Articles

21/02/06 (B338-B) La liberté d’expression ou l’expression libre de la haine ? (Mohamed Qayaad)

_____________________________ Avertissement de l’ARDHD
Comme les internautes ont pu le constater, il ne nous a pas semblé ni utile, ni opportun de communiquer
sur le site de l’ARDHD, sur cette affaire de caricatures ni surtout de contribuer à en faire la publicité.

Bien que nous les condamnions parce qu’elles constituent une grave provocation inutile et absolument dénuée de tout intérêt (et qu’en plus, nous les trouvions de qualité médiocre) l’ARDHD n’a pas autorité pour s’exprimer sur ce sujet, qui est fort éloigné de ses objectifs, qui sont de contribuer à la restauration de la Démocratie, de la Justice, des Libertés et de la Dignité pour toutes les djiboutiennes et tous les djiboutiens.

Il ne fait nul doute que cette contribution de Mohamed Qayaad, publiée en son nom, devrait susciter des réactions. A l’avance nous informons tous les lecteurs que nous nous refuserons à ouvrir un débat sur ce thème. Il existe de nombreux forums pour cela.

Nous remercions tous les internautes de leur compréhension.

La publication de cette contribution ne signifie pas obligatoirement qu’il reflète ni les idées ni les positions de l’ARDHD.

______________________________________ Mohamed Qayaad

L’affaire des caricatures parue dans le tabloid “ Jylland Posten “est infiniment plus complexe à décrypter. Comment se fait-il que ces douze caricatures publiées le 30 Septembre 2005, font scandale que maintenant.

Pourquoi ont-elles provoqué tout ce remue-ménage ? Quelle analyse fait-on de cette affaire ? Quels en sont les acteurs ? Quels sont leurs objectifs ?

Mais d’où a pu sortir une idée aussi monstrueuse, aussi abominable que ces caricatures qui retournent facilement même le mieux accroché des estomacs ? Inconscience, aveuglement ou volonté délibérée ?

Je me suis posé la question si nous n’assistons pas à une tragédie grecque. Dans la mythologie, les tragédies sont orchestrées par les dieux de l’Olympe qui veulent ainsi punir les humains. Aujourd’hui je constate que le fossé entre le monde musulman et l’Occident se creuse chaque jour un peu d’avantage. Que ce mouvement paraît inexorable comme mu par une force fatale . Où se trouve le point de non-retour ? La question des responsabilités ou de qui devrait faire quoi me paraît relativement académique voire dépassée.

Le scandale n’est-il pas devenu aussi la vaste manipulation politique que des régimes souvent despotiques et corrompus font de cette imbroglio pour s’attirer les faveurs des croyants ou les récupérer des mains des partis et des leaders intégristes ? Est-ce bien ce feu sur lequel on veut jeter de l’huile ?

Les réactions passionnées ont été violentes et disproportionnées dans le monde musulman. Je trouve horrible qu’il y ait eu des morts pour cette histoire absurde, je pense beaucoup à eux.

La violence est inacceptable, surtout celle qui tue les innocents, mais au-delà de la compassion, il faut chercher les explications de cet aboutissement et faire son auto-critique.

La critique de la religion est une bonne chose. Elle permet de combattre l’obscurantisme et de faire resortir l’essentiel, un message d’amour et de paix.

La dérision et la liberté d’expression sont sensées, en temps normal, provoquer le débat et non la violence, et pour le coup, dans ce contexte, c’est râté.

Lorsque je lis que les ministres arabes de l’Intérieur – gestionnaires de l’industrie de la torture – réunis le Mardi 31 Janvier 2006 à Tunis, ont protesté contre ces caricatures, j’ai envie de vomir. Voilà les apôtres de la persécution et de la confiscation des libertés individuelles qui se refont une virginité grâce à cette affaire et se présentent en grand défenseur de la cause. Quelle hypocrisie ! Quelle lâcheté !

L’épouvantail de l’anarchie est d’ailleurs, aujourd’hui encore, le leitmotiv des défenseurs du despotisme.

Ces autocrates n’ont pas de leçons à donner en matière des Droits de l’Homme aux danois et feraient mieux de se méler de ce qui les regarde comme par exemple la démocratisation et la libération de leur pays, des entraves et des fausses passions qui l’endorment .

Ils s’arrogent des pouvoirs spéciaux et exceptionnels, dans un processus qui fait la part belle à l’arbitraire, au culte de la personnalité, au clientélisme, au népotisme voire même, à l’instrumentalisation de la religion par « Grand Mufti » interposé.

Affirmer qu’il n’y a aucun lien entre cette réaction aux caricatures et le conflit au Moyen-Orient, l’impérialisme américain, est d’une naïveté consternante. Il n’y a aucune mise en perspective du contexte, de l’instrumentalisation politique de l’islam, et de la surenchère qui s’en suit. L’analyse cède une fois de plus le pas à l’injonction simpliste.

Cette manipulation ne permet-elle pas à ces régimes corrompus de perpétuer le despotisme, la répression et la dépendance ? Pour enfin, garantir l’impunité aux criminels, priver les victimes de leur droit à la justice et exclure arbitrairement de la scène politique, des militants sincères en les maintenant en prison ou en exil.
Liberté d’expression rappelleront certains, insulte, provocation et racisme avanceront d’autres, cette affaire danoise est révélatrice d’un état d’esprit tant chez les musulmans que chez certains journalistes occidentaux.

Liberté, que de crimes nous commettons en ton nom !

Dans les pays démocratiques, comme le Danemark, la liberté d’expression est très fortement contrôlée et limitée. Dans la pratique, elle n’est que formelle car elle est soumise à trop de conditions et restrictions.

Ainsi, au Danemark, le consensus social est plutôt xénophobe et marqué par une réelle islamophobie. Un parti d’extrême-droite est au gouvernement et des lois liberticides anti-immigrés ont été récemment adoptées (interdiction pour un danois de se marier avec quelqu’un qui n’est pas de nationalité danoise et agée de moins de 24 ans). Ce n’est donc pas un simple hasard si le Danemark est le pays à l’origine de cette polémique mondiale.

Le journal qui a publié ces caricatures est pour le moins de la droite extrême pour ne pas dire qu’il est d’inspiration de l’extrême droite danoise qui n’est pas si tolérante que certains voudraient le croire.

Le Jyllands-Posten, comme chacun sait, c’est le grand porte-parole incontesté de l’Europe et même de l’Occident : c’est une civilisation entière qui s’exprime à travers lui, et même, en un sens, l’humanité. Comment parler de liberté si la liberté c’est aussi violer les musulmans ? Qu’on en finisse avec la liberté, et qu’on rétablisse plutôt la justice.

J’ai suivi bon nombre de débat concernant l’affaire des caricatures et, lorsqu’un défenseur de la liberté d’expression absolue y était présent, il avançait toujours l’argument « Voltaire » et, plus généralement, les grands écrivains du siécle des lumières.

Il est vrai que Voltaire était de ceux qui critiquait le plus les religions(toutes les religions)mais il faut savoir qu’à cette époque ces religions étaient aux pouvoirs dans leurs pays respectifs et exerçaient des pressions sur leur peuple à des degrés divers.

Pour faire plus court, si Voltaire vivait à notre époque, je pense qu’il critiquerait la politique et moins les religions. . . enfin c’est mon avis.

Une question cependant, quand l’armée américaine bombarde et ne tue que des populations civiles, personne n’ose lever le petit doigt comme si nous étions tous manchots décérébrés, mais que des personnes blessées dénoncent des caricatures jugées insultantes pour ne pas dire diffamatoires et voilà que les cris à la liberté d’expression fusent dans cette vieille Europe qui se flagelle comme une vieille catin d’un film pornographique

Je suis effaré à l’idée que maints croyants ont éprouvé bien plus que l’horreur devant le blasphème, la jubilation d’avoir un prétexte pour en découdre. Heureusement, au milieu de cette faillite généralisée de l’intelligence il y a la sagesse de la parole de certains intellectuels du monde musulman qui témoignent de la pérennité des vraies valeurs de l’islam, qui suggèrent la possibilité du débat constructif dont il sera impossible de faire l’économie

Que penseraient Ibn Rushd, Ghazali, Tabari et tant d’autres des vociférations que l’on peut entendre s’en réclamer ? Le plus grand blasphème est il dans les imbécillités d’un journal danois ou dans la tentative d’un croyant de justifier ce que Dieu réprouve par une manipulation du Coran ?

Un pays vraiment islamophobe ne serait il pas celui où un kamikaze se ferait exploser dans une mosquée au milieu d’une assemblée de musulmans en prière ? Ou alors celui qui s’émeuvrait moins d’une telle abomination que d’un crayonnage idiot perpétré il y a quelques mois ? La criminalisation de l’islam ne serait elle pas de commettre des crimes en son nom ?

Ce sont autant de questions naïves que je me pose. Sachant ce qu’est Charlie Hebdo, ses publications ne me choquent pas mais me dégouttent. Croyant savoir ce qu’est l’islam je suis choqué qu’un Imam puisse patiemment organiser l’instrumentalisation de la foi de ses coreligionnaires. Est-ce une attitude conforme à l’islam, est ce digne d’un musulman ? .

Ces dessins ont été diffusés pour choquer délibéremment et provoquer. N’oublions pas que “ Jylland Posten “est un journal néo-conservateur donc je ne vois pas en quoi il se donnerait des tâches pédagogiques et éducatives pour faire comprendre l’islam.

Selon le journal britannique “The Guardian”du 08/02/06, ce journal danois avait en effet, en avril 2003, refusé de publier des caricatures sur le Christ qui lui avaient été proposées, mais qu’il avait jugées trop offensantes pour ses lecteurs. Drôle de conception de ladite” liberté d’expression “!

De plus, la plupart des journaux européens ont publiés à leur tour ces dessins, quatre mois plus tard. Donc on a bien compris que la liberté d’expression n’a rien à voir et qu’il s’agit seulement pour ces journalistes islamophobes de choquer et de se faire un coup de publicité. France-soir est en faillite, donc son PDG Raymond Lakah sioniste notoire en profite.

Je ne connais pas les intentions du dessinateur en question. . .

Mais dessiner un terroriste avec une bombe sur la tête est une parabole : ça apporte grand-chose, ça suggère une idée. Un dessin de ce genre sert à symboliser une idée.

N’est-il pas regrettable après tout que ces dessinateurs ne s’expriment pas sur le but de leurs caricatures. . Car on voit bien que leurs discours se drapent, hypocritement, dans les vertueux oripeaux d’une liberté d’expression à géométrie variable.

Quelle cause peut-elle servir ? Quelle vérité fait-elle avancer ? Quel mensonge dénonce-t-elle ? Quelle injustice répare-t-elle ? Où est l’information ? Où est le reflet de notre époque ? Quel est le problème soulevé, à moi lecteur ?

Si ce n’est de bien illustrer l’ensemble des clichés véhiculés à l’encontre de la religion islamique : terrorisme, misogynie, obscurantisme, fanatisme, etc., en Occident et notamment « dans un royaume [du Danemark] où la religion musulmane est qualifiée de ‘religion terroriste’ ou ‘religion du Moyen Age’ par certains hommes politiques au Parlement », comme le soulignait La Libre Belgique du 31 janvier dernier.

Pourquoi cette personne s’en prendrait-elle au prophète Muhammed (PBSL) ? .

Je peux m’imaginer qu’elle tente par là de juger toute une religion, peut-être suis-je trop pessimiste, mais cela me semble trop stupide. Ce n’est plus le terroriste qui est vecteur de terreur mais le prophète des musulmans. Par conséquent, la religion musulmane est vecteur de terreur. J’ai été choqué, non seulement par les caricatures, mais par l’orientation des dessins qui étaient ouvertement islamophobes.

Ce dessin agressif stigmatise personnellement l’ensemble des musulmans, les assimilant chacun et tous à des terroristes, des criminels potentiels, et que l’islam est fondamentalement sanguinaire et menace la paix du monde.

Ainsi l’islam devient « la religion la plus con » (Houellebecq), la plus violente, la plus rétrograde, la plus obscurantiste. . . Mais arrêtons ici les superlatifs.

Cette diabolisation systématique qui est loin d’être un fait du hasard ou un fait isolé, s’inscrit dans une stratégie guerrière qui vise à mobiliser l’opinion occidentale contre le monde musulman et ses ressortissants ( Samuel Huntington – ex-conseiller du dictateur Pinochet -, l’auteur de cette thèse, jouait même le prophète du malheur en pronostiquant une guerre entre l’Occident et l’Islam ).

Désolidariser l’opinion occidentale avec la lutte du peuple palestinien, légitimer les agressions qui se succèdent contre les pays arabo-musulmans à des fins plus ou moins avouables et créer un sentiment de rejet de l’islam et de ses communautés afin de contrer leur intégration dans les sociétés occidentales; telles sont les objectifs poursuivis par la campagne actuelle dont l’affaire des caricatures n’est elle même qu’une simple caricature. Car ce qui choque dans les caricatures dont il est question c’est l’assimilation de toutes les populations et tous les individus appartenant au monde musulman au « terrorisme ».

C’est dire la volonté délibérée d’aggréger et d’accuser des millions de gens de faits politiques dont ils n’ont aucune idée ni aucune responsabi té pour conforter les instigateurs de ces campagnes dans les idées qu’ils veulent ancrer dans les opinions. Quant à la liberté d’expression aucune personne raisonnable ne saurait la remettre en question à partir du moment où elle n’émane pas d’une intention préméditée de nuire à des millions de gens et à la coexistence entre les peuples. L’incitation à la haine n’a jamais été une liberté d’expression et ce n’est pas aujourd’hui, parce qu’il s’agit du Prophète de l’Islam (PBSL) que celà doit de le devenir.

Est ce la liberté d’expression ou l’expression libre de la haine ? Les pogroms commencent toujours par des campagnes de presse. .

Ce vilain sempiternel, cet infâme absolu, cet archétype du pire, aujourd’hui, sans aucun doute, c’est « le musulman ». Ou pour mieux dire les musulmans.

Voilà toute la profondeur de la pensée néo-conservatrice, un simple syllogisme répété par tous les médias commerciaux et entretenus à travers des arrestations de suspect périodique. Qu’est-ce qu’un suspect ? Un musulman. La boucle est bouclée.

Au nom de la liberté d’expression, on a maintenant le droit de propager la haine raciste ?

Quant on sait que France-Soir est en quasi faillite, on comprend mieux les intentions peu louables de ces journalistes de droite.

La liberté d’expression se conjugue-t-elle avec les affaires commerciales ?

Quand je vois Charlie Hebdo qui annonce une réimpression de 160 000 exemplaires de son numéro à peine dans les kiosques. Je me demande si tout compte fait, les protagonistes de ce joute médiatico-religieux ont tout intérêt que la flamme « coléreuse » ne s’éteignent pas. Le tocsin sonne au clocher du village global. La métaphore de Mc Luhan est devenue une réalité.

Donc, je persiste à penser que la publication de Charlie Hebdo, que je n’ai pas encore pu acquérir, est une opération politico-commerciale qui instrumentalisant la liberté d’expression lui porte, pardoxalement, atteinte.

Nous assistons à une perversion de la liberté d’expression, d’un droit généré par « l’insulte gratuite » qui ne fait que légitimer l’irrévérence et générer l’oubli des sensibilités et des convictions culturelles et religieuses de chacun. Ajoutons que souvent, l’ironie est une manière adroite et dissimulée de régler ses comptes et de faire passer sa colère qui ne peut ou ne veut s’avouer.

Et c’est précisément par des manières impérieuses et insolentes que les organes de presse, bravent opiniâtrement l’immoralité à coup de caricatures au nom d’une liberté d’expression, qui dénote « une déviance », malheureusement escortée par une permissivité absolue.

Mais dans toute l’Europe quelle personne a négocié la liberté d’expression ? Ce que le musulman demande, c’est simplement de respecter sa sensibilité car outrager le prophète comme cela a été fait, c’est manquer de respect à toute une communauté ; en d’autres termes, le musulman comme le chrétien, le juif ou le bouddhiste demande à ce que l’on soit empathique vis à vis de sa personne et de sa foi. C’est tout.

Pourquoi toute cette manipulation autour de la question de la liberté d’expression ? L’affaire Dieudonné en est le plus bel exemple :un homme qui n’a pas était condamné par la justice pour des sketches comiques caricaturants les colons israéliens a été purement et simplement interdit d’antenne sur toutes les chaînes hertziennes françaises dont « tout le monde en parle » pour des raisons morales comme l’avait souligné lors de l’une de ses émissions Mr Thierry Ardisson.

Loin de moi l’idée de vouloir défendre Dieudonné, ses propos ont été blessant pour la communauté juive, j’en ai conscience, mais ce fait médiatique comme d’autres dont on ne parle pas, souffre de ce « deux poids deux mesures ». Mr Claude Imbert (1), mercenaire plumitif au verbe nauséabond, qui affirme, urbi et orbi, son islamophobie jusqu’aux dérapages médiatiques de nos chères « néo-réactionnaires »(comme le dit si bien le « nouvel Observateur ») tel que A. Finkielkraut (2), P. A. Taguieff (3), B. H. Levy (4), Max Gallo (5), D. Pipes (6) et autres qui s’auto-proclament « spécialistes » de cette liberté d’expression permissive. Et qui, trop souvent sont embarqués dans une chasse à la « nouvelle judéophobie », épiphénomène exemplaire de ce que Pierre Bourdieu, justement, appelait l’ « intellectuel négatif ».

J’éprouve le plus profond mépris pour ces personnes car je les perçois comme des propagandistes manipulateurs ( Israël ) qui pratiquent le chantage victimiste sournois et le lynchage moral comme méthode de débat permanent.

Il est à la fois étonnant et frustrant de voir comment des indigents et chantres de la monoculture sont érrigés en symbole de l’intellectualisme.

Mais qui a eu l’audace de parler de la liberté d’expression à ce moment là ? Du moins aucun de ces sempiternels virtuoses de la suspicion.

Alors, permettez-moi . . d’en douter.

C’est inadmissible que ces constipés intellectuels combattent la censure aussi hargneusement et ignorent aussi facilement toute la permissivité de cette haine. . J’ai le sentiment que la sincérité des uns ne fait que décupler l’hypocrisie des autres

Cette vaine agitation destructrice n’en est qu’une preuve supplémentaire.

Une discipline intellectuelle et morale s’imposent afin d’humaniser l’instantanéité de nos actes brusques et irréversibles.

Mohamed Qayaad

(1) Imbert déclare « Je suis un peu islamophobe, ça ne me gêne pas de le dire. (. . . ) J’ai le droit, je pense (et je ne suis pas le seul dans ce pays), à penser que l’Islam, (je dis bien  » l’Islam « , je ne parle même pas des islamistes) en tant que religion, apporte une certaine débilité (. . . ) qui en effet me rend islamophobe. (. . . ) Il n’y aucune raison, sous le prétexte de la tolérance, (. . . ) de s’abaisser jusqu’à renier des convictions profondes. ”. Le Point sur LCI (24. 10. 02)

(2) Au nom de l’Autre, réflexions sur l’antisémitisme (Gallimard), A. Finkielkraut déplore que les progressistes persistent à voir dans le jeune descendant d’immigrés arabo-musulmans la figure de « l’Autre », et non de l’ennemi enragé, agressif, barbare et antisémite qu’il est. Tout cela, s’afflige-t-il, parce qu’aux yeux de ces naïfs, « le ventre encore fécond d’où a surgi la Bête immonde ne peut, en aucun cas, accoucher de l’Autre ». Si cela, ce n’est pas « jeter le feu dans les esprits ». . .

« Malgré tout ce que la France a fait pour eux les fils d’immigrés islamiques la haïssent. C’est comme çà dans leur culture. […] Le problème est que la plupart de ces jeunes sont noirs ou arabes et s’identifient à l’Islam. » Alain Finkielkraut, philosophe, extraits d’un reportage de 6 pages dans le supplément hebdomadaire de Haaretz daté du 18 novembre 2005 .

(3) « Deux millions de musulmans en France, ce sont deux millions d’intégristes potentiels » Pierre-André Taguieff, France Inter, 1997. .

(4) « C’est la nature intrinsèque de l’Islam qui pousse au crime. » Bernard Henri Levy, Le Monde (1997).

(5)-intervention du journaliste : mais où sont les armées nazies aujourd’hui ?

– Max Gallo : C’est plus complexe que cela, dans la mesure où on veut nous imposer une forme d’autocensure, par des pressions, demain quel journaliste responsable, soucieux « d’apaisement », osera publier un article dont il pensera que peut-être il manquera de respect à certains et que peut-être il déclenchera au Moyen-Orient des manifestations que nous connaissons avec mort d’hommes ou femmes, avec incendies de bâtiments diplomatiques, ce qui est extrêmement grave dans la vie internationale, qu’on incendie les représentations diplomatiques d’un pays, donc devant de tels événements on devrait établir une limite au-delà de laquelle on ne cédera pas. Car si on cède sur une question apparemment anodine, en fait très symbolique de nos rapports avec ce monde de l’intégrisme, comment pourra-t-on demain trouver la force de ne pas céder quand une nation islamique possédera la bombe atomique ? 10/02/06 LCI

(6) ” Moslem States Represent a Potential Threat to World Peace “ D. Pipes FrontPageMagazine. com 13 février 2006 «Les États musulmans représentent une menace potentielle pour la paix mondiale».

20/02/06 (B338-A) Alerte rouge de l’UDT : arrestation de deux syndicalistes et risque de renvoi devant le tribunal ….

Nous vous demandons une action urgente à l’encontre de l’Etat djiboutien qui vient d’arrêter aujourd’hui les deux camarades syndicalistes que nous avions envoyés à l’Institut internationae d’Histadrut, en Israêl, sur invitation de la Centrale syndicale israélienne.

M. MOHAMED AHMED MOHAMED
(Responsable aux affaires juridiques de l’Union des Travailleurs du Port un affilié de l’UDT) et M. DJIBRIL ISMAEL EGUEH (Secrétaire général du syndicat de la MTS un affilié de l’UDT) sont actuellement détenus dans les locaux des Renseignement généraux djiboutiens et ils risquent d’étre renvoyés devant le tribunal.

Nous attendons votre soutien urgent !

HASSAN CHER HARED
Secrétaire aux relations internationales de l’UDT

_____________________________________ Note de l’ARDHD

Comme nous l’avions écrit dans notre enquête sur la nébuleuse GHA, cette organisation de type maffieux se distingue par ses méthodes particulières de Gestion des personnels et des Ressources humaines.

La brutalité du régime et des principaux obligés du Parrain local ne cessent de s’exprimer aussi contre les travailleurs et leurs représentants syndicaux. Non seulement la nébuleuse accapare toutes les ressources du pays, mais elle persécute les populations, de la façon la plus honteuse.

Depuis quand, Guelleh pourrait-il faire semblant d’être choqué par le fait que des syndicalistes aient fait undéplacement professionnel en Israël ?

Rappelons que Guelleh passe sa vie à jouer un double jeu entre le Monde arabe et l’Etat hébreux : antennes d’écoute israèlienne installées à Djibouti, échange d’agents, formation de personnel de police djiboutien en Israël, etc..

(Cf les documents manuscrits de Me AREF sur le sujet, qui sont en notre possession.)

20/02/06 (B338-A) Radio-Trottoir Guelleh a-t-il secrètement abdiqué en faveur de la première dame ?

Son excellence, euh Sa majesté pur sang fait des ravages médiatiques !

Le gros ventre est dans les oubliettes, sécheresse oblige.

Il semble que ça mousse à la « Villa Odette » à Hara-mous (louée par les
finances publiques à une brique et demie par mois, construite et entretenue
avec les deniers détournés de l’Etat : c’est pas du jeu), mais les
téléspectateurs djiboutiens commencent à s’en lasser : depuis plus d’un mois
la RTD diffuse chaque soir les images des dons en faveur des sinistrés de la
sécheresse par des donateurs rendant à chaque fois hommage à la générosité de Madame.

Au delà de cette propagande au dessous du niveau de la mer, c’est
l’omniprésence médiatique de la présidente de l’UNFD, qui inquiète
sérieusement les derniers partisans de Guelleh.

Ces derniers se demandent si le premier magistrat qu’on dit fatigué et
malade n’aurait pas secrètement abdiqué en faveur de l’accaparante épouse,
laquelle aurait des ambitions démesurées.

Quoi qu’il en soit, le culte de la personnalité cher à Guelleh a déteint sur
Paulette, pardon, Odette qui en use et abuse.

Odette Guelleh alias la première dame continue d’avancer ses pions,
peut-être même au détriment de son compagnon vieilli et surtout très
fatigué, qui n’apparaît que rarement en public.

De là à dire qu’Odette passe mieux, il n’y a qu’un pas que de nombreux
groupies, de la première dame, ont déjà allègrement franchi !

Après les affres de l’assassinat du juge Borel, et en Phénix politique,
Guelleh renaîtra-t-il de ses cendres ou sa mort politique est-elle vraiment
programmée ?

Auquel cas, les 44 sages (garants de la constitution tribale) auront du pain
sur la planche.

En un siècle de délibérations, ils n’ont jamais coopté une femme.

Il faudrait pourtant qu’ils modernisent leur Xeer Issa (Code de lois
tribales) pour y intégrer cette jurisprudence sur la parité, d’autant plus
qu’il n’ont plus d’Ougas (roi Issa) depuis plus d’une décennie.

En cas de vacance de pouvoir, la Présidente de la cour suprême, qui doit
assurer l’intérim de la présidence de la République, ne sera pas offusquée
de passer le relais à son amie Odette.

Alors à quand les élections présidentielles anticipées, après la mort
politique subite de Gros ventre ?

19/02/06 (B338-A) Aprés la perte de 2 hélicoptères US dans le Golfe d’Aden, l’ATS (Agence Télégraphique Suisse d’information) signale que les 10 disparus ont été retrouvés, mais sans préciser s’ils sont encore en vie. (Info ARD)

________________________________ Note de l’ARDHD
L’écrasement de deux hélicoptères US, par beau temps et bonne visibilité (selon la dépêche) est curieuse. Personne ne pourra s’empêcher de penser qu’ils ont pu être pris pour cible … car deux d’un coup, cela fait beaucoup et ne laisse pas une grande place au hasard ….

Les forces américaines ont déjà été attaquées dans la région : exemple en 2000, l’attentat contre le Destroyer Cole, à partir du Yémen … ou des attaques répétées contre des navires au large des côtes de Somalie ….

Comment les forces américaines vont-elles réagir ?
______________________________________________________

Perte de deux hélicoptères américains:
les 10 disparus retrouvés,

selon l’Agence Télégraphique Suisse (ATS)

DJIBOUTI – 18/02/06 Les dix soldats américains disparus après que deux hélicoptères militaires se sont abîmés dans le golfe d’Aden ont été retrouvés, a annoncé l’armée américaine à Djibouti. Elle n’a pas précisé s’ils sont morts, blessés, ou sains et saufs.

« A 16h15 ce samedi 18/02/06, les 12 homme à bord des deux hélicoptères CH-53 qui se sont abîmés au large de Djibouti avaient tous été retrouvés », selon un communiqué de l’état-major de la base américaine à Djibouti. Le texte ajoute qu’aucune autre information sur leur état ne serait communiquée dans l’immédiat.

Des militaires américains, français et djiboutiens avaient mené les recherches samedi au large de Djibouti pour retrouver les 10 militaires portés disparus.

Les deux hélicoptères de type CH-53 se sont abîmés vendredi avec 12 hommes à bord vers 17h30 (15h30 en Suisse) dans le golfe d’Aden alors que la visibilité était bonne et les vents faibles à moyens, selon l’armée américaine.

Deux blessés ont pu être secourus rapidement et devaient être évacués samedi de la base américain e à Djibouti vers l’hôpital militaire américain de Landstuhl, en Allemagne, selon la même source.

Les deux appareils ont disparu dans le golfe d’Aden, près de Ras Siyuan au nord de Djibouti, avait annoncé le ministère américain de la Défense dans un communiqué publié à Washington.

Source : Agence Télégraphique Suisse, le 18 février 2006

19/02/06 (B338-A) Pour apporter un soutien(?) aux listes RPP qui n’auraient aucune chance de dépasser 15 à 20 %, sans la fraude électorale massive et l’élimination des listes d’opposition, nos humouristes ont préparé une affiche électorale qu’ils offrent à Guelleh et à tous les lecteurs qui s’opposent à cette dictature. (Humour)

Une version avec une meilleure définition est disponible sur notre site et elle peut être téléchargée et diffusée largement ! Télécharger (117 Ko) .JPG

19/02/06 (B338-A) Une dépêche AP (en anglais) confirme que les 10 soldats américains qui avaient été portés disparus, après le crash de deux hélicoptères dans le Golfe d’Aden, ont été retrouvés sans vie. Seuls deux militaires avaient pu être recueillis, blessés et ils sont soignés dans un centre médical US en Allemagne. Aucune confirmation sur la cause de ces crash simultanés par beau temps. (Info lecteur)

NAIROBI, Kenya (AP) — The U.S. military confirmed Sunday the deaths of 10 U.S. troops in the crash of two helicopters off the coast of northern Djibouti Friday, according to a statement.

« Next-of-kin notifications have been made to all family members of the deceased; however, names are being withheld in deference to family members’ privacy, » the U.S.-led Combined Joint Task Force Horn of A frica said in a statement.

The troops included eight U.S. Marines and two Air Force airmen, according to the statement.

« Our deepest sympathy and heartfelt prayers go out to the family members, friends, loved ones and co-workers of our fallen brothers- and sisters-in-arms, » said Maj. Gen. Timothy Ghormley, Combined Joint Task Force-Horn of Africa commanding general. « We mourn their loss and honor their memory. »

Two CH-53E choppers were carrying 12 crew members and troops when they crashed in the Gulf of Aden, near the northern coastal town of Ras Siyyan. The troops were members of a U.S. counterterrorism force deployed in the Horn of Africa nation.

Two crew members were rescued by the Djibouti military. They were in stable condition and were flown to the U.S. military’s Landstuhl Regional Medical Center in southern Germany on Saturday.

Authorities were investigating the cause of the crash, said Maj. Susan Romano, spokeswo man of the task force.

Visibility had been good at the time of the crash, with light winds, authorities said.
The family of Marine pilot Susan Craig said she was one of those rescued. Craig, 28, telephoned her parents, Pat and Lewis Sackett on Saturday afternoon, her mother said in an interview with a local newspaper.

Pat Sackett, who later confirmed her comments to The Associated Press, said her daughter called from Kuwait and was heading to a hospital in Germany. Craig was rescued by Djiboutian military personnel, Sackett said.

Pat Sackett said her daughter was not sure what caused the crash.

« They had an inflatable around their neck that they inflated, and they hung onto a piece of the aircraft, » she said. « It was three hours before they were rescued. »

The Combined Joint Task Force-Horn of Africa, set up in the former French colony in June 2002, is responsible for fighting terrorism in nine countries in the region: Djibouti, Eritrea, Ethiopia, Sudan, Kenya, Tanzania, Uganda and Somalia in Africa and Yemen on the southwestern corner of the Arabian Peninsula.

The impoverished region is home to a sizable Muslims population. U.S. officials say it has been used by terrorists as a place to hide, recruit operatives and stage attacks.

The region has suffered four attacks either claimed by or attributed to Osama bin Laden’s al Qaeda network. In August 1998, car bombs destroyed the U.S. embassies in Kenya and Tanzania; in October 2000 suicide bombers attacked the USS Cole while it was refueling in Yemen; and in November 2002 attackers tried to shoot down an Israeli airliner minutes before a car bomb destroyed an Israeli-owned hotel on Kenya’s coast.

18/02/06 (B338-A) Combats meurtriers à la frontière entre l’Ethiopie et la Somalie, dans une région où l’eau et la nourriture font défaut : 12 morts (Anglais – Info lecteur)

Lien : Heavy fighting on Ethiopia-Somalia border kills 12

Rival Somali sub-clans battled over pasture and wells just inside Ethiopia leaving at least 12 dead and more than two dozen wounded in a second day of fighting on Thursday as competition for water and pasture heats up in the drought-stricken region, officials said.



18/02/06 (B338-A) Deux hélicoptères américains disparaissent au large de Djibouti. Accident ou plutôt « acte hostile » (deux à la fois) ? (Info transmise par l’ARD)

Selon deux dépêches d’Associated Press et de l’Agence Télégraphique Suisse (ATS) deux hélicoptères américains de transport de marines avec une douzaine de personnes à bord se sont abîmés en mer, ce vendredi 17 février, au large de la côte djiboutienne, a annoncé le département américain de la défense. Une opération de recherche a été déclenchée, deux membres d’équipage ont été secourus mais les autres personnes restent manquantes.

Les hélicoptères CH-53 se sont abîmés vers 17h30 (heure locale) dans le golfe d’Aden près de Ras Siyuan au nord de Djibouti, ajoute le communiqué du Pentagone. « Il y avait au total 12 membres d’équipage au moment de l’accident (…) les militaires stationnés à Djibouti, près du site de l’impact, ont immédiatement réagi et ont pu ainsi sauver deux membres d’équipage » qui sont dans un état stable, a-t-il été précisé. Des forces américaines et françaises sont à la recherche des autres membres d’équipage.

Les deux hélicoptères qui appartiennent au corps des Marines basés au Camp Lemonier étaient en mission d’entraînement nocturne. Rien n’indique que les hélicoptères aient été pris pour cibles, selon le lieutenant Carpenter. Les deux blessés ont été transférés dans le principal camp américain près de Djibouti. Le Camp Lemonier est la base militaire française qui sert de QG à l’opération américaine baptisée « Task Force Horn of Africa » et qui vise à empêcher toute infiltration terroriste dans cette région. Quelque 1700 soldats américains sont basés à Djibouti.