Articles

05/09/2013 (Brève 216) Selon une information transmise par un membre de la famille Alhoumékani, le journaliste du quotidien yéménite Al-Teef aurait reconnu son erreur. Des démentis sont publiés et la presse yéménite pourrait reprendre l’information aujourd’hui.

Ce journaliste avait publié dans l’édition 437 du 29 août, une information selon laquelle Mohamed Alhoumékani serait recherché par Djibouti pour l’assassinat du Juge Borrel. A l’origine, il aurait reçu, à leur demande, cinq officiels djiboutiens, avec un traducteur, qui lui auraient présenté la version djiboutienne. Le journaliste regrette de n’avoir pas effectué les vérifications qu’il aurait du faire.

Ensuite sur la base des informations transmises par la famille, ce journal a mené une enquête sérieuse et c’est épris de remords, qu’il fait passer des démentis.

Yemen ToDay a déjà publié le démenti de la famille et il appellerait à la libération d’Alhoumékani, dont on nous propose une traduction, (sous les réserves habituelles).

Apres avoir enqueté à partir des éléments transmis par sa famille en Belgique en langues anglaise et francaise et traduits en arabe, voici les faits :

Monsieur Mohamed Saleh Houmekani de nationalité yéménite de naissance et Belge de nationalité, a été arrêté le 24 août à l’aéroport de Sanaa, puisconduit dans les locaux d’Interpol de Sanaa.

Les autorités djiboutiennes demandaient son extradition, mais son nom n’apparait pas sur le site d’Interpol.

Interopol l’a fait remettre illégalement à la brigade criminelle
et le jeudi 29 aout il a été incarcéré à la prison centrale de Sanaa

Les acuusations formulées par les autorités djiboutiennes ne sont pas fondées, comme cela semble être fréquent. C’est la politique de Djibouti à l’encontre des opposants dans beaucoup d’affaires de ce genre.

Au cas où le Yémen extraderait Al Houmekani à Djibouti, il serait en danger de mort. Plusieurs informations concordantes confirment que Djibouti liquide des opposants politiques à Gabode chaque mois et cela dans un silence total.

De nombreux organismes internationaux de défense des Droits de l’Homme et l’Union européenne (en juillet de cette année) ont dénoncé les mauvais traitements que Djibouti fait subir aux opposants et des exécutions extrajudiciaires. Même des ONG basées à Djibouti ont émis des critiques à l’égard de la dictature djiboutienne.

En tant que journaistes yéménites, nous demandons
1/ que le Yémen respecte le Droit international et la constitution qui interdit l’extradition d’un citoyen yéménite,

2/:dans la mesure où il n’y a aucune plainte fondée contre l’innocent Mohamed Houmékani, le gouvernement doit le libérer immédiatement pour qu’il retourne en Belgique où sa famille l’attend avec impatience

3/ Le président Guelleh veut faire taire ce temoin capital qui possède des informations sur son implication (Guelleh) dans l’assassinat du juge Borrel. Ce témoin avait entendu une personne qui affirmait au président Guelleh que « le juge fiouineur était mort »,

Pour nous, il est capital que Mohamed soit libéré et autorisé à repartir librement pour Bruxelles. Nous rappelons qu’en cas d’extradition vers Djibouti, il aurait probablement rendez-vous avec la mort.

16/10/03 (B216) Abdi Nour Alaleh et Neima Djama Miguil vont-ils chanter le 17 octobre ? (Lecteur)

Nous tenons à informer que le duo Abdi Nour, Neima Djama pour le 17 octobre n’est pas encore confirmé.
Des rumeurs circulent à Ottawa, sur une éventuelle retrouvaille Abdi-Neima.
Pour l’instant, il ne s’agit que des rumeurs. Nous rappelons que Neima n’a pas chanté le vendredi 10 octobre, pourtant il se disait qu’elle y serait.

Nous nous interrogeons sur la rumeur selon laquelle Neima Djama chantera, s’agit-il de la publicité ?
En effet, rien de plus simple que de faire courir la présence de Neima Djama pour avoir un maximum des spectateurs, tout en sachant qu’elle sera absente.

Bien sûr, nous serons heureux de voir ces deux artistes chanter ensemble. Il appartient à Abdi Nour de faire le nécessaire pour que Neima Djama vienne, ce qu’il n’a apparemment pas fait jusqu’à présent.

16/10/03 (B216) Selon le site Geopolitique.com et la rubrique ‘Briefing N°3’, les forces américaines à Djibouti devraient se renforcer sérieusement à Djibouti. Ce qui pourrait poser dans l’avenir, quelques sérieux problèmes aux intérêts non seulement stratégiques, mais aussi économiques de la France.

adresse pour télécharger
l’article :
http://geopolitique.com/document/geopolitique-briefing3.pdf

Important renforcement
militaire Américain

Le dispositif américain
dans la Corne de l’Afrique se renforce. Comprise en 1 600 et 1 800 éléments
à la mi-septembre, la présence Américaine va monter rapidement
en puissance.

Une arrivée qui,
contrairement à ce que semblent croire les autorités militaires
françaises sur place est destinée non seulement a perdurer,
mais également à monter rapidement en puissance. Rapport des
forces en présence.

Les retombées économiques
de la présence militaire française en République de Djibouti
(entre 150 et 170 millions d’euros en 2002, soit l’équivalent de 40
à 45% du PIB), risquent de passer pour quantité négligeable
avec l’arrivée en force des militaires américains à Djibouti.

Au cours des prochaines
interarmées américain ou CJTF (Combined Joint Task Force) HOA
(dans la Corne de l’Afrique), placé sous le commandement du brigadier
général de l’US Marine Corps (USMC) Mastin M. Robeson devrait
être renforcé sur le plan humain et matériel. Le CJTF
est installé à proximité de l’aéroport de Djibouti,
au Camp Lemonnier, ancien cantonnement de la 13ème Demi-Brigade de
la Légion Etrangère (DBLE).

Le redéploiement
de plusieurs aéronefs (hélicoptères et avions) s’ajoutera
aux huit CH-53 Super Stallion (soutien maritime et opérations spéciales)
et aux trois C-130 Hercules déjà sur place. Le détachement
français de l’ALAT – Aviation Légère Armée de
Terre – à Djibouti dispose, pour sa part, de cinq Puma et de trois
Gazelle…

Par la suite arriveront
des éléments organiques supplémentaires appartenant notamment,
à l’USSOCOM (United States Special Operations Command), en prévision
d’opérations ponctuelles antiterroristes dans la région. Et
comme il se doit, dans les bagages des militaires américains sous-traitant
le support matériel et la sécurisation des installations militaires.
Halliburton et Kellog et Brown & Rot pour commencer.

16/10/03 (B216) Une nouvelle fois, le régime fait payer un lourd tribu, en agissant de façon tribaliste à l’encontre de 10 jeunes fonctionnaires d’origine Afar, qui viennent d’être purement et simplement licenciés. (Lecteur)

Encore une fois, la communauté
Afar de la République de Djibouti est victime de l’illogisme et d’incompréhension
de la part du régime actuel.

Cette semaine, nous venons
d’apprendre que les jeunes diplômés afars employés au
Ministère des Affaires étrangères sont victimes de leurs
compétences. Apparemment, la compétence n’est pas "bien
vu" par les dirigeants de notre pays.

La communauté Afar
du Canada aimerait bien savoir les raisons invoquées ou les reproches
que l’on peut faire à l’encontre de ces jeunes fonctionnaires et qui
seraient susceptibles de justifier leur licenciement.

En effet, le licenciement
‘en bloc’ de dix personnes d’origine Afar attire notre attention et il suscite
des interrogations, à la veille de l’arrivée du PM (Dileyta)
au Canada.

La question que nous nous
posons aujourd’hui, est de savoir s’il convient d’être membre du RPP,
pour pouvoir contribuer à l’administration et à l’essor du pays
ou bien s’il faut nier la réalité : c’est à dire que
toutes les ethnies présentes sur le territoire ne forment qu’une seule
nation ?

La main mise du régime
sur toutes les administrations, sur tous les rouages, sur l’économie
et sur tous les postes à responsabilité, semble avoir fait un
pas de plus vers la république du FÜHRER.

Nous aimerions faire savoir
à toutes et à tous ceux qui vous lisent, que nous n’avons aucune
vue ethnique pour les choix des administrateurs et des fonctionnaires, mais
que si les afars devaient être considérés par le régime,
comme une catégorie différente, ils resteront les maîtres
de leurs destins et qu’ils réagiront à toute provocation tribaliste
comme celle que nous signalons.

Ableyo

16/10/03 (B216) Whashington renouvelle ses appels à la prudence en ce qui concerne la sécurité de ses ressortissants à Djibouti … (AFP)

Washington renouvelle
ses consignes aux Américains d’éviter Djibouti

Les Etats-Unis ont renouvelé mercredi leurs consignes à leurs
ressortissants d’éviter de se rendre à Djibouti en raison de
menaces d’attentats terroristes dans ce pays.

Le département
d’Etat (Affaires étrangères) a renouvelé un avis émis
le 16 juillet dernier, après que l’ambassade américaine à
Djibouti a indiqué, le 10 octobre, avoir été informée
de menaces spécifiques notamment contre des lieux de culte fréquentés
par la communauté étrangère.

Washington continue de
conseiller "à tous les ressortissants américains envisageant
de voyager à Djibouti de revoir leurs projets en fonction de la situation
actuelle", indique ce communiqué. "Le gouvernement américain
a reçu des indications sur des menaces terroristes concernant les intérêts
américains et occidentaux, visant notamment l’aviation civile",
selon ce texte.

14/10/03 (B216) ABDI-NOUR le grand chanteur Djiboutien a gaté le public d’ottawa le 10 octobre dernier (Lecteur)

1200 personnes sont venues
voire ABDI-NOUR ALLALEH à Ottawa.

D’ottawa, de Montreal,
de Toronto, de Calgary et d’Edmonton (Alberta), meme de New-York et de Washington
D-C, le grand Rendez-vous etait de voire Abdi-Nour le grand chanteur Djiboutien
sur scene à Ottawa le vendredi 10 octobre.

18 h 30, tres bien preparé
l’équipe technique est prete: camera-man, les techniciens, la billeterie,
la securité, les organisateurs, les personnes d’accueil, l’artiste
A. Amir etc ….

20 heures les gens ont
commencés à arriver pour avoir la meilleure place. Deja 21 h
30 mn une queue se forme et la salle est à moitié pleine. Une
dizaine d’amis djiboutiens et 2 policier d’ottawa assurent la securité
de la place. 22 h 50 mn la salle est pleine (1197 personnes) et ABDI-NOUR
est appellé sur son cellulaire (tel mobil). Tres bien escordé
(6 body guard – des amis djiboutiens), ABDI-NOUR est arrivé dans une
4×4 noire à 23 h 02 mn. La salle se leve et applaudi. D’un geste de
la main, il remercie la salle d’etre venue.

Et la soirée commence
par une chanson faite juste pour Ottawa (Ottawaii manabadbaa .. ontarioii
manabadbaa) (bonjour ottawa .. bonjour ontario). Chanson apres chanson, Abdi-Nour
nous ramene 20 ans en arriere : c’est le chanteur qui a le plus de repertoir-chansons
à djibouti. Puis DEKA la star d’ottawa (avec sa belle voix) chante
avec lui. Ensuite Omar indhayarée, le grand chanteur de toronto tres
bon ami de Abdi-Nour, chante quelques chansons. Suivie de Jonny et de Abdo,
deux autres chanteurs d’ottawa. Abdi Koulmyé le grand humoriste Djiboutien
d’ottawa etait là aussi.

… Une grande surprise,
à minuit et 30 mn (12h30 am), Abdoulkader-JUBA le grand chanteur Somalien
tres bon ami de Abdi-Nour, de Toronto, rejoint sur la scene Abdi-Nour. Les
spectataires applaudissent.

Par la suite, JUBA prend
le micro et dit : "je viens de Toronto pour Abdi-Nour qui est une tres
bonne personne qui merite beaucoups de bonnes choses et je serai avec lui
tout au long de la tournée Nord-Americaine Canada-USA-2003".

Et le "party"
continue, encore et encore Abdi-Nour, il chante meme 2 chansons AFAR en dansant
la danse AFAR avec 3 filles AFAR. Abdi-Nour nous a tous gaté. 4 heures
du matin, malheureusement, etait l’heure que la salle devrait fermée.
Abdi-Nour remercie encore le public et promet de revenir sur scene bientot
(le 17 oct ou à l’occasion de l’AÏD AL-ADHA du mois de Ramadan)
à ottawa (avec Neima Djama).

Abdi-Nour va rester en
Amerique du Nord (Canada-USA) jusqu’à Novembre et par la suite La soirée
du Nouvelle an il va chanter à Djibouti (ca etre une premiere – des
djibouto-canadiens vont etre là).

Bientot une séance
d’autographe sera organiser à ottawa (Abdi-Nour et le public).

Abdi-Nour Allaleh remercie
le public et les amis (les organisatuers et lceux et celles qui se reconnaitront)
pour leurs aides genereuses. Merci beaucoup.

La cassette Vidéo,
les nouveaux CD, des cassettes audio et les photos d’ABDI-NOUR de la soirée
10 octobre ottawa 2003 seront en vente bientot.

Pour plus d’info sur Tournée/Dates/Billets/rendez-vous
avec ABDI-NOUR appeler :

(613) 746-6620 ARTA MUSIC
CENTER OTTAWA
(613) 244-8570 ARHOTABA PRODUCTION OTTAWA
email : abdi-nour-allaleh@hotmail.com

14/10/03 (B216) Appel de détresse du Syndicat des employés de la Poste de Djibouti. (Article signé et publié sous la responsabilité du Syndicat des employés de la Poste)

Appel de détresse
des employés de la Poste de Djibouti !!!!!!!!!

Suite à deux S.O.S
envoyés à notre Ministre de tutelle et restés sans réponse,
nous faisons appel à votre association car vous êtes notre dernier
espoir avant qu’on sombre comme le Shératon Hôtel.

Les faits :

Un système de
notation bizarre s’est instauré à la Poste de Djibouti
: moins tu viens au boulot, plus tu vois ton salaire augmenter !!

D’où une source
de frustration pour les autres salariés qui se battent tous les jours
pour redresser la barre et our décourvrir, au final, que le fruit de
leurs sueurs est annilé par des parasites qui ne foutent rien. Pire
encore, ces mêmes gens qui ne viennent pas au boulot bénéficient
des pleins pouvoirs. Ils ont même coupé les lignes de service
(téléphones) des autres agents, car prétextent-ils, il
faut faire des économies tout en sachant qu’eux ont gardé
leurs lignes et qu’ils consomment trois fois + que les autres.

Donc, à la Poste
tout le monde se pose des questions :

– Pourquoi le Directeur
et le Ministre refusent de prendre des décisions à l’encontre
de ces agents ?

– Et pourquoi, bizarrement,
ces sont des amis du Ministre qui khatent parfois avec lui.

Qui sont ces employés
« modèles » ?

1) Mr AHMED YACIN DJAMA
: parachuté de l’EDD où il n’était qu’un
simple agent, il a atterrit en tant qu’Agent Comptable à la Poste
de Djibouti.

Certains disent qu’il
pourrait être d’une utilité non mesurable, en proie à
des crises, que certaines rumeurs qualifieraient de démence. Il ne
vient à son bureau que 2 fois par semaine le matin, pour en partir
vers 10 h. Lorsqu’il est là à son bureau, soit il serait
en état d’ébriété, soit il serait en train
d’engueuler ses agents. (Rumeur à confirmer)

Pourtant, il n’y
a rien qui lui manque, il gagnerait dans les 500 000 FDJ sans parler de ses
nombreux avantages.

Alors Mr le Ministre pourquoi
ne faites-vous rien ? Est-ce parce qu’il est bien marié ?

2) Mr HILLIEH HASSAN GUIRREH
:Le fantôme de la Poste. On ne le verrait presque jamais. La seule fois
où il vient à son bureau (dans la salle de réunion, car
Monsieur aime avoir une grande table) ce serait pour se connecter sur Internet
et pour travailler pour son compte car il vient d’ouvrir une entreprise
de Mail express.

Il arriverait lui aussi
au boulot en état d’ébriété. Mais ce serait
le protégé du Ministre et d’ailleurs, il compterait le
nommer Directeur de la Poste. En attendant avec l’appui de ce dernier,
il vient d’être nommé Directeur des opérations avec
une prime de 150 000 FDJ en plus de son salaire qui est de + de 350 000 FDJ.

Alors, la logique dans
tout ça ?

3) Les salariés
fictifs : fictifs dans le sens où ils vivent à l’étranger
mais ils continuent à encaisser leurs salaires, comme s’ils travaillaient
encore effectivement.

Pour ne citer que le roi
: Mr DABALEH DILEITA MOHAMED. Absent du pays depuis deux ans et il toucherait
pourtant + de 400 000 FDJ par mois.

La liste est longue, sans
oublier le parc automobile de la Poste, qui au fur et à mesure diminue.
Comble : le reste des voitures est affectéeà des gens qui ne
travaillent pas à la Poste (ex . La 1099 C qui serait attribuée
à un certain Abdoulkader Dileita, ex agent de l’OPT devenu conseiller
du 1er Ministre ; la toyota 1694 TT de Mr Dya ancien postier devenu ambassadeur
de Djibouti à Riad, qui aurait été récupérée
par un autre protégé du Ministre de la communication parce qu’il
travaille avec lui ; la toute neuve Peugeot 406 de l’agent comptable
qui est hors d’usage au bout de deux ans dans des circonstances que personne
n’ignore ici.

4) Mr AHMED-MAHDI ISMAEL
: contrairement aux autres personnes citeés ci-dessus, il vient au
boulot. Mais lui ce serait pour créer des zizanies entre les employés.
Il irait même jusqu’à déchirer les quelques missions
ou formations que nous proposent à titre gratuit les administrations
étrangères partenaires (UPU…). afin que nul postier n’en
profite (il est Directeur adjoint et chef de la division Postale et par conséquent
tous les courriers atterrissent dans son bureau).

Tout ceci, a suscité
une ambiance malsaine à la Poste et les employés sont devenus
violents (verbalement) entre eux. On aurait même entendu, ces derniers
temps, prononcé des menaces de mort entre collègues.

Alors, Mr le Ministre
de la Communication , arrêtez de soutenir ce genre de pratique car la
Poste de Djibouti traverse, depuis qu’elle est sous votre autorité,
une des plus graves crises de son histoire. Sauf à faire un ménage
effectif et ciblé, la Poste ne sortira plus jamais du coma, dans lequel
vos décisions l’ont plongé.

Syndicat
de la Poste de Djibouti.

14/10/03 (B216) Démissionner, oui ! Mais vouloir discréditer, dès le lendemain, ce que l’on défendait la veille, c’est une erreur. Non ! Restons responsables, vis à vis des Djiboutiens et de l’opposition. (Lecteur)

Trois membres du GED ont
démissionné. C’est leur droit le plus strict. Mais cela aurait
du se faire dans le respect et dans la dignité.

Bien au contraire, que
découvrons-nous ? Qu’ils étalent leur vie privée sur
le net et qu’ils fustigent le GED où ils ont été accueillis,
puisqu’ils y occupaient des fonctions de direction …

Il est inconcevable de
les entendre annoncer maintenant avec grand fracas qu’ils rejoindraient les
rangs du MRD. Q’ils changent de parti, encore une fois, c’est leur droit,
mais qu’ils le fassent dans la discrétion, sans rejeter du jour au
lendemain, ce qu’ils ont soutenu. Qui pourra croire maintenant qu’ils ne feront
pas la même chose, le jour venu au sein du MRD pour aller rejoindre
une autre structure. En agissant ainsi, ils perdent leur propre crédibilité.

Si tel est le cas, ils
ne pourront avoir aucun rôle dans ce parti, qui a des objectifs bien
précis et surtout pas celui de créer la zizanie entre les frères
djiboutiens……..de l’opposition. Chaque parti à ses objectifs
et sa vision, mais avant tout, il s’agit d’atteindre un but commun à
toute l’opposition : celui de restaurer la démocratie et un état
de droit.

Nous aimerions qu’ils
présentent des excuses publiques sur le net à la communauté
qu’ils ont offensée. Comme ils les faisaient si bien lorsqu’ils les
dénonçaient.

FALO XX