Articles

16/09/2013 (Brève 239) Demande de documents / Manifestations des 15-16 sept à Bruxelles

L’équipe de l’ARDHD remercie à l’avance tous les acteurs qui sont mobilisés pour suivre les déplacements de Guelleh et pour dénoncer son régime dictatorial, tyrannique et sanguinaire lors de sa venue en Belgique, de lui envoyer tous les documents, en particulier photos et extraits vidéo, qui seront mis en ligne sur son site.

Un grand merci à l’avance

Pour écrire et envoyer vos documents : equipe@ardhd.org

25/03/04 (B239) Notre lecteur qui avait posé deux enigmes au sujet du RPP, nous adresse les réponse et il nous pose une nouvelle énigme.

En raison de difficultés
de transmission, c’est avec beaucoup de retard que nous publions cette contribution
et nous prions notre correspondant de nous en excuser.

Les deux formules sont
:

1 ) A chaque campagne
electorale le RPP fait usage de la fameuse formule qui dit :" Le changement
dans la contunuité" . Alors que la situation sociale, économique
et politique se déteriore, le RPP parle de "changement" et
le comble il ajoute "dans la continuité". Si mon intelligence
n’est pas inferieure à la moyenne, je pense qu’il y a un changement
dans le changement point barre. Il est à noter que le RPP considère
le changement comme la finalité de leur mission.

2 ) A chaque fois qu’un
média international (Canard enchainé ou RFI ou l’ARDHD) s’exprime,
la présidence s’affole et elle hurle au scandale. Elle adopte la fameuse
échelle qui est en vigueur au sein du RPP. La réaction est gradulle
et proportionnelle à l’auteur :

a ) C’est normal c’est
un chretien
, un étranger et est jaloux de notre patrie et de notre
independance chèrement obtenue le 27 juin 1977. Puis des chants du
groupe harbi sont lancés à la radio et à la television.
Le signal est limpide : les gens raisonnables comprennent aussitôt que
le pouvoir est en difficulté.

Exemples :
1 – l’affaire borrel évoquée par les médias français.
2 – A
u début
de la rébellion du Frud le RPP affirmait que c’était l’Ethiopie
qui aggressait Djibouti.

b )Si c’est un djiboutien et qu’il n’y a pas de doute, alors on parle
de la manipulation par des etrangers ou tout simplement on dit qu’il est Afar
et qu’il est jaloux des somaliens (Issa et non Issa) qui sont au pouvoir.

c ) Si ce n’est pas
un afar
alors c’est un somali non issa (ousbayan), il est opposant et
il jaloux des issas.

d ) Si ce n’est pas
un ousbayan
c’est alors un issa non mamassan.

e ) Si ce n’est pas un issa non mamassan c’est alors un mamassan non
bah-fourlaba (sous clan du president) .

f ) Si ce n’est pas un bah fourlaba c’est alors qu’ il n’aime pas
les guelleh.

g ) Si c’est un bah fourlaba rer guelleh c’est tout simplement parce
qu’il n’aime point kadra parce qu’elle est Issag.

Au jour d’aujourd’hui
nous sommes au stade de "F" et selon mes pronostices, nous
atteindrons le dernier stade "G" vers la fin de l’année
ou lors des élections présidentielles si il y a une consultation.

J’imagine qu’IOG a élaboré
une procédure d’accès à la Monarchie comme cela se pratique
dans les Pays du Golfe.

Je conclue mon exposé
avec une nouvelle question.

Comment IOG avait-il truqué
la proclamation des résultats de la présidentielle et des législatives
?

Demain la reponse.


Suite à des problèmes de transmission, les réponses sont
un peu plus tardives qu’elles n’auraient du l’être et nous prions notre
lecteur de nous en excuser.

Les deux formules sont
:

1 ) A chaque campagne
electorale le RPP fait usage de la fameuse formule qui
dit :" Le changement dans la contunuité" . Alors que la situation
sociale,
économique et politique se déteriore, le RPP parle de "changement"
et le
comble il ajoute "dans la continuité".
Si mon intelligence n’est pas inférieure à la moyenne, je pense
qu’il y a du
changement dans le changement point barre. Il est à noter que le RPP

considère le changement comme l’aboutissement de sa mission.

2 ) A chaque fois qu’un
média international (Canard enchainé ou RFI) ou
l’ARDHD s’exprime sur le régime ou publie des articles précis,
aussitôt la Présidence s’affole et elle hurle au scandale.Elle
adopte la fameuse
échelle du RPP qui est graduée de la façon suivante ::

a ) C’est normal, c’est
un chretien, un étranger et il est jaloux de notre
Patrie et de notre Indépendance chèrement obtenue le 27 juin

1977. Puis on envoie sur la radio et sur la télévision, des
chants interprétés par le Groupe Harbi. C’est un signal pour
les gens raisonables : c’est le signe que le Pouvoir est aux abois.

Exemples : l’affaire Borrel
évoquée par les média français. Un autre : le
début de la rebéllion du FRUD, le RPP disait que c’était
l’Ethiopie, ennemi extérieur, qui aggressait Djibouti.

b ) Si c’est un djiboutien
et qu’il n’y a pas de doute sur ses origines, alors on dit qu’il est manipulé
par les étrangers ou tout simplement qu’il est Afar et qu’il est
jaloux des Somaliens. (Je précise bien sur des Issa et des non Issa,
qui sont au pouvoir).

c ) Si ce n’est pas un
Afar alors c’est un Somali non Issa (Ousbayan), il ne peut être qu’un
opposant très jaloux des Issas.

d ) Si ce n’est pas un
Ousbayan, alors, c’est un Issa non Mamassan.

e ) Si ce n’est pas un
Issa non Mamassan, c’est un Mamassan non Bah-Fourlaba (Le sous-clan du Président)
.

f ) Si ce n’est pas un
Bah Fourlaba, c’est alors qu’il n’aime pas les Guelleh.

g ) Si c’est un Bah Fourlaba
Rer Guelleh, c’est tout simplement parce qu’il
n’aime point Kadra du fait qu’elle est Issag.

Au jour d’aujourd’hui,
nous sommes au stade de "f" et nous atteindrons bientôt le

dernier échelon "g" vers la fin de l’année ou lors
des élections présidentielles, s’il y a consultation.

Je me demande si IOG ne
nous prépare pas une Monarchie héréditaire à l’image
de celle des pays du Golfe.

Je termine ma démonstration
avec une nouvelle question:

Comment IOG avait-il truqué
la proclammation des résultats, lors de la présidentielle et
des législatives ?

Demain la réponse.

25/03/04 (B239) Siman Mahamoud, lecteur de Châlons sur Saone, nous adresse une lettre ouverte, que nous publions à sa demande.

_________________________________
Note de l’ARDHD
Cette lettre contient des attaques personnelles envers une personne, sur laquelle
notre équipe n’a aucune information. Nous sommes donc dans l’incapacité
de donner un avis ou des informations.

Si nous publions cette lettre sous la responsabilité unique de son
auteur, c’est parce qu’elle contient aussi des informations sur des possibles
manoeuvres du régime, tant pour récupérer des membres
de l’opposition que pour étoffer les services de la SDS en Belgique.

Nous informons nos
lecteurs que nous refuserons de publier toutes nouvelles déclarations
contre la personne en question, qui bénéficiera nénamoins
du droit de réponse habituel, si elle souhaite s’exprimer.
_________________________________________________
___

Merci Monsieur, je vois
que vous laissez de plus en plus les femmes s’exprimer dans vos colones. Je
vous dis chapeau…

Ma contribution est la
suivante, elle s’adresse à monsieur Houssein Tuister…

Chers lecteurs,

j’ai décidé
aujourd’hui de prendre ma plume pour vous parler du problème qui concerne
Houssein Tuister, le soi disant Chargé de la Communication et des relations
publiques au sein du MRD en Belgique.

Chers opposants, les femmes
vont désormais suivre vos agissements à la lettre. Il s’agit
de notre avenir qu’on veut bien vous confier pour une seconde indépendance.

Ce monsieur, je le connais très bien et il ne peut pas prétendre
le contraire, car je suis Siman Mahamoud de Chalon. Ca doit lui rapeller quelque
chose. Si je me souviens bien, au début de la création du MRD
en Belgique, c’était Ali Salem Omar qui écrivait et non pas
Tuister qui twistait ailleurs.

Ma question: pourquoi
c’est le Président qui devait écrire et non pas son responsable
de la communication ? D’ailleurs, nous n’avons jamais rien lu de sa part.
C’est du moins ce que je pense. Pourquoi, est-ce toujours Ali Salem qui prend
les RV avec les personnalités internationales et non pas le responsable
des relations publiques ?

Quelque temps plus tard, Tuister s’est réveillé et il a fait
remarquer à Ali Salem qu’il dépassait son rôle de Président.
Houssein Tuister a ajouté qu’au lieu de travailler pour les français
(c’est à dire l’ARDHD) il fallait travailler pour les sites djiboutiens
(GED, MRD…).

Le comité du MRD
de belgique voyant Tuister tout feu tout flamme, lui a donné le feu
vert puisqu’il était le responsable de la communication et qu’il avait
raison.

Mais voila que Tuister n’a jamais rien écrit. Pourquoi ? Quelqu’un
lui aurait-il demandé de suspendre ses écrits où quoi
que ce soit ? Serait-il limité par ses capacités intellectuelles
? A mon avis, il n’a jamais écrit quelque chose car on sait qui écrivait
à sa place de temps à autre.

Ironie du sort, Tuister revient sur le site de l’ARDHD (avec sa photo) comme
pour narguer ses anciens collègues du Comité. Où était-il
en train de dormir ? sur son lit ou sur le lit de l’ambassade de Djibouti
à Bruxelles qui devient un champ de bataille ethnique.

Chers amis, nous ne sommes plus dupes. Nous allons avertir par courrier électronique
tous nos militants quel que soit leur lieu de résidence.

Enfin, je tient à informer les militants de Bruxelles qu’un réseau
d’agents de la SDS est en train de se constituer à Bruxelles. Il s’agit
de Haroun Hourouba (chef de file), de Tuister (son alter ego), de Bazarra
(celui qui fait le fou alors qu’en vérité il fait autre chose),
Chehem le chauve (celui qui s’est fait viré de l’Ambassade de Djibouti
en France, il est le cousin de Chehem Daoud), le commandant Fathi qui se faufile
dans les mabrazes des Djiboutiens à Bruxelles et qui fait le petit
malheureux et oppressé par le régime alors qu’en contrepartie
il attend un poste politique…

Chers compatriotes, le réseau va s’étendre de plus en plus.
Il faut faire attention.

L’objectif d’IOG est de
fermer l’ARDHD, de diluer le GED, de briser la colonne vertébrale du
MRD en belgique.

D’ailleurs, le gouvernement
essaye par le biais de personnalités arabes, de voir comment il pourrait
acheter Ali Salem Omar pour le faire taire. Il ne faut pas oublier que ses
écrits paraissent dans les colones du journal Le Renouveau Djiboutien.
Il le sait et je le défie de me contredire.

Aussi, je l’invite à
dire un mot sur les éventuelles transactions que le régime veut
lui offir. Connaissant ce monsieur, je pense qu’il ne va jamais céder.
Mais,…

Je remerçie le président de l’ARDHD pour m’avoir permis de m’exprimer.

Chers lecteurs et chers opposants je vous dis à bientôt.

Simane Mahamoud.
Chalon-sur-saône.

26/03/04 (B239) En dépit des effets d’annonce de l’ADI, le Président Allemand n’a pas fait escale à Djibouti. D’après un article paru dans Le Monde, il aurait annulé sa visite de quelques heures en raison de risques d’attentat. (Info lecteur)

_______________________
Extrait du Monde

L’Allemagne discute
du renforcement de son système antiterroriste

LE MONDE | 24.03.04
Berlin de notre correspondant

Le président allemand,
Johannes Rau, a annulé une visite prévue, mercredi 24 mars,
à Djibouti, sur la foi d’informations fournies par les services de
sécurité allemands sur un complot visant à l’assassiner,
ont annoncé, mardi, les services de la présidence. Selon un
communiqué, les services de sécurité ont eu vent de l’existence
d’un complot fomenté par un groupe islamiste à l’encontre de
M. Rau, qui devait inspecter des militaires allemands stationnés à
Djibouti. L’annulation de sa visite traduit la vigilance accrue des services
de renseignement après les attentats qui ont frappé Madrid le
11 mars.

Ces attentats ont relancé,
en Allemagne, le débat sur les structures de renseignement et de répression
du terrorisme. Pays fédéral, l’Allemagne dispose d’organismes
de police décentralisés dépendant de chaque Land, qu’il
s’agisse de police judiciaire, de sécurité publique ou de maintien
de l’ordre et d’intervention, notamment par les unités antiterroristes.

Mais le pays aligne également
des services fédéraux pour des tâches spécifiques
telles que le contrôle des frontières (Office de protection des
frontières), la répression des menées anticonstitutionnelles
et radicales (Office de protection de la Constitution) ou la répression
de la grande criminalité (Office fédéral de police criminelle).
Ce sont sur ces organismes fédéraux, dont les bureaux locaux
dépendent partiellement de l’autorité de chaque Land, que repose
l’essentiel de la lutte antiterroriste.

Lorsque, en janvier 2003,
le pilote – déséquilibré – d’un avion monoplace avait,
plusieurs heures durant, survolé Francfort en menaçant de s’écraser
contre l’une des tours de la ville, il avait fallu d’intenses tractations,
au plus haut niveau, pour décider qui gérerait l’incident.

L’effroi soulevé
par les atten- tats de Madrid a suscité diverses propositions exceptionnelles
dans l’univers constitutionnel allemand. Chrétien-social (CSU) proche
d’Edmund Stoiber, Günther Beckstein, ministre de l’intérieur du
Land de Bavière, a été l’un des plus rapides à
réagir en proposant de recourir à l’armée. « Dans
certaines situations dangereuses, l’armée a de meilleures possibilités
que la police », a assuré le ministre, dans un entretien à
la Berliner Zeitung en évoquant les menaces nucléaires, biologiques
et chimiques auxquelles sont seules préparées des unités
spécialisées de la Bundeswehr. Selon M. Beckstein, l’armée
pourrait, comme en France, être chargée de la protection de certaines
installations civiles, ce qui permettrait à la police de se concentrer
sur des tâches de recherche et de prévention.

LOI SUR L’IMMIGRATION

D’autres propositions,
émanant de l’opposition comme de la majorité gouvernementale,
recommandent de centraliser l’Office de protection de la Constitution en supprimant
la tutelle qu’y exercent les Lãnder sur des échelons locaux.

Une récente polémique,
à Hambourg, a illustré les dysfonctionnements du système,
lorsque le ministre local de l’intérieur, Dirk Nockemann, contre l’avis
de son collègue du gouvernement central, Otto Schily, a bouclé
durant plusieurs jours un quartier de la ville où, selon ses informations,
un commando islamiste s’apprêtait à commettre un attentat.

Les derniers événements
devraient accélérer une série de mesures discutées
depuis longtemps mais qui soulevaient, jusqu’ici, de fortes réticences.
Sont notamment concernés la collecte et l’échange de fichiers
informatisés qui seraient rendus plus accessibles aux diverses instances
policières ou administratives. Otto Schily plaide pour l’établissement
de papiers d’identité comportant des données biométriques
autres que la taille et la couleur des yeux, selon lui in- suffisamment discriminantes.

Enfin, il est question
de faciliter l’interdiction d’entrée ou l’expulsion de tout étranger
soupçonné de menées extrémistes et considérés
comme dangereux. Leur liste, dressée après le 11 septembre 2001,
comporterait un millier de noms, militants islamistes de diverses obédiences,
et notamment du Hamas palestinien.

Georges
Marion

26/03/04 (B239) Nous avons reçu un communiqué d’une Association ‘SITTILAND’ inconnue de nous jusqu’à ce jour et qui ne communique aucune coordonnée. En conséquence, nous le publions avec toutes les réserves d’usage, concernant l’authenticité.


Communiqué Association du Sittiland

Au nom de nôtre
peuple Issas de la grande Somalie, nous nous engageons à créer
un Etat indépendant sur les régions habitées par les
Issas du Nord-Est de l’Etat auto-proclamé du Somaliland.

Nous lançons un
appel à la Communautés internationale pour qu’elle ne reconnaise
pas cet état fantôme. Nous soutenons totalement le processus
de réconciliation en Somalie.

En cas de reconnaissance
du Somaliland par la communauté internationale, les peuples Issas proclameront
à leur tour la République du Sittiland.

Comité
du Sittiland

26/03/04 (B239) Un lecteur qui a apprécié les énigmes sur le RPP, nous demande d’ajouter la suite qui manque à son avis …

I) S’il est Hirab, il
n’est pas Rer Ahmed *
J) S’il est Rer Ahmed, il n’est pas Rer GUELLEH.
K) S’il est Rer GUELEH, il n’est pas Bah-Moumina Rirache **

* Demandez IFTIN, si
il y a d’ autre nom. 0485863126.
** c’est la mère d’ IOG.

23/03/04 (B239) Un lecteur nous soumet un cas qui s’est passé à Djibouti et il sollicite vos réactions.

Le 20 Aout 2003, vers
01 H 30 du matin, Monsieur Mohamed BARAGOÏTA CHEICK, gendarme de carrière,
rentrait chez lui à pied.

Soudain, un véhicule
conduit par un homme de race blanche, à bord duquel se trouve une passagère
djiboutienne le heurte au passage. Il est surpris par le comportement du conducteur,
dont le véhicule monte sur le trottoir.

Mohamed n’a pu s’empécher
de manifester sa colère, une fois qu’il s’est assuré qu’il n’avait
rien de grave: pas de blessure, Dieu merci. Le chauffeur s’est arrêté.
Dans un premier temps, il reconnaît ses torts et il tente de se comporter
en homme responsable en présentant ses excuses.

Seulement, sa passagère,
excédée par l’idée même que son compagnon reconnaisse
sa faute, décide de mettre de l’huile sur le feu, en disant à
notre piéton,  » tu ne vaux pas plus qu’un vulgaire insecte,
si on t’écrasait. Alors tu ferais mieux de te la fermer et continuer
ton chemin. . . « 
. La réaction de M. BARAGOÏTA fut digne
de celle d’un homme, respectueux de la tradition, qui consiste à ne
pas céder à la provocation féminine !

Il refuse de lui répondre,
car la conversation se déroule entre hommes. Notre passagère
se retourne contre son ami et, lui dit,  » qu’attends-tu ? Tu as peur
? « 

A ce moment là,
l’homme change d’attitude envers Mohamed et il lui répète qu’il
ne représentait rien même s’il l’avait écrasé.
Il ajoute à ses idioties qu’il est bien assuré pour se permettre
de tuer des gens de son espèce.

Au même moment,
la demoiselle passe un coup de fil avec son téléphone portable,
pour appeler des membres de sa famille en renfort. Elle brave Mohamed « ne
t’enfuis pas maintenant, si tu es un homme. . . « 

N’ayant rien à
se repprocher, ce dernier a attendu l’arrivée des tierces personne,
qui pour lui, étaient censés débloquer la situation.

Ce ne fut pas le cas !

Treiz personnes, armées
de barres de fer et de bâtons, se sont jetées sur lui sans ménagement.
Elles l’ont roué de coups à la tête, aux bras. . . bref
il est tombé et il a perdu connaissance.

Le lendemain, naturellement,
une plainte est déposée à la brigade d’Enguela de la
GENDARMERIE NATIONALE. Le médecin ayant examiné M. BARAGOÏTA,
a établi, à l’issu de son diagnostic, un certificat médical
avec un arrêt de travail de 35 jours.

Le 21 Aout dans l’après-midi,
le commandant de brigade d’Enguela, devait envoyer son rapport, pour procéder
à l’arrestation des treize agresseurs, auteurs de coups et blessures
volontaires à l’encontre de Mohamed BARAGOÏTA CHEICK.

Cette opération
fut annulée sur ordre du Lieutenant-Colonel Zakaria HASSAN, numéro
2 de la GENDARMERIE djiboutienne, qui aurrait des liens de parenté
avec la demoiselle en question et, le MINISTRE djiboutien de la justice.

De toute évidence,
tout le monde connait la formule consacré  » nul ne peut se rendre
justice soi-même « . Partant de ce principe et, dans le strict respect
des lois de la REPUBLIQUE en la matière, Mohamed a toujours voulu croire
en la justice, même si, ceux qui sont sencés faire régner
l’odre et la sécurité , portent gravement atteinte à
ces grandes valeurs.

A tort ou à raison,
ça n’a pas été l’avis d’un proche de Mohamed.

Cheick HOUMED CHEICK,
jeune cousin de la victime, a décidé de rendre justice à
sa manière, puisque que les agents de la force publique avaient failli
à leur mission.

Il est allé directement
à la rencontre de l’un des treiz agresseurs de son cousin, qui étaient
toujours en liberté au bout de six jours. A son tour, il a roué
de coups, une des personnes impliquées dans la bastonnade de Mohamed.

Sans plus tarder, il fut
arrété et, déféré au parquet en catastrophe
et, envoyé en mandat de dépot. Quelques jours plus tard, il
fut condamné à un mois de prison ferme.

Pour ce qui est de l’affaire
Mohamed, elle a été jugée ! Il a été condamné
à 3 mois d’emprisonnement avec sursis et 100 000 Fdj d’amende. La même
peine a été prononcée à l’encontre des autres
accusés.

Avez-vous compris le raisonnement
de la justice à Djibouti ?

Mohamed a fait appel contre
ce verdict. Mais, la Cour d’appel est très embarassée. Elle
ne sait pas dans quel sens, elle doit juger cette affaire, qui pourtant relève
tout simplement du droit commun.

Le principal obstacle
pour les magistrats, est leur patron, le garde des sceaux. Ismael IBRAHIM
HOUMED, MINISTRE DE LA JUSTICE de la REPUBLIQUE de DJIBOUTI. Il entrave gravement
le fonctionnement de la justice et il empèche les magistrats de faire
leur travail comme il se doit. La plupart des personnes impliquées
dans cette banale affaire à première vue, sont des proches du
MINISTRE.

Toutefois, il serait très
injuste, de ne pas souligner, que le comportement du GARDE DES SCEAUX, a été
sévèrement condamné, par quelques personnalité
de sa tribu ( ABLE ) Mosieur Mohamed DAOUD ALI, dit  » GAANLO « ,
n’a pas manquéde rappeler que le role des Ablés dans la tradition,
est éminement noble et juste.

Il nous a fait savoir
qu’il ne s’associait pas à son cousin Ismael.

Jugez et débattez
de cette affaire avec clairvoyence et sens des responsabilité
S. V. P. et merci

23/03/04 (B239) Une lectrice nous a adressé une contribution par laquelle elle entend dénoncer le double-jeu que pourrait avoir joué, à son avis qui n’engage qu’elle, M Houssein Mohamed Abdallah.

Les attaques à
son encontre sont précises et virulentes. Mais comme elles sont très
personnelles et que nous n’avons pas les moyens de les vérifier, nous
ne publierons pas la lettre.

En susbtance, sachez que
cette lectrice n’avait pas apprécié l’adhésion d’Houssein
Mohamed Abdallah au sein du MRD, estimant qu’il était un agent double
à la solde du régime, qui le finançait. Nous n’en dirons
pas plus.