Articles

19/08/07 (B409) AP – Trente-deux opposants libérés en Ethiopie (Info lectrice)

Trente-deux opposants détenus depuis deux ans sans avoir été inculpés en Ethiopie ont été libérés samedi, a annoncé le porte-parole du gouvernement Zemedkun Tekle.

Ces militants avaient été arrêtés dans le cadre de violences post-électorales et avaient réclamé à être graciés, tout comme 38 dirigeants de l’opposition jugés pour incitation à la violence et condamnés à des peines allant de 18 mois à la prison à vie. Ces derniers ont été libérés le 20 juillet après avoir signé, selon eux sous la contrainte, des lettres d’excuses au gouvernement.

Bereket Simon, conseiller du Premier ministre Meles Zenawi, a dit ne pas savoir pourquoi ces personnes avaient été détenues deux ans sans être inculpées.

En 2005, l’opposition au régime de Meles Zenawi avait remporté un nombre important de voix, mais pas suffisamment pour renverser le gouvernement. L’opposition a affirmé que le scrutin avait été frauduleux.

A la fin de l’année dernière, Addis Abeba a reconnu que ses forces de sécurité avaient tué 193 civils au cours des manifestations ayant suivi ces élections, mais affirmé que le recours à la force n’avait pas été excessif.

19/08/07 (B409) BELGA – Somalie: un important chef de clan assassiné à Mogadiscio

Un important chef de clan somalien a été abattu par des hommes armés dans la nuit de samedi à dimanche à Mogadiscio, a annoncé un porte-parole gouvernemental somalien.

« Qu’Allah le bénisse, Moalim Harun Moalim Yusuf était un des chefs de clans somaliens parmi les plus importants, il a été tué par deux hommes armés de pistolets alors qu’il rentrait de sa prière du soir », a déclaré le porte-parole, Abdullahi Mohieddin Odka.

« Il est mort sur le coup », a-t-il ajouté.

La victime était le chef des négociateurs pour le Mudulod, considéré comme le plus importants des clans à Mogadiscio.

Il s’agit du premier assassinat dans la capitale depuis des années d’un chef de clan d’un rang aussi élevé.

La situation à Mogadiscio continue de se dégrader depuis la chute fin décembre-début janvier des tribunaux islamiques qui contrôlaient depuis plusieurs mois la quasi-totalité du sud et du centre de la Somalie.

Des insurgés, opérant avec des combattants islamistes, mènent des attaques régulières visant essentiellement les forces de sécurité somaliennes et éthiopiennes qui ripostent de façon violente. (DEC)

19/08/07 (B409) JEUNE AFRIQUE – Mogadiscio: une femme tuée et quatre blessés dans de nouvelles attaques (Info lecteur)

Une Somalienne a été tuée et quatre personnes ont été blessées samedi lors d’une nouvelle série d’attaques menées par des insurgés contre des cibles gouvernementales à Mogadiscio, ont indiqué des responsables de la sécurité et des témoins.

La femme a été tuée dans le dangereux quartier du marché de Baraka à Mogadiscio lorsque des forces de police ont ouvert le feu après avoir été elles-mêmes la cible d’une attaque, a déclaré un témoin, Bashir Khalif Gani.

« La femme était en train de vendre ses marchandises près du lieu où s’est produit une explosion et une balle l’a touchée alors qu’elle se trouvait à l’intérieur du magasin », a-t-il dit.

Un autre témoin, Yusuf Mohammed, a déclaré pour sa part que « la police avait ouvert le feu à l’aveugle ».

Par ailleurs, trois personnes ont été blessées dans l’explosion d’un engin posé sur une route qui a touché une voiture transportant d’importants responsables de la sécurité dans la banlieue sud de la capitale, a déclaré un porte-parole du gouvernement local, Said Mohammed Mohieddin.

« Des groupes radicaux étaient derrière l’attaque » visant le véhicule et « la bombe a touché la voiture qui passait près de l’académie de police », a-t-il déclaré.

La Somalie, pays de la Corne de l’Afrique, est en guerre civile depuis 1991. Mais la situation à Mogadiscio s’est dégradée considérablement depuis la chute, il y a sept mois et demi, des tribunaux islamiques qui contrôlaient depuis plusieurs mois la quasi-totalité du sud et du centre de la Somalie.

Des insurgés, dans les rangs desquels se trouvent des combattants islamistes, mènent des attaques régulières visant essentiellement les forces de sécurité somaliennes et éthiopiennes qui ripostent de façon violente.

C’est l’armée éthiopienne qui a défait le contre-pouvoir que représentaient les tribunaux islamiques face au fragile gouvernement somalien.

Selon un bilan des victimes compilé par l’AFP, plus de 40 Somaliens – majoritairement des civils – ont été tués depuis le 11 juillet.

Depuis leur défaite, les insurgés ont continué de lancer des attaques quasi-quotidiennes de type guérilla contre le gouvernement ou des cibles éthiopiennes.

18/08/07 (B409) AP – Washington pourrait placer l’Erythrée sur sa liste noire des pays finançant le terrorisme

Par Matthew Lee AP

Les Etats-Unis envisagent de placer l’Erythrée sur sa liste des pays considérés comme des Etats qui financent des organisations terroristes, a fait savoir vendredi la responsable du Département d’Etat pour les affaires africaines. Washington accuse Asmara de soutenir les militants islamistes en Somalie.

Les autorités américaines sont en train de bâtir un dossier à charge contre l’Erythrée afin de justifier une telle mesure, qui signifierait, entre autres, l’imposition d’importantes sanctions contre ce pays de la Corne de l’Afrique, selon la secrétaire d’Etat adjointe Jendayi Frazer. La liste noire de la diplomatie américaine inclut déjà des pays tels que Cuba, l’Iran, la Corée du Nord, la Syrie et le Soudan.

« Nous devons préparer le dossier contre eux, nous réunissons ces informations en ce moment même », a-t-elle déclaré devant la presse, précisant qu’une décision serait prise à l’issue d’un processus impliquant les différentes agences du gouvernement américain.

Mme Frazer a déclaré que Washington approuve les conclusions d’un récent rapport d’experts mandatés par les Nations unies, selon lesquelles l’Erythrée serait la principale source d’armes et de financement des insurgés islamistes en Somalie, dont certains sont soupçonnés d’entretenir des liens avec Al-Qaïda.

Les islamistes avaient pris le contrôle de la capitale somalienne, Mogadiscio, l’été dernier, mais ont été défaits en décembre par les soldats somaliens, lourdement appuyés par l’armée éthiopienne. Ils continuent cependant de faire régner la violence avec pour but déclaré d’installer une théocratie en Somalie.

Les relations entre l’Erythrée et l’Ethiopie sont extrêmement tendues depuis l’indépendance de l’Erythrée en 1993, après 30 années de guérilla. Un accord de cessez-le-feu a mis fin en 2000 à un conflit armé de deux ans et demi sur la frontière entre les deux pays.