Articles

12/07/06 (B358-B) Somaliland : un article en anglais, signé par IM. Abdi Halim M. Musa, que nous publions à sa demande. « Le Somaliland lance un appel pour sa reconnaissance, aux organisations régionales et internationales »

Somaliland Appeals Justice to the Regional and International Organizations


IM. Abdi Halim M. Musa

Somaliland (Ex-British Somaliland Protectorate) is situated on the eastern horn of Africa and lies between the 08°00′ – 11°30′ parallel north of the equator and between 42°30′ – 49°00′ meridian east of the Greenwich.

It shares borders with Republic of Djibouti to the west, Federal Republic of Ethiopia to the south and Somalia to the east. Somaliland has a coastal line to the north of the country which extends 460 miles along the Red Sea. Somaliland lies on an area of 137,600km² (68,000 sq. miles).

The bulk of Somaliland’s exports are of livestock. In 1996, 3 million heads of livestock were exported to the Middle East alone but Saudi Arabia which was the main market has banned imports of livestock from Somaliland and this has badly affected the economy as a whole. Other exports include hides, skins, myrrh and frankincense.

Somaliland has confirmed deposits of petroleum, natural gas, world’s largest gypsum, lime, mica, quartz, lignite coal, lead, gold, sulphur, high-value minerals and hydrocarbon.

The Population of Somaliland is 3.5 million. There is a low inflation, growing economy and a balanced budget.

Somaliland achieved independence from Great Britain on 26th June 1960 and became first independent Somali UN recognized state as a full member of the United Nations but very hastily entered an ill-starred union with Somalia (Ex-Italian colony), in response to the dreams of Somali patriots who wished to unite the lands in which Somalis lived, Which Somaliland suffered 30 years of anarchy, long humiliation, dereliction, injustice, repression, atrocities and destruction through indiscriminate heavy bombardment on civilians, cities (Hargeisa and Burao) towns, and rural areas by warplanes, tanks and artillery.

It was motivated by both tribal hatred and desire for land expansion and devised to ethnic cleanse an entire people, either by massacring or expelling in order to resettle refugees from Ethiopian-ruled Western Somali Province and others in their motherland.

The valiant armed struggle of SNM (1981-1991), supported by its courageous people, rescued Somaliland and its people from the well plotted statelessness in January 1991. This liberation facilitated the victorious national reconciliation, the immediate withdrawal from the disastrous union with Somalia, and the reclamation of Somaliland sovereignty in the Pan-Somaliland Conference held in Burao, capital of Togdheer region, in May 1991. Subsequently, law and order were restored, clan militias were disarmed, and democratic institutions were established.

Somaliland has fulfilled the fundamental condition for diplomatic recognition: An existing independent nation with its own colonial-drawn borders- a legal basis for diplomatic recognition. Somaliland fulfils the criteria of statehood according to Article 1 of the 1933 Montevideo Convention on the Rights and Duties of State: Somaliland has a permanent population; a defined territory (the former British Somaliland) with clear international boundaries of which it has an effective control; a democratic government, and a capacity to enter into relations with other states.

Somaliland fulfils the criteria for recognizing new states, according to the guidelines set out by the European Union (EU) in 1992, even though they only apply to European nations. Article 4 of African Union charter asserts that the organization respects and recognizes independence of African countries based on colonial borders. The diplomatic recognition of all the 53 current African states is based on these colonial borders.

Somaliland is not a breakaway or a separatist country. The UN, the African Union, and the Arab League know undisputedly that Somaliland achieved independence before Somalia on June 26, 1960 within its colonial borders, and was one of the 17 African countries that obtained independence in 1960 from Europe. However, it had un-ratified merger with Somalia for 30 years (July 1960- January 1991) but withdrew from that union due to the above mentioned atrocities and destruction. The day after independence and before the merger, 35 countries recognized Somaliland diplomatically including Egypt, Israel and the five Permanent Members of the Security Council.

Why not now?

What is the difference between then and now?

Somaliland is not the first country that withdrew from a union. Estonia, Lithuania, and Latvia withdrew from the Soviet Union collapse in 1989, Bosnia and Macedonia withdrew from the Federation of disintegrated Yugoslavia in 1990s and East Timor from Indonesia 20 Feb 2002. All these new countries were automatically recognized by the United Nations. Somaliland is not exception as it fulfilled the same criteria. We are by no means the first African State to have entered into a voluntary union with another state and subsequently withdrawn from that union intact. Egypt and Syria, Senegal and Gambia, and Senegal and Mali, Rwanda and Burundi have all done likewise. Nor is Somaliland the first African colonial entity to have asserted its separation and independence from another; Eritrea and the Sahrawi Republic are today both full members of the African Union.

The Somalilanders, almost unanimously, ask what more they can do when the AU and the international community continues to recognize some anarchic, violent places in the west and central Africa as sovereign units. It is time to give them an answer.

Besides the withdrawal decision of May 1991, the landmark referendum held in Somaliland on May 31, 2001, overwhelmingly approved Somaliland constitution and reaffirmed, in the presence of international election monitors, the will of the Somaliland people to have independent, sovereign state of their own. Neither the UN nor the regional organizations (African Union and Arab League) have the right to nullify the decision of Somaliland people in that referendum.

Since more than 97% of the total voters of Somaliland have voted ‘yes’ in that referendum and since Somaliland was historically an independent and separate country from Somalia Proper with the overwhelming majority of the Somalilanders rejecting the 1961 constitution which was supposed to be the bedrock for the so-called reunion of Somalia and Somaliland and since Somalilanders have witnessed what amounts to genocide in the hands of their fellow southerners, it is time that the international community stopped its hypocrisy and began respecting the basic human rights of the people of Somaliland and therefore recognized Somaliland as an independent country which it deserves. Anything less than that, will plunge the whole region into further civil strife and more bloodshed, as any attempt towards re-unification with Somalia proper will sow the seeds of hatred and will ignite a long protracted civil war

Is it fair to hold back a nation who made their choice yes for Somaliland?

If we don’t respect basic human rights for freedom of choice as in the case of the Somaliland referendum outcome, then the alternative will be long civil war without end. It’s very hard to ignore that Somaliland saved itself from the anarchy of Somalia, and without help from the international community made peace, government, and a better system of conflict resolution based on their own culture.
In December 2002, we held our First Local Government elections. Five months later in April 2003 we followed it by our very first Presidential elections where three political parties, peacefully contested the seat of the President of Somaliland and the simple majority won by our President H.E Dahir Rayale kahin.

Somaliland’s system of government is multiparty electoral democracy featuring a bicameral parliament. The president, MP’s of the house of representatives and local councils have all been chosen through peaceful, fair and transparent elections witnessed and confirmed by international observers.

Somaliland is a nation that believes in democracy, peace and human rights. Because of these they want to separate from their own brothers who do not recognize these moral values. People who love peace and democracy should have given Somaliland a chance to show the world that they are a nation in their own right. The world has neglected and has turned a blind eye on the people of Somaliland. It’s about time the world gives these people who want to be recognized for many reasons a recognition so that they can shut off their past and move on with life.

The lack of recognition has been depriving the people of Somaliland during the last 16 years of the opportunity to exercise their universally recognized human rights in terms of trade, traveling, learning and socio-economic development. The United Nations however are mistaken to believe that Somaliland will eventually be a part of « Somalia ». The freedom being currently enjoyed in Somaliland cost its people the loss of tens of thousands of their sons and daughters and the total destruction of their towns and villages

Why on earth would anyone in the international community deny Somaliland this, and plunge it into the bloody chaos of Somalia proper?

Somaliland people have paid a huge price to reinstate their independence and sovereignty. Rivers of blood have flowed and heaps of dead bodies have been witnessed in the streets of Somaliland. Therefore, it is about time that the international community recognized Somaliland and made operational the expression of the people to control their destiny and not to be arrested for the warlords who lost their sense of humanity and direction. Moreover, Africans, in general, have being criticized that they do not manage their affairs; however, Somaliland has refuted that biased notion by creating an oasis of peace, prosperity, and good governance. Somaliland’s deed is shining in Horn of Africa and the peace-loving people of world should open their eyes and support.

Those who oppose the recognition of an independent Somaliland state should be very careful of the alternative that they are advocating which is the denial of the right to exist as a nation. Suppression is not the solution in here, the peaceful separation of the two states (Somaliland and Somalia) is, and its time the world should face the reality and recognize Somaliland as an independent state.

The neglect of Somaliland by the international community exposes its shocking double standard that on one hand advocates for peace, stability, and democratic institutions, and, on the other hand, ignores peaceful, stable, democratic Somaliland by denying it of diplomatic recognition. This denial has no legal basis in the court of international law. The delay is just a mere hope by the UN and regional organizations that Somaliland may return to the union with Somalia one day. This political gambling at the expense of Somaliland people for 16 years is irresponsible. It is also perpetuation of lawlessness, despair, famine, violent, terrorism spread and factional fighting in Somalia.

There is no doubt that Somalia would be peaceful and stable country today led by its own government if Somaliland were recognized long time ago. Now, neither Somaliland is recognized nor Somalia has peace, both peoples are punished equally in the hands of UN and AU. The policy of keeping both countries at bay is not working any more. The sooner Somaliland is recognized the better chance to restore peace, law, and order in Somalia.

In conclusion, After more than 30yrs of abuse, torture, mass killing and humiliation, it is unfair to the Somaliland people that the international community goes against the will of the Somaliland people after they have done everything a state could do, and therefore recognition is the answer.

12/07/06 (B358-B) Un document sonore d’archive, précis, complet et bouleversant. Le récit d’Elisabeth Borrel « La justice entravée » est disponible en audio sur le site. (récit sonore disponible en écoute directe et en téléchargement)

Ce document a été réalisé et diffusé sur CD-Rom, par l’Association Survie, à l’époque où François-Xavier Verschave était encore parmi nous. Ce document sonore permet de mieux comprendre les obstacles qui ont été dressés les uns après les autres pour éviter que la vérité ne soit connue.

Avec le courage qu’on lui connaît, associée à une objectivité de tous les instants, Elisabeth Borrel raconte dans le détail, tous les faits, toutes les trahisons et tous les obstacles que la République a dressés devant elle, afin que la vérité sur la mort de son mari, ne soit jamais connue.

Elle n’est toujours pas arrivée au terme de son calvaire et elle doit se battre en permance pour faire triompher la vérité. En effet, les tenants du pouvoir ne lâchent pas prise et ils continuent à mener un combat d’arrière-garde, qu’ils savent perdu d’avance, mais ils gagnent du temps.

S’agit-il de protéger Guelleh et son équipe ? Pour quelles obscures et odieuses raisons ?

Comment des hommes politiques peuvent-ils trahir, à ce point, leur conscience et leur mission au service de la vérité et de la justice, en refusant à une veuve et à ses enfants, la vérité sur l’assassinat « politique » d’un mari et d’un père ?

ASSASSINAT

Pour écouter :

Au cas où vous rencontreriez des difficultés pour écouter ce récit, vous pouvez télécharger le fichier au format RealPlayer en cliquant ici (5,3 Mo)

11/07/06 (B358-B) L’Humanité : C’en est fini des enquêtes made in Canal Plus (Info lecteur)

Lien : http://www.humanite.fr/journal/2006-07-10/2006-07-10-833299

L’équipe d’investigation de la chaîne cryptée est dissoute avec la disparition du magazine bimestriel 90 Minutes.

« Très surpris et très déçus. » C’est fini, 90 Minutes ne figurera plus dans la grille de rentrée de Canal Plus. Au lendemain de l’annonce de la nouvelle par la direction de la chaîne, Luc Hermann, co-rédacteur en chef avec Paul Moreira du magazine d’investigation, affichait un étonnement sincère.

« On venait pourtant de nous garantir que l’émission serait reconduite, elle était très appréciée par nos abonnés. » Pas assez au goût de la chaîne qui invoque à demi-mot un choix budgétaire, mais justifie surtout son choix par le « manque de lisibilité de 90 Minutes, que les abonnés regardent peu et confondent souvent avec Lundi investigation ». Les choses seront désormais on ne peut plus claires : c’en est fini de l’investigation made in Canal Plus.

L’ensemble des sujets de Lundi investigation étaient achetés à des production extérieures. À l’inverse, 90 Minutes bénéficiait de sa propre rédaction. Et d’un esprit de persévérance et de rigueur.

Au répertoire des enquêtes qui ont fait date depuis le lancement du magazine en janvier 2001, des révélations sur la mort du juge Bernard Borrel à Djibouti, sur le travail forcé de Total en Birmanie ou, à l’automne 2004, sur la répression violente des manifestations d’Abidjan par l’armée française.

La rediffusion originellement prévue de cette dernière avait d’ailleurs été annulée.

Et à la rentrée suivante, l’émission mensuelle est devenue bimestrielle. « Les choses s’étaient pourtant calmées », rappelle Luc Hermann, qui revendique le sérieux du travail mené par l’équipe : « Nous avons toujours travaillé en journalistes responsables. Nos enquêtes ont à plusieurs reprises constitué des éléments clés de dossiers judiciaires. Elles ont été relayées par la presse. 90 Minutes contribuait à l’image de la chaîne, une étude marketing récente a d’ailleurs montré l’intérêt des abonnés pour notre travail. »

« Le paradoxe, c’est que nos abonnés ne regardent pas forcément nos émissions, mais ils ne peuvent se passer de Canal Plus pour l’image qu’elle porte, comme quelq un qui ne renoncerait pas à un journal, sans pour autant prendre le temps de le lire », soulignait récemment une chargée de programme.

En supprimant 90 Minutes, la direction de Canal Plus profite de la confusion, réelle, avec Lundi investigation. à moins d’un an de la présidentielle, la dissolution de la seule cellule d’investigation de la chaîne est un signal fort. « Notre déception n’est pas sociale, mais éditoriale », souligne Luc Hermann qui ne veut pas « jouer les martyrs ». « Nous sommes en CDI, nous serons reclassés.

Mais il est évident que réaliser des sujets au sein de la structure Canal Plus nous protégeait d’éventuelles pressions extérieures. »

Contactée à plusieurs reprises, la direction de la chaîne n’a pas donné suite à notre demande d’entretien.

Anne Roy

11/07/06 (B358-B) Somalie : Mogadiscio entièrement aux mains des tribunaux islamiques. (Yahoo / Info lecteur)

Les miliciens des tribunaux islamiques affirment avoir investi les derniers quartiers de Mogadiscio qui échappaient à leur contrôle. Ils ont chassé les deux chefs de guerre qui leur tenait tête, au terme de combats à l’arme lourde ayant fait au moins une vingtaine de morts.

Mais il semble que les leaders défaits ne s’avouent pas vaincus. « Nous avons remporté les combats qui ont débuté à Mogadiscio ce matin. Nous contrôlons désormais la totalité de la ville après avoir remporté les derniers quartiers contrôlés par Abdi Hassan Awale Qeydiid », déclarait dimanche à l’AFP, Mukhtar Robow, secrétaire adjoint chargé de la défense au sein du conseil suprême islamique de Somalie.

Les milices des tribunaux islamiques sont donc parvenues à chasser les combattants défendant Hussein Aïdid, le ministre de l’Intérieur du gouvernement d’intérim basé à Baidoa, et celles roulant pour Abdi Awale Qaybdiid, l’un des fondateurs de l’Alliance pour la restauration de la paix et contre le terrorisme.

Les islamistes contrôlent Mogadiscio et trois régions et demie

Depuis vendredi, la résidence de Abdi Awale Qaybdiid était encerclée par les islamistes. Les affrontements ont commencé dimanche à l’aube et le soir on pouvait entendre des tirs sporadiques. Conduits à l’arme lourde, ils ont poussé des habitants à fuir pour se protéger. Un missile s’est même écrasé sur un camp de réfugiés, blessant une femme enceinte et sa fille de trois ans, selon Reuters.

Au final, les heurts ont fait une vingtaine de morts et entre une dizaine et des centaines de morts, qui arriveraient par camionnettes aux hôpitaux.

Difficile de faire un décompte exact, d’autant que, d’après un milicien des tribunaux islamiques interrogé par l’AFP, « les islamistes ne relèvent pas leurs pertes lors des combats ». Ces combats, auxquels aurait participé Abdi Awale Qaybdiid, sont les plus meurtriers depuis que les tribunaux islamiques ont investi, le 5 juin, la quasi-totalité de la capitale somalienne. Les islamistes comptent maintenant sous leur contrôle Mogadiscio, mais aussi trois régions et demie des 18 qui composent le pays.

Les deux chefs de guerre toujours prêts à en découdre Alors que le cheikh Hassan Dahir Aweys, leader des islamistes, estime que cette guerre « fait partie de la guerre contre le terrorisme », ses adversaires ne semblent pas avoir dit leur dernier mot. Si on rapporte que leurs membres ont fui après la déroute, ils seraient toujours d’attaque. « Nos forces les combattent et continueront de se défendre », a expliqué à Reuters Abdi Awale Qaybdiid. « Ils ont pris une de nos bases (…) dans l’Ouest de Mogadiscio, nous la tenions depuis quinze ans (…) nous n’abandonnerons pas », a assuré au même média Hussein Aïdid.

De nouveaux affrontements sont alors peut-être à prévoir.

Mais les maîtres de Mogadiscio, soupçonnés d’avoir des liens avec le réseau terroriste Al-Qaida et de bénéficier du soutien de milices étrangères, ont refusé l’envoi de troupes africaines proposé par le Président par intérim Abdulahi Yusuf pour pacifier la situation.

Ce regain de violence intervient alors qu’une femme et un homme ont été abattus, mardi dans une ville du Centre de la Somalie, parce qu’ils regardaient le match de football opposant l’Allemagne à l’Italie, l’ancienne puissance coloniale. Les auteurs des crimes ont été arrêtés et devraient être jugés selon la charia (loi islamique), sous laquelle ils peuvent écoper de la peine de mort. Depuis que les islamistes dirigent la principale ville du pays, la musique est par ailleurs interdite dans les mariages.

Habibou Bangré

 

11/06/06 (B358_A) Un lecteur réagit à propos de l’article publié par l’ADI et repris par notre site, concernant la nouvelle manne financière accordée par la BAD au régime dictatorial, sanguinaire et corrompu et il apporte des précisions sur les détournements effectués et en préparation.

L’article (ADI) que vous avez repris sur votre site, concernant un nouveau financement de la BAD au régime a vivement attiré mon attention, en particulier sur deux points : les institutions judiciaires et le chemin de fer.

1 – Un tour de passe-passe pour détourner et pour récupérer le financement BAD en faveur de la Justice

Il y a un mois environ, IOG avait convoqué le Ministre de la Justice et des Affaires muslmanes, M. Ismail Ibrahim Houmade. Il lui avait demandé de transférer ses bureaux et son staff, du Tribunal au Palais du Peuple et de fermer le Tribunal.

Le motif officiel était l’engagement de travaux de réparation de l’ensemble du bâtiment que abrite une centaine de personnes rattachés à l’Administration judiciaire. Comme par hasard, l’entreprise choisie pour la réhabilitation des locaux est représentée par Abdourahman Boreh ….. (Toujours sur les bons coups …).

IOG a « offert » des bureaux à l’intérieur du Palais du Peuple au Ministère de la Justice pour une durée de UN an, moyennant le paiement d’un loyer mensuel de 3 million F Dj.

La stratégie d’ IOG est claire.

Quant des prêts sont accordés par un organisme international ou un Etat, IOG s’organise pour récupérer cet argent. En l’occurence, il a fermé le Tribunal, pour pouvoir louer des bureaux moyennant une montant mensuel ahurissant, qu’il va encaisser personnellement.

2 – Comment Guelleh a récupéré tout le patrimoine immobilier de la Compagnie sans sortir le moindre sou !

Le Gouvernement a privatisé le chemin de fer Djibouto-Éthiopien, il y a quelque mois. Mais la Compagnie du chemin de fer posséde plus de 200 appartements, des villas et le Club des Cheminots.

Récemment, IOG, a organisé une vente aux enchères à caractère privé de ces locaux.

Devinez qui s’est porté acquéreur, quasi sans concurrence ?

Mais oui, vous avez gagné ! C’est toujours Abdourahman Boreh qui a tout raflé. Aussitôt il a « cédé » la villa du Directeur des Chemin de fer à Said Barkad, le Ministre du Travail et bras droit d’ IOG.

Mais n’ayez aucune crainte. Les acquéreurs ne paieront jamais le montant de leurs emplettes au Trésor public, parce que le véritable propriétaire sera IOG – les autres étant des hommes de paille : des porteurs !

IOG avait déjà fait la même chose avec le Sheraton Hôtel, qu’ il a vendu a Abdourahm. Boreh, puis à Al-Amoudi. Au final, après ces petits détours, pour amuser la Galerie, l’hôtel est revenu dans le patrimoine d’IOG.

_____________________________ Note de l’ARDHD

La politique des criquets : on bouffe tout et on va ailleurs quand il n’y a plus rien.

On peut féliciter M. et Mme Le Chamelier qui appliquent une politique patrimoniale claire, cohérente et sans surprise. Elle tient en quelques phrases courtes ..

  • On rafle toutes les richesses de Djibouti, sans ne jamais sortir le moindre centime.
  • On détourne toutes les subventions et on place l’argent à l’étranger, pour le retrouver dès la première difficulté, car le courage n’est pas le point fort de la famille Le Chamelier,
  • On encaisse de gros bénéfices sur les trafices : armes, drogue et peut-être matières dangereuses,
  • On concède ou on vend les actifs du pays (Port, Aéroport, encaissement des taxes, Chemin de fer, concessions minières, exploitation du sel du lac Assal, …) et on encaisse directement le montant de la vente et une participation aux bénéfices (les dépenses d’entretien restant à la charge du Trésor public),
  • On pleure auprès de la Communauté internationale en montrant la pauvreté du Peuple (dont on est directement responsable en raison de ce qui est précisé ci-dessus) et on obtient de nouvelles subventions que l’on vire à l’étranger en usant de quelques stratagèmes gros comme des cordes, mais que la communauté internationale (BAD, FMI, Banque mondiale, UE, Etats, ..) font semblant de ne pas voir,
  • Et quand il n’y aura plus rien à prendre, plus un chameau ou un Djiboutien à tondre, on « se cassera » en laissant les Djiboutiennes et les Djiboutiens supporter le poids de la dette et assumer les remboursements pendant (au minimum) une centaine d’années : les enfants, les petits-enfants et les arrières petits-enfants à naître ont déjà une charge de la dette sur leurs épaules … alors qu’ils ne sont pas encore conçus !!

11/07/06 (B358_A) Le Nouvel Obs : Canal + – Fin brutale de l’émission 90 minutes. +Libres veut des explications. – Message de soutien de l’ARDHD à l’équipe de 90 minutes et en particulier à Bernard Nicolas

Le syndicat a demandé, lundi, des explications à la direction de Canal+, après sa décision d’arrêter le magazine « 90 minutes ».

Paul Moreira (J.-C. D. Canal+)

Le syndicat +Libres, a demandé, lundi 10 juillet des explications à la direction de Canal+, après la décision de la chaîne de supprimer le magazine d’information « 90 minutes » à la rentrée. Dans un communiqué, +Libres a dénoncé « l’annonce soudaine et brutale » de la fin de l’émission et « s’interroge sur les raisons qui ont motivé cette déci on alors qu’il avait été clairement énoncé lors du dernier comité d’entreprise que cette émission serait reconduite à la rentrée ».

Il faut que « toute la lumière soit faite lors du prochain comité d’entreprise qui aura lieu le 18 juillet », a demandé le syndicat majoritaire de la chaîne cryptée. « Compte tenu du caractère très politique et très sensible de ce magazine d’investigation, des récentes polémiques au sein des médias sur la liberté d’expression, un an avant l’élection présidentielle et à la veille de la fusion de notre groupe avec TPS, +Libres s’inquiète des éventuelles dérives éditoriales qui pourraient survenir sur Canal+ », a poursuivi le communiqué.

Canal+ avait annoncé, mardi, l’arrêt de l’émission « 90 minutes ». La direction avait proposé au rédacteur en chef, Paul Moreira, de réaliser des documentaires internationaux qui seraient faits dans le cadre de l’agence Capa et diffusés par Canal. Les huit membres de son équipe se sont vus, pour leur part, proposer un reclassement à i-Télé, la chaîne d’information en continu du groupe.

________________________________ Note de l’ARDHD
Nous ne sommes pas dans les secrets des dirigeants de Canal +. Nous notons quand même que la décision d’arrêter l’émission a été prise après la diffusion du reportage de Bernard Nicolas sur les nouveaux développements de l’affaire Borrel, qui mettent Guelleh en cause de façon directe ou indirecte dans l’assassinat du Juge.

D’ici à certifier qu’il y a un lien de cause à effet : il y a un fossé que nous ne saurions franchir aussi allègrement. Mais on se pose beaucoup de questions quand même, sachant :

  • que l’équipe de 90 minutes préparait un nouveau droit de suite pour la rentrée avec des informations nouvelles, allant dans le même sens et qu’elle a certainement des images déjà « dans la boîte »,
  • que Mme Borrel va publier un livre en septembre,
  • que 90 minutes est pratiquement la seule émission qui parle de l’affaire Borrel (à l’exception de TF1 qui avait publié quelques timides reportages ..)

A-t-on voulu priver Mme Borrel d’un soutien médiatique de poids ?

Rien de plus cohérent avec l’attitude passée des autorités françaises, qui ont jalonné son parcours du combattant de tous les obstables possibles et inimaginables, ce qu’elle devrait rendre public dans son livre à paraître.

Mais la situation est grave et nous soutenons l’intervention du syndicat libre, car nous sommes probablement en face d’une intervention de l’Etat dans les choix rédactionnels d’une télévision « en principe » indépendante. Quelles ont pu être les menaces à la clef, pour faire plier la chaîne ? Il n’est pas certain que l’avenir nous le dise …. mais sait-on jamais ?

En tout cas, nous adressons à toute l’équipe de 90 minutes et en particulier à Bernard Nicolas, tous nos encouragements et tout notre soutien, en le remerciant déjà pour tout ce qu’il a accompli, avec un sens profond de la vérification des informations et la mesure qui convient pour le « traitement » médiatique de ce type d’affaire hyper politisée.

11/07/06 (B358-A) La presse en parle ! « Le témoin de Verviers se dit sous pression ». Affaire des parents d’IFTIN. Article publié par Le Soir de Belgique le 5/07/06 sous la signature Lallemand

LALLEMAND
Le Soir : édition du 05/07/2006 | page 11

Le scandale est connu : alors qu’il enquêtait sur les pratiques illégales du régime, le juge français Bernard Borrel, devenu conseiller du ministre djiboutien de la Justice, est assassiné le 18 octobre 1995 à Djibouti. Son corps est retrouvé le lendemain, à moitié carbonisé, dans un ravin.

Dix ans plus tard, l’enquête judiciaire remonte vers l’entourage de l’actuel président de la république Ismail Omar Guelleh, au point que ce dernier, en visite à Paris en 2005, se dérobe à une convocation de la justice française et gèle bientôt la coopération judiciaire entre Paris et Djibouti. Il y a une semaine encore, la thèse de l’assassinat était renforcée par la découverte de trois ADN masculins sur le short du juge.

Dans ce dossier, deux témoins-clés, tous deux membres de la garde présidentielle djiboutienne, vont chercher asile en Belgique, trop inquiets du sort qui leur serait réservé en France. Le premier, l’ex-lieutenant Mohamed Saleh Alhoumekani, fournit à la justice française le témoignage d’une conversation accablante entre l’actuel président de la république de Djibouti et les « exécutants ». Dans un premier temps, ce témoignage est contré par une lettre de son commandant, Ali Iftin. . . Jusqu’à ce que ce dernier gagne lui aussi la Belgique en 2002 et – devenu à son tour témoin de la justice française – affirme que le chef des services secrets djiboutiens l’avait contraint d’écrire la lettre infirmant les propos de son lieutenant.

Menaces sur les parents ?

Désormais réfugié politique, Ali Iftin, 45 ans, travaille à Verviers et ne ménage pas sa peine pour aiguillonner dans un certain sens les journalistes qui tentent de lever le voile sur les coulisses de Djibouti. Pas toujours fiable mais prolixe, il est l’une des sources d’un « Droit de suite » diffusé ces derniers jours sur Canal +, où est affirmée la thèse d’un assassinat du juge Borrel planifié au sommet de l’État djiboutien.

Est-ce par rétorsion ?

Toujours est-il que vendredi, les parents d’Ali Iftin, réfugiés au Somaliland, lui font passer un message : des hommes armés auraient quitté Djibouti par avion puis, embarqués dans un camion, se seraient postés vers deux heures du matin aux alentours de leur habitation, dans le village de Borama. Le père, Abdellahi Iftin, 80 ans, ancien officier de gendarmerie de Djibouti, et la mère, Mako, 70 ans, évoquent des « militaires djiboutiens » qui auraient souhaité les ramener de force à Djibouti pour disposer d’un moyen de pression sur le fils.

À défaut d’être vérifiable, l’histoire est simplement crédible : Borama dispose effectivement d’un aéroport où atterrit la compagnie djiboutienne Dallo. Et Djibouti, qui n’a jamais souhaité voir se stabiliser un Somaliland qui lui fait économiquement concurrence, est d’autant plus interventionniste dans cette zone que c’est là que se trouve le clan tribal dont est issu le président djiboutien. Si non è vero. . .

Notons que dans l’immédiat, ce n’est pas le dossier Borrel qui menace le plus le régime de Djibouti, mais une explosion sociale due à la déliquescence par prévarication des entreprises publiques : la rumeur annonce des coupures d’électricité (et d’eau ?) pour l’été.

11/07/06 (B358-B) Avant le départ des prédateurs, on devrait quand même commencer à se pencher sur la grave question de la récupération des fonds qu’ils nous ont pris. (lecteur)

Tous les signes avant-coureur de la chute du régime sont là. Le pays est ruiné, la population est ruinée, les services publiques ne fonctionnent plus que très partiellement : santé, eau, électricité, justice (déménagée), ….

Mais telle une barque lourdement chargée, le système Guelleh avance encore sur son erre, même si le moteur est tellement défaillant, qu’il ne l’entraîne déjà plus.

Il va bientôt stopper. Nous serions bien surpris, même si Guelleh a des encore des ressources dans le domaine des diableries, que la situation s’éternise. Pour la simple raison, c’est que le Peuple, pourtant patient au-delà du raisonable, commence à s’ébranler et le mouvement devrait s’amplifier.

Alors, nous devrons nous pencher sur le problème du remboursement des sommes ahurissantes qui ont été prélevées illégalement par le couple « Le Chamelier », comme vous dites.

Tout l’immobilier construit à Djibouti est récupérable et aura une valeur marchande : Haramous, le Day et les parts dans des sociétés, des immeubles, etc…

En revanche, nous devrons obtenir la coopération des banques pour savoir où l’argent liquide a été transféré : France, Angleterre, Afrique du Sud, … ? et probablement exiger une intervention de la communauté internationale pour faire geler les avoirs du dictateur et de tous ses proches avant évaporation.

Ensuite, l’argent étant soit récupéré soit gelé au pire, il faudra se pencher sur la responsabilité pénale de ces « horribles gens », qui nous ont spollié ouvertement, asservi, torturé, violé, tué et qui au final, comme remerciement, se moquent ouvertement de nous les populations djiboutiennes.

Chacun doit rejoindre son poste et penser à ce qu’il devra faire pour contribuer à la récupération de l’argent et pour apporter son témoignage des crimes dont il a été victime ou témoin..