LA LIBERTÉ Bulletin N° 42
Journal permanent et indépendant
de tous les djiboutiens de l'opposition

Bulletin
de l'A. R. D. H. D
2ème année..................Maj 06/04/01 à 18 h 00 (Heure de Paris)

- Relance de l'affaire BORREL : tous les dangers pour Guelleh ?
- La situation se tend dans le Nord ... à l'initiative d'IOG.
- Lettre ouverte à tous les Etats Arabes pour attirer leur vigilance sur les relations djibouto-israèliennes,
- Un groupe 'maffieux' très puissant en Afrique de l'Est,
- LA LIBERTE, un record de consultation en Mars 2001 : plus de 4.600 pages consultées par jour.

- La condamnation invraisemblable de DAF, pour une soi-disant diffusion de fausses nouvelles,
- Premier avril : le discours de démission de Guelleh ! (*)
-
Le drapeau israèlien flotterait sur le territoire de Djibouti !
- Guelleh a-t-il choisi de vendre le pays 'par appartement' ? Deux exemples de pillage écologique !
- Un appel poignant de la famille du Général Yacin Yabeh pour qu'il soit traité humainement !
- Aden Robleh convoqué pour 'un interrogatoire' dans le cadre de l'affaire du Café de Paris. Il semble que Guelleh cherche par tous les moyens de détourner l'attention qui se concentre sur l'Affaire BORREL et dans laquelle il pourrait être lui-même mis en cause ....

- ALERTE ROUGE : Monsieur Aden ROBLEH, Président du PND
a été incarcéré à GABODE, dans la cellule 12 et sans jugement. Un nouveau prisonnier politique.

- Un radio-trottoir, cette semaine, qu'il est vivement conseillé de lire !!!

- La France donne des armes à GUELLEH (2 vedettes rapides) pour asservir
le peuple djiboutien ! (ADI)

30/03 Relance de l'affaire BORREL - Un nouveau souci pour Guelleh ? (Bruits et rumeurs) 30/03 La situation des Droits de la femme djiboutienne pourrait se poser devant les tribunaux français. Une évolution de la jurisprudence est-elle possible ?
LA LIBERTÉ :
votre journal se construit
chaque jour devant vous,
avec vos contributions.
Chacun peut s'y exprimer librement et sans aucune censure.

Conditions (*)

A lire dans LOI cette semaine:

30/03 La vérité si je mens / 'ou comment le journal La Nation aurait fait parler le chef de mission du FMI 'sans son consentement' ......

30/03
DJIBOUTI : La situation se tend dans le Nord

29/03 La guérilla somalienne promet de relâcher les employés de l'ONU --par Abebe Andualem (AP)
L. D. D. H.
Ligue Djiboutienne
des Droits Humains
Toutes les publications
2000 / 2001
Un nouveau site djiboutien à visiter :
"Mon pote"
30/03 Somaliland, Puntland, …. Bosnie, Croatie ou Serbie = même réalités historiques (OPPOSITION DJIBOUTIENNE UNIFIEE DE BELGIQUE O.D.U.B)
Les Nouvelles d'Addis

Rubrique santé

29/03 - La fièvre aphteuse prend de l'ampleur, la mobilisation aussi
30/03 Un groupe 'mafieux' très puissant en Afrique de l'Est. (Courrier des lecteurs)
01/04 : Un record de consultation pour LA LIBERTE : + de 4.600 pages consultées par jour

SOMALIE

29/03 - Deux jours de captivité pour les quatre otages de l'ONU à Mogadiscio (Extrait AFP)

30/03 Libération de deux des quatre otages de l'ONU à Mogadiscio (Extrait AFP)

"Vente en ligne" des livres
Ali COUBBA
Abdouraman WABERI
Daher Ahmed FARAH

LDDH

29/03 Lettre ouverte au directeur de la publication du PROGRES, M. Idriss Arnaoud Ali, à la suite d'un article infamant contre DAF et la LDDH.

31/03 La condamnation de DAF par le tribunal

L'Homme de la Semaine

M. Idriss Arnaoud Ali.
pour les propos honteux qu'il a tenu dans le journal du parti au pouvoir, où il a qualifié
'de vermine manipulée par l'extérieur'
à la fois la LDDH et DAF.

COMMUNAUTÉ DJIBOUTIENNE
Marre d'être bâillonné à Djibouti ? Cliquez ici !
Le service de discussion
et d'échanges en direct.
31/03 - PETITION POUR LA PAIX AU CONGO-BRAZZAVILLE CONTRE L'ELIMINATION ETHNIQUE,UN VERITABLE GENOCIDE PLANIFIE, A L'ADRESSE DE LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE

1er avril
GUELLEH annonce sa démission.

Dans un discours retransmis par la radio et par la télévision djiboutienne, le Président Guelleh vient d'annoncer officiellement sa démission.

01/04 Le triste séjour en Erythrée (Bruits et rumeurs) 01/04 Le drapeau israèlien flotterait sur le territoire de Djibouti ! (Bruits et rumeurs)
01/04 Guelleh a-t-il décidé de vendre le pays 'par appartement' ? Deux exemples catastrophiques de pillage écologique qui serviront à augmenter la fortune d'IOG.... (Bruits et rumeurs) 01/04 Les arrièrès de salaire touchent aussi les policiers et les militaires dans une moindre proportion, mais attention aux conséquences ! (Bruits et rumeurs)  
02/04 Demande d'indulgence pour le citoyen Idriss ARNAOUD (Courrier des lecteurs)

Yacin YABEH ( Suite)

02/04 Pas de réponse de l'Ambassade de France à notre question ouverte ...

02/04 Un appel de la famille du Général qui précise que Guelleh n'a pas respecté ses promesses écrites ....

 
02/04 Milochevic est enfin tombé, grâce à la pression internationale ! (Courrier des lecteurs)  
Faire part de mariage
SASSO IBRAHIM LOUBACK
avec NATHALIE GION
 
   
(*) Attention au poisson d'avril !  

NOUVELLES BRÈVES ET REVUE DE PRESSE

A lire dans LOI cette semaine

LA LETTRE DE L'OCEAN INDIEN - 31/03/2001
La vérité si je mens

Le gouvernement djiboutien fait feu de tout bois pour tenter d’accréditer l’idée que ses rapports avec le Fonds monétaire international (FMI) sont absolument excellents.

Dans l'article publié par la lettre de l'océan indien, le journaliste explique comment La Nation aurait publié des 'soi-disant' propos du chef de mission du FMI à Djibouti, très rassurant sur la qualité des relations FMI-DJIBOUTI. Mais le journal aurait été contraint dans le numéro suivant de publier une forme de démenti, émise 'en termes diplomatiques' par l'intéressé.

Dans les faits, comme nous l'écrivons depuis quelques mois, le FMI est extrêmement critique à l'égard de Djibouti, car il ne supporte pas qu'on lui remettre des chiffres erronnés ou trafiqués. Il manquerait plus de 1,7 milliards de FD dans le bilan remis. Par principe comptable de base, un bilan doit être équilibré. Vraiment, seul le système Guelleh est capable d'une telle chose, que ne ferait pas même un comptable débutant.

Deux raisons pourraient expliquer cela :

- l'arrogance de la clique Guelleh, qui a tellement accaparé le pays, qu'elle ne se rend plus compte des réalités. Ils considèrent que le pays est à eux et qu'ils ont le droit de tout faire,

- l'importance colossale des 'prélèvements' effectués par les dignitaires et par le Chef de l'Etat en personne, qui ne pourraient plus être dissimulés dans la présentation des comptes .....

Enfin on peut se demander si LA NATION sera condamnée à une suspension de parution de trois mois pour diffusion de fausses nouvelles .... (Cf affaire DAF)

A noter, si l'on accepte les chiffres publiés par LOI, que 1,792 milliards de FD, cela fait 10 millions en US$ ou environ 70 millions de FF : une bagatelle pour une année ! Nous espérons vraiment avoir commis une erreur de calcul, car le gouffre serait important et les djiboutiens seraient endettés pour quelques années .... Avec ce montant en poche (et probablement transféré partiellement à l'étranger, le système Guelleh peut voir venir ...).

S'il y avait eu des transferts importants vers des banques à l'étranger, pour le compte de personnes privées proches du régime, auraient-ils pu être organisés par la filiale locale de la Banque française Indosuez-Crédit Agricole, dont le directeur aurait pu loger l'année dernière un officier israèlien chez lui ?

------------------------------------------ Sommaire ----------------------------------------------------

LA LETTRE DE L'OCÉAN INDIEN # 944 - 31/03/01
DJIBOUTI : La situation se tend dans le Nord
Selon des informations recueillies par La Lettre de l’Océan Indien auprès d’une source proche du Front pour la restauration de l’unité et de la démocratie (FRUD) d’Ahmed Dini, des renforts de troupes gouvernementales ont été acheminés dans le nord du pays où sont toujours cantonnés les militants non désarmés de l’ancienne guérilla Afar.

Cette information confirme ce que nous avions déjà annoncé à plusieurs reprises. D'après LOI, trois personnes auraient été chargées par IOG de mettre en place des renforts militaires dans le Nord : le ministre de la Défense Ougoureh Kifleh, le général Zakariah Cheikh Ibrahim et Hassan Saïd.

L'article précise aussi que DINI, inquiet de la situation, se serait rapprochée de l'Ambassade de France où il aurait reçu une fin de non-recevoir.

On peut s'interroger sur cette nouvelle stratégie d'IOG : il s'agit probablement de peser lourdement sur les négociations aléatoires (depuis le 7/02/00 !) entre le FRUD et le Gouvernement pour essayer de forcer DINI à accepter l'inacceptable.

------------------------------------------ Sommaire ----------------------------------------------------
jeudi 29 mars 2001, 17h58

La guérilla somalienne promet de relâcher les employés de l'ONU --par Abebe Andualem

ADDIS ABEBA, Ethiopie (AP) -- Hussein Aidid, à la tête de la fragile alliance des factions opposées au gouvernement de transition de Somalie, a affirmé jeudi que les quatre employés des Nations unies pris en otages mardi seraient libérés si la sécurité de ses hommes était garantie pour amener les prisonniers à l'aéroport.
Un Français, un Algérien et deux Britanniques sont retenus, selon les Nations unies, qui disent être en contact avec leurs ravisseurs.

Hussein Aidid affirme que le convoi de onze employés d'organisations humanitaires a été attaqué en quittant le bâtiment de Médecins sans frontières à Mogadiscio parce que la milice locale n'avait pas été informée de leur présence dans le secteur qu'elle contrôle. Normalement, les déplacements se font avec l'accord des milices mais cette fois seul le gouvernement avait été consulté, a-t-il affirmé, tenant donc le gouvernement pour responsable. Une bataille entre les soldats et les milices après l'attaque a fait 14 morts.

Les sept autres étrangers avaient réussi à fuir. Cinq sont arrivés mercredi soir à Nairobi, au Kenya.

Les quatre otages sont en bonne santé et s'envoleront pour Nairobi dès que possible. ''Ils sont entre de bonnes mains, bien nourris et protégés'', a-t-il ajouté, précisant que les barrages et les mouvements des troupes gouvernementales empêchaient le transfert des captifs par les milices de Musa Sude Yalahow. Ce dernier, qui se trouvait avec Hussein Aidid à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne, n'a rien dit à la presse.

Hussein Aidid affirme que le gouvernement ne contrôle qu'une petite enclave à Mogadiscio et l'alliance des factions le reste du pays. La Somalie est toujours en proie à la guerre depuis le renversement du dictateur Mohamed Siad Barré en 1991, après lequel les factions armées se sont retournées les unes contre les autres. La plupart d'entre elles rejettent le gouvernement de transition mis en place en août à Djibouti par un groupe de dirigeants locaux et d'hommes d'affaires influents, et se sont réunies en Ethiopie pour composer un cabinet concurrent.

------------------------------------------ Sommaire ----------------------------------------------------

1/04 En moyenne : + de 4.600 pages consultées chaque jour !

LA LIBERTE : UN NOUVEAU RECORD
DE CONSULTATION EN MARS 2001

Nous avons le plaisir de vous informer du fait que le site ardhd.org a enregistré un nouveau record de consultation en mars 2001. En moyenne, ce sont plus de 4.600 pages par jour qui ont été consultées, ce qui dépasse largement toutes nos prévisions. Citons les pays dont le nombre de consultations (en %) est le plus élevé : les USA (*) sont en tête, puis la France, le Canada et Djibouti. Viennent ensuite la Belgique, l'Angleterre, les pays nordiques (Suéde, Norvège, Danemark) ; enfin une troisième catégorie avec l'Allemagne, le Japon, l'Australie, l'Arabie Saoudite et l'Egypte.

De nombreux services officiels se connectent règulièrement sur le site : Forces armées, Organisations mondiales, ONG, Gouvernements et Ministères, Ambassades, etc... Il est vraissemblable que d'autres services se connectent aussi mais plus discrètement, avec des adresses anonymes ...

Le site est désormais la référence internationale en matière d'information sur la dictature à Djibouti. La grande fiabilité de nos informations est reconnue de tous. Nous sommes certains, que ce contre-pouvoir médiatique, dérange énormément le système Guelleh et qu'il a contribué à éviter de nouvelles dérives dans le domaine du Respect des Droits de l'Homme à Djibouti.

Ce journal est fait pour nos lecteurs que nous remercions sincèrement pour leur fidélité. Nos remerciements s'adressent aussi et tout particulièrement à tous ceux qui nous envoient des informations pertinentes et vérifiées et surtout à ceux qui le font à partir de Djibouti en prenant des risques personnels. Nous félicitons pour leur travail permanent :

- l'équipe de Radio-Trottoir qui sait toujours glisser une pointe d'humour dans ses chroniques,

- la LDDH qui dénonce courageusement toutes les atteintes aux Droits de l'Homme et dont les communiqués sont toujours rédigés en termes mesurés parfaitement adaptés au contexte et à sa vocation, etc...

Tout cela nous encourage à poursuivre notre mission et à continuer la lutte contre la dictature aux côtés de tous les véritables opposants, et ce, jusqu'au retour effectif et confirmé de la paix, de la démocratie et de la justice à Djibouti. Car l'obstination dans ce domaine est porteuse de succès ...

(*) les statistiques concernant les USA sont toujours à prendre avec prudence, car plusieurs organismes (AOL, etc..) ont un accès à Internet via une adresse référencée aux USA, même si les utilisateurs sont situés dans un autre pays.

------------------------------------------ Sommaire ----------------------------------------------------

30/03 Libération de deux des quatre otages de l'ONU à Mogadiscio (Extrait AFP)

MOGADISCIO, 30 mars (AFP) - Deux des quatre otages européens, agents des Nations unies, détenus depuis mardi par des miliciens à Mogadiscio, ont été libérés vendredi matin, et les négociations se sont poursuivies toute la journée pour la libération des deux derniers.

Le Belge Pierre-Paul Lamotte, 34 ans, de l'UNICEF, et le Français Mohamed Mohamedi, 30 ans, de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), ont été libérés à 10H30 locales (07H30 GMT), et remis à Omar Muhamud Mohamed "Finish", le commandant par intérim de la faction du chef de guerre Musa Sudi Yalahow, dont les hommes étaient les auteurs de l'enlèvement.

Quatre membres expatriés des Nations unies avaient été enlevés par les milices de Musa Sudi mardi, lors de l'attaque des locaux de l'organisation humanitaire Médecins sans Frontières (MSF), puis séparés en deux groupes.

L'attaque s'était soldée par la mort de 12 Somaliens, pour l'essentiel des civils.

Les deux ex-otages ont été ramenés en milieu d'après-midi à Nairobi.

Les Britanniques Bill Condie, 61 ans, et Roger Carter, 41 ans, officiers de sécurité des Nations unies, sont toujours détenus.

"Les (deux) otages sont libres de quitter Mogadiscio sans condition. Ils ont été libérés par notre faction et ne seront pas remis aux mains du soi-disant Gouvernement national de Transition (GNT)", a déclaré Omar Muhamud Mohamed.

Les deux ex-otages ont été transportés par les miliciens de Musa Sudi du quartier du nord de Mogadiscio, où ils étaient détenus, au sud-ouest de la capitale, près de la Medina, sous contrôle des milices du chef de guerre.

"Les otages ont été traités humainement par leurs gardiens après l'intervention de notre faction en ce sens", a déclaré "Finish", ajoutant que Musa Sudi Yalahow avait ordonné lui-même la libération sans condition des deux otages.

Selon lui, les ravisseurs avaient agi seuls, de leur propre initiative, quand ils ont pris les expatriés en otage. "Finish" a assuré qu'aucune rançon n'avait été versée.

Musa Sudi Yalahow est l'un des plus farouches opposants au Gouvernement National de Transition mis en place en août 2000 à l'issue d'une conférence de réconciliation nationale à Djibouti. Le GNT est reconnu officiellement par les Nations unies comme le gouvernement de la Somalie, qui en était privée depuis la chute du président Mohamed Siad Barre en 1991 et livrée, depuis, aux luttes entre chefs de guerre rivaux.

Mais le GNT n'a jamais pu asseoir son autorité, en butte aux principaux chefs de guerre, et ne contrôle qu'une partie de la capitale. (...)

------------------------------------------ Sommaire ----------------------------------------------------

29/03 jeudi 29 mars 2001, 17h32 (Extrait d'une dépêche AFP / Nairobi)

Deux jours de captivité pour les quatre otages de l'ONU à Mogadiscio (AFP)

(..)

Les chefs de guerre réunis à Addis Abeba au sein du tout nouveau Conseil somalien de réconciliation et de restauration (CSRR), farouchement opposé au GNT, ont accusé jeudi ce dernier "d'être responsable" de l'enlèvement. En leur sein, Musa Sudi est lui-même l'un des opposants les plus virulent au GNT, mis en place en août 2000 au terme d'une conférence de réconciliation nationale à Djibouti, et reconnu officiellement par les Nations unies.

"La responsabilité de l'incident repose" sur le GNT "qui a mal orienté la délégation des travailleurs humanitaires par rapport aux réalités sur le terrain à Mogadiscio et dans le reste de la Somalie", affirme dans un communiqué le président du CSRR, le chef de guerre Mohammed Hussein Aïdid.

"Nous espérons qu'ils seront libérés le plus tôt possible", a-t-il ajouté. "Ils sont en de bonnes mains et bien protégés", a assuré un autre responsable du CSRR.

"Ils (GNT) envoient des gens dans des zones où ils n'ont aucune autorité et aucun contrôle", a précisé le co-président du CSRR, Hassan Mohamed Nur, dit Chati Gudud, chef de l'Armée de résistance Rahanwein (RRA) qui contrôle Baidoa (sud).

Hussein Aidid a enfin accusé l'actuel Premier ministre du GNT Ali Khalif Galaydh "d'interférence" dans les négociations pour obtenir la libération des derniers otages, en soulignant que "cela pouvait être dangereux pour la libération des derniers otages".

"Quelle que soit la raison de cette attaque, cibler des travailleurs humanitaires impartiaux est totalement inacceptable et les seules victimes sont les gens que nous essayons d'aider", a estimé la coordinatrice médicale de MSF pour la Somalie, Elena Grandio, dans le communiqué annonçant la suspension de ses opérations.

"Les victimes du choléra sont désormais en danger de mort dans le nord de Mogadiscio parce que nos stocks ont été pillés et nos équipements détruits" dans l'attaque, a-t-elle ajouté.



------------------------------------------ Sommaire ----------------------------------------------------

02/04 L'Ambassade de France n'a toujours pas répondu
à la question ouverte

que nous avions posée la semaine dernière, concernant les mesures que la France comptait prendre en faveur du Général Yacin Yabeh, à partir du moment où il était notoire que Guelleh n'avait pas tenu ses promesses.

La France continue-t-elle à soutenir Guelleh en toutes circonstances ?

------------------------------------------ Sommaire ----------------------------------------------------

04/04 La France continue à soutenir Djibouti. Après les versements financiers, elle vient de lui donner 2 vedettes rapides qui seront utilisées, n'en doutons pas, pour asservir et opprimer le peuple djiboutien.
Mais jusqu'où ira la France, dans son soutien abusif de la dictature, de la corruption, des violations des droits de l'homme à Djibouti
(ADI)

 

ADI/DJIB/898/185 MOTS

La Force navale reçoit 2 vedettes rapides octroyées par la France

DJIBOUTI (ADI) - 4 avril - La Force Navale de Djibouti a reçu mercredi 2 vedettes rapides octroyées par la France, dans le cadre de la coopération militaire entre la France et Djibouti, annonce l’Agence Djiboutienne d’Information.

Les deux vedettes ont été livrées au cours d’une cérémonie officielle de remise, qui s’est déroulée en présence du Chef d’Etat Major Général des Forces Armées Djiboutiennes le général Fathi Houssein et le Chef d’Etat Major de la Défense le général Zakaria Cheik Ibrahim.

Dans une allocution prononcée au cours de la cérémonie, l’attaché militaire à l’ambassade de France à Djibouti a fait observer que l’octroi des deux vedettes atteste de « la fraternité et l’amitié qui unissent la République de Djibouti et la France ».

En réponse, le commandant de la Force Navale de Djibouti a indiqué que la mise à disposition de deux vedettes permettra à la marine djiboutienne « d’être une force efficace et omniprésente au profit de notre République dont l’économie est largement ouverte sur la façade maritime ».

ADI-13H30 GMT- 4 AVRIL 2001

Note de l'ARDHD :
Aux termes du traité de défense qui lie Djibouti et la France, les forces françaises ont le devoir d'assurer la sécurité du territoire contre toute intervention étrngère. Guelleh n'a donc aucun besoin de matériel militaire pour se défendre contre les puissances étrangères ....

Le matériel militaire donné à Djibouti a donc pour vocation dêtre utilisé à l'intérieur du pays (la France n'ayant pas le pouvoir d'interférer dans les affaires intérieures ... ce qui reste à vérifier, car tout le monde sait bien que les militaires français ont fourni des renseignements importants aux militaires djiboutiens et qu'ils leur communiquaient les positions du FRUD, mais c'est un autre débat).

A l'intérieur du pays, c'est bien beau, mais contre qui ? Ce ne peut être que contre les djiboutiens eux-mêmes. Nous félicitons la France qui fait du commerce d'armes d'Etat et qui fournit au dictateur des moyens honteux pour asservir encore un peu plus les pauvres djiboutiens, déjà assommés par les pratiques du système Guelleh. Il n'est pas exagérré de parler de soutien abusif de la dictature par la France .

------------------------------------------ Sommaire -----------------------------------------------------

Les principaux responsables
d'actes de torture
à Djibouti.

En attendant que la justice pénale puisse instruire les plaintes des victimes de mauvais traitements, de spoliation, de viols, d'emprisonnement arbitraire et de torture (...), nous rappelons à l'opinion publique internationale les noms des tortionnaires qui ont été le plus souvent cités par les victimes.

- Colonel
Mahdi Cheikh Moussa,
- Colonel
Omar Bouh Goudade

- Lieutenant-colonel
Hoche Robleh


- Commandant
Zakaria Hassan

- Lieutenant Ladieh
- Lieutenant Mohamed Adoyta
- L'aspirant Haroun
- Le sous-officier Naguib
- L'adjudant Tane
- Kalifa
- Wagdi

Certains se seraient déjà réfugiés à l'étranger (USA et Canada) sous de fausses identités, mais ils sont placés sous surveillance, par les polices locales.

Nos informations sur la torture à Djibouti. et les récits des victimes

-------- Sommaire ---------

a

AFFAIRE ADEN ROBLEH AWALLEH, Président du PND


03/04 ADEN ROBLEH, convoqué par la Justice.


Nous venons d'être informés d'une nouvelle très urgente et grave.

Le dictateur ISMAÏL OMAR a fait envoyer ce matin une convocation à Aden ROBLEH. Elle vient de la Cour d'Appel de Djibouti et elle est signée par le président de la Chambre Criminelle, qui lui demande de se présenter devant le mercredi 4 avril prochain à 10 heures du matin.

La convocation parle d' interrogatoire, (dans le cadre de l'affaire café de Paris) ".

Monsieur ROBLEH fait savoir qu'il n'a aucunement l'intention de s'y rendre car il ne voit pas de lien entre l'affaire du café de Paris et lui-même. Selon les informations qui ont été récoltées auprès de différentes personnalités, le dictateur est fou-furieux !. Il est d'abord furieux parce que la France n'a pas condamné Monsieur Robleh dans cette affaire et c'est la raison pour laquelle il aurait décidé, semble-t-il, de le traduire devant " son " tribunal.

Mais surtout et ce n'est plus un secret pour personne, l'assasinat du juge BORREL a certainement un lien avec cette affaire. En effet, il est tout à fait possible que le magistrat, avant de sucomber à ses assassins, aient été en possession d'éléments permettant d'impliquer Guelleh dans cette affaire d'attentat. Cela pourrait expliquer le mobile du crime dont il a été victime !

En tentant de faire endosser (comme IOG a l'habitude de le faire) la responsabilité à quelqu'un d'autre, IOG imagine avec simplicité, que l'on oubliera l'affaire BORREL pendant quelques temps - toujours cela de gagné pour lui. Nous pensons qu'il se trompe véritablement.

De plus la situation du dictateur est très fragilisée à présent. Il craint maintenant un soulèvement populaire généralisé. Il craint que les parties politiques d'opposition ne prépare une grande mobilisation populaire avec des défilés pacifiques dans les rues, qui signifieraient sa chute. Il semble qu'il veuille prendre les devants en emprisonnant certains leaders politiques.

Monsieur Aden Robleh ajoute : "Voici ma position à propos de cette convocation : je n'ai pas l'intention de m'y rendre. C'est ce que j'avais toujours fait lorsque le régime me convoquait pour une raison ou pour une autre. Il envoyait toujours une section de sbires armés jusqu'aux dents pour m'emmener dans ses lieux. Ce sera la même chose cette fois-ci aussi. La section de sbires viendra certainement me chercher jeudi matin."

"La raison pour laquelle je ne réponds pas aux convocations du régime est fondée sur le principe suivant : il n'y a pas d'Etat de droit à Djibouti et toute arrestation qui me vise n'est qu'un ENLEVEMENT ou un KIDNAPPING. C'est ma philosophie pour ce qui concerne le régime djiboutien."

Nous restons très vigilants et attentifs à toutes les évolutions dans cette affaire et nous mettrons en oeuvre tous les moyens pour alerter l'opinion internationale et tous nos contacts.

Pour répondre à toute évolution dramatique de la situation, nous préparons une ALERTE ROUGE, qui mobilisera tous nos réseaux en faveur de Monsieur ROBLEH.

Mais que cherche Monsieur GUELLEH ? A être de nouveau désigné sur la scène internationale comme le mouton noir de l'Afrique de l'Est. Voilà une position qui ne l'aidera pas pour trouver de l'argent ... Le pouvoir, dit-on, rend fou ! Est-ce le cas ?

------------------------------------------ Sommaire ----------------------------------------------------
04/04 Comme nous l'annonçions hier soir, Aden Robleh a été incarcéré ce matin à Gabode dans la tristement célèbre Cellule 12- L'alerte rouge sera lancée dès demain matin.


LIGUE DJIBOUTIENNE DES DROITS HUMAINS
L.D.D.H
Le Président NOEL ABDI Jean-Paul
SIEGE Q.V. BOULEVARD DE GAULLE
BUR TEL (fax) : (253) 35 78 04
DOM TEL (fax) : (253) 35 80 07
B.P. : 74 - DJIBOUTI - RDD
e-mail : noel_lddh@intnet.dj
http://www.ardhd.org/lddh.htm


COMMUNIQUE DE PRESSE 8/01/LDDH
Du 4 avril 2001


 

Nous venons d'apprendre que le Président du PND, membre du Haut Conseil de l'ODU, Monsieur Aden Robleh Awaleh a été arrêté à 12h10, à son domicile sis à l'aéroport par les Forces Nationales de la Police (FNP) et transféré directement à la sinistre prison de Gabode dans la cellule 12.

Le Président Aden Robleh, qui avait été convoqué pour ce mercredi 4 avril 2001, a fait déposer une lettre expliquant son refus à se présenter au Tribunal.

Le lundi 5 mars 2001, à l'occasion de fête de l'AID AL ADHA, le Président du Parti National Démocratique (PND), Monsieur Aden Robleh Awaleh, avait prononcé un important discours à l'attention de ses militantes et militants.

Lors de son discours, il avait fait remarquer dans les termes suivants :

" Comme toujours, je dis et redis : nous n'avons pas besoin de fusils pour mettre un terme à cette situation de non droit à laquelle nous sommes confrontés. Une forte mobilisation politique de notre peuple suffit. Il faut savoir que les grèves, les manifestations publiques pacifiques sont des droits inaliénables. "

Le Président Aden Robleh aurait ces derniers temps, entrepris des démarches et des contactes en vue de la concrétisation de la mobilisation politique et pacifique pour les semaines avenir.

La LDDH reste en alerte et suivra avec vigilance les conditions d'incarcération de cet homme politique et le bon déroulement du procès.

------------------------------------------ Sommaire -----------------------------------------------------


PND
PARTI NATIONAL DEMOCRATIQUE

------------
LIBERTE - RESPONSABILITE - SOLIDARITE
------------
B.P : 10204
Tel : 34 21 94
Adresse internet : awaleh@intnet.dj
-------------
DJIBOUTI
-------------



Communiqué


 


L'affaire dite du " café de Paris " n'est qu'un prétexte à un règlement de compte politique dont la cible est l'opposant que je suis.


Il n'y a pas d'Etat de droit à Djibouti.

Je me considère comme l'otage d'un clan tribal à la tête duquel se trouve M. Ismaël Omar Guelleh.

 


Fait à Djibouti, le 4 avril 2001


 


ADEN ROBLEH AWALEH
Président du PND


 

------------------------------------------ Sommaire -----------------------------------------------------

05/04 ALERTE ROUGE A DJIBOUTI

Arrestations arbitraires et suspicion de torture

APPEL D'URGENCE POUR OBTENIR LA LIBÉRATION

de Monsieur Aden Robleh Awalleh,

Président du PND et membre du Haut-Conseil de l'Opposition Djiboutienne Unifiée.


Le contexte :
Monsieur Aden Robleh Awalleh a été arrêté arbitrairement le mercredi 4 avril 2001 à son domicile. Les forces de police l'ont directement conduit à la prison de Gabode, sans même qu'il ne soit entendu par un officier de policier judiciaire ou par un juge, ce qui confirmerait que la décision est essentiellement politique ...

Il a été incarcéré dans la cellule 12.

Arrestation arbitraire :
Monsieur Aden Robleh est le président-fondateur du Parti National Démocratique (PND), l'un des rares partis à avoir été reconnu par la dictature. Il est membre du Haut-Conseil de l'Opposition Djiboutienne unifiée (ODU).
Il semble, selon nos informations, que la dictature souhaite l'impliquer dans l'affaire dite du Café de Paris où un attentat en septembre 1990 avait causé la mort de plusieurs personnes dont des français et un enfant. Le procès des accusés dans cette affaire doit s'ouvrir le 9 avril 2001 à Djibouti.

Bien que mis en cause en France, mais non jugé semble-t-il, Monsieur Robelh aurait pu être interrogé depuis plusieurs années par la Justice Djiboutienne, si elle l'avait souhaité. Depuis plusieurs années, il n'a pas quitté le pays. Son incarcération, sans aucune audition, quelques jours avant l'ouverture du procès est très suspect. Elle pourrait confirmer la décision purement politique d'emprisonner non pas un accusé dans ce procès, mais tout simplement l'homme politique d'opposition qu'il est.


Suspicion de torture :
La cellule 12 est tristement célèbre, parce que de nombreuses personnalités y ont été enfermées, en particulier Me Aref Mohamed Aref, durant les mois de février et de mars 1999. Cette cellule est en fait des latrines. Elle mesure 1,5 m sur 1m et le prisonnier ne peut pas s'allonger à l'intérieur. En dehors du niveau dramatique d'hygiène que l'on peut imaginer, cette cellule n'a pas de toit, ce qui fait que le prisonnier est soumis en permanence aux rayons du soleil, à la chaleur et à la poussière, ce qui est catastrophique à Djibouti où la température atteint 40° C (à l'ombre) en cette saison, pendant la journée.


L'incarcération dans la cellule 12 a toujours été dénoncée par de nombreuses ONG internationales incontestables. Les conditions réservées aux détenus dans cette cellule sont dégradantes et inhumaines et elles peuvent être qualifiées d'actes de torture.

Nous avons eu confirmation que la prison refuse que Monsieur Robleh ne reçoive aucune nourriture depuis deux jours.

Nos appels :
aux hommes politiques français et européens
pour qu'ils interviennent auprès des gouvernements français et djiboutiens afin d'obtenir la libération immédiate de Monsieur Aden Robleh, prisonnier politique et qu'il soit mis un terme définitif aux pratiques barbares qui sont courantes à Djibouti.

Il est temps que la communauté internationale et plus spécialement européenne prenne la véritable mesure de toutes les violations des Droits de l'Homme qui sont commises chaque jour par le régime de Monsieur Guelleh :

- tortures dans les locaux de la police et de l'armée,
- assassinats (y compris le possible assassinat d'un juge français)
- viols par l'armée et par la police de femmes et d'enfants,
- spoliation : maisons, terres, etc..
- destruction systématique dans le Nord de villages, de cheptels, de dispensaires, d'écoles et de point d'eau,
- détournement de l'aide internationale au profit du dictateur et de ses proches et corruption généralisée en particulier par les Ministres en exercice,
- organisation d'une situation de terreur contre tous les nationaux : écoute téléphonique, harcèlement policier, menaces contre les familles, etc...

aux ONG
pour qu'elles appuient notre appel et pour qu'elles diffusent l'information


aux journalistes et aux média
pour qu'ils relayent nos informations, ce dont nous les remercions à l'avance


 

Contact :

Jean-Loup SCHAAL
ARDHD - Association pour le Respect des Droits de l'Homme à Djibouti
Tel ..+ 33 (0)1 46 34 70 70
Fax .+ 33 (0)1 46 34 25 93
Courriel : jlschaal@ardhd.org
Site : http://www.ardhd.org


------------------------------------------ Sommaire -----------------------------------------------------

 

BRUITS ET RUMEURS

Attention : les informations publiées dans cette rubrique ne sont pas encore vérifiées. Il s'agit essentiellement d'informations que nous recevons et qui devraient se révéler exactes. Comme il y a un certain coefficient de risque, nous tenons à dire que ces informations n'engagent pas notre support qui utilise avec prudence le conditionnel. Les parties éventuellement concernées peuvent nous adresser un démenti ou un droit de réponse sur ces sujets. Ils seront publiés aussitôt.

30/03 - Relance de l'affaire BORREL - Tous les dangers pour Guelleh ?
Le nouveau juge d'instruction Jean-Baptiste Parlos (membre du bureau de l'Association française des magistrats instructeurs) qui a pris la suite, après la dessaisie des juges Le Loire et Moracchini, aurait achevé de prendre connaissance du dossier et il n'aurait pas été convaincu par la thèse du suicide. Selon nos informations et nos analyses, nous ne serions pas surpris d'apprendre que le juge français décide de procéder à l'audition des différents témoins ; des français "importants" et des djiboutiens pourraient ainsi être convoqués. Nous espérons recevoir plus d'informations dans les prochains jours. Il y a tout lieu de penser que l'affaire ne sera pas enterrée avec ce nouveau magistrat.

Un nouveau souci pour Guelleh ?

Pourra-t-il encore faire défiler 'par la force', les populations dans la rue de la capitale, pour attester de sa non-culpabilité ?

La fameuse 'famille judiciaire' va-t-elle de nouveau témoigner de son entière confiance envers le dictateur, au risque d'achever de se décrédibiliser et de se ridiculiser ?

------------------------------------------ Sommaire ----------------------------------------------------

01/04 Le triste séjour en Erythrée

Nous écrivions dès son retour, que le séjour de Guelleh en Erythrée s'était fort mal passé. Les informations que nous venons de recevoir sont beaucoup plus précises et elles montrent que c'était plus grave. IOG n'aurait été reçu qu'une seule fois et pendant peu de temps, par le Président de l'Erithrée (Cela se voyait même à la TV djiboutienne et les djiboutiens s'en amusaient beaucoup). Le reste du temps, c'est le chef de Cabinet et le porte-parole qui ont accompagné la visite. Quant à Odette, c'est encore plus grave dans la mesure où l'épouse du Président n'a pas souhaité la recevoir personnellement.

Donc les relations d'IOG avec l'Erithrée ne sont pas au beau fixe. Comme il s'est déjà fâché avec les Ethiopiens, il a perdu deux atouts avec sa politique, qu'il voudrait habile, de jouer sur deux tableaux à la fois. Mais rassurons-nous, comme Guelleh est éthiopien, il finira par se réconcilier avec ses concitoyens.

------------------------------------------ Sommaire ----------------------------------------------------

01/04 Le drapeau israèlien flotterait sur le territoire de Djibouti !

Il semble que le système d'écoute israélien ait bien été installé et qu'il soit fonctionnel. Les antennes seraient visibles depuis deux à trois semaines. Des témoins nous ont confirmé qu'on pouvait les voir de l'avion en approche de l'aéroport de Djibouti. Les israéliens n'auraient même pas chercher à se cacher, dans la mesure où leur drapeau flotterait au-dessus des installations.

Notre mission n'est surtout pas de lancer une polémique autour de l'état d'Israël, sujet qui est largement abordé par tous les média et qui ne concerne nullement notre Association, mais nous nous étonnons simplement du fait qu'un État membre de la Ligue Arabe et qui lui est financièrement dépendant, laisse le drapeau hébreu flotter sur son territoire. Que vont penser les pays amis de la Ligue ?

De nouveau Guelleh semble s'être engagé dans une voie dangereuse, en jouant sur deux tableaux à la fois. Gare aux retombées ! ... pour les djiboutiens, comme toujours !

------------------------------------------ Sommaire ----------------------------------------------------

01/04 Guelleh a-t-il décidé de vendre le pays 'par appartement' ?
Deux exemples catastrophiques de pillage écologique
qui serviront à augmenter la fortune d'IOG....

Après avoir organisé la cession du port de Djibouti à une entreprise du Koweit, nous venons d'être informés des faits suivants :

- Guelleh aurait vendu le sel du Lac Assal. Les témoins que nous avons rencontrés, nous ont expliqué que déjà, une partie de la banquise de sel qui constituait cet ensemble quasi-unique, avait été prélevée sur une surface très importante. L'un des Ministres se serait même exprimé contre la poursuite du pillage écologique.... On lui aurait répondu que le montant de la recette était tel qu'il était d'impossible d'arrêter l'opération. Un pillage écologique de plus au crédit de Guelleh.

- Guelleh aurait aussi vendu la faune marine aux japonnais. On parle d'un navire industriel japonais qui croiserait dans les eaux territoriales de Djibouti. Aux termes d'accord signés avec Guelleh, les équipes japonnaises captureraient les poissons exotiques que l'on trouve en grande quantité dans les eaux du Golfe de Tadjourah et de la Mer Rouge. Ces poissons seraient conditionnés pour rester vivants et ils seraient expédiés au Japon. Combien pour Guelleh dans l'opération ? Un autre pillage écologique.

------------------------------------------ Sommaire ----------------------------------------------------

01/04 Désormais les retards de salaire touchent aussi les policiers
et les militaires, dans une moindre proportion, mais attention aux conséquences !

Jusqu'à présent, IOG avait soigné ses forces armées et policières qui n'avaient pas été véritablement privées de leurs salaires, contrairement aux autres fonctionnaires qui accusent des retards allant parfois jusqu'à neuf mois ....

Mais aujourd'hui, les finances sont de plus en plus tendues : décision du FMI de geler les paiements en cours, mauvais accueil en Jordanie, par l'Egypte et par le Yémen, des demandes exprimèes par IOG. Même si l'argent français est toujours versé avec générosité au dictateur, il ne suffit même plus à satisfaire ses besoins. C'est ainsi que les militaires et les policiers commencent à subir le sort de tous les fonctionnaires. On parle déjà de deux à trois mois de retard.

Que va faire IOG ? Surtout que l'on sait qu'il prépare sa grande offensive dans le Nord, contre le FRUD, pour essayer de faire plier DINI. Des soldats non payés auront certainement moins envie de se battre et de recevoir des balles ..... !

Les enfants, premières victimes du système Guelleh

Cette situation catastrophique de non-paiement des salaires est complètement imputable à Guelleh. Elle a des répercussions à tous les niveaux et particulièrement sur les enfants. Il suffit de lire une dépêche parue dans l'ADI pour mesurer l'écrasante responsabilité qui pèse sur les épaules d'IOG. Peut-on la qualifier de nouveau chef d'accusation dans une procédure visant à le juger pour "Crimes contre l'humanité" ?

(...) "De son côté, Pr Cuisinier-Raynal, membre de l'Institut de Santé Publique de Bordeaux et chargé d'enseignement dans les environnements des pays en voie de développement, a souligné « qu'il est anormal que dans les environnements tels que ceux de Djibouti, il y ait un taux de malnutrition qui soit très important ». (...)

(...) "Au manque de moyens et de personnel qualifié constituant un obstacle à la bonne marche des centres de récupération nutritionnelle, vient s'ajouter, selon le pédiatre, « le manque de motivation parmi le personnel de santé » imputable essentiellement au décalage des salaires. " (...)

Ce n'est pas nous qui le disons, mais c'est l'ADI, organe officiel de communication de Guelleh qui reprend les propos d'un éminent Professeur français...

Pourquoi les enfants sont-ils mal-nourris : parce que Guelleh a affamé la population, pardi ! Il a ruiné l'économie et il ne paye plus les fonctionnaires. Comment les familles pourraient-elles bien nourrir leurs enfants dans ces conditions ? Elles souffrent de la situation, elles se sacrifient pour leurs descendants, mais quand il n'y a plus rien à la maison, que fait-on ? C'est la question que se posent une majorité des djiboutiens.

Pourquoi le personnel hospitalier n'est plus motivé ? C'est écrit dans la dépêche : parce qu'il n'est pas payé !

Cherchez le responsable ! A qui profite le crime, Cher Watson ?

------------------------------------------ Sommaire ----------------------------------------------------

L'HOMME
OU LA FEMME
DE LA
SEMAINE.

Dans cette rubrique nous signalons à l'opinion internationale, celle ou celui qui s'est distingué(e)
- soit par son zèle pour soutenir la dictature,
- soit en violant les Droits de l'Homme : cruauté, tortures, exécutions sommaires, emprisonnements arbitraires, viols, assassinats, destruction de cheptels ou de point d'eau, destruction d'écoles ou de centres de soins, etc. .

Auront-ils à répondre un jour de leurs actes
et de leurs crimes
devant un tribunal pénal international ?


Rappel des personnages
déjà "élus" :

LA LIBERTÉ N° 17 -
Mme LEILA,
juge d'instruction

LA LIBERTÉ N° 19 -
Omar FARAH,
gendarmerie d'Ali Sabieh

LA LIBERTÉ N° 29 -
Le général Yacin YABEH,

LA LIBERTÉ N° 32 -
Le directeur de la Prison de Gabode,

LA LIBERTÉ N° 33 -
Ali Mohamed ABDOU,
procureur général

LA LIBERTÉ N° 35 -
Mme Hawa Ahmed YOUSSOUF
Ministre déléguée conjointement avec M. Le Représentant de l'UNICEF à Djibouti.

LA LIBERTÉ N° 36 -
M Ibrahim Idriss DJIBRIL,
Ministre de la Justice, conjointement avec M Mohamed Ali ABDOU, procureur général de Djibouti (2ème nomination)

BULLETIN N° 4 -
Lieutenant GUELLEH de la FNP

BULLETIN N° 7 -
Le responsable des forces de police
qui a donné l'ordre le 24 juin de tirer à balles réelles sur Daher Guedi FOUREH.

BULLETIN N° 16 -
M Yacin Elmi BOUH,
Ministre de l'Économie et des Finances.

LA LIBERTÉ bulletin N° 23 -
M. Yacin Elmi BOUH,
Ministre de l'Économie et des Finances (2ème nomination)

LA LIBERTÉ bulletin N° 28 - Monsieur Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de l'Intérieur

LA LIBERTÉ bulletin N° 29 - Monsieur MOGUEH, Ministre délégué aux affaires musulmanes

LA LIBERTÉ - bulletin N° 32 -
Madame Nima Ali Warsama,
Juge d'instruction

LA LIBERTÉ - bulletin N° 36
Monsieur Ali Mohamed Daoud -
Ministre de l'Agriculture et du développement rural.

LA LIBERTÉ - bulletin N° 37
Le Lieutenant-colonel Abdourahman Ali Kahin,
Chef du groupement de police du district de Djibouti.


LA LIBERTÉ - bulletin N° 40
Le procureur IBRAHIM,

LA LIBERTÉ - bulletin N° 42
M. Idriss Arnaoud Ali, Directeur de Publication du Journal le Progrès, Président de la Commission Permanente de l'Assemblée Nationale et Secrétaire Général Adjoint du Parti RPP.

-------- Sommaire ---------------

 

30/03 La situation des Droits de la femme djiboutienne pourrait se poser devant les tribunaux français. Une évolution de la jurisprudence est-elle possible ?

On nous a transmis le cas d'un femme, réfugiée en France, issue de la communauté Afar, qui a vécu à Djibouti où elle travaillait dans une entreprise.

Auparavant, sa soeur aînée avait été contrainte par sa famille de se marier avec un homme âgé qu'elle ne souhaitait pas épouser ; pour échapper à ce mariage forcé elle s'était immolée par le feu.

Plus tard, cette femme se retrouve dans la même situation, contrainte par sa famille à un mariage qu'elle refuse. Une dote a déjà été versée aux parents.


Une de ses amies, elle aussi dans la même situation, a tenté de s'opposer à son mariage forcé en allant voir la police. En sa présence, les policiers téléphonent à la famille puis refusent d'enregistrer la plainte considérant qu'il s'agit d'un simple différent familial.


La jeune femme a alors décidé de quitter le pays et de se réfugier en France pour demander le droit d'asile sur ces motifs.

Jusqu'à présent les tribunaux français se refusaient à reconnaître ce motif, pour accorder aux femmes, le droit d'asile .... La situation pourra-t-elle évoluer ?

Il est vrai que les hommes politiques craignent, dans le cas, où ce motif serait reconnu, un afflux d'émigrantes venant des différents pays où les femmes sont contraintes à des mariages forcés.


----------------------------------------------------- Sommaire ----------------------------------------------------

 

COURRIER DES LECTEURS
Nous reprenons le contenu intégral des lettres qui nous sont adressées. Nous publierons aussi les messages des lecteurs qui souhaitent répondre. L'ARDHD n'assume aucune responsabilité quant au contenu des messages de cette rubrique. Ils sont publiés sous la responsabilité entière de leurs auteurs. L'ARDHD rappelle qu'elle ne soutient aucune action politique, ni aucun parti et qu'elle milite exclusivement en faveur de la Paix et des Droits de l'Homme. Pour des raisons de sécurité, les messages sont publiés sans les noms des auteurs (sauf demande formulée avec précision par l'auteur)


30/03 Un groupe 'MAFFIEUX' très puissant en Afrique de l'Est





Quelle est la relation qui unit Ismail OMAR GUELLEH, Abdourahman BORREH et Abdoulkassim SALAT HASSAN.

Tous les trois se connaissaient à l'époque où Abdoulkassim SALAT était ministre de ZIAD BARREH, IOG chef de Cabinet de Gouled et Abdourahman ou Charles BORREH petit commerçant pas très connu.

Leurs trafics habituels :
1) Les armes dans la région
Il faut se souvenir que l'État Éthiopien avait demandé l'extradition de BORREH vers l'Éthiopie parce qu'il était impliqué avec le Ministre de la Défense dans un trafic d'armes.


2) Blanchiment d'argent
Achat dans des conditions fort contestables du Sheraton et de certaines sociétés d'assurances à Djibouti.


3) Trafic de faux billets
Récemment à Londres, 40 milliards de Schelling Somalien ont été imprimé, chez un spécialiste de ce genre de travail. Les faux billets ont été convoyés ensuite vers la Somalie où ils ont été introduits progressivement en échange de vrais billets. Les commerçants et les quelques étrangers qui vivent sur place font les frais de l'escroquerie, puisqu'au cours d'opérations de change, ils donnent des bons billets et ils reçoivent en échange de la fausse monnaie. Comme cela le trio récupère des vrais billets étrangers (Dollars etc…) et laisse les faux billets imprimés à Londres, aux pauvres Somaliens.


Le soit-disant Président somalien choisi par Guelleh et désigné par 1.200 personnes à ARTA est toujours d'accord avec son camarade et associé I.O.G. pour solliciter la charité de la ligue Arabe, ce qui a été fait à deux reprises, en Égypte et plus récemment en Jordanie, sans grand succès semble-t-il.

Actuellement, l'Éthiopie grince des dents, mais un jour ce sera l'explosion.



Kahim A.A
Londres

----------------------------------------------------- Sommaire ----------------------------------------------------------

30/03 Lettre ouverte à tous les États Arabes
pour attirer leur vigilance sur les relations djibouto-israèliennes

Nous aimerions conseiller à tous les États Arabes, présents lors du Sommet de la ligue Arabe en Jordanie qui se déroulera les 27 et 28 mars 2001 de demander à Ismaïl Omar Guelleh de clarifier sa position et son objectivité politique, culturelle et stratégique, car nous rappelons que :

- lors du sommet précédent tenu en Égypte au mois d'octobre 2000, l'ensemble des États Arabes ont décidé de rompre les relations diplomatiques, économiques et commerciales avec l'État hébreu (à l'exception de l'Egypte et de la Jordanie qui ont signé des accords de paix avec ISRAËL dans le passé).

- lors du sommet des États Islamiques, de la même année, au Qatar, il a été aussi demandé à tous les membres de rompre leurs relations avec ISRAËL

Or M. Ismaïl OMAR GUELLEH, Président de la République de Djibouti n'applique pas ces décisions. Bien au contraire, il a noué des relations non seulement politiques et économiques, mais surtout militaires et sécuritaires avec Israël, contrairement aux motions votées lors des sommets cités ci-dessus.

Nous faisons allusion à une copie d'un courrier qui a été publié sur votre site (N° 32 et 33) et dans lequel Mme Mariam KOUMANEH, Directrice des Relations Multilatérales au Ministère des Affaires Étrangères, correspondait directement avec le service diplomatique de l'Ambassade d'Israël à Addis Abbeba en vue d'attribuer un visa pour Djibouti à un officier du renseignement israélien. De même des membres de la garde présidentielle se sont envolés, via Addis Abeba pour suivre une formation spécifique sur le territoire d'Israël.

Nous dénonçons aussi la présence de deux officiers supérieurs israéliens (actuellement logés dans un hôtel à Djibouti) qui assurent la formation des autres membres des gardes présidentielles de Messieurs Ismail OMAR GUELLEH et Abdoulkassim SALAT HASSAN.

Nous n'ignorons pas non plus que ces deux officiers israéliens ont amené avec eux, par le même vol, des armes destinées à équiper ces mêmes unités.

Nous précisons finalement que des moyens de transmission et d'écoute sophistiqués d'origine israélienne ont été mis en place dans le Nord-est du pays de façon à écouter les pays arabes voisins. De ce fait Djibouti, bien que membre de la ligue islamique, doit être considéré désormais comme une base arrière d'Israël.

Pourquoi M. Ismaïl Omar Guelleh agit-il ainsi ?

Parce qu'il est frappé par l'obsession de profit et d'intérêt personnel.

En conclusion, nous souhaitons que les pays frères Arabes soient très vigilants aux différentes demandes habituelles de subvention / charité qui leur sont adressées par I.O.G. Toute aide financière est directement transférée dans sa poche pour compléter ses avoirs. Toutes les aides alimentaires sont vendues à l'étranger à des fins de profit personnel, et tous les dons de matériel militaire / armement sont utilisés contre son propre peuple, pour maintenir un climat de terreur..


D.O.I.
(Canada)

----------------------------------------------------- Sommaire ----------------------------------------------------------

02/04 Demande d'indulgence pour le citoyen Idriss ARNAOUD

Paraître comme "Homme de la Semaine"sur un site internationalement et massivement lu , quand on sait dans quel esprit ce prix est décerné, n'est pas bon signe, cela pourrait même être lourd de conséquences, aussi je voudrais plaider le cas de ce pauvre homme qu'est Arnaoud .

Admettez que ses paroles ou plutôt ses écrits ne sont pas vraiment insultants.

Pour preuve:

vermine=ensemble d'insectes qui rongent, piquent.

Tout le monde sait que la LDDH ronge certains et qu'elle pique fortement dès lors que le pouvoir en place ne respecte pas le droit humain de tout citoyen. Aussi doit-on considérer cette attaque comme une marque de reconnaissance de la positivité de ladite association.

Abeysso=une espèce de serpent (en langue somalie).

Ce deuxième qualificatif peut également être considéré comme un second compliment. Le serpent saisit sa proie à la moindre inattention. Ainsi fait la LDDH à la connaissance de toute dérèglementation, détournement du droit humain des gens vivants sur ce bout de terre. Vous avouerez que ce n'est pas la première fois que l'on voit le vice accuser la vertu.

Pour la petite histoire le malheureux élu de la semaine aurait avoué que souvent, en portant quelques feuilles de khat à la bouche, il s'était surpris à penser : "j'aimerais dignement servir mes électeurs,comme au temps où j'étais "étudiant"et que je défendais d'autres ideaux ô combien nobles ! " (radio trottoir).

Il ne sait si c'est Dieu ou le diable qui l'entraine dans un autre chemin plus tortueux au bout duquel miroite une lueur d'espoir...Depuis plusieurs années, il murmure à l'oreille de sa charmante moitié "un jour je serai Ministre ! Chut !". Et le temps passe, et les gouvernements changent et toujours rien. Mais il persévère et chaque fois que la carotte lui est tendue, il fait ce que son maître lui ordonne. Mesdames et messieurs soyons indulgents et disons que l'homme a ses faiblesses.

"Guul Wade" Idriss ne comprend pas que son "Abo Guul Waaye" ne jouisse plus auprès de ses pairs de la notoriété que son titre lui accorde, qu'il n'ait plus d'amis à l'extérieur, même pas dans les pays voisins. Aussi croyait-il qu'il était de bonne guerre d'accuser l'opposant DAF et la LDDH d'être manipulés de l'extérieur.

Il a écrit cela sur ordre, lors d'une de ces séances quotidiennes de khat particulièrement arrosées de sa forte boisson favorite. Compte-tenu de ce que l'on peut considérer comme circonstances atténuantes, je concluerai en disant :

De grâce ne jetez pas la pierre à ce misérable griot qui n'est après tout que la voix de son maitre à qui il ne reste plus que l'invective et l'insulte après avoir perdu l'honneur et la raison.

N. A.
Canada


----------------------------------------------------- Sommaire ----------------------------------------------------------

02/04 Un appel de détresse de la famille du Général Yacin Yabeh.

Je suis vraiment déçu de ce qui se passe dans mon pays. Je prend la plume aujourd'hui car je suis extrêmement déçu de constater comment des hommes comme Hassan Said, le directeur de la S.D.S et le Ministre de l'Interieur Abdallah Abdillahimon père le Général Yassin Yabeh traite mon père.

Ce qui m'a le plus 'cassé', c'est le fait que notre Président ne respecte aucun de
ses engagements vis-à-vis de mon père.

Mon père subit actuellement des tortures morales, ma mère et la famille, même-nous ... ses enfants nous n'arrivons pas à accéder dans sa cabine ses derniers temps et les hommes sus-cités n'arretênt pas de le harceler.

Je trouve vraiment cela écoeurant. Le comble c'est le fait que le Président n'intervient pas sous le faux prétexte (peut- être) qu'il ne serait pas au courant de ce que fait Hassan le noir !

Mais il faudrait qu'il sache néanmoins que mon père est un homme diabétique et sa santé est imcompatible avec de telles conditions de détention. Qu'il sache aussi que s'il arrivait quelque chose à mon père, ce serait lui, Guelleh qui en porterait l'entière responsabilité. Il ne pourrait pas invoquer l'ignorance, car il y a des écrits qui ont été faits et qu'il est censé les respecter.

----------------------------------------------------- Sommaire ----------------------------------------------------------

02/04 Milochevic est enfin tombé, grâce à la pression internationale !

Monsieur Milochevic est tombé sous le coup des dispositions du code pénal Yougoslave et des lois qui organisent la répression des crimes et des délits dans son propre pays. Et comble de l'ironie, ce sont des lois qu'il avait défendues pendant plus de 12 années.

Lorsqu´un peuple se reveille contre une dictature cruelle, rien ne peux plus l´arrêter. Et le peuple finit toujours par triompher. La voie du peuple de la yougoslavie á été entendue par les Européens et par les USA.

Sans la pression de la communauté internationale, Monsieur Milochevic ne dormirait pas en prison aujourd´hui.

Nous prions les USA et les Européens de cesser la politique du silence à l'égard des dictateurs africains et en particulier Messieurs Hassan Gouled et Ismail Omar Guelleh et de mettre en oeuvre tous les moyens pour libérer le peuple djiboutien de cet esclavage permanent.

Le peuple djiboutien, les Associations, le Gouvernement français, détiennent des preuves irréfutables contre ces deux Messieurs. Ils ont de quoi les traduire cent fois en justice pour les crimes qu'ils ont commis, y compris avant l'indépendance comme l'élimination des leaders du FLCS ( Front de Libération Cote Somalie ). Certains sont toujours vivants tel ADEN ROBLEH AWALEH et ils pourraient témoigner devant une juridictions internationale.

Monsieur ADEN ROBLEH AWALEH a raconté en détail dans une interview donnée à la BBC section Somalie la maniére dont il a été mitraillé par M. Idriss Omar Guelleh sur l´ordre de Hassan Gouled. (Idriss Omar Guelleh est le frére de IOG)

Nous lançons un appel vibrant et plein d'espoir aux USA et aux Européens pour qu'ils prennent leur responsabilité et qu'ils fassent traduire en justice tous ces dictateurs africains qui n'ont jamais cessé de faire souffrir leur peuple.


Si le successeur de Hassan Gouled avait été élu démocratiquement, nous n'aurions pas IOG au pouvoir. Le successeur aurait alors été dans l'obligation de faire juger Hassan Gouled et IOG pour crimes contre le peuple djiboutien, corruption et enrichissement personnel avec les deniers publics.

----------------------------------------------------- Sommaire ----------------------------------------------------------

FAIRE-PART de MARIAGE

La communauté djiboutienne de Poitiers et l' Amicale Djibouti-Mer-Rouge (ADMR)
ont le plaisir d'annoncer,

le mariage de SASSO IBRAHIM LOUBACK avec NATHALIE GION

Les festivités de cette union auront lieu le samedi 14 Avril 2001 à Poitiers

Cet événement sera célébré dans la pure tradition djiboutienne .

Nous leur souhaitons nos meilleurs voeux de bonheur et une longue vie.

LES DJIBOUTIENS DE POITIERS.



L'ARDHD se joint aux deux Associations pour adresser tous ses vœux de bonheur aux futurs époux.

----------------------------------------------------- Sommaire ----------------------------------------------------------

 

04/04 - Radio-Trottoir : Votre chronique

Sur une toile de vérité et après le voyage à Pékin, l'équipe de Radio-Trottoir a le plaisir de reproduire intégralement les dernières confessions muettes d'un individu seul avec lui-même, d'un individu qui a perdu toute confiance, d'un individu qui a peur de son ombre, l'ombre de son gros corps.




Monologue intérieur
IOG seul avec IOG.


Propos recueillis dans l'obscurité totale et le silence complet, assis dans le confort sur le sable doux du Palais d'Haramous, assis dans la plus grande intimité solitaire, assis seul avec lui-même.


- Ma Muse, que t'ai-je fait, que me reproches-tu ?
- Ma tendre Muse qui ne veut plus me répondre, qui m'a abandonné, je suis désemparé.
- Ma vieille Muse, qui, le soir avant de m'endormir, amusait et flattait par des danses et des chants mes oreilles égarées par mes bouffons.
- Muse de mauvais présages as-tu basculé, toi aussi, dans le camp de l'Opposition Unie Contre MOI (OUCM).
- Muse de mauvais présages, je n'ai plus besoin de tes chants et tes danses, de toutes les façons, je n'ai besoin de personne, mon argent et moi-même se suffisent, et me suffisent.
- Muse de mauvais présages, je n'ai plus besoin de toi, je n'ai plus besoin de dormir. Après une journée harassante avec mes bouffons, j'ai tout mon temps, j'ai tout le temps pour mon monologue intérieur, j'ai toute ma douce nuit. Non de Muse !


Scène I

Revenons à nos moutons ! Où en suis-je exactement ?

Bientôt deux ans, bientôt le deuxième anniversaire de mon intronisation grâce au Coup d'Etat électoral de mon ancien ami de 40 ans, anniversaire que je vais fêter tout seul et sans le général Yacin Yabeh, cet ami qui commençait à s'enrichir et qui se considérait déjà avec son argent plein les as comme prochain Président, et à cette allure avant même la fin du mandat de cette première intronisation.

J'ai bien fait de l'envoyer à Gabode, mieux vaut prévenir que guérir surtout avec des généraux qui s'enrichissent. D'ailleurs personne n'a le droit de s'enrichir à part Moi.

Bientôt deux ans et j'ai rien fait d'autre que, de m'enrichir et celui d'avoir créé à Arta un Gouvernement pour l'instabilité somalienne qui doit, par ricochet, mieux déstabiliser cette Ethiopie qui se veut forte et arrogante à mon égard, cette Ethiopie qui a fait éclater ma famille, lors du massacre de Cayshaca en 1962, cette Ethiopie qui m'a obligé à prendre, après ce massacre, le chemin de l'exil vers ce pays que je n'arrive pas à gouverner, auprès de ce peuple que je n'arrive pas à comprendre, que je n'arrive pas à saisir, auprès de ce peuple que je n'arrive pas à dompter, que je n'arrive pas à mettre sous mes pieds, auprès de ce peuple d'ignorants, auprès de ce peuple qui ne sait même pas se débrouiller en volant de l'argent pour me remettre la très grande partie de l'argent volé et garder le reste.

Il n'y a rien à tirer de ce " pauvre " peuple, seul le bâton et un peu de carotte devraient être suffisant pour me maintenir durant une période au moins un peu plus longue que celle de mon vieil oncle du troisième âge, au moins un quart de siècle. Mais cette " fichue " autoroute de l'information, ce " fichu " Jean-Loup SCHAAL de " La Liberté " commencent à m'épuiser, à cause d'eux ma théorie : " qu'on me déteste, pourvu qu'on ait peur de moi " s'effrite de jour en jour.

En toute franchise, je suis complètement fatigué, je n'ai même plus le courage de me coiffer les cheveux, on m'appelle déjà, avec mes cheveux en broussaille, le " Ma faydhoo ".

Je sens et ressens, tout au fond de moi-même, que la fin de mon règne est déjà largement entamée. Enfin !…. Non de Muse


Scène II



Revenons à mes moutons ! Où en suis-je exactement ?



C'est vrai, ma mémoire me fait défaut, impossible de faire d'un seul jet une simple analyse. Après tant d'années comme patron de la police politique, comme spécialiste des coups tordus, des morts mystérieux et tutti quanti, tout cela n'est pas facile et ça laisse de graves séquelles intellectuelles et morales, de graves menaces imprévisibles comme dans cette " sale affaire " franco-djiboutienne, où nous avons réussi, avec doigté, à assassiner le juge Borel par la méthode dite : " suicide " ; eh oui ! Quand on fait une telle opération, c'est facile, mais quand il s'agit d'un meurtre, alors là, c'est une autre paire de manche, surtout quand une femme déterminée de la Magistrature avec méthode et persévérance vous talonne jour et nuit, pour que justice soit faite, alors, alors comment voulez-vous que je gouverne sereinement avec toutes ces séquelles, avec ce spectre de la prison de la " Santé ". D'ailleurs, il faut que je me décide à participer à / financer sa rénovation, surtout avant de devenir son locataire, dans tous les cas ma santé sera mieux suivie là-bas qu'à Gabode.


Et cette tâche importante qui m'attend, d'autant plus que je me suis imposé à vouloir tout centraliser pour mieux " bouffer " pour mieux " manger ".

Cette tâche qui me demande un effort intellectuel colossal, alors que mon QI = 0, alors que je me sens incapable à fournir, voir même à discerner un plan d'action fulgurant tellement je suis bouleversé.

C'est la catastrophe pour moi !

Au fond ils ont raison ces djiboutiens en exil, ces djiboutiens qui ont, grâce à ma police parallèle, déserté, fui " ma " République. Ils ont au fond raison, quand ils écrivent ces mots accablants, ces mots à haut risque pour moi, ces mots qui risquent d'être un slogan déstabilisateur pour moi, ces mots qui coulent depuis BalBala, qui se faufilent vers Ali-Sabieh, et qui s'engouffrent à Dikhil, se propageant au sein même de mes ennemis jurés du Nord, mes ennemis à la solde de l'Opposition Unie Contre Moi (OUCM), à la solde de ce peuple de " Vauriens ".

Ce slogan dit en quelques mots :

DEUX ANS, CA SUFFIT - GROS ISMAEL OMAR GO OUT
DEUX ANS, CA SUFFIT - GROS ISMAEL OMAR FOUS LE CAMP


Cà alors ! Non de Muse

 

Scène III




Revenons à mes moutons ! où en suis-je exactement ?


Oui ! voilà, voilà !

Ah, çà me revient, j'avais complètement oublié ce vieux Dini. Mon vieux Gouled, lui avait compris l'évolution des choses, il m'a cédé la place, entre nous soit dit, un vrai cadeau empoissonné, mais je suis quand même là, je suis à la tête de tout. Ce vieux Dini s'accroche encore, il aurait dû céder sa place à Kadami. Mais ce vieux Dini a peut être raison, car avec Kadami les négociations n'auraient pas durer plus de deux mois, surtout avec le scandale qu'il avait fait lors de la libération des prisonniers politiques de Gabode, scandale à son profit et au profit du Frud Afar ralliant tous les Issas jusqu'au fin fond de la brousse, jusqu'à Bikay en Ethiopie ralliant tous les Somalis jusqu'au fin fond de la brousse jusqu'à Buhoodlay au Somaliland.

Vraiment ce Kadami est le plus dangereux et le vieux Dini continue " bêtement " encore à le soutenir, à le défendre par vents et marées au lieu de se séparer carrément de lui, comme je me suis séparé de mon ami de 40 ans, le maladif Général Yacin, incapable de faire et d'organiser une manifestation.

Mais qu'est-ce qu'ils vont faire, que peuvent ils faire, (comme disait tonton Gouled) " ces Danakils " ? Ma politique de division ne marche plus, je n'arrive plus à créer un troisième Frud, même Ougoureh m'a trahi, même si lui aussi a été trahi par ses volontaires de la mort, ses brigades de commandos élites afars qui devaient croquer ces " brigands " du Frud-armés de Dini, qui devaient anéantir à jamais la population de la rébellion du Nord et de l'Ouest de " ma " République oh ma conscience, je ne pourrais jamais oublier ce corps fourré d'Ougoureh et de sa clique, juste avant mon départ vers la Chine anti-Taiwan. Quelle bande de salauds, ils m'ont vraiment berné, moi qui croyais que je pouvais acheter tous " ces danakils ". Quel échec. Moi qui avait eu confiance et qui avait payé pendant plusieurs mois ces soit-disant commandos d'élite, moi qui ait accepté les transferts d'armes légères dernier cri, du matériel de transmission sophistiqué de la F.N P. après le 7 décembre 2000. Pour tout remerciement, ils tirent sur leurs frères.

Sur les 350 commandos, 120 sont passés de l'autre côté, où ils ont rejoint le Frud armé de Dini avec mes armes et mes bagages et surtout avec mes 15 radios de transmission sur les 19 que j'ai prêtées, et cela juste avant mon envol vers la Chine. Heureusement que ces chinois, pour me consoler, m'ont accordé 14 chars dont 7 à chenilles, 5 à roues et 2 petits engins de reconnaissance, super flamboyants. Dans quelques jours je serais très bien équipé, à bientôt !

Je suis vraiment prêt, mais je n'ai pas du tout confiance en mon Etat-Major surtout dans le Général Zakaria et sa bande qui se vantent de m'avoir sauvé le 7 décembre dernier.


Scène IV


Revenons à nos moutons ! Où en suis-je exactement ?

Je n'arrive plus à me souvenir, est-ce avant mon départ, ou bien juste après mon départ ? Je ne sais plus, mais çà n'a pas d'importance, la date n'a pas d'importance, mais les faits sont extrêmement dangereux et traîtres car ils risquent de constituer un précédent fâcheux.
Mais comment ont-ils pu trouver cette idée, qui est derrière tout çà ?


Est-ce l'ODU, sont-ce ces généraux et gradés de l'Etat-Major ? Où est-ce un acte isolé d'un groupe isolé ? C'est vraiment un casse-tête chinois.

Dire qu'une poignée de mobilisés (80 mobilisés à tout casser) s'attaquent en pleine nuit, entre Dikhil et Galafi, arrivent à s'emparer de plusieurs tonnes de ravitaillement en denrées de premières nécessités transportées par des camions à destination de l'Ethiopie, et pire encore de transporter je ne sais comment, ces marchandises jusqu'au campement du Frud armé ( mon Etat-Major n'est même pas fichu de m'expliquer jusqu'à présent, comment ces marchandises ont été acheminées et pourquoi il n'a tout de suite réagi). Je disais : pire encore de transporter ces marchandises escortées par ces 80 soldats en tenu militaire, armes et bagages sur le dos et de rejoindre au fin fond du Nord le Frud armé sans avoir été inquiété.

Quel scandale ! c'est inimaginable, mes soldats ont déserté leur camp, ils ont détourné des marchandises pour rejoindre tranquillement le Frud, c'est… c'est…. c'est… je ne sais plus quoi dire, heureusement que l'Ethiopie garde le silence, peut être pour cause de dissension au sein du Parti au pouvoir chez mon voisin adoré.

Au fond ils ont raison ces mobilisés, c'est un peu de ma faute car depuis dix ans ils ne perçoivent que 15 000 fd alors que j'ai recruté, pour plus de sécurité, un nombre important de soldats au sein de ma tribu, surtout depuis deux ans, mais je suis bien obligé de continuer pour combler ce vide et d'assurer l'équilibrer avec le Frud dont les effectifs augmentent sans arrêt (ce n'est pas de ma faute).

Et dans l'obscurité envahissante, le visage d'I.O.G. seul avec I.O.G. s'allongeait, s'allongeait et resplendissait d'une tristesse poignante, d'un chagrin enivrant, d'un gris mortuaire.
Ma conscience, je sais que toi aussi, tu n'hésiteras pas à me trahir, toi qui connais les fins fonds de ma pensée. Aux stades actuels des choses : - je suis las-. Ma muse m'a quitté, ma conscience m'a trahi, je ne sais plus où j'en suis.


C'est sur l'hymne " A bon entendeur salut " que se termine cette émission secrète, confidentielle, diffusée en direct depuis Haramous.


-----------------------------------------------------
Sommaire ----------------------------------------------------------

 

Nouveau : Rubrique Informations Santé

jeudi 29 mars 2001, 21h50

La fièvre aphteuse prend de l'ampleur, la mobilisation aussi

LA HAYE, 29 mars (AFP) - L'épizootie de fièvre aphteuse continuait jeudi à gagner du terrain aux Pays-Bas, avec la découverte de trois nouveaux cas dans l'est et dans le centre du pays, alors que la mobilisation contre les abattages massifs commence à trouver des relais politiques.


"Je suis extrêmement inquiet de la situation. Jusqu'à présent, pour tous les foyers (avérés) on a pu retracer les origines de la maladie à Oene (NDLA: premier foyer)", a déclaré le ministre néerlandais de l'Agriculture Laurens-Jan Brinkhorst, interrogé par la télévision néerlandaise NOS.

"Mais dans le cas de Kootwijkerbroek (dont la découverte a été annoncée jeudi), nous n'avons pas encore pu retracer ces origines. C'est une évolution très grave", a-t-il estimé.

Depuis le début de la crise, ce sont au total 10 foyers de fièvre aphteuse qui ont été répertoriés aux Pays-Bas, neuf dans l'est du pays et un dans le centre. On compte en outre 5 exploitations suspectes.

Jeudi, le ministère de l'Agriculture, interrogé par l'AFP, a estimé à 80. 000 le nombre d'animaux à abattre. Sur ce total, certains animaux ont déjà été abattus.

Au bout du compte, selon l'organisation agricole néerlandaise LTO, principal syndicat agricole néerlandais, la crise pourrait coûter plus de 1,5 milliard d'euros au secteur agricole.

Face à cette catastrophe économique annoncée, la colère des fermiers contre les abattages et contre l'interdiction des vaccinations préventives n'a pas cessé de croître. En vertu d'une directive européenne de 1991, ce type de vaccinations est interdit dans le cadre d'une politique d'accompagnement à l'exportation.

Jeudi, deux partis politiques, le parti écologiste et le parti de l'Union chrétienne, représentés tout deux au Parlement, ont demandé que les abattages soient strictement limités aux animaux dont les tests prouvent qu'ils sont contaminés.

Ces deux partis d'opposition demandent également la généralisation de la vaccination d'urgence dans les zones suspectes afin d'attendre sans risque de propagation de la maladie les résultats des tests.

Ces vaccinations d'urgence sont pratiquées aux Pays-Bas depuis lundi mais sur une échelle limitée et en attendant un abattage inéluctable.

Une nouvelle initiative a également été lancée jeudi par la mairie de la ville d'Alkemade (ouest). Appelant toutes les villes néerlandaises à suivre son exemple, elle a adressé une lettre au ministre néerlandais de l'Agriculture, Laurens-Jan Brinkhorst, en lui demandant d'autoriser les vaccinations préventives.

"Alkemade est une ville qui compte 3.300 hectares de champs et beaucoup d'entreprises agricoles. La peur d'une possible explosion (de l'épizootie) est grande", écrit la municipalité.

Au début de la semaine, des petits groupes de fermiers avaient manifesté, en mettant le feu à des ballots de paille, sur les bords d'autoroutes de l'est du pays, en faveur des vaccinations préventives.

De son côté, une organisation néerlandaise pour la défense des animaux, Kids for animals, a annoncé jeudi son intention d'organiser une manifestation samedi prochain à Bergen op Zoom (sud), pour que les enfants puissent exprimer leur révolte et leur tristesse face au massacre d'animaux sains.

L'organisation a également lancé une pétition sur l'internet (www. kidsforanimals.nl) à l'intention des enfants.




.----------------------------------------------------- Sommaire ------------------------------------------------------

30/03 (OPPOSITION DJIBOUTIENNE UNIFIEE
DE BELGIQUE O.D.U.B)

Somaliland, Puntland, …. Bosnie, Croatie ou Serbie
Même réalités historiques




Citation du jour :
" La liberté des uns s'arrête
là où commence celle des autres "




Le 9 avril 1999, les djiboutiens élisaient " bon-gré mal-gré " Monsieur Ismael Omar Guelleh comme Président de la République de Djibouti dans un contexte socio-économique et politique très alarmant. En toute logique, la population dans son ensemble attendait de ce nouveau président une réelle volonté politique afin de sortir notre pays du marasme dans lequel il se trouvait plongé.

Contre toute attente et en dépit du bon sens, IOG s'est mis en tête de faire, de la politique régionale et internationale " SA " priorité absolue et de l'imposer à un peuple djiboutien dont le souci principal était d'avoir lui-même un médecin à son chevet, plus qu'autre chose. A vouloir mettre la charrue avant les bœufs, on finit immanquablement par se casser la figure.

Le rôle premier et le devoir d'un Président élu est d'abord de résoudre et de trouver des solutions appropriées aux problèmes qui se posent à ses concitoyens et non de s'en détourner.

Aucun pays ne pouvant vivre en totale autarcie. Loin de nous l'idée d'un repli frileux sur nous-même ou d'une attitude chauvine à l'égard d'autres pays ou d'autres peuples. En ce sens, il est nécessaire pour un pays d'avoir des relations de coopération bilatérales et multilatérales dans le concert mondial actuel.

Toutefois une politique étrangère ne prend tout sens que si elle préserve à tout moment l'intérêt de son peuple mais aussi qu'elle défende les valeurs humaines communes à tous les peuples comme la paix, la liberté, la solidarité, bref la démocratie. Dans tous les cas il convient d'être prudent, de faire preuve de sagesse et de réflexion avant de s'engager dans une action politique régionale ou internationale.

Ismaël Omar Guelleh, guidé par son narcissisme aveugle et sa soif de pouvoir, lançait en grande pompe SON " plan de paix pour la somalie ". Pour un homme imbu de lui même, quelle formidable tentation représentait en effet le credo somalien pour se propulser au devant de la scène internationale, et réussir là où des grandes puissances se sont cassées les dents.

Monsieur GUELLEH fait du pouvoir et du peuple Djiboutien, les instruments au service de sa propre gloire et de son propre culte. Ce que IOG ne s'est sûrement pas demandé c'est pourquoi toutes les tentatives de ramener la paix en Somalie se sont toutes soldées par un échec. Pourquoi toutes les conférences de réconciliation Somalienne, qu'elles soient l'œuvre de l'O.U.A., l'IGAD, de l'Ethiopie, de l'ONU et … même de Djibouti avec GOULED, ont-elles toutes échouées ?

Gardons à l'esprit que, les américains, avec leur diplomatie, leur armada et leurs moyens colossaux ont finis par craquer et quitter par la petite porte, cette Somalie à laquelle ils n'avaient finalement " rien compris ".

Le constat est pourtant clair. Les somaliens, quelle que soit leur division interne, restent réfractaires à toutes formes d'intervention et de modèle étranger, incompatible avec le mode de fonctionnement socioculturel et politique de la société somalienne. C'est pour cette raison que le plan de paix Somalien, voulu par IOG était voué depuis le début à l'échec. De plus lorsque le gouvernement djiboutien affirme à travers ses gesticulations que pour lui, la Somalie est " Une et Indivisible " tout en reniant au passage les régions autonomes existantes, cela s'appelle de l'INGERENCE .

Parler d'une Somalie unique, reste une utopie dans le contexte actuel. Nous aussi, nous adhérons à ce beau principe d'une grande Somalie, mais la réalité nous conduit à penser autrement et nous conseille d'aller dans le sens de l'histoire et non dans la voie contraire. Les régions autonomes du SOMALILAND et du PUNTLAND ne sont pas les fruits du hasard. Elles sont l'émanation de la volonté des peuples qui les composent. C'est ce qu'on appelle l'autodétermination .

Le SOMALILAND est une réalité, il existe et cela fait prés de 10 ans que ça marche. Au nom de quel droit voudrait ou ruiner l'effort d'une population qui s'efforce de vivre en paix, et qui y arrive malgré tout. Les grandes puissances, même si elles ne reconnaissent pas pour l'instant le SOMALILAND en tant qu'Etat au sens des conventions de l'ONU, il n'en demeure pas moins que beaucoup de pays arabes ou occidentaux entretiennent des relations d'amitiés et de coopération " officieuse " avec le SOMALILAND, ce qui démontre le respect accordé à ce choix populaire.

A Djibouti, on devrait s'estimer heureux car nous avons une frontière commune avec le Somaliland qui est en paix et non avec le reste de la somalie qui est toujours sous la domination des seigneurs de la guerres et des milices armées. Au lieu de mettre tout le monde dans le même panier c'est plutôt à ceux qui se font la guerre qu'il faudrait apporter la paix et non de saboter ceux qui sont déjà en paix.

Le pouvoir djiboutien doit cesser immédiatement son ingérence et sa politique de déstabilisation du SOMALILAND, mais aussi respecter le choix des somalilandais.

Qu'importe qu'il y ait une ou plusieurs somalies en paix au lieu d'une seule qui serait invivable pour tous les somaliens. Par la force des choses, ces régions autonomes existantes ou à venir, une fois pacifiées finiront par tisser des liens de coopération et d'échanges et peut être éprouveront-elles un jour le besoin de s'unir à nouveau d'une façon ou d'une autre. Mais cela risque de prendre du temps peut-être dans 15 ans voir plus.

Il convient donc " de laisser du temps au temps " les sociétés ne sont pas figées, elles évoluent parfois elles se disloquent, d'autres fois elles se réunissent, ainsi va l'histoire. Hier la Yougoslavie était Une, aujourd'hui, elle est multiples, l'Allemagne, le Yemen
la Corée deviennent unis, c'est l'histoire et il faut faire avec, car ce sont leurs peuples qui l'a font. Si par le passé les colonisations ou les idéologies ont agi sur les sociétés, aujourd'hui ce sont les peuples qui affirment leur autodétermination.


En ce qui concerne la Somalie on pourrait croire à tort que les somaliens sont tous pareils (même peuple, même langue, même religion) et pourtant, la Somalie est plus diverse qu'elle ne le laisse paraître en surface. Alors respectons leurs diversités. Monsieur IOG doit cesser toute ingérence dans le Somaliland ou en somalie tout court. De plus, hormis les flatteries ou l'autosatisfaction dont IOG ne cesse de s'affubler, quel constat peut-on tirer de sa folle entreprise.

Ø Combien cela a t-il coûté à la République de Djibouti ? …des milliards

Ø qu'est ce que cela nous a rapporté ? Rien, si ce n'est des problèmes avec nos voisins.

Ø Est ce que cela à servi à quelque chose pour redresser la situation économique et social et politique de notre pays ? Rien : la crise sévit toujours, les djiboutiens s'exilent en masse et la paix intradjiboutienne au point mort.


Au lieu, de chercher à jouer le shérif de la région, nous demandons à IOG, d'abord de faire la paix à Djibouti. Le Somaliland n'a pas attendu " le plan d'IOG " pour faire la paix, alors laissons les vivre en paix.


Nous disons à IOG que les grandes hommes politique qui sont entrés dans l'histoires sont ceux qui ont d'abord fait du bien chez eux et qui ont défendu la démocratie chez eux.

L'accord cadre de Paix signé le 07 février 2000 entre le FRUD armée et le gouvernement djiboutien vous tend désespérément la main, saisissez là au lieu de jouer le donneur de leçons aux autres.


Alors à quand un plan de paix pour Djibouti, Monsieur Ismael O. Guelleh ?



































------------------------------------------- Sommaire ---------------------------------------------------------

Forum Communauté djiboutienne

Ce site a été organisé, grâce à l'impulsion d'un djiboutien expatrié, qui souhaite que tous les djiboutiens et en particulier les jeunes puissent s'exprimer librement. Nous sélectionnons certains sujets de discussion pour les publier dans le journal.

Le racisme d'état à Djibouti

Comment se fait-il que dans la fonction publique (et dans les ambassades) de Djibouti 93.4 % du personnel est d'origine Issa ?
Y-a-t-il un système mis en place par Gouled et IOG ?
Pourtant le pays a besoin des intellectuels (elles) djiboutiens isaas, gadaboursis, issaq, afars, arabes et autres ...
C'est un phénomène inquiétant !
Sorte de "Racisme" !

A l'occasion de la semaine du RACISME .

Vive Djibouti.


_________________________________________

Que pensez-vous ?

- du fait de s'exiler pour fuir la dictature de IOG ?
- et, ce faisant, du fait de laisser les étrangers(somaliens et ethiopiens) coloniser notre pays?


------------------------------------------------- Sommaire ---------------------------------------------------------

LIGUE DJIBOUTIENNE DES DROITS HUMAINS
L.D.D.H
Le Président NOEL ABDI Jean-Paul
SIEGE Q.V. BOULEVARD DE GAULLE
DOM TEL/FAX: (253) 35 80 07
BUR TEL/FAX :(253) 35 78 04
B.P. : 74 - DJIBOUTI - RDD
e-mail : noel_lddh@yahoo.fr
http://www.ardhd.org/lddh.htm




Réf : LI/6/01/LDDH Djibouti, le 27 mars 2001


Lettre ouverte
Au
Directeur de Publication du Journal le Progrès
Organe hebdomadaire d'information du
Rassemblement Populaire pour le Progrès RPP
M. Idriss Arnaoud Ali,
Président de la Commission Permanente de l'Assemblée Nationale
et Secrétaire Général Adjoint du Parti RRP, Parti au Pouvoir


Monsieur le Directeur de Publication,


Dans un long article, de la page 10 à 12, du journal " le Progrès " n° 25 du 25 mars 2001 ayant pour titre (qui se veut insultant mais pratiquement mesquin) " DAF le fou épistolaire " la LDDH a été taxée d 'acolyte dans le contexte de l'hospitalisation du Général Yacin Yabeh à la page 11 du journal le Progrès, reproduit comme ci - après :

Hospitalisation

Selon la loi n°939 du 24 février 2001, les autorités françaises à Djibouti ont refusé le 17 février 2001 d'hospitaliser à l'établissement militaire français de Djibouti Bouffard, le général Yacin Yabeh Galab alors que la justice djiboutienne l'avait autorisée. DAF et ses acolytes la LDDH n'ont pas bronché ! ! ! Ce silence complice trahit leur hypocrisie. Les djiboutiens qui ne sont pas dupes savent depuis toujours que cette vermine est manipulée de l'extérieur. Décidément Abeysso !





Tout d'abord, nous ne comprenons pas la loi de référence et nous sommes persuadés que le Président de la Commission Permanente M. Idriss Arnaoud qui cumule illégalement le poste de Directeur de Publication, compte tenu du son immunité parlementaire, qui nécessite, obligatoirement, un Co-directeur ; nous reviendrons ultérieurement sur les infractions et le non respect des textes législatifs. Nous sommes donc persuadés que M. Idriss Arnaoud ne manquera pas de nous apporter sa lueur, car franchement, on se demande de quelle loi (djiboutienne ou autres) s'agit - elle lorsqu'il affirme que " selon la loi 939 du 24 février 2001 "…
Quant à nous, nous pouvons affirmer et le Président Arnaoud est tout à fait d'accord avec nous sur le fait que durant la dernière législature le nombre des lois adoptées, promulguées et publiées dans le Journal Officiel est loin d'atteindre le chiffre de 939. Alors de quelle loi s'agit -elle ?


Voyant de plus près la phase incriminant la LDDH.
" DAF et ses acolytes, la LDDH n'ont pas bronché. "


1) Le petit ROBERT donne les définitions suivantes :

a) Acolyte : clerc élevé à l'acolytate, dont l'office est de servir à l'autel.
V servant.
b) fig. (XVIIe) surtout péj. Compagnon, complice qu'une personne tient toujours à
sa suite.


a) Broncher : fig. et litter. Broncher contre, sur (qqch.), buter sur (difficulté)
b) fig. (vx) commettre une erreur ou une faute légère.
c) mod. (XVIIIe), ne pas marcher droit, manquer quelque humeur, quelque résistance
d) Sans broncher, sans manifester d'opposition.


Grâce à la lanterne du Petit Robert, certain nombres de questions fondamentales
surgissent d'autant plus que " La Justice djiboutienne l'avait autorisé ".


Questions fondamentales à M. Arnaoud

1) Depuis quand et comment la LDDH est compagnon, complice que DAF traîne toujours à sa suite ?

2) Pourquoi la LDDH n'a pas bronché, contre qui et contre quoi devrait-elle
broncher ? La justice a-t-elle informé la LDDH que l'hospitalisation du général Yacin Yabeh à l'hôpital Bouffard avait été officiellement ordonnée aux autorités françaises par le Pouvoir Judiciaire et dans ce cas précis qu'elle a été la suite réservée au refus de cette Décision Judiciaire djiboutienne par les autorités françaises en particulier, les responsables directes de l'hôpital Bouffard.


3) Est ce que cette Décision Judiciaire découle - t-elle d'un protocole d'Accord relatif à la livraison du général Yacin Yabeh entre les autorités françaises, d'une part, et les autorités judiciaires djiboutienne, d'autre part.
4) Est ce que cette décision judiciaire lie-t-elle, même d'une manière subsidiaire, l'évacuation sanitaire en France du Général Yacin Yabeh à son hospitalisation, préalable au centre hospitalier des FFDJ de l'Hôpital Bouffard.

C'est sur ces questions que vous ne manquerez pas d'y répondre que nous terminons notre lettre ouverte et nous vous soumettons juste pour rappel l'article 16 de la Loi relative à la liberté de communication, qui stipule : " Lorsque le directeur de publication jouit d'une immunité, il doit désigner un codirecteur de publication… "


Il est bon de rappeler, que le Président de l'Assemblée Nationale M. Said Ibrahim Badoul avait, en septembre 1999, violé sans vergogne cet article 16 en levant l'immunité parlementaire au Président Moussa Ahmed Idriss, (avec toutes les lourdes conséquences qui ont suivi) alors que son codirecteur le général Ali Meidal Wais se trouvait déjà à Gabode après avoir été condamné pour les mêmes faits. Ces violations répétées du Président Badoul sont d'ores et déjà inscrites dans les mémoires des Défenseurs des Droits de l'Homme.

Alors Monsieur Arnaoud, vous qui représentez le pouvoir législatif, faites un effort pour le respect des lois en vigueur, en désignant rapidement un codirecteur de publication qui ne bénéficie pas de l'immunité, pour votre journal. Mieux vaut tard que jamais pour prouver votre bonne foi.

Toutefois, nous saisissons cette occasion, pour vous informer que les organes de Presse en particulier le journal " La Nation " qui est directement financée par les fonds des derniers publics, les fonds, des biens sociaux en un mot les fonds du budget de l'Etat s'obstine à refuser les publications des informations écrites par la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) sur la situation des Droits de l'Homme en République de Djibouti.


Le journal " La Nation " se comporte comme un journal privé appartenant à une personne ou à un groupe de personne, et bénéficie d'une impunité sans précédent. En effet, par un simple imprimé le Procureur de la République a pris la décision de classer sans suite et en infraction à la Loi Organique n°2/AN/92/2El du 15 septembre 1992, bafouant ainsi le droit de citation directe de la LDDH.

En effet, suite la plainte de la LDDH auprès du Tribunal Correctionnel, consécutive au refus d'insérer dans " La Nation " le droit de réponse de la LDDH par le Secrétaire Général de l'Information en tant que Directeur de la Publication du journal " la Nation ", cette plainte a été classée sans suite et sans motif, par le Procureur de la République en violation à l'application de l'article n°70 de la Loi relative à la liberté de communication qui stipule :

"1°) le directeur de la publication d'un quotidien est tenu d'insérer dans les quarante-huit heures suivant sa réception, la réponse de toute personne nommée ou désignée dans la publication.

2°) En ce qui concerne les organes de presse non-quotidien, la réponse doit être publiée dans le numéro qui suit le lendemain de la réception.

3°) Est assimilé au refus d'insertion le fait de publier une édition spéciale d'où est retranchée la réponse que le numéro correspondant du journal était tenu de reproduire.

Le Tribunal se prononcera dans les dix jours de la citation sur la plainte au refus d'insertion. Il pourra décider que le jugement ordonnant l'insertion sera exécutoire sur minute nonobstant opposition ou appel. S'il y a appel, il y sera statué dans les dix jours suivant la déclaration faite en greffe.

Il est légitime de se demander les raisons de cette décision non justifiée et illégale du Procureur de la République, décision qui ne peut que confirmer à notre égard la privatisation in facto du journal " La Nation " par un groupe mais qui perçoit toujours et encore les fonds des contribuables djiboutiens.

Monsieur le Directeur de Publication du Progrès il vous appartient à double titre de méditer et de mettre en application vos propos contre la corruption ou les détournements des fonds publics lors de votre participation aux Etats généraux de la Justice en novembre dernier, où vous aviez directement mis en cause les juges djiboutiens.

Toujours dans le cadre de la Justice la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) est disposée à participer aux travaux de sensibilisation pour la ratification de la Cour Pénale Internationale et en conformité aux déclarations du Président de la République au Sommet des Nations Unies, à New York, l'année dernière.

Monsieur le directeur, il ne faudrait à aucun moment, considérer notre disponibilité comme une forme d'acolyte. La LDDH défend les droits de l'Homme et ne peut, donc, en aucun cas être l'acolyte de quelqu'un.


Avec mes sentiments déférents


----------------------------------------------- Sommaire ----------------------------------------------------------

LIGUE DJIBOUTIENNE DES DROITS HUMAINS
L.D.D.H
Le Président NOEL ABDI Jean-Paul
SIEGE Q.V. BOULEVARD DE GAULLE
BUR TEL (fax) : (253) 35 78 04
DOM TEL (fax) : (253) 35 80 07
B.P. : 74 - DJIBOUTI - RDD
e-mail : noel_lddh@intnet.dj
http://www.ardhd.org/lddh.htm


Communique de Presse n°7/LDDH/01 du 31 mars 2001



Le Président de la Cour Correctionnelle a rendu son jugement dans l'affaire contre le Directeur de Publication du Journal " Renouveau " le Président Daher Ahmed Farah (DAF), à la suite de la plainte du Commissaire de la République, chef du District de Djibouti M. Daher Ismaël Kahin dit Chideh.

Dans le jugement rendu, le Président de la Cour Correctionnelle a statué sur les deux chefs d'inculpation et il :

1) Déclare Monsieur Daher Ahmed Farah est non coupable du chef d'inculpation de
"diffamation " .

2) Déclare qu'il est coupable de " diffusion de fausses nouvelles " et il le condamne à trois cent mille francs Djibouti (300.000fd) d'amende et à trois mois de suspension du journal " Le Renouveau ".


Le journal " Le Renouveau " avait été suspendu par le juge d'instruction le 20 janvier 2001 d'une manière hâtive, avant même que la Cour se prononce, avant même que la défense ne soit entendue en audience publique.

La Ligue djiboutienne des Droits Humains (LDDH) encourage les Magistrats du Siège à imposer leur totale indépendance, et réitère son entière disponibilité au combat pour l'effectivité d'un Etat de Droit fondé sur une Justice totalement indépendante en République de Djibouti.

---------------------------------------------- Sommaire ----------------------------------------------------------

 

L'HOMME OU LA FEMME DE LA SEMAINE.

Dans cette rubrique nous signalons à l'opinion internationale, celle ou celui qui s'est distingué(e) soit par son zèle pour soutenir la dictature, soit en violant les Droits de l'Homme : cruauté, tortures, exécutions sommaires, emprisonnements arbitraires, viols, assassinats, destruction de cheptels ou de point d'eau, destruction d'écoles ou de centres de soins, privations de liberté (presse, expression, déplacement), etc..

Auront-ils à répondre un jour de leurs actes et de leurs crimes
devant le Tribunal Pénal International ?

Cette semaine nous décernons le titre à

M. Idriss Arnaoud Ali

d'abord parce qu'il cumule illégalement les fonctions

- de Directeur de Publication du Journal le Progrès (Organe hebdomadaire d'information du Rassemblement Populaire pour le Progrès - RPP, parti au pouvoir)
- et de Président de la Commission Permanente de l'Assemblée Nationale et Secrétaire Général Adjoint du Parti RRP, ( Toujours le parti au pouvoir)


Ensuite et surtout, pour les propos honteux et scandaleux qu'il a publié dans un long article paru dans le Progrés, où il a diffamé gravement la LDDH et DAF quand il termine avec cette phrase renversante : "(...) cette vermine qui est manipulée de l'extérieur ...". Connaissant les liens très étroits que M Arnaoud entretient avec le dictateur ainsi que sa forte impliacation personnelle dans le fonctionnement répréhensible du système Guelleh, on aurait pu penser que M Arnaoud se ferait tout petit et qu'il éviterait de prononcer de telles insultes qui ne font que le salir encore un peu plus.

Ignorant, à ce jour, la récompense que M. Guelleh lui accordera pour le remercier de sa docilité et de sa participation active à la promotion de la dictature, nous avons décidé d'anticiper en lui adressant la nôtre, sous la forme du titre d'Homme de la Semaine.

---------------------------------------------- Sommaire ----------------------------------------------------------

 

1er avril - GUELLEH annonce sa démission.

Dans un discours retransmis par la radio et par la télévision djiboutienne,
le Président Guelleh vient d'annoncer officiellement sa démission.

Djiboutiens, djiboutiennes,

Je me présente devant vous, pour vous faire part de ma décision qui est irréversible. Désormais, aucun appel ne pourra plus me faire changer d'avis.

Ma décision réjouira certainement la petite majorité de djiboutiens en voie d'extinction qui avait continué à s'opposer à moi durant ces dernières années. En voie d'extinction, car j'ai su habilement rallier à mon étendard de nombreux adversaires qui ont été sensibles au charme discret du pouvoir et de l'argent que je leur ai distribués en quantités égales. Quant aux irréductibles, il faut reconnaître que j'en ai fait éliminer physiquement plus d'un et que les autres se sont nettement calmés ensuite …

Voilà, chers concitoyens, ma décision est prise. Je quitte le pouvoir et par la même occasion, je quitte le pays. Durant ces années au pouvoir, j'ai pu économiser suffisamment pour m'offrir quelques maisonnettes dans plusieurs pays où j'ai fait ouvrir des comptes en banque dont les montants ont atteint le seuil qui me permettra de vivre une douce retraite avec Paulette dans des conditions convenables.

Je vous restitue le pays dont j'ai mobilisé et accaparé toutes les forces vives à mon seul profit pendant toutes ces années. Il est au bord de la ruine et il n'y a plus grand chose à prendre. C'est pourquoi, j'estime qu'il est de mon devoir de laisser la place à un autre. Dans ma mansuétude nouvelle, je vous laisse la possibilité de choisir mon remplacement comme vous l'entendez.

Ne rêvez pas, car cela ne se fera pas facilement et je prédis de nombreuses luttes intestines. Il risque même d'y en avoir tellement, que vous serez obligés de m'appeler au secours, en me donnant avec respect, le délicieux titre de 'sauveur potentiel de la Patrie'. Mais sans succès, car je me serai éloigné de vos problèmes et alors, je n'aurai plus envie de les partager. Vous me regretterez, c'est certain, mais cela constituera votre punition pour votre ingratitude durant toutes ces années en commun.

Et pour vous punir encore davantage, j'ai décidé d'emmener avec moi, vos ministres préférés : le Ministre des Affaires étrangères et le Ministre des Finances, ainsi que quelques proches. Cela achèvera de désorganiser complètement le pays. Mais pour ne pas vous laisser orphelins, je vous laisse Hassan Saïd et le général Yacin Yabeh plus quelques autres, qui sauront bien ajouter une poignée de confusion dans le climat qui suivra mon départ. C'était leur principale qualité .

D'un peuple ingrat, on n'attend aucun remerciement et c'est la raison pour laquelle je ne vous en demande pas aujourd'hui. Après de longues minutes de réflexion, j'ai même choisi de ne pas vous inviter, par la force, à défiler dans les rues pour me supplier de rester au pouvoir ….

Entre autres, cela vous évitera de recevoir quelques balles perdues, tirées de façon aléatoire et non contrôlée par les membres de ma nouvelle garde si bien entraînée par les officiers israéliens, qui sont des maîtres incontestés dans ce domaine.


Adieu chers concitoyens et après moi le déluge ….. !

__________________________________________________

-

-

-

P.S. Aux dernières nouvelles et pour faire taire d'éventuelles rumeurs, le Président aurait répondu à ceux qui l'interrogeaient sur le prénom de Paulette, qu'il n'avait pas changé d'épouse, mais qu'il trouvait que "Paulette faisait plus classe qu'Odette"
____________________________________________________________________________

Avertissement à tous nos lecteurs.
Que personne ne se réjouisse trop vite !
Ce canulard est le traditionnel 'poisson' du premier avril,
que nous offrons aux lecteurs du journal !

Souhaitons simplement, que Guelleh ne nous fasse par condamner,
comme DAF, pour diffusion de fausses nouvelles !!!

------------------------------------------------- Sommaire -----------------------------------------------------------

 

PETITION POUR LA PAIX AU CONGO-BRAZZAVILLE CONTRE L'ELIMINATION ETHNIQUE,UN VERITABLE GENOCIDE PLANIFIE A L'ADRESSE DE LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE

Nous, filles et fils rescapes des supplicies des regions sud du Congo-Brazzaville, Victimes du GENOCIDE PLANIFIE,

CONSIDERANT le GENOCIDE PLANIFIE entrepris et mis en oeuvre par le regime autoproclame de Brazzaville sous la presidence de fait de M. SASSOU NGUESSO;

CONSIDERANT la haine ethno-tribale, la politique d'exclusion et de la terre brulee de M. SASSOU NGUESSO dans la Republique du Congo-Brazzaville;

CONSIDERANT l'implication directe des Etats Angolais et Tchadiens dans la tragedie du Congo-Brazzaville et l'intervention militaire de leurs troupes qui participent activement au GENOCIDE PLANIFIE;

CONSIDERANT l'implication directe de la France dans la tragedie des populations congolaises au nom de ses interets (petrole);

CONSTATANT le silence delibere et complice des medias audiovisuels francais sur la tragedie du Congo-Brazzaville, qui s'abstiennent de montrer la moindre image alors que les autres televisions etrangeres en abondent, sans doute pour cacher la verite a l'opinion publique francaise afin de l'empecher de s'emouvoir d'autant que l'Etat francais est totalement implique dans cette tragedie; ce comportement permettant au PROTEGE de la Francafrique au Congo-Brazzaville de mieux operer son GENOCIDE PLANIFIE;

- CONSTATANT l'apathie et l'indifference complices des Institutions internationales (ONU, OUA, UNION EUROPEENNE, ASSEMBLEE PARITAIRE ACP-UE), etc., ou la France exerce son droit de veto a tous les niveaux, bloquant ainsi tout examen du dossier du Congo-Brazzaville;
DECLARONS SOLENNELLEMENT QUE :

a)- Le Congo-Brazzaville est un Etat independant, libre et souverain.

b)- Tout peuple a le droit de designer librement au suffrage universel,a travers des elections libres et transparentes, le ou les chefs de son choix.

c)- Le retour de M. SASSOU NGUESSO au pouvoir est illegal et illegitime, d'autant qu'il n'a jamais procede autrement que par la violence a chaque fois qu'il est venu au pouvoir.

d)- L'intervention militaire de l'Angola et du Tchad dans la Republique du Congo-Brazzaville est non seulement une atteinte a l'integrite territoriale du Congo-Brazzaville, mais une violation flagrante de la souverainete du Congo-Brazzaville et des regles internationales en la matiere.

e)- La tragedie du Congo-Brazzaville est un veritable GENOCIDE PLANIFIE couvert et soutenu politiquement et militairement par la France, l'Angola et le Tchad. Ceci explique la censure en France sur la diffusion de tout ou partie des images sur cette tragedie.

En consequence, Nous, filles et fils rescapes des supplicies des regions sud de la Republique du Congo-Brazzaville vouees au programme d'elimination ethnique, un GENOCIDE PLANIFIE, signataires de la presente PETITION :

1)- EN APPELONS instamment a l'ONU, l'OUA, l'UNION EUROPEENNE, l'ASSEMBLEE PARITAIRE ACP-UE, et aux ORGANISATIONS HUMANITAIRES ET DES DROITS DE L'HOMME, de faire preuve de diligence et d'user de tous leur poids et pouvoir pour :

- faire cesser les massacres humains;
- faire arreter immediatement le GENOCIDE PLANIFIE mis en oeuvre par M. SASSOU NGUESSO;
- Faire pression sur les autorites de fait de Brazzaville afin de les obliger de faire taire les armes et regler le differend par le dialogue et la negociation aux fins de parvenir a une PAIX definitive.

2)- DEMANDONS avec insistance le retrait immediat et sans condition de toutes les troupes etrangeres, mercenaires compris, du territoire congolais, conformement a la Resolution Numero 867 du 29 octobre 1997 du Conseil de Securite de l'ONU, restee inappliquee jusqu'a ce jour, la France faisant ecran.

3)- EN APPELONS aux Peuples freres du Tchad et d'Angola de faire pression sur leur gouvernement respectif pour qu'il daigne enfin retirer leurs troupes dont les elements se font tuer dans un conflit interne au Congo-Brazzaville, d'autant que le Peuple congolais n'est en guerre ni avec le Tchad, ni avec l'Angola.

4)- EXHORTONS toutes les Organisations humanitaires et des Droits de l'Homme d'ouvrir une enquete sur la tragedie du Congo-Brazzaville ou les droits de l'homme sont foules aux pieds et quotidiennement bafoues.

5)- DEMANDONS a la Communaute internationale la constitution et l'envoi immediat d'une Force internationale de Paix et/ou d'Interposition au Congo-Brazzaville, aux fins de faire cesser le GENOCIDE PLANIFIE en cours dans le pays.

6)- DEMANDONS a la France d'arreter immediatement sa politique de l'autruche pour laquelle les populations civiles des regions sud du Congo-Brazzaville paient le prix le plus lourd du fait de ses interets pretendus.

Le Peuple Congolais, reiterant son attachement indefectible a la PAIX, a l'unite nationale, fait sienne les paroles sages de feu et regrette sage africain, AMADOU HAMPATE BA :
"Un chef qui commence a tuer devient tres vite un gardien de cimetiere".
Et celles du Prix Nobel, Wole SOYINKA, qui dit :
<Un homme meurt chaque fois que l'un d'entre nous se tait devant la tyrannie>.

Fait a Brazzaville, le 1er janvier 1999

Les filles et fils rescapes des supplicies des regions sud du Congo-Brazzaville,
Victimes du programme d'elimination ethnique, un GENOCIDE PLANIFIE.


--------------------------------------------------------------------
A toutes celles et tous ceux qui auront cette petition entre leurs mains , nous demandons de nous preter main forte, nous temoigner leur solidarite en signant la presente PETITION et de bien vouloir adresser une copie:

- Au Secretaire General de l'ONU;
- A l'Assemblee Generale des Nations-Unies;
- Au Conseil de Securite de l'ONU;
- Au Secretaire General de l'OUA (Addis Abeba / Ethiopie);
- A l'Ambassade de France la plus proche de votre lieu de residence;
- Au President de la Republique Francaise;
- Au Premier Ministre du Gouvernement Francais;
- Au Ministre Francais des Affaires Etrangeres;
- Au Ministre Francais delegue a la Cooperation;
- Au President de l'Assemblee Nationale Francaise;
- Au President du Senat Francais;
- Au President du Conseil de l'Europe (Bruxelles / Belgique);
- Au President de la Commission Europeenne (Bruxelles / Belgique);
- Au President du Parlement Europeen (Bruxelles / Belgique);
- A l'Ambassade de la Republique Populaire d'Angola la plus proche de votre lieu de residence
- A l'Ambassade de la Republique du Tchad la plus proche de votre lieu de residence
- A l'Ambassade de la Republique Gabonaise la plus proche de votre lieu de residence
------------------------------------------------------------------------
L'Association Internationale des Enfants Drepanocytaires et Malades, Genetiques du Sang (A.I.E.D.), Afrique Voix Humaine (A.V.H.) et le Collectif d'Intellectuels et Universitaires Congolais (C.I.U.C.) vous remercient de soutenir l'ACTION POUR LA PAIX AU CONGO-BRAZZAVILLE et de signer la presente PETITION CONTRE L'EXTERMINATION ETHNIQUE, un veritable GENOCIDE PLANIFIE, en cours dans ce pays.


OUI, JE SOUTIENS L'ACTION POUR LA PAIX ET JE SIGNE LA PETITION CONTRE
L'EXTERMINATION ETHNIQUE AU CONGO-BRAZZAVILLE :

Nom :.............................
Prenoms : ................................
Pays : ...............................................
E-mail : ...................................................

Pour nous faire parvenir vos soutien et signature par voie postale ou fax, contactez :
ACTION POUR LA PAIX AU CONGO-BRAZZAVILLE C/o A.I.E.D. / AFRIQUE VOIX HUMAINE / C.I.C.O.P. - B.P. 08 F-67430 DIEMERINGEN CEDEX (France) Fax : ++33 (0)3 88 01 00 20
Website : http://perso.club-internet.fr/cicop/
E-mail : cicop@club-internet.fr

Pour un complement d'information sur le Congo-Brazzaville :
http://www.congo-resistance.org
http://www.congo-transparence.com/
http://www.voix-humaine.org/
http://www.cicop-congo.org/
http://www.credo-congo.org/
http://www.multimania.com/ocdh/

FORUM :
- http://www.rezoweb.com/forum/politique/brazzamfoayikoba.shtml
- http://www.egroups.fr/group/voix-humaine

Envoyer un message : voix-humaine@egroups.fr
S'abonner : voix-humaine-subscribe@egroups.fr
Se desabonner : voix-humaine-unsubscribe@egroups.fr
Proprietaire de la liste : voix-humaine-owner@egroups.fr
URL a cette page : http://www.egroups.fr/group/voix-humaine

------------------------------------------------- Sommaire ---------------------------------------------------------

AVERTISSEMENT :
-
l'utilisation de toutes nos informations est autorisée, (à l'exception des dépêches, des extraits de presse, et des photos pour des raisons de propriété intellectuelle). Il vous est demandé simplement de citer la source de la façon suivante :
"Extrait du site de l'ARDHD - http : //www. liberte-aref. com"
- l'impression et la diffusion dans votre entourage sont autorisées et même recommandées !



(*) nous pourrions être amenés à refuser les contributions dont le contenu serait contraire à la morale et/ou aux bonnes mœurs, les attaques personnelles non justifiées et/ou disproportionnées contre des personnes, les articles dont les informations s'avéreraient fausses, ainsi que toute propagande en faveur de la dictature à Djibouti.