Articles

14/06/2013 (Brève 144) Ahmed Daoud, qui signe en qualité de militant de l’ARD, nous adresse un texte que nous publions à sa demande et sous sa responsabilité. Cette publication n’engage pas les positions de l’ARDHD.

Les Agabas à Paris

Selon plusieurs sources concordantes, le FRUD Agabas seraient de retour à Paris.

Un haut responsable des Agabas (de la sécurité) serait venu à paris pour entamer une discussion avec une partie de l’opposition en exil.

Selon cette information, le dialogue serait rétabli entre l’opposition et le pouvoir à Djibouti. L’objectif de cette discussion serait clairement d’affaiblir la contestation pacifique regroupée à Djibouti autour de l’USN, en évitant la contagion dans l’autre principale communauté du pays, à savoir les Afars.

Le pouvoir djiboutien semble avoir déjà fait le choix de l’opposition fréquentable avec qui il peut discuter, les autres qu’il faut réprimer avec la plus grande fermeté.

Les oulémas du Model et le président du MRD ainsi que les cadres de ces deux formations sont victimes de cette stratégie. L’ironie de l’histoire est que les démocrates issas sont enfermés dans ‘’la célèbre cellule Afar ‘’ de la prison centrale à Gabode.

Il serait peut-être temps de changer aussi le nom de la cellule réservé aux prisonniers politiques …

L’analyse de notre chef Agaba en mission spéciale est encore plus intéressante. Le gouvernement djiboutien vivrait ses derniers instants, ne pouvant pas survivre à l’impasse actuelle.

Le chef de l’Etat voulait remercier les fideles mais il est conscient que le pays a besoin d’un nouveau gouvernement pour une sortie de la crise.

L’USN est une coalition hétérogène sans programme politique.

L’ARD, la principale force politique de l’opposition est affaiblie par une dissension interne insoluble. Ce parti n’a livré aucune bataille ni pendant la campagne ni dans la contestation des résultats électoraux.

Son déclin inéluctable permet à d’autres de se positionner sur ce créneau afar laissé vacant et en demande de leadership : c’est ainsi qu’il faut comprendre toutes les guéguerres entre « responsables » de cette malheureuse communauté.

Et il est même probable que certains cadres de l’ARD soient complices de cette OPA et trahissent leurs troupes pour se positionner et être récupérés : ça fait déjà longtemps qu’on parle de trahison à l’ARD et les preuves commencent à s’accumuler publiquement.

Le chef de l’Etat aurait toujours le soutien et la confiance de la France ainsi que des Etats-Unis pour une meilleure transition démocratique.

La crise politique actuelle est dans un sens salvatrice.

La Constitution ne prévoit pas la cohabitation au sommet de l’Etat. La victoire de l’USN n’était pas prévue et serait encore plus grave pour le pays.

L’opposition en exil doit se positionner en alternative crédible.

A la lumière de ces informations, vous comprendrez mieux l’agitation à Paris, et surtout pourquoi le MRD et son président se trouvent au milieu d’un tir croisé entre les partisans du régime et une opposition en exil en France sur les réseaux sociaux.

Ahmed Daoud, un militant de l’ARD

01/05/02 Des difficultés pour consulter le site ARDHD sont prévisibles dans les trois à quatre prochains jours.

Le
site de l’ARDHD diffuse depuis plus de trois ans des informations
actualisées chaque jour. Le volume de stockage nécessaire
a atteint les capacités maximum, accordées par
notre hébergeur. Nous avons été dans
l’obligation de transposer le site sur une autre plate-forme
nous donnant plus de capacité de stockage d’information
et une bande plus large pour améliorer la fluidité
du traffic.

Cette
opération a commencé hier. Il faut plusieurs
jours pour que les nouvelles adresses se diffusent sur Internet
et des perturbations limitées sont à prévoir.

Nous savons
que cette opération concerne aussi de nombreux sites
et en particulier trois autres qui sont gérés
par l’opposition djiboutienne. Les internautres pourraient
rencontrer les mêmes difficultés pour les consulter
pendant quelques jours :

Le site
du PND : pnd-djibouti.org
Le site de la LDDH : lddh-djibouti.org
Le site du GED : gouv-exil.org

L’ARDHD
prie ses lecteurs de l’excuser des difficultés qu’ils
pourraient rencontrer, avec des interruptions possibles d’accès.
Dimanche prochain, les transferts seront achevés et
les accès pleinement rétablis. Nous espérons
que la nouvelle plate-forme permette d’apporter un meilleur
service et une consultation plus rapide.

01/05/02 Un premier Mai de tous les dangers à Djibouti ?

Les différentes
informations reçues ces derniers jours qui nous ont
vivement alarmé. Guelleh pourrait avoir été
tenté de susciter des provocations ayant pour objectif
d’ouvrir des fronts inter-ethniques.

Les manifestations
légitimes des travailleurs pourraient être utilisées
par le pouvoir pour générer des incidents et
pour riposter par la force.

Nous appelons
tous les Djiboutiens à garder leur calme et leur sang-froid
pour éviter de tomber dans le piège qui pourrait
être tendu par Guelleh.

Le régime
est à bout de souffle sur tous les plans : économique,
social, politique et il est à craindre une radicalisation
encore plus extrême pour contenir les revendications
du peuple exaspéré.

30/04/02 Remplacement des groupes diesel Guelleh 1 (GV 21) et Guelleh 2 (GV 22), une opération qui apporte toute la lumière…. sur les détournements d’ismaël Omar dans le cadre de la Loi n° 149 portant sur l’Orientation Economique et Sociale. (lecteur)

Décidément,
la Loi n°149 portant sur l’Orientation Economique et Sociale
de la République de Djibouti pour la période
2001 – 2010 et signée par Ismaël Omar apporte
à chaque page son lot de surprises.

J’en veux
pour preuve le contenu de l’Article 51, alinéa 1 qu’il
convient de rappeler car dans sa grande lumière guellienne
….

Mon excellence
préconise de
" Mener à bien les actions et mesures suivantes.
Poursuivre la réhabilitation des moyens de production
et achever la mise en place de nouvelles installations de
renforcement de la production électrique (nouveaux
groupes Diesel de 6 MW et 15 MW) afin de répondre à
la demande croissante et retrouver des marges de disponibilités
satisfaisantes…. ".

Je vous
vois d’ici…. chacun se frotte les mains en se disant

" Enfin … !.fini les coupures intempestives de
courant électrique et la recherche des bougies qui
ne sont jamais à leur place au moment de la panne d’électricité…..
qui va durer des heures et des heures …. !!! ".

Il faut
avoir vécu à Djibouti pour comprendre cela.

Désolé
de vous décevoir mais les marchands de bougies et de
piles électriques ont hélas encore de beaux
jours devant eux en République de Djibouti.

Le problème
est que " Mon excellence Ismaël Omar " s’est
de nouveau assis sur le contenu de ladite Loi qu’il a signée
et ayant valeur d’Orientation Economique et Sociale notamment
aux yeux de la Banque Mondiale (BM), du Fonds Monétaire
Internationale (FMI) et des autres instances internationales
de financement ou des bailleurs de fonds !…. suivez mon
regard.

Habitué
a tendre la main pour mendier plutôt que de tenter de
redresser la situation économique du pays en faisant
preuve " d’esprit novateur en matière d’économie
", j’oserais dire pour une fois en matière d’esprit,
Ismaël Omar a obtenu une Aide d’un montant de 30 millions
de US dollars en provenance du Koweït.

On suppose
que c’est une fois encore Hassan Saïd, dit madobé,
le spécialiste des " bonnes affaires en tous genres
" (rappelons-nous l’affaire récente de l’avion
présidentiel) qui est intervenu dans l’opération
programmée de remplacement des groupes diesel que les
djiboutiens ont baptisé Guelleh 1 et Guelleh 2, considérés
à juste titre en " piteux état " comme
le sont ses parrains de la famille Guelleh…sur le plan
de la crédibilité.

Un "
esprit supérieur ", donc ce n’est pas de vous
et de moi dont il est question, a eu l’idée saugrenue
d’acquérir non pas deux groupes diesels neufs mais
un seul et d’occasion, au Yémen.

Si l’on
retire du montant de l’Aide consentie par le généreux
Koweït, soit 30 millions de dollars US, les 12 millions
de dollars US correspondant à la Facture d’achat du
groupe diesel d’occasion, il reste 18 millions de dollars
US.

Inquiétez-vous
! car ces 18 millions de dollars US n’apparaîtront nullement
dans le " Bilan de Gestion " de fin d’exercice annuel
des finances de l’état djiboutien et ils ne sont pas
perdus pour tout le monde.

Peut-être
que " Mon excellence " aura une nouvelle lumineuse
idée en les consacrant au paiement de la lourde facture
de remise en " conditions de vol " de son Boeïng
?.

Ce qui
est certain c’est que dans son ineffable bonté naturelle
qu’on lui connaît " Mon excellence " Ismaël
Omar ne fera pas procéder au paiement des arriérés
de salaires ou de soldes de ses fonctionnaires et militaires
ou à la régularisation des pensions des veuves
et des vieux travailleurs djiboutiens.

Faut pas
rêver !. Cela s’appelle la " bonne gouvernance
" méthode Ismaël Omar et si vous veniez à
douter de mes affirmations je vous inviterais à lire
la Loi n°149 portant sur l’Orientation Economique et Sociale
de la République de Djibouti pour la période
2001 – 2010 et signée par Ismaël Omar

Prenons
quelques extraits en exemple, ils sont édifiants :

Article
4.
………. Il s’agit surtout de :
Assurer une gestion publique rationnelle et transparente en
favorisant les règles et les pratiques de la bonne
gouvernance …….
Renforcer l’Etat de droit et la sécurité juridique
par la mise en place d’une justice indépendante et
fonctionnelle, le respect des droits de l’Homme et des libertés
fondamentales et la promotion du statut de la famille, de
la femme et de l’enfant ……..

Article
5.
Mener une politique de dépenses publiques qui respecte
les exigences suivantes :
……………Consolider la politique de rationalisation
des dépenses publiques et poursuivre les efforts d’assainissement
budgétaire par un changement radical des méthodes
de gestion ( Renforcement du contrôle budgétaire,
suppression des dépenses non essentielles, réduction
du train de vie de l’Etat, rationalisation du recours au recrutement)……….
Etablir des mécanismes de contrôle dans l’exécution
budgétaire afin de favoriser une plus grande rigueur
dans la gestion des dépenses publiques …….

Article
7.
Il est principalement question de :
…………….. Accroître les efforts
en matière de recouvrement en renforçant la
lutte contre la fraude, l’évasion fiscale et la contrebande

Vous
ne rêvez pas, il a eu la malhonnêteté intellectuelle
de signer cela.

Pour
conclure,
Nul n’est censé ignorer la Loi…, a fortiori lorsqu’il
la signe avant qu’elle ne soit promulguée … et
tout contrevenant doit être sanctionné ….
sinon à quoi servirait cette loi ? "

"
Paulette ! prépare les valises, ils seraient capables
de m’emprisonner à Gabode………. et de
libérer les prisonniers politiques sur le champ….
".

29/04/02 Le Président du GED lance un appel solennel à toutes les communautés pour qu’elle ne se laissent pas aveugler par les manipulations du régime. Seule la responsabilité de chacun permettra d’éviter le pire. (GED)

Communiqué
de presse du Gouvernement en Exil de Djibouti
en date du lundi 29 avril 2002

"
Un étudiant Issa aurait été la victime
d’un meurtre. Son corps aurait été retrouvé,
il y a quelques jours, dans l’établissement LIC où
il était éléve.

Extrêmement
préoccupé, le Gouvernement en Exil de Djibouti
requiert l’attention des chefs des communautés Issas
et Afars, parties intégrantes de la Nation djiboutienne,
sur les conséquences à court et à moyen
terme de cet acte odieux. Leurs communautés pourraient
être l’objet d’une machination machiavélique,
dont le but inavoué serait de fomenter, une fois encore,
des discordes et de vives tensions, pouvant déboucher
à terme sur un conflit armé.

Cet établissement
scolaire est situé à proximité du quartier
d’Arhiba où les familles Afars sont majoritaires. Le
pouvoir en place aurait manipulé l’information de façon
à ce qu’un lien soit aussitôt établi,
de manière artificielle, pour tenter de jeter la responsabilité
sur la communauté Afar dans son ensemble.

En possession
des résultats de l’enquête que nous avons fait
effectuer discrètement sur place, il s’avère
que les Services de Sécurité du pouvoir d’Ismaël
Omar Guelleh seraient impliqués plus ou moins directement
dans le meurtre de ce jeune Issa, jeune opposant au régime
en place.

Leur forfait
perpétré, les Services de Sécurité
ont lancé une opération de désinformation
intolérable en accusant immédiatement les Afars
du quartier d’Arhiba d’être à l’origine de ce
crime.

Le but recherché serait de provoquer une vive réaction
de la part des Issas et de susciter des affrontements dont
on peut ne évaluer aujourd’hui les conséquences.

Cette
situation illustre, une fois encore, les indignités
et les manipulations du régime d’Ismaël Omar Guelleh,
qui tente de masquer les réalités d’un Etat
en situation de faillite économique, et de rupture
sociale. La répression sanglante n’est plus que la
seule réponse que peut encore opposer le pouvoir face
aux revendications justifiées du peuple djiboutien,

– Conservons
en notre mémoire les événements tragiques
du 18 décembre 1991.
Les forces spéciales de sécurité du régime
dictatorial, sur ordre direct d’Ismaël Omar Guelleh,
investissaient ce jour là, le quartier d’Arhiba et
se livraient à un carnage sur la population composée,
à cet instant majoritairement de femmes et d’enfants,

– Conservons
en notre mémoire que ces actes meurtriers furent vivement
condamnés par notre frère et regretté
Mohamed Djama Elabé qui démissionna de toutes
ses charges gouvernementales et de ses mandats, marquant ainsi
son refus de la politique de terreur criminelle entretenue
par Ismaël Omar Guelleh,

– Conservons
en notre mémoire les conséquences de la guerre
suscitée par Ismaël Omar Guelleh contre nos frères
Afars dans laquelle il tenta d’entraîner la France,
au nom des " Accords de Défense " de 1977.

Entraîné
dans l’engrenage de la répression, qu’il a suscitée
dans la République de Djibouti et de la situation de
conflit latent avec l’Ethiopie, qu’il entretient par l’intermédiaire
du Front de Libération des Oromos, Ismaël Omar
Guelleh n’a d’autre espérance que dans l’ouverture
d’un conflit armé. Il sera contraint de faire appel,
une fois encore, à la France en prétextant qu’elle
doit respecter les " Accords de défense "
qui la lient à notre pays et pour qu’elle contribue
au financement des opérations.

Au
nom du Gouvernement en Exil de Djibouti et de l’opposition
politique djiboutienne,

– je
dénonce cette attitude irresponsable et criminelle
de l’Etat djiboutien dirigé par Ismaël Omar Guelleh
qui fomente des troubles pour tenter de restaurer son autorité
vacillante en entraînant la Nation dans un conflit armé,

– je
lance un appel solennel aux chefs des communautés Issas
et Afars de Djibouti pour qu’il fasse tout leur possibe pour
maintenir le calme au sein de leur communauté respective.
Il est vital de contrecarrer l’odieuse tromperie d’Ismaël
Omar Guelleh qui tente aujourd’hui de réutiliser des
méthodes connues pour plonger le pays et notre Nation
dans une guerre tribale,

– je
lance un appel solennel aux Autorités françaises,
à celles de l’Union européenne, de l’OUA, de
la Ligue arabe et aux Instances internationales afin qu’elles
fassent pression dans les meilleurs délais sur l’Etat
dirigé d’Ismaël Omar Guelleh, pour mettre un terme
à cette politique qui pourrait plonger la corne de
l’Afrique dans une situation similaire à celle que
nous avons connue au " Rwanda ".


pour le Gouvernement en Exil de Djibouti
et au nom de l’opposition politique,

le
Président Mahamoud Idriss Ahmed