Articles

03/10/04 (B266) Un problème de migration qui a été plus délicat que prévu, fait que nous n’avons reçu aucun message depuis lundi 4/10/04 à 10h00 CET. (ARDHD)

Nous prions nos correspondants
de nous excuser, mais notre hébergeur a rencontré un problème
imprévu, lors d’une migration logicielle. En conséquence, nous
n’avons pas reçu de messages depuis lundi 10h00 (CET).

La situation devrait redevenir
normale mardi 5 octobre dans le courant de l’après-midi (heure de la
France).

En principe aucun message
ne sera perdu, mais nous vous conseillons de vérifier si vous recevez
bien un accusé de réception de notre part mardi soir ou mercredi
matin : le temps que nous en prenions connaissance.

Dans le cas contraire,
nous vous serions extrêmement reconnaissants de nous renvoyer vos messages
et nous assurerons la diffusion comme nous le faisons depuis plusieurs années.

04/10/04 (B266) Le Grand Souleiman, dit Grandes Oreilles, accuse publiquement Me Morice de médiocrité !!

Dans La Nation, nous pouvons
lire que Le Grand Souleiman, le maginifique, convoqué comme témoin
assisté par la Justice française et ayant refusé de se
rendre à la convocation se permet de dire :  » Maître Morice
dont la médiocrité est de notoriété publique …
« . Voilà qui ca certainement plaire à Me Morice et à
Mme Borrel ….

Et puis il essaye de justifier
sa position . Certains ajouteront de façon maladroite et nous les laisserons
le dire.

Pour nous et ce n’est
qu’un avis personnel, la déclaration de Souleiman dans La Nation exhale
un doux parfum de fin de règne. Cela se vérifiera-t-il ? Réponse
sous quelques mois .. La langue de bois et les contre-vérités
perdurent moins longtemps que les responsabilités …

Exemple : Souleiman certifie
que la réunion décrite par Alhoumekani n’a pas eu lieu. Il oublie
certainement que même Hassan Saïd l’a reconnu dans un document
publié par Canal + et qui n’a pas été attaqué
en diffamation … Tout le reste à l’avenant …

03/10/04 (B266) M Alhoumekani nous adresse sa réponse à l’interlocuteur qui l’a interpellé dans une lettre ouverte publiée hier sur notre site. Il donne des informations sur les principaux points qu’il a évoqués le 16 septembre dans le Cabinet du Juge d’instruction à Versailles.

Pour des raisons de sécurité,
il m’avait été impossible de répondre à l’époque,
au premier lecteur qui m’avait posé une question ouverte sur le site
de l’ARDHD et croyez bien que j’en étais navré, car je répond
toujours à ceux qui me le demandent.

Aujourd’hui le contexte
est différent et je suis heureux de profiter de cette nouvelle question
pour répondre avec précision sur les deux points.

Effectivement mon frère
est bien venu me voir au mois d’avril 2004 et nous avons évoqué
très sérieusement l’affaire Borrel, ma position de témoin
et les développements en cours. A l’époque il a été
soumis à de fortes pressions de la part du Gouvernement, mais je ne
m’étendrai pas plus sur les détails, car tout le monde le sait.

Ce que chacun doit savoir
et peut vérifier au travers de la succession d’événements,
c’est qu’il n’a jamais été question que je change d’avis ou
que je revienne sur mes dépositions : car c’est la vérité
et elle est unique et inchangeable.

Il est vrai aussi que
mon frère a été relevé (très récemment)
de ses fonctions de Directeur de l’escale Yemenia de Djibouti, (par hasard
?) juste au lendemain de ma déposition devant la Juge Belin du Tribunal
de Versailles dans le cadre de la plainte qu’Ali Iftin et moi-même avons
déposée contre plusieurs personnalités, pour subornation
et/ou tentatives de subornation de témoins.

Sachez que même
ici à Bruxelles, nous sommes soumis à un véritable harcélement,
diligenté par ordre du régime. Outre le Procureur de la République
de Djibouti, d’autres personnalités que j’ai citées au Juge
d’instruction, m’ont contacté par téléphone, soit directement,
soit après avoir fait le déplacement à Bruxelles, pour
tenter par tous les moyens (y compris les promesses et/ou le chantage, quand
ce n’était pas les deux à la fois) de me convaincre de modifier
mon témoignage.

Toutes ces personnes ont
précisé qu’elles étaient mandatées personnellement
par le Président Ismaïl Omar Guelleh. Citons entre autres, le
Général Fathi, le député Ali Mohamed Awad dit
Roubah et le fameux Docteur Adel Mohamed Abdallah dit Zabidi.

A l’appui de mes déclarations
devant la Justice française, j’ai remis des preuves concrètes
: enregistrements, etc.. Une copie de tous les supports a été
confiée à la Juge, Mme Belin.

On y découvre,
par exemple, que le Docteur Zabidi s’est même expliqué sur les
raisons de la mise de la retraite anticipée de Mohamed Ali Chaker,
ancien directeur du Protocole du Président.

Selon les dires de M Zabidi
qui sont enregistrés, « Mohamed Ali Chaker aurait encaissé
personnellement et sans partage la somme de 40. 000 US$ que le Président
Kadafi avait donné à l’ensemble des services de Sécurité
et du Protocole djiboutiens.

Lorsque le Président
Guelleh a appris cela, il serait devenu absolument furieux. »

Le docteur Zabidi a ajouté lors de cette conversation enregistrée,
qu’à son avis, « Hassan Saïd était un incompétent
notoire à son poste. »

Sans ne trahir des secrets
de l’instruction, je pense pouvoir confirmer que ces deux personnes (Zabidi
et Hassan Saïd) vont être convoquées très rapidement
par la Justice française aux fins d’organiser une confrontation avec Ali Iftin et moi-même.

03/10/04 (B266) Message d’encouragement pour la manifestation du 6 octobre (en anglais)

MRD »s political
demonstration

GOD HELPS THOSE WHO HELP THEMSELVES!

At last some good news is trickling down from the political opposition in
DJIBOUTI specially the MRD parti ( movement for the democratic renewal).This
parti is undertaking a merciless and daring struggle against this ruthless
regime led by ISMAEL OMAR GUELEH who took the power thanks to his uncle ,
the former president of the republic.

I understood that the
MRD will carry out a large scale political demonstration at the headquarters
of the europeen institutions .They could not find a better place because this
place is an ideal area to gear the eye of the international community upon
the dayly sufferings our djiboutian fellow countrymen are regularly undergoing.It
is high time the international withnessed what is going on in this small but
highly strategic country.

The djiboutian people
alone cannot get rid of this dictatorship .That is why we are appealing on
the international help.The lack of democracy is appaling ,.Human rights are
dayly abused and belittled.ISMAEL OMAR GUELEH has turned this country into
a private business.He runs and owns everything for his proper interest.The
executive power , the police force , the parliament and the media are all
under his control.Can there be any room for a change in this kind of conditions?
I am afraid the answer is no.

The djiboutian
people, mainly the asylum seekers who are living in BELGIUM must attend this
demonstration and join their strengh together to oust GUELEH’S regime .It
is a national duty and it is now or never .Comme and have your say on wenesday
6th october 2004.The more we are the stronger we will be.Come ang grasp this
oppotunity to speak out against this regime.

GOD HELPS THOSE WHO HELP THEMSELVES.SO LET US ACT FIRST AND GOD WILL GIVE
US HIS HELP.

FROM MORGAN
A FREEDON COMBATTANT.

02/10/04 (B266) Le voyage de Guelleh à Cuba. (ARDHD)

L’hypothèse proposée
par plusieurs lecteurs concernant des soins médicaux et même
une opération cardiaque de Guelleh ne semble par résister au
bon sens.

D’abord les USA, la France
ou la Suisse disposent d’installation hospitalière renommée
et susceptible de soigner toutes les maladies. Ensuite une opération
cardiaque est généralement une intervention lourde qui exige
une préparation et une convalescence. Cela ne peut se faire en deux
ou trois jours ! Sauf s’il s’agit d’une intervention légère,
très légère. Dans ce cas, pourquoi aurait-il choisi Cuba
?

Non la réponse
est ailleurs. S’agit-il de négocier des accords commerciaux d’un type
un peu particulier ? Possible. Il est probable qu’il faille plutôt explorer
ce domaine que d’autres ….

02/10/04 (B266) Méfiez-vous des agents de Guelleh, à Bruxelles, qui voudraient faire croire à leur appartenance à l’opposition. La ficelle est un peu grosse ! (Lecteur)

________________________________
Note de l’ARDHD
Nous publions ce message adressé par un lecteur anonyme que nous n’avons
pas cherché à identifier, en application de nos règles
internes.

Est-ce la réalité ou une provocation ? Nous ne saurions le dire
! Et c’est la raison pour laquelle, dans le doute et l’incertitude, nous prions
chaque lecteur de se forger sa propre opinion.

Ce message peut être
sincère et exprimer la réalité, confirmant de nombreuses
rumeurs qui circulent sur le véritable engagement des personnes citées
en faveur d’un changement radical à Djibouti. Mais il pourrait aussi
avoir été envoyé par des agents de Guelleh pour tenter
de dissuader les opposants de manifester le 6 octobre.

Notre rôle consiste
uniquement à faciliter la diffusion des idées des opposants
et nous publions ce message dans le cadre de notre mission, sans n’avoir suffisemment
d’information pour orienter nos lecteurs vers une thèse plutôt
que vers l’autre. Par expérience, nous savons qu’il va susciter une polémique, à
laquelle nous mettrons un terme après quelques échanges, sauf si des éléments
crédibles de preuve, dans un sens ou dans l’autre, nous étaient
adressés.
_______________________________________________

Ce qui paraît bizzare
et même incroyable, c’est ce de rencontrer à Bruxelles, Ilyas
Issa Boulaleh fils d’Aicha Galab, connaissant la personalite et ses engagements
à Djibouti.

Aicha Galab est le bras
droit de la femme du dictateur IOG, Kadra QABYO.

Il y a un proverbe qui dit que tout flateur vit aux dépens de celui
qui l’écoute !

La mère et le fils ont toujours fait partie de la mouvance proche d’IOG.
Comment voudraient-ils nous faire croire qu`ils sont membre de l`opposition
aujourd’hui ?

Est-ce un show business
ou une représentation théâtrale ?

Peuvent-ils imaginer que
quelqu’un leur fera confiance ? Sachant qu’Ilyas a travaillé activement
comme agent de renseignements personnel de Mohamed M oussa Counta-Counte à
l’Ambassade de Djibouti de Bruxelles.

Toute Djiboutienne et tout Djiboutien résidant en Belgique sait bien
qu’Ilyas espionne pour le compte d’IOG !

Comment pourrait-il convaincre
les gens de cette manière ?

Vous assistez au match
entre lui et DAF, qui s’auto-affirme comme Président du MRD. La question
peut se poser de savoir si on peut faire confiance à ces deux chefs
d’orchestre s’ils ont choisi délibérement de nous tromper en
apportant un soutien à la dictature.

Je lance une alerte a tous nos compatriotes, afin qu’ils soient extrêmement
prudents et vigilants en face de ceux hommes qui pourraient être beaucoup
plus liés à IOG qu’ils ne le déclarent officiellement.

J’estime que la manifestation
prévue prochainement est une comédie pour évaluer le
niveau de réaction de l’opposition.

Chères concitoyennes
et Chers concitoyens,
Ne tendez surtout pas une oreille trop attentive à ces prestidigitateurs
qui conduisent leur vie de cette façon.

Posez-vous deux questions
? Posez-les autour de vous ..

Pourquoi sommes-nous des
exilés ?
Qui a détruit notre petit pays, son économie et sa justice ?

Evitez quand même
de les poser aux Aydaha (terme qui signifie en somalien, les femmes des ménages
envoyées par IOG pour assurer sa promotion à l’extérieur
en essayant (souvent maladroitement) de tromper le monde.

Je termine ma lettre en
confirmant à Ilyas et aux divers Aydaha que leurs demandes de faux
asile déposées en Belgique, n’aboutiront pas, car les autorités
ont découvert la vérité sur leur passé au service
de la dictature.

Il était de notre
devoir de les avertir de vos personnalités, dénuées de
tout scrupule et de tout sens moral. Nous continuerons à le faire dans
l’avenir si d’autres cas semblables se présentaient.

Et je vous confie un secret,
à savoir que l’Union Européenne reconnaît le GED, comme
étant la structure la plus crédible de l’opposition. Vous pouvez
le vérifier directement auprès de la Commission.

02/10/04 (B266) Mise au point du Porte-Parole du GED, M. Alhoumekani.

A la suite de l’article
paru sur le site de l’ARDHD, au sujet de la manifestation du 6 octobre, je
tiens à préciser que le GED n’est pas l’instigateur direct ou
indirect de ce texte et qu’il n’a émis aucun avis public sur la manifestation.

Pour assurer sa communication, le GED dispose de son
propre site. Tous ses articles sont signés par des femmes et par
des hommes qui assument leurs responsabilités et qui ne se réfugient
pas sous l’anonymat.

02/10/04 (B266) Questions d’un lecteur à Alhoumekani. (Lecteur)

Un Djiboutien avait interrogé
Alhoumekani, en mai dernier, si ma mémoire est exacte au sujet de la
venue de son frère à Bruxelles pour obtenir un hypothétique
changement de son témoignage dans l’affaire Borrel.

Sauf erreur de ma part,
je n’ai jamais lu sa réponse. J’en profite pour la lui rappeler pour
approfondir cette interrogation :

M.Alhoumekani, tout le
monde sait qu’au mois d’avril 2004, votre frére a été
soumis à de graves pressions par les autorités djiboutiennes.
Il a été incarcéré dans les cellules de la SDS,
puis expulsé de Djibouti. Votre mère âgée de 79
ans et votre oncle paralysé ont fait l’objet d’un arrêté
d’expulsion de Djibouti, avec menace de le mettre à exécution,
si vous ne reveniez pas sur votre témoignage.

IOG et sa clique, semble-il,
seraient très embarassés par votre témoignage qu’ils
aimeraient bien faire disparaître. Or au lendemain de la publication
des documents ‘classés secret défense’ par la France et maintenant
avec votre témoignage le 16 septembre devant la Juge de Versailles
pour confirmer votre plainte pour tentative de subornation de temoin, nous
apprenons que votre frère a été relevé de ses
fonctions de Directeur de Yemenia à Djibouti, le lendemain.

Pouvez-vous nous dire
si une pression a été exercée à votre avis sur
le Yémen pour qu’il prenne une décision de cette envergure,
uniquement pour des questions d’interets nationaux et de bonnes relations
diplomatiques.

Savez-vous quelles seront
les suites pour votre famille restée à Djibouti ?

Merci à l’avance d’avoir l’obligeance de répondre sur ces points
qui permettront d’éviter des fausses rumeurs et des doutes.