Articles

08/10/02 Notre hebergeur a effectué des opérations de maintenance ce week end et elles ne se sont pas bien passées … Entre samedi 11 h du matin (France) et lundi 8 h, aucun des messages que vous avez pu nous adresser ne nous est parvenu et il y a de fortes présomptions pour imaginer qu’ils n’arriveront jamais. Merci de nous les renvoyer.

En raison d’un problème
technique, notre hébergeur n’a pas pu recevoir les e-mail qui nous
ont été adressés entre samedi 11H du matin et lundi 8
h. En conséquence nous présentons nos excuses aux lecteurs qui
auraient pu nous écrire pendant cette période et nous les remercions
à l’avance de nous renvoyer leurs messages, afin que nous puissions
en prendre connaissance. Merci de votre compréhension.

08/10/02 Un plan de transition pour Guelleh (Lecteur)

Une image d’union de toutes
les tendances contre le mal personnifié par le
temps présent en la personne de Monsieur Guelleh. Pour la première
fois, un
exquis se fait jour de ce que l’avenir nous réserve, uni contre ce
qui
représente la dégradation, la corruption, la méchanceté,
la division et la
mesquinerie. Par ce geste en dehors de nos frontières nous montrons
à tous
et surtout à nous-même que nous tournons le dos au passé
avec les mots
d’ordre, sauver ce qui reste, sauver Guelleh de lui-même.

Le combat entamé depuis bientôt une dizaine d’années continue
et donne ses fruits aussi maigres soient-ils, aujourd’hui, des milliers des
jeunes sont conscients de l’impasse de la situation et sont prêts à
relever les défis, le temps presse et bientôt l’obscurité
de la nuit cédera la place à l’aube et au soleil brillant. Il
nous faut donc presser les pas, travailler dans le même sens, éviter
de tomber dans des discordes sans fin. Et surtout apprendre les leçons
du passé et des pays voisins.

Voilà quelques
éléments communs aux opposants africains. Observer bien un opposant
djiboutien, il a plus de peur que d’espoir. Une peur paralysante, une peur
qui lui refuse d’agir et de voir clair.

– Un opposant est sous l’emprise d’un mécontentement continu et vide,
des plaintes sans fins.
– Sans plan et sans vision commune, les opposants restent victimes de leurs
faiblesses et pourquoi pas des vrais négociations entre les opposants,
échanges d’idées. Des vrais leaders sont capables de dépasser
leurs divergences pour voir la nécessite du moment sinon comment peuvent-ils
prétendre diriger un pays avec tant d’urgences. L’espérance
de vie du présent régime dépend de notre détermination.
– Les opposants comptent seulement que le temps et le charisme de leurs leaders
ont toutes les solutions.

Pour changer, il faut
des moyens financiers, payer de votre argent ou de votre personne si réellement
vous êtes pour le changement. Imaginer Ismael, maître du pays
les dix prochaines années. Il n’y aura pas de Messie pour nous délivrer,
il faut de moyens surtout de l’argent. Sans argent personne ne peut tenir
tête devant un dictateur. Il faut participer, collecter, payer, encourager
avec les gestes, la présence et surtout poser des actes.

Et ne nous étonnons
pas quand un opposant fléchi, il y va de sa survie. Les opposants sont
des êtres humains qui ont leurs limites, ils ont des familles, des enfants,
des responsabilités et Dieu sait le nombre de pressions qu’endure un
homme de conscience et les luttes qui se livrent dans sa propre chair. Et
vous n’ignorez pas que Guelleh est un homme sans noblesse et sans scrupules,
il ne recule devant rien, quel dirigeant mon président ! De ce fait
le combat est inégal mais la justice prévaudra :


– Les opposants attendent seulement les campagnes électorales pour
aller vers la population, pourquoi pas de conférences et un chaud programme
de conscientisation politique du peuple, une tournée dans la diaspora,
un levée de fond. Les opposants s’isolent du reste de la population,
et n’écoutent qu’eux-mêmes, offrez-vous des voyages à
l’intérieur du pays, soyez à l’écoute des pauvres, des
marchands, ceux qui choisissent Guelleh par peur ou par ignorance et faites
un tour dans les autres pays africains.

– Les opposants ont une
confiance aveugle à leur tuteur, nous attendons un secours. «
Pourquoi la France ne fait rien pour nous faciliter la vie et nous oublions
que la France a plus d’intérêt que de sentiment, qu’importe la
souffrance de quelques milliers de djiboutiens dans la balance, le PIB de
leur pays. Attention, aussi Rwanda n’est pas loin »

Mais déjà
les structures minées et la précarité nous ensevelies
vivants, la misère et les divisions profitent Guelleh. C’est pourquoi
il est urgent d’avoir un plan de transition, une alternative, une sorte de
plan B au cas ou et pour le remplacer. Il ne sera pas facile du jour au lendemain
de faire table rase, il faut donc commencer par montrer à tous, la
nécessité du changement et de montrer que Guelleh est l’impasse
même, le problème même et que le peuple mérite mieux
qu’un ancien informateur, chef de la secte obscure, SDS, il lui est impossible
de voir grand et autre chose que de complots et ne rêve de liquidation
et de dénonciations.

Nous voulons un rassembleur,
un visionnaire et un homme qui aime son peuple. Il nous faut plus que de manifestations
dans des capitales lointaines sachant que tout peut arriver et que le Leitmotiv
des dictateurs est « après moi le déluge.

Allons au travail et que le Souverain nous vienne en aide et pourquoi pas
&agrave ; cot&eacute ; de manifestation, des journées de prières
pour des jours meilleurs et pourquoi pas des prières collectives, ça
marche, essayons-les.

Abdillahi khairdon

08/10/02 A lire dans les Nouvelles d’Addis, un excellent article signé par Alain Leterrier, qui retrace la visite de Guelleh à Paris et ses maigres résultats ….

Fatigués.

Le président
de la République de Djibouti, Son Excellence Ismaël Omar Guelleh
a effectué une visite officielle en France du 30 septembre au 3 octobre
2002. Au cours de sa visite il aura rencontré son homologue français,
M. Jacques Chirac, le Premier ministre, les ministres des Affaires étrangères,
du Tourisme et de la Santé, les présidents du Sénat et
de l’Assemblée nationale, des investisseurs, etc. Le dispositif «
lourd » en somme. Oui mais… (…)

——————————————————————————–
ALAIN LETERRIER

http://www.lesnouvelles.org/P10_magazine/16_analyse02/16087_IOGaparis2.html

08/10/02 Le Diktat des banques (Lecteur)

Chers amis,

Lisez La Nation datée
du jeudi 3 Octobre et en particulier l’article sur ‘ le diktat des banques’.

Que faut-il comprendre
?
Qu’IOG prépare le terrain pour ouvrir sa propre banque (Une sorte d’Albarakat
déguisée). Il y a deux mois, il avait évoqué le
problème de l’approvisionnement en eau de Djibouti ; trois plus tard,
il a signé un contrat secret avec Saïd Ali Coubech aux termes
desquels, il partagera les bénéfices d’une nouvelle centrale
de désalinisation de l’eau de mer pour vendre des bouteilles d’eau
soi-disant minérale…

Coïncidence ?

Non, terrain bien préparé
et intérêt financier bien compris de la part des deux complices
!

08/10/02 A lire sur le GED dans la Parole aux lecteurs, un excellent article sur les femmes, victimes de la dictature et un appel à toutes les femmes que nous reproduisons ci-dessous.

"De
quelle Justice et de quel Etat de Droits parlons-nous à Djibouti ?.
La France, pays des Droits de l’Homme ne peut cautionner tous les actes abjects
perpétrés contre une population asservie et sans défense."


APPEL
A TOUTES LES FEMMES

Soutenez le Comité des Femmes Djiboutiennes dans leur Combat de "
Femme pour les Femmes ",
contre les viols et l’impunité à Djibouti.

Vos
contacts en France :
Myriam Houssein et Aïcha Dabalé
132 Rue Jean Lolive – 93500. Pantin. France

Tel
: (00 33) 1 48 23 16 44
(00 33) 6 65 07 55 41

08/10/02 Selon l’ADI, deux légionnaires ont accepté de recevoir une décoration des mains du Colonel Mahdi

Nous adressons toutes nos félicitations aux deux nouveaux décorés de la médaille de chevalier de l’ordre national du 27 juin : MM. Lecerf et Thierry, deux officiers de la 13ème demi-brigade de la légion étrangère.

Leur travail et leur dévouement pour une cause de haute utilité publique ‘contestable’ est certainement méritoire et nous ne les mettons pas en cause.

Mais de là, à ce que ces deux Officiers de la Légion acceptent d’être décorés par un bourreau qui a torturé tant de djiboutiens et qui sera poursuivi un jour pour crimes contre l’humanité, il y a un pas que la Légion n’aurait jamais du franchir, ne serait-ce que pour ne pas égratigner son honneur qui est si précieux et auquel elle est légitimement attachée.

Ces deux légionnaires Lecerf et Thierry savent-ils que les centres de gendarmerie, en particulier la brigade nord, sont des centres de torture ? Alors aider ce régime dictatorial et sanguinaire à former d’éventuels futurs bourreaux, cela a de quoi nous choquer véritablement.

Nous n’avons aucune raison de jetter le moindre discrédit sur ces deux Officiers parce qu’ils sont français et militaires et qu’ils appartiennent à une arme reconnue pour son courage et pour son dévouement, que nous respectons.

Mais n’avaient-ils pas d’autres tâches plus utiles et plus glorifiantes à accomplir : restaurer, par exemple, des écoles, des dispensaires, des crèches, … plutôt que de futurs centres de torture ?

Et en tout cas, par respect pour la 13ème DBLE et pour eux-mêmes, ils auraient pu s’abstenir d’accepter une décoration ‘sans prestige’ qui leur a été remise par un homme qui a le sang de ses victimes civiles sur les mains.

08/10/02 Abdourahman Yassin Mohamed, fondateur du mouvement national djiboutien (mouvance FUOD) et membre fondateur du GED en qualité de Chargé des Finances, de l’Économie et de la Planification, nous transmet de nouvelles photos de la manifestation de Paris du 2 octobre.

Abdourahman Yassin Mohamed
nous prie de préciser qu’il représente le Mouvement national
djiboutien au sein du GED où il assume depuis l’origine et sans défaillance
la charge
des
Finances, de l’Économie et de la Planification.

Le
2 octobre, Place de la Madeleine, il était l’un des deux représentants
officiels du GED. Par sécurité et faute d’information, nous
n’avions pas cité son nom. En effet, comme le Président du GED
nous avait fait part des alertes sérieuses au sujet de la sécurité
des membres du conseil du GED, nous avions adopté une attitude prudente.

Abdourahman
Yassin Mohamed nous demande de le citer comme participant actif à la manifestation, ainsi que le Parti qu’il a fondé
et qu’il représente au sein du GED, ce que nous nous empressons de
faire. Cela renforce nos analyses et prouve que le 2 octobre l’oppposition était largement
représentée en nombre et en diversité et qu’elle était
unie autour d’un même objectif.

Nous
remercions Abdourahman Yassin pour les précisions qu’il vient de nous
transmettre.

08/10/02 Après une recette pitoyable à Paris, Guelleh tenterait sa chance ailleurs en essayant de ‘faire la manche’, d’abord en Belgique où il a passé 24 heures, puis en Allemagne.

Selon toutes les informations
reçues, Guelleh a trouvé beaucoup de compassion à Paris
pour sa cause, mais peu de résultats concrets. Un peu déçu,
il aurait pris son bâton de pélerin pour aller plaider sa cause,
d’abord en Belgique où il a passé 24 heures, puis auprès
des Allemands maintenant.

On lui prête l’intention
de repasser à Bruxelles pour se consoler auprès du nouveau membre
de l’Ordre des Brosses à Reluire, l’Ambassadeur mathématicien…
et flagorneur !

Rentrera-t-il à
Paris, puis à Djibouti où prendra-t-il son courage à
deux mains pour tenter sa chance aux USA ?