ARDHD
Observatoire de la situation
des Droits de l'Homme à Djibouti
3ème année


Bulletin d'information et d'alerte N° B 127
Du 29 décembre 2001 au 4 janvier 2002

 

04/01/02 Ambassade de France à Djibouti. Le soulagement !
La France conserve bien la première position des nations/organisations qui sponsorisent le régime dictatorial, sanguinaire et policier. IOG l'a confirmé récemment ...
03/01/02 Nous avons le plaisir d'accueillir au sein de l'Ordre des Brosses à Reluire, l'ensemble des journalistes qui ont signé un article paru récemment dans LA NATION.
02/02/01 RSF : un bilan affligeant pour la liberté de la presse dans le Monde.
02/01/02 TCHAD : Le CMAP nous informe que le Président DEBY a ouvert la porte aux réformes proposées par une opposition constructive qui a travaillé avec sérieux et méthode à l'élaboration d'un projet concret et réaliste pour l'avenir du pays.
01/01/02 Ce que nous souhaitons pour les Djiboutiens en 2002
01/01/02 Un quizz pour tous à l'occasion de la nouvelle année (par Roger Picon)
01/01/02 La « fuite des cerveaux » ? IOG ose s'en étonner et il voudrait culpabiliser les émigrés en les accusant de désertion !!! (Lecteur)
30/12/01 Les parlementaires djiboutiens votent la réintégration de M.Moussa Ahmed Idriss à l'Assemblée Nationale. (ADI)
30/12/01 : DJIBOUTI : un nouvel enjeu d'IOG pour compenser la baisse du tourisme et une grande vocation - celle de hausser Djibouti au niveau d'une ville de garnison à stature nternationale. (AFP)
30/12/01 Toujours face à la baisse du tourisme, IOG propose 'à titre purement promotionnel' un hébergement simple mais accueillant ... à tous les opposants politiques.

29/12/01 Lettre d'un républicain adressée à la famille régnante
sur le « Royaume de Sale Manie ».

bulletin B126
..bulletin B128



Avis : nous ne pouvons pas vérifier toutes les informations transmises par les lecteurs.

Nous rappelons que les courriers des lecteurs sont publiés sous leur seule responsabilité et que l'action de l'ARDHD se limite à les insérer dans ces colonnes en ajoutant la mention 'Lecteur".

Pour des raisons de sécurité les publications sont anonymes, mais l'ARDHD conserve le double des messages E-Mail. L'ARDHD s'engage en contrepartie à publier les réponses à ces courriers et/ou les rectificatifs.

   

Bonne année
2002

à tous
les lecteurs !

01/01/02 Ce que nous souhaitons pour les Djiboutiens en 2002

L'équipe de l'ARDHD a reçu de très nombreux messages d'encouragement à l'occasion de cette nouvelle année, de la part des Djiboutiens, qui sont soit des citoyens-émigrés de force, soit des citoyens-résidents en proie au régime dictatorial et policier de Djibouti. Ne pouvant répondre individuellement à chacun, nous prions tous ces lecteurs d'accepter nos remerciements sincères pour ces encouragements qui nous donnent la force de continuer ce combat à leur côté pendant toute l'année 2002.

L'équipe de Guelleh ne s'est pas manifestée à notre égard : dans le fond, cela ne nous étonne pas !!! Car nous n'avons rien à nous dire/souhaiter.

En revanche, la classe politique dite 'de l'opposition' ne s'est pas encore (non plus) manifestée une seule fois : elle dispose encore d'un mois pour le faire et il n'y a aucune urgence. Devrait-on en tirer malgré tout des conclusions hâtives ? Certainement pas, mais cela nous a donné (quand même) une indication sur une certaine forme de gratitude ou de non-gratitude ... Est-ce simplement les coûts invraisemblables pour accéder à Internet qui freinent les ardeurs ... ? Doit-on regretter à cette occasion que ceux qui se disent en lutte contre le pouvoir n'utilisent pas plus l'outil qui est à leur entière disposition et dont ils se sont servis naturellement lorsqu'ils étaient personnellement mis en cause par le régime : emprisonnement, condamnations injustes, spoliation, ... Ont-ils changé de cap ?

Quand à nous, l'équipe bénévole de l'ARDHD, nous souhaitons à tous les Djiboutiens de retrouver la paix, la justice, la démocratie et de pouvoir enfin vivre dans un pays où l'on peut s'exprimer librement sans risquer d'être arrêté et/ou torturé, dans un pays où le travail est rémunéré avec ponctualité, dans un pays où l'on peut vivre décemment avec le fruit de son travail. En un mot dans une République et non dans une dictature policière !

Nous souhaitons aux Djiboutiens de trouver les ressources nécessaires pour se choisir des leaders capables de les représenter avec force et avec abnégation, capables de résister aux pressions de l'équipe en place et au chant des sirènes sonnantes et trébuchantes ou des hochets glorificateurs : promesses de postes ministériels ou diplomatiques, de mandats parlementaires ou de médailles prestigieuses en chocolat (grand croix du mérite, ...).

Nous leur souhaitons surtout de retrouver l'espoir d'une vie meilleure pour eux et pour leurs enfants, de pouvoir enfin retrouver ceux qui ont choisi de s'installer à l'étranger par obligation/désespoir ou de maintenir des contacts fréquents avec ceux qui l'ont fait par choix personnel.

Nous leur souhaitons d'avoir la force pour reconstituer leur capital de fierté. Le peuple djiboutien est composé de femmes et d'hommes qui ont, comme tous les peuples, le droit imprescriptible d'être gouvernés dignement par des 'mandataires' élus par eux et ayant pour seule vocation de défendre leurs intérêts.


Il n'y a pas de malédiction concernant Djibouti et c'est maintenant au peuple qu'il appartient d'exprimer 'son ras-le-bol' et de jeter, comme l'ont fait encore dernièrement les Argentins, ceux qui les spolient et qui les torturent tous les jours. Il suffit de s'unir et de parler d'une même voix pour que le régime s'écroule de lui-même en quelques jours : cette unité et cette volonté sont indispensables pour mettre un terme au jeu pervers du pouvoir : terreur et division.

Après, il sera temps de rechercher les responsables, de les assigner devant les juridictions internationales et de faire bloquer leurs avoirs financiers pour qu'ils soient restitués à la communauté djiboutienne. Nous participerons pleinement et avec responsabilité à ces actions.

Jean-Loup SCHAAL

____________________ ________________

04/01/02 Ambassade de France à Djibouti. Le soulagement !
La France conserve bien la première position des nations/organisations qui sponsorisent le régime dictatorial, sanguinaire et policier. IOG l'a confirmé récemment ...


Dans une récente intervention IOG a confirmé que la France restait bien le premier sponsor de son régime avec des centaines de millions de FD de subventions officielles de toutes formes. Cela ne prend probablement pas en compte les subventions occultes, occultés et/ou indirectes, sous des appellations les plus diversifiées.


Ah oui vraiment ! Le contribuable français est fier d'apprendre qu'une partie de ses impôts est si bien utilisée pour financer la torture, la répression, l'avilissement d'un peuple et un clan mafieux qui s'enrichit et qui place ses avoirs 'sales' à l'étranger avec l'assistance probable de Banques (françaises) comme le Crédit Agricole - Indosuez, qui facilitent certainement les transferts importants.

Cocorico !

____________________ ________________

03/01/02 Nous avons le plaisir d'accueillir au sein de l'Ordre des Brosses à Reluire, l'ensemble des journalistes qui ont signé cet article paru récemment dans LA NATION.

Nous leur décernons collectivement le grade envié de faux-culs avec la barrette spéciale de dénonciateurs ...

Ces journalistes travaillent pour le Président-dictateur et pour son organe de communication personnel. C'est leur droit et c'est leur choix - les deux sont clairement exprimés et nous ne les avons jamais critiqué pour cela, bien qu'ils feraient probablement mieux de mettre leur talent (indubitable) au service de la défense des droits des Djiboutiens plutôt que de participer directement, consciemment et activement au système abject de gouvernement de Guelleh qui asservit et qui ruine tout un peuple.

Mais de là à se permettre de dénoncer des collègues d'un support d'opposition, qui ne bénéficient pas des mêmes avantages qu'eux (moyens de diffusion et de communication, salaires, etc.) il y a un pas que seuls des gens sans conscience auraient pu franchir.

Alors inutile de nous faire des leçons de morale pour défendre un autre support inféodé lui-aussi au régime policier et de nous parler de liberté de la Presse à Djibouti.

Inutile non plus de faire étalage de culture, lorsque l'on est capable (pour flatter le chef) d'attribuer à La Bruyère une phrase de Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais - 1733-1799 - (La citation est d'ailleurs reproduite avec le nom de l'auteur, tous les matins en manchette dans Le Figaro, ce qui aurait pu les guider !)

Ah les braves petits pédants qui se targuent d'être susceptibles de commettre des erreurs en toute bonne conscience... Une de plus ! Rien à ajouter, car nous avions déjà tous notre opinion sur les niveaux de crédibilité et de soumission de La Nation. Hélas, pour la Liberté de la Presse !

Nous les félicitons sincèrement pour cette nomination bien méritée.

____________________________________________________________________

"Extrait de la Nation"

Pour la liberté de presse



Les activités du journal " Le Progrès " sont mises en veilleuse, par une décision interne du RPP, pour quelque temps.

Pour quels motifs ? Il semble qu'il ait porté quelques critiques étayées par des analyses et commentaire sur la gestion de direction d'un ministère.

" Le Progrès " est le journal du RPP et tout le monde le sait.

Mais ce que l'on ne sait pas, ce que les journalistes qui travaillent pour sa parution sont des bénévoles. Oui, des hommes et des femmes qui écrivent dans ces colonnes par conviction politique.

L'”Ere Nouvelle” a disparu, parce que lui aussi a un jour empiété sur les plates bandes d'un ministre. " La Nation " pour la chronique de Mahe, a été traîné en justice par autre membre du Gouvernement.

Pourquoi les membres du Gouvernement ont-ils la susceptibilitéà fleur de peau ?

Pourquoi, le Président de la République dont la personnalité est protégée par les textes manifesté peu d'empressement à faire défendre son image par les autorités concernées ?

Le directeur du " Renouveau " ne le ménage pas du tout.

Pourquoi le Parquet manifeste-t-il une grande timidité dans l’application de la loi. Quant à ses diatribes envers le Chef de l’État ? Et ses tentatives de troubler l’ordre public, nous pensons à la fameuse histoire de trafic d’organes.

Les propos injurieux ne vont pas seulement à l'endroit de sa politique ou de sa personne, mais il s’arrange dans son discours pour évoquer les parents du Président, décédés récemment (paix à leurs âmes).

En tout cas, à lire les écrits de notre confrère du Renouveau et avoir ceux pour lesquels les journalistes du Progrès, on finit par croire que le Renouveau et les membres du Gouvernement sont mieux protégés que le Chef de l’Etat.

Le Président est un homme sage ! Il comprend qu'en politique, il ne faut pas faire des martyrs. " Sans la liberté de blâmer, il n'y a point d'éloge flatteur ".

Certains membres du Gouvernement, on peut-être oublié de méditer sur cette belle pensée de la bruyère. Essayiste français du XVIIIe siècle.

Et dans la presse ceci est plus vrai qu'ailleurs. Nous, journalistes nous sommes obligés d'assumer beaucoup d'erreurs dans notre travail. De faire attention. Souvent, nous provoquons des catastrophes sans intention malveillante.

Nous ne sommes pas à l'abri des erreurs. Le principe sur lequel nous fonctionnons est simple. C'est la conscience que nous avons de notre subjectivité qui nous permet de nous approcher toujours un peu plus de l'objectivité.

Nous demandons que soit levée l'interdiction dont est frappée " Le Progrès ".

La liberté de la presse, à Djibouti, en a besoin !

LES JOURNALISTES DE LA NATION.

____________________ ________________


02/01/02 RSF : un bilan affligeant pour la liberté de la presse dans le Monde. (Extrait)

Communiqué de presse
2 janvier 2002



Nette dégradation de la liberté de la presse dans le monde en 2001


De plus en plus de journalistes interpellés,
la liberté de la presse recule dans plusieurs pays


En 2001 :
31 journalistes tués
489 interpellés
716 agressés ou menacés
378 médias censurés
Au 1er janvier 2002, 110 journalistes emprisonnés dans le monde


A titre de comparaison, en 2000 :
- 32 journalistes tués
- 329 interpellés
- 510 agressés ou menacés
- 295 médias censurés


Tendances et priorités
A l'exception du nombre de journalistes tués qui reste stable, tous les indicateurs (journalistes interpellés, agressés, menacés, médias censurés) sont en forte hausse par rapport à 2000. Le nombre de journalistes interpellés (489 en 2001) a augmenté de près de 50 %, et celui des journalistes agressés ou menacés (716) de plus de 40 %. De plus en plus de journalistes sont emprisonnés dans le monde. Ils sont actuellement 110 derrière des barreaux. Alors que ce nombre n'avait fait que baisser depuis 1995, il a brusquement remonté en 2001.

ARDHD : l'honnêteté intellectuelle commande de préciser que Djibouti, pour l'une des premières fois de son histoire, n'est pas cité cette année dans le bilan annuel de RSF. Reporters Sans Frontières.

____________________ ________________

02/01/02 TCHAD : Le CMAP nous informe que le Président DEBY a ouvert la porte aux réformes proposées par une opposition constructive qui a travaillé avec sérieux et méthode à l'élaboration d'un projet concret et réaliste pour l'avenir du pays.

Mesdames et Messieurs,

Après la rencontre entre la délégation de la CMAP et le Président Déby au Tchad le
processus de dialogue entre le Gouvernement et l'opposition semble demarrer.

Ci-joint une déclaration du MDJT de Togoïmi (source AFP), principal mouvement armé
qui veut à son tour négocier, et le vendredi aura lieu la rencontre entre le Gouvernement
et toute l'opposition intérieure.

Bien cordialement,

LEY-NGARDIGAL Djimadoum



C O M M U N I Q U E .... C O N J O I N T
Gouvernement - CMAP

Une délégation de la Coordination des Mouvements Armés et Partis Politiques de l'opposition conduite par le Président de la Commission Dialogue et Paix et Commissaire aux Relations Extérieures de la CMAP, le Dr. Ley-Ngardigal Djimadoum a séjourné à N'Djamena du 13 au 18 décembre 2001, à l'invitation du Gouvernement tchadien.

Au cours de ce séjour, elle a été reçue par le Président de la République, Son Excellence Monsieur IDRISS DEBY a Abéché, le 14 décembre 2001, à qui elle a exposé son plan pour une paix globale et durable au Tchad.

Le Chef de l'Etat a salué l'initiative courageuse et l'apport positif de la CMAP à la recherche de la paix et indiqué que ce plan sera examiné avec la plus grande attention par le gouvernement.

La délégation de la CMAP a ensuite été reçue par le Premier Ministre, Son Excellence NAGOUM YAMASSOUM le 15 décembre 2001. Au cours de la séance avec le Chef du Gouvernement, les deux parties se sont mutuellement félicitées de l'esprit de dialogue qui a prévalu et ont manifesté leur volonté respective de ramener la paix et l'unité au Tchad.

Le Premier Ministre a félicité la délégation de la CMAP pour avoir décidé d'engager un dialogue direct et sans conditions avec le gouvernement sur la base de propositions concrètes.
Le Premier Ministre s'est engagé à faire examiner par le gouvernement les propositions de la CMAP. A l'issue de la rencontre, il a été convenu de ce qui suit.


1. Soutien du Gouvernement à l'engagement de la CMAP de réunir l'opposition politico-militaire et démocratique, ainsi que la société civile afin d'élaborer une plate-forme commune dans le respect de la Constitution en vue de parvenir à une paix globale, définitive et sans exclusive de manière à mettre un terme à la conquête du Pouvoir par les armes ou par d'autres moyens illégaux et favoriser l'alternance par la voie démocratique.

2. Poursuite du dialogue entre le Gouvernement et la CMAP afin d'approfondir un calendrier de cette dynamique de paix. A cet effet, une première rencontre est programmée dans la 2ème quinzaine du mois de Janvier 2002.

3. Un appel solennel est lancé en direction de tous les partis politiques démocratiques et
politico-militaires de se surpasser pour qu'enfin, le Tchad puisse vivre en paix et amorcer son développement économique et social.


Fait à N'Djamena, le 18 Décembre 2001


Pour le Gouvernement
Le Ministre des Affaires Etrangères
MAHAMAT SALEH ANNADIF


Pour la Coordination des Mouvements Armés
et Partis Politiques de l'Opposition duTchad (CMAP)
Le Commissaire aux Relations Extérieures
Dr LEY-NGARDIGAL Djimadoum


_______________________________________________________

ARDHD : Nous saluons ces bonnes nouvelles et nous tenons à féliciter les dirigeants de l'opposition qui se sont battus jusqu'au bout pour faire avancer leurs revendications et pour communiquer / informer en permanence sur la situation dans le pays. Bravo en particulier au Dr Ley-Ngardigal pour son travail concret et efficace et pour son action dans la rédaction de propositions concrétes et réalistes.

Faudrait-il prendre exemple sur cette action en ce qui concerne Djibouti ?


En dépit de nos appels publics et privés (depuis plusieurs années) à tous les dirigeants politiques de l'opposition, il ne semble pas qu'une plateforme n'ait jamais été rédigée pour définir les conditions d'une vie démocratique à Djibouti. Nous restons prudents, car ce texte existe peut-être ... mais nous n'en aurions jamais eu connaissance !

____________________ ________________

01/01/02 Un quizz pour tous à l'occasion de la nouvelle année
(par Roger Picon)


On peut jouer seul, en famille ou avec des amis.
Les bonnes réponses seront données dans un prochain numéro avec l'analyse statisitique des réponses reçues.
On peut répondre sous son nom ou de façon anonyme.
Le ou les gagnants recevront une récompense spéciale de l'ARDHD.




Comment jouer ?

Etape A - Notez d'abord sur un papier vos réponses
aux cinq questions que nous vous proposons.


Question N°1 - Donnez le numéro de l'image qui est différente des autres :

-> A,
-> B,
-> C,
- >D,
Une seule réponse est possible !


_________________________________________________________________________
Question N°2 - A votre avis, est-il possible de déplacer le carré D
vers l'un des autres carrés A, B ou C ?


-> OUI
-> NON
Une seule réponse est possible !


_________________________________________________________________________
Question N°3 - A quelle échéance ?


-> cette année,
-> l'année prochaine,
-> avant cinq ans
-> plus de cinq ans
Une seule réponse est possible !


_________________________________________________________________________
Question N° 4 - Quelles forces faudrait-il utiliser pour que D rejoigne un autre carré ?


-> le courage civique,
-> l'obstination,
-> le dépôt de plaintes devant les juridictions occidentales (Belgique, France, Canada, ...)
-> le soutien des diplomaties occidentales
Plusieurs réponses sont possibles !




_________________________________________________________________________
Question N° 5 (Subsidiaire pour départager les gagnants) A votre avis combien recevrons-nous de réponses ?

-> donner un chiffre de 1 à 10.000

_________________________________________________________
_________________________________________________________


Etape B - Cliquez ici
et donnez vos réponses aux cinq questions dans le message. (Exemple ci-dessous)

Exemple de réponse (Attention : les réponses proposées dans cet exemple ont été choisies au hasard ; elles ne sont pas obligatoirement les bonnes ..) :

1) A
2) OUI
3) L'année prochaine
4) Obstination et courage civique
5) 1.232




____________________ ________________

01/01/02 La « fuite des cerveaux » ? IOG ose s'en étonner et il voudrait culpabiliser les émigrés en les accusant de désertion !!! (Lecteur)

Le Président de la République la qualifie de « phénomène qu’il ne comprend pas », compte tenu que les candidats à l’exil ont profité des contribuables de leur pays afin de s’instruire et se former, n’ont aucune raison apparente de fuir leur pays et qui en guise de remerciements devraient tout au contraire servir leur nation.


A la rigueur si cet exil pouvait rendre service à leur patrie à l’instar de beaucoup de nations dans ce monde, ceci serait tout au moins acceptable, a laissé entendre le chef de l’Etat qui dit que pour Djibouti, c’est l’inverse qui se produit actuellement puisque les fonds « partent contrairement à partir d’ici. »



Et voilà IOG qui nous accuse de déserter la patrie au lieu de servir, je laisse à tous déserteurs d'entirer ses propres conclusions sur ce discours contreversé. Pour IOG, il est facile d'accuser les autres sur ses propres mals.

Au lieu de soigner la plaie et peut-être la corriger, voilà que le numéro UN de Djibouti (d'après ADI) joue un jeu d'enfant. Peut-être que ceci est une sirène d'alarme puisque qu'il n'arrive plus à gérer ce pays qu'il'a rendu ingérable. Peut-être pour lui, il est temps de réfléchir et de se poser les vraies questions sur la nature de ces diffèrentes crises Djiboutiennes. Pourquoi pas se poser la question sur la fuite des fonds publics vers l'extérieur exercée par lui même ainsi que par sa famille . Il est ahurissant de lire qu'IOG voudrait nous donner des leçons sur la fuite des cerveaux. Au travers de ce texte
je souhaite :

- d'abord à tous les déserteurs (selon la définition donnée par IOG) une nouvelle et merveilleuse année 2002,
- "que la paix et la justice sociale reviennent dans notre chère Patrie",
- la disparition totale de ce régime qui nous terrorise, nous vole et qui corrompt les hommes avides et/ou faibles.


A.I.


____________________ ________________

 

ADI/DJIB/1607/171 MOTS

30/12/01 Les parlementaires djiboutiens votent la réintégration de M.Moussa Ahmed Idriss à l'Assemblée Nationale

DJIBOUTI (ADI)- 30 décembre- Les parlementaires djiboutiens ont voté dimanche 30 décembre, lors de la deuxième séance plénière de la 2ème session ordinaire de 2001, dite « Session Budgétaire », une proposition de résolution portant réintégration de M.Moussa Ahmed Idriss au sein de l'Assemblée Nationale.


Candidat malheureux de la dernière élection présidentielle d'Avril 1999, où il avait obtenu 25% des suffrages exprimés, M.Moussa Ahmed Idriss avait perdu son immunité parlementaire, le 15 septembre 1999, à la suite d'un article tendancieux, sapant « le moral des Forces Armées Djiboutiennes » paru dans « le Temps », journal dont il était le Directeur de publication.

La réintégration de cette figure politique intervient dans le contexte de la restauration de la paix dans notre pays. Elle intervient en outre, dans le climat favorable de décrispation politique et de réconciliation nationale, prôné par le Président de la République de Djibouti M.Ismaïl Omar Guelleh.

ADI- 16H10 GMT- 30 DECEMBRE 2001


Note de l'ARDHD : depuis quelques mois, nous avions fait état de probables négociations en cours entre plusieurs dirigeants de l'opposition et Guelleh. Les premières négociations avaient abouti avec l'annulation de la radiation de Me Aref au barreau de Djibouti en juillet 2001 (article du 13/07/01 B104) , puis avec le vote d'une amnistie (article du 6/09/01 B110) concernant plusieurs personnalités en septembre 2001. Aujourd'hui un nouveau processus a peut-être réussi. Nous n'en tirerons aucune conclusion, laissant à nos lecteurs leurs appréciations personnelles.

____________________ ________________

30/12/01 : DJIBOUTI : un nouvel enjeu d'IOG pour compenser la baisse du tourisme et une grande vocation : celle de hausser Djibouti au niveau d'une ville de garnison à stature internationale.

Djibouti
Français
Ethiopiens
Israéliens
Américains
Naturellement
Contractuellement
Au gré des amitiés politiques
Discrètement :
renseignements +
formation de personnels djiboutiens
Futures interventions
contre la Somalie
et le Yémen (?)
Allemands
Iraquiens
Somaliens
Hollandais
Participation à une offensive contre la Somalie ?
Il y a bien longtemps,juste avant la guerre du Golfe
Futurs officiers /policiers
en formation à Djibouti
Base arrière / forces d'interposition en Erythrée - Fév 01

Dans le numéro précédent nous avions repris une dépêche de l'ADI qui faisait état d'une diminution du nombre de nuitées dans les hôtels. IOG semble avoir trouvé la solution.

Outre les FFDJ qui sont très présentes à Djibouti avec probablement plus de 3.500 hommes, nous savions que les Israéliens étaient bien implantés (mais plus discrètement) avec des antennes capables de surveiller l'Afrique de l'Est et la péninsule arabique plus des échanges au titre de la formation des personnels djiboutiens. Puis ce furent les américains (qui contribuent probablement à masquer les militaires hébreux) et maintenant les allemands.

Décidément IOG s'est trouvé une nouvelle vocation : celle d'accueillir les forces armées étrangères qui vont combattre en Somalie .... Et dire que c'est lui IOG qui se targue d'être le champion de la soi-disant paix retrouvée en Somalie. Comme les contradictions ne le dérangent pas vraiment (à condition que cela lui rapporte) IOG place maintenant le territoire de la République à la disposition de ceux qui pourraient détruire le 'très' peu qu'il a suscité à Arta ...

Et la vie continue pour IOG qui encaisse les taxes de séjour ! Va-t-il louer son chateau personnel pour loger dignement les Commandants des forces étrangères. Certainement, ce n'est qu'une question du prix de location avec lui ! Odette ira vivre dans sa famille le temps que cela durera et IOG couchera dans son bureau au palais présidentiel ...

_________________________________________________________________
Un premier contingent de 600 soldats allemands à Djibouti
début janvier

DJIBOUTI, 30 déc (AFP) - dimanche 30 décembre 2001 - 12h04 -
Un premier contingent de 600 soldats des forces d'élite de l'armée allemande est attendu début janvier à Djibouti pour des manoeuvres d'entraînement qui dureront de six mois à un an, a-t-on appris dimanche de sources concordantes.
L'arrivée des premières unités, dont les éléments de commandement, est prévue dans les tous prochains jours, début janvier, ont indiqué à l'AFP des sources diplomatiques sous couvert de l'anonymat.
Ces forces seront cantonnées à Djibouti - qui abrite déjà le plus important contingent de l'armée française en Afrique - conformément à un accord conclu le 3 décembre lors de la visite d'une importante délégation militaire conduite par le capitaine de vaisseau Gunter Fritz, a-t-on précisé.
"Les forces allemandes pourraient également être utilisées pour mieux surveiller le territoire somalien dans le cadre de la lutte contre le terrorisme", indique un analyste politique de la région, sous couvert de l'anonymat.

____________________ ________________

30/12/01 Toujours face à la baisse du tourisme, IOG propose 'à titre purement promotionnel' un hébergement simple mais accueillant ... à tous les opposants politiques.


Sa grandissime Excellence, Monsieur Ismaël Omar Guelleh invite tous les opposants politiques djiboutiens à visiter gracieusement le site de Gabode
où leur sera réservé le meilleur accueil.
Hébergement de longue durée assuré sur place, sans réservation préalable.
____________________________________

On pourrait même ajouter :
- sauna à discrétion dès le mois de mai,
- massage-torture à volonté,
- traitement spécial des voies respiratoires à l'eau chlorée,
- etc...

____________________ ________________

29/12/01 Lettre d'un républicain
adressée à la famille régnante sur le « Royaume de Sale Manie ».


Si tu peux, méprisant l'humain et la nature te supposer populaire
et par un don divin, venu du ciel, te croire soudain devenu reine ou roi.
Si tu peux penser mystifier, créer tes propres lois, t'en satisfaire
et refusant le libre débat au peuple, t'asseoir chaque jour sur ses droits.


Si tu penses que la satisfaction de la « populace » ne peut se mesurer
qu'à l'aisance de sa famille royale, à son bien-être et richesses du moment.
Si tu crois que tu peux faire « sonner trompette » et « écrits publier »
en étant de ta conscience le falsificateur, en un mot le « dupant ».


Si tu ne peux croire que tu as toujours tort de n'avoir que raison
et d'imposer par la force tes autocratiques décisions, tes errances
Si tu peux feindre, si tu peux d'artifices sans cesse pour ta défense
te parer, en escamotant les discordes et le feu qui sévissent en ta maison.


Si tu peux ne rien faire, prendre tes aises, attendre et laisser venir,
te repaître de tout, ne donner de sens exclusivement qu'aux profits.
Si tu peux refuser d'entendre les objections, si tu ne sais que béatement sourire
et penser octroyer, en toute impunité, à tes laquais le gain de cent parties.


Si tu ne sais comprendre, observer, entendre et méditer,
n'être que tartufe, versatile et trop souvent contestable.
Si tu ne peux être qu'artifices, si tu ne sais être raisonnable
et tenter d'imposer au Monde que tes propos mensongers.


Si tu peux faire preuve d'absence de vertu, octroyant largement à tes protégés
la moisson de ton royaume et de subtils transferts ne pas voir le condamnable.
Si tu ne veux connaître l'histoire, si tu ne sais admettre être de tes étables
le maître des désordres, des marauds et des ornières sous ton ineffable souveraineté.


Si tu ne peux rencontrer dans tes projets que défaite après défaite
et n'accepter que te soient dites deux vérités d'un même front.
Si tu peux perdre chaque jour ton courage et plus tard ta tête
quand tous tes hypothétiques amis, par évidence, la garderont.


Alors les empires, les dieux, la chance et la victoire
te seront à jamais interdits
et ce qui vaut bien mieux que le profit et la gloire


Tu ne seras rien mon fils !
Tu ne seras rien ma fille !

Serviteur non asservi.
Roger Picon
(inspiré de Kipling)


____________________ ________________

 

L'HOMME
OU LA FEMME
DE LA
SEMAINE.

Dans cette rubrique nous signalons à l'opinion internationale, celle ou celui qui s'est distingué(e)
- soit par son zèle pour soutenir la dictature,
- soit en violant les Droits de l'Homme : cruauté, tortures, exécutions sommaires, emprisonnements arbitraires, viols, assassinats, destruction de cheptels ou de point d'eau, destruction d'écoles ou de centres de soins, etc..

Auront-ils à répondre un jour
de leurs actes
et de leurs crimes
devant un tribunal pénal international ?


Rappel des personnages
déjà "élus" :

LA LIBERTÉ N° 17 -
Mme LEILA,
juge d'instruction
LA LIBERTÉ N° 19 -
Omar FARAH,
gendarmerie d'Ali Sabieh
LA LIBERTÉ N° 29 -
Le général Yacin YABEH,
LA LIBERTÉ N° 32 -
Le directeur de la Prison de Gabode,
LA LIBERTÉ N° 33 -
Ali Mohamed ABDOU,
procureur général
LA LIBERTÉ N° 35 -
Mme Hawa Ahmed YOUSSOUF
Ministre déléguée conjointement avec
M. Le Représentant de l'UNICEF
à Djibouti.
LA LIBERTÉ N° 36 -
M Ibrahim Idriss DJIBRIL,
Ministre de la Justice, conjointement avec M Mohamed Ali ABDOU, procureur général de Djibouti (2ème nomination)
BULLETIN N° 4 -
Lieutenant GUELLEH de la FNP
BULLETIN N° 7 -
Le responsable des forces de police
qui a donné l'ordre le 24 juin de tirer à balles réelles sur Daher Guedi FOUREH.
BULLETIN N° 16 -
M Yacin Elmi BOUH,
Ministre de l'Économie et des Finances.
LA LIBERTÉ bulletin N° 23 -
M. Yacin Elmi BOUH,
Ministre de l'Économie et des Finances (2ème nomination)
LA LIBERTÉ bulletin N° 28 -
Monsieur Abdallah Abdillahi Miguil,
Ministre de l'Intérieur
LA LIBERTÉ bulletin N° 29 -
Monsieur MOGUEH,
Ministre délégué aux affaires musulmanes
LA LIBERTÉ - bulletin N° 32 -
Madame Nima Ali Warsama,
Juge d'instruction
LA LIBERTÉ - bulletin N° 36
Monsieur Ali Mohamed Daoud -
Ministre de l'Agriculture et du développement rural.
LA LIBERTÉ - bulletin N° 37
Le Lieutenant-colonel Abdourahman Ali Kahin,
Chef du groupement de police du district de Djibouti.

LA LIBERTÉ - bulletin N° 40
Le procureur IBRAHIM,
LA LIBERTÉ - bulletin N° 42
M. Idriss Arnaoud Ali, Directeur de Publication du Journal le Progrès, Président de la Commission Permanente de l'Assemblée Nationale et Secrétaire Général Adjoint du Parti RPP.
LA LIBERTÉ - bulletin N° 43
le Président Sad Mahamoud Abkar, Cour criminelle de Djibouti.
LA LIBERTÉ - bulletin N° 48
Hassan dit "Modaubé"
OBSERVATOIRE N° B106
DJAMA SOULEIMAN, procureur auprès du Tribunal de Première instance de Djibouti
Directeur adjoint de la Police politique.

------------ Sommaire ---------------


Les principaux responsables
d'actes de torture
à Djibouti.

En attendant que la justice pénale puisse instruire les plaintes des victimes de mauvais traitements, de spoliation, de viols, de torture et d'emprisonnement arbitraire (.. . ), nous rappelons, chaque semiane, à l'opinion publique internationale les noms des tortionnaires qui ont été le plus souvent cités par les victimes, et ce jusqu'à ce qu'ils soient inculpés.

- Colonel
Mahdi Cheikh Moussa,
- Colonel
Omar Bouh Goudade

- Lieutenant-colonel
Hoche Robleh


- Commandant
Zakaria Hassan

- Lieutenant Ladieh
- Lieutenant Mohamed Adoyta
- L'aspirant Haroun
- Le sous-officier Naguib
- L'adjudant Tane
- Kalifa
- Wagdi

Certains se seraient déjà réfugiés à l'étranger (USA et Canada) sous de fausses identités, mais ils sont placés sous surveillance, par les polices locales.

Nos informations sur la torture à Djibouti et les récits des victimes

-------- Sommaire ---------


L'Ordre des
Brosses à Reluire
réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de Cireur de Pompes - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade d'hyène fonceuse - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade d'hyène repue - Premier échelon
Bulletin n° B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de Léche-bottes avec mention spéciale.

Bulletin n° B127

L'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade faux-culs avec la barrette spéciale de dénonciateurs.