04/03/11 (B593-B) Nouvelle crispation de Guelleh. Le Ministre de l’intérieur interdit la manifestation du 4 mars … (Info UAD)

La qualité des copies des différents courriers a été dégradée pour limiter le volume des informations à consulter. Les lecteurs qui le souhaitent peuvent télécharger l’intégralité des courriers à l’adresse suivante :
http://www.ardhd.org/photos/L0304_courriers_UAD_UMP/Courrier-manifestation-4mars.pdf

N° 1 – Le 26 février, les Présidents des deux coalitions UMD et UAD ont envoyé au Ministère de l’intérieur, une lettre pour informer de la manifestation en préparation pour le 4 mars.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

N°2. (2pages) Le 2 mars, Yacin Elmi Bouh (Membre influent de l’Ordre des Brosses à reluire) a répondu par lettre, en utilisant des termes peu aimables, qu’il demandait l’ajournement de la manifestation à une date ultérieure et qu’il rejettait la responsabilité des désordres sur les dirigeants politiques de l’opposition, incapables à ses yeux de garantir la maîtrise et le contrôle des manifestants.

 

 

 

 

 

 

___________________________________________

N°3 – A réception de cette lettre, les Présidents de l’UMD et de l’UAD ont répondu pour dire que la responsabilité des désordres n’étaient pas à rechercher parmi les manifestants pacifiques, mais à mettre sur le compte des provocations policières … et que de toutes les façons, il était impossible d’annuler la manifestation, deux jours avant son déroulement.

 

 

 

 

 

 

 

_______________________________________

Le 3 mars, Yacin Elmi Bouh a pris sa plus belle plume pour interdire définitivement la manifestation et pour dire, comme nous l’avions anticipé, que les manifestants seront considérés comme des contrevenants et passibles de sanctions pénales.

Cette interdiction de manifester est contraire à l’application des droits légitimes et constitutionnelles de la population ….

23/02/11 (B592-B) Communiqué conjoint de l’UNION POUR L’ALTERNANCE DEMOCRATIQUE (UAD) et de l’UNION DES MOUVEMENTS DEMOCRATIQUES (UMD) pour exiger la libération de tous les prisonniers politiques

UNION POUR L’ALTERNANCE DEMOCRATIQUE (UAD)
UNION DES MOUVEMENTS DEMOCRATIQUES (UMD)

Djibouti, le 23 Février 2011

COMMUNIQUE DE PRESSE

Depuis la manifestation du 18 Février 2011, le pouvoir public procède à des arrestations massives et arbitraires de jour comme de nuit des militants et sympathisants des partis d’opposition. Elles se sont intensifiées depuis le transfert de tous les pouvoirs au directeur de service de sécurité le dimanche 20 Février, qui a créé une situation de l’état de siège de fait.

Ils sont systématiquement soumis à des tortures dans les locaux des forces de l’ordre, notamment de la gendarmerie. A ce jour plus de 500 personnes de tout âge, y compris des mineurs, sont détenus tant à la prison de Gabode que dans les différents centres de détention de Djibouti-ville.

La coalition UAD et UMD dénonce avec vigueur et condamne sans réserve ces arrestations auxquelles n’échappent pas des blessés graves hospitalisés délogés de leurs lits, ce qui constitue une non assistance aux personnes en danger.

Elle exige la libération immédiate et sans conditions de tous ces détenus politiques.

Pour l’UMD
Aden Robleh Awaleh

Président de l’UAD
Ismaël Guedi Hared

23/02/11 (B592-B) Communiqué conjoint de l’UNION POUR L’ALTERNANCE DEMOCRATIQUE (UAD) et de l’UNION DES MOUVEMENTS DEMOCRATIQUES (UMD) pour une manifestation générale le 4 mars à Djibouti

Djibouti, le 23 Février 2011

COMMUNIQUE DE PRESSE

La coalition de l’UAD et de l’UMD organisera le vendredi 04Mars 2011, à la place sise en face du stade Hassan Gouled, une manifestation générale pacifique, dénommée « JOURNEE NATIONALE DE COLERE POPULAIRE » contre :

1- l’état de siège de fait
2- les arrestations arbitraires de nuit comme de jour
3- les exactions et les tortures
4- les violations des domiciles
5- les emprisonnements des blessés hospitalisés enlevés de leurs lits
6- les enlèvements nocturnes des citoyens innocents et des mineurs.

Les revendications principales demeurent toujours la même, à savoir :
– rejet du 3ème mandat
– départ immédiat de Monsieur Ismaël Omar Guelleh.

Aussi, nous rappelons que la responsabilité des violences consécutives au zèle des forces de l’ordre du vendredi 18 Février 2011, incombe entièrement au gouvernement et à son chef qui ont ordonné ces agressions contre les manifestants pacifiques.

Pour l’UMD
Aden Robleh Awaleh

Président de l’UAD
Ismaël Guedi Hared

21/02/11 (B592) Communiqué de l’UAD sous la signature de Mahdi Ibrahim God pour dénoncer les nouvelles arrestations de dirigeants politiques.

UNION POUR L’ALTERNANCE DEMOCRATIQUE
U.A.D
************

COMMUNIQUE DE PRESSE du 20 Février 2011

La répression du régime dictatorial de la République continue depuis la manifestation réussie de vendredi dernier. Le régime vient de mettre à exécution ses menaces à l’encontre de la population et des responsables politiques de l’opposition.

Après l’utilisation d’armes à feu contre les manifestants et l’arrestation d’opposants dont plusieurs cadres de l’UAD, nous venons d’apprendre que l’ARD vient d’enregistrer l’arrestation arbitraire cet après-midi de deux de ses Dirigeants, suite à la manifestation du vendredi 18 février à Yoboki, deuxième ville de la région de Dikhil.

Il s’agit de :
• FARADA WITTI 3e vice-président de l’ARD et
• ISMAEL dit DA’DA’O Président de la fédération de Dikhil.

Ces deux responsables ont aussitôt été transférés vers la Capitale ou ils sont arrivés en début de soirée sous bonne escorte et nous ne savons pas à l’heure actuelle leur lieu de détention.

1 – Face à cette répression et aux menaces de la force au service d’un régime moribond et rejeté nous UAD exigeons la libération immédiate et inconditionnelle de l’ensemble de nos Dirigeants et cadres emprisonnés illégalement.

2 – Appelons l’ensemble de la population à rester vigilant et à maintenir la pression pour démontrer unis la force de nos convictions de changement contre le régime. Nous devons exiger ensemble la libération de nos responsables et du Président de LDDH Jean-Paul ABDI NOEL ;

3 – Lançons un appel pressant à la communauté internationale et à tous les Démocrates pour condamner les tueries, la force la terreur et les arrestations arbitraires du régime d’Ismail Omar Guelleh.

TOUS ENSEMBLE NOUS VAINCRONS.

Pour l’U.A.D
MAHDI IBRAHIM A. GOD

20/02/11 (B591) Communiqué de l’UNION POUR L’ALTERNANCE DEMOCRATIQUE – LIBERATION DE TOUS LES DETENUS POLITIQUES !

Les peuples n’ont jamais que le degré de liberté que leur audace conquiert sur la peur ». Stendhal

Et pour son coup d’essai, ce fut un coup de maître : la première manifestation jamais organisée par l’UAD a connu une ampleur jamais égalée auparavant.

Trop, c’en était trop :

notre Peuple est désormais massivement mobilisé pour enfin se restaurer dans ses droits inaliénables depuis trop longtemps bafoués par cette dictature ignorante. C’est qu’il est convaincu que l’heure de sa revanche vient de sonner.

« Les peuples d’Afrique doivent être libérés deux fois, avait un jour énoncé le regretté Ahmed Dini : une première fois de la colonisation, une seconde fois de la dictature ». Avec l’UAD, aux destinées de laquelle il présida un temps, nos concitoyens sont désormais persuadés de tenir le bon bout : oui, ce régime est à l’agonie !

Et c’est parce qu’il se sait condamné et parce qu’il ignore tout dialogue que le régime a sauvagement lancé sa milice partisane contre ses concitoyens pacifiques. Après la tristement célèbre brutalité de sa répression physique, il tente maladroitement et vainement de nous intimider par l’arrestation et l’emprisonnement sans autre forme de procès de nos dirigeants et cadres.

L’UAD,
– Dénonce cette barbarie qui ne fera que renforcer notre détermination déjà farouche,
– Somme ce régime moribond de libérer immédiatement et sans condition tous les prisonniers politiques,
– Le met en garde contre tout traitement inhumain et dégradant qu’il leur ferait subir,
– L’invite à tirer les leçons des récentes révolutions du jasmin et du Nil en ouvrant dès à présent des négociations avec toute l’opposition pour épargner à notre pays d’inutiles souffrances : sa fin est inéluctable, parce qu’inscrite dans la marche de l’Histoire et parce que telle est la volonté populaire.

Aujourd’hui, le Peuple djiboutien est fier d’être le premier d’Afrique subsaharienne à entamer sa révolution pacifique et déterminé à préserver cet honneur jusqu’à la Victoire. La première est d’ores et déjà acquise : plus personne n’osera prétendre qu’il n’existe chez nous aucune opposition parce qu’il y flotte un parfum de démocratie !

Considérant l’importance géostratégique de notre pays, l’UAD invite enfin tous nos partenaires du développement et amis à user de toute leur force de persuasion pour que le verdict de la rue soit entendu à la mesure de cette immense clameur populaire. Et qu’aucun d’eux ne se hasarde à proposer son « savoir-faire » en matière de gestion des révolutions !

Pour l’UAD
Mahdi Ibrahim A. God

20/02/11 (B592) COMMUNIQUE DE PRESSE DE L’UAD : Djibouti : l’escalade en mer rouge

Djibouti le 19 février 2011

Djibouti: l’escalade en mer rouge!

Les F.F.D.J., les forces Américaines, Allemandes, Japonaises… etc. stationnées à Djibouti assistent silencieuses à l’inacceptable !

La répression violente des forces de « l’ordre » contre des manifestants pacifiques qui indique clairement une vaine tentative du dictateur de passer en force…

Plusieurs dizaines de milliers de manifestants ont pacifiquement répondu à l’appel de l’U.A/D. pour exprimer leur refus d’un troisième mandat, et la violation illégale de la Constitution limitant à deux les mandats présidentiels….

Financés par les Etats-Unis, les forces Somaliennes entrainées à Djibouti auraient de sources concordantes participées à la répression à balles réelles de pacifiques manifestants.

La centaine de prisonniers, la détention pendant une journée d’Ismaël Guedi Hared, Aden Robleh Awaleh et Mohamed Daoud Chehem respectivementprésidents de l’U.D.J., P.N.D. et du P.D.D. le 19 février, la mort de sources concordantes d’un policier et de quatre manifestants pacifiques dont une femme, indiquent clairement une escalade imputable au seul régime !

L’UAD appelle à la poursuite des manifestations pacifiques sur toute l’étendue
du territoire national.

Pour l’UAD,
Le Président
AHMED YOUSSOUF HOUMED

19/02/11 (B592) Communiqué de l’UAD sous la signature de Mahdi Ibrahim GOD

UNION POUR L’ALTERNANCE DEMOCRATIQUE

Communiqué de Presse
19/02/2011

Nous interpellons l’opinion Nationale et Internationale sur les dérives dictatoriales de la toute petite République de l’Afrique de l’Est qu’un régime vieux de 33 ans croit échapper au souffle de Liberté des peuples Arabo-Musulmans, initié par la Tunisie et l’Egypte.

Les médias Internationaux doivent tout aussi faire le relais du peuple Djiboutien qui aujourd’hui aspire à cette liberté et à la démocratie face à la répression, la peur et la pauvreté.

Le Monde a aussi besoin du plus petit qu’il soit.

AU NON DE CE PEUPLE ET DE CE PAYS

Je vous informe :

Comme dénoncé par l’UAD (Union pour l’Alternance Démocratique) la répression bat de plein fouet à Djibouti.

Après l’emprisonnement du Président des deux responsables de l’Association des Droits de l’Homme la semaine dernière et de plusieurs cadres des partis de la Coalition de l’Opposition, les forces de répression du régime du Président Ismail Omar Guelleh viennent s’en prendre à la Direction.

En effet, après l’arrestation tardive hier soir de Mohamed Daoud Chehem, Président du PDD, qui se trouverait à l’heure actuelle dans les cellules de la Brigade du port de la gendarmerie nationale, le Président de l’UAD Ismail Guedi Hared en même temps Président de l’UDJ, et Aden Robleh Awaleh, Président du PND, lequel a rejoint par solidarité l’UAD dans cette action du 18 février 2011, ont été arrêté ce matin.

Alors que 4 (quatre) membres responsables de l’ARD avaient été arrêtés le 17 février 2011, la veille de la mobilisation générale pour avoir annoncé tout simple le lieu de la tenue de la manifestation du 18 février 2011, par micro à partir d’un véhicule bus loué par l’UAD. Des dizaines d’autres responsables de cette action pacifique contre le régime dictatorial djiboutien les ont rejoint entre hier soir et tôt ce matin, en majorité membres de l’UAD et du PND dont une importante personnalité responsable de la base militante de l’UDJ, Monsieur Abdi Osman Nour dit Abdi Indhabour.

Alors qu’hier soir la confrontation entre la force provocatrice et la population s’est poursuivie jusqu’a 2hoo du matin, continue et se poursuit à l’heure actuelle.

L’on ne déplore que les incidents irresponsables de la police du dictateur Ismail Omar Guelleh ont fait 6 (six) morts côté manifestants dont une femme enceinte et une centaine de blessés et 1 (un) policier mort et un autre gravement atteint par les coups des manifestants0

En représailles, ces derniers auraient saccagé plusieurs bâtiments publics dont le siège de l’Union des Femmes dirigées par la 1ère Dame épouse du Dictateur, le nouvel édifice de Djibouti Télécom, le bâtiment du SMI 2, la brigade de la police du 3ème Arrondissement de la Capitale, le CDC d’Arhiba et brulé deux sièges du Parti au pouvoir : Ambouli et quartier Carton en plus de 2 véhicules de la police.

Les manifestations continuent non seulement dans la Capitale mais dans plusieurs villes et villages du pays. Nous sommes informés qu’elles auraient débutées tôt ce matin à Yoboki, Ali-Sabieh, Dikhil et Obock qui d’ailleurs avaient manifesté hier comme Djibouti et Tadjourah, aujourd’hui sous haute tension.

Nous restons mobilisés jusqu’à la fin du Régime.

Pour
l’Union pour l’Alternance Démocratique
Mahdi Ibrahim A. God

09/02/11 (B590) Communiqué de l’UAD – Union pour l’alternance démocratique "Manifester est un droit sacré"

Union pour l’alternance démocratique (UAD)

Djibouti, le 8 février 2011

Manifester est un droit sacré

Suite à la publication d’un communiqué de l’union pour l’alternance démocratique (UAD) le régime liberticide d’Ismaël Omar Guelleh qui se prévaut d’un soutien populaire mensonger pour se maintenir illégalement au pouvoir, procède à des arrestations arbitraires quotidiennes dans les milieux de l’opposition regroupée sous le sigle UAD.

Après avoir arrêté nos camarades FARAH ABADID HILDID et HOUSSEIN ROBLEH DABAR les 5 et 6 février derniers, ce matin les forces de répression ont arrêté ABDILLAHI ADEN ALI syndicaliste et dirigeant de l’UAD.

Cette campagne de répression politique est destinée à entraver la grande manifestation unitaire de l’opposition nationale contre le troisième mandat illégal et pour le changement démocratique. Pour sa part l’UAD reste fermement déterminée à manifester pacifiquement contre les injustices d’une dictature crépusculaire et pour l’alternance démocratique.

L’UAD condamne ces arrestations arbitraires,
– exige la libération immédiate et sans conditions de ses cadres, militants et de toutes les personnes injustement arrêtées depuis le déclenchement de cette nouvelle vague d’intimidation politique.

Président de l’UAD
ISMAEL GUEDI HARED