Articles

11/02/2014 (Bréve 358) Halte au négationisme ! Certains « envoyés » du régime prétendraient-ils qu’il n’y a pas de réfugiés djiboutiens en Ethiopie ! Quelle honte et quel est le but qu’ils poursuivent ? (ARDHD)

Les négationistes au service de Guelleh ont eu un coup de chaud … ! Le simple fait que l’ARDHD évoque la situation des malheureux réfugiés djiboutiens en Ethiopie, les feraient-ils trembler ?

Mais pourquoi nier une évidence !

En quoi cette situation humanitaire tragique peut-elle les perturber ? Nous n’avons pas la réponse, mais les lectrices ou les lecteurs pourront certainement nous aider à trouver la solution …. Peut-être que Guelleh aurait décidé de leur retirer leur nationalité et leurs racines.

Un régime, capable de bannir la famille d’un témoin, est capable aussi de vouloir retirer leur appartenance, leurs racines, à une population estimée entre 4.000 et 10.000 personnes. Est-ce une nouvelle forme de généocide, qui ne tue pas, mais qui élimine de son territoire, des anciens combattants ???

Bien sûr, il y a des réfugiés djiboutiens en Ethiopie et ils ont des noms. Ce fait est attesté par le HCR … ! Juste à titre d’exemple, vous trouverez ci-dessous un extrait de la liste des familles enregistrées avec les numéros d’enregistrement auprès de cet organisme et la signature des chefs de famille.

Par ailleurs la France a accueilli, en 2010, 4 familles au titre de la réinstallation. C’est incontestable. Alors halte au négationisme, à la provocation et à l’apologie de crimes.

.

14/07/06 (B358-B) BBC / La crise en Somalie. Les forces islamistes arrêtent plusieurs commerçants somaliens qui protestaient contre l’augmentation vertigineuse des taxes, imposées par les tribunaux islamistes extrêmistes. Un mort au moins. (An anglais – info lecteur) Tandis que le Ministre des A.E. djiboutien affirme que les forces US ne sont pas autorisées à attaquer la Somalie à partir de leur base à Djibouti (???)

Somalis arrested over tax revolt

Several Somali traders have been arrested by Islamist militiamen after a protest over new taxes, in which one person was shot dead.

About 100 people staged the protest in the town of Jowhar, captured by the Union of Islamic Courts last month.

Meanwhile, a Djibouti minister has reportedly said that the US would not be allowed to use its base there to attack Somalia’s Islamists. (*)

The US accuses the UIC of having links to al-Qaeda, which they deny.

Djibouti Foreign Minister Mahmud Yusuf told the London-based al-Sharq al-Awsat newspaper that Djibouti would not be a staging-post for attacks on Somalia.

The United States set up an anti-terror base in Djibouti following the 9/11 attacks in 2001.

It was widely believed to have supported an alliance of warlords defeated by the Islamists in the capital, Mogadishu, last month.

US officials neither confirm nor deny the accusations but say they do not want Somalia to become "a safe-haven for terrorists", now that the Islamists control significant parts of the south of the country.

One of the members of the warlord Anti-Terror Alliance has gone to Baidoa, where the weak, UN-backed government is based.

Grip tightened

Abdi Qeybdid has held talks with interim President Abdullahi Yusuf after being driven out of his Mogadishu base on Monday.

The UIC and the government are due to have peace talks in Khartoum on Saturday but the latest fighting has reduced the prospects of an agreement, correspondents say.

The government has accused the UIC of breaking the ceasefire deal agreed at the first round of talks.

In Jowhar, about 40 young men with plastic bags to collect cash began levying the taxes on the orders of the Islamist administration, reports Reuters news agency.

"I am not in a position to pay the taxes. Whatever I get from my small business, I feed my family with," said trader Fatuma Ahmed, mother of three.

She had been asked to pay 2,000 shillings (14 US cents).

The UIC has been consolidating its grip of the capital, by taking control of the port on Wednesday.

Mogadishu’s main port had been closed for the last 15 years, because rival factions failed to agree who should run it.

One week ago the city’s main airport was handed to the Islamic courts by militia who previously dug up the runway to resell cheap gravel for other construction work.

_____________________________ Note de l’ARDHD
(*) Est-ce que le Ministre des A.E. djiboutien cité par la dépêche BBC rêve lui aussi ! Djibouti loue une base aux forces américaines en échange du paiement d’un loyer exhorbitant …. Vont-elles se plier aux dictats du petit Chamelier ? Pas du tout certain …..

C’est comme si vous louiez une chambre d’hôtel, en disant à votre Client (qui a payé votre tarif) qu’il n’a pas le droit de sortir pendant son séjour …. !! Il a payé la location et il fera ce qu’il veut !!!

A l’ARDHD, nous avons plutôt l’impression que les Américains feront exactement ce qu’ils veulent et qu’ils se moquent éperdument des interdictions de Guelleh, comme de leur première barboteuse à pression …


Roger Picon

Chamelier continue à grossir et à rêver !

On pourra bientôt le comparer Louis XVI mangeant des brioches pendant que le Peuple grondait sous les fenêtres de son Palais. Il ne se rendait même pas compte que les jours de son règne étaient comptés …

Un peuple affamé, manquant d’eau et d’électricité, peut présenter des réactions d’agacement, parfois assez vives …

14/07/06 (B358-B) Les premières preuves de la tentative de subornation de témoins, qui a été commise dans l’exercice de ses fonctions, par le Prince des noisettes, S.E. Moussa Chehem, Ambassadeur plénipotentièrede Djibouti résidant à Bruxelles. Cette tentative a fait l’objet de dépôts de plainte au Pénal en France et à Bruxelles contre lui. Plaintes pénales qui s’ajoutent à d’autres qui sont pendantes devant la Justice belge, en particulier pour coups et blessures sur son chauffeur. Bref le Palmarés de Moussa s’étoffe davantage chaque jour … !

Cette photo nous a été communiquée par le groupe Justice et liberté du GED. On voit Le Prince des noisettes en compagnie de Khalid Al_Moutanni, qui figure dans la composition des membres du GED, dans la catégorie, représentants diplomatiques …

Ce que l’on ne sait pas clairement, c’est ce qui s’est dit, mais nous espérons que la cellule du GED nous fera passer des informations complémentaires …

Notre équipe, sur la base des informations disponibles, à essayer de reconstituer le dialogue, qui aurait pu être du style (*) :

Le Prince des noisettes : « Alors, Khalid, nous sommes bien d’accord. Tu témoignes sur le fait qu’Alhoumekani est un mythomane délirant et qu’il ne raconte que des mensonges pour obtenir la nationalité européenne … et que tu le connais depuis longtemps … »

Khalid (muet) pense tout bas : « Tu peux toujours aller te faire brosser … Moi je ne mentirai pas et je vais te faire coincer par la Justice pénale pour avoir tenté de m’acheter en échange d’un faux témoignage … Tu auras ce que tu mérites ! »

(*) « toute ressemblance avec le véritable dialogue, ne pourrait être que le fruit du hasard … »:

14/07/06 (B358-B) Les turpitudes du Pince des Noisettes, SE Moussa Chehem. En fait c’est une véritable partie de billards à plusieurs bandes qui s’est jouée dans l’Ambassade de Bruxelles. Il y avait plusieurs enjeux …

Nous avons reçu des précisions sur le contenu de la conversation entre Khalid Al Moutaani et le Prince des noisettes.

Le Prince aurait dit à Khalid. « Mon mandat se termine et Guelle va bientôt me faire remplacer au poste d’Ambassadeur. Je serais contraint de retourner à Djibouti, ce que je voudrais retarder le plus longtemps possible, car ici à Bruxelles, je mène une belle vie …

Si tu m’aides, comme je vais te l’indiquer, je conserverai mon poste encore un certain temps et pour toi, Guelleh a prévu de te faire remettre la somme de DEUX CENT CINQUANTE MILLE EUROS en liquide (250.000 €). »

Khalid aurait demandé : « Mais que dois-je faire ? »

Le Prince : « Peu de choses en fait. Tu viens à Djibouti où nous organiserons une conférence de presse avec tous les journalistes de La Nation et tu devras simplement dire que tu connais bien Alhoumekani et Iftin. Tu diras que le premier est un tortionnaire qui a torturé des concitoyens djiboutiens et que le deuxième est un escroc qui a détourné des sommes colossales. C’est tout, rien de plus : tu reçois 250.000 € cash et moi je garde mon poste ».

_____________________________________ Note de l’ARDHD

Ce sont ces informations qui auraient été transmises par le Conseil des plaignants, à la Juge Clément à l’appui de la nouvelle plainte pour tentative de subornation de témoin. Lequel Conseil a aussi demandé à ce que soit organisée une confrontation entre Kahlid Al Moutaani et Moussa Chehem.

Un beau spectacle en perspective, qu’il ne faudra pas manquer. Encore que, fidèle aux traditions des proches du Clan Guelleh, Moussa Chehem, toujours courageux, lorsqu’il s’agit de frapper les plus faibles (cf son chauffeur), devrait s’esquiver rapidement pour éviter cette confrontation qui sera dramatique pour lui …. et qui pourrait lui valoir une mise en examen.

En tout cas, cela montre à l’évidence, combien l’affaire Borrel empoisonne la vie de Guelleh. Car 250.000 €, ce n’est pas rien, surtout lorsque l’on connaît le niveau moyen de survie des Djiboutiennes et des Djiboutiens!

Alors que Guelleh cesse enfin de nous dire directement ou indirectement par la voix discréditée de Djama, le procureur abusif, qu’il n’a rien à voir avec l’affaire. Il prouve le contraire chaque jour ! CQFD

14/07/06 (B358-B) Radio-trottoir : Santé. au ministre de la Santé ! (Lecteur).

« Notre pays a des atouts et ambitions, notamment en matière de santé. Nous
devons y travailler main dans la main, sous le guide éclairé de son
excellence Ismaël Omar Guelleh ».

Ainsi s’exprimait le très médiatique ministre de la Santé dans son enième
interview accordée au Journal « La Nation » du 3 juillet 2006.

Depuis, les Djiboutiens se demandent si Guelleh fatigué et malade n’aurait pas
positionné avant 2008 son nouveau dauphin ?

Quoi qu’il en soit, force est de constater que le ministre de la Santé crève
l’écran et fait la une des médias gouvernementaux, alors que son département
reste le plus décrié.

De là à dire qu’il bénéficie de la bénédiction de Guelleh, il y a qu’un pas
que les victimes des « réformes » de la Santé franchissent sans hésiter.

A les en croire, « l’hyène matinale » tristement célèbre pour tous ses
forfaits, parade impunément avec l’assentiment du chamelier qui aurait
trouvé en lui un génial successeur.

On raconte même, que ce culotté ministre aurait récemment agressé en public
une journaliste qui voulait assister à l’ouverture de son séminaire sur le
Sida.

Selon des témoins officiels, le sieur Abdallah s’est permis d’organiser un
séminaire régional sur le sida au Sheraton (l’hôtel Borreh), au détriment de
celui plus sérieux projetté par l’Igad. A cette occasion, le ministre de
la Santé se serait comporté comme un vulgaire provocateur, n’hésitant pas à
utiliser un language pédophile sans faire la distinction entre une mère de
famille et des mineures.

Le comble : c’est à un tel personnage controversé, que l’Ambassadeur des
USA a lancé des fleurs au cours de son discours prononcé le 4 juillet 2006 ,
à l’occasion de la fête nationale de son pays.

Trop peu et trop tard pour booster la propagande désuète de Guelleh.
A ce chapitre, les internautes n’ont pas manqué de constater que le blog
officiel dénommé « La Nation » peinait ces derniers temps à mettre à jours
ses éditions tri-hebdomadaires. Comme si un bogue politique frappait le
blog de Guelleh.


et là je ne peux plus rien pour toi …

Ironie de l’histoire : les premiers à regretter l’absence de la Nation sur le Web sont les démocrates djiboutiens dont les sites ont été fermés il y a plusieurs mois de cela.

Le chamelier d’Haramous vient de perdre un cyber-combat contre ses détracteurs Djiboutiens, mais il aura tout même gagné en obtenant la fin des 90 minutes sur Canal Plus.

Un journaliste toujours harcelé

à la date du 13 juillet 2006

13/07/06 (B358-B) GED : message du Président Mahamoud Ahmed Idriss à M. Jacques Chirac, Président de la République française, à l’occasion de la fête nationale de la France.

MESSAGE
de félicitations au Président Chirac à l’occasion du 14 juillet
et d’amitié au Peuple français

Le Président du GED et tous les membres du Gouvernement en Exil adressent au Président Jacques Chirac toutes leurs félicitations à l’occasion de la fête nationale française du 14 juillet.

Ils envoient au Peuple français tous leurs voeux de bonne fête, de prospérité et de paix et ils l’assurent de l’amitié sincère et indéfectible de l’ensemble du Peuple djiboutien.

Mahamoud Ahmed Idriss
Président du GED

13/07/06 (B358-B) La crise en Somalie (AFP) Les islamistes prennent le contrôle du port de Mogadiscio.

13/07/06 (B358-B) La crise en Somalie (AFP)
Les islamistes prennent le contrôle du port de Mogadiscio

Mogadiscio
Les milices des tribunaux islamiques somaliens ont pris mercredi sans violence le contrôle du principal port de Mogadiscio et réclamé à cette occasion que tous les bâtiments gouvernementaux de la capitale leur soient confiés, a constaté un correspondant de l’AFP.

Dans la ville voisine de Johwar (90 km au nord de Mogadiscio), un manifestant a été tué et plusieurs blessés lorsque les miliciens islamistes ont tiré pour disperser environ 400 vendeurs de rues qui réclamaient une réduction de leurs impôts, ont indiqué des témoins.

Dans la capitale, le groupe de miliciens qui contrôlait le principal port depuis une dizaine d’années l’a remis au Conseil suprême islamique de Somalie (SICS).

«Les autres propriétés du gouvernement (dans la capitale) doivent être rendues au SICS», a déclaré lors de la cérémonie le président du conseil exécutif de l’organisation islamiste, cheikh Sharif Cheikh Ahmed.

Interrogé par l’AFP à Baïdoa (250 km au nord-ouest de Mogadiscio), où siègent les institutions de transition somaliennes, le porte-parole du gouvernement, Abdrahman Mohamed Nur Dinari, a affirmé que le gouvernement de transition n’avait aucune objection à la prise du port par les islamistes «s’ils le confient plus tard au gouvernement».

«Mais s’ils veulent diriger eux-mêmes les ports et les autres installations (propriétés du gouvernement), ce sera très compliqué», a-t-il commenté.

À Johwar, une trentaine de manifestants ont été interpellés lors la manifestation des vendeurs de rues, selon des témoins et des sources officielles.

Qualifiant les organisateurs de la manifestation d’«ennemis de l’islam», le chef de l’administration islamique de Johwar, cheikh Osman Mohamed Muhamoud, a déclaré sur une radio locale qu’ils «seront tous arrêtés».

Les milices des tribunaux islamiques ont pris le contrôle en juin de Mogadiscio et d’une partie de la Somalie, pays en guerre civile depuis 1991.

13/07/06 (B358-B) Nous les ânes ! (lecteur)

Nous les ânes, nous n’utilisons pas la violence pour conquérir le pouvoir.

Tandis que vous, qui vous êtes auto-qualifiés d’humains, vous ètes d’un naturel hautain, accapareur, destructeur et insupportable.

Je suis né, ici, dans le quartier d’Ambouli : je suis donc un âne.

Comme j’aimerais être le premier âne à déposer ma candidature pour les prochaines élections présidentielles. Candidature citoyenne

L’auto-qualifié « humain » se nomme Ismaël. Est-il plus intelligent que nous les ânes ?

Bien sur, comme je suis un âne, je ne peux pas répondre à cette question et cela me serait interdit de toutes les façons par les gardes des humains ! Mais ce que je sais c’est que nous les ânes, nous ne torturons pas, nous ne violons pas, nous n’emprisonnons pas. En plus, nous nous interdisons de regarder les femmes des autres, pour les soustraire à leurs premiers maris : suivez mon regard !

Regardez ces « humains » ! Certains se font coudre des galons sur leur tenue et ils en rajoutent tous les jours. Ils se disent Colonels, Généraux. Ceux là, ils apprécient la compagnie des ânes, surtout lorsqu’elles font partie du sexe féminin et qu’elles sont implacablement soumises « hiérachiquement » à leurs pulsions, le soir, dans les casernes.

Pour les ânesses, nos soeurs, il n’est jamais prudent de passer à proximité des apppartements des Généraux humains dans les camps militaires …. Chez les humains, on appelle cela « les passer à la casserole … »

Monsieur le Juge, nous, le troupeau d’âne que l’on appelle le Peuple, nous n’avons jamais commis le moindre crime. Nous travaillons dur quand les humains nous emploient, encore plus dur, quand ils nous payent. Nous essayons de réaliser des économies pour assurer l’avenir de nos enfants, mais nous avons du mal à les soustraire à la cupidité de ces humains qui prétendent être nos guides élus librement. Nous ne lançons pas de grenades sur les avenues. Nous ne volons pas l’argent de nos voisins. Nous n’accumulons pas des richesses inutiles.

Nous avons cru à l’Indépendance ! Au début, nous n’avions pas compris qu’elle nous serait immédiatement confisquée par les humains. Mais attention, lorsque le foin commence à manquer dans l’étable et que les petits ânes ont faim, les grands ânes sont capables de combattre …

Monsieur le Juge, nous demandons peu de choses : la liberté, la justice, l’égalité de traitement et surtout l’abolition de l’apartheid entre les ânes et les humains.

Est-ce si difficile ?

Lecteur
Ottawa