Articles

13/12/2013 (Brève 337) Houssein Ibrahim a ouvert une pétition pour permettre à toutes celles et à tous ceux qui souhaitent soutenir son action devant la Cour pénale internationale, de signer l’appel pour que Guelleh soit jugé pour tous les crimes qu’il a commis et/ou fait commettre pour le seul intérêt de sa famille et de quelques obligés…

Lien pour signer en cliquant ici

POur que la CPI juge les crimes commis par Guelleh

17/02/06 (B337-B) OBR : un cireur de pompes habitué à écrire dans les colonnes de La Nation, se distingue aujourd’hui avec un article grandiose sur Ali Abdi Farah ! Bien qu’il soit un récidiviste convaincu, le Comité des Brosses à Reluire, réuni en session restreinte, tient à lui accorder une nouvelle promotion, à la dignité d’Officier du Comité.

Ce matin, le Comité des Brosses à Reluire, réuni en session restreinte sous la Présidence par intérim de Yacin Elmi Bouh, en remplacement du Président Dileita, parti cueillir des fraises, comme il aime le faire …

Outre les affaires courantes, l’agenda du Comité comportait la demande de Dig-Dig qui signe un article dans La Nation, à la gloire d’Ali Abdi Farah, Ministre de la Communication et de la Culture, chargé des Postes et des Télécommunications, Porte Parole du Gouvernement, qui s’est fait remarquer récemment avec des prises de position brutales à l’encontre des syndicalistes et des manoeuvres financières assez peu compatibles avec la gestion habituelle. Ce qui lui a certainement valu les félicitations appuyées et chaleureuses du Patron et de la Patronne de la nébuleuse GHA …

Mais revenons à Dig-Dig : les membres présents ont tenu à faire remarquer que Dig-Dig avait déjà été coopté au sein du Comité, au grade de « Lèche-bottes » avec mention spéciale, le 14/11/01 pour un fabuleux article paru dans le numéro 91 de La Nation du 12/11/01 et qu’il n’y avait pas lieu, sauf nouveau fait d’arme héroïque et particulièrement extraordinaire, à proposer une seconde citation. (Lien http://www.ardhd.org/francais/observat/obsb122.htm#BROSSE)

Yacin Elmi Bouh, grand expert et amateur en matière de cirage de pompes, a insisté vivement pour lire aux membres du comité le nouveau poulet de Dig-Dig paru dans La Nation le 16 février 2006.

_______________________________________ Extrait de La Nation

Chapeau, Monsieur le Ministre !

Je dois vous avouer qu’il se trouve un homme qui force mon admiration. Cet homme, il s’appelle Ali Abdi Farah et il détient le porte feuille du MCCPT.

Pourquoi je l’admire ? Pas parce que je travaille au MCCPT et que c’est mon patron.

C’est pour les rapports qu’il entretient avec le monde des artistes djiboutiens. Jamais, je n’ai vu autant de chanteurs, de compositeurs dans la salle d’attente de notre ministère. J’ai dit la salle d’attente ?

Ils sont aussi dans la salle de réunion, dans le bureau du secrétaire général, debout juste devant la porte de son bureau, dehors dans l’escalier. Bref c’est le va et vient continuel, permanent de 7h du matin jusqu’à 14h.

Bien -sûr, cette invasion a une raison ! on prépare la journée de l’artiste. Mais moi à sa place j’aurais pris  » la tangente  » j’aurais fui. Lui, à la sortie de son bureau il est très à l’aise ! pas fatigué du tout !

Il est comme un  » poisson dans l’eau « . On dit qu’il a été enseignant ! Moi je dis : être une étoile au firmament de l’art c’est son paradis perdu !

Dig- Dig

__________________________________________________

Les membres présents ont reconnu immédiatement à la fois tout le talent de l’artiste surdoué en flagorneries ciselées, mais aussi la candide humilité de l’homme qui n’hésite pas à divulguer les raisons fondamentales et profondes de son admiration : « c’est parce que c’est mon patron ! ». Ce genre de banalité, ça ne peut pas s’inventer. Seul un cerveau supérieur pouvait la trouver …

Face à un tel chef d’oeuvre, à une telle conscience professionnelle, à une telle abnégation de sa personne, les membres du Comité de l’Ordre des Brosses à Reluire ont tenu d’abord à remercier Yacin Elmi Bouh pour la sélection qu’il a présentée et ensuite à accorder sans délai une nouvelle promotion plus que méritée au récidiviste impénitent.

En vertu des pouvoirs qui nous ont été délégués,
Chevalier Dig-Dig, « Lèche-bottes » avec mention spéciale
nous vous élevons à la dignité
d’Officier de l’Ordre des Brosses à Reluire
au grade de « Lèche-Bottes récidiviste et incorrigible »

Nous vous remettons les insignes de votre nouvelle dignité
que vous devrez porter avec fierté, devant votre Patron,
Ali Abdi Farah, qui vous vouera une reconnaissance éternelle,
car vous êtes si peu nombreux à Djibouti à partager la même analyse !

17/02/06 (B337-B) RSF / Affaire des caricatures : Appel à la libération des journalistes emprisonnés.

Quoique l’on pense des caricatures du prophète et de l’opportunité de les publier, il est absolument injustifiable que des journalistes soient actuellement détenus, poursuivis en justice ou menacés de mort, et que des publications soient fermées pour avoir reproduit ces dessins.

Reporters sans frontières lance un appel et une pétition pour la libération des sept journalistes actuellement détenus au Yémen, en Syrie et en Algérie, qui ont publié ces caricatures dans le seul souci d’informer leurs lecteurs.

Au total, des poursuites judiciaires ont été engagées dans cinq pays contre au moins douze journalistes – dont sept sont déjà emprisonnés. Dans certains cas, ils risquent de lourdes peines de prison. Ainsi, en Jordanie, deux directeurs de publication sont poursuivis pour provocation et désordre. Au Yémen, trois journalistes sont incarcérés et poursuivis en vertu de l’article 103 de la loi sur la presse qui « interdit la publication de tout ce qui nuit à la foi islamique, dénigre une religion monothéiste ou une croyance humanitaire ». Reporters sans frontières demande que toutes les plaintes au pénal soient levées.

Ce ne sont pas moins de treize publications qui ont été fermées définitivement ou temporairement en Algérie, au Maroc, en Jordanie, au Yémen, en Malaisie ou en Indonésie, pour avoir reproduit les caricatures du prophète. Reporters sans frontières demande que ces médias soient habilités à reparaître.

Lors d’une conférence organisée sur les caricatures par Reporters sans frontières et la Commission arabe des droits humains, à Paris, le 9 février, il a été rappelé que rien ne pouvait justifier la détention de professionnels de l’information. Une quinzaine de journalistes, intellectuels et responsables religieux occidentaux comme du monde arabo-musulman y avaient lancé un appel au calme et au dialogue. Une initiative similaire se tiendra au Caire le 25 février prochain.

Reporters sans frontières demande à tous de prendre position en faveur de ces journalistes qui n’ont fait qu’exercer leur métier en relayant une information ayant fait la Une de l’actualité internationale.

16/02/06 (B337-B) A lire sur le site de Djibwatch, l’interview qu’Abdouraham Waberi a donné à Radio France International, à l’occasion de la sortie de son dernier livre « Les Etats Unis d’Afrique ».

09/02/2006) Abdourahman Waberi le Voltaire noir.
Un roman de Waberi

Les Etats-Unis d’Afrique


Cela se lit comme un conte de Voltaire. En plus noir et en plus saisissant. Pour son troisième roman, Abdourahman A. Waberi, écrivain natif de Djibouti, a inventé une singulière contre-utopie. (…)

Lien avec l’article : http://www.djibwatch.org/affart.aspx?id=186

AUDIO :
Lien sur le site Djibwatch en haut à droite :
http://www.djibwatch.org

16/02/06 (B337-B) Alerte de la FAO, hier, à Rome sur les risques de famine et de catastrophes humanitaires en Afrique de l’Est. Que fait Guelleh pendant ce temps : il mange ! Et les photos récentes montre qu’il ne maigrit pas … (Article signalé par un lecteur)

Situation proche de la famine dans le sud-est de l’Ethiopie, alerte la FAO

15 février 2006 – Confrontés à une pénurie alimentaire grave du fait de la sécheresse, les paysans et les pasteurs du sud-est de l’Ethiopie sont dans une situation proche de la famine, alerte aujourd’hui l’agence des Nations Unies pour l’alimentation qui évalue à 18,5 millions de dollars les besoins pour réhabiliter l’élevage et l’agriculture dans le pays.

Mais non, il n’y a pas de pénurie alimentaire à Djibouti.

La preuve ?

Tous les soirs,
avec Paulette,
on se fait une bonne bouffe ..

Dans un communiqué publié aujourd’hui à Rome, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture ( FAO) s’inquiète des « migrations humaines et de bétail importantes » et de la « détérioration de la santé des bêtes avec, dans certaines zones, des décès » qui caractérisent une situation de famine.

« Les régions les plus touchées sont Oromiya et Somali. Dans ces deux régions, la situation s’est aggravée du fait non seulement de l’absence de précipitations à l’automne dernier, mais aussi par l’afflux massif de troupeaux fuyant la sécheresse dans le nord-est du Kenya et le sud-ouest de la Somalie », indique la FAO.

Selon les dernières estimations, plus d’un million de personnes dans la seule région de Somali ont besoin d’une aide alimentaire immédiate.

La situation pourrait se détériorer encore davantage au cours des deux prochains mois, prévient le communiqué.

Les fonds requis par la FAO – 18,5 millions de dollars – permettraient de sauver le bétail qui représente « l’unique bouée de sauvetage des populations ».

La FAO souhaite fournir du fourrage de toute urgence, des produits vétérinaires, notamment des vaccins, de l’équipement médical et un appui financier pour les campagnes de soin et de vaccination du bétail.

Les paysans pauvres ont aussi besoin de semences – 6.000 tonnes de semences seraient nécessaires.

La FAO aidera également les agriculteurs à améliorer leur savoir-faire en matière de maîtrise de l’eau et à assurer le bon fonctionnement des canaux et infrastructures d’irrigation.

Le Secrétaire général a récemment nommé l’ancien Premier ministre de la Norvège Kjell Magne Bondevik au poste d’Envoyé spécial pour la situation humanitaire dans la corne de l’Afrique, une région ravagée par des sécheresses répétées, minée par une insécurité alimentaire chronique, où 40% de la population souffre de sous-alimentation.

Selon les dernières estimations de la FAO, la sécheresse menace la vie d’environ 11 millions de personnes en Somalie, au Kenya, à Djibouti et en Éthiopie (voir notre dépêche du 3 février 2006).


Le Programme alimentaire mondial (PAM) avait annoncé, le 13 janvier dernier, que la corne de l’Afrique serait bientôt confrontée à une catastrophe humanitaire, à moins que des dons n’arrivent rapidement qui permettraient d’acheminer une aide d’urgence à 5,4 millions de personnes (voir notre dépêche du 13 janvier 2006 et notre dépêche du 25 janvier 2006).

15/02/06 (B337-B) La nouvelle Lettre du Gri-Gri vient de paraître..

Où trouver le Gri-gri ?
Partout dans le monde : sur abonnement.
Adressez un chèque de 44 euros pour un an (24 numéros) / 24 euros pour 6 mois (12 numéros)
La SARL du Gri-Gri International
6 bis, passage Thiéré
75011 Paris – France
www.lesamisdugrigri.com
En France : le Gri-Gri est distribué en kiosque par les NMPP. Un exemplaire pour seulement 2 euros !

Qui profite du prophète ? On s’attendait à ce que Le Gri-Gri se jette dans le panneau, que ses dessinateurs de talents gribouillent des petits Mahomet dans tous les coins… Ehhh, non, raté : à l’outrance, Le Gri-Gri préfère l’info. Et vous explique par quel miracle savamment orchestré ces sacrés dessins, publiés en septembre 2005, ont mis six mois à faire scandale…

Chirac raque : pour les bronzés !
Comme à la fin d’un mauvais film, le président abroge (enfin) l’article 4 de la loi sur le rôle positif de la colonisation. Un article approuvé par les Français, à 60%, mais hué par les Algériens et les Ultra-marins. Le Gri-Gri vous relate les aléas de cet alinéa…

Les soubresauts de Marsaud :
Alain Marsaud, député de Haute-Vienne, n’a pas attendu de signer une loi sur les bienfaits de la colonisation pour aimer l’Afrique. Ses mails de 2001-2002, lorsqu’il était chef du service prospective de Vivendi-Universal, en attestent. Des mails qui évoquent ses amitiés avec les dirigeants du Togo, du Bénin et même de Chine, et que Le Gri-Gri s’est, évidemment, procurés.

Les Barbus et Ubu :
Au Royaume du Maroc, en apparence, tout est simple : le Roi contrôle tout. Mais dans les arrière-cours de cette monarchie décadente, les islamistes jouent les trublions…

(…)

15/02/06 (B337-B) Les archives de l’ARDHD accessibles en mode « recherche multi-critères » Quatre ans de la vie à Djibouti et autour de Djibouti consultables en quelques clics !

Le site de l’ARDHD diffuse des informations depuis février 1999. Jusqu’au 12 février 2002, les informations étaient classées et sont accessibles via des index par période.

Le 12 février 2002, nous avons mis en place la nouvelle formule qui a été conçue et réalisée par des Djiboutiens bénévols et discrets, mais très engagés dans la lutte contre la dictature. Cette nouvelle formule permet d’offrir aux internautes une recherche multi-critères par mots clefs, par numéros, etc…

Cette semaine, avec les développeurs, nous fêtons quatre années d’enrichissement de cette base de données, qui contient à elle seule plus de 4.500 articles et photos qui retracent jour par jour l’actualité djiboutienne, soit vue par la presse, soit vue par les Djiboutiens eux-mêmes qui ont pu exprimer leurs avis mais aussi leurs réactions.

Nous espérons surtout que la diffusion « en temps quasi réel » de nos informations concernant les violations des Droits de l’Homme a freiné les ardeurs de Guelleh, de ses « copains » et de la SDS et qu’elle permettra à l’avenir aux Djiboutiens de retrouver leur dignité dans la démocratie, la justice et la liberté.

Si l’accès à notre site est désormais interdit aux internautes djiboutiens, ce n’est pas pour rien ! C’est qu’il a pris une dimension qui dérange la dictature. Mais les Djiboutiens sont malins et ils expérimentent avec succès les méthodes qui permettent de franchir les barrières que Guelleh croit leur imposer. C’est un magnifique encouragement pour l’équipe de bénévols qui travaillent pour la mise à jour permanente de ce site !

15/02/06 (B337-B) Les compagnies aériennes de 38 pays, dont celles de Djibouti, sont désormais interdites d’atterissage au Liban, en raison de défaillances au niveau de la sécurité.

Lien avec l’article : http://www.republicoftogo.com/fr/news/news.asp?rubID=1&srubID=6&themeID=1&newsID=11098

_________________________________ Note de l’ARDHD
Depuis des années, le site du GED et le nôtre ont attiré l’attention des candidats potentiels aux risques qu’ils prenaient en volant avec Daallo, compagnie appartenant aux époux usurpateurs de Djibouti, qui ne pensent qu’à faire des bénéfices et qui se moquent éperdument de la vie humaine.

Nos affirmations commencent à avoir un début de confirmation avec la décision qui vient d’être prise par les autorités libanaises de l’aviation civile. Elles devraient être suivies, n’en doutons pas, par d’autres pays de la zone europe, en dépit de difficiles considérations politiques, au sein desquelles la vie des passagers n’est pas toujours prioritaire et gagnante.

C’est Paulette 1ère qui va être triste …
______________________________________________________

L’aviation civile libanaise a interdit d’atterrissage à l’aéroport international Rafik Hariri de Beyrouth un certain nombre de compagnies aériennes internationales appartenant à 38 pays dont le Togo. L’information, publiée par le quotidien beyrouthin « Daily Star », indique que cette mesure a été prise en raison du non respect par ces transporteurs des standards de sécurité internationaux. Concernant le Togo, l’aviation civile libanaise ne donne aucun détail sur l’identité des campagnies visées.

L’interdiction frappe aussi les avions d’Angola, de Djibouti, du Ghana, du Congo Brazzaville, du Liberia ou du Turkmenistan.