Articles

07/11/2013 (Brève 294) La Dépêche. Salles-la-Source. Élisabeth Borrel, l’épouse du juge assassiné, demain, à Souyri

Publié le 07/11/2013 à 03:54

Vendredi 8 novembre, à 20 h 30, à la salle des fêtes de Souyri, élisabeth Borrel nous présentera son combat pour que la vérité soit faite sur les circonstances de la mort de son mari à Djibouti en 1995.

Aujourd’hui, le principal témoin de l’affaire, arrêté en août 2013 (les autorités de Djibouti auraient lancé une demande d’arrestation par Interpol) à son arrivée au Yémen où il se rendait en visite à sa famille, est menacé.

Il a été libéré mardi 8 octobre et, deux jours plus tard, il était la cible de coups de feu. Les autorités françaises ont maintenu contre vents et marées la thèse du suicide pendant douze ans avant de reconnaître l’assassinat du juge.

La disparition du dernier témoin direct serait préjudiciable à l’instruction en cours. Mme Borrel a lancé un appel à l’Union européenne pour que Mohamed Salah-Alhoumekani, ancien officier de la garde républicaine de Djibouti, soit rapatrié en Belgique où il est domicilié et dont il a la nationalité.

La présence d’un auditoire nombreux à cette soirée proposée par Ranimons la cascade serait une manière de soutenir Mme Borrel dans son combat pour que cette affaire qui met en cause l’actuel président de Djibouti et les relations entre la France et son ancienne colonie soit élucidée.

22/04/05 (B294) ALERTE du Comité des Nations Unies pour la Coordination des affaires humanitaires : la population rurale de djibouti menacee par la famine (En anglais)(Info lecteur)

Djibouti: Drought OCHA Situation Report No. 1

Ref: OCHA/GVA – 2005/0068



OCHA Situation Report No. 1

Djibouti – Drought

21 April 2005




This situation report is based on information received by the OCHA

Regional Support Office for Central and East Africa in Nairobi from the

UN Country Team in Djibouti.




I. Situation



1. Djibouti is currently facing worsening drought conditions due to the

consequences of two consecutive failed rainy seasons, where erratic

rainfall patterns adversely affected the replenishment of water

catchments and the regeneration of pastures. Delayed rains resulted in

abnormal pastoral migration patterns and a further depletion of already

exhausted pasture and browse in all grazing areas. The rain has also

been insufficient to replenish much-needed water sources throughout the

country and it is below the threshold for pasture regeneration. All

water catchments in the south are practically dry.



2. The food security and livelihoods of 5,000 families (28,650 people)

have been severely compromised by limited water and pasture. Significant

over-grazing of pasture and the depletion of water sources have

contributed to widespread livestock deaths and a considerable decline in

milk productivity. The remaining animals are in bad conditions due

mainly to opportunistic parasites and diseases.



3. Djibouti’s coastal pastures and water sources have also been

overburdened by pastoralists from the neighbouring, drought-affected

countries of Somalia, Ethiopia and Eritrea. The border areas of both

Eritrea and Ethiopia have not received a sufficient amount of rainfall

for pasture regeneration and water source replenishment, resulting in

poor food security situation. In particular, cereal prices in Ethiopia

remain unseasonably high and affect the food security in Djibouti, which

remains dependent on Ethiopia for the agricultural produce that

supplements meat and milk in the local diet. Abnormal pastoral

migrations from Shinile in Somalia have also caused overgrazing in the

Djibouti coastal grazing areas.



4. Households in Djibouti generally purchase the food they need. The

income of these households is dependant almost entirely on the health

and productivity of their livestock. Since livestock productivity has

been undermined by the consecutive deteriorating seasons, household

income and food access has been severely constrained.



5. Irregular movements of livestock and people have been observed in

most rural areas and significant numbers of livestock deaths have been

reported. Many households have lost their entire herds and thousands of

people are moving from rural areas to urban centers in search of

assistance.



II. Immediate Needs



6. The immediate medium and long-term needs identified by the Government

of Djibouti include the following:



      * Logistic support to Office for Assistance to Refugees and

        Disaster Victims (ONARS), the government body in charge of

        emergency interventions.

       

      * Provision of food assistance to 28,650 people for six months.

       

      * Implementation of a therapeutic feeding programme for 5,730

        malnourished children under five for six months.

       

      * Supply of drinkable water to 18,000 drought affected people

        living in the six districts of Djibouti for six months (one

        water tank per district).

       

      * Construction and/or rehabilitation of 28 water tanks, water

        wells and reservoirs in Arta, Ali-Sabieh, Dikhil, Obock and

        Tadjourah districts with a minimum capacity of 3,200 liters.

       

      * Provision of 54,000 liters of fuel for 15 boreholes.

       

      * Medical assistance to 5,000 nomads, who have been made more

        vulnerable by the drought and the presence of opportunistic

        diseases.

       

      * Provision of veterinary support for 50,000 animals.

       

      * Provision of feed for 50,000 animals, including 900 tons of

        concentrated animal food and 14,400 tons of fodder.

       

      * Strengthening of coordination mechanisms, especially with regard

        to logistics support to national disaster management structures.



III. National Response 



7. A preliminary joint assessment mission was carried out from 21 to 25

March by ONARS, the UN World Food Programme (WFP) and the Famine Early

Warning Systems (FEWSNET). The multi-agency team conducted the

assessment in Somaliland and concluded that livestock conditions in the

coastal areas near Djibouti are worsening mainly because of meagre

pasture, livestock diseases and long trekking distances between water

points and grazing areas.



8. On 9 April, the Government of Djibouti requested support from the

international community for the provision of emergency assistance for

28,650 persons affected by the drought.



9. The government started emergency provision of water to the population

in the Roadside Pastoral Sub-Zone in the southeastern part of the

country.



IV. United Nations Country Team Response (UNCT)




10. The Government of Djibouti has requested international assistance at

this stage. The UN Country Team is preparing an inter-agency Flash

Appeal to respond to immediate and medium-term needs of the drought

affected population.



11. The UN Country Team has met to coordinate its collective response to

the crisis. A second, more comprehensive multi-sectoral and inter-agency

assessment mission is planned for late April. OCHA Regional Support

Office for Central and Eastern Africa has deployed one Humanitarian

Affairs Officer to give short-term technical support to the UN Country

Team.



12. In the meantime, both the government and WFP have started to

distribute 421 mt of food aid, equivalent to one month’s full ration.

This will extend the previous general food distribution by one month

until the end of May. WFP has provided about 500 tons of mixed

commodities, totaling USD 215,000. UNICEF has provided USD 20,000 for

the purchase of fuel for generators that operate boreholes in the worst-

affected areas. UNDP has contributed USD 50,000 for coordination

activities, which will include local capacity building.



13. FAO will work with the Djiboutian government to develop an

appropriate strategy for food security and, through its Regional Office

for Africa, will provide expertise for a comprehensive assessment of the

situation for the nomadic pastoralists most affected by this drought.

UNHCR will provide in kind non-food items (e.g. soap and cooking

utensils) and will also release funds for the procurement of any other

priority needs of the affected population and their animals. WHO is

exploring the possibility to set-up mobile clinics to address health

concerns of most-affected persons.



V. Requirements for International Assistance




14. The Government of Djibouti needs:



      * Expertise in appropriate and effective emergency livestock

        interventions

       

      * Water, food, and veterinary care for livestock

       

      * Support for water purification and distribution as well as

        logistics assistance in terms of fuel and spare parts for

        borehole generators and for water tankers

       

      * Emergency food rations for 28,650 persons for six months

       

      * Supplementary food for 5,730 children

       

      * Support for national disaster management structures, and

       

       

      * The provision of non-food items, especially containers for

        storing water (e.g. bladder tanks and jerry cans).



This situation report, together with further information on ongoing

emergencies, is also available on the OCHA Internet Website at

http://www.reliefweb.int



Telephone: +41-22-917 12 34

Fax: +41-22-917 00 23/06 28

E-mail: ochagva@un.org



In case of emergency only: Tel. +41-22-917 20 10



Desk Officers:

Ms. Janet Puhalovic, direct tel. +41-22-917 3194

Mr. Marcel Mikala, direct tel. +41-22-917 1729



Press contact:

(GVA) Ms. Elisabeth Byrs, direct tel. +41-22-917 26 53

(N.Y.) Ms. Stephanie Bunker, direct tel. +1-917 367 51 26



21/04/05 (B294) ELLE COURT, COURT …… LA DICTACTURE ! (Lecteur)

Le 08
avril 2005 a confirmé une chose.

Djibouti,
à l’image de l’Afrique toute entière, n’est
qu’un détail aux yeux de ce monde .

L’ineffable
dictateur djiboutien, a repris du service. Six ans, n’ont pas suffi
à altérer sa soif inextinguible de pouvoir.

Le «
LOUIS XVI » djiboutien, a été réélu, sans
que cela n’émeuve la communauté internationale, tourneboulé
par la mort du pape.

Cet ersatz
d’élection n’aura point suffi, à masquer une dictature
à visage découvert, qui ne s’embarrasse guère de
scrupules lorsqu’elle est confrontée à une contestation
quelconque.

Rafles,
arrestations, séquestrations, répressions… voilà
ce que l’on a vécu, le 08 avril, pour les quelques milliers de djiboutiens
qui ont osé dire NON, en osant s’abstenir, en dépit des harcèlements
et des persécutions.
« NON, à l’injustice, NON à l’oppression,
à la vilenie… ».

A ces
Djiboutiens qui ont bravé l’interdit, j’aimerais apporter
mon soutien et témoigner de ma sympathie, de toute mon admiration.
Seul votre combat, pourra changer la donne, dans une société
muselée de toute part, par un régime aux abois.

A la flétrissure
imposée par le système aux Djiboutiens que nous sommes, nous
devons répondre par le combat, l’énergie et la révolte.
Il incombe à chacun de nous, d’œuvrer pour le bien de la
communauté et non celle de l’ethnie ou de la tribu.

Néanmoins,
je reste très lucide sur la difficulté de la tache à
accomplir eu égard à une société djiboutienne
que l’on a divisée, cloisonnée à guise, au fil
du temps.

28 ans
ou presque après l indépendance, quel bilan peut-on tirer ?

Certainement, celui d’une société civile bigarrée,
à l’état de mortification avancée .

Rares,
sont ceux qui osent se soulever contre ce régime moribond, qui n’hésitent
plus à user de tous les moyens coercitifs pour asseoir son assise.

Rares,
sont les intellectuels qui soufflent un vent de contestation au sein de la
société. Ceux la même, sont plus soucieux d’assurer leur
fin de mois avant tout. Je vis surtout ces « intellectuels » autoproclamés,
ceux que le régime a soudoyés, ceux que j’appelle les
« BAC+2 », « BAC+3 » de pacotille, qui pensent avoir
fait le tour de la « chose » alors qu’il en est rien.

Et ne
me parlez surtout pas de l’Administration djiboutienne, paralysée
par une gabegie ambiante, où l’on retrouve tous les « pro
» de l‘action inconséquente et vaine. C’est un drôle
de pays que ce pays où même les petits chefs de service ont la
liberté de pratique des excés de zèle sélectifs.

Et comment
expliquer que le chômage, dans ce minuscule Etat, bat tous les records,
avoisinant les 51%, sans que cela n’émeuve personne. Est-il dans
l’ordre des choses, d’accepter le fait d’être djiboutien,
jeune, évincé de l’école à 12 ans (par l’odieux
concours de l’entrée en sixième), chômeur à
durée indéterminée à 13 ans, drogué de
Khat à 14 ans, puis exclus définitivement du « système
» à 15 ans, pour finir telle une épave, s’échouant
sur les bords de sa propre société, ……comme tant
d’autres.

Une société
qui ne se soucie point de sa jeunesse est une société qui se
meurt.

Mais,
notre monarque, n’en a cure de cette jeunesse djiboutienne, désœuvrée,
…, vouée à elle même. Au contraire, il n’a
cessé de l’enfoncer.

Il détient
un pouvoir politique absolu dont il se sert pour modeler la société
à sa guise et à son service.

Il est
notoire que les députés et les ministres sont élus, selon
leur niveau d’allégeance, de fidélité, de dévotion
et d’inculture. L’Assemblée nationale ne constituant qu’une
simple chambre d’enregistrement, dont la vacuité et le non sens
n’échappent à personne.

Ce faisant,
notre monarque distribue des pourboires d’un côté, en direction
des éternels fayots et des coups de matraque de l’autre pour calmer
les ardeurs libertaires d’éternels impénitents.

Tel est
vie courante, la vie de tous les jours à Djibouti.

Cependant,
nous ne pouvons plus accepter l’inacceptable, tolérer l’intolérable
et supporter l’insupportable. Il incombe à tout citoyen djiboutien,
digne de ce nom, de résister et de combattre ardemment cette dictature
aveugle, au delà des ethnies, au delà des tribus.

L‘heure
n’est plus aux tergiversations mais à l’action citoyenne
et civique. "Tant qu’il y’a la vie, il y a de
l’espoir"
dit le vieil adage.

Pendant
ce temps, le démoniaque monarque djiboutien, s’apprête
à renforcer sa main mise sur le pays, à bafouer sans vergogne
les Droits humains les plus élémentaires, à piller allégrement
les deniers publics, à museler la presse opposante….

Pendant
ce temps, les djiboutiens n’en finissent plus de crouler sous le chômage,
la paupérisation galopante, l’échec patent du système
éducatif, les problèmes d’habitabilité, les problèmes
…………………

Et surtout,
pendant ce temps, elle court, court …… LA DICTATURE !

 

Un
étudiant djiboutien à Paris.

21/04/05 (B294) Les propositions du Parti UGUTA – TOOSA pour une réunion de l’opposition dans une structure unique donnnant plus de poids, face au système dictatorial.

________________________
Note de l’ARDHD
Nous publions cet appel avec beaucoup de plaisir, car nous ne cessons, depuis
sept ans (au minimum) d’appeler à l’union de l’opposition autour d’un
objectif commun : le licenciement de Guelleh et la fin de son système
dictatorial.

Lorsque
cet objectif sera atteint et que l’opposition unie aura créé
les conditions de la Démocratie, chacun aura la liberté de proposer
au Peuple djiboutien, qui choisira, ses orientations et son programme.

Nous
soutenons donc cet appel, sans réserve.

Il faut se souvenir et ne pas oublier que le FRUD avait lancé récemment un appel (publié sur notre site) qui allait dans le même sens..

___________________________________________________

Reims,
le 16 avril 2005

Les
propositions de Uguta (Toosa)

Notre
parti politique, Uguta (Toosa), considère que le boycottage de l’élection
présidentielle s’est déroulé exactement comme nous l’espérions.
L’aveuglement du candidat sortant l’a amené à commettre l’irréparable
sur le plan politique, en acceptant de maintenir le planning d’une élection
qui ne pouvait que générer, en cas d’absence d’un challenger,
le discrédit et la condescendance à l’égard de Ismaïl
Omar Guelleh. Cette première phase correspond à une belle réussite.

La deuxième
phase doit avoir pour objectif d’informer l’opinion nationale sur la portée
et la signification des résultats de cette élection. Il est
clair que tous les Djiboutiens ne saisissent pas encore la raison pour laquelle
l’opposition se félicité de la façon dont le scrutin
s’est déroulé.

La troisième
phase devrait porter sur la construction de l’unité de toute l’opposition
djiboutienne autour d’un programme commun et d’une instance de concertation.
Le temps n’est plus à la jalousie, à l’amour-propre mal placé.
Je vais dire crûment : « Chassons le dictateur d’abord, ensuite
les démocrates pourront laver les linges sales entre eux ».

Plus que
jamais, il est vital que l’opposition prenne des initiatives, organise des
rencontres entre ses membres à Djibouti ou à l’étranger
et montre sa capacité à débattre sur des sujets constituant
de véritables enjeux pour notre pays. Par exemple, pourquoi ne pas
organiser des élections au sein de l’U.A.D. pour nommer un nouveau
bureau politique, afin de montrer ce qu’on appelle des élections démocratiques
? Pourquoi ne pas faire une manifestation silencieuse le jour où Ismaîl
omar Guelleh va prêter sermon ?

L’opposition
djiboutienne vivant à l’étranger

A destination
de l’opposition djiboutienne résidant à l’étranger, Uguta
(Toosa) propose :

– la mise place d’une instance de concertation en Europe, au Canada et aux
Etats-Unis entre tous les partis et personnalités appartenant à
l’opposition djiboutienne ;

– l’élaboration d’un programme commun autour des concepts de démocratie,
de libertés et d’égalités, etc.

– l’élection d’un bureau politique qui sera renouvelé tous les
ans ;

– la définition d’un programme à réaliser durant l’année
2005, etc.

Les Associations
seraient les bienvenues en tant qu’observateurs. Il est normal que nous leur
donnions le gage de notre volonté de lutter contre l’arbitraire, les
violations des droits de l’homme et toutes formes d’injustice.

L’idéal
serait que tous les partis appartenant à notre famille politique, qu’ils
soient à Djibouti ou à l’étranger, se fédèrent
autour d’une seule instance de concertation.

C’est
la solution la plus sage, la plus responsable et la plus efficace si l’on
veut éradiquer la dictature dans notre pays.

Direction
politique de Uguta – Toosa

E-mail : accueil@uguta.org
http://www.uguta.org

21/04/05 (B294) Parmi les exemples récents de Peuples qui ont réussi par leur détermination et leur conviction à licencier leur Président, on trouve l’Equateur (AP / Info lecteur)

Equateur:
le président Gutierrez destitué par le Parlement

QUITO,
Equateur (AP) – Le Congrès équatorien a voté mercredi
la destitution du président Lucio Gutierrez, dont la démission
était réclamée par des manifestants de plus en plus nombreux.
L’actuel vice-président équatorien Alfredo Palacio a été
immédiatement investi pour lui succéder.

Le vote
de destitution a été acquis à l’unanimité des
députés présents (62 voix pour, zéro contre) à
l’issue d’une séance extraordinaire du Congrès, qui a duré
moins d’une heure. Seuls les députés d’opposition ont pris part
au vote. Le Congrès (Parlement monocaméral) est composé
de 100 députés.

Après
le vote de destitution, la présidente du Parlement, Cyntia Viteri,
a investi l’actuel vice-président Alfredo Palacio au poste de président
de l’Equateur, conformément à la procédure prévue
par la Constitution.

Lucio
Gutierrez, un ancien colonel de 48 ans élu en 2002, avait développé
à la tête du pays une relation très directe avec les citoyens.
Depuis la semaine dernière, l’opposition était descendue dans
la rue, l’accusant de vouloir contrôler illégalement les pouvoirs
exécutif, législatif et judiciaire.

Parallèlement,
la procureure générale par intérim, Cecilia Armas, a
lancé un mandat d’arrêt contre le président destitué
Lucio Gutierrez. Elle a ordonné au général Marco Cuvero,
nommé dans la journée nouveau chef de la police nationale, de
faire arrêter le président déchu en raison de la répression
violente des opposants qui manifestaient contre lui ces derniers jours.

La décision
de destituer le président Gutierrez a été prise pour
tenter de mettre fin à une crise qui commençait à dégénérer.
Des incidents de plus en plus nombreux émaillaient en effet les manifestations.
Les pompiers ont dû ainsi intervenir pour éteindre un incendie
allumé par les manifestants au ministère des Affaires sociales.
Un peu plus tôt, un coup de feu avait été tiré
en direction des protestataires par un inconnu cagoulé depuis un étage
du ministère. La télévision a ensuite diffusé
des images de pillages dans les bureaux du ministère.

Immédiatement
après le vote de destitution, l’amiral Victor Hugo Rosero, chef d’état-major
des forces armées, a annoncé que l’armée retirait son
soutien à Lucio Gutierrez. Des centaines de soldats qui avaient érigé
un périmètre de sécurité devant le palais ont
quitté la place.

Selon
un officier de l’armée interrogé par la télévision
équatorienne, Lucio Gutierrez et sa femme ont quitté le palais
présidentiel. Des centaines de personnes ont empêché un
avion de décoller à l’aéroport international de Quito,
selon les images de la télévision.

Les parlementaires
ont destitué le président en se basant sur un article de la
Constitution qui donne au Congrès un tel pouvoir en cas d' »abandon
de position » par le président.

La mesure
permet d’éviter la procédure « d’empêchement »,
beaucoup plus longue et avait été utilisée en 1997 avec
la destitution du président Abdala Bucaram pour « incapacité
mentale ».

Le président
du Venezuela, Hugo Chavez, a déclaré qu’il était encore
trop tôt pour décider d’accorder ou non l’asile politique au
président équatorien destitué. AP

21/04/05 (B294) Un lecteur nous adresse ses réactions après avoir lu l’article signé Ali Hassan Ali, paru dans La Nation.

ALI HASSAN
ALI (ALI DIT LE DOCTEUR)

On a coutume
de dire (heureusement) à Djibouti que le ridicule ne tue pas.

Mais la
palme du meilleur avocat de la tyrannie de la Semaine échoit sans aucune
contestation à Ali Hassan Ali.

Son nom
est issu d’un verset coranique autorisant la spoliations des biens des
infidèles. Ali Hassan Ali fait partie de ces élites crédibles
(docteur) dotées d’une supériorité intellectuelle
certaine, qui dans leur foie envers la tyrannie, balayent d’un revers
de la main, la Démocratie.

Aller
prétendre :
– que le devoir de vote se résume à déposer un bulletin
anodin sans valeur juridique,
– que l’émancipation du peuple passe par le collectivisme encadré.

Sur le
CV qu’il aurait pu avoir envoyé à I.O.G, a-t-il fait référence
à la thèse présentée le vendredi 12 mars 2004
? ‘’Analyse théorique et empirique des programmes de falsification
structurels et des juteux contrats en Afrique subsaharienne’’.

Est-ce
uniquement par pur respect intellectuel, qu’il adresse ses félicitations
pour les réformes, le programme et la stratégie du surréaliste
Président IOG ?

Sans nul
doute qu’il pense démontrer ses capacités d’analyses pointus
et pertinentes et son esprit inventif, conséquence de sa très
haute compréhension des sciences économiques. Mais cela suffit-il
pour postuler et atteindre les hautes sphères du Pouvoir à Djibouti
? L’avenir nous le dira très vite !!!

Pour terminer, j’aimerai dire à ce donneur de leçon, qu’il habite dans un pays où les règles démocratiques ont force de loi et qu’il ne subit pas la dictature, bien à l’abri dans une ville de Lorraine …

21/04/05 (B294) Une nouvelle cooptation dans l’Ordre des Brosses à Reluire : Ali Hassan Ali, docteur en Sciences économiques à Nancy, pour son plaidoyer en faveur de la dictature, publié par La Nation.

Le Comité
des Brosses à Reluire, réuni en session ordinaire a pris connaissance,
à sa plus grande satisfaction, des talents de M Ali Hassan Ali, djiboutien
résidant à Nancy, qui a fait publier dans La Nation, un long
plaidoyer en faveur de la dictature, de l’oppression du peuple et de la privation de la démocratie et de la justice.

Maniant
la langue de bois à la perfection, l’impétrant a été applaudi chaleureusement par le Comité et quelques passages de son article, que nous reprenons, n’ayant
pas la possibilité d’en publier l’intégralité, ont véritablement séduit la noble assemblée, pourtant rompue aux exercices de style pour tenter de justifier les mérites et les bienfaits du crime et des Violations des Droits de l’Homme :

« Une
élection dont il se réjouit d’avance non sans donner quelques
leçons de démocratie aux partisans du boycott et encourager
le Président dans ses efforts de modernisation du pays et de la consolidation
de la cohésion sociale… »

(…)
« Fin stratège de la politique, le président Ismaël
Omar engagera le gouvernement dans un processus d’alliance avec l’opposition
politique. De ce fait, la population djiboutienne est non seulement unique
et indivisible mais aussi dotée d’une liberté de penser et d’agir
dans le respect des lois de la République de Djibouti. Il s’agissait
dans cette stratégie d’unir tous les djiboutiens autour de l’action
du chef du gouvernement à savoir le développement du pays à
travers le renforcement de toutes les structures économiques et sociales.
« 


(…) « Tous les djiboutiens sont dorénavant impliqués dans
le processus de développement mais chacun est libre de penser et d’agir
à sa manière pour apporter sa propre contribution. Cette stratégie
fera naître chez les djiboutiens un sentiment de protection et de maintien
de la cohésion sociale. « 

(…)
« Les citoyens djiboutiens ont reconnu chez le Président de la
République le désir de recherche de bien-être de la société
en tenant compte de leurs préoccupations quotidiennes. »

(…)
« D’où l’engagement et les promesses du Président de la
République envers les jeunes à leur assurer un avenir serein.
Des perspectives existent déjà : le Port de Doraleh, le développement
du tourisme, le développement du commerce inter-régional, le
développement de la pêche… »

Sur la
base des mérites exceptionnels d’Ali Hassan Ali, le Comité a
été appelé à voter sa cooptation. A la majorité
des membres, il a été admis au sein de l’Ordre prestigieux des
Brosses à Reluire au grade « D’opportuniste de la dernière
heure ».

En
conséquence et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés,
M. Ali Hassan Ali, docteur en sciences économiques,
nous vous élevons au Grade de Chevalier
de l’Ordre des Brosses à Reluire
et nous vous remettons les insignes
que vous devrez porter fièrement en toutes circonstances


Vous êtes reçu avec le titre envié
de « Opportuniste de la dernière heure ».

Votre nom sera ajouté au tableau d’honneur de l’ordre…

20/04/05 (B294) Radio-Trottoir. Sa majesté voudrait empêcher les aéronefs militaires de voler, lorsqu’il est en voyage. Si les Américains ont refusé plutôt brutalement, les Français « bonnes poires et aux ordres de la dictature », s’inclinent avec déférence, devant les dictats du Tyran. (Correspondant)

Le lundi
qui suivait les élections présidentielles au matin, IOG s’est
envolé pour Addis Abeba. Dès que l’avion a decollé, deux
mirages de l’Armée Française l’ont apostrophé dans l’espace.
IOG a tout d’abord pensé que c’était une manière de le
fellicité, mais les avions restaient toujours derrière »air
IOG ». Il commençait à avoir de la sueur et il a demandé
d’appeller la tour de contrôle qui n’était pas informée
de la présence de la Chasse française (en 1999, elle avait été
informée) ni de cette démonstration.

Arrivé
à Addis il a exigé qu’aucun mirage ne décolle plus jamais
pendant ses decollages ou ses atterrisages. On lui a répondu « impossible »
car le problème c’est que les français et les américains
surveillent en permanence l’espace aerien. IOG a répond « qu’il
n’en avait rien à foutre ».

Les Français
ont informé leur hiérarchie et les autorités françaises
ont pris note des souhaits de Guelleh, afin de s’y conformer. Quant à
l’oncle SAM, le Chef de corps de la Base du Camp Lemonnier a rejeté
les ordres d’IOG et il a laissé la patrouille américaine en
vol pour continuer sa surveillance. Il s’agissait de deux gros Appaches qui
patrouillent de six heures à vingt une heure. Le Mardi matin, par représaille,
les hommes d’IOG avec leur béret rouge ont envahi l’aéroport,
se positionnant tout le long de la piste d’atterrisage de deux cotés
pour attendre le retour du Prince.

Cette
fois encore, les Français ont laissé faire mais les Américains
ont rejeté la garde d’IOG du côté sud de l’aéroport
qui correspond à leur domaine « réservé ». Beaucoup
des choses se modifient ces derniers jours.