23/12/09 (B530) Flash Info / CDE : un bradage honteux et scandaleux ! (Lecteur)

Certains cadres supérieurs du CDE subissent au moins deux mois d’arriérés de salaire, ainsi que deux ans d’arriérés de primes et que le reste du personnel n’a pas été payé depuis quatre à six mois , sans compter les indemnités de licenciement et autres dommages.

La Direction de la partie Djiboutienne, sous les ordres du mafieux IOG continue à brader à tour de bras le Patrimoine de cette Société plus que centenaire, depuis le départ d’Obock et Dépendance vers la rade de Djibouti à la fin des années 1890.

Avec les nouvelles politiques du tandem Meles <-> IOG, l’un pour la priorité du transport routier de Djibouti directement vers les Territoires Tigrés et l’autre plus proche de son propre portelone, plus exactement vers ses paradis Fiscaux.

En cette période très récente, où les ballets de Washington et de Bruxelles, des experts militaires et ceux du Foreign Department de la nouvelle Administration OBAMA et en particulier la Délégation de l’Union Européenne spécialiste pour le financement des Rénovations et de la Modernisation du Chemin de Fer Ethiodjibouti, les expulsions manu militari sont tombées et plus d’une trentaine de vieilles familles de Cheminots se sont retrouvées dans la Rue un peu avant celles des Logements Sociaux des familles de nos militaires, .

Drôle de coïncidence, deux Banques Islamiques Vierges récemment installées à Djibouti se sont partagées le Magot des Cheminots et des Militaires.

Affaire à suivre avec des chiffres en main pour les spécialistes de la contrebande, du blanchiment de l’argent sale voir même ceux des Pirates de Mer, sans oublier les trafics d’armes et autres trafics de toutes sortes.

Appel à notre ami Montebourg…

Djibouti : Plaque tournante de la Mafia Internationale et toutes autres Trafics !

Les Cheminots sont sidérés.

Faut-il rappeler :

1. plusieurs Cheminots auraient été arrêtés et malmenés pour avoir tout simplement protesté il y a quelques jours devant la Cité ministérielle.

2. le Patrimoine du CDE s’élèverait à plus de 200 millions de Francs Djibouti (au bas prix après amortissement si l’on voulait revendre ces maisons au cheminots résident pour certains depuis 31 ans)

3. A quel Prix a-t-on donné sous enveloppe ce Patrimoine en voie de bradage au profit des nouvelles Banques sans clients Djiboutiens , car les quelques fonctionnaires et autres agents de l’Etat ou du secteur privés sont engagés avec les anciennes Banques respectées et connues.

4. Les transactions des Sociétés Multinationales ont leurs Banques préférées ;

5. Après le Club des Cheminots vendu en cachette à la première Dame il y a deux ans, ce sont désormais les villas Historiques du Plateau du Serpent qui seraient mis aux enchères.

6. Jusqu’où ira le démantèlement du Patrimoine Public sous ce régime insatiable et inhumain.

Il est primordial de descendre dans la Rue avec l’arme humaine en main.

La Rue appartient au Peuple !

Un Cheminot dans la Rue.

30/08/09 (B514) AfriqueAvenir avec APA : Djibouti et l’Ethiopie vont revitaliser le transport ferroviaire entre les deux pays

Djibouti et son voisin éthiopien sont décidés à faire du secteur du transport ferroviaire, longtemps négligé, le fer de lance de leurs économies respectives.

Pour ce faire, les deux gouvernements sont déterminés à redresser la situation morose de la Compagnie du Chemin de fer djibouto-éthiopien (CDE), laquelle exploite l’unique voie ferrée longue de 784 km qui relie les deux capitales, Djibouti et Addis-Abeba.

C’est dans ce contexte de crise que le directeur général de la coopération et de l’aide de l’Union Européenne M. Koos Richelle, a effectué une mission de travail dans les deux capitales. Ce dernier s’est entretenu, mercredi dernier, avec le ministre djiboutien de l’Equipement et des Transports, M. Ali Hassan, durant une heure.

Au centre des discussions, les relations de coopération entre Djibouti et l’Union Européenne mais aussi et surtout les causes du retard de quelques mois survenu dans la finalisation des travaux de réhabilitation de 114 km de rails.

Si ce dernier point reste important aux yeux du responsable européen c’est parce que tout simplement la Commission Européenne a financé à hauteur de 80 millions d’Euros la remise à neuf de ce tronçon. Selon la partie djiboutienne, « ce retard est dû à des problèmes d’ordres techniques auxquels s’ajoutent la crise financière internationale qui a entraîné une hausse des prix des matières premières, affectant par conséquent le budget alloué à la réalisation de ce projet ».

« Mon interlocuteur et moi-même avons eu une convergence de vue sur plusieurs points et le renouvellement des locomotives, devenues obsolètes au fil des années, demeure un sujet fort intéressant sur lequel les deux parties sont actuellement en discussions », a dit à la presse, à l’issue de la rencontre, le ministre djiboutien des Transports.

Après l’étape djiboutienne, l’émissaire européen a effectué jeudi une visite similaire auprès des autorités éthiopiennes.

Parmi les initiatives positives pour revitaliser la ligne ferroviaire Djibouti-Ethiopie, citons, entre autres, la signature en avril 2008, d’un accord pour la réalisation d’une étude de faisabilité pour une bretelle ferroviaire de 11 km qui relierait le nouveau port de Doraleh à la voie ferrée existante.

Le gouvernement djiboutien et la société d’ingénierie ferroviaire SYSTRA, filiale commune de la SNCF et de la RATP (France) sont les deux parties signataires de ce contrat d’étude qui a pu voir le jour grâce à un financement de 269.000 Euros de l’Agence française de développement (AFD).

Suite donc à cette étude, l’Etat djiboutien et la société chinoise « China Railway International », ont signé en juin 2009 une convention d’entente pour réaliser la bretelle d’interconnexion pour environ 36,31 millions de dollars US. Toutefois, on signale que les travaux qui devaient durer deux années n’ont pas encore commencé.

27/07/09 (B509) Déraillement du train à Djibouti. 13 morts et 24 blessés. (1 article en Français)

Sur le train (Djibouti-Addis), son histoire, ses difficultés et ses accidents, vous pouvez consulter le site qui lui a été consacré par JP Crozet (conception Nicolas Glock) parce qu’il est remarquablement documenté.
Lien avec le site

_____________________________ 1 – AFP

Djibouti: 13 morts dans le déraillement d’un train de marchandises

Treize personnes sont mortes et 24 autres ont été blessées dimanche à Djibouti dans le déraillement d’un train de marchandises à bord duquel étaient montés des habitants, a annoncé lundi l’agence officielle djiboutienne (ADI).

« Le déraillement d’un train de marchandises près de Holl-Holl, une petite localité située au sud du pays » a fait 13 morts et 24 blessés, indique l’ADI.

Le train, qui transportait aussi du bétail, « aurait raté un virage (…) mais les causes exactes de cet accident n?ont pas encore été déterminées avec certitude et une enquête a été ordonnée », selon la même source.

« Neuf blessés graves ont dû être évacués vers l’hôpital général Peltier » dans la capitale, a précisé un officier des sapeurs-pompiers, le commandant Mahamoud Deheyeh.

04/06/09 (B501) Les Afriques (Suisse) Djibouti : Accord avec une société indienne pour une nouvelle ligne de chemin de fer

Un mémorandum d’entente a été signé avec la multinationale indienne, Overseas Infrastructures Alliance, pour la réalisation d’une nouvelle ligne de chemin de fer devant relier, Djibouti ville à la capitale éthiopienne Addis-Abeba.

La signature de cet accord intervient après l’annulation du contrat relatif à la concession de l’exploitation du chemin de fer djibouto-éthiopien aux consortiums Comazar (Afrique du Sud) et Al-Ghanim (Koweït) pour des raisons de retard dans l’exécution du chantier.

18/02/09 (B486) ADI / Le trafic ferroviaire reprend ses activités sur la ligne Djibouti/Diré dawa !

Après un arrêt qui a duré trois années, le chemin de fer Djibouti/Diré dawa a désormais repris ses activités.

La situation s’est débloquée suite à une visite du ministre du transport djiboutien Ali Hassan Bahdon à Diré dawa au mois de janvier où il a eu de entretiens avec son homologue éthiopien.

Cette reprise intervient également juste après la nomination d’un nouveau directeur commercial du chemin de fer à Djibouti.

En fait, l’ensemble du trafic ferroviaire avait été réduit à une seule fois par semaine uniquement pour le train de marchandises. Cette fois, la CDE va mettre en service 4 trains voyageurs et 3 trains de marchandises par semaine.

Outre les agents du chemin de fer, la reprise des voyages du train constitue une activité génératrice de revenues pour un grand nombre de familles vivant tout au long du rail reliant Djibouti et Diré dawa.

On se souvient de la crise économique qui avait frappée l’année dernière toute la région d’Ali Sabieh. Beaucoup de petits commerçant vivant du commerce transfrontalier avaient fait faillite, pour certains toute leur vie dépendait du train.

27/02/00 (LIB 23) DJIBOUTI : le port et les transports vers l’Éthiopie

Extrait des Nouvelles d’ADDIS

LES « NOUVELLES D’ADDIS ». — Pour comprendre le conflit érythréo-éthiopien (origines, issues, enjeux), rendez-vous régulièrement aux pages publiées par Les Nouvelles d’Addis. www.lesnouvelles.org

http://membres.tripod.fr/lesNouvelles/index-LDN_006.html

LE PORT DE DJIBOUTI OBJET DE TOUTES LES ATTENTIONS. —
Selon Seven Days Update, résumé hebdomadaire de la presse éthiopienne (Waag Communications), « L’Éthiopie compte tellement maintenant sur le port de Djibouti qu’il ne se passe pas une journée sans que les médias disent quelque chose sur cette fenêtre unique de l’Éthiopie ouverte sur le monde aujourd’hui ». Extraits du relevé thématique de l’hebdomadaire.

Dubaï, mer Rouge. — selon l’hebdomadaire Capital (12 février), Djibouti devrait confier l’administration complète de son port à l’autorité du port de Dubaï. Un accord de bail de 20 ans serait sur le point d’être signé, si l’on en croit des « sources fiables ».

Équipements et investissements. — selon Reporter (13 février), Djibouti a reçu d’une société chinoise un ensemble de matériels de levage « de nouvelle génération » qui sera opérationnel en mars 2000 (coût : 15 millions de $US). Mais, comparés aux investissements des ports concurrents d’Aden (Yémen, 300 millions de $US) et de Salalah (Oman, 260 millions de $US), ceux de Djibouti paraissent un peu « légers ».

Vos problèmes sont les nôtres. — selon Reporter (16 février), Djibouti et l’Éthiopie, avec l’appui financier de la France, organiseront un séminaire dans chacun des deux pays en mars sur le thème : « Transport et transit plus faciles entre la République démocratique fédérale d’Éthiopie et la République de Djibouti.

Tours et détours. — Toujours selon Reporter (16 février), l’état de routes entre le port de Djibouti et la frontière éthiopienne est « très pauvre ». Mais une étude d’un constructeur français a été faite, pour l’améliorer et la mettre à niveau. La Commission européenne conduira aussi sa propre étude régionale.

En attendant, Addis Tribune, hebdomadaire privé (18 février), a annoncé la réparation de 40 km de route par l’Éthiopie. Ce projet, selon Debebe Gizaw de l’Autorité éthiopienne des routes, vise à sécuriser le transport des marchandises et à « prévenir n’importe quels dégâts aux marchandises ». Par ailleurs, l’hebdomadaire annonce un plan de Djibouti pour entreprendre un nouveau projet et chercher une solution durable du problème. 700 à 800 camions empruntent cette route quotidiennement.

12/10/08 (B469) Vers la suspension totale des liaisons ferrovaires ? Déjà, il n’y avait plus qu’une ou deux rotations hebdomadaires sur la voie ferrée entre Djibouti et Dire Dawa… ADI – Accident ferroviaire : Un train de marchandises déraille au PK 6 (Info lecteur)

Un train de marchandises transportant des bestiaux en provenance d’Ethiopie a déraillé samedi vers 9h05 du matin au point kilométrique 6 (PK6) et 5B, situés à la hauteur de la Zone Franche implantée derrière le centre Pécoule, selon un communiqué publié par la Compagnie de Chemin de fer djibouto-éthiopien (CDE).

Les deux locomotives ainsi que deux wagons chargés de chameaux sont complètement couchés à terre. Pour l’heure, la cause du déraillement n’est pas encore connue mais selon les premiers témoignages recueillis auprès des conducteurs du train, « la machine a heurté un pneu posé en plein milieu du rail provoquant ainsi un déséquilibre de chargement ».

Le bilan actuel fait état d’un mort et d’une dizaine de blessés. Une enquête administrative a été immédiatement ouverte pour déterminer les circonstances exactes de l’incident ferroviaire.

Le ministre de l’Equipement et des Transports, M. Ali Hassan Bahdon accompagné du Chef de la Sécurité nationale, M. Hassan Said Kaireh, s’est aussitôt rendu sur les lieux du drame pour constater l’étendu des dégâts.

Les deux responsables se sont rendus ensuite au chevet des accidentées évacués à l’Hôpital Peltier pour leur apporter soutien moral et réconfort.

Selon le CDE, les activités ferroviaires seront suspendues jusqu’à la fin des opérations de relevage de la machine, lesquelles sont actuellement en cours.

05/09/08 (B463-B) RTD / Le trafic ferroviaire djibouto-éthiopien reprendra bientôt du service. (Info et commentaires d’un lecteur)

_____________________________________ Note d’un lecteur

Les Djiboutiens considèrent que le tragique accident de car aurait pu être évité si la liaison ferroviaire n’avait pas été interrompue brutalement, privant les malheureuses victimes d’un moyen de retour, qui soit moins dangereux.

Cette annonce de la reprise du trafic est uniquement motivée par le souhait de rassurer la population, mais il n’y a rien de concret derrière. Tout laisse penser que Guelleh prépare le transfert de concession à ses amis de Dubaï, mais il va laisser "pourrir" pendant quelque temps afin de laisser croire qu’il n’y a plus d’autre alternative et que c’est un miracle …

Dans les faits, même si la route remplit son rôle, les Ethiopiens peuvent difficilement faire une croix sur le train, qui est une solution adaptée au transport de leurs marchandises depuis le port de Djibouti, qui est de loin, leur principal centre d’accès à la mer.

________________________________________ RTD

Le trafic ferroviaire djibouto-éthiopien reprendra bientôt du service

La compagnie du chemin de fer djibouto-éthiopien (CDE) a répondu aujourd’hui aux propos donnant lieu à la constatation récente du freinage systématique des activités du trafic ferroviaire.

Le directeur commercial Ahmed Doualeh Absieh s’est exprimé sur cette question.

Le directeur commercial du chemin de fer djibouto-éthiopien Ahmed Doualeh Absieh a fait une large mise au point sur le freinage des activités du trafic ferroviaire en indiquant que les choses se sont bloquées du côté de nos confrères éthiopiens du chemin de fer et non pas des autorités éthiopiennes.

Ahmed Doualeh a affirmé que le directeur général, qui siège à Addis Abeba, a conclu des contrats avec une société italienne qui travaille déjà sur le remplacement des rails du train qui va de Djibouti à Addis Abeba.

Il a déclaré que le responsable du bureau du chemin de fer à Addis Abeba n’a pas considéré la partie Djiboutienne des accords bilatéraux et a agit d’une manière isolée.

Il a ajouté qu’ils ont, de leur côté, rejeté cette mauvaise initiative de la part des responsables éthiopiens du bureau CDE d’Addis Abeba.

Il a souligné que ce sont ces mauvaises décisions qui ont entravé, ces derniers temps, les activités du trafic ferroviaire et qu’ils n’ont rien cru des propos citant que le trafic ferroviaire s’est arrêté.

Il a affirmé et reconnu qu’il y’a un freinage des activités mais jamais un arrêt en ajoutant que les discussions se poursuivaient et que le train reprendra normalement ses activités.

Ahmed Doualeh a conclu ses propos en disant que le chemin de fer djibouto-éthiopien est le plus ancien de l’Afrique subsaharienne.