LA LIBERTÉ N° 32

Journal indépendant de tous les Djiboutiens de l'opposition.


La résidence personnelle de M. Guelleh à Djibouti.

Toutes les informations
que le régime dictatorial
de M. Ismaël Omar GUELLEH
cherche à vous cacher...

SOMMAIRE N° 32 du 29 avril au 5 mai 2000
- ÉCOUTEZ FRANCE-INFO SUR LA LIBERTÉ
DE LA PRESSE EN PARTICULIER A DJIBOUTI !!
- OUVERTURE DE LA CONFÉRENCE SUR LA SOMALIE,
MAIS DE NOMBREUX ABSENTS ...
- AUCUNE INFORMATION SUR LES NÉGOCIATIONS GOUVERNEMENT - FRUD ARME QUI AVAIENT COMMENCE LA SEMAINE DERNIÈRE

29/04 : APPEL DE L'OMCT - ORGANISATION MONDIALE
CONTRE LA TORTURE
EN FAVEUR DES ENFANTS
INCARCÈRES A DJIBOUTI
(en anglais)

29/04 : COMMUNIQUE DE SOMALILAND FORUM pour réclamer une presse indépendante à Djibouti. - M. GUELLEH interdit la presse du Somaliland à Djibouti. (En anglais)

L'HOMME DE LA SEMAINE :
LE DIRECTEUR DE LA PRISON DE GABODE A DJIBOUTI

23/04 LDDH : appel en faveur d'un réchauffement des relations de Djibouti avec ses voisins. Alerte sur deux interdictions de diffusion de la presse libre du Somaliland à Djibouti
30/04 : M. GUELLEH, libérez les enfants !
Ils sont mineurs et innocents et ils subissent de nombreux sévices sexuels à Gabode.
1/05 : Ouverture mardi à Djibouti d'une conférence de réconciliation en Somalie (Extrait AFP)
03/05 Somalie-conférence,
Ouverture de la conférence de réconciliation somalienne à Djibouti
(Extrait AFP)
03/05 : JOURNÉE SUR LA LIBERTÉ DE LA PRESSE - RSF - DJIBOUTI PARMI LES PAYS CITES. Les liens avec France Info : ÉCOUTEZ LA RADIO ...
 
   
Sommaire de 'LA LIBERTÉ'
Tous les numéros depuis le N° 0

COURRIER DES LECTEURS
nous reprenons de façon anonyme en général (pour garantir la sécurité des auteurs)
le contenu intégral des lettres qui nous sont adressées.
Pour éviter toute polémique nous avons volontairement choisi de ne pas répondre aux critiques.

Nous publierons en revanche les messages des lecteurs qui souhaitent répondre.
L'ARDHD n'assume aucune responsabilité quant au contenu des messages de cette rubrique.
L'ARDHD rappelle qu'elle ne soutient aucune action politique, ni aucun parti
et qu'elle milite exclusivement en faveur de la paix et des Droits de l'Homme

RECTIFICATIF :
L'ouvrage "TREIZE JOURS DE SOLEIL" a été écrit par Alain LETERRIER - Fondateur des Nouvelles d'Addis (et non Alail LETERRIER - Président des Nouvelles d'Addis comme nous l'avions écrit par erreur dans une précédente édition) Avec nos excuses envers l'auteur.

 

------------------------------------------------------- Sommaire --------------------------------------------------------

 

BRUITS ET RUMEURS

Le Général Ali Meidal n'a plus de passeport.
Le général Ali Meidal, journaliste, serait aussi privé de son passeport, comme le sont de nombreuses personnalités de l'opposition : MM. Mohamed Aref, Moumin Bahdon, .... Le Général Ali Meidal Weis a été chef de l'Etat-Major avant de diriger un journal libre d'opposition "Le RENOUVEAU". avec trois autres journalistes, il avait été incarcéré en septembre 99, sous le prétexte d'un article pouvant démoraliser l'Armée. Les deux derniers journaux "LE TEMPS" et "LE RENOUVEAU" avait été interdit en même temps. Cette décision des autorités djiboutiennes est à l'origine de la création de LA LIBERTÉ sur Internet. Les trois journalistes avaient été libérés milieu décembre 99 : depuis, ils seraient victimes de harcèlement permanent ... comme le retrait des passeports et l'interdiction de circuler librement.


Nous rappelons qu'un journaliste djiboutien Amir ADAWEH est toujours emprisonné et torturé en Éthiopie à la demande du Gouvernement djiboutien. Il aurait été blessé par balle par ses geôliers et il serait enfermé dans des conditions épouvantables.


Reporters sans Frontières a lancé de nombreux appels en sa faveur, sans obtenir de réaction du Gouvernement djiboutien.

------------------------------------------------------- Sommaire --------------------------------------------------------

 

Case DJI 190400.1 CC
Follow-up to case DJI 190400.CC
CHILD CONCERN

Geneva, 28th April 2000.

The International Secretariat of OMCT requests your URGENT
intervention in the following situation in Djibouti.


New Information

The International Secretariat of OMCT has received further
information regarding the detention of a number of Oromos
(Ethiopian citizens) boys in Gabode prison in Djibouti.

The list of those detained has been updated to the following:


Abdi Ahmed Djibril, 15 years
Abdi Djamal Abdimazak, 13 years
Abdoulfatah Ziad Ahmed, 12 years
Abdoukader Youssouf Ali, 12 years
Abdoulaziz Omar Yossar, 10 years
Adisu Abayne Hagase, 13 years
Ahmed Abdallah Badasso, 12 years
Ahmed Mohamed Abdi, 15 years
Ahmed Mohamed Ismail, 12 years
Ahmed Mohamed Kalif, 15 years
Ahmed Nour Abdi, 15 years
Bayen Houssin Hadji, 12 years
Chamsadih Houssein Mohamed, 10 years
Chamsadih Houssein Saaf, 15 years
Faysal Ibrahim Aden, 15 years
Tarafa Gojane Tasfayé, 10 years
Hassan Badri Youssouf, 10 years
Khadir Mohamed Said, 15 years
Mohamed Ahmed Moualin, 13 years
Mohamed Daeb Aden, 15 years
Mohamed Siraj Ahmed, 10 years
Moussa Mohamed Waday, 15 years
Nassir Houssein Abdi, 10 years
Njanka Iibah Khalif, 15 years
Sagae Gama Tahmarad, 13 years
Salahadih Djama Ali, 11 years


Furthermore, according to the information received, the conditions
inside the prison are described as suffocating and dirty. The
detainees are only allowed two hours of "exercise" in an open air
corridor, or in the corridor what is described as an "oven"
detention. It should be noted that this is the only time that the
detainees are supervised by guards.


The temperature of the prison in the summer is often 45 C and
does not descend below 35 C. The hot summer begins in May,
although this year due to a particularly dry season, it is already
extremely hot already.


Brief reminder of the situation

The International Secretariat of OMCT expressed its grave
concern for the physical and psychological integrity of 29 Oromos
(Ethiopian citizens) boys, allegedly detained and subjected to
sexual abuse by fellow adult inmates and prison guards in 'Prison
de Gabode' in Djibouti for the last 6 months.


It is reported that these children were arrested in the street
following their arrival in Djibouti from Ethiopia as refugees from
the regional conflict.


The International Secretariat of OMCT recalls that Djibouti is a
state party to the Convention on the Rights of the Child and has
obligations to the provisions of this Convention, particularly
Articles 3, 37 and 40.


Action requested

Please write to the authorities in Djibouti urging them to:

i. take all necessary measures to guarantee the physical and psychological integrity of these children;


ii. order their immediate release in the absence of valid legal charges;


iii.guarantee an immediate investigation into the alleged sexual abuse and ill-treatment, identify those responsible, bring them before a civil competent and impartial tribunal and apply the penal, civil and/or
administrative sanctions provided by law;



iv. guarantee the respect of human rights and the fundamental freedoms throughout the country in accordance with national laws and international human rights standards, particularly the Convention
on the Rights of the Child, ratified by Djibouti.


Addresses

Gabode Prison Monsieur le directeur,
prison civile de Djibouti
BP 12


Son Excellence Monsieur - Ismail Omar Guelle,
Président de la République,
La Présidence,
BP 6, Djibouti,
République de Djibouti.
Fax (+ 253) 35 50 49 // 350174


Monsieur Ibrahim Idriss Djibril,
Ministre de la Justice,
Ministère de la Justice,
B.P. 12,
Djibouti, République de Djibouti.
Fax (+ 253) 35 40 12 // 35 54 20


Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des affaires étrangères,
Ministère des affaires étrangères,
BP 1863, Djibouti,
République de Djibouti.
Fax: (+ 253) 353840


Monsieur Ali Dini,
Batonnier de l'Ordre des Avocats de Djibouti,
Barreau de Djibouti,
B.P. 2461,
Djibouti, République de Djibouti.


Geneva, April 28th, 2000

Kindly inform us of any action undertaken quoting the code of this
appeal in your reply.


---------------------------------------------------------------------------------

Case DJI 280400

The International Secretariat of OMCT requests your URGENT
intervention in the following situation in Djibouti.


Brief description of the situation

The International Secretariat of OMCT has been informed by a
reliable source of sexual abuse and appalling conditions of
detention in Gabode Prison of three young men, Abdi Robleh, 22
years, Mohamed Ibrahim Abdi, 20 years, and Moussa
Houssein Farah, 18 years in Djibouti.

According to the information received, they are part of a number
of Oromos (Ethiopian citizens) boys and young men are allegedly
being detained and subjected to sexual abuse in Gabode prison in
Djibouti. (see also cases DJI 190400.CC and DJI 190400.1.CC)


It is reported that these young men were arrested in the street
following their arrival in Djibouti from Ethiopia as refugees from
the regional conflict and are allegedly being detained and
subjected to sexual abuse by fellow adult inmates and prison
guards in 'Prison de Gabode' in Djibouti for the last 6 months.


Furthermore, according to the information received, the conditions
inside the prison are described as suffocating and dirty. The
detainees are only allowed two hours of "exercise" in an open air
corridor, or in the corridor that is described as detention in an
"oven". It should be noted that this is the only time that the
detainees are supervised by guards.


The temperature of the prison in the summer is often 45º C and
does not descend below 35º C. The hot summer begins in May,
although this year due to a particularly dry season, it is already
extremely hot already.


Action requested

Please write to the authorities in Djibouti urging them to:

i. take all necessary measures to guarantee the physical and psychological integrity of the above mentioned persons;


ii. order their immediate release in the absence of valid legal charges or, if such charges exist, bring them before an impartial and competent tribunal and guarantee their procedural rights at all times;


iii.guarantee an immediate investigation into the circumstances of these events, identify those responsible, bring them before a civil competent and impartial tribunal and apply the penal, civil and/or administrative sanctions provided by law;


iv. guarantee the respect of human rights and the fundamental freedoms throughout the country in accordance with national laws and nternational
human rights standards.


Addresses

Gabode Prison Monsieur le directeur,
prison civile de Djibouti
BP 12


Son Excellence Monsieur - Ismail Omar Guelle,
Président de la République,
La Présidence,
BP 6, Djibouti,
République de Djibouti.
Fax (+ 253) 35 50 49 // 350174


Monsieur Ibrahim Idriss Djibril,
Ministre de la Justice,
Ministère de la Justice,
B.P. 12,
Djibouti, République de Djibouti.
Fax (+ 253) 35 40 12 // 35 54 20


Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des affaires étrangères,
Ministère des affaires étrangères,
BP 1863, Djibouti,
République de Djibouti.
Fax: (+ 253) 353840


Monsieur Ali Dini,
Batonnier de l'Ordre des Avocats de Djibouti,
Barreau de Djibouti,
B.P. 2461,
Djibouti, République de Djibouti.


Geneva, April 28, 2000

Kindly inform us of any action undertaken quoting the code of this
appeal in your reply.








------------------------------------------------- Sommaire --------------------------------------------------------

 




SOMALILAND FORUM
Embargoed Sunday April 23rd, 2000, Ref. SF/EC-010-2000


Media Release

Censorship manifests itself in Djibouti, a Country without Any Private
Somali Language Newspapers


The people of Djibouti, an East African Nation, had been for decades saddled with a Hobson's choice when it came to newspapers. There was just the official government owned "La Nation." However, since it is in French only, this paper was restricted to the few privileged who understand the French language. The vast majority of the people were essentially without any newspaper in their native language, which is the
Somali language -the other native language being Afar.


The yearning of the Djibouti people to read something in their native language was being filled these last few years by newspapers flown daily from the neighbouring Republic of Somaliland. In particular, the newspaper known as Jamhuuriya, which is printed in Hargeisa, Somaliland become very popular.

Now the government of Ismail Omar Guelleh has taken away the freedom of choice for print media information from the people of Djibouti. All newspapers from Somaliland have been banned and in particular Jamhuuriya and its sister publication, the Republican. The Government of Djibouti has given no particular reason for banning these newspapers. Jamhuuriya and its sister publication had not been accused of any crimes. Nevertheless, what could they be accused of anyway? These two independent papers have established a tradition of good journalism for themselves and that is why the people of Djibouti are buying them.

The only reason for this attack against the press is that the government of President Guelleh does not want his people reading independent news and information from other sources. The Government of President Guelleh is practicing censorship and is curtailing the freedom of the press by deciding what the people of Djibouti may read or may not read. This is a deplorable act in the 21st century and it should be condemned by all those concerned with free speech and free press.

Therefore, we call upon the international community to condemn this flagrant act against free speech and the freedom of the press in Djibouti, as well as lift this censorship and let the people make their choice of media information source.

Backgrounder:

The Somaliland Forum is an international organization that brings
together Somalilanders from all parts of the world through the medium of
the Internet. The primary objective of the Forum is to work with the
communities around the world in order to provide some lasting solutions
to the problems and needs of Somaliland and its people. The Forum
primarily sponsors public programs that benefit a wide array of needs
such as Education, Health, and Infrastructure. It has, in the past,
helped schools, universities, hospitals, and orphanages. In addition,
the Forum closely follows the regional and local politics in Somaliland,
and is active in responding to issues that the Forum finds important.



For further information, please contact

dott. Jama Musse Jama, Pisa, Italy, jama@dm.unipi.it.
Tel. 39 0338 9679505 fax. 39 050 968 525 or

Miss. Deqa G. Hiddig, Toronto, Canada, (dhidig@yahoo.com)


For more information, Please visit the forum's web site at: http://www.somalilanforum.com




P.O. Box 39059
235 Dixon Road, Toronto
Ontario, M9P 3V2
Canada


P.O. Box 230220
Centreville, VA
20120-0220
USA


583 Commercial Road
London E1 0HJ
UK


P.O. Box 5276
Clayton, Melbourne
Victoria - 3168
Australia


P.O. Box 43073
Hawally 32045
Kuwait City
State of Kuwait


Vaskivuorentie
20C40
01600 Vantaa
Finland
_____________________
Chairman's address Chairperson@somalilandforum.com http://www.somalilandforum.com
Via di Pratale 103 F, 56100 Pisa, Italy (tel.39-050 598077 / 39 338-967-9505, 39 050 844 224).


------------------------------------------------- Sommaire --------------------------------------------------------

29/04 L'HOMME OU LA FEMME DE LA SEMAINE.

Le Directeur de la Prison de GABODE

Dans cette rubrique nous signalons à l'opinion internationale, celle ou celui qui s'est distingué(e) soit pour soutenir la dictature, soit en violant les Droits de l'Homme : cruauté, tortures, exécutions sommaires, emprisonnements arbitraires, viols, assassinats, destruction de cheptels ou de point d'eau, destruction d'écoles ou de centres de soins, etc..

Cette semaine, nous décernons le titre
au Directeur de la Prison de Gabode.


C'est lui qui accepte, en son âme et conscience, d'incarcérer des enfants âgés de 10 à 15 ans dans son établissement. Il sait que ces enfants sont victimes de sévices sexuels et il ne leur apporte aucun secours....

Félicitations Monsieur le Directeur ..... Vous avec bien mérité le titre que nous vous décernons, pour les actes monstrueux commis sur des enfants dans un lieu de détention placé sous votre responsabilité.

------------------------------------------------- Sommaire --------------------------------------------------------


LIGUE DJIBOUTlENNE DES DROITS HUMAINS
(LDDH)
Siège : Quartier V, boulevard De Gaulle n°66
Tel. Bureau : ++ (253) 36 78 04
Tel./ Fax Domicile : ++ (253) 35 80 07


 

Communiqué n°15/LDDH/00
Du 23 avril 2000

Vendredi 14 avril 2000, une délégation parlementaire djiboutienne conduite par le 2ème Vice-président M. Idriss Harbi a été refoulée à l'aéroport d'Hargheisa.

M. Omar Haji Mahamoud dit Omaar Dhere avec son épouse, ses quatre enfants ainsi que deux cadres de la Représentation du Somaliland à Djibouti ont été, sous forte escorte, expulsés. Ils ont été déposés à 13 heures le 16 avril 2000 à la frontière terrestre de Loyoda et ils ont traversé à pied, tout le "No man's land" jusqu'à l'autre côté de la frontière, alors que pratiquement les vols à destination d'Hargheisa sont quotidiens.

Tous les biens et effets personnels ont été éjectés en dehors du domicile et du bureau de la représentation, ceci sans aucune décision judiciaire et sans aucune rupture du contrat locatif.

Le même jour, la fermeture de la frontière avec le Somaliland a immédiatement pris effet, avec tous les résultats désastreux de cette entrave réelle à la libre circulation des biens et des personnes et ses impacts néfastes sur l'économie en particulier.

Aujourd'hui 23 avril 2000, la frontière a été rouverte et les véhicules à destination du Somaliland ont pu franchir la frontière normalement.

La LDDH se réjouit de cette initiative de normalisation et souhaite qu'elle soit définitive.

Le journal de la presse libre "Al Jamburiya" du Somaliland sur ordre des autorités djiboutiennes a été réquisitionné par deux fois à l'aéroport international de Djibouti, les 16 et 17 avril 2000, privant ainsi et jusqu'aujourd'hui les lecteurs djiboutiens de suivre l'évolution politique, économique et sociale de ce pays voisin.

A notre avis, la prudence constructive en faveur du développement régional doit aller de pair avec la flexibilité d'une politique de bon voisinage et ceci dans l'unique intérêt d'une intégration régionale non forcée et non dictatoriale en accordant la priorité à la circulation des biens et des personnes sans aucune répression et sans aucune empreinte d'une politique de haine raciale, tribale et/ou ethnique.

En résumé et pour de bonnes relations avec notre voisin du Sud, la LDDH demande au gouvernement de réchauffer au plus vite les relations amicales et fraternelles qui ont toujours existé. La LDDH encourage le gouvernement d'entreprendre avec tous ses voisins une politique plus dynamique dans le cadre des Droits Humains pour la libre circulation et le respect des Droits, des Biens et des Personnes dans le contexte de l'intégration régionale.

LDDH
Le Président

------------------------------------------------------- Sommaire ---------------------------------------------------------


NOUVELLES BRÈVES ET REVUE DE PRESSE

 

Mohamed Kadamy demande à la France et à la communauté européenne de rester vigilantes et de faire pression sur le Gouvernement djiboutien pour faire cesser le blocus alimentaire.

BREST, 28 avril 2000 (Extrait AFP)
Mohamed Kadamy Youssouf, un des dirigeants en exil du Front pour la Restauration de l'Unité et de la Démocratie (FRUD) à Djibouti, a appelé, vendredi à Brest, "La France et l'Europe à rester vigilantes" sur les négociations entamées jeudi en application d'un accord de réconciliation, signé le 7 février à Paris. (...) (1)


"Une solution négociée en faveur d'une paix réelle est vitale pour Djibouti et pour toute la région. Nous demandons à la France et à l'Europe de rester vigilantes face au gouvernement (Djiboutien), qui doit s'engager résolument dans la Paix", a déclaré M Kadamy à l'AFP lors d'une visite à Brest où il a rencontré deux députés PS. Il était invité par l'Association "Djibouti-Bretagne".

M. Kadamy a par ailleurs appelé la Communauté européenne à "faire pression sur le gouvernement djiboutien afin qu'il cesse le blocus alimentaire et sanitaire qu'il mène, selon lui, dans les régions du Nord et du Sud-Ouest du Pays" (...) "où 200.000 personnes sont menacées de famine" a-t-il affirmé (...)

M. Kadamy a annoncé la création prochaine à Paris d'une association "visant à lutter contre les extraditions illégales", réunissant des Djiboutiens, des Éthiopiens et des Français, notamment des juristes.

________________________________________________________________

(1) Note de l'ARDHD :
Les négociations ont commencé jeudi à Djibouti.
Depuis le 7 février, nous soutenons sans réserve toutes les démarches / négociations en faveur de la Paix, de la réconciliation nationale et de la reconstruction du pays dans un climat de démocratie retrouvé.

Comme de nombreux djiboutiens, nous continuons à nous poser des questions sur la volonté réelle de M. Guelleh de rétablir la démocratie et la justice à Djibouti. Il ne nous appartient pas de "jeter de l'huile sur le feu", ni de nous laisser aller à émettre des pronostics sur un sujet aussi important.
Mais nous devons reconnaître que les faits démentent souvent les intentions annoncées : hors la libération des prisonniers politiques, nous n'enregistrons que des informations allant dans le sens d'un renforcement de la dictature :

  • Maintien du blocus alimentaire et sanitaire dans le Nord,
  • Incarcération de 27 mineurs à Gabode dans des conditions atroces et inhumaines,
  • Non-restitution des passeports des personnalités de l'opposition,
  • Surveillance policière de nombreuses personnalités, y compris des anciens détenus du FRUD, comme MM. Ali MAKI et KABIR ...
  • Condamnations illégales par contumace sans convocation des prévenus, pourtant présents à Djibouti,
  • etc....

    Le long délai entre la signature de l'Accord-Cadre et l'ouverture des négociations auquel s'ajoutent ces fait alarmants ne laissent pas beaucoup de place à l'optimisme.

    Et pourtant nous espérons vivement que les prochaines semaines démontreront le contraire et nous encourageons les négociateurs à oeuvrer dans le sens d'un retour rapide, véritable et vérifiable à la démocratie.


    ------------------------------------------------------- Sommaire ---------------------------------------------------------

    NATIONS UNIES
    Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires - IRIN
    Pour l'Afrique Centrale et de l'Est
    Tel: +254 2 622 147
    Fax: + 254 2 622 129
    E-mail: irin@ocha.unon.org

    AFRIQUE CENTRALE ET DE L'EST: IRIN-CEA
    Bulletin hebdomadaire 17 (du 22 au 28 avril 2000)



    CORNE DE L'AFRIQUE: La migration transfrontalière
    'étendra la crise'
    Avertissant que 'nous nous trouvons au début de ce qui pourrait se
    transformer en massive tragédie humaine', un résumé d'observations et de
    recommandations adressées au Secrétaire général de l'ONU sur la sécheresse
    dans la Corne de l'Afrique signale que grand nombre de pays de la région
    pourraient être touchés par ce désastre. La migration transfrontalière
    pourrait s'accroître de manière considérable, a fait savoir le rapport
    produit par l'envoyé spécial de l'ONU dans la région Catherine Bertini.
    C'est de loin en Ethiopie que la sécheresse frappe actuellement le plus
    grand nombre de personnes, mais la migration transfrontalière des
    communautés touchées intensifie et étend la crise. Le rapport indique que
    les gouvernements de la région 'sont les principaux responsables pour la
    prévention des désastres et l'apport d'aide humanitaire à leurs citoyens'.
    Néanmoins, l'ampleur de la sécheresse actuelle 'dépasse largement les
    capacités financières et logistiques dont disposent les gouvernements dans
    la région'. Selon ce même rapport, le nombre estimé de 16 millions de
    personnes en danger de mort serait réévalué en raison de l'absence des
    pluies attendues au mois de mars. 'Si les pluies ne tombent pas d'ici le
    mois de mai, le nombre de personnes en attente de secours humanitaire
    augmentera de manière significative,' a indiqué le document.



    ETHIOPIE-ERYTHREE: Négociations indirectes en Algérie
    Une délégation conduite par le ministre des affaires étrangères se rendra en
    Algérie pour des négociations indirectes avec l'Ethiopie sur le conflit
    frontalier, prévues le 29 avril, a indiqué jeudi le conseiller du président
    érythréen Yemane GebreMeskal. Il a fait savoir à IRIN que l'Erythrée 'a
    accepté tous les pourparlers destinés à mettre un terme au conflit' et a
    accusé l'Ethiopie de ne pas parvenir à conclure un accord basé sur le
    processus de paix de l'OUA. L'Ethiopie a également confirmé sa
    participation, d'après un communiqué du ministère des affaires étrangères.
    Le ministre des affaires étrangères Seyoum Mesfin conduira la délégation
    éthiopienne sur invitation du président en exercice de loua, le chef d'Etat
    algérien Abdelaziz Bouteflika.


    ERYTHREE: L'ONU qualifie la situation de 'précaire'
    Le coordonnateur résident de l'ONU pour l'Erythrée Simon Nhongo a indiqué à
    IRIN que la situation humanitaire était 'précaire' et que la 'situation
    pouvait dégénérer facilement en catastrophe'. Les agences de l'ONU avaient
    lancé un appel pour 42,7 millions de dollars en janvier en vue de répondre
    aux besoins humanitaires, dont 62 800 tonnes de vivres pour aider 372 000
    personnes touchées par la guerre et plus de 211 000 affectées par la
    sécheresse, mais les promesses de vivres et l'acheminement d'aide n'ont pas
    été suffisants en Erythrée. M. Nhongo a déclaré que les donateurs avaient
    réagi à des 'situations plus médiatisées' dans d'autres parties de la Corne
    d'Afrique, mais que la 'population était en danger' en Erythrée.



    SOMALIE: Délégations djiboutiennes
    pour les négociations de paix
    Deux délégations de Djibouti sont arrivées de Somalie en vue de persuader
    les dirigeants somalis à participer à une conférence sur la paix prévue
    maintenant le 2 mai, a rapporté l'agence de presse AP. La rencontre devait
    se dérouler du 20 avril au 5 mai, mais fut interrompue en raison de la vive
    controverse qu'elle a provoquée et des manifestations anti-djiboutiennes en
    Somalie à la veille de son ouverture. Mercredi, une délégation de Djibouti
    s'est entretenue avec les dirigeants à Baidoa, capitale de la région de Bay
    au sud de la Somalie. La seconde délégation s'est rendue dans la région
    d'Hiran au centre de la Somalie.



    SOMALIE: Epidémie de choléra
    Une épidémie de choléra frappant actuellement le sud de la Somalie a coûté
    la vie à des centaines de personnes, ont indiqué des responsables des
    services de santé. Selon Reuter, quelque 50 personnes sont décédées à Dinsor
    et à Qansahdhere dans la région de Bay ces derniers jours et près de 400
    morts ont été recensés au cours des deux dernières semaines. Des
    responsables locaux et des porte-parole ont prévenu que la sécheresse et la
    famine prolongées ont rendu la population vulnérable à l'épidémie. Le PAM a
    lancé un appel d'aide pour obtenir des vivres destinés à 600 000 Somalis
    touchés par la sécheresse, notamment à Bakool et à Gedo, au nord et au
    nord-ouest du pays.


    Nairobi, le 28 avril 2000

    [FIN]

    [IRIN-CEA: Tel: +254 2 622147 Fax: +254 2 622129
    e-mail:irin-cea@ocha.unon.org]


    [Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN,
    un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne
    reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences.
    Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de
    tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure
    une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés
    sur internet sous : http://www.reliefweb.int/IRIN ]


    ------------------------------------------------------- Sommaire ---------------------------------------------------------


    1/05 : Ouverture mardi à Djibouti d'une conférence de réconciliation en Somalie
    (AVANT-PAPIER)
    Par Khaled HAIDAR (Extrait AFP)

    DJIBOUTI, 1er mai (AFP)- Une nouvelle conférence de réconciliation
    nationale somalienne s'ouvre mardi à Djibouti, en présence d'un seul des chefs
    de guerre Hawiyeh qui se partagent le contrôle de Mogadiscio.


    Ali Mahdi Mohammed, homme fort de Mogadiscio-nord, est arrivé dimanche soir
    à Djibouti à la tête d'une délégation pour participer à la conférence, qui
    devait initiallement s'ouvrir le 20 avril mais avait été repoussée de 13
    jours, a annoncé Radio Djibouti.


    Dès son arrivée, Ali Mahdi et sa délégation ont été immédiatement conduits
    à Arta, une bourgade de villégiature située à une trentaine de kilomètres au
    sud de la capitale, où un immense chapiteau a été dressé et une cinquantaine
    de villas mises à la disposition des délégations.

    Ali Mahdi est le seul des principaux chefs de guerre somaliens à assister à
    la conférence, les autres ayant rejeté le plan de paix proposé par le
    président djiboutien Ismaïl Omar Guelleh.

    L'ancien président de la République autoproclamée indépendante du
    Somaliland (nord-ouest de la Somalie) Abdourahman Ahmed Ali dit Abdourahman
    Tour se trouve à Djibouti en qualité de représentant de la société civile
    somalienne. Mais les autorités du Somaliland ont rejeté l'initiative
    djiboutienne, tout comme celles de la région autonome auto-proclamée du
    Puntland (nord-est).

    La conférence privilégie la participation de répresentants de la société
    civile somalienne et menace à terme les chefs de guerre de sanctions s'ils
    "n'adoptent pas une attitude réaliste et ne s'ouvrent pas au dialogue",
    indique le plan de paix présenté par le président Guelleh.

    Les nombreuses missions d'information et de sensibilisation menées à
    travers la Somalie par des officiels djiboutiens ne semblent pas avoir
    convaincu les hommes qui contrôlent la situation sur le terrain d'effectuer le
    déplacement à Djibouti.

    La conférence n'en sera pas moins lancée mardi par le président djiboutien,
    qui exposera son initiative de paix à ses hôtes dont le plus gros contingent
    sera vraisemblablement formé de Somaliens vivant hors de leur pays d'origine.
    Aucun chiffre précis sur le nombre de participants n'a pour l'heure été
    fourni. Le chef de la diplomatie djiboutienne et principal coordinateur de
    cette rencontre Ali Abdi Farah a lancé samedi un ultime appel aux Somaliens
    afin qu'ils choisissent l'option du dialogue et de la réconciliation pour
    sortir le pays de la guerre civile.

    De nombreux officiels djiboutiens rompus aux traditionnelles palabres
    affichent un franc optimisme en tablant sur un ralliement progressif au fur et
    à mesure que d'importantes décisions seront annoncées par les conférenciers.
    Les notables, sages ou imams venus de Somalie, rassemblés dans des conseils
    des "anciens", seront rejoints par des intellectuels, des hommes d'affaires de
    la diaspora somalienne et surtout de nombreux diplomates de carrière de
    l'ancien régime, qui joueront le rôle de "facilitateurs".

    La conférence de réconciliation nationale somalienne, la treizième
    organisée par la communauté internationale depuis la chute de Mohamed Siad
    Barré, en 1991, s'est fixé pour objectifs de désigner un parlement de
    transition lequel élira un président et un premier ministre pour la Somalie.
    L'initiative du chef de l'Etat djiboutien prévoit des sanctions à
    l'encontre des chefs de guerre qui tenteront de saboter le processus. Ces
    sanctions comprennent des restrictions de déplacements vers l'étranger, la
    saisie des comptes bancaires, l'interruption des aides internationales voire
    l'engagement de poursuites pénales pour crimes contre l'humanité.
    L'initiative djiboutienne bénéficie d'un large soutien de la communauté
    internationale.

------------------------------------------------------- Sommaire ---------------------------------------------------------

02/05 Les Nouvelles D'ADDIS - Lettre N° 12
Lien avec le site


LETTRE DES NOUVELLES N 12
http://membres.tripod.fr/lesNouvelles/index-LDN_012.html


THE AUTOMATIC TRANSLATOR "VOILA TRANSLATE" http://www.voila.com/Services/Translate/

------------------------------------------------------ Sommaire ---------------------------------------------------------

03/05 Somalie-conférence,
Ouverture de la conférence de réconciliation somalienne à Djibouti (Extrait AFP)

ARTA (Djibouti), 2 mai (AFP) - Une conférence de réconciliation nationale
somalienne s'est ouverte mardi matin à Arta, à une trentaine de km au sud de
Djibouti-ville, en présence notamment de 350 à 400 délégués somaliens,
rapporte un journaliste de l'AFP sur place.
Cette conférence, repoussée de 13 jours le 20 avril dernier,
essentiellement faute de participants, est la première étape d'un plan de paix
proposé par le président djiboutien Ismaïl Omar Guelleh et soutenu unanimement
par la communauté internationale, pour tenter de ramener la paix en Somalie,
déchirée depuis 1991 par une guerre civile entre chefs de factions rivales.
Cette initiative de paix est la 13ème tentée depuis la chute du président
Mohamed Siad Barre en 1991.
La cérémonie d'ouverture, sous un grand chapiteau à l'abri de la pluie, a
été précédée d'une lecture traditionnelle de versets du Coran, qui devait être
suivie par le discours du président Guelleh. La langue de travail de la
conférence est le Somali.
Des représentants de diverses organisations internationales, dont les
Nations unies, et de gouvernements, notamment des États membres de l'Autorité
Intergouvernementale pour le développement (IGAD), qui regroupe sept pays
d'Afrique de l'Est, sont présents à Arta.
La majorité des délégués somaliens présents appartiennent au clan des
Hawiyeh, qui domine les environs de Mogadiscio et le centre du pays.
Sur les nombreux chefs de guerre qui se déchirent le territoire somalien,
un seul a accepté l'invitation à cette conférence, Ali Mahdi Mohammed, l'homme
fort du nord de Mogadiscio, un Hawiyeh, arrivé dimanche à Djibouti. Tous les
autres chefs de factions ont rejeté le plan de paix de M. Guelleh.
Le plan de paix djiboutien privilégie les représentants de la société
civile somalienne au détriment des chefs de milices mais l'absence de ces
derniers fait peser de lourdes incertitudes sur un éventuel succès.
"Cela peut être un bon début pour trouver une solution mais ils ne doivent
pas quitter la conférence sans aboutir à un accord", a déclaré à l'AFP, en
souriant, le ministre soudanais des Affaires étrangères, Moustafa Osmane
Ismaïl.
Dans tous les cas, le processus initié par le chef de l'Etat djiboutien,
qui prévoit la désignation d'un Parlement et d'un exécutif centraux pour une période intérimaire, sera long, de l'aveu de tous les observateurs
internationaux à Arta.

------------------------------------------------------ Sommaire ---------------------------------------------------------

03/05 LA PRESSE PARLE DES ENFANTS MINEURS, INNOCENTS, INCARCÉRÉS DANS LA PRISON DE GABODE :

RFI - Voix de l'Amérique ...... D'autres médias devraient suivre ...

------------------------------------------------------ Sommaire ---------------------------------------------------------

03/05 : FRANCE-INFO : journée mondiale de La Liberté de la Presse dans le Monde initiée par Reporters Sans Frontières.

http://www.radio-france.fr/reportage/report_jour/index.php?article_id=20047

Cliquez sur Ecoutez à la Carte ou cliquez ci-dessous pour écouter l'information qui est diffusée toute la journée sur France-Info, d'abord sur l'Algérie, puis ensuite sur Djibouti

http://www.radio-france.fr/listen.php?pnm=pnm://son.radio-france.fr/reportages/pad030500.rm

------------------------------------------------------ Sommaire ---------------------------------------------------------

Les tractations commencent entre clans somaliens

ARTA (Djibouti), 3 mai (Extrait AFP / YAHOO) - Les consultations et tractations entre clans somaliens ont commencé mercredi à Djibouti où une pause d'au moins deux jours a été décrétée à la conférence de paix ouverte la veille à Arta, au sud de la capitale.

Environ 260 chefs coutumiers somaliens doivent se mettre d'accord "sur le nombre de délégués qui sera attribué à chaque clan", a expliqué à l'AFP le ministre djiboutien des Affaires étrangères, Ali Abdi Farah, qui présidait la séance mercredi matin.

Ils doivent également élire un président et quatre vice-présidents pour la suite de la conférence, qui a pour objectif de désigner un parlement et un gouvernement en Somalie, privée d'autorité centrale depuis la chute du président Mohamed Siad barre en 1991, a poursuivi le ministre.

Cette phase pourrait durer dix jours, a-t-il estimé.

"Nous avons déjà fait un grand pas en les réunissant, car c'est la première fois qu'ils se voient depuis dix ans", a poursuivi Ali Abdi Farah.

La tâche apparaît extrêmement délicate, car il faudra aussi bien trouver un équilibre entre clans, qu'entre sous-clans qui les composent, que sur la répartition géographique et sur les différends territoriaux. Tous ces ingrédients ont fondé les luttes meurtrières qui ensanglantent la Somalie depuis près de dix ans.

"Vous devez établir un système durable de gouvernement qui vous sauvera de la dictature, du clanisme, des ambitions à courte vue et des intérêts excessivement centralisés d'une élite dans la capitale", avait lancé mardi le président djiboutien Ismaïl Omar Guelleh aux participants.

Djibouti, à l'initiative du nouveau processus de paix, a proposé que 650 délégués représentent la Somalie, soit environ 130 par confédérations claniques. Ces délégués se réuniront, dans une deuxième phase, pour désigner un parlement.

De plus, des clans importants ne sont toujours pas vraiment représentés à Arta. Mercredi une délégation djiboutienne est partie pour Baidoa pour convaincre les chefs traditionnels et notables de cette région du sud-est de la Somalie de participer à la conférence.

S'ils viennent, a déclaré mercredi à l'AFP Ousmane Ahmed Youssouf, qui dirige le comité politique en charge de la conférence, "ce sera parfait" car les grands clans seront alors présents. Même si les dirigeants du Somaliland (république auto-proclamée dans le nord du pays) continuent de bouder la réunion d'Arta.

Soutenue par l'ensemble de la communauté internationale, la conférence d'Arta, la treizième réunion organisée depuis près de dix ans pour trouver une solution à la crise somalienne, s'appuie sur les forces de la société civile, sages, chef coutumiers, notables, mouvements politiques ou mouvements de femme, plus que sur les chefs de guerre.

Ali Mahdi Mohamed, qui contrôle Mogadiscio-nord, était le seul des nombreux chefs de factions qui se partagent le pays à être présent mardi à l'inauguration de la conférence. Mais il ne participera pas personnellement aux consultations en cours. Les autres chefs de guerre rejettent le plan de paix de M. Guelleh.

Pour M. Ahmed Youssouf, qui s'est rendu à Mogadiscio pour convaincre les notables du clan Hawiye (qui dominent la région de la capitale) début avril, les chefs de guerre sont aujourd'hui suffisamment affaiblis pour que la société civile leur impose une solution pacifique. Ce pari constituera la troisième phase de la conférence.







 

 

M. GUELLEH :
LIBÉREZ LES ENFANTS MINEURS
ET INNOCENTS !

L'ARDHD renouvelle son appel pour une libération immédiate de tous les enfants emprisonnés à Gabode, qui subissent des sévices de toutes natures, y compris sexuels.

De nombreuses associations se sont déjà associées officiellement à nos appels (AFADD, AGIR ENSEMBLE, ORGANISATION MONDIALE CONTRE LA TORTURE, SURVIE, UIDH, ALLIANCE FRANCOPHONE, SURVIE, etc..).
D'autres associations, parmi les plus importantes, interviennent actuellement (dans un premier temps) à titre officieux, directement auprès de M. Guelleh, pour lui demander de mettre un terme à cette honte et à ce scandale.

En maintenant, malgré tout, l'incarcération de ces enfants, le maître de Djibouti montrerait-il son vrai visage ? Qu'auraient bien pu faire ces enfants à M. Guelleh pour qu'il agisse avec tant de cruauté à leur égard et qu'il prenne le risque de compromettre une image personnelle déjà bien écornée ?

Les opinions publiques et la communauté internationale découvrent progressivement la situation. Il ne serait pas étonnant qu'une campagne de grande ampleur soit initiée prochainement en faveur de la libération des enfants et de leur prise en charge par des ONG.

Djibouti et le peuple djiboutien ont-t-ils besoin de cette publicité ?
Les Djiboutiens aiment les enfants : ils ne partagent certainement pas l'entêtement de leur Président sur ce sujet (au moins) et ils ne souhaitent sûrement pas que Djibouti soit propulsé, un jour, au premier plan de l'actualité pour des actes inhumains sur des enfants mineurs ; actes répréhensibles commis en contradiction avec toutes les conventions internationales signées par la République.

Ce n'est certainement pas l'image que les Djiboutiens aimeraient donner de leur pays ...

------------------------------------------------------- Sommaire ---------------------------------------------------------

AVERTISSEMENT :
-
l'utilisation de tous nos articles est autorisée,
(à l'exception des extraits de presse, et ce, pour des raisons de propriété intellectuelle).
- l
'impression et la diffusion du journal sont autorisées et même recommandées !

Il vous est demandé simplement
de citer la source de la façon suivante :
"Extrait de LA LIBERTÉ - ARDHD -
http://www.ardhd.org"