27/05/2000 – Après l’ITALIE, M. GUELLEH, aux abois, participerait à une conférence des donateurs organisées ‘en secret’ au KOWEÏT

M. Guelleh est aux abois. L’État djiboutien est en faillite. Il ne paye plus ses fournisseurs et surtout il ne paye plus ses fonctionnaires, ni même ses militaires, qui avaient été favorisés jusqu’à maintenant … et pour cause, ils défendent le régime dictatorial.

27/05/2000 – L’Armée aurait décidé se mettre en grève et menace de ne pas défiler le 27 juin .

Les militaires en ont assez de ne pas être payés. Comme les autres fonctionnaires, ils n’ont rien reçu depuis le 1er janvier. Un mouvement de fronde et de refus s’est installé dans les casernes et les militaires menacent de ne pas défiler le 27 juin, s’ils ne reçoivent pas tous les salaires qui leur sont dus.

De plus, d’après certaines informations, l’Armée aurait déjà refusé d’assurer la sécurité des participants à la Conférence d’Arta.

24/05/2000 – Le directeur de la prison de Gabode fait du zèle

Déjà élu homme de la semaine par notre journal, pour son attitude monstrueuse envers les enfants mineurs incarcérés dans sa tristement célèbre prison et pour son laxisme vis à vis des sévices qu’ils subissent chaque jour, le Directeur de la Prison de Gabode a affiché une banderolle au dessus de la porte d’entrée de la Prison. On peut y lire que tous les détenus soutiennent la politique de M. Guelleh et en particulier son action pour la Somalie.

Les détenus ont-ils donné leur avis ? Sous quelle forme ? Qu’en pensent-ils ? En particulier les trois détenus depuis 1992 pour l’affaire du Café de Paris qui n’ont toujours pas été jugés et qui ont commencé une grève de la faim depuis trois jours. Leurs familles ont interrogé Monsieur DINI sur les raisons de son silence dans cette affaire, d’autant plus qu’il s’agit de combattants du FRUD..

24/05/2000 – Le nouveau gouvernement somalien, lorsqu’il sera constitué pourra exiger la restitution de ses avoirs à Djibouti.

On peut prévoir, lorsque la Somalie aura reconstitué une administration, que le nouveau gouvernement demande à M. Guelleh de lui restituer la fortune de la CSBS (Banque Somalie de Djibouti) et les immeubles qui lui appartiennent et qui sont gérés en sous-main par le beau-frère du dictateur djiboutien, gouverneur de la Banque Nationale de Djibouti.

Depuis la déconfiture de l’Etat somalien, le gouverneur de la Banque nationale n’a rien publié sur la gestion des biens appartenant au pays voisin …

24/05/2000 – Les participants à la Conférence de Réconciliation demandent des comptes à M. GUELLEH !!!

Les participants réunis à ARTA pour la Conférence de Réconciliation demandent des comptes à M. GUELLEH sur l’utilisation des fonds considérables qu’il a reçus pour la Somalie. M. Guelleh se serait vraiment ‘fâché’ : il ne supporte pas qu’on lui demande des comptes …

La gestion des fonds destinés à la Conférence se fait dans l’opacité la plus totale. Les commandes de fournitures et d’approvisionnement se traitent de gré à gré, sans le moindre contrôle et seuls les commerçants proches du régime (ardents supporters et pourvoyeurs de fonds) reçoivent la manne…

On peut se demander les garanties de transparence que la BCIMR (filiale de la BNP) a obtenu en échange de ‘sa contribution volontaire’ de six millions de FD afin d’alimenter le fond …

24/05/2000 – M. GUELLEH serait furieux de l’annonce sur TF1 par Me MORICE de l’existence d’un rapport de la DGSE le mettant personnellement en cause dans plusieurs affaires criminelles.

Il aurait eu un entretien plutôt vif avec l’Ambassadeur de France pour lui signaler qu’il songeait à dénoncer les accords avec la France. Diplomate, l’Ambassadeur lui aurait répondu que les Autorités françaises étudiaient actuellement l’authenticité du document …
A notre avis la réponse devrait tarder à venir …… c’est une étude qui demande du temps surtout lorsque l’on n’a pas envie de répondre.

M. GUELLEH aurait fait part à son proche entourage de ses craintes compte-tenu de l’évolution des affaires criminelles à Djibouti. Il serait extrêmement inquiet sur les suites possibles et sur d’éventuelles mises en cause précises le concernant.

24/05/2000 – Monsieur DINI, toujours silencieux, attendrait des réponses ..

M. Ahmed DINI attendrait toujours de recevoir des réponses aux questions qu’il a posées lors des différents entretien avec M Guelleh et avec les responsables gouvernementaux. Il n’aurait toujours rien reçu. Il semblerait que M. Guelleh, comme à son habitude, continue à essayer de gagner du temps, se retranchant sur le temps que lui prend la Conférence pour la Paix en Somalie. Les djiboutiens peuvent attendre, ils passeront après tout le reste. Mais pendant combien de temps ?

Peut-être pas si longtemps que cela :

– parce que le blocus continue à être imposé aux populations du Nord,
– parce que les combattants du FRUD, face à ce qui semble être un lent enlisement, ne baissent pas les bras et ne rendent pas les armes,

– parce que l’opposition qui n’intervenait plus dans le débat afin de donner toutes ses chances au processus, pourrait estimer rapidement que le délai est maintenant dépassé …

24/05/2000 – De nombreux fonctionnaires djiboutiens se forment en ISRAËL

A titre d’exemple, depuis la fin de l’année dernière, six agents de la SDS (Police politique djiboutienne tristement célèbre) sont en formation en ISRAËL. Ils ont été rejoints par d’autres fonctionnaires dont des militaires.

Plus récemment la nouvelle directrice de l’EPH (Etablissement Public des Hyrdrocarbures) a effectué un séjour d’un mois et demi en ISRAËL.

Toutes ces personnes transitent par l’Ethiopie pour se rendre en ISRAËL.

A ce rythme, comment M. Guelleh pense-t-il garder la maitrise de la situation et conserver un minimum de stabilité à la République de Djibouti. Rappelons qu’il vient déjà de céder la gestion du port à une entreprise étrangère …

Dans ce schama, qui garantira la sécurité extérieure de Djibouti ? Qu’en pensent les djiboutiens ? Qu’en pense la France ? Comment espére-t-il concilier les intérêts des extêmistes islamistes avec ceux des Israëliens ?