé aujourd’hui, au cours d’une déclaration faite à la presse, que la principale raison de ce forfait est avant tout d’ordre financier.

Pour M.Houssein Fadoul Dabar, l’équipe de Djibouti qui, rappelons-le, devait disputer son premier match à domicile contre les Eléphants, n’a pas pu participer à cette compétition sportive parce que la FDF, a-t-il précisé, n’a tout simplement pas été en mesure de prendre en charge les frais de déplacement des joueurs.

« N’ayant pas bénéficié d’une quelconque subvention pour supporter une telle charge (45 000 000 à 50 000 000 Fdj), nous avons été obligé de déclarer forfait aux éliminatoires de la CAN 2008» a-t-il indiqué.

La République de Djibouti qui, selon la Confédération Africaine de Football (CAF), figurait dans le Groupe 1 avec la Côte d’Ivoire, le Gabon et Madagascar, a pris part à ses premières éliminatoires en 2002 mais elle n’a, malheureusement, pas fait long feu.

Après un nul 1-1 conquis à domicile face à la République Démocratique du Congo, la formation djiboutienne a en effet subi une véritable déroute lors du match retour (1-9).

En décembre 2001, elle a également subi une défaite plus lourde, malmenée par l’Ouganda sur le score de 1-10.

C’est en 1998 que Djibouti a remporté le plus beau succès de son histoire. A l’époque, elle s’était imposée 4-1 aux dépens du Yémen. L’équipe ne concourra pas lors de la compétition préliminaire de la Coupe du Monde de la FIFA 2006.

Il mérite de rappeler par ailleurs que la République de Djibouti a été le seul et unique pays qui, sur les 52 membres de la zone africaine, manqua à l’appel lors du tirage au sort des pré-qualifications de la Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006, effectué à Paris.

Trop souvent absente du concert international, elle n’a participé ni à la Challenge Cup 2003 de la Cecafa ni à la Coupe d’Afrique des Nations 2004.

Affiliée à la FIFA depuis 1994 et membre de la CAF depuis 1986, la République de Djibouti se positionne, selon le dernier classement de la FIFA, en 51e place derrière la Somalie, se contentant de la dernière place avec Sao Tomé e Principe.

20/08/06 (B363-A) Selon l’ADI, l’équipe de Djibouti ne participera pas aux éliminatoires de la CAN 2008. (Info lecteur)

_____________________________ Question de l’ARDHD
Qui a « piqué » les sous ??? Privant ainsi une équipe de son droit à se mesurer à d’autres équipes .
Sinon, quelle serait la véritable raison ????

_________________________________ Extrait ADI

CAN 2008 : Djibouti déclare forfait

DJIBOUTI (ADI) – 18 Août 2006- La Confédération Africaine de Football (CAF) a annoncé hier que la sélection nationale de football ne participera pas à la phase de qualifications pour la Coupe d’Afrique des nations édition 2008 prévue en septembre prochain.

Djibouti qui figurait, selon la même source, dans le Groupe 1 avec la Côte d’Ivoire, le Gabon et Madagascar, devait disputer son premier match à domicile contre les Eléphants entre le 1er et le 3 septembre.


Roger Picon

« Nous pouvons confirmer que Djibouti s’est retiré de la compétition », a déclaré un porte-parole de la CAF Suleiman Habuba, interrogé par téléphone par l’AFP. « La C e d’Ivoire devra attendre pour disputer son prochain match ».

Ce même responsable n’a toutefois pas indiqué les raisons qui ont poussé la Fédération Djiboutienne de Football (FDF) à déclarer forfait.

La Fédération djiboutienne de football (FDF) a été fondée en 1979. Elle est affiliée à la FIFA depuis 1994 et est membre de la CAF depuis 1986.

24/03/06 (B342-B) Humour Kenyan : à l’occasion d’une rencontre entre l’équipe féminine djiboutienne et celle du Kenya, la presse anglophone s’amuse ! Elle estime qu’en raison de l’instabilité politique, on ne pourra jouer qu’à cloche-pied ! (Info lecteur) Une claque de plus pour Guelleh ????

C’est un match de l’équipe de football feminin contre l’équipe du kenyan Le match ne devrait se jouer qu’avec un seul pied à cause de l’instabilité politique de djibouti.
____________________________________________
Lien : http://www.kbc.co.ke/story.asp?ID=35794

Woman National team plays Djibouti
By KBC Sports ( Friday, March 24, 2006)

The senior national women team will play Djibouti on Saturday in an Africa Women championships match at Nyayo National Stadium.

The match will be played only on one leg due to the instability in Djibouti. The winner will take on Cameroon next month.

The Kenyan side has been in residential training for the last two weeks.

It is the first time in almost five years that the women side has been entered in international competitions.

09/12/05 (B328) Encore une fois, IOG n’a pas rendu les sous. Cela vous étonnerait-il ? Il les a gardés pour lui !!! Mais le CIO n’a pas apprécié et il a sanctionnné le pays qui est victime une nouvelle fois, de l’appétit financier du patron qu’il n’a pas choisi, mais qui s’est imposé illégitimement …. (Info lecteur)

La solidarité olympique progresse

Vendredi 9 décembre 2005

La Commission de solidarité olympique (CSO), commission du Comité international olympique (CIO), apporte une aide financière aux comités olympiques des pays en voie de développement. Réunie à Mexico (Mexique) pour dresser un bilan des travaux effectués sur la période 2001-2004 et programmer les dépenses pour 2006, elle constate que « l’effet positif des activités développées s’est multiplié en faveur du sport olympique de chaque pays ». Mario Vazquez Rana, président de la CSO, a expliqué que « sur la période 2001-2004, les 202 comités olympiques ont été bénéficiaires avec plus de 13.000 activités dans lesquelles ont été investies 188 millions de dollars ». La CSO évalue à 61,7 millions de dollars les dépenses pour 2006.

Par ailleurs, 10 pays devront être sanctionnés parce qu’ils n’ont pas rendu compte de l’utilisation des sommes allouées par la Commission. La Somalie et Djibouti n’ont par exemple communiqué aucune information financière sur les fonds accordés.

Lien : http://www.sport.fr/autres/mul/La-solidarite-olympique-progresse-48044.shtm

25/08/03 (B209) Bravo aux athlétes ethiopiens !

En conquérant les
trois premières places dans le 10.000 M du mondial qui se déroule
à Paris en ce moment, les athlètes éthiopiens ont dominé
la course sans partage.

Nous leur adressons toutes nos félicitations.

14/03/03 (B189) Sport : le mécanisme des détournements d’argent au sein du COD. (Par Osman Ahmed dit Talabo et Youssouf Abdillahi)

En collaboration avec
YOUSSOUF ABDILLAHI, ex-cadre du Ministère de la Jeunesse et des Sports,
exilé en Belgique, nous avons fait un bilan des dysfonctionnements
du Ministère au niveau de la Gestion. Le résultat montre que
les détournements massifs sont à l’origine de la faillite du
système.

Dans le prolongement d’un
article en date du 01/06/02 qui était intitulé  » le Comité
Olympique Djiboutien et le Ministère de la Jeunesse des Sports ne sont
pas au service de la jeunesse mais au profit de quelques uns « .

Nous poursuivons dans
la même direction, afin de tenter, dans cet article de vous apporter
un nouvel éclairage sur la nébuleuse (gestion interne) qui entoure
le Comité Olympique de Djibouti (COD). Cette organisation se targue
d’apporter des réponses à de nobles ambitions, affichant de
véritables objectifs prioritaires, qui sont louables au plan international.

Par opposition, au plan
national, l’affaire prend une autre dimension et elle se présente sous
un angle diamétralement opposé aux idéaux défendus
par ce que devrait être cette noble institution.

Cette situation dégradante
et fort désagréable se définit comme suit : depuis plus
d’une décennie, c’est le même individu sans scrupule, sans vergogne
et avide d’argent facile (comme tout parasite qui se respecte et qui s’identifie
comme tel) qui préside aux destinées. Il s’agit d’Ibrahim Chehem,
le secrétaire général du COD.

Une courte explication
s’impose pour une bonne compréhension par les non-initiés  »
officiellement les activités de cette institution sont gérées
par un comité composé de plusieurs membres, mais en réalité
et en sous-main, tous les pouvoirs décisionnels sont concentrés
et détenus par un seul homme. C’est la cheville ouvrière de
l’organisation des détournements.

Le secrétaire général,
cité ci -dessus, ne rend des comptes qu’à une seule personne
: le grand mafieux en Chef, M. le Ministre. Il utilise à des fins personnelles
les fonds et les financements destinées à promouvoir et à
réaliser les projets d’activités qui devraient être réalisés
par cette institution pour le sport olympique djiboutien .

Fonctionnement de cette
institution :

Comme c’est dans le cas dans les autre pays qui adhèrent au Comité
International Olympique (CIO), ce dernier alloue un budget annuel pour subvenir
aux charges de fonctionnement, à savoir le frais de location des bureaux,
les fournitures administratives, les consommables et l’énergie (eau,
électricité) et les salaires des employés du siège
: agents administratifs ; etc…….

Force est de constater
que rien de tout cela n’existe, car jusqu’à ce jour le COD ne dispose
ni d’un siège social digne de ce nom ni d’un personnel administratif
!

M. IBRAHIM tient toutes
les ficelles. A lui seul, il assume toutes les fonctions de cette institution
dont il a simplifié jusqu’à l’absurde les règles de fonctionnement
classiques, les occultant avec des lois et méthodes qui lui sont propres
… !

Pour quelles raisons,
devrait-il dépenser de l’argent ?
Pour louer des bureaux ou pour payer des salaires ? Point n’est besoin lorsque
l’on a à sa disposition les locaux du ministère, les matériels
et le personnel du ministère. Il ne dépense rien et garde tout
pour lui

Cela est vrai aussi avec
les enveloppes budgétaires qui auraient du financer les activités.
Les montants sont détournés par le biais de sociétés-écrans,
par exemple, la société d’appui aux actions des jeunes ( Une
SARL dont le gérant n’est autre que le même Ibrahim !!).

Même pour le néophyte,
il n’y a nul besoin de mener une enquête approfondie. Il lui suffit
d’observer le train de vie bien du Secrétaire général,
pour comprendre qu’il ne l’assume pas avec son seul salaire, d’autant plus
qu’il n’en reçoit aucun ! Comment finance-t-il les voitures luxueuses
qu’il change fréquemment et des dépenses quotidiennes démesurées.

Il est vraiment temps
d’arrêter les dégâts !

Mais pour se maintenir
et pour continuer à profiter des détournements, sans n’avoir
jamais rencontré aucun problème, M. IBRAHIM est bien obligé
de partager un peu. Il a constitué un réseau de complicités
haut placées, une véritable organisation sur le style maffieux,
bien huilée et bien entretenue, qui lui permet de se maintenir à
son poste et de ne jamais être remis en cause sur le plan international.
Ces personnalités, qui bénéficient de ses largesses,
savent renvoyer l’ascenseur et le défendre sur le plan international,
en particulier auprès de la maison mère : le CIO.

Aussi dénoncerons-nous
aussi, dans ces colonnes, un membre haut placé de l’Administration
du Comité International Olympique qui couvre les agissements et les
détournements de M. Ibrahim.

Osman
Ahmed dit Talabo

Membre du Conseil du GED

Youssouf
Addillahi

ex-cadre du Ministère de la Jeunesse et des Sports

12/02/03 (B184) Un exemple de détournement de fonds publics. A lire sur le site du GED, qui donne des précisions, y compris les numéros de compte utilisés pour détourner l’argent de la Jeunesse et des sports …

Lien
avec l’article : http://www.gouv-exil.org/9_parole/paro001.htm