03/11/2011 (B628) Radio-Trottoir : AfricaMilliard d’Haramous : un gagnant ! DjibMillions de l’OPS : un nouveau gagnant ! Le montant des cagnottes s’envole à la Loterie djiboutienne. (Article modifié avec une caricature de Roger Picon à 15h30 – Paris)

AfricaMilliard : un joli conte de fées.
Un ivoirien, bien connu, semble-t-il, des services français de police (pour sa gentillesse et ses bonnes manières ?) aurait gagné la super cagnotte d’Haramous, avec en plus, pour compléter le package, l’une des filles de Kadra …

Il était une fois une princesse du nom de Faty, qui s’ennuyait dans la vie. Pour la distraire, Paulette sa jolie maman au doux surnom de Qabyo, qui était la reine, lui proposa de découvrir le vaste monde ..

Au cours de son voyage, la princesse rencontra un gentil garçon, originaire d’un pays de l’Ouest, qui avait déjà exercé ses talents au pays des Gaulois. Ce qui avait motivé l’admiration de la maréchaussée locale, qui s’était lancée en vain à sa poursuite, pour lui remettre le trophée (de la bonne conduite ?). S’appelait-il Tomy ?

« Tomy, Faty sont deux noms qui vont très bien ensemble » (Les Beatles)

Mais l’ogre, le père fouettard, le prince noir, qui avait la charge du royaume de pacotilles, refusa tout net, que la princesse épouse son amoureux.

Alors la maman de Faty décida d’agir en douce et organisa un mariage de pacotilles en toute discrétion dans la capitale des Gaulois. Elle n’invita que les proches de la famille et du royaume. Mais pas l’ogre d’Haramous, puisqu’il refusait cette union illégitime à ses yeux et aussi parce qu’il avait « d’autres sangliers sur le feu », en sa principauté, où certains responsables autochtones avaient pris la mauvaise habitude de se provoquer en duel et de se tuer, usant de méthodes abominables que la chevalerie aurait dénoncées.

Tels des rois mages, Djama Haid, l’oncle, Hachi Afwéné, le bouffon de la cour, Mohamed Hassan le secrétaire général, Naguib Abdallah, Nazli Abdallah, Ainaché Ismael Omar Guelleh, Haibado Ismael Omar Guelleh, les frères, soeurs, demi-frères et demi-soeurs vinrent rendre les hommages traditionnels en apportant les cadeaux.

Truquant le tirage, selon des méthodes ancestrales tenues secrètes et avec le concours de son frère, oncle de la princesse et caissier chef de la banque nationale de pacotilles, la douce maman de Faty, bien connue pour sa générosité naturelle et spontanée, avait attribué la cagnotte de l’AfricaMilliard à sa fille, qu’elle avait nommée unilatéralement « grande gagnante » du tirage au sort.

Elle remit donc, ce jour là, le montant de la super cagnotte de l’AfricaMilliard d’Haramous à sa fille bien aimée : un milliard !!! Plusieurs millions d’Euro pour le gentil crapeau, bombardé aussitôt, altesse princière du royaume de pacotilles.

Conseilla-t-elle aussi à sa fille d’éviter désormais de s’établir dans le pays où les manants constestaient l’autorité royale et menaçaient la paix et la sécurité de la principauté ? Lui a-t-elle recommandé de construire le nid d’amour en terre gauloise, pour éviter les dommages collatéraux d’une révolte populaire et aussi pour mettre l’oseille et le picotin à l’abri ?

On ne connaît pas encore la suite, c’est trop tôt. Auront-ils beaucoup d’enfants et vivront-ils heureux ? jusqu’à ce que le prince demande le divorce … et qu’il conserve ce qui reste du magot à titre d’indemnité compensatoire ?

Ce qui permettra au méchant ogre de papa de rabacher sans cesse : « Je l’avais bien dit »

Mais au fond le prince noir est-il encore maître en son royaume : ne serait-ce pas la douce régente qui assumerait l’intégralité des décisions stratégique et importantes et qui porterait la culotte comme disent les Gaulois ?

_______________________________________

Un nouveau gagnant à la loterie DjibMillion de l’OPS ?

Encore un gagnant ! Cette fois, c’est un employé de l’OPS aurait gagné le Jackpot de DjibMillion. Une très grosse somme d’argent, qu’il aurait gagné par pur hasard, en visitant le tiroir-caisse de l’OPS, un jour où celui-ci était resté ouvert et sans surveillance.

Il y a quand même un problème : c’est qu’aucun des retraités qui avaient joué à cette célèbre loterie,
ne va pouvoir toucher le lot de consolation auquel il avait légitimement accès, puisque le gagnant a raflé toute la mise ….

La section des jeux de la police djiboutienne serait sur les dents … Mais on murmure que la reine aurait ralenti les recherches, car cet heureux gagnant aurait des liens tribaux avec elle et qu’en vertu de lois coutumières et ancestrales, elle lui devrait aide, protection et assistance.

Et puis c’est trop tard, l’heureux gagnant aurait filé avec les espèces à Hargeisa, pour ne plus être importuné par les pandores de son pays.

27/07/2011 (B614) Courrier des lecteurs. Les mots me manquent pour exprimer ma colère et ma rage contre ce Waraba !

Ce warabey qui dément, comme avait démenti auparavant Mohamed Abdillahi, secrétaire de la présidence, dans la lettre qu’il avait envoyée à La Lettre de l’OCEAN INDIEN(LOI). Le peuple sait exactement toutes les exactions et tous les crimes que l’un et l’autre ont commis. Le peuple sait que les écoutes téléphoniques illégales violent le droit inaliénable du secret des conversations et le droit au respect de la vie privée.

Savez-vous que l’on a arrêté certains de nos camarades, uniquement parce qu’ils s’étaient donnés rendez-vous par téléphone ?

Qui pourrait croire qu’il n’y a pas d’écoutes dans notre pays ?

Pire ! Par exemple : un agent pénitencier a été arrêté en plein exercice de ses fonctions par le SDS uniquement pour avoir rendu service en téléphonant à la famille de l’un de nos détenus politiques incarcéré arbitrairement sans motif ni aucune charge !

C’est avec un mépris et une férocité inqualifiable que les forces sous les ordres de ce Waraba (Yacin Elmi Bouh, qui était encore ministre de l’intérieure) ont arrêté les gens dans leurs maisons et les ont jeté dans la sinistre prison de Gabode sans mandat d’arrêt ni mandat d’amener.

Quelle honte !

Que YEB s’explique avec sincérité au lieu de nous mentir en envoyant des démentis stupides qui le décrédibilisent à jamais. Combien a-t-il fait arrêter de participants lors de la grande manifestation du 18 février et dans les semaines qui ont suivi ?

J’ai recensé 122 personnes qui ont été arrêtées et harcelées chez eux, dans leur propre pays, dans leur propre maison, sous les yeux de leurs familles.

Les écoutes téléphoniques quasi permanentes, dont il voudrait nier l’existence sont une humiliation insupportable pour la population et pour les jeunes.

Je comprend et j’accepte que l’ARDHD ait été tenu de publier son démenti, puisque l’ARDHD, à juste titre, respecte la Loi.

Mais maintenant ce sera à lui, le Waraba Yacin Elmi Bouh de nous répondre.

Pour quelles raisons les sites internet sont-ils censurés à Djibouti ? Il devra le dire aussi !

Non seulement le site de l’ARDHD, mais aussi celui de la LDDH, du MRD, du GED, d’Uguta et d’autres sites qui représentent une source d’information importante pour le peuple ne sont-ils pas accessibles pour ceux qui vivent au pays ?

Tandis que des sites comme Djibouti24, que je considère comme un site de bandits (même si cela n’engage que ma personne) sont-ils autorisés à nous servir la désinformation cuisinée par le SDS.

Et le Waraba se permet de répondre sur un site qu’il a lui-même contribué à censurer : c’est le comble, ne trouvez-vous pas !!!!

Un mail est insuffisant pour exprimer la colère que nous ressentons tous, ici, au pays et pour décrire les multiples violations de nos droits légitimes et inaliénables.

Yacin et Mohamed nous ont montré leur véritable vision et les instruments de répression sur lesquels ils s’appuient pour nous asservir.

Je résumerai en leur disant que leurs heures sont comptées et qu’ils ont atteint le point de non-retour en termes de décadence. Leur cercle mafieux est devenu un haut lieu du banditisme et du gangstérisme, parmi les plus extrêmes au monde.

Nul doute que vous le paierez au prix fort, cher Walahi et que vous rendrez des comptes devant le peuple demain ou après demain, In Shallah.

J’espère que mon message sera diffusé, en réponse à Yacin Elmi Bouh et que la vérité et l’exactitude de l’information serviront, avant tout, l’intérêt général, l’information. Nos concitoyens doivent connaître la vérité et il serait absurde et improductif de vouloir les maintenir dans l’ignorance et dans la partialité des informations officielles, qui sont les seules autorisées pour le moment dans notre pays placé sous le joug de la dictature.

Heureusement, que nous recevons un peu d’oxygène, grâce à nos frères et à nos amis qui envoient de l’information depuis l’étranger.

Cordialement à toutes mes soeurs et frères
et à l’équipe de l’ARDHD

26/07/2011 (B614) Dans la série des interviews (presque) imaginaires, Monsieur Yacin Elmi Bouh a reçu une équipe de l’ARDHD à laquelle il n’a rien caché.

ARDHD : Monsieur l’Ambassadeur, votre Excellence, merci de nous avoir accordé cet entretien.

Jusqu’au dernier remaniement ministériel, vous étiez Ministre, en charge des finances de la République, puis de l’intérieur et de la décentralisation, poste clef dans la stratégie du Gouvernement, en particulier pour veiller au bon déroulement des scrutins et à la sécurité publique. Vous avez affirmé dans un courrier à l’ARDHD que le ministère de l’intérieur n’avait ni les moyens techniques ni les moyens légaux de pratiquer des écoutes téléphoniques et qu’il n’y en avait pas. Pourtant vos compatriotes pensent le contraire … Comment expliquez-vous ce décalage ?

Yacin Elmi Bouh : ce n’est pas à vous que j’apprendrai que Djibouti est la ville des rumeurs les plus folles. La rumeur nait dans un quartier, puis elle se propage à une vitesse fulgurante, d’abord dans la capitale, puis dans les villes de province. Moi, je suis un serviteur de l’état, intègre et j’ai toujours dit la vérité à mes compatriotes. Croyez-moi, je suis sincère quand je dis qu’il n’y a pas d’écoutes téléphoniques à Djibouti. C ’est la pure vérité.

ARDHD : nous prenons acte de votre déclaration. Mais nous sommes un peu surpris, car à notre connaissance, aucun état ne peut se passer d’écoutes téléphoniques, ne serait-ce que pour contribuer à la sécurité de sa population. Que ce soient les grandes démocraties ou des états dictatoriaux. Djibouti serait-il à part ?

YEB : bien sur. Notre grand homme d’état, je parle d’Ismaël Omar Guelleh a tenu personnellement à ce que la population ne soit jamais écoutée et qu’elle puisse gérer tranquillement ses affaires et s’exprimer librement. Même s’il n’est pas encore « écouté », notre maître incontesté veut donner une leçon de démocratie au monde en montrant que l’on peut gouverner un pays sans écoutes téléphoniques, un pays où tous les citoyens, sans aucune exception, puissent bénéficier de tous leurs droits légitimes garantis par la Constitution et par les traités et chartes internationaux que nous avons signés. Un pays où la volonté populaire exprimée lors des différents scrutins est parfaitement respectée. Croyez-moi, car je vous dis la vérité, rien que la vérité.

ARDHD : mais s’il y avait des écoutes et vous nous assurez qu’il n’y en a pas, en auriez-vous été informé ? Après tout, les écoutes relèvent souvent des services secrets et elles sont donc secrètes …

YEB : Là, je vous arrête. Vous faites fausse route. Bien sur que je n’aurais pas été obligatoirement informé, puisqu’elles auraient été placées sous l’autorité de mon excellent ami Hassan Saïd, dans les bureaux du SDS au plateau du Serpent. Mais puisque je vous dis qu’il n’y en a pas et qu’il faut mettre un terme à ces rumeurs stupides. D’ailleurs je compte sur vous pour cela.

ARDHD : on dit aussi que certains sites Internet seraient censurés à Djibouti. Est-ce vrai ?

YEB : encore une fois, je m’inscris en faux contre ces allégations mensongères et honteuses. Croyez-moi encore une fois, car il n’y a pas de censure d’aucun site internet à Djibouti. Ce n’est pas possible. Mon excellent confrère, enfin ex-confrère, qui est le ministre en charge des télécoms n’a lui aussi, aucun moyen technique ni légal de censurer des sites internet. Chaque djiboutien peut s’informer librement : il a des sites d’information objectifs et totalement indépendants à sa disposition : l’ADI, la RTD, La Nation, qui l’informent heure par heure ..et qui sont accessibles en permanence.

ARDHD : mais les sites de l’opposition ?

YEB : ils sont tous accessibles. Regardez, je vais vous faire la démonstration immédiatement. Prenons le vôtre, je clique www.ardhd.org. Il s’affiche immédiatement. Vous êtes convaincus ?

ARDHD : votre démonstration est convaincante. Pourtant depuis le cyber café où nous avons travaillé en attendant l’heure de notre rendez-vous, notre site n’était pas accessible.

YEB : que voulez-vous que je vous dise de plus ? Une panne de réseau, c’est toujours possible. Nos amis et partenaires chinois travaillent beaucoup pour garantir la fluidité du trafic et pour veiller à la totale liberté de l’Internet. Ils ont une longue expérience dans ce domaine spécifique. Il peut arriver qu’ils soient contraints de suspendre provisoirement l’accès à Internet pour des périodes très courtes, afin d’améliorer la qualité de leurs filtres. Mettons la faute « à pas de chance », comme vous le dites, les Français.

ARDHD : certainement … Alors terminons sur cette note qui a suscité votre agacement. Vous l’aviez bien écrite ou non ?

YEB : je n’ai jamais écrit cette note. Croyez-moi quand je vous le dis. Je n’ai jamais menti au peuple djiboutien qui me fait confiance et je ne lui mentirai jamais. C’est promis !

ARDHD : hum ! Nous on penserait plutôt que quelqu’un a organisé volontairement une fuite. Comme il y a un destinataire : la Présidence et un émetteur, votre secrétariat ou votre ancien secrétariat, la fuite ne peut provenir que de l’un de ces deux points. Pourrait-on imaginer, comme vous le suggérez d’ailleurs que quelqu’un cherche à vous nuire, soit dans votre ancien ministère, soit à la Présidence ?

YEB : puisque je me tue à vous répéter que cette note n’a jamais existé, ne cherchez pas un coupable à mon ancien ministère ni à la Présidence (A voix basse : l’idée n’est pas stupide, il faudra que je fasse mon enquête). Mais c’est vrai qu’il y a la volonté de me nuire et je vous assure que les coupables seront traités comme il se doit. Avec de tels individus, on ne prend pas de gants : on les torture et on les incarcère ensuite. C’est radical et cela fait taire les oppositions.

ARDHD : pure supposition de notre part. Si c’était Guelleh lui-même qui avait organisé la fuite, pour vous donner le courage de rejoindre la représentation diplomatique de Moscou ou d’ailleurs, que feriez-vous ?

YEB (s’enfonçant dans son fauteuil, une larme à l’œil) : non, cela n’est pas possible. Elle ne peut pas m’avoir fait cela, à moi, qui les ai toujours servi loyalement et qui a toujours partagé loyalement toutes les recettes à 50/50. Non je ne pourrais pas le croire. Foutez-moi le camp immédiatement, bande de malfaisants … ! Pour cette fois, je ne vous ferai pas arrêter ..

De qui parlait-il ? Mystère, car c’est ainsi que s’est terminé cet entretien (presque) imaginaire… 

25/07/2011 (B614) Monsieur Yacin Elmi Bouh nous écrit, en qualité d’ancien Ministre de l’intérieur, pour certifier qu’il n’y a jamais eu d’écoutes téléphoniques à Djibouti et que tout le monde le sait. Nous publions ce démenti sans aucune modification, laissant aux lecteurs le soin de se faire leur propre opinion.

____________________ Note de l’ARDHD
Nous publions ce démenti dans son intégralité. Nous avons écrit à Monsieur Yacin Elmi Bouh pour lui demander en quoi la note que nous avons publiée, était un faux. Nous publierons sa réponse et si nécessaire les preuves complémentaires en notre possession.
_____________________________________________________

Vous venez de publier sur votre site une prétendue lettre que j’aurais adressée le 4 janvier 2011 au président de la république et qui ferait état de l’existence de deux rapports sur des hypothétiques écoutes téléphonique et de déficiences techniques du système.

Je vous informe que je n’ai jamais écrit cette lettre et que celle-ci n’a jamais existé. Elle résulte d’un honteux montage destiné à fabriquer un mensonge dont la publication discrédite votre site.

Tout le monde sait à Djibouti que les services du ministère de l’intérieur et de la décentralisation ne disposent ni de moyens techniques, ni de pouvoir légal lui permettant d’effectuer des écoutes téléphoniques.

Aussi au nom du droit a l’information (respect a vos lecteurs), je vous invite à retirer ce faux document et de publier au lieu et à sa place le contenu de mon démenti.

Vous remerciant de votre sincère collaboration, je vous prie de croire monsieur le directeur en l’assurance de ma parfaite considération.

Yacin Elmi Bouh
Ancien Ministre de l’intérieure
et de la décentralisation de Djibouti

24/07/2011 (B614) Questions aux lecteurs. Un abonné nous demande ce que veulent dire ZONE-51, ASP (Agency Security Policy) et EUTM, termes utilisés par Yacin Elmi Bouh, dans la note qu’il avait adressée le 4 janvier 2011 à IOG, au sujet des écoutes téléphoniques. Qui est le commandant Tintillier ?

Réponse de l’ARDHD : nous ne pouvons pas nous prononcer pour le moment, puisqu’il s’agit d’un langage codé et nous demandons aux lecteurs qui en auraient la possibilité de nous éclairer.

Zone 51. Nos recherches sur Internet nous ont conduit vers une base américaine ultra-secrète « Groom Lake », située au Nevada (USA) et qui servirait aux essais d’appareils expérimentaux. Lien avec Wikipedia.

Il est donc possible que le terme utilisé par Yacin Elmi Bouh puisse désigner les installations militaires américaines du Camp Lemonier, mais ce n’est qu’une hyptohèse et nous espérons que des lecteurs puissent nous donner des informations plus précises.

ASP (Agency Security Policy) : nous n’avons encore rien trouvé de satisfaisant.

EUTM : Le terme est défini sur le site français de la défense.
La mission EUTM (EU training mission for Somalia ) est lancée depuis le mois de mai 2010. L’objectif, pour les 140 formateurs européens, originaires de 14 Etats membres présents en permanence sur le camp de Bihanga, en Ouganda, consiste à former, aux côtés de l’armée nationale ougandaise, deux contingents d’un millier de militaires somaliens chacun.

Il est intéressant d’apprendre que l’EUTM, sous le couvert d’une action de formation de futurs soldats somaliens, ait en réalité d’autres objectifs beaucoup plus discrets, en particulier celui de fournir des moyens d’écoute au Gouvernement djiboutien. Si cela est vérifié, nous ne pourrions que nous étonner de ce détournement d’objectif …. qui concernerait en particulier des ressortissants américains non diplomates et des responsables nationaux de la sécurité …

Qui est le commandant Tintillier ? Probablement un militaire français, qui n’a jamais attiré l’attention, mais qui doit avoir l’expertise pour évaluer les moyens d’écoute (légaux et illégaux) des communications téléphoniques … et pour conseiller des gouvernements étrangers dans ce domaine …

22/07/2011 (B613) Ecoutes téléphoniques ! Vous avez bien dit « écoutes téléphoniques » ? Mais cela n’existe pas à Djibouti, on vous le jure ! D’abord parce qu’en janvier 2011, les systèmes manquaient encore de performance … pour espionner un peu tout le monde y compris les ressortissants américains non diplomates et les responsables nationaux de la défense et de la sécurité intérieure. C’est pas nous, mais c’est Yacin Elmi Bouh qui l’écrivait et à ce titre, nous lui en laissons l’entière responsabilité. (Merci à nos lecteurs correspondants)(MAJ 23/07 avec ajout d’un lien de téléchargement).

Nous avons été destinataire de la copie de la note que nous reproduisons ci-dessous ! (Version image et transcription après) Nous remercions nos lecteurs … Inutile d’en dire plus, car la note se suffit à elle-même … !!!

___________________________________ 1 – Image

Télécharger la photo du document : lien

________________________________ 2 – Transcription

REPUBLIOUE DE DJIBOUTI
Unité – Egalité – Paix
MINISTERE DE L’INTERIEUR
et de la DECENTRALISATION

LE MINISTRE
N° 105 / SI
Date : 4 janvier 2011

A
Son Excellence
Monsieur lsmaêl Omar Guelleh
Président de la République
Chef du Gouvernement

Son Excellence,

les deux rapports sur les écoutes transmis par mes soins ce jour, à Monsieur lsmael Houssein Tani, en sa qualité de Président de I’ASP (Agency Security Policy), et conformément aux directives sur la sécurité intérieure, démontrent que les moyens d’aide mis à notre disposition par I’EUTM, semblent inefficaces selon le Commandant Tintillier.

Comme l’avait observé le Service de la Documentation en présence du Sécretaire Général du Gouvernement, leur défection avancée perturbe hautement la qualité d’écoute. D’une part, sur les cibles américains non diplomates et d’autre part, sur les responsables nationaux de la défense et de la sécurité intérieure.

Son Excellence, j’attire toute votre attention sur la situation en Zone-51, sous la tutelle de I’ASP. Son maintien risque de nous faire perdre la confiance des pays amis. Le contexte actuel. nous contraint désormais d’éffacer toute trace qui viendrait compromettre le dispositif.

Dans l’attente de vos appréciations, veuillez agréer, Son Excellence, l’hommage de mon profond respect.

16/07/2011 (B613) La valse des ambassadeurs. Une belle foire d’empoigne dans les coulisses ? Par nos correspondants.

La bataille fait rage dans les hautes sphères de la nébuleuse GHA (Cf notre article de 2006) . Chacun se bat pour obtenir un poste d’ambassadeur. Ceux qui l’ont obtenu se battent pour être nommés dans les ambassades les plus prestigieuses et pas trop éloignées du PC opérationnel de la mafia transrégionale (Haramous).

Guelleh, le parrain, s’active avec sa tendre épouse RPP (Reine Paulette de Pacotilles) pour éloigner au plus loin, ceux qui pourraient leur faire de l’ombre ou qui ont cessé de plaire au couple..

C’est ainsi que Yacin Elmi Bouh, puissant membre de l’Ordre des Brosses à Reluire, devrait être délocalisé à Moscou, Ali Ibrahim Absieh expédié en Afrique du Sud et Abdallah Miguil exilé en Chine. Contrairement à ce que la rumeur avait véhiculé, l’ambassade de Belgique ne devrait pas fermer ses portes, mais le prince des noisettes pourrait (enfin !) perdre son poste. Vers la fin des turpitudes, des frasques et des coups et blessures à l’Ambassade de Belgique ? (cf notre dossier complet)

Curieux, nous n’avons encore aucune information sur le futur titulaire de Paris, ni surtout sur le remplacement éventuel de Robleh Ollayeh à Washington, remplacement qui aurait été demandé à maintes reprises par les autorités américaines sur la base d’informations alarmantes du FBI à propos de trafics en tout genre et d’une conduite disons pudiquement « indigne », ou tout au moins peu conforme avec le statut d’Ambassadeur …

17/06/11 (B608) A lire sur LOI … cette semaine

_________________________ 2 – Djibouti

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1311 – 18/06/2011
Djibouti
Les trois ex-ministres Yacin Elmi Bouh, Abdi Ibrahim Absieh et Abdallah Abdillahi Miguil, nommés ambassadeurs le 31 mai (LOI n°1310), devraient être affectés dans de nouvelles ambassades créées en Afrique, dont Dakar et Johannesburg. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1311 – 18/06/2011
L’Africom prêt à s’installer à Juba
L’US Africa Command (Africom) n’attend plus qu’une demande officielle de la part du président Salva Kiir, après les cérémonies d’indépendance du Sud-Soudan prévues début juillet, pour installer un petit contingent militaire à Juba. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1311 – 18/06/2011

La preuve qu’IOG a eu peur de perdre
Dans un français hésitant et à demi-mot, sans doute pour ne pas dire clairement les choses, le secrétaire général de la présidence djiboutienne, Mohamed Hassan Abdillahi, aurait rédigé le 12 janvier une « note confidentielle » (lire ici ) qui révèle son inquiétude à quelques mois du scrutin présidentiel du 8 avril. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1311 – 18/06/2011
Network Innovations
Le Canadien Trevor Lee Oseen, grand adepte des marathons, n’a pas seulement consacré ses deux dernières visites à Djibouti , en février et mai 2011, à s’entraîner à la course à pied comme il le relate sur son blog (trevoroseen. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1311 – 18/06/2011

Jubba Airways
La compagnie aérienne somalienne Jubba Airways, dirigée par Abdillahi Warsame, et qui effectue des vols régionaux, risque de rencontrer des difficultés au Kenya. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1311 – 18/06/2011
Drake & Scull International
Le conseil d’administration de Drake & Scull International (DSI), une compagnie d’ingénierie multisectorielle basée à Abou Dhabi, et dirigée par Khaldoun Tabari, a donné le feu vert, en février dernier, pour une implantation à Djibouti . (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1311 – 18/06/2011

Somcable
L’homme d’affaires Mohamed Said Guedi (MSG) a racheté le vieux bâtiment de la protection civile situé au centre de Djibouti , pour la somme de 50 millions Fdj (environ 200 000 €). (…).


_________________________ 1 – Ethiopie

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1311 – 18/06/2011
L’opposition est toujours surveillée de près en Ethiopie
Le vieux leader de l’opposition légale, Hailu Shawel, a été arrêté la semaine passée à Addis-Abeba, sans raison apparente, et détenu pendant trois heures, avant d’être remis en liberté. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1311 – 18/06/2011
Meles Zenawi se méfie d’Omar el-Béchir
Le responsable des services de renseignement extérieurs éthiopiens, Esayas WoldeGiorgis, qui est un proche du premier ministre Meles Zenawi, s’est récemment inquiété des informations selon lesquelles des officiels soudanais auraient rencontré des dirigeants de l’opposition éthiopienne. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1311 – 18/06/2011

Les officiers du BTP en grande panique
Le ministère éthiopien de la défense a sommé ses officiers supérieurs de démissionner de la Defence Construction & Engineering Co. (…).

AFRICA MINING INTELLIGENCE – Edition française N°252 – 15/06/2011

Forages de la potasse de Danakil en Ethiopie
Ethiopian Potash Corp. a entamé une campagne de forages sur 15 000 mètres pour faire passer sa ressource à ciel ouvert de 128 millions de tonnes @21% de potasse de la catégorie « inférée » à la catégorie « mesurée et indiquée ». (…)