Articles

21/02/06 (B338-B) Combats extrêmements meurtriers depuis quatre jours à Mogadiscio entre les chefs de Guerre et des milices islamistes. (BBC en Anglais – Info lecteur)

Somali warlords battle Islamists

Mogadishu is controlled by thousands of gunmen

Clashes are going on for a fourth day in the heaviest fighting seen in the Somali capital for several years.

Supporters of some of the city’s militia leaders have clashed with an armed Islamist group which is trying to establish law and order.

Their opponents say the Islamic courts are terrorising local people. A top cleric says fighting will continue until the other side surrenders.

Many of the at least 15 deaths have been civilians hit by stray bullets.

A witness told AFP news agency on Tuesday that two people had died and 15 were wounded in a clash in southern Mogadishu’s Daynile district.

"The place is full of blood and it is very scary," he said.

Clashes between armed groups have been common in Somalia since former military leader Mohamed Siad Barre was overthrown in 1991. The country has been without a functioning government since then.


Over the weekend, a group of MPs urged both sides to stop fighting.

The fighting pits a new group, the Alliance for the Restoration of Peace and Counter-Terrorism, against the Islamic courts’ militia.

Hundreds of families have fled their homes around the former military academy.

Our correspondent says at least five warlords-cum-ministers in the transitional government are behind the new alliance, which is battling the Islamic courts.

The courts have set up Mogadishu’s only judicial system in parts of the capital but have been accused of links to al-Qaeda.

Their critics accuse the courts of being behind the killing of moderate Muslim scholars.

On 26 February, the country’s parliament is due to meet for the first time on home soil since it was formed in Kenya more than a year ago.

20/02/06 (B338-A) Alerte rouge de l’UDT : arrestation de deux syndicalistes et risque de renvoi devant le tribunal ….

Nous vous demandons une action urgente à l’encontre de l’Etat djiboutien qui vient d’arrêter aujourd’hui les deux camarades syndicalistes que nous avions envoyés à l’Institut internationae d’Histadrut, en Israêl, sur invitation de la Centrale syndicale israélienne.

M. MOHAMED AHMED MOHAMED
(Responsable aux affaires juridiques de l’Union des Travailleurs du Port un affilié de l’UDT) et M. DJIBRIL ISMAEL EGUEH (Secrétaire général du syndicat de la MTS un affilié de l’UDT) sont actuellement détenus dans les locaux des Renseignement généraux djiboutiens et ils risquent d’étre renvoyés devant le tribunal.

Nous attendons votre soutien urgent !

HASSAN CHER HARED
Secrétaire aux relations internationales de l’UDT

_____________________________________ Note de l’ARDHD

Comme nous l’avions écrit dans notre enquête sur la nébuleuse GHA, cette organisation de type maffieux se distingue par ses méthodes particulières de Gestion des personnels et des Ressources humaines.

La brutalité du régime et des principaux obligés du Parrain local ne cessent de s’exprimer aussi contre les travailleurs et leurs représentants syndicaux. Non seulement la nébuleuse accapare toutes les ressources du pays, mais elle persécute les populations, de la façon la plus honteuse.

Depuis quand, Guelleh pourrait-il faire semblant d’être choqué par le fait que des syndicalistes aient fait undéplacement professionnel en Israël ?

Rappelons que Guelleh passe sa vie à jouer un double jeu entre le Monde arabe et l’Etat hébreux : antennes d’écoute israèlienne installées à Djibouti, échange d’agents, formation de personnel de police djiboutien en Israël, etc..

(Cf les documents manuscrits de Me AREF sur le sujet, qui sont en notre possession.)

20/02/06 (B338-A) Radio-Trottoir Guelleh a-t-il secrètement abdiqué en faveur de la première dame ?

Son excellence, euh Sa majesté pur sang fait des ravages médiatiques !

Le gros ventre est dans les oubliettes, sécheresse oblige.

Il semble que ça mousse à la « Villa Odette » à Hara-mous (louée par les
finances publiques à une brique et demie par mois, construite et entretenue
avec les deniers détournés de l’Etat : c’est pas du jeu), mais les
téléspectateurs djiboutiens commencent à s’en lasser : depuis plus d’un mois
la RTD diffuse chaque soir les images des dons en faveur des sinistrés de la
sécheresse par des donateurs rendant à chaque fois hommage à la générosité de Madame.

Au delà de cette propagande au dessous du niveau de la mer, c’est
l’omniprésence médiatique de la présidente de l’UNFD, qui inquiète
sérieusement les derniers partisans de Guelleh.

Ces derniers se demandent si le premier magistrat qu’on dit fatigué et
malade n’aurait pas secrètement abdiqué en faveur de l’accaparante épouse,
laquelle aurait des ambitions démesurées.

Quoi qu’il en soit, le culte de la personnalité cher à Guelleh a déteint sur
Paulette, pardon, Odette qui en use et abuse.

Odette Guelleh alias la première dame continue d’avancer ses pions,
peut-être même au détriment de son compagnon vieilli et surtout très
fatigué, qui n’apparaît que rarement en public.

De là à dire qu’Odette passe mieux, il n’y a qu’un pas que de nombreux
groupies, de la première dame, ont déjà allègrement franchi !

Après les affres de l’assassinat du juge Borel, et en Phénix politique,
Guelleh renaîtra-t-il de ses cendres ou sa mort politique est-elle vraiment
programmée ?

Auquel cas, les 44 sages (garants de la constitution tribale) auront du pain
sur la planche.

En un siècle de délibérations, ils n’ont jamais coopté une femme.

Il faudrait pourtant qu’ils modernisent leur Xeer Issa (Code de lois
tribales) pour y intégrer cette jurisprudence sur la parité, d’autant plus
qu’il n’ont plus d’Ougas (roi Issa) depuis plus d’une décennie.

En cas de vacance de pouvoir, la Présidente de la cour suprême, qui doit
assurer l’intérim de la présidence de la République, ne sera pas offusquée
de passer le relais à son amie Odette.

Alors à quand les élections présidentielles anticipées, après la mort
politique subite de Gros ventre ?

19/02/06 (B338-A) Aprés la perte de 2 hélicoptères US dans le Golfe d’Aden, l’ATS (Agence Télégraphique Suisse d’information) signale que les 10 disparus ont été retrouvés, mais sans préciser s’ils sont encore en vie. (Info ARD)

________________________________ Note de l’ARDHD
L’écrasement de deux hélicoptères US, par beau temps et bonne visibilité (selon la dépêche) est curieuse. Personne ne pourra s’empêcher de penser qu’ils ont pu être pris pour cible … car deux d’un coup, cela fait beaucoup et ne laisse pas une grande place au hasard ….

Les forces américaines ont déjà été attaquées dans la région : exemple en 2000, l’attentat contre le Destroyer Cole, à partir du Yémen … ou des attaques répétées contre des navires au large des côtes de Somalie ….

Comment les forces américaines vont-elles réagir ?
______________________________________________________

Perte de deux hélicoptères américains:
les 10 disparus retrouvés,

selon l’Agence Télégraphique Suisse (ATS)

DJIBOUTI – 18/02/06 Les dix soldats américains disparus après que deux hélicoptères militaires se sont abîmés dans le golfe d’Aden ont été retrouvés, a annoncé l’armée américaine à Djibouti. Elle n’a pas précisé s’ils sont morts, blessés, ou sains et saufs.

« A 16h15 ce samedi 18/02/06, les 12 homme à bord des deux hélicoptères CH-53 qui se sont abîmés au large de Djibouti avaient tous été retrouvés », selon un communiqué de l’état-major de la base américaine à Djibouti. Le texte ajoute qu’aucune autre information sur leur état ne serait communiquée dans l’immédiat.

Des militaires américains, français et djiboutiens avaient mené les recherches samedi au large de Djibouti pour retrouver les 10 militaires portés disparus.

Les deux hélicoptères de type CH-53 se sont abîmés vendredi avec 12 hommes à bord vers 17h30 (15h30 en Suisse) dans le golfe d’Aden alors que la visibilité était bonne et les vents faibles à moyens, selon l’armée américaine.

Deux blessés ont pu être secourus rapidement et devaient être évacués samedi de la base américain e à Djibouti vers l’hôpital militaire américain de Landstuhl, en Allemagne, selon la même source.

Les deux appareils ont disparu dans le golfe d’Aden, près de Ras Siyuan au nord de Djibouti, avait annoncé le ministère américain de la Défense dans un communiqué publié à Washington.

Source : Agence Télégraphique Suisse, le 18 février 2006

19/02/06 (B338-A) Pour apporter un soutien(?) aux listes RPP qui n’auraient aucune chance de dépasser 15 à 20 %, sans la fraude électorale massive et l’élimination des listes d’opposition, nos humouristes ont préparé une affiche électorale qu’ils offrent à Guelleh et à tous les lecteurs qui s’opposent à cette dictature. (Humour)

Une version avec une meilleure définition est disponible sur notre site et elle peut être téléchargée et diffusée largement ! Télécharger (117 Ko) .JPG

19/02/06 (B338-A) Une dépêche AP (en anglais) confirme que les 10 soldats américains qui avaient été portés disparus, après le crash de deux hélicoptères dans le Golfe d’Aden, ont été retrouvés sans vie. Seuls deux militaires avaient pu être recueillis, blessés et ils sont soignés dans un centre médical US en Allemagne. Aucune confirmation sur la cause de ces crash simultanés par beau temps. (Info lecteur)

NAIROBI, Kenya (AP) — The U.S. military confirmed Sunday the deaths of 10 U.S. troops in the crash of two helicopters off the coast of northern Djibouti Friday, according to a statement.

« Next-of-kin notifications have been made to all family members of the deceased; however, names are being withheld in deference to family members’ privacy, » the U.S.-led Combined Joint Task Force Horn of A frica said in a statement.

The troops included eight U.S. Marines and two Air Force airmen, according to the statement.

« Our deepest sympathy and heartfelt prayers go out to the family members, friends, loved ones and co-workers of our fallen brothers- and sisters-in-arms, » said Maj. Gen. Timothy Ghormley, Combined Joint Task Force-Horn of Africa commanding general. « We mourn their loss and honor their memory. »

Two CH-53E choppers were carrying 12 crew members and troops when they crashed in the Gulf of Aden, near the northern coastal town of Ras Siyyan. The troops were members of a U.S. counterterrorism force deployed in the Horn of Africa nation.

Two crew members were rescued by the Djibouti military. They were in stable condition and were flown to the U.S. military’s Landstuhl Regional Medical Center in southern Germany on Saturday.

Authorities were investigating the cause of the crash, said Maj. Susan Romano, spokeswo man of the task force.

Visibility had been good at the time of the crash, with light winds, authorities said.
The family of Marine pilot Susan Craig said she was one of those rescued. Craig, 28, telephoned her parents, Pat and Lewis Sackett on Saturday afternoon, her mother said in an interview with a local newspaper.

Pat Sackett, who later confirmed her comments to The Associated Press, said her daughter called from Kuwait and was heading to a hospital in Germany. Craig was rescued by Djiboutian military personnel, Sackett said.

Pat Sackett said her daughter was not sure what caused the crash.

« They had an inflatable around their neck that they inflated, and they hung onto a piece of the aircraft, » she said. « It was three hours before they were rescued. »

The Combined Joint Task Force-Horn of Africa, set up in the former French colony in June 2002, is responsible for fighting terrorism in nine countries in the region: Djibouti, Eritrea, Ethiopia, Sudan, Kenya, Tanzania, Uganda and Somalia in Africa and Yemen on the southwestern corner of the Arabian Peninsula.

The impoverished region is home to a sizable Muslims population. U.S. officials say it has been used by terrorists as a place to hide, recruit operatives and stage attacks.

The region has suffered four attacks either claimed by or attributed to Osama bin Laden’s al Qaeda network. In August 1998, car bombs destroyed the U.S. embassies in Kenya and Tanzania; in October 2000 suicide bombers attacked the USS Cole while it was refueling in Yemen; and in November 2002 attackers tried to shoot down an Israeli airliner minutes before a car bomb destroyed an Israeli-owned hotel on Kenya’s coast.

18/02/06 (B338-A) Le Parrain de la nébuleuse GHA, reçoit (comme nous l’avions écrit dans notre enquête sur cette organisation aux aspects mafieux) les responsables en charge de la promotion des intérêts de l’organisation dans le monde (ADI)

_________________________________ Note de l’ARDHD
Dans notre enquête de la semaine dernière sur la nébuleuse GHA (lien), un paragraphe avait été consacré aux ambitions mondiales de l’organisation pour développer ses affaires et élargir ses sources de revenus.

L’ADI apporte une confirmation de nos prévisions en diffusant les objectifs officiels (avouables ?) que le Parrain fixe à ses subalternes, en charge du déploiement mondial : « afin de contribuer d’une manière efficiente au rayonnement de la République de Djibouti sur l’échiquier mondial. » Bien sur il faudrait certainement lire « de l’organisation GHA » à la place de « de la République de Djibouti », mais les lecteurs sauront faire la modification !

_________________________________________________ Extrait de l’ADI

DJIBOUTI (ADI) – 16 Février 2006- Le Président de la République M.Ismail Omar Guelleh a reçu ce matin l’ensemble des membres du corps diplomatique et consulaire djiboutiens accrédités à l’étranger conviés pour prendre part au séminaire portant sur les grandes lignes de la politique extérieure ainsi que les priorités du gouvernement djiboutien.

Au cours de cette entrevue, le Chef de l’Etat djiboutien s’est félicité tout d’abord de leur participation à ces assises qui s’inscrivent dans le cadre de la modernisation des mécanismes et des méthodes de travail des représentations diplomatiques afin de contribuer d’une manière efficiente au rayonnement de la République de Djibouti sur l’échiquier mondial.

Selon le Président de la République, la diplomatie djiboutienne doit être constamment en harmonie avec les orientations politiques de notre pays dont l’objectif principal consiste à renforcer davantage les relations que nous entretenons avec les divers pays frères et amis.

C’est dans cette optique que le Chef de l’Etat M.Ismail Omar Guelleh a exhorté l’ensemble des diplomates djiboutiens à explorer encore plus les opportunités de partenariat avec ces pays et d’accorder surtout à l’action diplomatique tout l’intérêt qu’elle mérite.

Le Président Guelleh a en outre réaffirmé son souhait de voir les chefs des missions diplomatiques en poste à l’étranger oeuvrer davantage pour l’intégration de l’économie djiboutienne dans les différents espaces commerciaux existant de par le monde.

Le premier ministre M.Dileita Mohamed Dileita ainsi que le chef de la diplomatie djiboutienne M.Mahamoud Ali Youssouf ont également assisté à cette rencontre.

18/02/06 (B338-A) Lutte contre la corruption et les prévaricateurs : selon une dépêche en Anglais publiée par The Nation (La Nation mais de Nairobi !!), le Gouvernement anglais apporterait son assistance pour le recouvrement des sommes dérobées par les anciens dirigeants kenyans corrompus. Un exemple ou une leçon pour la Françafrique ? (Info lecteur)

Britain to Help Recover Looted Cash


The Nation (Nairobi)
February 18, 2006
Posted to the web February 17, 2006
Nation Correspondent
Nairobi


Je mets en garde la France pour qu’elle évite ce genre de fantaisie. Sinon, je parlerai …. et cela fera du mal à Chirac !!! (Humour)

The British government is keen on helping Kenyan authorities trace and recove r stolen public funds stashed in its banks.

High commissioner Adam Wood said the two countries were bound by a United Nations convention, of which they are signatories, to « identify and recover assets from convicted persons. »

Britain was closely following corruption investigations by the Kenya Anti-Corruption Commission (KACC), said Mr Wood.

« What’s important now are the investigations, which are remarkable, as Kenyans have found their voices, » said the envoy.

KACC investigations follow two mega corruption scandals – Goldenberg and Anglo Leasing – perpetrated by government officials in former and current regimes respectively.

Mr Wood also brushed aside accusations that former Ethics and Governance permanent secretary John Githongo was a British spy. They should not be taken seriously, he said.

Among those being questioned by KACC is former Transport minister Chris Murungaru, whom the UK banned from setting foot on its soil.

The United States followed suit by denying him visa.

In Mr Githongo’s corruption dossier, Dr Murungaru was adversely mentioned alongside former Cabinet colleagues Kiraitu Murungi and Finance minister David Mwiraria, who have since resigned to pave the way for the KACC investigation.

Dr Murungaru was yesterday taken to court by KACC for failing to declare his wealth and its source to the anti-graft watchdog.

Passports of at least 16 other prominent people in the Kanu and current regimes, including former Education minister George Saitoti , have been seized as the investigations continue.

Others include former President Moi’s sons – Gideon and Philip and former director of public prosecutions Philip Murgor.