Articles

20/04/05 (B294) Djibouti est classé désormais, comme un pays à haut risque par l’agence de sécurité israelienne. Israêl conseille ses ressortissants d’éviter de voyager à Djibouti. Selon la NSC (The National Security Council ), Djbouti est classé parmi les pays arabes au risque le plus élevé. (Info lecteur en Anglais)

Israeli
National Security Council Issues Terror Warnings For Israelis Travelling Abroad

Sunday,
April 17, 2005 / 8 Nisan 5765

(IsraelNN.com)
The National Security Council Counter-Terrorism Staff has issued travel warning,
advising Israelis to refrain from visiting most Arab countries.

All Arab
countries except Mauritania are included in the travel warning list and it
is recommended not to visit, or stay in, any of them.

Arab countries
with Basic Threat Level are: Oman, Comoros Islands, Kuwait, Libya and the
United Arab Emirates.

Arab countries
with Concrete Threat Level are: Bahrain, Tunisia, Algeria, Qatar (excluding
Doha), Djibouti and Morocco.

Arab countries
with High Threat Level are: Egypt (including Sinai), Jordan, Syria, Sudan,
Somalia, Lebanon, Saudi Arabia, Iraq and Yemen.

It was
also recommended to refrain from visiting Tajikistan, Nigeria, Indonesia,
Pakistan, Malaysia, Kenya, Afghanistan and Iran.

Israelis
in Bangkok were warned to avoid Koa San Road and the area around it. Those
in northern Nigeria were told to stay below 10 degrees latitude and those
in southern Thailand were advised to avoid Krabi – Thammarati and south –
to the border with Malaysia.

A high
threat level was reported in the Indian Kashmir region, Mindanao island in
the Philippines and Chechnya.

20/04/05 (B294) Le Corbillard d’amour, pastiche de la Maladie d’amour. C’est la Fin d’un Pouvoir usé ? (correspondant – humour)

EMBARQUES
TOI et ne reviens plus jamais.
Aucun Port ne t’attend dans cette Corne de l’Afrique

Il et
elle courent et courent les maladies d’amour
Qui unit les cheveux blancs les cheveux gris
Malgré des cachotteries. (Chanson d’amour et d’égarement)

Théâtre
à 8 et 7 temps

Mince
! J’ai perdu la boussole électorale, mais qui ose, dire la vérité,
qui ose écrire (après ma perte de vitesse) à la BBC «
in » Somalo-Ismaël « langage » ?

Dans tous
les cas (ici) plus de Blancs !
Preuve à l’appui, les pages du journal africain dit « intelligent
», sans inversion et sans version alimentaire, n’est-ce pas ?

Ici à
Djibouti, à part le vieux CHIRAC, tous les autres Blancs sont dans
leurs sous-vêtements : « souveraineté » oblige.

Terme
vulgarisé en langage vulgaire dans « Jeune à fric Afrique
l’Indigent » avec un rythme « bouge, fonce et bonde".

Quand
la Dame se fâche, les blindés noirs bougent foncent et bondissent,
Quand la Dame se fâche les avions baladent-ballottent-bambochent.

Pendant
qu’il est temps…

AU REVOIR
ET SANS RETOUR !

GET OUT
!

Attention
! Sinon quel bordel !

Le mérou
de Doraleh est décidé à se battre.

20/04/05 (B294) Problèmes techniques chez notre hébergeur. TOUS LES PROBLEMES SONT RESOLUS …(ARDHD)

A la suite
de difficultés techniques chez notre hébergeur à partir
de lundi 17/04 à 16h00, la consultation de notre site et l’affichage
des pages ont été fortement perturbés. La situation est redevenue normale mercredi 20 avril à midi (Heure de Paris).

Nous prions tous
nos lecteurs de nous en excuser et nos correspondants d’avoir un peu de patience,
avant la mise en ligne de leurs articles.

20/04/05 (B294) Radio-Trottoir. Sa majesté voudrait empêcher les aéronefs militaires de voler, lorsqu’il est en voyage. Si les Américains ont refusé plutôt brutalement, les Français « bonnes poires et aux ordres de la dictature », s’inclinent avec déférence, devant les dictats du Tyran. (Correspondant)

Le lundi
qui suivait les élections présidentielles au matin, IOG s’est
envolé pour Addis Abeba. Dès que l’avion a decollé, deux
mirages de l’Armée Française l’ont apostrophé dans l’espace.
IOG a tout d’abord pensé que c’était une manière de le
fellicité, mais les avions restaient toujours derrière »air
IOG ». Il commençait à avoir de la sueur et il a demandé
d’appeller la tour de contrôle qui n’était pas informée
de la présence de la Chasse française (en 1999, elle avait été
informée) ni de cette démonstration.

Arrivé
à Addis il a exigé qu’aucun mirage ne décolle plus jamais
pendant ses decollages ou ses atterrisages. On lui a répondu « impossible »
car le problème c’est que les français et les américains
surveillent en permanence l’espace aerien. IOG a répond « qu’il
n’en avait rien à foutre ».

Les Français
ont informé leur hiérarchie et les autorités françaises
ont pris note des souhaits de Guelleh, afin de s’y conformer. Quant à
l’oncle SAM, le Chef de corps de la Base du Camp Lemonnier a rejeté
les ordres d’IOG et il a laissé la patrouille américaine en
vol pour continuer sa surveillance. Il s’agissait de deux gros Appaches qui
patrouillent de six heures à vingt une heure. Le Mardi matin, par représaille,
les hommes d’IOG avec leur béret rouge ont envahi l’aéroport,
se positionnant tout le long de la piste d’atterrisage de deux cotés
pour attendre le retour du Prince.

Cette
fois encore, les Français ont laissé faire mais les Américains
ont rejeté la garde d’IOG du côté sud de l’aéroport
qui correspond à leur domaine « réservé ». Beaucoup
des choses se modifient ces derniers jours.

20/04/05 (B294) Bonne fête à toutes les Djiboutiennes et Djiboutiens. (Lecteur)

Chers
Compatriotes,

A l’occasion de la célébration
Maoulid al-Nabi, qui symbolise le mois de la
Naissance du prophète Mahomet, jeudi avril 21, 2005, je voudrais souhaiter
un Bonne fête à tous les Djiboutiens.

17/04/05 (B294) ALERTE ROUGE : à peine a-t-il volé le pouvoir, Guelleh se lance dans une vague de répression farouche. Le Commandant Wabéri en première ligne des harcèlements, menaces et intimidations. (Infos LDDH)

Le Président

COMMUNIQUE
DE PRESSE
DU 17 AVRIL 2005

APRES LES
ELECTIONS INSOLITES
ET LE REFUS POPULAIRE DU RAPT ELECTORAL.
LES CONVOCATIONS BATTENT LEUR PLEIN !
FAUT- IL VITE LEGITIMER LE CLIMAT DE LA PEUR ?

Fin des
élections, renouveau de la répression. Nos craintes semblent
hélas se confirmer. En effet :

Ce matin
le porte parole de la LDDH, Souleiman Ahmed Mohamed se présente au
bureau du service des renseignements généraux de la FNP en réponse
à une convocation de la veille.

D’emblée,
le premier responsable du service, le commandant Waberi, se tenant devant
la porte annonce la couleur. « Nous t’avons laissé faire,
nous prenons les choses en main désormais. Je te coffre tout de suite
» adresse-t-il sèchement à Souleiman à la place
du « bonjour » d’usage.

La suite
c’est 1h30 mn d’interrogatoires musclés et répétitifs
alternant des menaces sans détour et des « conseils amicaux ».
Aucun domaine de sa vie privée (amis, famille, fréquentations..
; et publique (appartenance politique, publications…) n’a été
épargné par ces questions.

Le 13
avril 2005 le Président MOHAMED DAOUD CHEHEM, du Parti Djiboutien pour
le Développement (PDD) avait été convoqué par
le Directeur de la Sécurité nationale directement lié
au Palais Présidentiel, qui a, il faut le dire, une sorte de prérogative
de police politique.

Dans un
Communiqué de Presse du 14 avril 2005, le Président du PDD avait
informé que : « durant cette enquête, le Directeur de la
SDS a reproché au Président du Parti Djiboutien pour le Développement
de sa prise de position lors des dernières présidentielles,
notamment pour avoir publié et commenté le vrai bilan du Président
sortant et candidat

Les Renseignements
Généraux (RG) de la Police Nationale ont convoqué à
leur tour sans autres motifs le Président MOHAMED DAOUD CHEHEM pour
demain 18 avril 2005 à 8h du matin. Affaire à suivre, qui démontre
les cris de désespoirs d’une élection non légitime
car antidémocratique.

La Ligue
Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) est très préoccupée
de ces enquêtes policières provocatrices, à l’égard
des leaders politiques, qui consistent uniquement à intimider des responsables
politiques, parce qu’ils n’avaient pas hésité à
émettre des analyses politiques mettant à nu le vrai visage
de la dictature qui sévit en République de Djibouti.

La Ligue
Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) demande au Ministre de l’Intérieur
de mettre fin à de tels harcèlements à l’égard
des leaders et des cadres politiques ainsi que des Défenseurs des Droits
de l’Homme. Les Renseignements Généraux dépendant
officiellement du Ministère de l’Intérieur.

M.
NOEL ABDI Jean-Paul