Articles

08/03/05 (B288) UGUTA : communiqué de soutien aux organisateurs et manifestants, le 9 mars 2005 à Bruxelles.

Communiqué
de Presse

A l’initiative du Comité
du MRD- Belgique, une grande manifestation contre la mascarade électorale
dite présidentielle … « , (prévue le 8 Avril prochain
à Djibouti) sera organisée le 09 Mars 2005 devant les Ambassades
des Etats-Unis et de France, auprès du Royaume de Belgique et de l’Union
Europeenne, »

Fidèle à
son principe de solidarité avec toutes les forces vives de l’opposition
djiboutienne, notre mouvement, UGUTA ( TOOSA ), apporte son soutien aux organisateurs
( MRD-Belgique ), pour leur démarche courageuse et il s’associe à
tous les participants.

Le
Responsable  » Informations et presse « 
Houmed DAOUD

 

07/03/05 (B288) L’UPR a tenu ses premières assises. (Un nouveau parti au service de la dictature et de l’asservissement de la population)

La question que
l’on peut se poser est de savoir à quoi sert l’UPR ? On avait déjà
le RPP + l’UMP qui regroupe des partis inféodés à Guelleh.
Qui a vraiment besoin d’une nouvelle structure pour flagorner Guelleh et Paulette
1ère ?

Pas les démocrates
en tout cas, ni les défenseurs des libertés.

Surtout quand on pense qu’il a fallu deux ans de travail pour arriver à cette conclusion. Ca a du être un travail acharné, de jour comme de nuit !

_______________________ COMMUNIQUE

C’est dans une salle archi-comble
que le nouveau parti politique UPR (Union des Partisans de la Réforme
) a tenu, samedi dernier, ses premières assises au palais du peuple
de Djibouti.

Cette nouvelle formation
politique dont le Président est M. Ibrahim Chehem Daoud et qui est
composée de jeunes cadres et militants des différentes communautés
nationales, se fixe pour objectif la mise en place d’une politique de
proximité basée sur l’entente. Une politique qui soit à
l’écoute de ses citoyens afin que chacun soit impliqué
pour, ensemble, préparer le pays aux exigences des temps modernes.

Ces assises, les premières
depuis la création de ce nouveau parti politique, ont en effet rassemblé
plusieurs centaines de militants et militantes.

Dans un discours présenté
à cette occasion, le Président de l’UPR M. Ibrahim Chehem Daoud
a d’emblée expliqué aux militants et militantes venus nombreux
l’objet de cette assemblée générale, indiquant que  »
les assises auxquels vous avez été conviés, vous vous
en doutez ont, pour objectif la constitution désormais légalisé,
de notre formation politique nommée l’Union des Partisans de la Réforme
(UPR) « .

Pour M. Ibrahim Chehem
Daoud, ce parti politique sera le moyen d’expression des masses urbaines et
rurales en même temps qu’il représentera la Tribune au sein de
laquelle pourront s’exprimer toutes les opinions progressistes en phase avec
les idéaux de notre formation.

Le Président de
cette nouvelle formation politique n’a pas manqué de rappeler que la
création de l’UPR, s’inscrit dans le cadre du renforcement et de la
consolidation des acquis de la lutte du peuple djiboutien pour le bien-être.

Pour parvenir à
un développement, M Ibrahim Chehem Daoud a souligné que la participation
de chacun est nécessaire.

Dans
son discours le Président de l’UPR a fait le tour d’horizon des réalisations
effectuées durant le premier sextennat du Président de la République
M.Ismaïl Omar Guelleh qui, a t-il précisé, est très
satisfaisant.

Partant
du bilan de ce premier mandat présidentiel, qui, selon le M. Ibrahim
Chehem, serait positif, l’UPR estime que la politique du Président
Guelleh est celle qui correspond le plus à ses convictions et aux attentes
du peuple djiboutien dans son ensemble.

S’adressant
aux militantes et militants, le Président de l’UPR a déclaré
que  » c’est la raison pour laquelle nous avons choisi de soutenir la
politique du gouvernement dirigé par le Président de la République
M.Ismaïl Omar Guelleh et de nous prononcer en faveur du renouvellement
de son mandat, car non seulement il dispose à son actif un bilan largement
positif mais qu’il est aussi le plus à même de conduire les destinées
de notre pays pour les années à venir.”

Après la présentation
du positionnement du parti UPR, M.Ibrahim Chehem Daoud a demandé aux
participants d’adopter par acclamation la candidature de M. Ismaël Omar
Guelleh pour les prochaines élections présidentielles prévues
au 08 avril prochain.

Au
cours de ces assises, nous avons interrogé M. Abdi Aden, membre du
comité exécutif de ce parti qui nous a indiqué  »
les réformes dont nous sommes partisans sont celles que le Président
Ismaïl Omar Guelleh et son gouvernement ont accompli durant ces dernières
années.
Nous estimons ici à l’UPR qu’il est temps
pour chacun d’entre nous de sortir de son coin afin d’accompagner et d’épauler
ceux qui sincèrement veulent sortir le pays de l’ornière.

Concernant la candidature
du Président Ismaïl Omar Guelleh aux élections présidentielles
prévues le 8 avril prochain, M Abdi Aden ne mâche pas ses mots,
car pour l’UPR  » compte tenu du bilan largement positif au terme
de son premier sextenat mais aussi des différents chantiers en cours
de réalisations, nous estimons qu’il lui est légitime de
le reconduire pour les six années à venir. Car pour nous, Ismaïl
est un homme de principes, décidé et capable de faire marcher
les choses.

C’est la raison pour laquelle
tous les citoyens dignes de ce nom voteront Ismaïl Omar”. Toutefois
précise t-il,  » l’UPR compte présenter ses propres candidats
aux prochaines élections régionales et législatives.
L’UPR compte également apporter sa contribution pour la réalisation
d’un rassemblement uni, fort, moder ne et fidèle de la mouvance présidentielle
« .

Rappelons que, selon les
responsables de ce parti, la création de l’UPR est le fruit de  »
deux années de travail « . Le nouveau mouvement préconise
des reformes pour répondre aux exigences des temps modernes.

A noter que l’UPR, 9ème
parti sur la scène politique nationale, avec à sa tête
M.Ibrahim Chehem Daoud, est dirigée par une jeune équipe qui
comprend entre autres deux vices présidents, Mohamed Abdillahi Orah
et Ali Houssein Ahmed et un Secrétaire général, en la
personne de M. Adou Ali Adou.

07/03/05 (B288) Radio-trottoir / Qui serait à l’origine de la candidature lamentable du camarade Mohamed Daoud Chehem ? (Lecteur)

Selon des rumeurs qui
semblent se confirmer à Djibouti, je tiens à vous dire que l’instigateur
et le soutien de la candidature lamentable et suicidaire de Mohamed Daoud
Chemen, n’est pas celui que vous croyez ….. Non ce n’est pas Guelleh à
l’origine qui l’aurait poussé à faire cet acte politiquement
suicidaire …

Les coupables seraient
l’ancien Président du Conseil Ali Aref Bourhan et l’ex Premier Ministre
Abdallah Kamil, premier mari de Paulette …

Ensuite Guelleh, convaincus
par ces deux anciennes personnalités, aurait choisi de reprendre à
son propre compte la stratégie et lui aurait accordé des moyens
et surtout des tas de promesses qu’il ne tiendra pas bien entendu.

Comme on dit en France,
les promesses n’engagent que celui qui les croit …

Bonsoir

07/03/05 (B288) RAPPEL : manifestation du 9 mars à Bruxelles – Ne pas oublier !!

Le Comité du MRD
de Belgique, dans le cadre de l’action militante djiboutienne pour la démocratie
et la restauration de l’Etat de Droit en République de Djibouti organise
le mercredi 9 mars 2005 à Bruxelles, une grande manifestation contre
la mascarade électorale dite « présidentielle ».

La manifestation aura
lieu devant les Ambassades des Etats-Unis d’Amerique et de la France, puissances
présentes sur le sol djiboutien.

– De 14h 30 à 15h 00, manifestation en zone de  » libre expression
 » devant l’Ambassade des Etats-Unis au 27 boulevard du Régent,
1000 Bruxelles.

– De 15h 00 à 15h10
, deplacement sur le même axe, en direction de l’Ambassade de France.

– De 15 h 10 à 15h 30, manifestation en zone  » de libre expression
 » devant l’Ambassade de France au 42 boulevard du Régent 1000
à Bruxelles.

Remise d’un mémorandum aux répresentations diplomatiques.

Tous les démocrates sont invités et attendus pour dire Non à
Guelleh et pour inviter ces deux puissances occidentales à ne plus
lui accorder de soutien et à faire pression contre son régime
pour rétablir les libertés, la justice et la démocratie
dans notre pays.

La lutte continue.

Rappel : Merci aux participants qui en ont la possibilité de nous adresser des photos de la manifestation et ce qui serait encore mieux, des enregistrements sonores et/ou vidéo.

07/03/05 (B288) Une nouvelle nomination dans l’Ordre des Brosses à Reluire : Ibrahim Chehem Daoud.

Réuni en session
extraordinaire, le Comité des Brosses à Reluire a été
invité à statuer sur la demande de cooptation présentée
par M Ibrahim Chehem Daoud.

Après lecture de
ses déclarations en faveur de la dictature et de l’asservissement du
peuple, le Comité a voté à l’unanimité la cooptation
de Monsieur Ibrahim Chehem Daoud. Des applaudissement nourris ont salué
son élection. La lecture de plusieurs extraits du discours qu’il a prononcé
lors des premières Assises de son nouveau parti (UPR) a suscité une vague d’enthousiasme collectif.

Citons quelques passages :

Dans
son discours le Président de l’UPR a fait le tour d’horizon des réalisations
effectuées durant le premier sextennat du Président de la République
M.Ismaïl Omar Guelleh qui, a t-il précisé, est très
satisfaisant.

Partant
du bilan de ce premier mandat présidentiel, qui, selon le M. Ibrahim
Chehem, serait positif, l’UPR estime que la politique du Président
Guelleh est celle qui correspond le plus à ses convictions et aux attentes
du peuple djiboutien dans son ensemble.

S’adressant
aux militantes et militants, le Président de l’UPR a déclaré
que  » c’est la raison pour laquelle nous avons choisi de soutenir la
politique du gouvernement dirigé par le Président de la République
M.Ismaïl Omar Guelleh et de nous prononcer en faveur du renouvellement
de son mandat, car non seulement il dispose à son actif un bilan largement
positif mais qu’il est aussi le plus à même de conduire les destinées
de notre pays pour les années à venir.”

Tous les membres de l’Ordre
des Brosses à Reluire se sont réjouis de cette nouvelle personnalité
qui vient compléter l’Assemblée prestigieuse et qui continuera
à soutenir, contre vents et marées, contre la vérité
et contre les intérêts de la population, la politique criminelle
d’IOG.

Monsieur
Ibrahim Chehem Daoud
en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés,
nous sommes fiers de vous recevoir
au sein de l’Ordre prestigieux des Brosses à Reluire.

Nous vous
remettons l’insigne de votre grade de Chevalier,
(que vous devrez toujours arborer fièrement en présence d’IOG)
et votre titre de « Fayot de la dernière heure »

06/03/05 (B288) Compte-tenu de la brillante prestation du candidat challenger officiel parrainé en sous-main par Guelleh, le régime va-t-il tenter de miser sur un autre cheval ? (ARDHD)

Quand l’ADI, le site officiel
du régime, fait la promotion d’un parti politique dit ‘d’opposition »,
nous sommes déjà en alerte !

Après avoir lu
la dépêche suivante, nous nous sommes posés la question
d’usage : ce nouveau parti est-il suscité par Guelleh pour promouvoir
un deuxième challenger sans danger ?

_______________________________
Extrait de l’ADI

Apparition d’un
nouveau parti politique

DJIBOUTI (ADI)- 4
Mars – Un nouveau parti politique vient de faire son apparition sur la scène
politique nationale. Dénommé UPR (Union des Partisan de la Reforme)
le nouveau parti a obtenu sa législation officielle mardi dernier suite
à la signature du récépissé de constitution par
le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation.

9ème parti
sur la scène politique nationale, l’UPR, avec à sa tête
M.Ibrahim Chehem Daoud, est dirigée par une jeune équipe. Elle
comprend deux vices présidents, Mohamed Abdillahi Orah et Ali Houssein
Ahmed et un Secrétaire général, M. Adou Ali Adou.

Selon un communiqué
publié par la direction de ce parti, la création de l’UPR
est le fruit de « deux années de travail ». Le nouveau
mouvement préconise des reformes pour répondre aux exigences
des temps modernes.

Enfin, son positionnement
sur l’échiquier politique national sera, dit-on, officiellement
annoncé lors de ses 1ères assises prévues samedi prochain.


_______________________________________

Nous attendons d’en savoir
plus à son sujet, mais nous nous posons les plus grandes interrogations,
face au positionnement réel de ce nouveau parti qui, inconnu hier,
a obtenu aujourd’hui et comme par miracle, le récepissé de constitution,
que le régime n’accorde pas si facilement que cela …. sauf à
ceux qui vont lui être utiles ….. pour faire croire à une apparence
de démocratie.

06/03/05 (B288) La période est calme … trop calme ! Vers un départ possible et programmé de la présence française ? (ARDHD)

Après plusieurs
semaines durant lesquelles l’actualité djiboutienne était très
présente, y compris dans les media français et dans les déclarations
du Quai d’Orsay, le soufflé est-il retombé ?

Depuis deux semaines,
plus un mot, plus une ligne, plus une déclaration sur les convocations
d’Hassan Saïd, de Djama Souleiman, sur la mise en cause possible d’IOG
…. sur les deux instructions en cours à Versailles pour subornation
de témoins et à Paris pour le meurtre du Juge.

Le Procureur français,
les Juges Belin et Clément, très actives et bien décidées
à faire la lumière sur les auteurs du meurtre du Juge Borrel,
ne s’expriment plus (ce qui ne veut pas dire qu’elles ont cessé de
travailler ! Bien au contraire !). Le Garde des Sceaux et le Quai d’Orsay
n’évoquent plus l’envoi (ou le non envoi) du dossier d’instruction
à Djibouti – ce qui avait été probablement une faute
grave de communication, commise dans un excés de précipitation
du Quai d’Orsay, saisi par la frénésie à l’époque.

On pourrait avoir l’impression
que l’affaire est étouffée … Mais le feu n’a pas été
éteint, donc il couve … et nous ne serions pas surpris que la Justice
française reprenne l’initiative assez rapidement (deux, trois, quatre
semaines ?) en envoyant de nouvelles convocations. Il lui faut certainement
du temps pour examiner les nouveaux documents qui ont été déclassifiés,
(Cette nouvelle déclassification, annoncée en urgence un samedi est pratiquement passée inaperçue…)
Et il lui faut tenir compte du fait que Djibouti est en campagne présidentielle
et qu’une interférence judiciaire dans la campagne risquerait d’être
très mal interprétée … par l’ensemble des acteurs et observateurs.

Bref, on ne parle plus
de l’affaire Borrel en ce moment dans l’actualité française

Les autorités françaises
et djiboutiennes ont-elles décidé de faire une pause, afin de
chercher des solutions et un accord d’Etats qui permettraient à Guelleh
et/ou ses équipes de tueurs, de s’éxonérer de leurs responsabilités
et en contrepartie, à la France de conserver ses positions à Djibouti ? L’enjeu majeur
est celui-là.
Le marché offert par Guelleh à la France
ne semble pas pouvoir être différent.

On a pourtant l’impression,
même si elle n’est pas confirmée, que la France se résout
lentement à l’idée qu’elle pourrait abandonner ses bases djiboutiennes.
Son armée jouait un rôle essentiel sur place, en empêchant
les convoitises des voisins et en particulier de l’Ethiopie, qui aimerait ne voir dans
Djibouti qu’une province … : car après la séparation de l’Erythrée,
Addis Abeba n’a plus d’accès à la mer.

Les ports erythréens
d’Assab et somalilandais de Berbera (qui affiche une ambition sur ce point)
ne semblent pas avoir la capacité de remplacer celui de Djibouti pour
le commerce éthiopien : soit parce qu’ils sont handicapés par
des problèmes d’accès qui empêchent les bateaux à
fort tonnage d’accoster, soit parce que les infrastructures routières
ne facilitent pas les échanges avec l’Ethiopie, soit pour des raisons
politiques.

Donc le port de Djibouti
est un élément essentiel pour le commerce éthiopien (actuellement en plein
développement)
qui risquerait sinon l’asphyxie … Les voies vers
le Sud et en particulier le Kenya ne semblent pas offrir les mêmes possibilités
et il n’y a pas de train.

Des menaces planent et
il y a du chantage dans l’air : la récente déclaration du traficant
Borreh, homme d’affaires de Guelleh, a de quoi les inquiéter … « L’US
Navy pourrait représenter 80 % du trafic du nouveau port de Doraleh
et l’Ethiopie serait reléguée très loin … »

Donc contrainte et forcée,
l’Ethiopie a besoin du port de Djibouti et sa politique étrangère
doit en tenir compte comme une priorité régionale. Elle a trois solutions :
– ou bien elle provoque l’annexion de Djibouti, comme une province éthiopienne, (ce qui n’est même pas envisageable aujourd’hui avec les présences
militaires françaises et américaines et qui créerait un nouveau désordre dans la Corne)
,
– ou elle tente de sécuriser
la situation …. en tenant compte du contexte et des atouts sur lesquels,
elle pourrait s’appuyer,
– ou bien elle essaye d’agir en sous-main pour favoriser la prise de pouvoir à Djibouti par des hommes qui lui seraient favorables (ce qui semble difficile à jouer actuellement, parce qu’il n’y a pas de leaders capables d’empêcher Guelleh à court terme, de se réélire) .

Les relations entre les
dirigeants éthiopiens et l’équipe de Guelleh (pourtant natifs
et originaires d’Ethiopie pour la plupart !!) ne sont pas au beau fixe, surtout
parce que Guelleh a fait sans cesse monter les enchères et qu’il pratique désormais des tarifs
portuaires à la limite de l’inacceptable, en raison du service sans
concurrence qui est rendu sur place. Par mesure de rétorsion, les Ethiopiens
bloquent de temps à autre le paiement des factures … et provoquent
des négociations.

Les relations franco-éthiopiennes
ne sont pas spécialement chaleureuses. Même si
la France a essayé de maintenir une présence en Ethiopie (en
particulier avec le Lycée français d’Addis), elle ne n’exerce pas une grande influence sur place. La France n’est pas
un allié traditionnel de l’Ethiopie .

Reste les Américains
: les relations américano-djiboutiennes sont fortes. Après la
domination russe, les américains ont repris une place importante en
Ethiopie, y compris sur le plan diplomatique et si un jour Djibouti devait
choisir entre les Français et les Américains, on peut imaginer
que les Ethiopiens n’hésiteraient pas une seconde et qu’il favoriseront
une présence américaine forte à Djibouti, pour garantir
leur accès à la mer … Dans l’hypothèse d’un tel contexte, les Ethiopiens
ne soutiendraient certainement pas la présence française à
Djibouti …

Allons-nous vers un départ
programmé de la France ? C’est bien possible ! Parce que la Diplomatie
française ne pourra pas négocier avec la Justice française
qui poursuivra son travail, aboutissant comme nous le pensons, à la
mise en cause directe de Guelleh. Mais attention et Guelleh le sait bien,
le départ de la France pourrait avoir des conséquences sérieuses
:

– la France apporte beaucoup
d’argent à Djibouti, tant par le montant des subventions que par celui
des dépenses de ses ressortissants qui font vivre le commerce local,
contrairement aux américains, habitués à consommer des
produits américains importés par leur Administration et disponibles
dans leurs bases.

– la France fait partie
de l’Union européenne, grande pourvoyeuse aussi de fonds, d’aides et
de subventions. La solidarité européenne n’est pas toujours
au rendez-vous, mais Djibouti, en cas de rupture avec la France, rencontrerait
des difficultés importantes pour se faire écouter et pour quémander
des aides …

Donc Guelleh se doit d’être
prudent. En plus s’il choisissait l’exclusivité de la présence américaine,
il serait alors soumis à la domination implacable et sans concession des US qui ne lui accorderont plus aucune
autonomie de manoeuvre. Les Américains ont la capacité de lui
verser tout l’argent qu’il demandera (et même plus !)… mais dans la
limite où il se limitera à devenir l’exécuteur dévoué et
zélé au service exclusif de leurs intérêts …
Les USA seraient alors en mesure de lui imposer des décisions qui ne seraient
pas toujours de son goût !!

La France n’a pas encore
quitté ses bases de Djibouti. Cela ne se fera pas dans les prochaines
semaines, mais la question est envisagée en haut lieu et il se pourrait bien que cela
arrive dans un futur finalement plus proche qu’on ne le pensait.

La France négocie-t-elle
déjà avec le Yémen, une position de repli ? Ce n’est
pas impossible, car le Yémen ne peut accepter ouvertement une présence
américaine, dans la mesure où les USA sont très contestés
dans le monde arabe. Avec la France il pourrait trouver un terrain d’entente
en lui accordant des avantages spécifiques et une implantation militaire,
de moindre envergure que la base de Djibouti, mais suffisante pour entretenir
des troupes, des bâteaux et des avions et surtout des antennes opérationnelles
(Réseau échelon).

Cette solution présenterait aussi un
gros avantage pour la France, c’est d’alléger ses budgets militaire
et de coopération.

06/03/05 (B288) L’éducation nationale, un département en plein naufrage. (Lecteur)

Une évidence qui
s’impose à nous tous, gens du commun.

Mais tristesse et provocation
est de voir que notre mégalomane national trouve comme fleuron de sa
brillante politique durant sa mandature l’éducation.

Pour preuve ces derniers
temps les fanatiques de la Nation se déchaînent et nous tambourinent
aux oreilles de nombreux articles dans le sens glorifiant(non myrifiant) ce
département. Continuer le « viol de la foule par la propagande »
! Rengaine apprise à l’école policière et que le maître
recommande et affectionne particulièrement.

Tel est le mot d’ordre
dans cet espace qui se devrait être démocratique et surtout de
référence et non un haut lieu de médiocrité et
de fabrication de leurres pour tromper la population ! Devise qui toujours
a réussi et qui n’aura pas de mal à passer cette fois-ci aussi.

Le peuple est bien ainsi.

Hélas chronique
d’un journal qui nous est très familier pour sa hargne de défendre
les intérêts de, hum…, la nation, non ! De Guelleh et comparses
plutôt ! La mission de la presse, Messieurs, n’est elle pas une mission
noble qui consiste à « alimenter le débat d’idées,
influencer l’opinion, l’éclairer, la conduire, et censurer les gouvernants »

?

Mais vous en avez décidéautrement.

Vous avez opté
pour de la bassesse. Rien à dire.
Dommage qu’il en soit ainsi. Dommage que personne ne puisse verser un avis
contraire.

Les syndicats sont morts
! ! !

Ma vérité
et mes chiffres comptent ! ! ! Au diable les petits contestataires ! ! !

Le mensonge est ma philosophie
de vie.

Mais ce que le vieux n’est
pas au courant c’est ce que nous ne sommes pas dupes.

A défaut de ne
pouvoir présenter aucun autre bilan positif et palpable il n’a recours
qu’aux subtils manipulations et artifices certes sur les papiers que lui a
concoctés l’excellent plâtrier des routes, le petit génie
des bancs des Madrasas de Diré-Dawa le ministre Hamoud de l’éducation
nationale.

« Peuple, voilà
mon résultat : une éducation pour tous ! Ne réfléchissez
pas trop sur les dessous de toutes choses et votez pour moi » tel serait
le nouveau discours sous-jacent de notre honorable intellectuel et sait-tout
national. Qu’espère-t-il ? détourner l’attention du peuple sur
de la f…. et circonscrire toute critique sur l’étendue de l’échec
social ?

Mais ce que le vieux n’est
pas au courant c’est ce que nous sommes parfaitement instruits des dessous
de la termitière dont il est en train de brandir. Le comble.
Par où commencer ? le travail est colossal. Et à s’y rapprocher
de près ça dégage une odeur nauséabonde à
décourager plus d’un. D’ailleurs que reste-t-il des cadres de ce département,
tous en exil, non ?

Et puis le reste, des
mercenaires, Monsieur sa grandeur, n’est-ce pas ?

En dehors de cette légère
remarque, la question qui nous travaille sans cesse c’est pourquoi un tel
département attire-t-il l’attention où tout l orgueil de Guelleh
?

Le Ministère de
l’Éducationà moins que l’on applique la politique de l’autruche
est le parfait répondant en miniature de ce que Guelleh en a réduit
toute la République : une DAMNATION ! Et Hamoud n’est-il pas une pâle
copie de sa personne ?

Rien d’étonnant
que soit établi un parallélisme et un pont. Les pendules sont
à l’heure !

Ce n’est point la parole
de quelqu’un qui fabule ; c’est la triste réalité ! Jeter des
anathèmes par-ci par-là par pure et noire jouissance tel n’est
pas la morale de l’histoire ; c’est de sonner tout simplement le tocsin dans
un département en sinistrose et de se porter à faux au discours
ambiant !

Les résultats et
les chiffres, une aberration.

Des questions sans réponses
me taraudent sans cesse l’esprit.

Est-il sadique ce monsieur
? La raison me dit que Ruy-Blas est passé par là !

Est-il humain ? car personne
n’oserait s’enorgueillir de la détresse de son prochain…Terminator
est dans le coin !

Et dans tout ça
le sénile Gouled doit méditer dans sa profonde solitude à
la pièce de »le roi Lear » de shakespear.

Dégoût total.

Mettons de coté
tout l’argumentaire fallacieux et insultant à l intelligence saine
de nos chers et aimés gouvernants(Ce n’est point une métaphore
mais l’exact appréhension que Guelleh et cie ont de leurs images) et
livrons nous à une analyse méticuleuse du personnel du ministère
pour se faire une idée à la mesure du désastre HUMAIN.

K.

Un lecteur assidu.