Articles

21/02/06 (B338-B) La CISL monte au créneau contre les violations commises par le régime de Guelleh dans un communiqué sur le harcèlement des syndicalistes à Djibouti.

CONFEDERATION INTERNATIONALE DES SYNDICATS LIBRES

Communiqué de presse

Deux responsables syndicaux Djiboutiens ont été arrêtés par les services de sécurité de Djibouti. Ces incarcérations sont un élément de plus à rajouter à une longue liste de violations des droits syndicaux dans ce pays. La CISL publie la semaine prochaine un rapport sur le respect des normes internationales du travail dans ce pays.

Mohamed Ahmed Mohamed, responsables aux affaires juridiques de l’Union des Travailleurs du Port, affiliée de l’Union Djiboutienne du Travail (UDT), elle-même affiliée à la CISL, et Djibril Ismael Egueh, Secrétaire général du syndicat de la MTS, également affiliée à la CISL ont été arrêtés le 20 février dernier. Ils rentraient tous les deux d’une formation en matière de coopératives rurales délivrée par l’Institut international d’Histadrut, l’organisation affiliée de la CISL en Israël.

L’arrestation de ces deux dirigeants syndicaux fait suite aux mesures de harcèlement contre le Secrétaire aux affaires internationales de l’UDT, Hassan Cher Hared, précisément parce qu’il avait répondu positivement à l’invitation du syndicat israélien en envoyant ces collègues en Israël. Les renseignements généraux de Djibouti l’ont interrogé pendant près de trois heures le 22 janvier dernier.

La liste des violations des droits syndicaux à Djibouti ne cesse de s’allonger.

Outre les arrestations du 20 février par les services de sécurité, on peut ajouter, entre autres, le harcèlement des dirigeants de l’UDT, l’interception par les RG à la poste de Djibouti d’une plainte envoyée par l’UDT au Bureau international du travail (BIT) et son remplacement par un faux, la mort de plusieurs travailleurs et travailleuses lors de la répression de grèves et d’autres mouvements sociaux au cours de l’année 2005 ou encore la récente condamnation de plusieurs syndicalistes du Port autonome de Djibouti dans des circonstances loin d’êtres claires.

Ces violations sont détaillées dans le rapport de la CISL sur le respect des normes internationales du travail à Djibouti. Il sera publié la semaine prochaine à l’occasion de l’examen de la politique commerciale de Djibouti par l’Organisation mondiale du Commerce.

Dans une lettre envoyée aux autorités du pays (lien vers la lettre http://www.icftu.org/www/PDF/DjiboutiProtestationCISLcontrearrestation.pdf) la CISL prie instamment les autorités du pays de relâcher sans conditions Mohamed Ahmed Mohamed et Djibril Ismael Egueh et de faire cesser au plus vite toute mesure de harcèlement et de répression contre le mouvement syndical Djiboutien. L’internationale syndicale continuera à suivre de près cette affaire et est prête, si les violations des droits syndicaux se perpétuent à Djiboutri, à saisir les organes de contrôle compétents de l’OIT.

La CISL représente 155 millions de travailleurs dans 236 organisations affiliées dans 154 pays et territoires. La CISL est également membre des Global Unions : http://www.global-unions.org

Pour plus d’informations, veuillez contacter le Service Presse de la CISL au +32 2 224 0232 ou au +32 476 621 018.

Mathieu DEBROUX
Press Officer – Attaché de presse

ICFTU International Confederation of Free Trade Unions
CISL Confédération Internationale des Syndicats Libres
Boulevard du Roi Albert II 5, B 1, B – 1210 Brussels, Belgium
Tel: +32 (0)2 224 02 04 Fax: +32 (0)2 203 07 56
Mobile: +32 (0) 476 62 10 18
E-Mail: mathieu.debroux@icftu.org

20/02/06 (B338-A) Alerte rouge de l’UDT : arrestation de deux syndicalistes et risque de renvoi devant le tribunal ….

Nous vous demandons une action urgente à l’encontre de l’Etat djiboutien qui vient d’arrêter aujourd’hui les deux camarades syndicalistes que nous avions envoyés à l’Institut internationae d’Histadrut, en Israêl, sur invitation de la Centrale syndicale israélienne.

M. MOHAMED AHMED MOHAMED
(Responsable aux affaires juridiques de l’Union des Travailleurs du Port un affilié de l’UDT) et M. DJIBRIL ISMAEL EGUEH (Secrétaire général du syndicat de la MTS un affilié de l’UDT) sont actuellement détenus dans les locaux des Renseignement généraux djiboutiens et ils risquent d’étre renvoyés devant le tribunal.

Nous attendons votre soutien urgent !

HASSAN CHER HARED
Secrétaire aux relations internationales de l’UDT

_____________________________________ Note de l’ARDHD

Comme nous l’avions écrit dans notre enquête sur la nébuleuse GHA, cette organisation de type maffieux se distingue par ses méthodes particulières de Gestion des personnels et des Ressources humaines.

La brutalité du régime et des principaux obligés du Parrain local ne cessent de s’exprimer aussi contre les travailleurs et leurs représentants syndicaux. Non seulement la nébuleuse accapare toutes les ressources du pays, mais elle persécute les populations, de la façon la plus honteuse.

Depuis quand, Guelleh pourrait-il faire semblant d’être choqué par le fait que des syndicalistes aient fait undéplacement professionnel en Israël ?

Rappelons que Guelleh passe sa vie à jouer un double jeu entre le Monde arabe et l’Etat hébreux : antennes d’écoute israèlienne installées à Djibouti, échange d’agents, formation de personnel de police djiboutien en Israël, etc..

(Cf les documents manuscrits de Me AREF sur le sujet, qui sont en notre possession.)

20/02/06 (B338-A) Radio-Trottoir Guelleh a-t-il secrètement abdiqué en faveur de la première dame ?

Son excellence, euh Sa majesté pur sang fait des ravages médiatiques !

Le gros ventre est dans les oubliettes, sécheresse oblige.

Il semble que ça mousse à la « Villa Odette » à Hara-mous (louée par les
finances publiques à une brique et demie par mois, construite et entretenue
avec les deniers détournés de l’Etat : c’est pas du jeu), mais les
téléspectateurs djiboutiens commencent à s’en lasser : depuis plus d’un mois
la RTD diffuse chaque soir les images des dons en faveur des sinistrés de la
sécheresse par des donateurs rendant à chaque fois hommage à la générosité de Madame.

Au delà de cette propagande au dessous du niveau de la mer, c’est
l’omniprésence médiatique de la présidente de l’UNFD, qui inquiète
sérieusement les derniers partisans de Guelleh.

Ces derniers se demandent si le premier magistrat qu’on dit fatigué et
malade n’aurait pas secrètement abdiqué en faveur de l’accaparante épouse,
laquelle aurait des ambitions démesurées.

Quoi qu’il en soit, le culte de la personnalité cher à Guelleh a déteint sur
Paulette, pardon, Odette qui en use et abuse.

Odette Guelleh alias la première dame continue d’avancer ses pions,
peut-être même au détriment de son compagnon vieilli et surtout très
fatigué, qui n’apparaît que rarement en public.

De là à dire qu’Odette passe mieux, il n’y a qu’un pas que de nombreux
groupies, de la première dame, ont déjà allègrement franchi !

Après les affres de l’assassinat du juge Borel, et en Phénix politique,
Guelleh renaîtra-t-il de ses cendres ou sa mort politique est-elle vraiment
programmée ?

Auquel cas, les 44 sages (garants de la constitution tribale) auront du pain
sur la planche.

En un siècle de délibérations, ils n’ont jamais coopté une femme.

Il faudrait pourtant qu’ils modernisent leur Xeer Issa (Code de lois
tribales) pour y intégrer cette jurisprudence sur la parité, d’autant plus
qu’il n’ont plus d’Ougas (roi Issa) depuis plus d’une décennie.

En cas de vacance de pouvoir, la Présidente de la cour suprême, qui doit
assurer l’intérim de la présidence de la République, ne sera pas offusquée
de passer le relais à son amie Odette.

Alors à quand les élections présidentielles anticipées, après la mort
politique subite de Gros ventre ?

19/02/06 (B338-A) Aprés la perte de 2 hélicoptères US dans le Golfe d’Aden, l’ATS (Agence Télégraphique Suisse d’information) signale que les 10 disparus ont été retrouvés, mais sans préciser s’ils sont encore en vie. (Info ARD)

________________________________ Note de l’ARDHD
L’écrasement de deux hélicoptères US, par beau temps et bonne visibilité (selon la dépêche) est curieuse. Personne ne pourra s’empêcher de penser qu’ils ont pu être pris pour cible … car deux d’un coup, cela fait beaucoup et ne laisse pas une grande place au hasard ….

Les forces américaines ont déjà été attaquées dans la région : exemple en 2000, l’attentat contre le Destroyer Cole, à partir du Yémen … ou des attaques répétées contre des navires au large des côtes de Somalie ….

Comment les forces américaines vont-elles réagir ?
______________________________________________________

Perte de deux hélicoptères américains:
les 10 disparus retrouvés,

selon l’Agence Télégraphique Suisse (ATS)

DJIBOUTI – 18/02/06 Les dix soldats américains disparus après que deux hélicoptères militaires se sont abîmés dans le golfe d’Aden ont été retrouvés, a annoncé l’armée américaine à Djibouti. Elle n’a pas précisé s’ils sont morts, blessés, ou sains et saufs.

« A 16h15 ce samedi 18/02/06, les 12 homme à bord des deux hélicoptères CH-53 qui se sont abîmés au large de Djibouti avaient tous été retrouvés », selon un communiqué de l’état-major de la base américaine à Djibouti. Le texte ajoute qu’aucune autre information sur leur état ne serait communiquée dans l’immédiat.

Des militaires américains, français et djiboutiens avaient mené les recherches samedi au large de Djibouti pour retrouver les 10 militaires portés disparus.

Les deux hélicoptères de type CH-53 se sont abîmés vendredi avec 12 hommes à bord vers 17h30 (15h30 en Suisse) dans le golfe d’Aden alors que la visibilité était bonne et les vents faibles à moyens, selon l’armée américaine.

Deux blessés ont pu être secourus rapidement et devaient être évacués samedi de la base américain e à Djibouti vers l’hôpital militaire américain de Landstuhl, en Allemagne, selon la même source.

Les deux appareils ont disparu dans le golfe d’Aden, près de Ras Siyuan au nord de Djibouti, avait annoncé le ministère américain de la Défense dans un communiqué publié à Washington.

Source : Agence Télégraphique Suisse, le 18 février 2006

19/02/06 (B338-A) Pour apporter un soutien(?) aux listes RPP qui n’auraient aucune chance de dépasser 15 à 20 %, sans la fraude électorale massive et l’élimination des listes d’opposition, nos humouristes ont préparé une affiche électorale qu’ils offrent à Guelleh et à tous les lecteurs qui s’opposent à cette dictature. (Humour)

Une version avec une meilleure définition est disponible sur notre site et elle peut être téléchargée et diffusée largement ! Télécharger (117 Ko) .JPG

19/02/06 (B338-A) Une dépêche AP (en anglais) confirme que les 10 soldats américains qui avaient été portés disparus, après le crash de deux hélicoptères dans le Golfe d’Aden, ont été retrouvés sans vie. Seuls deux militaires avaient pu être recueillis, blessés et ils sont soignés dans un centre médical US en Allemagne. Aucune confirmation sur la cause de ces crash simultanés par beau temps. (Info lecteur)

NAIROBI, Kenya (AP) — The U.S. military confirmed Sunday the deaths of 10 U.S. troops in the crash of two helicopters off the coast of northern Djibouti Friday, according to a statement.

« Next-of-kin notifications have been made to all family members of the deceased; however, names are being withheld in deference to family members’ privacy, » the U.S.-led Combined Joint Task Force Horn of A frica said in a statement.

The troops included eight U.S. Marines and two Air Force airmen, according to the statement.

« Our deepest sympathy and heartfelt prayers go out to the family members, friends, loved ones and co-workers of our fallen brothers- and sisters-in-arms, » said Maj. Gen. Timothy Ghormley, Combined Joint Task Force-Horn of Africa commanding general. « We mourn their loss and honor their memory. »

Two CH-53E choppers were carrying 12 crew members and troops when they crashed in the Gulf of Aden, near the northern coastal town of Ras Siyyan. The troops were members of a U.S. counterterrorism force deployed in the Horn of Africa nation.

Two crew members were rescued by the Djibouti military. They were in stable condition and were flown to the U.S. military’s Landstuhl Regional Medical Center in southern Germany on Saturday.

Authorities were investigating the cause of the crash, said Maj. Susan Romano, spokeswo man of the task force.

Visibility had been good at the time of the crash, with light winds, authorities said.
The family of Marine pilot Susan Craig said she was one of those rescued. Craig, 28, telephoned her parents, Pat and Lewis Sackett on Saturday afternoon, her mother said in an interview with a local newspaper.

Pat Sackett, who later confirmed her comments to The Associated Press, said her daughter called from Kuwait and was heading to a hospital in Germany. Craig was rescued by Djiboutian military personnel, Sackett said.

Pat Sackett said her daughter was not sure what caused the crash.

« They had an inflatable around their neck that they inflated, and they hung onto a piece of the aircraft, » she said. « It was three hours before they were rescued. »

The Combined Joint Task Force-Horn of Africa, set up in the former French colony in June 2002, is responsible for fighting terrorism in nine countries in the region: Djibouti, Eritrea, Ethiopia, Sudan, Kenya, Tanzania, Uganda and Somalia in Africa and Yemen on the southwestern corner of the Arabian Peninsula.

The impoverished region is home to a sizable Muslims population. U.S. officials say it has been used by terrorists as a place to hide, recruit operatives and stage attacks.

The region has suffered four attacks either claimed by or attributed to Osama bin Laden’s al Qaeda network. In August 1998, car bombs destroyed the U.S. embassies in Kenya and Tanzania; in October 2000 suicide bombers attacked the USS Cole while it was refueling in Yemen; and in November 2002 attackers tried to shoot down an Israeli airliner minutes before a car bomb destroyed an Israeli-owned hotel on Kenya’s coast.

18/02/06 (B338-A) Combats meurtriers à la frontière entre l’Ethiopie et la Somalie, dans une région où l’eau et la nourriture font défaut : 12 morts (Anglais – Info lecteur)

Lien : Heavy fighting on Ethiopia-Somalia border kills 12

Rival Somali sub-clans battled over pasture and wells just inside Ethiopia leaving at least 12 dead and more than two dozen wounded in a second day of fighting on Thursday as competition for water and pasture heats up in the drought-stricken region, officials said.



18/02/06 (B338-A) Deux hélicoptères américains disparaissent au large de Djibouti. Accident ou plutôt « acte hostile » (deux à la fois) ? (Info transmise par l’ARD)

Selon deux dépêches d’Associated Press et de l’Agence Télégraphique Suisse (ATS) deux hélicoptères américains de transport de marines avec une douzaine de personnes à bord se sont abîmés en mer, ce vendredi 17 février, au large de la côte djiboutienne, a annoncé le département américain de la défense. Une opération de recherche a été déclenchée, deux membres d’équipage ont été secourus mais les autres personnes restent manquantes.

Les hélicoptères CH-53 se sont abîmés vers 17h30 (heure locale) dans le golfe d’Aden près de Ras Siyuan au nord de Djibouti, ajoute le communiqué du Pentagone. « Il y avait au total 12 membres d’équipage au moment de l’accident (…) les militaires stationnés à Djibouti, près du site de l’impact, ont immédiatement réagi et ont pu ainsi sauver deux membres d’équipage » qui sont dans un état stable, a-t-il été précisé. Des forces américaines et françaises sont à la recherche des autres membres d’équipage.

Les deux hélicoptères qui appartiennent au corps des Marines basés au Camp Lemonier étaient en mission d’entraînement nocturne. Rien n’indique que les hélicoptères aient été pris pour cibles, selon le lieutenant Carpenter. Les deux blessés ont été transférés dans le principal camp américain près de Djibouti. Le Camp Lemonier est la base militaire française qui sert de QG à l’opération américaine baptisée « Task Force Horn of Africa » et qui vise à empêcher toute infiltration terroriste dans cette région. Quelque 1700 soldats américains sont basés à Djibouti.