Articles

28/08/2013 (Brève 178) ALERTE ROUGE : L’intervention d’Elisabeth Borrel et de son avocat Me O. Morice sur ITV ce mercredi 28 août 2013

Dans l’urgence (et sans recherche de la présentation graphique – nous nous en excusons), nous mettons à la disposition des internautes, l’intervention d’Elisbeth Borrel et de son avocat Me Olivier Morice, ce soir sur ITV dans l’émission animée par Laurence Ferrari.

Lien avec la video

02/01/03 (B178) Inégalité de traitement des équipes candidates aux élections législatives. Mais que fait donc la CENI ?

La CENI, un rôle
d’opérette ?

Nous constatons de nombreux
dysfonctionnements à 10 jours des élections et sauf erreur de
notre part, la CENI n’est pas intervenu pour remettre les choses d’aplomb.
On s’en doutait … mais cela est maintenant vérifié et confirmé.
La CENI n’intervient pas en faveur de l’égalité de traitement
des ‘équipes’ ni de la transparence.

Citons trois exemples :

1 – la liste des candidats
de l’UAD publiée par La Nation et par l’ADI est très sensiblement
différente de celle publiée par le MRDD ? Est-ce admissible
?

2 – l’ADI a inséré
un bandeau publicitaire en faveur de l’UMP ? Acceptable ? Bien sur que non
! Puisque l’ADI est l’agence djiboutienne d’information, elle doit assurer
une égalité de traitement et elle doit se refuser de faire de
la publicité pour l’une des équipes en présence, au détriment
de l’autre.

3 – Un lecteur nous informe
que l’UMP a ouvert un site d’information. C’est le frère du Ministre
de l’environnement, A.A. Miguil, le fameux cireur de pompes, qui le gère.
Rien d’anormal à cela. Sauf que …. ! L’UMP n’a dépensé
un sou et n’a pas payé sa facture à Djib Télécom
qui réalise l’hebergement gratuitement. Ceci en parfaite contravention
avec le code électoral et les règles démocratiques d’égalité
de traitement.

Et des exemples, comme
cela, nous pourrions les multiplier ….

Conclusion : la
transparence n’est pas au rendez-vous, les magouilles le sont toujours et
la CENI couvre cela en toute béatitude. Rappelons quand même
que les Membres de la CENI ont prêté serment et qu’ils sont en
train de trahir leur serment, ce qui est grave, extrêmement grave, à
la fois devant les hommes mais aussi pour les croyants, devant Dieu.

01/01/03 (B178) Nous ne pouvons pas publier tous les messages de voeux et d’encouragement qui sont arrivés par dizaines, en cette fin d’année….

Nous
remercions tous les lecteurs qui ont eu l’amabilité de nous adresser
leurs voeux. Nous ne pouvons pas répondre personnellement à
chacun d’entre eux, mais nous leur disons que tous leurs messages constituent
un véritable encouragement pour continuer notre mission en 2003, comme
nous le faisons depuis quatre ans, sans interruption.

Ils
nous aident aussi à faire face aux difficultés, aux retournements
de certaines personnalités, à la confusion qui règne
dans le microcosme politique de Djibouti et à assumer les mauvais coups
qui nous sont envoyés par le régime ou par ses sbires.

Merci
à tous et bonne année.

Vous
trouverez ci-dessous un message reçu d’un lecteur anonyme, qui est
le reflet de la majorité des messages que vous nous avez adressés.

______________

Je souhaite
tous mes voeux de bonne santé aux Djiboutiens, aux lecteurs de l’ARDHD
et à toute l’équipe de l’ARDHD. Que votre lutte pour les sans
grades contre toute les impostures et les injustices continue tout aussi vigoureusement
en 2003.

Votre lutte d’information
doit se poursuivre, sans merci, contre le régime mais aussi contre
la mentalité tribaliste et patisane des Djiboutiens. Car la force des
charlatans et des imposteurs de ce pays n’est pas que dans l’argent mais beaucoup
dans cette mentalité dont ils se servent pour exercer leur domination..

Je souhaite pour 2003,
plus de dignité dans ce pays et moins de cupidité.

01/01/03 (B178) Poème dédié aux femmes djiboutiennes, candidates aux élections législatives (Sergent Ariko)

par le
sergent ariko

Femmes djiboutiennes
mères de culture
soeur de l’ainé
sagesse de l’humanité
pardon du coeur
Oh! femmes
mères de la nation
N’oubliez pas vos coutumes
La sagesse des hommes
les règles et les lois
le maître et son foyer
Car l’occident se referme
comme une tortue apeurée
oh! femmes
mères de la raison
n’oubliez pas vos devoirs
avec le don dit DROIT
Pour un temps et un régime qui change
peut-etre le retour sera difficile
Gardez-nous au fond de vos coeurs
apprenez et transmettez
rien que ce que vous avez
oh! femmes
mères qui oublient
echec et soumission vous attendent du RPP (et de ces alliés)
détresse et humiliation
ne soyez pas les femmes de l’oubli (en votant pour ce régime)

votre
frere
Sergent Ariko

01/01/03 (B178) Lettre ouverte à Me Aref (Lecteur)

Cher ami et cher Maître
Aref,

Avez vous oublié
que le site de l’Ardhd s´appellait jadis « Liberté-Aref
» et c´est sous ce nom que le site a été ouvert
pour porter secours d’abord à vous, puis à d’autres victimes
des représailles sauvages exercées par le régime sanguinaire
de Gouled et Guelleh.

Cher ami et Cher Maître
Aref, avez vous oublié que lorsque le journal La Nation refusait de
publier vos droits de réponse, vous aviez recours au journal «
liberté-aref » pour faire publier et diffuser vos droits de reponse.
Ce site vous a toujours réservé la meilleure place pour vos
communications.

Cher ami et Cher Maître
Aref, avez vous oublié que pendant votre incarcération à
Gabode que vous avez qualifiée vous-même «d’incarcération
illégale » ordonnée par un procureur illégitime,
vous avez toujour eu recours au journal de l´Ardhd qui a toujours publié
les informations vous concernant en première page.

Cher Ami, vous aviez toujours
défendu les pauvres, les plus démunis des Djiboutiens et des
Djiboutiennes et parfois vous vous etes sacrifié en leur offrant une
défense solide et gratuite, qui n’était pas du tout appréciée
par les proches du Gouvernement de Gouled et de Guelleh.

Cher Ami et Cher Maître
Aref, le fait que vous défendiez aujourd’hui un Gouvernement qui vous
a tant et tant humilié, ne vous empêche pas d´assumer vos
responsabilités ni d´entendre les critiques dirigées contre
vous, car elles sont peut-être justifiées ?

Cher Ami et Cher Maître
Aref, je trouve injuste et même injurieux de chercher à obtenir
les noms et les coordonnées des Djiboutiens qui vous critiquent aujourd´hui.

Cher Ami et Cher Maître
Aref, les djiboutiens qui vous critiquent aujourd´hui ne se trouvent
pas tous sur le territoire français. Ils se trouvent aux quatre coins
du monde, en Scandinavie, au Royaume Unie, en Hollande, en Australie, au Canada,
aux USA etc… Avez-vous l´intention de les poursuivre partout où
ils sont ? Si vous vouliez vous limiter à exercer des poursuites devant
les tribunaux francais, il est clair que vous perdriez votre temps.

N’oubliez jamais que ceux
qui vous critiquent aujourd’hui sont probablement ceux qui vous ont soutenu
autrefois, quand vous étiez à Gabode, à Nagad, ou à
Ali Adde.

Merci Cher Ami et Cher
Maître Aref.

Lecteur
Europe du Nord

31/12/02 (B178) Avec ses voeux, Maître AREF nous demande de lui communiquer les coordonnées des lecteurs, qui ont écrit des articles qu’il juge injurieux à son endroit. L’ARDHD refuse de lui communiquer les noms des lecteurs qui souhaitent conserver l’anonymat et lui propose d’attaquer son Président, devant la justice française, comme cela semble être son droit.

___________________ Message
de Me AREF

Venant de prendre connaissance de 2 textes injurieux et diffamatoires a mon
égard et publiés sur le site ARDHD, je te serais reconnaissant
de me donner les noms et adresses de leurs auteurs afin de me permettre de
les traduire devant la justice française.

J`ai eu connaissance de
ces injures et diffamations grâce aux nombreux messages de soutien et
d`amitiés qui me sont parvenus. (…)

____________________ Réponse
de l’ARDHD

Bien reçu votre
message. Il faudra que vous nous précisiez les textes que vous visez
particulièrement, parce qu’il a été souvent question
de votre revirement en faveur de la dictature sur le site de l’ARDHD.

Sauf pour Canal+, nous ne disposons que des adresses E-Mail des lecteurs :
elles ne vous seraient d’aucune utilité.

Nous nous sommes engagés à ne jamais communiquer d’identités,
ni à établir un fichier nominatif, afin de protéger les
Djiboutiens et leurs familles.

Vous savez très bien qu’en nous demandant les coordonnées de
nos lecteurs, vous prenez le risque de leur faire subir (à eux ou à
leur famille) des violences à Djibouti. Je m’étonne vraiment
que vous le fassiez, car vous ne pouvez pas ignorer le climat de terreur dans
lequel est plongé la population.

Cest la raison pour laquelle nous n’enregistrons jamais les coordonnées
des auteurs et nous ne souhaitons surtout pas les connaître. En revanche,
pour Canal+ et pour Bernard Nicolas, vous n’avez pas besoin de notre aide
puisque les coordonnées de la chaîne sont publiques.

La Loi française vous donne, à mon
avis, les moyens d’attaquer l’ARDHD et son Président, qui vous ont
défendu pendant des années.

Faute de vous donner des éléments précis concernant les
sources des articles / messages, je crois que la Loi vous permet de m’attaquer
personnellement en tant que Président de l’ARDHD.

Si vous deviez choisir cette voie, je serai légitimement contraint
de demander, en particulier à Me Calatayud et à Me Montebourg,
de bien vouloir assurer ma défense et celle de l’ARDHD. D’ores et déjà,
vous pouvez les contacter, si vous le jugez nécessaire pour conduire
une éventuelle action judiciaire à notre encontre.

Si vous preniez cette décision, sachez qu’il sera dans nos intentions
d’étendre le débat sur le fond et d’évoquer de façon
plus médiatique tous les crimes commis à Djibouti, pour justifier
notre position. Nous ne sommes pas certains que cette médiatisation
puisse servir véritablement les intérêts de MM Guelleh
et consorts ?

Je dois vous dire personnellement combien je suis navré de constater
à quel point vous avez changé en quelque temps. Cela m’attriste
beaucoup … de découvrir :

– qu’un homme unaniment
reconnu, autrefois, par la communauté internationale, comme un défenseur
des Droits de l’Homme, membre d’Amnesty (ex ?),

– qu’un homme qui a souffert dans les geôles du régime dictatorial,

– qu’un homme qui a failli être empoisonné à Ali Adde
et qui nous a appelé au secours,

– qu’un homme que nous avons défendu contre vents et marées
en 1991, puis en de nouveau en 1999,

– qu’un homme qui avait été proposé pour le prix Ludovic
Tardieux et dont nous avions soutenu avec force la candidature,

– qu’un homme qui nous avait demandé de préparer le dépôt
d’une plainte pour crimes contre l’humanité à l’encontre de
M Gouled et de M Guelleh,

– qu’un homme qui nous transmettait régulièrement des informations
confidentielles pour dénoncer les dérives du régime
dictatorial,

ait pu devenir aujourd’hui
à la fois l’avocat et aussi le soutien médiatique de ce même
pouvoir, qui n’a rien modifié à ses comportements et qui de
plus, est bien chancelant maintenant, compte-tenu de tous les problèmes
qui s’accumulent derrière et autour de lui :

– affaire Borrel relancée
après les expertises médicales récentes et les déclarations
sur Canal + du Chef des services secrets Djiboutiens,

– affaire du Café de Paris,

– massacre d’Arriba (et de vos frères Afar),

– tortures dans la Villa Christophe,

– exécution extra-judiciaires,

– disparitions et morts inexpliqués (dont celle du Major Diheyié
il y a quelques semaines),

– menaces et pressions sur la vie des gens et sur celles de leurs enfants,
etc…

Comment
pouvez-vous défendre cela après ce que vous aviez fait et prôné
autrefois ?
(Cf vos écrits et vos déclarations publiques
et vos lettres personnelles dénonçant les violations des D.H.
commises à Djibouti sous l’autorité de MM Guelleh et Gouled)

Nous nous sommes parfois demandés si c’était une manifestation
du syndrome connu, qui conduit la victime de mauvais traitements à
éprouver des sentiments de respect et d’admiration pour son bourreau
? Nous n’en savons rien, mais la question pourrait être posée.

Nous espérons surtout que vous avez bien mesuré l’ampleur des
dommages que vous causez à la liberté et aux Associations qui
luttent pour la défense des Droits de l’Homme.

Nous souhaitons surtout que vous n’ayez pas à en souffrir personnellement,
car le régime achète des bonnes volontés pour les utiliser
le temps qui lui est nécessaire et ensuite il les rejette plus ou moins
violemment, lorsqu’il n’en a plus l’usage. Y aurait-il une raison particulière
pour qu’il agisse de façon différente avec vous ?

Bien à vous.

31/12/02 (B178) Les hommes politiques. Réponse de notre lecteur.

Avertissement :
nous mettrons un terme aux échanges sur le sujet, selon la régle
que nous nous sommes fixés, après cette publication

Cher co-lecteur de l’ARDHD,

Mes propos sur Guedi n’avaient
pas pour objet de donner des bons points à tel ou tel homme politique
mais tout simplement de rappeler que certains candidats au suffrage universerl
ont un lourd passé chargé et d’autres pas.

C’est quand même
surprenant de voir ces mêmes généraux du « Gouledisme »
aujourd’hui présenter un casier judière avec la mention NEANT
mais on ne trompe pas le peuple et tout le monde se souvient de la banqueroute
de la Banque de Developpement et qui en a profité , les amis et proche
de Guedi. La chasse aux sorcières dans l’administration dans les années
80, encore Guedi et j’en passe.

Tout cela pour dire jusqu’à
quand on aura que le choix entre les Ripoux et les Ripoux et oui c’est comme
cela que je vois l’actuelle élection.

Certains diront c’est
la politique faite d’alliance et de revirement de tout bord mais la politique
c’est aussi des projets, le rétablissement d’un état de droit
et d’une justice indépendante.

Et cela ce n’est pas des
hommes politiques avide de pouvoir qui nous l’amènerons mais la qualité
d’une société civile qui doit prendre ses responsabilités.
OUI, les djiboutiens pechent à ce niveau là, par naiveté,par
cupidité ou par tribalisme.

Alors arrêtez d’être
fourlaba, mamassan ou afar mais soyez enfin DJIBOUTIEN tout simplement et
ne permettez plus à aucun tribun populiste d’insulter votre intelligence.

Et je suis sûr que
ci cela arrive, aucun autre Guedi, Moumin ou Meidal (le casse du siècle
entre autres) ou transfuge du Gouledisme de 96 ou d’hier ,n’oseras se présenter
par honte.

Il y va de l’avenir de
vos enfants.

Bien à vous

29/12/02 (B178) Réponse à un lecteur : Guedi Hared est-il pire que certains autres opposants ?

Je suis tout à
fait d’accord sur le fait que Guedi Hared, autrefois homme fort (au sens péjoratif
du terme) de l’administration se présente aujourd’hui aux yeux des
djiboutiens comme un homme aux mains propres.

Mais moi en toute objectivité,
je pense qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’idées.

Si les djiboutiens aujourd’hui
pensent qu’au même titre que IOG, qu’il est responsable, ils le sanctionneront
a travers cette mascarade qu’est l’election legislative.

Quant à DAF, bien
qu’il n’a jamais pu exercer le pouvoir, il n’est pas plus crédible
que n’importe quel opposant.

Pourquoi ne publie-t-il
jamais la liste de ses membres, puisque ce sont des opposants connus et ne
craignent rien du regime.

Ou ne veut t-il pas dévoiler
que 95% de ses membres sont des fourlabas et que les 5 % restants n’est qu’une
diversion pour se poser en democrate.

Ma dernière question
serait de savoir si ce critère officieux d’appartenance, bien connu
à Djibouti et que le PRD pratiquait et pratique toujours d’ailleurs,
pour sélectionner les membres de son mouvement, est toujours en vigueur
?.

Cher Monsieur " bien
à vous", l’heure n’est pas aux gué-guerre entre opposant
mais de savoir comment renverser d’une manière démocratique
cette dictature et de mettre fin à l’injustice.


Salut