Articles

23/04/2013 (Brève 138) Vérité : Hommage à Jean-Paul Noël Abdi

VERITE : Jena-Paul.Abdi Noël, un bijou rare. Demeure au Paradis !!

JEAN-PAUL NOEL ABDI  était un enfant du pays, il était humain, ayant la démocratie dans le sang, il aimait la grande liberté et la réussite du peuple.

Ayant servi  sous Gouled dans la politique à l’Assemblée  nationale, il  a façonné beaucoup de changement en apportant de nouveaux outils pour améliorer les services  au sein de l’Assemblée.

J-P NOEL  était un politicien chevronné  qui a assisté à tous les changements  politiques aue notre pays a connu ; c’était un leader infatigable des Droits de l’Homme.

Ayant une très grande expérience, il connaissait parfaitement tous les rouages de l’administration  du chamelier et ses défauts.

J-P NOEL, était un citoyen noble ; il vivait au sein de son peuple ; il était en lutte chque jour contre le pouvoir en place. Son désir était que le pays retrouve une politique saine et que le peuple regagne sa fierté d’être des citoyens respectés.

Sous la chaleur et la tempête du khamsin, il n’hésitait jamais  à aller de l’avant pour mieux dénoncer les magouilles du régime et son chef bobard.
                                                                                 
Il avait un grand cœur, il adorait la liberté de chacun, il aimait que le peuple respire l’air pur de FREEDOM.

J-P NOEL  refusait  la dictature, le pouvoir sans partage, le clanisme, l’enrichissement facile par un groupe, le détournement des biens publics au détriment d’un peuple a l’agonie.

C’était un homme de conviction avec un objectif à atteindre :   que le pays soit démocratisé dans un avenir proche.

Sans moyen ni aide, il progressait dans l’obscurité et dans la chaleur pour dénoncer la corruption, la main mise, les systèmes du fils de l’oued.

C’est lui qui a démontré, avec une détermination sans faille, en lançant des appels auprès des Organisations internationales, des Ambassades, du monde entier pour alerter sur le fait que  Djibouti  mourrait à petits  feux, que son peuple était dans la misère totale et que la dictature et l’injustice étaient à tous les coins de rue, et surtout qu’une guerre civile était imminente.

Ses actions étaient visibles et touchantes dans tous les domaines, il dénonçait souvent les agissements aveugles, les violences quotidiennes, les Droits humains bafouées, l’injustice, la déchirure sociale, l’étouffement de la jeunesse, le clanisme dans tout l’sphère, le massacre de la population Afar.

C’était l’homme, qui pensait  que le combat contre le pouvoir se déroulait au sein du pays  et qui il était temps que   les leaders de l’opposition prennent des décisions concrètes pour diriger les masses populaires pour se mettre en face de la royauté du clan.

J-P NOEL,  a mainte fois  séjourné dans les geôles du régime, a comparu devant le parquet sans motif sérieux ni valable. Il a été accusé faussement et sans prise et ljeté en prison pour des mois..

Il a été maltraité, humilié devant ses proches par la police gouvernementale et la gendarmerie à la solde du fils du rail.

J-P NOEL était  un homme aimé par l’ensemble de la population Djiboutienne, ses valeurs politique et humaine étaient reconnus au delà  des frontières,  celui qui a dit non la politique de l’autruche  d’IOG.

20/03/02 Le Procureur Général de Djibouti, Ali Mohamed Abdou, est élu Homme de la Semaine.

Pour sa
déclaration sur RFI, dans laquelle il a démenti
tous les propos alarmants de la LDDH, concernant l’état
de santé des 12 prisonniers politiques en grève
de la faim depuis le 27 février 2002. Pour le fait
qu’il bafoue le droit et la constitution en les maintenant
en prison sans jugement. Pour faire traîner depuis quinze
mois, le traitement du dossier de ces hommes, injustement
incarcérés, en utilisant des moyens dilatoires.

« Je
m’insurge contre les propos fantaisistes et sans fondement
d’un Opposant
en manque de sensation politique, qui pense à prodiguer
à ces personnes inculpées. »

Pour toutes
ces raisons, nous lui décernons le titre d’Homme de
la Semaine, afin de le signaler particulièrement à
l’opinion internationale et aux services occidentaux en charge
de l’étude des dossiers des réfugiés,
dans l’hypothèse où il lui prendrait l’envie,
un jour, de s’expatrier avec sa famille, comme l’ont fait
tant d’autres.

Peut-être
sera-t-il un jour recherché par une justice internationale
devant laquelle il devra répondre des faits énoncés
ci-dessus et de bien d’autres commis uniquement pour s’attirer
les faveurs de la dictature et non pour appliquer le droit.

20/03/02 Lettre ouverte du GIDEU au Secrétaire général de la Ligue arabe pour l’informer de la situation catastrophique des D.H. à Djibouti

Lettre
ouverte
à Amr Moussa,
Secrétaire général de la Ligue Arabe
Beyrouth

 

le
22 Mars 2002

 

Excellence,

Le Sommet
de la Ligue Arabe va se dérouler à Beyrouth (Libnane
) le 22 et 25 Mars 2002, réunissant plus les 22 chefs d’états.
Par la présente lettre, nous voulons porter à votre
connaissance les événements récents dans
notre pays pour témoigner que le gouvernement de Djibouti
ne tient pas compte des interventions de la communauté
internationale au sujet des Droits de l’Homme et continue de poursuivre
sa politique de violation des Droits de l’Homme a Djibouti .

Nous nous
adressons à vous, en votre qualité de secrétaire
général de Ligue arabe, afin que celui-ci exige
de manière plus forte le respect des droits de l’Homme
à Djibouti, ce qui passe obligatoirement par la résolution
de la question des prisonniers politique .

Le monde arabe
porte une responsabilité certaine pour l’avenir de la République
de Djibouti et de son peuple, elle se doit d’intervenir de tout
son poids pour la paix, pour une solution au problème des
prisonniers politique Djiboutiens (comme le demande ce peuple)
et doit se montrer exigeante sur les droits humains, tant dans
l’intérêt des peuples Djibouti, que dans celui des
peuples de l’Union arabe .

Les Pays arabes
sont fidèles au respect des Droits de l’Homme, à
la Liberté et à la Démocratie, le Sommet
de la Ligue arabe ne peut garder le silence devant les actes totalitaires
et répressifs des autorités Djiboutiennes.

Nous pensons
que des actes forts de la Ligue arabe sont nécessaires
pour que la république de Djibouti prenne le chemin de
la paix et de la démocratie.

Nous avons
été alertés sur l’état de santé
des prisonniers politique qui est très préoccupant.

Nous vous
demandons d’intervenir auprès du Gouvernement Djibouti
en faveur de la libération des prisonniers politique .

GIDEU, organisation
dont le but est d’œuvrer pacifiquement pour les Droits de
l’Homme, la Liberté et la Démocratie à Djibouti,
demande instamment aux délégations des pays de la
Ligue arabe participant au Sommet d’user de votre influence auprès
des autorités Djiboutiennes pour faire respecter le Droits
de l’Homme et sur les principes démocratiques .

Votre intervention
serait en cohérence avec les valeurs qui animent la Ligue
arabe et pourrait contribuer à ce que le Gouvernement djiboutien
fasse un premier pas vers la Démocratie.

En espérant
que vous prendrez en considération notre requête,

Veuillez agréer,
Monsieur le Secrétaire général, nos respectueuses
salutations.


Harbi Elabe

Gideu@hotmail.com

Note
de l’ARDHD : notre association s’associe pleinement à la
démarche du GIDEU, qu’elle soutient sans réserve.