Articles

30/08/2013 (Brève 191) ALERTE ROUGE : les derniers développements de l’affaire.

N’ayant pas encore réussi à capturer Alhoumekani, en dépit des énormes moyens qu’il a déjà engagés dans l’affaire avec en particulier l’envoi dès dimanche matin (lendemain de son arrestation à l’aéroport de Sanaa) de Fathi sur un vol militaire spécial, Guelleh a décidé d’augmenter la dose.

wanted AlhoumékaniC’est maintenant Hassan Saïd qui serait sur place. Plusieurs personnalités yéménites haut placées auraient déjà reçu un acompte d’environ $ 200.000 et il est promis un million de dollars (1.000.000 $) à celui qui lui permettra de l’embarquer sur un vol spécial à destination de Djibouti.

Mais non, ce n’est pas de la fiction.

Avec la promesse d’une telle somme, (quand 90 % de sa population meurt de faim) Guelleh espère satisfaire sa petite vengeance personnelle.

Son plan est au point.

Il accuse Alhoumékani d’avoir assassiné le Juge Bernard Borrel, ce qui fait de lui, désormais, un criminel de premier plan. Ensuite il contourne l’interdiction d’extrader un citoyen yéménite en prouvant qu’au moment des faits, il était djiboutien, comme l’en atteste son grade d’officier au sein de la garde présidentielle. Le versement d’un millions de dollars finira par convaincre les plus réticents ..

Guelleh fera juger ensuite Alhoumekani à Djibouti avec le réquisitoire de Djama Souleiman. Les juges aux ordres prononceront une très lourde peine. L’assassin ayant été jugé, la justice française devra refermer son dossier d’instruction. Tout le monde sera content : Guelleh et le Gouvernement français.

Sauf que c’est l’ensemble des Djiboutiens, opposés à ce régime sanguinaire, qui auront perdu une nouvelle bataille, faute de mobilisation unitaire.

Ensuite, après quelques mois d’incarcération, Alhoumekani disparaîtra mystérieusement, comme Awalleh Guelleh par exemple et le dossier sera refermé, laissant deux veuves (Mmes Borrel et Alhoumekani) et des orphelins.

De tout cela Guelleh, qui en a commis d’autres, se moque complètement, surtout s’il se refait une virginité judiciaire sur la dépouille des autres.

Il faut empêcher cela à tout prix.

Djiboutiennes et Djiboutiens, la mobilisation ce week end sera déterminante. Le jugement accordant l’extradition (ou non comme nous l’espérons encore) pourrait intervenir samedi ou dimanche matin. Prévenez vos amis, les élus de votre pays, de votre région. Il faut que la chaîne de solidarité fonctionne pour éviter le drame.

03/04/03 (B191) Grandeur et décadence : le cas de Me Aref (Lecteur)

__________________
Note de l’ARDHD
Comme chacun,
nous avions lu, avec consternation, l’interview de Me Aref publiée
par La Nation. Désormais, devenu l’avocat de Guelleh et le défenseur
du régime et des plus haut gradés sur lesquels pèsent
des soupçons de torture et de violation de violation des Droits de
l’Homme, Me Aref s’en prend à DAF. Nous publions intégralement
la contribution de ce lecteur qui reflètera certainement l’opinion
de nombreux djiboutiens.

A la suite de cette prise
de position publique, nous sommes heureux de coopter Me AREF dans l’ordre
des brosses à reluire. Il sera entouré par des personnages « troubles »
qu’il avait longtemps combattus et dont il s’est rapproché désormais,
à la plus grande consternation des hommes libres et indépendants
qui avaient misé de grands espoirs sur lui. Ils le regrettent aujourd’hui.

________________________________________
Lecteur
Juste pour vous signaler cette interview de Me Aref, publiée
par La Nation de lundi dernier, toujours en ligne… Histoire de vous faire
partager l’évolution ou l’entrisme effrenné dont l’animal fait
preuve…

Il se dit ici à
djibouti, que notre avocat aurait obtenu du gouvernement, contre allegeance,
la promesse d’un poste de juriste dans une organisation internationnale, dans
la mouvance de l’ONU. Cela pourrait expliquer le dernier voyage du Premier
Minsitre à la Haye où il aurait pu négocier, entre autres,
(en vain ?), le placement de son protègé dans les instances
de la CPI. (Protègerait-t-il Guelleh, s’il avait la chance d’y être
admis ?)

Il faut noter que l’ancien
defenseur des droits de l’homme s’est fait une spécialité, depuis
son ralliement au pouvoir, celle de diriger la chasse contre les opposants.
Systématiquement il s’offre de devenir le conseil des barons du régime
dans les procès qu’ils intentent abusivement aux membres de l’oppositon
et en particulier à DAF. C’est ainsi qu’il fut l’avocat du Ministre
des Finances alias l »waraabe ko’raayeh » (« hyenne en croissance »,
en somali) contre DAF qu’il avait réussi à envoyer en prison,
pour « recel de docs administratifs »; il s’en explique d’ailleurs
dans l’interview publiée par La Nation.

Pour rétablir l’équilibre,
je vous suggère de diffuser sur votre site la réponse que DAF
ne manquera pas d’apporter dans le Renouveau de demain jeudi 3 avril, que
vous trouverez en ligne certainement.

A propos, vos lecteurs
gagneraient à être plus informés que vous repreniez ou
que vous signaliez sur votre site les articles du Renouveau, tout comme vous
le faites pour les autres sites traitant de djibouti (les nouvelles, letttre
de l’océan indien, gouv-en exil, etc).

03/04/03 (B191) Nomination de Me AREF dans l’Ordre des Brosses à Reluire au grade de ‘Corbeau repenti ».

Le comité des Brosses
à Reluire est heureux d’accueillir en son sein un des représentants
de l’élite intellectuelle, dont le parcours politique est aussi consternant
que possible.

Après avoir été
un vrai défenseur des Droits de l’Homme, de la veuve, de l’orphelin
et du syndicaliste persécuté, après avoir subi les pires
sévices de la part d’un régime dictatorial et sanguinaire, Me
AREF vient de retourner sa veste et de prendre la défenses des bourreaux.

En acceptant non seulement
d’être le conseil d’un Général au passé éloquent
mais aussi de s’exprimer publiquement contre une personnalité de l’opposition,
Me AREF est-il un exemple de plus qui conforte la thèse dite « du
syndrome de Stockholm » ? C’est à dire du cas où la victime
finit par aimer / admirer son bourreau. N’ayant pas la réponse, l’Ordre
des Brosses à Reluire l’élève à la dignité
de « Corbeau repenti’.

 

En vertu des pouvoirs qui
nous ont été conférés, nous sommes heureux de
vous élever à la dignité ‘de corbeau repenti’
dans l’Ordre des Brosses à Reluire. Vous devrez porter, désormais,
cette décoration à chaque fois que vous rencontrerez Guelleh,
en témoignage de votre allégeance nouvelle et sincère
et pour confirmer votre repentance.

01/04/03 (B191) Rectification : un lecteur nous avait signalé le nom de Mme Aïcha Daballeh qui a invité Paulette à inaugurer le siège de l’Association des femmes, mais il s’est trompé, car si le nom semble le même, ce ne serait pas l’épouse bien connue de Mohamed Kadamy

Nous prions Aïcha
Daballeh et Mohamed Kadamy de nous excuser pour ce qui doit être une
confusion de nom, savamment entretenue par l’ADI et nous remercions un autre lecteur
qui a pris la peine d’effectuer toutes les vérifications pour nous
permettre de corriger l’information.

01/04/03 (B191) Deux dépêches à lire sur les Nouvelles d’Addis et ce ne sont pas des poissons d’avril !

Une principauté,
style andorre, à la frontière entre l’Ethiopie et l’Erythrée
?
lien : http://www.lesnouvelles.org/P10_magazine/12_depeche03/12130_FPAfrontiere.html

Les américains
pour l’interdiction du Khat à Djibouti ?
lien : http://www.lesnouvelles.org/P10_magazine/12_depeche03/12131_FPAqat.html

01/04/03 (B191) GUELLEH aurait-il été abusé par les américains ou nous a-t-il menti. En tout cas des forces venant de Djibouti semblent bien avoir été envoyées sur les terrains d’opération. (New York Times)

CAMP PATRIOT, Kuwait,
March 31 – Fresh-faced and itching for the fight, soldiers of the 24th Marine
Expeditionary Unit made a beach landing here early this morning as part of
the 100,000 additional troops being sent by the Pentagon.

Though American officials
maintain there has been no change in deployment plans in the face of stiff
Iraqi resistance and guerrilla attacks on supply lines, these marines were
scheduled to go home after a six-month tour abroad when the word came down
five days ago.

The men said that while
their mothers, wives and girlfriends wept at the news, they were elated.

« We were on the way
home when we got word to turn around, » said Capt. Dan McSweeney, who
calls the Upper West Side of Manhattan home. « We’re happy about it. This
is what we’re trained to do. We thought we were being left out. »

The
2,300-member amphibious unit specializes in house-to-house combat, as well
as peacekeeping and aid missions. The unit recently did a peacekeeping stint
in Kosovo and joint maneuvers in Djibouti.

Its equipment includes
Harrier jets, Cobra attack helicopters and three ships. The unit is trained
to operate for at least two weeks without resupply.

Most of the marines who
arrived this morning via landing craft or by helicopter were children when
the first Persian Gulf war was fought in 1991 and say they remember the images
from television. They promised to finish the job this time.

The marines said they
needed no other motivation than Sept. 11 to fight this battle. Osama Bin Laden
and Saddam Hussein, they said, were nothing more than loose strings in a world
of disorder.

« People back home
should stop protesting and start supporting this effort, » said Sgt. Jason
Franco, 26. « Did everybody forget the twin towers already? I think there’s
Al Qaeda in there, so here we go. »

There is a New York contingent
here. The commanding officer, Col. Richard Mills, is from Huntington, Long
Island. Captain McSweeney is from Manhattan and Sergeant Franco is from Astoria,
Queens. The unit is carrying the banner of the Port Authority Police Department,
which lost 38 officers in the World Trade Center on Sept. 11.

These young marines have
every intention of coming home. They have already made plans. A perch fry
on the sands of Lake Michigan. A motorcycle ride through the desert of Arizona.
A big beer party in Oklahoma. A slice of Koronet Pizza in New York. Marry
a pretty girl.

« Me and every guy
out here’s coming home, » said Pvt. Wally Washlow, 21, of Edison, Ill.
« But before all that, we’re going to prove that what we’re doing is worth
doing, »

The unit has not received
specific orders, but according to reports from the BBC, about 5,000 reinforcements
are being sent to the south central town of Nasiriya, where fighting has been
particularly intense.

It matters little what
the orders are, said Cpl. Terry Beadles, 22, of Phoenix. His unit will fulfill
them, he has no doubt, though he did admit to a little nervousness, never
having experienced combat. A picture of his girlfriend is taped to the dashboard
of his assault vehicle. He scribbled out a message to be sent to her. It reads:

Katie,

I love & miss you.
I’ll be home soon. Be safe and don’t worry.

01/04/03 (B191) Paulette a bien fait chasser par la police deux cent orphelins d’un centre spécialisé pour y installer une boulangerie prometteuse sur le plan de la rentabilité ….

Il est confirmé
que si Paulette a fait chasser par les forces spéciales de police,
200 enfants orphelins qui étaient sous la protection de l’Association
Mére et Enfant (créée par l’épouse de Gouled),
c’est bien pour y installer une boulangerie, dont elle espère tirer
les meilleurs bénéfices.

Bravo pour l’image qu’elle
nous dévoile une nouvelle fois. D’ici à ce que l’on entende
dans les rues : Paulette, c’est la reine, la reine du batard. Il n’y a peut-être
pas longtemps à attendre.

31/03/03 (B191) Les forces spéciales de Guelleh s’acharnent contre DAF par procès interposé devant une justice à la solde du dictateur. (Témoignage envoyé par le MRD / Belgique)

 » Après la
pluie, le beau temps « , tel est l’aphorisme bien connu par le commun
des mortels mais, il en existe un autre initié par le numéro
un de la dictature djiboutienne, son excellence Ismaël Omar Guelleh,
selon lequel  » après la pluie succède automatiquement les
inondations « . Ce dernier adage est familier à tout djiboutien
muselé et donc dépossédé de liberté d’expression.

Décidément
le régime de la mafia ne s’est pas arrêté au  » kidnapping
électoral  » du 10 janvier 2003 qui a fini par mettre à
la touche l’UAD. A cette occasion, la communauté internationale par
le truchement de ses observateurs, a assisté de loin ou de près
à la mascarade législative puisque ces derniers furent invités
à visiter tous les lieux de grand luxe notamment Dar El-Goud (résidence
principale d’IOG, expression arabe désignant la maison de l’altruisme).

Les observateurs furent
parallèlement conseillés de ne pas se rendre dans les districts
de l’intérieur pour soit disant, des raisons de sécurité
ce qui, leur a permit d’appréhender l’enjeu dissimulé derrière
l’une des stratégies les plus diaboliques du régime autocratique
en RDD. Les quelques contacts avec une ou deux personnes croisées au
hasard et non sans surveillance par les espions de l’Etat, leur a permit de
savoir qu’à Djibouti tout le monde vote même les morts (ils se
font réincarner, quittent leurs tombes pour aller voter et reviennent
ensuite pour mourir une fois de plus). C’est ainsi que les conclusions de
ces observateurs en lunettes demi teintées, affirment que  » les
élections se sont passées dans le calme ce qui est déjà
une très bonne chose et que, Djibouti serait sur la voix d’une relative
démocratie mais que le pays aurait encore  » du fil à retordre
« . Chaque observateur a fini ses phrases par un grand étirement
de bouche, signe d’un sourire sec et narquois.

L’UAD est alors prise
en porte-à-faux et l’UMP a remporté fallacieusement le flambeau
de la victoire non méritée. Tout s’est fait recelé et
 » les eaux sont venues retrouver leurs cours  » par la force des
choses. Néanmoins, notre journal  » Le renouveau Djiboutien  »
n’a pas manqué d’ulcérer la manigance gouvernementale avec l’aide
des forces armées djiboutiennes et, comme  » chose promise, chose
due « , le régime fait sortir ses griffes pour poursuivre ses intimidations
à l’égard des opposants. DAF en fut bien sûr le premier
 » mouton du sacrifice « . Cet homme dérange IOG par sa plume!
 » c’est un véritable obstiné, un indomptable connu…il
n’accepte ni transactions juteuses, ni poste de grande responsabilité
pour servir le roi « , murmurent les pseudo-ministres asservis. C’est
une véritable épine de gorge à soustraire quelque soient
les moyens.

C’est ainsi, qu’il écope
48 heures à l’abjecte prison de Gabode en date du 15 et 16 mars 2003,
assorties de 200 000 FD d’amende et 6 mois d’emprisonnement avec sursis, pour
avoir dit tout haut, ce que les autres chuchotent tout bas. Le régime
s’est encore une fois senti obligé de céder devant le bourdonnement
international notamment par le biais d’Internet(formidable outils de communication)
à l’intention de plusieurs pays et organisations internationales. Ce
fut alors, un grand soulagement pour tous les Amis de la Démocratie
et du respect des Libertés humaines mais, le vaccin démocratique
injecté à notre dictateur de la corne d’Afrique perd très
rapidement son effet positif. Le chef du régime de la répression
arbitraire se fait évacuer d’urgence pour être placé sous
perfusion dictatoriale. Assurément,  » chasser le naturel, il revient
au gallot « .

Demain 31 mars 2003, DAF
va recomparaître par devant le tribunal correctionnel de Djibouti à
9H 00 mn du matin. Cette fois ci, c’est le tour du général ZAKARIA
CHEIK IBRAHIM(analphabète) qui le poursuit pour délit de diffamation
mentionnée dans l’organe de presse du MRD,  » Le Renouveau Djiboutien
« . Par ces motifs, le général lui réclame la somme
de 10 000 000 FD(dix millions de francs Djibouti soit environ 56 100 $ USA)
à titre de dommages et intérêts pour préjudice
subi outre la somme de 1000 000 FD(un million de franc Djibouti soit environ
5600 $ USA) à titre des frais irrépétibles.

Eu égard à
ces pratiques dissuasives, intimidantes, et par conséquent liberticides,
le comité du MRD en Belgique prend la communauté internationale
à témoin et l’invite à suivre cette regrettable affaire
avec une attention toute particulière. A suivre…

Le
comité du MRD en Belgique.