Articles

04/10/2013 (Brève 267) Une bataille perdue de Guelleh ! La guerre perdue ? Ce n’est pas certain, mais il devrait avoir perdu beaucoup dans le combat qu’il a engagé et piloté contre la vérité.

En demandant aux Yéménites d’abord d’arrêter Mohamed Alhoumékani, puis de le faire incarcérer sur des accusations « bidon » en espérant obtenir au final son extradition vers Djibouti, Guelleh a obtenu satisfaction sur les deux premiers points, mais il semble qu’il ait perdu au troisième acte, car il semble difficile maintenant que Mohamed soit extradé, sauf par la ruse et en catimini, ce qui mettrait les autorités yéménites dans un grand embarras sur la scène internationale. Dans le contexte interne au Yémen, on ne voit pas comment elles pourraient commettre une telle erreur, qui déclencherait une réprobation internationale de grande ampleur…!

Et pourtant Guelleh n’a pas lésiné sur les moyens, d’abord humains, quatre missions djiboutiennes sont intervenues à Sanaa. D’abord celle Fathi, puis celle d’Hassan Saïd, suivie par l’action diplomatique de l’Ambassadeur en poste à Sanaa, pour finir par celles des trois clowns : Aref, Djama Souleiman et Maki ..

Il n’a certainement pas lésiné non plus sur les promesses financières en cas de capture du « dangereux malfaiteur », recherché pour des crimes insoutenables : vol de glace à la vanille, incivilité dans la rue, remontrances à subalterne, etc….Saurons-nous combien cela a coûté aux Djiboutiens ?

– Le désastre pour Guelleh est complet : une débâcle ?

  • Il a réveillé l’affaire Borrel qui s’endormait paisiblement chez la Juge d’instruction,
  • Il a réveillé les publications de l’ARDHD, qui avaient été plongées dans une veille relative,
  • Il a éveillé la presse yéménite qui tire à boulets rouges,
  • Il a focalisé l’attention de la communauté internationale sur les multiples violations des Droits de l’Homme qu’il fait commettre à Djibouti, sur la situation des prisonniers politiques, incarcérés sur des accusations non fondées, sur son refus de se plier aux règles démocratiques en truquant toutes les élections.
  • Nous nous arrêterons là, car la liste est trop longue pour un seul article.

Le monde découvre que ce régime est finalement au bout de rouleau et qu’il ne survit plus que grâce aux perfusions intéressées des nations qui entendent maintenir leur présence militaire à Djibouti : France, USA, Japon et à moindre échelle : Allemagne, Espagne, Italie et bientôt une représentation de l’OTAN.

Une débâcle de cette ampleur aura certainement à terme des conséquences irréversibles à l’intérieur du pays et en particulier dans les rangs de ses obligés où certains ambitieux aimeraient bien devenir Calife à la place du Calife et souhaitent débarrasser le pays de l’influence néfaste mais redoutable de la Paulette.

Le crédit de Guelleh, son image d’homme fort, sont touchés. Pour espérer survivre quelques mois, il n’a plus le choix. Il doit encore radicaliser ses méthodes jusqu’à commettre la faute fatale, la faute que les occidentaux ne pourront pas couvrir, même avec la bienveillance coupable et intéressée qui les animent.

14/10/04 (B267) Message de voeux de l’ARDHD à tous les musulmans.

A l’occasion du début
du mois béni du Ramadan, l’équipe de l’ARDHD adresse tous ses
voeux à tous les Musulmans et en particulier aux Djiboutiens. Elle
espére qu’en dépit de toutes les difficultés qui s’accumulent,
que chaque Djiboutien pourra vivre ce mois béni dans le recueillement
et la prière et surtout qu’il permettra aux autorités de mesurer
l’asservissement dans lequel elles ont plongé le pays.

14/10/04 (B267) Houmekani & Cornil : Mission Reine de SABA (La Rumeur Publique)

Note de présentation
de la Rumeur Publique :

Nous sommes un petit
collectif de fidèles observateurs de l’actualité Djiboutienne
et de la chose publique à Djibouti. Nous nous sommes baptisés
«La Rumeur Publique».Et cette période de pré campagne
électorale se prête bien à l’exercice, il faut s’attendre
à ce que l’on réagisse, des fois sur un ton sérieux
et des fois en usant et en abusant de l’humour, sur tout ce qui nous
semble douteux, loufoque et surprenant.

Autre chose pour compléter
le tableau, nous n’avons pas de camps politique car ni les pieds nickelés
au pouvoir ni ceux qui espèrent y accéder un jour ne nous semblent
crédibles. Des coups – épistolairement parlant – tout
le monde en aura. Et il y a malheureusement matière. Mesdames (Le chanteur
Renaud s’est bien trompé car il n’y avait pas que Mme M.
TATCHER, …), Messieurs vous êtes prévenus !

Cette semaine, nous avons
consulté avec une certaine délectation le reportage photo réalisé
par l’équipe du GED à l’occasion du déplacement
quasi officiel de M. Alhoumekani et du Sénateur Belge M. Cornil au
pays de la Reine de Saba. Cliquez sur le lien suivant pour accéder
au reportage au Yémen:

http://www.gouv-exil.org/3_actualite/actu1_429.htm

J’aurai bien voulu
voir la tête des pieds nickelés du Beit Al Wali au moment où
le Grand Vizir les a convoqué pour lui expliquer le comment du pourquoi
de cette visite officielle – c’est bel et bien une visite officielle
– d’un citoyen djiboutien avec un Sénateur belge au pays
de la Reine de Saba. C’est un remake d’une œuvre cinématographique
bien connue qui aurait pu s’intituler « Houmekani & Cornil
: Mission Reine de SABA »

Cette affaire commence
à prendre une tournure diplomatique qui devient de plus en plus intéressante.

J’aimerai bien connaître
la nature de la punition infligée à notre médiocre ambassadeur
d’Opérette en Belgique. Le moins qu’on puisse lui infligé
c’est un carton rouge et un retour à la case départ. Il
n’est pas à sa place et il vient de le prouver sans la moindre
ambiguté. Pauvre Moussa CHEHEM. Il ne doit pas en dormir.

Ma deuxième interrogation
concerne la réaction officielle ou officieuse du Grand Vizir à
l’égard de son grand voisin le Yémen. Il faut noter que
le tapis rouge a été quand même déroulé
à nos hôtes Belges. Ils ont été reçus par
les plus Hautes Autorités du Yémen (Président du Sénat
; Ministre des Droits de l’Homme ; Ministre de la Défense; Conseiller
du Président de la République M. Ali Abdallah Saleh etc …..).

Après enquête
auprès de certains milieux autorisés, il se chuchoterait que
les Yéménites ont très très mal digéré
le décollage à partir de Djibouti des avions espions américains
qui ont mené des attaques sur le sol Yéménite.

A notre sens, IOG vient
de se faire un nouvel ennemi. Et pas des moindres car celui là a la
dent dure. Il faut qu’il s’attende à ce que ces voisins lui
glissent une peau de banane à la moindre occasion. Et pour preuve.

IOG n’est pas prêt
de faire une visite officielle chez nos voisins Yéménites.

Je pense franchement que
l’étau se resserre de plus en plus autour du cou de notre petit
Ismail le bienheureux. La chance, qui lui a toujours souri, commence par le
lâcher.

Je lance un appel à
d’éventuels témoins qui auraient pu assister au remontage
de bretelles des pieds nickelés du palais ainsi qu’à celui
de notre médiocre ambassadeur de Belgique.

Vous connaissez tous le
dicton : la rumeur publique, il faut la nourrir.

La
Rumeur Publique

12/10/04 (B267) Le Centre de Djibouti Canadien : merci aux participants de Bruxelles, le 6 octobre 2004 (CDC)

Je tiens à exprimer
mes vifs remerciements à l’ensemble des militants du MRD et de son
President DAF et Monsieur Kadamy et l’ensemble de l’opposition Djiboutienne
qui se sont deplacés massivement pour participer à la manifestation
du 6 otobre 2004 devant le siège de l’union européennes.

Je remercie plus particulièrement
la Communauté djiboutienne Belgique et , nos jeunes militants de Hollande,
de la France et ainsi que ceux qui ont fait l’effort democratique pour engager
un déplacement à partir de l’Engleterre.

A vous tous, je dis bravo.
La lutte pour combattre la dictature d’ IOG doit s’intensifier maintenant.

A nous tous de le combattre
ensemble encore et encore, dans la solidarité.

 


Le Porte-Parole du Centre de Djibouti Canadien


Ali Moussa Waberi

 

10/10/04 (B267) Soirée de Londres du 2 octobre 2004: un énorme succès pour toutes les Communautés originaires de l’Est africain et établies à Londres . . . et bel exemple de solidarité pour apporter un soutien à Abdallah Lee!

Je suis heureux de
confirmer que la soirée de soutien en faveur de Abdallah Lee, organisée
à Londres le samedi 2 Octobre 2004, fut un énorme succès
et que les intentions des organisateurs etaient nobles et louables.

Et ce, en dépit de
ce qu’aurait pu laisser croire, à des lecteurs peu informés,
la contribution d’une main anonyme, publiée dans le B267 de l’ARDHD !
Il
n’est pas dans mes intentions de répondre point par point, à
cette personne ni à ses allégations et sous-entendus, car cela
me semble parfaitement ridicule.

Les lecteurs de l’ARDHD
préfèreront lire la chronique de cette exceptionnelle soirée,
très réussie, au service de la solidarité envers l’une
de nos idôles.

La pendule de BIG BEN
indiquait 22 H 00, quand Mohamed Ahmed BALLOUA, responsable du Comité
d’organisation, a pris le micro, pour saluer le public et pour lui demander
d’observer une minute de silence, à la mémoire des héros
de notre pays, disparus : Ahmed DINI AHMED le 12 septembre 2004 et Chehem
DAOUD CHEHEM, le 15 septembre 2004

Après ce moment
de recueillement, particulièrement émouvant, surtout pour celles
et ceux qui ont connu ces deux personnalités à Djibouti, le
responsable a remercié l’ensemble des participants, les différents
acteurs de la soirée et les représentants des communautés
Ethiopiennes, Erythreennes, Somaliennes, Sahos et Djiboutiennes. Toutes le
communautés avaient répondu présent à l’appel
lancé

Notre ami Mohamed Balloua
a rappellé dans son allocution, qu’Abdallah ABDOULKADER ABASS, alias
Abdallah Lee, n’était pas seulement un chanteur Afar, mais que son
talent d’artiste et sa renommée dépassaient largement le cadre
toujours restreint des frontières éthnico-tribales. . . « .
Avant de céder le micro aux artistes, Mohamed a transmis au public,
les salutations et les remerciements personnels d’Abdallah Lee, qui regrettait
tant de n’avoir pu venir, comme cela était prévu. Malheureusement
ce sont des soucis administratifs imprévus qui l’ont bloqué.
Ce message amical a été accueilli par une salve d’applaudissements.

Ensuite, place aux artistes-chanteutrs,
s’il vous plait !

– Le très célèbre
chanteur djiboutien, Kamil. M. ROBLEH a ouvert le bal.
– Les chanteurs de la Communauté Ethiopieene lui emboitaient le pas
sur scène. Ils ont été suivis par les Erythréens,
les Somaliens, les Sahos et les Afar.

L’annulation de dernière
minute de Père Robert a certainement peiné le public, car il
n’a pas compris les véritables motivations de l’artiste.

Dès lors, la chanson
Afar n’avait plus la représentation qu’elle méritait et les
organisateurs ont été contraints de se remettre au travail.
C’est Kamil Mohmed ROBLEH, un artiste/ comédien hors norme, de grand
talent et avec un « gros » cœur qui a spontanément répondu
à l’appel, acceptant immédiatement de venir depuis Calgarie
( Canada ), pour pallier « au pied levé » l’absence de Père
Robert, en donnant le maximum de lui-même, pour « mettre le feu »
à la salle ! Il a réussi le pari. Il est parvenu sans difficulté
à faire vibrer, non seulement la scène, mais aussi et surtout,
le public cosmopolyte : nombreux sont celles et ceux qui avaient fait le déplacement
depuis les quatre coins de l’Europe.

L’ami Kamil est arrivé
par avion le vendredi 1er Octobre, au petit matin, en provenance du Canada.
Sans même prendre le temps de se reposer, il s’est immédiatement
mis au travail. Bagages déposés, il a respiré un « bon »
coup et il s’est mis en condition pour relever le défi qui l’attendait.
Il faut savoir qu’il n’avait été averti qu’à la dernière
minute !! Ce qui ajoute encore à son exploit et à son aura.

Abdourahman HANATE a contribué
grandement, lui aussi, à la réussite de ce spectacle grandiose.
Confidentiellement, on dit qu’il aurait fait  » craquer  » plus d’une
spectatrice ! Le public a été vraiment gaté ce soir du
2 Octobre et personne n’a regretté d’être venu !

Pour pimenter le spectacle,
les organisateurs avaient prévu diverses représentations culturelles.
Toutes les communautés Est Africaines, qui avaient été
conviées à la cérémonie, ont exécuté
les danses traditionnelles, témoignages de leur culture et de leurs
ethnies d’origine.

En marge, un tournoi de
foot-ball, dédié à « Abdallah Lee », a été
organisé (à Londres) tout au long du mois de Septembre. Les
différentes équipes, représentant les Communautés
Est-Africaines, présentes de la capitale britanique se sont affrontées.
A l’issue de la soirée, vers 02 H 00 du matin, le Dr MAKNOUN, doyen
et sage, de la Communauté Afar de Londres, a procédé
à la remise des coupes aux équipes finalistes du Tournoi de
foot. Les « All Stars »de Londres ont remporté la coupe mise
en jeu, aux dépens de l’équipe de  » Tadjourah  » classée seconde, tandis
que la troixième marche du podium, a été gravie
par l’équipe de « STEPNEY ». Au total ce sont sept équipes
représentant les différentes Communautés d’Afrique de
l’Est exilées en Grande Bretagne qui se sont affrontées. Le
tournoi baptisé « Abdallah Lee » perdurera dans l’avenir. La grande finale aura lieu désormais, tous les 26 Septembre de chaque
année, à Londres.

C’est Abdourahman Hanateh,
célèbre chanteur djiboutien, résidant à Londres,
qui a remis le second prix, à l’équipe de  » Tadjourah « .
Enfin, Ahmed Gaas, personnalité de premier plan de la Communauté
Afar du Royaume britanique, a remis le troixième prix à l’équipe
de  » Step Ney « .

Il faut aussi savoir que
le chemin pour organiser cette manifestation a été parsemé
d’embuches.

Avant de mesurer le succès
incontestable de cette initiative, les organisateurs ont été
soumis durant trois mois à un stress quotidien. Aux difficultés
techniques, aux problèmes monstrueux de logistiques, se sont greffés
des pressions, des jalousies malvenues et même parfois des tentatives
de sabotage de la part de petits groupes sans assises ni large notoriété.
La détermination et la combattivité sans faille de nos amis
a permis de ‘gagner la bataille’.

Il faut aussi savoir que
la soirée ne s’est pas terminée à 02 H 00 du matin du
03 Octobre, pour les organisateurs, qui ont encore beaucoup de travail à
effectuer, y compris la remise des bénéfices à Abdallah
Lee..

D’abord il a été
nécessaire de dresser le bilan qui a confirmé le succès.
C’est le Comité qui s’est réuni pour l’approuver le samedi 9
Octobre. A l’issue de la réunion, il a été décidé entre autre,
de dépêcher un émissaire auprès d’Abdallah Lee
(bloqué à Chatellerault). C’est cette personne désignée
par le groupe qui se rendra en France pour remettre à Abdallah Lee,
officiellement et en main propre, le 15 octobre, les bénéfices
de la soirée : les compatriotes sont invités. Un dîner
sera organisé avec nos doyens, à Poitiers, en présence
de la star et de son épouse Hasna.

Parmi les photos du
Tournoi de Foot-Ball.

 


10/10/04 (B267) Daf est-il un candidat potentiel ? (Lecteur)

Un lecteur nous a adressé
une contribution, assez virulente, dans laquelle il estime que DAF pourrait
avoir entretenu des relations personnelles avec les autorités, afin
de se soustraire au paiement de l’amende qui lui a été infligée
(injustement à notre avis). Ce lecteur ajoute que DAF a paniqué
à l’époque et qu’il a envoyé sa famille, en Belgique.

Nous n’en dirons pas plus.
Mais ne nous trompons pas de cible ! En publiant un article dans lequel nous
avions fait part de nos craintes que DAF ne devienne inéligible par
la volonté de Guelleh et de manoeuvres judiciaires hautement orientées,
nous dénoncions seulement les pratiques (habituelles et récurrentes)
de Guelleh.

La démocratie et la pluralité impliquent qu’il y ait plusieurs
candidats aux élections.

Le Peuple djiboutien a
assez donnée en faveur du Parti et du candidat uniques … !

Eliminer par des moyens
plus que contestables, les candidats potentiels, pour ne conserver que les
candidatures (soutenues en sous main) par le Pouvoir, est un acte ignoble
et condamnable. N’ayant aucune ambition politique à Djibouti, nous
ne soutenons pas plus DAF qu’un autre candidat de l’opposition, mais nous encouragerons la pluralité
des programmes et des visions de l’avenir de Djibouti, pour que les Djiboutiens puissent exprimer leur préférence dans l’équité et la transparence.

 

10/10/04 (B267) Grand succès culturel à Djibouti avec la reprise, cinq ans plus tard de la comédie de l’investiture au Théâtre officiel du Peuple, avec les même grands comédiens parfaitement rompus à cet exercice et connaissant leur rôle sur le bout des doigts ! (Lecteur)


Jeudi, IOG avait organisé son show au Palais dit « du peuple »
mais privé dans les faits.Ce Palais etait en rénovation
durant plus de 17 mois. Nous avons assisté à une belle comédie
à la hauteur des ambitions du dictateur.

J’y étais et j’ai
assisté personnellement à la scène que je vous décris
… Ne me demandez pas pourquoi, c’est comme cela.

Le jeune souriant Premier Ministre a annoncé que le candidat choisi
par le RPP était IOG. Surprise, scoop ? Bahdon et Gabayo étaient là, aussi
souriants, gentils, polis et bien élevés que des jeunes filles bien pensantes.
Arnaud a constaté que parmi les congressistes (tous les cire-pompes
étaient considérés, ce jour-là, comme congressistes) certains n’étaient
pas contents de ce choix et qu’ils s’en faisaient l’écho. Tout à
coup, Arnaud a dit : »Attention, le président n’est pas loin, il
nous voit et il nous entend ». Aussitôt la salle est redevenue calme.
Pas une mouche ne volait. Plus un bruit !

L’acteur est rentré en bombant la poitrine et il a exigé que
Dileita fasse sa déclaration. C’était redondant, car, avant
même l’apparation majestueuse de notre Grand Chef, il avait déjà
déclaré qu’IOG était le candidat investi du RPP. Pour
quelles raisons, ce doublon ? Tout simplement parce qu’IOG avait entendu les
critiques formulées par de nombreux congressistes et qu’il voulait
les mettre au pied du mur, pour voir s’ils auraient le courage de les exprimer
en sa présence …

Personne n’a réagi (Courage, courage, ou es-tu ?) C’est un bon signe
pour nous, les démocrates, car nous savons que ces « moutons »
feront tout ce qui est possible, en sous main, pour qu’IOG ne gagne pas les élections,
même s’il met en place tous les moyens imaginables et inimaginables
: fraude électorale, programmes informatiques truquées, non
délivrance de Carte électorale à ceux qui pourraient
lui être défavorables, etc…

Ensuite, le comédien
de secondes zone a fait semblant d’être totalement surpris et il nous
a remercié.

Dans la déclaration,
j’ai retenu qu’il fera tout pour que la population sorte du besoin, de la
peur et de l’ignorance.

Franchement, j’ai halluciné
en entendant qu’IOG affirmait qu’il allait renoncer à ses méthodes
personnelles de gouvernement.

En tout état de cause, on peut dire que l’ambiance n’était pas
la même qu’il y a cinq ans. A cette époque là, on avait
encore des espoirs. On espérait qu’IOG allait améliorer les choses,
que plus jeune que Gouled, il aurait une vision plus moderne et plus démocratique,
que …

Maintenant on sait ! Pour
l’avoir subi et pour avoir constaté les dégâts : la seule
chose qu’il ai faite est de laisser l’IDA nous octroyer quelques crédits
et en détourner plus de la moitié pour construire des murs afin
de masquer la misère. (« Dharhoumo »).

Je suis deçu encore une fois, aussi par le fait qu’il n’ait même
pas attendu la fin du deuil de feu Ahmed Dini et qu’il commence à organiser
ses festivités durant cette période.

Lorsque vous voyez des
femmes dont sept à dix enfants pointent tous au chômage et qui
n’ont aucune vision du lendemain, ne sachant même pas de quoi elles
pourront nourir leurs familles, on peut que hurler à l’injustice. Je
connais une habitante du PK 12 chez elle, on dit que « le cadavre est
bon pour elle et pour sa famille ».

Je condamne cette exploitation
d’un peuple appauvri et dans le besoin, en utilisant la peur et l’ignorance,
pour éviter une révolte.

Je reviens au Congrés : Arnaud a fait une petite déclaration
et il a précisé qu’Aden Robleh avait envoyé un fax
personnel de soutien à IOG, alors que le vice-président de son
parti : le PND qui se trouvait à Djibouti, avait formellement refusé
de cautionner cette action.

Bahdon et Gabayon ont
vivement approuvé la prise de position de Robleh et ils ont applaudi
avec les pieds.

IOG leur a rappelé
qu’ils devaient se rencontrer après le Ramandan. Gabayo a viré
au rouge pivoine et il a porté la main à sa poitrine pour confirmer
son accord et son allégeance à IOG…

Je n’en croyais pas mes
yeux. Quant à Bahdon il a demandé à prendre la parole
pour confirmer publiquement et sans ambiguïté son soutien indéfectible
à IOG, mais il n’a pas été autorisé à le
faire, puisque ce n’était pas à l’ordre du jour. En réalité,
IOG a eu peur que ce dernier ne fasse volte-face au dernier moment (ce n’est
pas la première fois que Bahdon aurait retourné sa propre veste
!) et il a évité de prendre un risque.

10/10/04 (B267) Réaction de la manifestation du MRD. (Lecteur de Balbala, membre du MRD)

La manifestation de mercredi
dernier, organisée par le Comité du MRD en Belgique, devant
la Commission Europeenne au 170 rue de la loi à BRUXELLES a été
très applaudie à Djibouti.

Les militants et sympathissants du MRD ont massivement encouragé et
soutenu tous les organisateurs de cette manifestation .

Selon un fonctionnaire de la Présidence, le dictateur Guelleh aurait
qualifié d’incompétent, le fameux Diplomate en poste à
BRUXELLES (qui a plusieurs fois défrayé la chronique !) ainsi
que son équipe. Toujours selon ce fonctionnaire qui est contraint de
garder l’anonymat, il a injurié son ambassadeur et il l’aurait menacé
au téléphonne, depuis la Havane à Cubat, où il
effectuait une visite (privée ou officielle ? difficile à dire
!). Les reproches (et même pire) concernaeint son incapacité
à influencer la Communauté djiboutienne de Belgique, à
canaliser les mécontements et à prévenir ces désordres
populaires devant la Commission …..

Il a critiqué également
et de façon très vivre, tout le personnel de l’Ambassade qui
n’ a pas su prendre le contrepied de l’opposition pour défendre sa
bonne réputation de (Démocrate officiel), son image de marque
internationale et sa forte personnalité.(Nous allions dire en faisant
un jeu de mot : sa forte carrure)

Les cris des manifestants
"IOG assassin , IOG dictateur" sifflaient dans les oreilles de Guelleh,
comme autant de projectiles. IOG a hurlé aussi, car le personnel diplomatique
s’est montré incapable de répondre aux interviews que des responsables
du MRD et aux propos des manifestants.

Se souvenant du 15 mai
dernier, un certain Mahay Yahdeh n’a pas voulu prendre le risque de s’exprimer
devant le micro des journalistes par peur d’être battu ensutie par la
femme de tous les ménages de la "pension diplomatique".

"Il aurait interêt
à la fermer …" aurait-t-elle declaré à son patron,
Son excellence, haut dignitaire de l’Ordre des Brosses à Reluire. L’opinion
publique belge et internationale, en l’absence de tout démenti, conservera
dans l’esprit le fait que Guelleh est un dictateur assassin et policier.

De plus l’enquête
en cours, en France, pourrait aboutir sur sa mise en cause personnelle dans
une sombre affaire d’assassinat..

Nous félicitons
Daher Ahmed Farah (DAF) figure charismatique de l’opposition. Sa présence
en Europe est extrêment importante pour développer sa carrure
internationale. A Djibouti nous vous soutenons tous. On dit et je le crois
que le peuple Djiboutien, dans sa diversité, ne compte que sur le MRD
et sur son Président pour venir à son secours.


Un militant du MRD
BALBALA.