Articles

22/11/06 (B370) RSF / ERYHTREE / Au moins neuf journalistes arrêtés lors d’une nouvelle rafle des services de sécurité.

Reporters
sans frontières est profondément révoltée par
la nouvelle rafle de journalistes ordonnée, à partir du 12 novembre
2006, par le gouvernement érythréen, ayant conduit à
l’incarcération au secret, dans des conditions probablement très
pénibles, d’au moins neuf journalistes des médias publics.

"La
terreur règne une nouvelle fois parmi les journalistes érythréens.
Le gouvernement contrôle son propre peuple grâce au mensonge,
à la peur et à la violence, et ne tolère pas que l’on
cherche à fuir le pays. Cette fois, nous espérons que cette
vague d’arrestations ne sera pas protégée par l’indifférence
de la communauté internationale, qui doit intervenir d’urgence. Après
les informations que nous avons obtenues sur le bagne d’Eiraeiro, nous avons
toutes les raisons de craindre pour l’intégrité physique et
même pour la vie des personnes arrêtées", a déclaré
Reporters sans frontières.

Depuis
le 12 novembre, le gouvernement érythréen procède à
une rafle au sein du personnel des médias publics, conduisant à
l’arrestation d’au moins neuf journalistes, a appris Reporters sans frontières.
Selon des témoignages recueillis à Asmara, des agents des forces
de sécurité se présentent chaque jour dans les locaux
du ministère de l’Information, qui abritent les rédactions des
médias publics, et interpellent des employés, sans explication.

Même
si cette liste n’est pas exhaustive, les journalistes arrêtés
à ce jour sont : Ahmed Baja, de la chaîne publique Eri-TV, Senait
Tesfay, du service en tigrinya de Eri-TV, Paulos Kidane, du service en amharique
de Eri-TV et de la station publique Radio Dimtsi Hafash (Voice of the Broad
Masses), Daniel Mussie, du service en oromo de Radio Dimtsi Hafash, Temesghen
Abay, du service en tigrinya de Radio Dimtsi Hafash, Yemane Haile, de l’agence
gouvernementale Eritrean News Agency (ENA), Fethia (nom de famille inconnu),
du service en arabe de Eri-TV, Simon (nom de famille inconnu), de Eri-TV,
et un journaliste dont l’identité est inconnue, travaillant pour le
service en arabe de Eri-TV.

Selon
une source locale, les prisonniers auraient été transférés
vers un centre de détention situé à Agip (5 km au sud
de Massawa, Est), une zone aride où se trouvent des centres de production
de sel. Un journaliste érythréen en exil a affirmé à
Reporters sans frontières que cette rafle aurait été
ordonnée dans le but de "terroriser les journalistes qui n’ont
pas encore fui le pays. Le gouvernement est en état d’alerte maximale,
après qu’un certain nombre de journalistes expérimentés,
qui occupaient des fonctions importantes au sein du ministère de l’Information,
ont fait défection récemment". Les journalistes arrêtés
seraient accusés d’avoir "de bons contacts ou de l’amitié"
pour leurs collègues qui se trouvent à l’étranger. Reporters
sans frontières a recensé en effet, depuis le 1er octobre 2006,
au moins six défections de journalistes érythréens, qui
ont fui le pays ou demandé l’asile politique à l’étranger.

L’annonce
de cette rafle survient à la veille de la "17e Journée
de soutien aux journalistes emprisonnés", organisée par
Reporters sans frontières le 23 novembre. 139 professionnels des médias
sont à ce jour emprisonnés dans le monde. L’Erythrée,
avec 22 prisonniers recensés, redevient la plus grande prison d’Afrique
pour les journalistes, et la troisième dans le monde après la
Chine (32 journalistes incarcérés) et Cuba (23).


Leonard
VINCENT
Bureau Afrique / Africa desk
Reporters sans frontières / Reporters Without Borders
5, rue Geoffroy-Marie
75009 Paris, France
Tel : (33) 1 44 83 84 84
Fax : (33) 1 45 23 11 51
Email : afrique@rsf.org / africa@rsf.org
Web : www.rsf.org

22/11/06 (B370) BBC Comme nous l’annonçions depuis des semaines, la tension monte dans la Corne de l’Afrique, non seulement en Somalie, mais aussi entre Erythrée et Ethiopie, qui rejettent aujourd’hui le plan concernant la délimitation de leurs frontières communes (Info lectrice en Anglais).

Horn
rivals reject border plans

Dusty Badme was at the centre of the border dispute Ethiopia and Eritrea have
rejected a proposal put forward by an independent boundary commission to demarcate
their disputed Horn of Africa border.

Both countries
boycotted a meeting at The Hague, which was to discuss plans to mark the border
on UN maps rather than delineate it on the ground.

An Ethiopia
spokesman said the planned demarcation would be "illegal", while
Eritrea wants a physical demarcation.

The commission
was set up following the end of the countries’ 1998-2000 war.

Ethiopia
has never accepted the boundary commission’s decision to award the disputed
town of Badme to Eritrea.

TENSE
BORDER
Dec 2000: Peace agreement
Apr 2002: Border ruling
Mar 2003: Ethiopian complaint over Badme rejected
Sep 2003: Ethiopia asks for new ruling
Feb 2005: UN concern at military build-up
Oct 2005: Eritrea restricts peacekeepers’ activities
Nov 2005: UN sanctions threat if no compliance with 2000 deal

Q&A:
Horn’s bitter war
Tensions remain high and some fear conflict could reignite as the two countries
are accused of backing rival sides in neighbouring Somali.

Eritrea
backs the commission’s proposals but insists that the border should be physically
marked out.

"Eritrea’s
position is very clear: we have accepted the decision," Yemane Gebremeskel,
the director of Eritrean President Isaias Afewerki’s office told the AFP news
agency.

"If
Ethiopia obstructs the demarcation, the answer does not lie in accommodating
or placating Ethiopia," he said. "The answer lies in taking appropriate
measures against them."

"Ethiopia
has informed the commission that its proposal, if implemented, would result
in a decision void of any legal force or effect and therefore must be rejected,"
said a statement from Ethiopia’s foreign ministry.

The United
Nations Mission in Ethiopia and Eritrea (Unmee) has more than 2,000 troops
in a buffer zone along the border.

Eritrea
has placed restrictions on the UN operation since last year, calling for more
international pressure to make Ethiopia withdraw from Badme.

More than
70,000 people died in the border conflict.

21/11/06 (B370) BAIDOA, Somalia (Reuters) – Un haut responsable des Nations unies demande au Gouvernement Somalien de tenter de renouer le dialogue de paix avec les islamistes, afin de mettre un terme aux hostilités. (Info lectrice)

A top
U.N. envoy met Somali government leaders on Monday to try to revive foundering
peace talks with rival Islamists, the latest bid to stop growing hostilities
in the Horn of Africa nation.

Francois
Lonseny Fall, the U.N. Secretary-General’s special representative to Somalia,
flew into the government’s sole outpost Baidoa to meet President Abdullahi
Yusuf, Prime Minister Ali Mohamed Gedi and top officials of the fractured
government.

Security
was tight on the short drive from the airport to the presidential compound,
a day after an Islamist source said fighters loyal to the religious movement
had attacked an Ethiopian military convoy heading to Baidoa.

« We
strongly urge the transitional federal institutions to remain committed to
dialogue. The international community is very, very concerned, » Fall
said, noting the government’s rejection of a deal brokered by their parliamentary
speaker.


« The secretary-general wants to encourage you to keep the doors of dialogue
open, » he said, adding he expected talks to resume in Sudan’s capital
Khartoum in mid-December.

After
several hours of talks with Fall, the government said it had invited parliamentary
speaker Sharif Hassan Sheikh Adan back to Baidoa, despite rejecting a deal
he brokered to restart talks with the Islamists that failed three weeks ago.

Adan had
traveled to Mogadishu this month to meet the Islamists, who have challenged
the Western-backed interim administration’s authority by seizing most of southern
Somalia.

« They
came to us worrying about the unity of the transitional federal institutions, »
Gedi said. « When they have read our unified position, their concerns
have been addressed. »

Fall welcomed
the decision on Adan, but it was not clear if the government was warming to
the speaker’s talks plan

« VERY
DIFFICULT MOMENT »

Adan has
always had good relations with the Islamists and some of their businessmen
backers, often putting him at odds with Yusuf and Gedi, both closely allied
to neighbor Ethiopia.

Gedi said
Adan’s peace plan was not discussed with Fall.

The U.N.
envoy’s trip comes in the wake of a U.N. report which says several nations
were fuelling Somalia’s march to war.


The report says at least seven African and Middle Eastern nations are providing
arms and military supplies to the Islamists and three are arming the government.

The Islamists
seized the capital Mogadishu in June and now control much of the south, leaving
the government in Baidoa where residents say Ethiopian troops are protecting
it.

The
Islamists are just 30 km (18 miles) from Baidoa.

An Islamist
source said on Sunday fighters loyal to the religious movement, which wants
to rule Somalia by sharia law, attacked an Ethiopian military convoy in southern
Somalia. A security source said six Ethiopians were killed in the incident.

If confirmed,
it would be the first attack by the Islamists on Ethiopian troops, against
whom they have declared holy war.

But Ethiopia’s
Foreign Ministry said on Monday a truck carrying food for Ethiopian trainers
hit a landmine on Sunday, but denied any soldiers were involved, or that there
was a shootout. Addis Ababa denies sending troops to Somalia.

©
Reuters 2006. All Rights Reserved.

21/11/06 (B370) Dans l’ADI, les autorités djiboutiennes rejettent toute aide apportée aux Tribunaux islamiques.

Note
de l’ARDHD : on sait que Guelleh utilise le mensonge en permanence. C’est
comme le meurtre du Juge Borrel où récemment encore, il voulait
nous faire croire à un suicide en dépit de toutes les preuves
!!!

Djibouti
dément énergiquement les allégations erronées
contenues dans le rapport du « monitoring group on Somalia »

DJIBOUTI (ADI) – 19 Nov 2006- Le Chef de la diplomatie djiboutienne
a, dans un communiqué publié dimanche, réfuté
énergiquement les assertions « totalement fallacieuses et sans
fondements » contenues dans le dernier rapport du « monitoring group
on Somalia », selon lesquelles Djibouti fournirait un soutien à
l’union des Tribunaux islamiques en Somalie. Lire ci-après l’intégralité
du communiqué :

« Suite
au dernier rapport du « monitoring group on Somalia » sur les présumés
violations de l’embargo sur les armes établi par la résolution
733 (1992), la République de Djibouti tient à informer la présidence
du Conseil de Sécurité qu’elle dément énergiquement
les accusations totalement fallacieuses et sans fondement contenues dans ce
rapport.

Ceci est
d’autant inadmissible, que la République de Djibouti a toujours
collaboré avec le « monitoring group on Somalia » avec transparence,
en répondant à l’ensemble de ses correspondances avec
toutes les précisions requises, afin d’éviter toute ambiguïté
qui pourrait conduire à des interprétations erronées
ou de malheureuses inexactitudes.

Ceci malheureusement
n’est pas le cas, puisque le « monitoring group on Somalia »
évitant de vérifier l’évidence et l’authenticité
des éléments d’informations et les détails techniques
fournis, a préféré privilégier les rumeurs et
les suppositions en développant des contrevérités absolument
insensées.

Cette
approche de toute évidence invalide la méthodologie employée
et altère sensiblement l’intégrité du « monitoring
group on Somalia ».

Pour répondre
clairement aux allégations de cette institution, faisant état
d’une « livraison d’uniformes et des médicaments, le
30 juillet 2006, destiné à l’ICU par la compagnie Djibouti
Airlines », il serait plus impliqué, par souci de simplicité
et de vérité, de se référer aux correspondances
explicites, qui se trouvent en annexe I et II du rapport, et dont l’authenticité
est aisément vérifiable.

Dans ces
documents, il est clairement mis en évidence que :
1. la compagnie Djibouti Airlines n’a jamais été affrétée
par la société Crossant Rouge de Djibouti et qu’elle n’a
jamais opéré à Mogadishu le 30 juillet 2006.

2. Deux
vols de la compagnie Dallo Airlines, à caractère strictement
humanitaire ont été effectivement loués par le CICR à
la demande du Croissant Rouge de Djibouti et le croissant Rouge Somali le
18 mai et le 20 juin 2006.

Le bureau
logistique du comité international de la Croix Rouge a réceptionné
la cargaison en présence des responsables des hôpitaux de Mogadiscio.

Il est
également important de souligner que cette opération a été
réalisée avec le concours financier de la délégation
régionale du CICR à Nairobi.

Ces livraison
contenaient exclusivement des médicaments destinés aux victimes
des conflits sanglant qui a commencé à secouer Mogadiscio dès
février 2006 « en faisant des centaines des morts et forçant
des milliers de personnes à fuir leurs foyers aggravant encore une
situation humanitaire déjà terrible » comme le décrit
le Secrétaire général des Nations Unies dans son rapport
au Conseil de Sécurité, sur la situation en somalie, le 23 octobre
2006.

3. Les
deux vols n’ont jamais atterri à l’aéroport de Mogadiscio
qui était fermée à ces dates mais au « Kilomètre
50 » dans le Lower Shebelle (Merka).

J’espère
que ces informations dont les détails techniques sont à tout
moment vérifiables permettront de restaurer la vérité
et aider les membres du Conseil de Sécurité à mieux appréhender
la réalité des faits.

En tout
état de cause, il est clairement admis par tous les observateurs peu
ou prou impliqués dans la résolution de la crise en Somalie,
que la République de Djibouti a toujours manifesté, sans la
moindre ambiguïté, son attachement à la promotion de la
réconciliation et de la paix par le dialogue et le consensus politique
et qu’elle s’est toujours opposée à toutes les politiques
hasardeuses destinées à plonger la Somalie dans le chaos et
les guerres intestines interminables.

De ce
fait, nous osons croire, que le principe de l’exagération, les
raccourcis tendancieux qui semblent caractériser ce document ne dissimulent
pas des objectifs et des intérêts politiques exogènes,
visant à valider in fine la levée de l’embargo et l’envoi
d’une force régionale en somalie.

Si tel
est le cas, c’est l’intégrité et la neutralité
du « monitoring group on Somalia » qui risquent d’être
remises en cause ».

21/11/06 (B370) Décès d’Hassan Gouled Aptidon. (Info lecteur)

Nous venons d’être
informés du décès de l’ancien Président Hassan
Gouled Aptidon, premier Président de la République de Djibouti.

Notre Association
a combattu ses décisions et sa méthode de gouvernement dictatorial
de son vivant. Aujourd’hui à l’heure de sa disparition, il ne nous
appartient plus d’émettre des critiques sur les crimes qui ont été
commis sous son autorité. Nous nous en abstiendrons.

Nous présentons
à toute sa famille et à ses proches nos condoléances
ainsi qu’au Peuple djiboutien pour lequel, il avait représenté
un formidable espoir.

Que Dieu l’accueille
en son Paradis. Amen

21/11/06 (B370) Disparition d’Hassan Gouled Aptidon. L’ADI insiste sur le fait que son décès est une mort naturelle. Curieux ! Y aurait-il des cas de mort non naturelle à Djibouti. Qui pourrait le croire ? (ARDHD)

Nous ne
voudrions pas être taxés de mauvais esprit dans un contexte douloureux
où un homme qui avait été porté par un formidable
espoir, s’est éteint.

Mourir
à 90 ans est déjà remarquable. Peu d’hommes atteignent
cette longévité : manque de soins, volonté divine …

Alors
pourquoi l’ADI insiste-t-elle « … Le père de la nation est décédé
mardi à 4 heures du matin (heure locale) d’une mort naturelle
… « .

A croire
qu’il y aurait des décès qui ne seraient pas liés à
des causes naturelles à Djibouti.

Ah ! Culpabilité
quand tu nous tiens … tu finis toujours par nous faire commettre une erreur
fatale !

21/11/06 (B370) Le Soir (Bruxelles) Djibouti, ses locations de bases militaires et son recours à la torture. (Note de l’ARDHD : l’article fait état des tortures appliquées sur ordre du Gouvernement à l’encontre de Djiboutiens ou de « Voisins », mais aussi, il évoque maintenant de possibles tortures perpétrées par les forces US, qui vont dans le sens des publications d’Amnesty International. (Info lecteur)

Le Soir : édition
du 21/11/2006 | page 15
Enquête – Djibouti – De notre envoyé spécial

C’est
un tout petit bout d’Afrique, un bout de lave au carrefour de la Somalie,
de l’Ethiopie et de l’Erythrée, narguant le Yemen. Un lieu hautement
stratégique, face au Bab el Mandeb, clé d’accès à
la mer Rouge. Un micro-Etat crevant de misère et qui pourtant, s’il
n’était saigné à mort par la prévarication de
ses élites, pourrait financer la totalité de son budget par
les seules aides étrangères.

Les revenus
fiscaux nationaux, tous les revenus du port et de sa zone franche ne viennent
qu’en surplus d’un trésor sur lequel Djibouti veille jalousement :
les locations de bases militaires et leurs revenus indirects. Les armées
de France, des Etats-Unis, d’Allemagne et demain probablement de Grande-Bretagne
ont mis pied à terre à Djibouti, qui pour surveiller le Golfe
d’Aden, qui pour infiltrer la côte de Somalie sans devoir demander la
bénédiction de Mogadiscio, ou orienter leurs batteries de missiles
vers les bases d’activistes islamistes basées au Yémen.

Ici,
on torture. Le fait est commun.

Mohamed
Ahmed Mohamed, syndicaliste djiboutien, bien connu de la Fédération
internationale des droits de l’homme (FIDH), nous donne rendez-vous dans un
hôtel du boulevard Clemenceau pour décrire les traitements reçus
à la prison centrale de Gabode. Son témoignage
est confirmé par un autre syndicaliste, Hassan Cher, depuis peu candidat
réfugié politique en Belgique : « Les geôliers disposent
d’une double chaîne montée en croix, avec un crochet au milieu.

Les quatre
extrémités sont munies de fers pour y attacher les mains et
les pieds.

Cela
n’a l’air de rien, mais les geôliers, pour leur plaisir, attachent
le détenu à cette chaîne puis le pendent à
l’arbre qui se trouve à l’intérieur de la prison. Les
articulations souffrent. C’est intenable plus de dix minutes. Sous la
douleur, j’ai vu un prisonnier déféquer dans son pantalon.
»

Cela,
c’est pour la torture commune, la torture policière dénoncée
de longue date par la FIDH et les syndicats de Djibouti.

Mais ce
5 avril, une autre réalité s’est révélée
grâce à Amnesty International (1) : Djibouti serait aussi utilisé
comme lieu de transit et d’interrogatoire des détenus-fantômes
de la guerre au terrorisme. AI n’a révélé qu’une part
des dossiers qu’ils détiennent, dont le témoignage de Muhammad
al-Assad, arrêté à Dar es Salaam, en Tanzanie, le 26 décembre
2003, et « exfiltré peu avant l’aube le jour suivant ».
Il sera détenu en Afghanistan, puis au Yemen.

«
Des sources en Tanzanie disent que (Muhammad) a été transporté
à Djibouti dans un petit avion américain, note le rapport d’Amnesty.
Muhammad al-Assad dit que là, il a été questionné
par des officiels américains, un homme et une femme, qui lui ont dit
qu’ils étaient du FBI. Une photo du président
de Djibouti (Ismail Omar Guelleh) pendait au mur de la salle d’interrogatoire.

Muhammad al-Assad a passé deux semaines dans ce lieu avant d’être
préparé pour un autre transfert. Il pense qu’il s’agissait cette
fois d’un avion plus grand puisqu’il a pu y entrer sans courber la tête
ou se pencher. . . »

Le Soir,
en coopération avec Amnesty International-Londres, a tenté d’en
savoir plus sur l’existence d’un lieu secret de détention et interrogatoire
à Djibouti. Une piste d’autant plus intéressante qu’en mars
2005, le général américain John Abizaid avait déclaré
au Sénat américain : « Djibouti nous a donné un
soutien extraordinaire tant pour les bases et l’entraînement militaire
que pour les opérations anti-terroristes. »

Nous avons
effectivement retrouvé un lieu en périphérie de Djibouti-city,
en bordure de l’aéroport international Ambouli, que la rumeur de la
capitale suspecte d’avoir abrité ce genre de détenus-fantômes.

C’est
une villa blanche de plain-pied, un « T3 » : deux chambres, un
salon, avec cuisine et salle d’eau. Pas de caves. Les voisins immédiats
sont français puisque l’immeuble se trouve dans le lotissement de l’aviation
civile française. La description du lieu, transmise à Muhammad
al-Assad, est conforme à ses souvenirs.

Nous avons
retrouvé le garde. Ce qu’il raconte est étonnant : cette villa
« existerait » depuis deux ans, et serait connue du service de
renseignements djiboutien. Mi-2005, en juin ou juillet, trois « Arabes
de petites tailles » y auraient été détenus, ainsi
qu’un « Africain de l’Ouest », qui semblait « très
fatigué ».

Le
garde fait également mention de la détention en 2006 de «
trois femmes éthiopiennes ».

Or Amnesty
a lui aussi eu vent d’une autre disparition, en Tanzanie toujours mais en
2005 cette fois, le prisonnier ayant peut-être été lui
aussi renvoyé à Djibouti. Quant aux « femmes éthiopiennes
» signalées en 2006, cela cadre avec la répression des
Oromos, considérées comme « terroristes » par Addis-Abeba.

Interrogé
sur la possibilité que la République serve de lieu de transit
pour les détenus-fantômes, le président Ismail Omar Guelleh
dénie, avant de préciser qu’en réalité il ne disposerait
pas de pouvoirs de contrôle : « Qu’on nous le prouve ! Ce qui
se trouve dans Camp Lemonier (la base militaire louée par les Etats-Unis),
nous n’y avons pas accès ».

(1)
Amnesty International, « USA : Below the radar – Secret flights to torture
and disappearance », 5 avril 2006.

21/11/06 (B370) Puntland : le Président accepte d’imposer la Charia sur le territoire de la Province semi-autonome. (AP / Infor lecteurs)

__________________________________________
AP

Somalie:
le président de la province du Puntland impose à son tour la
charia

MOGADISCIO,
Somalie (AP) – Le président de la province semi-autonome du Puntland
a décidé lundi d’imposer la charia (loi islamique) sur son territoire,
une initiative surprenante dans cette région de Somalie qui avait résisté
jusqu’à présent à la montée en puissance de l’islamisme.

La décision
du président de la province, le général Addeh Museh,
a été annoncée dans un décret alors que les craintes
sont de plus en plus grandes de voir l’Union des tribunaux islamiques prendre
le pouvoir au Puntland.

L’Union
des tribunaux islamiques contrôle déjà la plus grande
partie du sud de la Somalie où elle a imposé la charia. AP

____________________________________________
BBC

Somali
region to switch to Sharia

The leader of Somalia’s autonomous region of Puntland has agreed to introduce
Islamic law in the territory.
Mohamed Adde Muse said a committee would decide how best to implement Sharia
to replace the current Western-based system of civil laws.

Correspondents
say the move follows intense pressure from local Muslim and clan leaders.

Puntland
has been far more stable than southern Somalia after running its own affairs
since 1998.

Much of
southern Somalia is now controlled by the Islamist Union of Islamic Courts
(UIC).

Earlier
this month, Puntland denied reports its forces had clashed with Islamist militias
near the border.

Some Puntland
leaders had threatened to join the UIC, correspondents say.

John Prendergast,
a senior adviser with the International Crisis Group, think-tank said the
decree was intended to avoid conflict with the UIC.

« Puntland
authorities are trying to pre-empt the UIC’s agenda before the UIC makes a
major play to overtake the government there, » he said.