Articles

16/10/2012 (Brève 038) Nouvelles arrestations arbitraires d’opposants politiques qui étaient en campagne, en prévision des élections législatives. (Correspondant)

Je viens d’être alerté par un appel téléphonique.

Mon interlocuteur, président d’un parti d’opposition m’a informé de l’arrestation hier après midi à Tadjourah de :

  • Hassin Amin Ahmed
  • Abdo Houssein Ahmed
  • Youssouf Omar (President de l’annexe de Tadjourah )
  • Mohamed Daoud Mohamed ( membre Fondateur)
  • Ali Ibrahim Houmed .

Ces 5 personnes ont été arrêtés par la police politique, alors qu’ils revenaient du nord de Tadjourah dans le cadre des prochaines législatives.

13/10/2012 (Brève 038) Un lecteur nous signale une nouvelle chanson de Neima Djama, disponible sur Youtube qui est diffusée avec des caricatures du couple présidentiel … (A écouter et à voir)

Lien avec Youtube


08/06/2000 – Le gouvernement aux abois de Guelleh fait diversion face a la grogne des fonctionnaires non payes depuis des lustres

Monsieur Schaal,

Le gouvernement aux abois de Guelleh fait diversion face a la grogne des fonctionnaires non payes depuis des lustres.Dans une entrevue publiee par le site de l »homme aux deux bourses (d’etudes,

Samatar Miguil pour ne pas le nommer) et gendre du ministre de son etat, le dictateur de Djibouti annonce tout simplement la presence de petrole, de diamants dans le sol djiboutien.

Rien de moins

En attendant ni salaires, ni electricite, ni bourses d »etudes (sauf pour les beaux freres)

M.A.

08/06/2000 – Nouvelle violation des Droits de l’Homme. Après ceux de Me AREF, de M Moumin Bahdon, etc.. M. GUELLEH confisque le passeprot de M. Aden ROBLEH, Président du PND. Vengeance mesquine, provocation ou besoin de prouver qu’il lui reste encore certains pouvoirs ? (Communiqué du PND)

PND
PARTI NATIONAL DEMOCRATIQUE
————
LIBERTE – RESPONSABILITE – SOLIDARITE
————
Représentation en France et en Europe
————

COMMUNIQUE DE PRESSE

-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

Le Président du PARTI NATIONAL DEMOCRATIQUE (PND), Monsieur ADEN ROBLEH AWALEH, vient de faire l’objet d’une mesure de confiscation de passeport.

Pour cette raison, M. ADEN ROBLEH AWALEH n’a pu prendre part à la réunion de AFRICA LEADERSHIP FORUM à laquelle il était invité. Celle-ci s’est tenue à Abuja (Nigéria) du 1er au 2 juin 2000. M. ROBLEH avait participé à cette même conférence en juillet 1997 à Gaborone (Botswana).

Le héros de l’indépendance nationale, l’ancien compagnon de lutte des prestigieux combattants africains de la liberté se voit ainsi refuser de jouir de sa liberté la plus élémentaire : celle d’aller et de venir. Ses compagnons de lutte s’appellent, entre autres, docteur NETO d’Angola, Amilcar CABRAL de Guinée Bissau, Samora MACHEL du Mozambique, Tabo MBEKI d’Afrique du Sud, Sam NUJOMA de Namibie, du président actuel du Mozambique, CHISSANO et de bien d’autres non moins célèbres.

En agissant de la sorte, le régime dictatorial en place à Djibouti a dévoilé au monde son vrai visage. Les dictatures les plus décriées du continent n’oseraient pas s’aventurer sur ce chemin !.

L’ire de la dictature djiboutienne n’épagne même pas la famille de cette personnalité que le peuple djiboutien considère comme un véritable monument historique. Sa fille IDIL ADEN ROBLEH s’est vu refuser une bourse d’études alors qu’elle a été, l’année dernière, parmi les cinq premièrs lauréats du lycée d’Etat. Elle poursuit aujourd’hui en France des études universitaires avec des ressources de misère. Le fils aîné est, quant à lui, interdit de travail dans son pays.

L’ombre du héros semble terrifier les tenants du régime.

L’auteur du livre autobiographique  » Djibouti, Clef de la Mer Rouge  » est décidé à poursuivre ce qu’il appelle très justement son  » deuxième grand combat  » à savoir l’instauration de la démocratie dans le pays. Aucune pression de quelque nature que ce soit ne pourra l’empêcher de poursuivre cette voie. Pour cette lutte il a déjà passé six ans d’exil en France, de 1986 à 1992.

Le régime djiboutien devrait balayer devant sa porte avant de demander aux somaliens de se réconcilier. Ce régime est mal placé pour donner aux somaliens des leçons de dialogue, de tolérance et de démocratie.

M. ADEN ROBLEH AWALEH est un spécialiste de la Somalie. C’est de là qu’il a dirigé, durant 12 ans, le Front de Libération de la Côte des Somalis (F.L.C.S.), mouvement artisan de l’indépendance de Djibouti. Toute la classe politique somalienne fait montre d’une grande estime à son égard. Ceux qui sont réunis à Djibouti pour la conférence de réconciliation inter-somalienne ne cachent pas leur malaise en apprenant l’attitude du régime djiboutien à l’égard d’ADEN ROBLEH AWALEH. Pourtant, ce dernier, en dépit de sa situation, ne cesse de prôner la réconciliation auprès des conférenciers somaliens qui viennent le voir chez lui (il n’est pas associé à l’organisation de la conférence). Il leur demande instamment de mettre un terme à la guerre fratricide qui les oppose.

Pour le soutien de M. ADEN ROBLEH AWALEH, je fais appel :
– aux associations des droits de l’homme ;
– au président en exercice de l’OUA, S.E. M. ABDELAZIZ BOUTEFLIKA,
– au secrétaire général de l’OUA, S.E. M. SALIM AHMED SALIM ;
– à la Ligue Arabe ;
– au Président du Nigéria, S.E. M. OBASANJO, Président de AFRICA LEADERSHIP FORUM ;
– au secrétaire général des Nations Unies ;
– à M. SAHNOUN, secrétaire général adjoint de l’ONU ;

– à tous les anciens compagnons de la lutte de libération africaine.
– à la Commission Africaine des Droits de l’Homme ;

– à Amnistie Internationale.

Fait à Paris, le 5 juin 2000

SAÏDA BARREH FOURREH
Représentante du PND en France
et en Europe.

_____________________________________________

Note de l’ARDHD :

Depuis plusieurs mois, nous attirons l’attention de l’opinion internationale sur les atteintes à la Liberté de déplacement dont sont victimes de nombreuses personnalités djiboutiennes (En particulier, Me Mohamed AREF, M Moumin BAHDON, M. Moussa IDRISS, M Aden Robleh AWALEH et bien d’autres encore sont interdits de voyager. Ces pratiques sont condamnées par toutes les instances internationales et sont en contradiction avec les accords et traités internationaux signés par Djibouti)

La semaine, nous avons publié une alerte pour demander à M. Guelleh de rendre tous les passeports confisqués illégalement par son régime.

Ce nouveau geste est-il une réponse ou une provocation ?

En tout cas M. GUELLEH persiste et montre par ce nouveau geste qu’il n’a aucune intention d’ouvrir son régime à la démocratie. L’Accord-Cadre, dans ces conditions, semble ‘bien mal engagé’ …..

Nous allons lancer une information à destination du Gouvernement français, de la Communauté européenne et de toutes les Associations internationales qui interviennent en faveur des Droits de l’Homme.

On peut d’ailleurs se demander l’objectif stratégique de M. Guelleh, s’il y en a un. Chaque confiscation de passeport empêche une personnalité de se rendre à une conférence ou à un congrés international : (Me AREF – Commémoration du Cinquanternaire de la Déclaration des D.H., conférence préparatoire à la réunion Europe-Afrique, M. ROBLEH : réunion AFRICA LEADERSHIP FORUM). A chaque fois les organisateurs sont informés des raisons de l’absence du délégué djiboutien et ils publient un communiqué international pour condamner les pratiques du régime … Djibouti se retrouve un peu plus isolé à chaque fois … pour toutes les violations des D.H. qui y sont commises. Cela sert-il la cause du peuple djiboutien ??

08/06/2000 – Violation des Droits de l’Homme: les enfants nés à Djibouti, dont l’un des parents est citoyen d’un autre pays, n’ont pas les mêmes droits que les autres enfants ….

Merci M Schaal pour vos campagnes courageuses et couronnees de succes. Je vous propose si vous le permettez une nouvelle cause.

Si vous reussissiez a mettre en branle l’opinion mondiale comme dans le cas des enfants ethiopiens, alors je vous garantis que beaucouip de monde vous seront reconnaissants.

Voici de quoi il s’agit :

Bien que nes a Djibouti et y ayant vecu toute leur vie, les enfants des couples etrangers ou dont l’un des parents n’est pas de nationalite djiboutienne est traité comme un étranger.

Chaque annee des nouveaux bacheliers ayant vecu toute leur vie a Djibouti se voient dans l’impossibilite de se porter candidat a une bourse d’etudes simplement parce que sa mere est ethiopienne, somalienne.

Et ce, que bien qu’ils soient ne a Djibouti, qu’ils y aient vecu toute leur vie.

Eclairez ma lanterne M Schaal, des cas de personnes apatrides comme cela existe-il dans le monde.Y a t-il une discrimination de ce type dans le monde. Je croyais que les apatrides n’existaient pas dans le monde.

Pendant ce temps, des gens comme Samatar Miguil beneficient de deux bourses parce que leur soeurs sont mariees a des ministres.

Je vous rappelle que du temps de l’administartion coloniale, le droit du sol s’appliquait bien evidemment

Merci

06/06/2000 – APPEL URGENT de l’Association France-Erythrée

Le conflit frontalier qui oppose l’Erythrée et l’Éthiopie depuis deux ans a , au cours des deux dernières semaines, totalement changé de nature. C’est à une véritable invasion de l’Erythrée que nous assistons aujourd’hui.

Après avoir envahi le sud-ouest érythréen, occupé la capitale provinciale Barentu et les villages des plaines du Gash , l’armée éthiopienne a envahi cette semaine les hauts plateaux du sud erythréen sur plusieurs dizaines de kilomètres de profondeur et
tente maintenant de progresser vers Asmara.

Elle pousse devant elle des centaines de milliers de civils qui fuient le retour, neuf ans après l’accession à l’indépendance de l’Erythrée, des troupes éthiopiennes. Après Tukumbia, Barentu et Agordat , ce sont maintenant Tsorona, Senafe et Adi Caieh et les nombreux villages de ces régions que leurs habitants sont désormais forcés d’abandonner.

Selon les autorités érythréennes, près d’un million de déplacés ont été ainsi jetés en deux semaines sur les routes, tandis que l’aviation éthiopienne continue de bombarder des objectifs civils, comme aujourd’hui encore la centrale électrique de Massawa.

Parmi ces déplacés, plus de 200 000 le sont pour la seconde fois.

Lors de l’ éclatement du conflit frontalier en 1998 , ces villageois avaient été déplacés dans des camps, situés en arrière de la frontière internationale, pour échapper aux bombardements éthiopiens.

Ils sont aujourd’hui contraints à un second exode. Parmi ces déplacés, plusieurs dizaines de milliers d’érythréens ou d’éthiopiens d’origine érythréennes, victimes d’ un « nettoyage ethnique » en Éthiopie. Raflés ces deux dernières années dans les rues d’Addis Abeba, brutalement déportés malgré les protestations platoniques de la communauté internationale, et littéralement jetés aux frontières par les autorités éthiopiennes, après qu’on leur ait volé tous leurs biens.

Plusieurs dizaines de milliers d’érythréens ont pu trouver refuge au Soudan ou se sont massés aux frontières du Soudan . La grande majorité marche à pied vers les régions érythréennes non occupées.

Leur détresse est immense, leur dénuement total. Ils n’ont rien, ni eau , ni vivres, ni abris.

Cette catastrophe humanitaire est immense . Elle requiert une action d’urgence .Qu’elle soit provoquée par les ambitions guerrières de l’Éthiopie, qui préfère dépenser des centaines de millions de dollars dans cette invasion meurtrière plutôt que de nourrir la population de ses propres ethnies minoritaires dans le sud de l’Éthiopie – rend évidemment urgente une action politique décidée de la Communauté internationale pour arrêter les envahisseurs et défendre l’indépendance de l’Erythrée dans ses frontières internationalement reconnues.

Mais elle requiert également notre solidarité immédiate avec les populations déplacées. Elles ont besoin de nous . L’Association France – Érythrée lance un appel pressant à toutes les organisations humanitaires et associations de solidarité internationales pour qu’elles apportent d’urgence – Elle appelle les autorités françaises à sortir de leur indifférence, à envoyer des cette semaine des vivres et du matériel sanitaire en Érythrée.

– Elle lance un appel angoissé à l’Union Européenne pour qu’ elle mobilise ses moyens au profit d’un petit peuple courageux, victime d’une catastrophe qui dépasse hélas très largement , par son ampleur en vies humaines anéanties ou brisées, celles survenues ces dernières années au Koweit, au Kossovo ou en Bosnie. Alors que l’Union Européenne ( et ses États membres) participe pour des montants importants à aider les populations éthiopiennes victimes de la disette, la non assistance aux populations érythréennes en danger serait, pour la France et l’Europe, un crime impardonnable.
28 mai 1999

Association France-Erythrée
5 rue Pierre Baudry
92140 Clamart .
Tel. : 02 43 92 23 52/

01 40 46 06 69/
01 46 45 55 72

______________________________________________________________

Jean-Christophe Goux
e-mail: Jeangoux@yahoo.fr

05/06/2000 – DEMANDE D’INTERVENTION HUMANITAIRE POUR AMIR ADAWE que les autorités ETHIOPIENNES refusent de soigner … (Communiqué du PND)

COMMUNIQUE DU PARTI NATIONAL DEMOCRATIQUE (P.N.D.)

-République de Djibouti-

Paris le 4 Juin 2000,

DEMANDE D’INTERVENTION HUMANITAIRE POUR AMIR ADAWE
que les autorités ETHIOPIENNES refusent de soigner …

Suite au précedent Communiqué du 1er Juin 2000, nous faisons un APPEL URGENT et international concernant le Journaliste AMIR ADAWE: Son état de santé est grave et nécéssite l’intervention de services médicaux adaptés.

Rappel : M.AMIR avait recu, pendant son incarcération dans un trou à HARRARE (Ethiopie), une balle dans une jambe par la police ethiopienne.

Le service médical de l’Hopital de Police voulait le transferer dans un hopital mieux équipé d’ADDIS ABEBA (Ethiopie) pour une opération de la jambe. Malheureusement les autorités éthiopiennes ont refusé ce transfert, sans donner aucune raison.

Nous demandons une intervention urgente et humanitaire pour que M. AMIR ADAWE soit soigné le plus rapidement possible, afin que sa jambe et sa vie soient sauvés.

Nous demandons l’aide de toutes les associations, états et gouvernements.

Je vous remercie de votre soutien à cet appel au secours et vous demande de me contacter rapidement.

SAIDA BARREH FOURREH

Représentante du Parti National Démocratique en France et en Europe – Paris

Telephone: + 33 (0)1 56 08 12 48
Courriel: flc1@club-internet.fr

04/06/2000 – Samatar MIGUIL devient-il pirate ?

Faites attention si vous recevez un message envoyé par M Samatar MIGUIL :
Il peut contenir un virus caché dans un fichier NAE7F.MME.
En effet, le 8/06, il a tenté, en vain, d’infecter nos systèmes informatiques. Nous conseillons donc à tous les lecteurs la plus grande vigilance face à ces pratiques qui relèvent de la piraterie.