Articles

28/06/2014 (Brève 402) Bon ramadan à tous les Djiboutiens et à tous les musulmans dans le monde. (ARDHD)

L’équipe de l’ARDHD souhaite un bon ramadan à toutes les Djiboutiennes et à tous les Djiboutiens, celles et ceux qui sont au pays, les réfugiés en Ethiopie et ceux qui vivent à l’étranger. Ses voeux s’adressent aussi à tous les musulmans qui commencent aujourd’hui ou demain, ce mois béni.

Elle espère que chacun pourra vivre ce mois dans la paix et dans le recueillement et que le dictateur djiboutien ne prendra pas de nouvelles mesures contre les opposants et ceux qui critiquent son régime inhumain et sanguinaire.

05/07/07 (B402) AFAR COMMUNITY ASSOCIATION IN UK. Invitation

AFAR COMMUNITY ASSOCIATION IN UK

P.O. Box: 432 69
London E14 7WL

Tel & Fax No: 020 7377 6353

Email: afar400@hotmail.com

You are cordially invited
UK Afar Cultural Celebration
Brady Arts & Community Centre
192- 196 Hanbury Street
London E1 5HU


For more Information please contact us on

020 7377 6353 (office)

0798 555 3869

email: afar400@hotmail.com

Come and join us in this celebration of our heritage! We look forward to meeting you. Share in our wish for community cohesion and new links with other communities and service providers.

Free Admission and traditional food

05/07/07 (B402) AP / Le maire de Mogadiscio échappe à une tentative d’assassinat

Le maire de Mogadiscio a survécu jeudi à une tentative d’assassinat après une explosion ayant visé son convoi, a-t-on appris de sources officielles.

L’attaque qui visait Mohamed Dheere n’a fait aucun blessé, a précisé son porte-parole, Mohamed Muhyadin Ali. "Il s’agissait d’une tentative d’assassinat, mais il a heureusement survécu".

En mai dernier, une bombe avait explosé près du convoi du maire de la capitale somalienne, tuant deux civils.

L’explosion est survenue deux heures avant l’arrivée à Mogadiscio du représentant de la Commission européenne pour la Somalie pour évoquer les questions de sécurité et humanitaires avec le président Abdullahi Yusuf.

AP

05/07/07 (B402) BBC / Les militaires somaliens protestent pour obtenir le paiement de leurs soldes et des arrièrés. Somali soldiers protest over pay (En Anglais – Info lectrice)

Somali government soldiers have staged protests in two towns to demand payment after going seven months without any wages.

There was an exchange of gunfire in a barracks in Jowhar, near the capital, but there were no casualities.

Angry soldiers have taken control of a police station in the central town of Beledweyne.

The government is trying to assert its control after ousting Islamists from the capital, with Ethiopian backing.

Somalia has not had an affective national government for 16 years, since when rival militias have been battling for control of different areas.

Tax drive

Meanwhile, a roadside bomb has gone off near a convoy carrying Mogadishu mayor, and former warlord, Muhammad Dheere, although no-one was hurt.

Such attacks occur on an almost daily basis and are usually blamed on Islamist insurgents and fighters from the Hawiye clan – the largest in Mogadishu.

Hawiye leaders say they will not attend a reconciliation conference due to be held next month.

The BBC’s Mohammed Olad Hassan in Mogadishu says that until the government took control of the capital last December, soldiers were given occasional payments, even if they have not been paid regular salaries for many years.

But our reporter says even these have not been paid this year.

Bodyguards for the president and prime minister have, however, been paid, he says.

The government, chosen in 2004 after more than two years of peace talks in neighbouring Kenya, is trying to generate some revenue by asking companies to pay taxes.

Some businessmen, especially in telecommunications, are thriving despite the lawlessness – partly because they have not had to pay any taxes for so long.

05/07/07 (B402) BBC / Sévère condamnation par Human Right Watch des mesures d’obligation forcée prise par le Gouvernement éthiopien. Crackdown in Ethiopia condemned (En anglais – Info lectrice)

Ethiopia’s government has been accused of forcing thousands of civilians from their homes in a campaign against separatist rebels in the south-east.

US-based Human Rights Watch says troops had burned homes, seized livestock and carried out arbitrary arrests.

The group also accused the rebels of targeting officials and clan leaders who failed to support its insurgency.

Security was stepped up in April in the remote Somalia region after a deadly rebel raid on a Chinese-run oil field.

The ethnic Somali rebels – the Ogaden National Liberation Front (ONLF) – have been fighting for secession for the Somali region, also known as the Ogaden, since the 1990s.

Eyewitnesses

"The Ethiopian government appears to be pursuing an illegal strategy of collective punishment of the civilian population, and the ONLF has targeted civilians for attack," Human Rights Watch’s Africa director Peter Takirambudde said.

"Whatever the military strategy behind them, these abuses violate the laws of war," his statement continued.

But Bereket Simon, special adviser to Ethiopia’s prime minister, denied the accusations.

"The facts on the ground are absolutely different from what they say," AP news agency quotes Mr Bereket as saying.

HRW’s Tom Porteous told the BBC’s Focus on Africa programme that the report was based on evidence collected from people fleeing the region, mainly to neighbouring Somaliland.

"Whatever the sympathies of those civilians in the Somali region, it is quite clear under international humanitarian law that targeting these civilians is illegal and acceptable," he said.

"In the long run it’s counter-productive; it’s likely to lead to an escalation of the conflict rather than a de-escalation of it. This conflict has serious regional implications."

Meanwhile, about 100 Somalis are reported to be stranded on the border after being deported from Ethiopia, but refused permission to enter Somaliland.

04/07/07 (B402) Du 6 au 22 juillet, une partie de l’équipe de l’ARDHD sera en vacances, mais l’Association assurera une permanence avec vigilance. Sauf alerte rouge pour laquelle nous conservons la capacité de mettre en ligne toutes les informations, le nombre d’article publié sera réduit. (ARDHD)

En raison des vacances d’une partie des membres bénévoles de l’équipe de l’ARDHD entre le 6 et le 22 juillet, la capacité de mise en ligne des articles sera réduite.

En revanche, l’équipe assurera une permanence vigilante et serait à même d’assurer son rôle en cas d’informations graves ou importantes ou de déclencher une alerte rouge si les circonstances le justifiaient.

L’équipe continue à lire les boîtes e-mail à la disposition de tous les internautes qui souhaitent donner des informations.

04/07/07 (B402) SURVIE / BIllets d’Afrique N° 160 : Affaire Borrel / Les pieds dans le tapis djiboutien (A lire sous la signature de Jean-Loup Schaal)

Un communiqué publié par le Quai d’Orsay à l’origine des révélations sur les entraves de l’appareil d’Etat dans l’affaire Borrel. Remake de l’arroseur arrosé, version françafrique !

Le début de l’histoire remonte au 29 janvier 2005. Ce jour là, Hervé Ladsous, porte-parole du Ministère des Affaires étrangères, publie un communiqué affirmant que rien ne permet d’accuser les autorités djiboutiennes dans l’assassinat du juge Borrel et qu’une copie du dossier d’instruction leur sera prochainement transmise.

Se doutait-il du cataclysme qui allait atteindre deux ans plus tard Jacques Chirac ?

La Juge Sophie Clément avait naturellement refusé que la copie de son dossier (on parle de 30 tonnes) soit envoyée à Djibouti. Logique, puisque plusieurs personnalités très proches du pouvoir à Djibouti étaient mises en cause. Dans ce contexte, un procès local aurait mis un point final à la recherche de la vérité, à l’identification des meurtriers et à la confirmation du nom du commanditaire.

Du coup, Madame Borrel avait déposé une plainte pour tentative de pression sur la justice, contre le porte-parole du Ministre des Affaires étrangères. Devenu Ambassadeur de France en Chine, Hervé Ladsous a donc été entendu comme témoin assisté par les juges Pous et Ganascia. Il affirme s’être borné à publier un communiqué préparé par le cabinet du ministre de la Justice.

Et d’ajouter : "Quelqu’un aurait dû connaître la bonne procédure (…), c’était le métier du ministère de la Justice !". Les deux ministères avaient seulement "oublié" que les magistrats étaient indépendants et que la séparation des pouvoirs législatifs, judiciaires et exécutifs était inscrite dans la Constitution.

L’implication révelée de Jacques Chirac.

L’instruction de cette plainte, en marge de l’instruction pour assassinat, a donc fourni les premières preuves des protections dont a bénéficié le dictateur djiboutien, Ismaël Omar Guelleh. Les juges Fabienne Pous et Michèle Ganascia ont perquisitionné au Quai d’Orsay et au Ministère de la Justice, avant de se faire refuser l’accès à la cellule africaine de l’Elysée. On savait qu’elles avaient emporté de nombreuses pièces et des supports informatiques, mais on en ignorait le contenu.

Les informations ont filtré, reprises par l’AFP et plusieurs quotidiens dont Le Monde, Libération et le Nouvel Obs. Elles sont explosives. Ainsi des instructions avaient été données, le 30 juillet 2004, par Laurent Le Mesle, le directeur de cabinet du Garde des Sceaux, Pascal Clément (ou Dominique Perben ?) : "Je vous remercie de veiller à ce qu’il soit apporté une réponse favorable à la demande formulée par les autorités djiboutiennes".

Pire encore : c’est l’Elysée qui, face au refus de la Juge Sophie Clément, a conseillé à la République de Djibouti de porter plainte en janvier 2006 contre la France devant la Cour internationale de Justice de La Haye. La France prenant l’engagement d’accepter cette juridiction, alors qu’elle n’en avait pas l’obligation : elle l’a fait en août 2006, respectant ses engagements vis-à-vis du dictateur !

La situation est probablement inédite dans les annales de la République : un Président français en exercice recommandant à une puissance étrangère de porter plainte contre son propre pays. Aux dernières nouvelles, Jacques Chirac ne devrait pas être auditionné ni par les Juges Pous et Ganascia, ni par la Juge Clément (France Info du 26 juin 07).

Pourrait-t-il être poursuivi pour forfaiture?

Il y a fort à parier qu’il se retrancherait derrière l’immunité (article 67) qui protège tous les actes accomplis en qualité de Président de la République. Seule une décision de la majorité des députés pourrait renvoyer l’affaire devant la Haute Cour de Justice. Or avec une Chambre bleue UMP, on voit mal un vote favorable sauf … si le nouveau président de la République donnait une indication qui toucherait gravement son prédécesseur ? Possible mais quand même très peu probable !

Elisabeth Borrel faisait également état, le 13 juin dernier, de pressions sur la presse, en citant le cas d’un journaliste de RFI travaillant sur le dossier Borrel, David Severnay. Une note diplomatique de l’ambassadeur de France à Djibouti, Philippe Selz, du 24 janvier 2005, saisie par la justice au Quai d’Orsay suggère que Djibouti a effectivement demandé sa mise à l’écart.

Le traitement de l’affaire par RFI, radio financée à 60% par le Quai d’Orsay avait provoqué en janvier 2005 les foudres de Djibouti qui avait coupé l’émetteur local.

En interne, le retrait d’un article de David Servenay sur le site internet de la station avait été dénoncé par le personnel comme "un cas de censure". Face au tollé général, la direction de la station avait été contrainte de le remettre en ligne, mais avec une introduction présentant avantageusement la position des autorités djiboutiennes.

Les trois engagements de Sarkozy

Elisabeth Borrel a été reçu, à sa demande, par Nicolas Sarkozy. Une entrevue fructueuse, selon Madame Borrel, raccompagnée ostensiblement aux portes de l’Elysée en présence des photographes.

A cette occasion, Nicolas Sarkozy a pris trois engagements :

convaincre la Cour de Justice de La Haye d’entendre Elisabeth Borrel,

mettre fin à toutes entraves de l’instruction,

faire reconnaître officiellement la thèse de l’assassinat par le Parquet de Paris.

Celui-ci s’est exécuté le soir même. Cela faisait juste 5 ans que les preuves du crime étaient dans le dossier.

La Juge Clément avait d’ailleurs demandé, en vain, cette mise au point, alors que la thèse du suicide était encore, ces dernières semaines, relayées par Paris-Match et Europe N°1. Le coup de pied de l’âne est venu de Djibouti qui clame désormais que la Justice française n’est pas indépendante… puisqu’elle s’exécute sur demande du Président de la République ! Cette remarque aurait pu être évitée, si le procureur avait mis les choses au point dès 2002, date de l’autopsie qui a révélé l’assassinat.

Reste le cas de Laurent Le Mesle, mis en cause dans l’affaire à l’époque où il était directeur de cabinet du Garde des Sceaux. Problème et non des moindres : Laurent Le Mesle est devenu procureur général de Paris. Recommandera-t-il aux juges Pous et Ganascia, dépendant de sa juridiction, de convoquer Laurent Le Mesle, procureur général de Paris pour l’auditionner ? Les deux juges mettront-elles en examen leur patron ?

Une confusion des genres qui pourrait se régler par une belle lettre de démission. Mais ne rêvons pas !

Le rétablissement de la vérité sur l’affaire Borrel a fait plus de progrès, en quelques semaines, que ces douze dernières années, du moins sur le plan médiatique. Douze ans après.

Quand l’Etat français reconnaîtra-t-il enfin la vérité ? A quoi sert-il d’attendre et de repousser le moment où il ne sera plus possible de faire autrement sous la pression de la presse et de l’opinion publique ?