ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 
 
ardhd, accueil droite


dessin de Roger Picon

Les principaux responsables
d'actes de torture
à Djibouti.


En attendant que la justice pénale puisse instruire les plaintes des victimes de mauvais traitements, de spoliation, de viols, de torture et d'emprisonnement arbitraire (. . . ), nous rappelons, chaque semaine, à l'opinion publique internationale les noms des tortionnaires qui ont été le plus souvent cités par les victimes, et ce jusqu'à ce qu'ils soient inculpés.

Mise à jour - Janv 2005
Un certain nombre de ces tortureurs ont reçu des promotions (pour encouragement à la cruauté ?). Nous avons effectué les modifications suggérées par un lecteur.


Colonel Mahdi Cheikh Moussa,

____________
Colonel Omar Bouh Goudade
____________


Colonel Zakaria Hassan,
dit "P'tit Zak"
Lien avec son dossier
____________


Colonel Ladieh,
Chef du bureau militaire de la Présidence, décédé brutalement à Paris.
____________
Commandant Mohamed Adoyta
___________________
Aspirant Haroun (expulsé par le Canada et déchu de la nationalité canadienne)

___________________
Sous-officier Naguib

___________________
Lieutenant Tane
___________________
Kalifa

___________________
Lieutenant Wagdi
___________________

Nouveaux nommés
(2002) :


Hassan Saïd (Chef de la SDS)



___________________

Commandant Aboubaker Ahmed Moussa

___________________
Capitaine Idriss Djama (Août 2004, serait présent sur le sol belge, pour introduire une demande d'asile au titre de réfugié somalien)

___________________
Colonel Dembil. Depuis le 13 mai 2006, cet officier féroce dirige les exactions sauvages contre les populations civiles sans défense dans le Nord du pays : arrestations arbitraires, déportations, blocus alimentaire, ... _______________________

-
Commandant Omar Hassan Mattan des R.G. Proche de Paulette Guelleh, c'est lui qui a conduit depuis 1989 tous les interrogatoires musclées, en dehors de la cellule spécialisée de la Gendarmerie. Il aurait plusieurs centaines de cas de tortures à son actif.

___________________
Sergent Guestir
, de l'AND qui a fait exécuter en 1993 / 1994, des villageois du Day, dont 6 civils innocents et un vieillard édenté. Le charnier a été découvert début 2007 à proximité de la nouvelle résidence de vacances de Guelleh. Les victimes ont pu enfin être inhumés dans la tradition, devant une foule recueillie.

___________________

Observatoire B 543
Capitaine AWALEH, commandant le détachement de Tadjourah, qui a tiré sans sommation sur un véhicule civil, dont les occupants avaient refusé de payer le bakchich illégal, qui était exigé par les hommes placés sous ses ordres, au Check Point à l'entrée de Tadjourah

___________________

Observatoire B 545
Abdillahi Abdi Farah, Patron de la Police et Omar Hassan Houssein, Chef de Brigade de Police et son patron , pour avoir exécuté ou fait exécuter des actes de torture et de barbarie sur un jeune djiboutien, au motif qu'il avait porté un T-Shirt avec la mention "Non au 3ème mandat"
Promotion au Grade de Commandeur le 12/12/2015 pour avoir réussi à maîtriser le jeune Said Houssein Robleh dans un restaurant de la capitale. Lien

Observatoire B 561

Commandant Mohamed Waiss
(commandant du GIAT) à Tadjourah, l'Adjudant O... et les officiers et sous-officiers
qui ont appliqué ses ordres, en torturant avec sadisme et pendant plus d'une semaine, un jeune homme de 36 ans , Moussa Ali, originaire de Madoyta.

___________________

Observatoire B 580
Colonel Mohamed Djama dit "Le berger" (commandant la Garde républicaine)
pour les nombreuses massacres collec tifs de la population Afar du nord et les multiples assassinats qui lui sont attribués directement et indirectement (Awalleh Guelleh, Moumin Ibrahim Wais, et tand d'autres ...)

___________________
Observatoire B 597
Madame Lamisse Mohamed Saïd, juge d'instruction à Djibouti, pour avoir refusé la mise en liberté des opposants politiques et des défenseurs des Droits de l'homme, injustement incarcérés, sans aucun élément à charge et dont certains ont été torturés et portent de graves séquelles.

___________________
Observatoire B 609

Lieutenant-Colonel OUTEH, qui est soupçonné d'avoir ordonné l'exécution de nombreux Afar dans le nord du pays, selon les preuves accumulées par le Sgt Ariko, après plusieurs mois d'investigation.

___________________________
Observatoire B 631

L’adjudant Abdourahman Ali Ismaël, dit "Doudou",
responsable de nombreux cas de torture contre des citoyens et en particulier sur la personne de M. Farha Abdadid Hildid.

__________________________ Observatoire B 632

Le Sergent-Chef Ahmed Moumin,
qui a torturé M. Farah Abdadid Hildid, lui infligeant des séquelles probablement irréversibles au niveau de l'audition.

__________________________
Observatoire B 632

L'Adjudant-Chef Abdourahman Omar Saïd
qui a torturé à mort en avril, un habitant de Balbala et qui a ordonné les tortures infligées à MM Farah Abadid et Houssein Robleh
, entrainant des lésions et des séquelles graves.

__________________________
Brève 087

Abdi Omar Guedi du GIGN dit A.O.G. Selon nos correspondants, il aurait été présent à Obock le 30 décembre 2012 et aurait pu avoir participé aux tirs à balles réelles contre des jeunes lycéens sans défense.


Certains se seraient déjà réfugiés à l'étranger (USA et Canada) sous de fausses identités, mais ils sont placés sous surveillance, par les polices locales.
 
nouveaux lecteurs

                                       SITE OFFICIEL DE L'ARDHD
Le site est mis à jour quotidiennement depuis février 99

Association pour le Respect
des Droits de l'Homme à Djibouti

Histoire du site

Dernère mise à jour : 30/05/2012

L'Association (apolitique et bénévole) a pour objectifs :

  • d'obtenir la libération de tous les prisonniers politiques à Djibouti,
  • de contribuer à la réinsatallation des réfugiés djiboutiens exilés en Ethiopie,
  • d'agir pour un retour à la démocratie, à la Paix civile et à une justice équitable pour tous,
  • de dénoncer et de faire cesser tous les actes de torture et de violation des Droits de l'Homme, qui sont commis chaque jour, par le régime dictatorial de M. Ismaël Omar GUELLEH.

Présentation pour les nouveaux lecteurs.

Ce site a été créé dans l'urgence en février 1999, pour alerter l'opinion internationale sur les violations graves des Droits de l'Homme qui étaient commises à Djibouti par le système de M. Guelleh, Dictateur-Président. Prévu pour une durée 'courte' à l'origine, nous avons été conduits à poursuivre la diffusion, car elle répondait à un besoin réel. Au départ, il a permis d'informer l'opinion internationale :

  • sur les emprisonnements politiques des membres du FRUD,
  • l'arrestation et la condamnation de Me Mohamed AREF (d'où le choix du nom de domaine à l'époque), etc..

Contrairement à ce que le nom de domaine à l'origine (http://www.liberte-aref.com) pouvait laisser supposer, ce site n'a jamais été le site personnel de Maître AREF qui était encore, à l'époque, un ami proche de l'ARDHD, mais qui s'est toujours refusé d'intervenir en quelle que manière que ce soit dans les choix rédactionnels. Il n'avait jamais donné aucune consigne, même générale à l'ARDHD, qui conserve son entière liberté de penser, d'écrire et de publier. Le renversement de la position de Me Aref et son rapprochement avec le Gouvernement dictatorial, nous ont contraints d'officialiser les divergences et la séparation en octobre 2002.

Prenant acte du rapprochement de Me Aref avec le régime, le nom du site a été changé le 16 juin 2001 pour devenir : http://www.ardhd.org

_______________________________________________________________
Entre février 1999 et le 20 septembre 1999, nous avons publié régulièrement :

- les communiqués des Associations et les contributions de lecteurs
- une revue de presse et les dépêches AFP
- des informations sur la torture à Djibouti
- des informations sur les prisonniers politiques
- des informations sur les destructions systématiques d'école, de dispensaires, etc.. dans le Nord du pays

Le 20 septembre 1999, constatant que le Gouvernement avait emprisonné les derniers journalistes libres d'opposition et interdit tous les journaux d'opposition, nous avons créé un hebdomadaire électronique : LA LIBERTÉ. Depuis cette date, toutes les informations sont publiées exclusivement dans nos bulletins et journaux hebdomadaires.

Le 16 juin 2000, espérant un retour à la normal, avec la reparution régulière de deux titres d'opposition "Le Renouveau" et "Le Temps", nous avons décidé de mettre un terme à la publication de 'La Liberté'. Nous avions le souci de ne pas concurrencer les journalistes locaux... Très vite, il est apparu que cette apparente liberté d'expression n'était qu'une illusion. De plus de nombreux lecteurs nous encourageaint à poursuivre nos publications. Il a été décidé de poursuivre notre mission d'information sous la forme d'un bulletin. La situation de la presse se dégradant, le journal a repris son ascencion ...

Le 26 mai 2001, après la signature des accords du 12 mai et les prises de position des principales organisations d'opposition, nous avons décidé de suspendre la parution des bulletins de LA LIBERTE. La situation étant en cours de normalisation, le débat est alors devenu essentiellement politique et les publications de l'ARDHD n'y avaient plus leur place. L'ARDHD revient à sa mission d'origine qui est d'assurer une vigilance en matière des Droits de l'Homme et de dénoncer toutes les violations, sous la forme de bulletins bi-mensuels.

Le 16 juin 2001. L'Association utilisé son nouveau nom de domaine : http://www.ardhd.org. C'est par ce nouveau nom de domaine que les internautes ont eu accès au site.

Le 1er septembre 2002, l'ARDHD a mis en place une nouvelle présentation de son site, incluant un moteur de recherche multicritères, qui est partiellement opérationnel. Il concerne les périodes de septembre 99 à juin 2000 et la période qui commence le 17 août 2002. Progressivement les articles de la période intermédiaire, vont être inclus dans cette base de données.

- LDDH
Entre février 2000 et le 10 juillet 2001, l'équipe de l'ARDHD a hébergé et a mis à jour le site de la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) qui est domiciliée à Djibouti et qui, sans cesse tracassée par le régime, ne disposait pas d'équipements suffisants pour diffuser ses propres informations. Le 11 juillet 2001, la LDDH a ouvert son propre site avec l'assistance de l'ARDHD et tous les fichiers ont été transférés à la nouvelle adresse http://www.lddh-djibouti.org. A partir de 2002, la LDDH a demandé à l'ARDHD de diffuser ses messages, ses articles et ses communiqués.

La disparition de son Président et fondateur Jean-Paul Noël Abdi, dans un hôpital de Marseille le 13 avril 2012 a laissé un grand vide.

Garantir l'indépendance de l'Association
Nous sommes conscients des faiblesses que vous pourrez constater dans la présentation du site et dans la mise en page. Il faut que vous sachiez que ce site a été créé par une petite équipe de bénévoles, dont chaque membre assume une activité professionnelle par ailleurs. Pour conserver son indépendance, L'ARDHD a choisi de ne faire appel à aucune contribution financière extérieure (subvention, cotisation et/ou don) et elle refuse systématiquement toutes les offres aussi généreuses soient-elles. Elle ne fait appel à aucune publicité.

Pour nous, l'important est que ce site contribue à la diffusion d'idées et surtout d'informations :

  • pour tous les djiboutiens, tant les émigrés que ceux qui vivent à Djibouti et qui ne disposaient, pour la majorité d'entre eux, que des informations officielles préparées sous les ordres / le contrôle de M. Guelleh,
  • pour les organismes internationaux, qui y trouvent des informations anciennes et récentes et qui peuvent les utiliser dans leurs propres communications.

Nous souhaitons que tous les djiboutiens, victimes du régime tyrannique, ne se sentent plus abandonnés ni exclus et qu'ils puissent exprimer les difficultés auxquelles ils sont confrontés et les injustices commises par le pouvoir dictatorial. Ainsi l'opinion mondiale est informée en permanence de toutes les violations des Droits de l'Homme qui ont été / sont commises à Djibouti et de tout ce que les djiboutiens subissent sur les plans personnel, social et financier.

Le site a apporté une contribution décisive, en particulier, pour :

  • la libération de Maître AREF,
  • la libération de tous les prisonniers politiques,
  • la libération des enfants mineurs qui étaient incarcérés avec les adultes et soumis à des sévices sexuels à Gabode,
  • la restitution des passeports à plusieurs personnalités de l'opposition,
  • l'information des députés et des Ministres français et européens, afin qu'ils réduisent les subventions et aides accordées au régime djiboutien parce qu'elles sont détournées massivement par ses dirigeants,
  • une prise de conscience internationale sur la véritable nature du régime djiboutien, qui était partiellement occultée dans les médias,
  • dénoncer la comédie qui s'est jouée à ARTA à l'occasion la constitution d'un gouvernement somalien de circonstance,
  • dénoncer les propos racistes et xénophobes du Ministre de l'Intérieur, après la grande rafle de 5.000 personnes en décembre 2000,
  • informer de toutes les atteintes à la Liberté de la Presse, à la liberté d'expression et à la liberté de se déplacer,
  • suivre les déplacements des tortionnaires et informer, les pays d'accueil, des actes qu'ils ont commis,
  • aider les djiboutiens émigrés à constituer des dossiers de demande d'asile en leur fournissant, chaque fois que c'était possible, les documents et les preuves qui permettaient d'appuyer leurs déclarations,
  • Eviter que les souffrances du peuple djiboutien soient méconnues,
  • Aide à la réalisation de sites internets pour des associations et partis d'opposition,
  • Aide à la formalisation des messages de l'opposition et à la construction de leur stratégie.

Au fil des mois, le site est devenu la première référence, concernant Djibouti, avec une moyenne de 13.000 pages consultées chaque jour (octobre 2007)

La version française contient plus de 1.100 pages, dont certaines sont très denses ! A cela il faut jouter la base de données (90 Mo actuellement qui contient 7.000 articles et de nombreuses photos.

Il nous a été matériellement impossible de poursuivre la mise à jour des versions en Anglais, en Allemand et en Italien ; les essais tentés avec des logiciels de traduction automatique n'ayant pas donné de résultats satisfaisants.

25/08/06 : constatant que la proposition de réunir une conférence de l'opposition sincère et des associations à Paris en novembre 2006, n'avait pratiquement pas eu d'écho, l'ARDHD avait décidé provisoirement de ralentir la mise à jour du site, en particulier concernant l'action véritable de l'opposition.

01/12/06 : L'Association a été sensibilisée par la gravité de la situation en Somalie, avec la prise de pouvoir par les Tribunaux islamiques et la reconquête par les forces éthiopiennes. Elle a décidé de poursuivre la mise à jour du site en étendant sa zone d'observation aux pays voisins : Somalie, Ethiopie, Erythrée, Yémen, Somaliland et Puntland.

Fin août - début septembre 2009
Nous avons changé d'hébergeur, ce qui a occasionné des perturbations dans la diffusion des informations. Il a fallu effectuer de nombreuses modifications techniques pour que la diffusion soit assurée normalement. Les travaux ont duré pendant trois semaines.

Septembre 2009
Il a été décidé de transférer les informations stockées actuellement dans une base MS Access vers une base sous MS SQL. La migration devrait être achevée en octobre 2009

Mai 2012
L'ARDHD a constaté, après la disparition de Jean-Paul Noël Abdi, Président de la LDDH,

qu'elle ne recevait plus assez d'informations et que les partis politiques d'opposition étaitent paralysés et ne communiquaient pas ni sur leurs programmes, ni sur leurs actions. Elle a donc décidé de suspendre l'édition de son journal d'informations en continu et de se retirer de l'actualité djiboutienne.

Elle maintient une veille et ne publie plus que quelques informations brèves.

Ce site constitue une contribution à la mémoire des Djiboutiens, puisqu'il relate jour par jour et parfois heure par heure tous les événements importants de la vie civile.