17/12/2017 (Brève 1108) Bobard 1er, toujours champion incontesté de la carabistouille (Cf. Sa dernière prestation sur TV5) !

Dans l’interview qu’il a donné à TV5 monde le 15 décembre 2017, Guelleh s’est surpassé !!

En préambule, en voyant la richesse du décor (meubles, tentures, etc…) de son pied-à-terre parisien, on comprend que l’homme qui reçoit la journaliste n’est pas un pauvre miséreux, mais un des hommes parmi les plus riches de la planète.

++ Loyer des bases étrangères :
Guelleh a-t-il reconnu implicitement qu’il prélevait une somme qui pourrait être de l’ordre de 100 à 130 millions au bénéfice de sa cagnotte personnelle avant de rétrocéder le reste au Trésor public ?

En prétendant à plusieurs reprises que le revenu locatif des bases ne dépassait pas 10% du budget de l’Etat, il a certainement oublié de préciser que c’est la part qui laissait finalement au Trésor public. Car entre le montant des loyers et des aides, nous avions établi une estimation qui varie entre 180 et 220 millions d’US$, sans tenir compte de possibles loyers chinois, dont nous ne connaissons pas le montant.

Sachant que le budget de l’Etat est de l’ordre de 650 millions d’US$, cela fait un montant de 30 % et non 10 %. Si Guelleh se permet de répéter ce chiffre à plusieurs reprises, c’est probablement parce qu’il détourne en amont environ 20 %, soit 100 à 130 millions qui ne peuvent donc pas êtrecomptabilisés dans les comptes publics.

Lorsqu’il parle de transparence dans la gestion de l’argent public, il oublie certainement ces petits arrangements, qui lui permettent de prélever d’énormes sommes d’argent à la source et sans impôt !!!

++ Aucune ressource naturelle dans le pays, même pas de l’eau potable ?
Encore un grand moment de carabistouille. Guelleh a certainement oubliè qu’il y avait par exemple une usine d’eau potable à Tadjourah (mal gérée, certes, mais il y a de l’eau), du sel qu’il exploite au Lac Assal, de l’énergie géothermique et des activités lièes à la pêche et aux ports (Certes les Chinois ont mis la main sur la pêche avec des grands chalutiers et leurs nouvelles activités -ports et entrepôts- emploient majoritairement des Chinois et non des Djiboutiens : exemple, le train, enfin … quand il fonctionnera à sa capacité normale)

++ Pas un Djiboutien qui s’expatrie parce qu’il a faim !
Je pense qu’il suffit d’interroger les membres de la diaspora en Europe et en Amérique du Nord, pour constater qu’il s’agit d’une Grande carabistouille présidentielle !

Ah oui ! vraiment, Bobard 1er est toujours fidèle à lui-même ! Le roi du mensonge !!!

31/03/2016 (Brève709) TV5 Monde / Soldats violeurs à Djibouti : dix Djiboutiennes en grève de la faim à Paris (Par Séverine Maublanc)

Lien avec l’article http://information.tv5monde.com/terriennes/soldats-violeurs-djibouti-dix-djiboutiennes-se-soulevent-depuis-la-france-99583

En France, dix femmes venues de Djibouti ont entamé vendredi 25 mars 2016 une grève de la faim. Elles dénoncent l’impunité des viols perpétrés par les soldats de l’armée djiboutienne et veulent sensibiliser l’Etat français.

Depuis ce vendredi (le 25 mars 2016), dix femmes venues de Djibouti ont décidé d’entamer une grève de la faim pour dénoncer les viols que les soldats de l’armée gouvernementale ont commis, sur elles-mêmes ou sur des femmes de leur famille.
« Je gardais mon troupeau de chèvre dans mon village. Des soldats de la force d’action rapide, les FAR, sont arrivés à plusieurs. Quatre m’ont tenue et deux m’ont violée. Ma famille a déposé plainte. Moi, je ne pouvais pas. Pendant deux mois, je suis restée alitée, malade. Mais rien n’a abouti », raconte Fafi, en afar, sa langue natale.

Soutenues par l’association ‘Femmes solidaires’, elles sont hébergées à Arcueil (Val-de-Marne), dans un local de l’association. Installées sur des lits pliants, elles ont arrêté de se nourrir et brandissent, sur des feuilles de papier, le hashtag‘#stopvioldjibouti’.

La France ferme les yeux

Elles veulent sensibiliser l’opinion sur l’impunité des viols dans leur pays et interpellent les Etats présents à Djibouti, dont la France fait partie, avec une de ses plus grandes bases militaires.

Aïcha Dabalé, membre de la direction nationale de ‘Femmes solidaires’ et porte-parole du ‘Comité des femmes djiboutiennes contre le viol et l’impunité’, reproche à la France, « pays des droits de l’homme, de fermer les yeux sur les agissements des soldats djiboutiens ».

Les Djiboutiennes réclament aussi l’ouverture d’une enquête internationale et cherchent à faire reconnaître ces viols comme des crimes de guerre.

« Ces viols ont lieu dans des zones ‘‘de résistance’’ », explique Aïcha Dabalé. Dans le Nord et le Sud-Ouest du pays, « ces femmes sont violées à cause de leur soi-disante ‘‘sympathie pour les opposants’’. Par exemple, les viols peuvent survenir lorsqu’elles viennent à la gendarmerie demander des nouvelles de leur parent détenu. Mais elles sont aussi violées en allant chercher de l’eau dans les villages. Cette ‘‘sympathie’’ est un faux prétexte », poursuit la porte-parole.

Ces viols sont monnaie courante. Et les plaintes partent à la poubellei

Ces femmes ont choisi la France pour dénoncer les viols dont les Djiboutiennes sont victimes, car elles ne peuvent le faire dans leur pays, où le pouvoir djiboutien soutient ses propres soldats. D’autres Djiboutiennes, à Namur (Wallonie) et à Anvers (Flandre) en Belgique, ont entamé le même mouvement de protestation.

« Ces viols sont monnaie courante. Et les plaintes partent à la poubelle », explique Aïcha Dabalé. A ce jour, le ‘Comité des femmes djiboutiennes contre le viol et l’impunité’ a reçu 246 témoignages de viols, pour seulement une vingtaine de plaintes enregistrées par l’Etat djiboutien.

La porte-parole du comité raconte aussi que les médecins ne veulent pas reconnaître les viols : « tout au plus, ils acceptent de faire état de coups et blessures, pour ne pas risquer de voir leur cabinet fermé par le gouvernement ». Selon ses dires, des médecins militaires français qui avaient accepté de constater des cas de viols « ont dû revenir sur leurs déclarations, à la demande de la France, après les pressions du gouvernement djiboutien ».

Les femmes violées n’ont aucun recours, ni juridique ni médical. Et leurs familles n’ont pas les moyens financiers de les soigner. Certaines, désespérées, vont jusqu’à se laisser mourir.

Fatou, une vingtaine d’années, s’est jointe à la grève de la faim, au nom de sa cousine de 16 ans, qui, après avoir été violée par des soldats, s’est laissée dépérir, déprimée, isolée et non soignée.

La jeune Fatouma, mal-entendante, violée elle aussi, montre avec des gestes ce qu’elle réclame : que les soldats soient emprisonnés. Son père a déposé une plainte, classée sans suite. Il a alors poussé sa fille à faire le voyage jusqu’en France pour témoigner de ces viols, couverts par le pouvoir djiboutien en place.
 

Ces femmes réussissent à quitter leur pays grâce au soutien du ‘Comité des femmes djiboutiennes contre le viol et l’impunité’, dont les membres agissent clandestinement à Djibouti. D’abord cachées dans les pays limitrophes, pendant parfois jusqu’à deux à trois années, elles attendent des visas. Pour Aïcha Dabalé, il est très important de « faire venir les Djiboutiennes qui se sont faites violer, pour que leurs témoignages soient enfin entendus ». Mais elle ajoute qu’obtenir l’asile en France est très compliqué, « à cause des intérêts que le pays a à Djibouti ». Ces femmes sont donc passées, pour la plupart, par la Belgique.

Leur voyage est financé par les Djiboutiennes qui habitent en Europe. Elles envoient aux femmes membres du Comité, présentes à Djibouti, l’argent que rapportent les soirées, conférences et repas de soutien qu’elles organisent sur le Vieux Continent.< L’ouverture d’une enquête internationale s’avère difficile : « l’enquête ne peut être ouverte qu’une fois tous les recours juridiques effectués dans le pays d’origine. Les plaintes étant classées sans suite, les démarches sont donc impossibles », explique Sabine Salmon, présidente de ‘Femmes solidaires’. Deux avocates internationales sont attendues par l’association pour apporter leur aide au mouvement.

A quelques jours des élections présidentielles à Djibouti, qui doivent se dérouler le 8 avril 2016, les femmes espèrent que leur action sera remarquée.

Des élues d’extrême gauche ont répondu présentes. Mardi 29 mars 2016, la sénatrice du Val-de-Marne Laurence Cohen (Groupe communiste) et la députée européenne Marie-Christine Vergiat (Front de gauche) sont venues soutenir les Djiboutiennes en grève de la faim. Le lendemain, c’était au tour de la députée communiste de Seine-Saint-Denis, Marie-George Buffet, des maires de Gentilly et d’Arcueil (départements et villes de la banlieue parisienne) d’apporter leur aide au mouvement. Marie-George Buffet et Patricia Tordjman ont promis de sensibiliser au sujet Laurence Rossignol, ministre de la Famille, de l’enfance et des droit des femmes. 

‘Femmes solidaires’ a interpellé l’Etat français dont, à ce jour, elle attend la réponse.