Articles

12/10/07 (B416) Communiqué de l’UNION POUR L’ALTERNANCE DEMOCRATIQUE (U.A.D) – (ARD, UDJ, MRD) – Appel à participer à un meeting le premier jour de la fête de l’Aïd el Fitr.

Djibouti, le 09 octobre 2007

Les djiboutiens viennent de passer leur plus difficile mois de Ramadan
depuis 30 ans. Aux récurrentes pénuries d’eau et d’électricité est venue
s’ajouter une brutale cherté du coùt de la vie. La flambée des prix de
denrées alimentaires et la hausse vertigineuse des tarifs de l’énergie (eau,
électricité) ont durablement affecté le moral et le porte-monnaie des
ménages.

Nos compatriotes ont ainsi perdu en quelques années une grande
partie de leur pouvoir d’achat á cause du blocage des salaires, de la
reconduction sous une autre forme de la contribution patriotique et des
hausses des prix anarchiques.

Dans le même temps, le chômage des jeunes et la pauvreté extrìme ont
dangereusement progressé, n’en déplaise au pouvoir prédateur dont la
propagande tente toujours de faire croire á une amélioration de la santé
économique du pays.

Un exemple illustre á lui seul la constante
détérioration des conditions de vie de nos concitoyens : la baguette de pain
vendue á 20 FD ne nourrit plus son homme. Son poids et sa taille ont été
réduits de moitié du fait des coùts excessifs de la farine et de l’énergie.

Une triste premiére depuis l’indépendance.

Au plan politique la situation est tout simplement chaotique. Le processus
de démocratisation longtemps en panne est désormais enterré, avec le retour
au systéme de parti unique, de la pensée unique et du culte de la
personnalité.

Plus de place donc pour le débat contradictoire : la liberté
d’expression est bannie.

Les forces démocratiques sont réguliérement
réprimées : les journalistes de l’opposition, les syndicalistes indépendants
et lés défenseurs des droits de l’homme n’ont plus voix au chapitre.

Dans ces conditions oú va notre pays sous la férule d’un régime répressif,
rétrogradé et réputé pour sa mauvaise gestion. Les djiboutiens méritent-ils
d’ìtre privés de -pain et de liberté en ce début du 21éme siécle ?

Pour répondre á toutes ces questions et formuler des propositions, l’Union
pour l’Alternance Démocratique (UAD) invite toutes les djiboutiennes et
tous les djiboutiens á venir nombreux au meeting qui se tiendra le premier
jour de l’Aid-el-fitr á partir de 8 h á l’avenue Nasser en face du siége de
l’U.D.J.

Non á !a gabégie, Non au régime de misére !

12/10/07 (B416) LDDH : diffusion d’information sur la totale insécurité en Somalie occupée.

Le Président

DIFFUSION D’INFORMATION
DU 11 OCTOBRE 2007
SUR LA TOTALE INSÉCURITÉ
EN SOMALIE OCCUPÉE

La République de Somalie depuis son occupation par les Troupes des Forces
armées éthiopiennes connaît les pires désastres humanitaires.

Depuis janvier 2007, ces désastres humanitaires et crimes de guerres sont
pires que ceux au Dafour.

Le génocide et les crimes de guerre sur les populations ciblées du Sud de la
Somalie connaissent un silence implacable de la part de certaines Instances
Internationales à commencer par nos dirigeants de l’Union Africaine -UA-.

Ce silence implacable, qui de jour en jour ne cesse de tuer des civils
innocents, devient de plus en plus insupportable et dangereux avec les
risques de « Bagdadisations généralisées » par embrassement.

Est-ce que nos dirigeants, dans leur for intérieur, acceptent de tels crimes
en faisant des parts discriminatoires entre des pays « tolérés » pour
effectuer des génocides et ceux à être immédiatement condamnés ?

Si oui, alors quels sont les critères justifiant de telles discriminations «
inamissibles ?», mais franchement inacceptables.

Les Journalistes Somalis et leurs proches collaborateurs sont les premiers
sur la ligne de mire, souvent assassinés, sinon emprisonnés ou déportés ou
disparus forcés.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) reste très préoccupée de ces
exécutions et exactions permanentes et intolérables à l’égard des
Journalistes de la Somalie en particulier et des Journalistes de la Corne
d’Afrique en générale.

Elle demande avec insistance la ferme condamnation de toutes ces violations,
qui nécessitent et doivent faire, au préalable, l’objet d’une Enquête
Internationale.

M. NOEL ABDI Jean-Paul

_____________________________________________

EAST AND HORN OF AFRICA HUMAN RIGHTS DEFENDERS NETWORK

Public Statement
EHAHRD-Net Index: SOMA 027/005/2007 (Public)
11th October 2007

KAMPALA: EHAHRD-Net CONDEMNS CLOSURE OF SIMBA RADIO

In a continuing wave of insecurity of the media in Somalia , EHAHRD-Net has learnt that Simba, a privately owned radio station based in Mogadishu , has been closed by Government forces, and two of its reporters have been arrested.

According to Network sources in Mogadishu , security forces attacked the station at "around 8:00am, surrounded its premises and ordered the management of the station to shut down the Radio." The staff arrested include the director, Abdullahi Ali Farah and reporter Mohammed Farah. No reason has yet been adduced as to the cause of the closure.

"We are deeply appalled by the ceaseless daylight attacks on the media in Somalia and demand that the TFG authorities take action against their violating forces if the actions are not sanctioned by them. This continued harassment of the media must stop and Somalia must be aided by the international community by all means to return to the rightful track of respecting not only the rights of the media, but human rights in general,"
says Hassan Shire Sheikh, Chairperson EHAHRD-Net.

APPEAL:
. EHAHRD-Net appeals to the TFG authorities to re-open Simba Radio and to immediately and unconditionally release its arrested staff;
. The TFG authorities must fully respect freedom of the press as enshrined in the Transitional Federal Charter, and in regional and international human rights instruments;
. The Network further calls upon the UN, and the African Commission on Human and Peoples’ Rights to use their relevant mandates to ensure that Somali authorities desist from their ill-treatment of the media.

All Network members are encouraged to write to the Somali authorities furthering this appeal.

Send appeals to:
The Somali Ambassador in Kenya , asking for them to be forwarded to Somalia ‘s President, Col. Abdullahi Yusuf Ahmed: TFG Ambassador, Mohamed Ali Nur,

PO Box 623-00606, Jabavu Road , Hurlingham, Nairobi , Kenya
Email: mali@somaliembassy.co.ke

Salutation: Dear Sir

For further information, please contact

Tumusiime Kabwende Deo
Press Officer, +256-712-075721
Regional Coordination Office
EAST AND HORN OF AFRICA HUMAN RIGHTS DEFENDERS PROJECT (EHAHRDP)
Human Rights House, Plot 1853, Lulume Rd., Nsambya
P.O. Box 70356 Kampala, Uganda
Phone: +256-414-510263(general)/ext.112
+256-414-267118(direct)
Fax: +256-414-267117
E-mail: ehahrdp@yahoo.ca, hshire@yorku.ca
Website: http://www.yorku.ca/crs/AHRDP/index.html

09/10/07 (B416) JDD : Trêve en Somalie

Le Premier ministre Ali Mohamed Gedi et le clan Hawiye, le principal clan de Mogadiscio, ont conclu une trêve après une rencontre lundi soir dans la capitale somalienne, a-t-on appris mardi de source autorisée.

Les combattants du clan Hawiye ont collaboré cette année avec les rebelles islamistes qui affrontent l’armée somalienne et ses alliés éthiopiens à Mogadiscio.

11/10/07 (B416) AFP Somalie: 2 soldats éthiopiens tués dans un attentat suicide à Baïdoa

BAIDOA (AFP) — Deux soldats éthiopiens ont été tués par l’explosion d’un véhicule piégé mercredi dans une base de l’armée éthiopienne à Baïdoa (250 kilomètres au nord-ouest de Mogadiscio), à proximité de la résidence du Premier ministre somalien Ali Mohamed Gedi, qui est sain et sauf, ont rapporté des témoins.

"La base éthiopienne a été frappée par (l’explosion) d’un véhicule piégé qui est entré dans la base", a indiqué sous le couvert de l’anonymat un officier de sécurité travaillant pour M. Gedi.

"La déflagration a été tellement forte qu’elle a secoué l’hôtel Pékin", situé à environ 10 mètres de la base et où séjourne actuellement le Premier ministre et sa délégation, a-t-il ajouté.

"Le Premier ministre et son entourage sont sains et saufs", a précisé ce témoin.

Des dizaines de soldats somaliens et de l’armée éthiopienne – alliée au gouvernement somalien – ont immédiatement bouclé la zone, ont rapporté des témoins.

Aucun bilan d’éventuelles victimes n’était disponible de source indépendante mercredi soir.

De son côté, l’ancien commandant adjoint des Tribunaux islamiques, Cheikh Mukhtar Robow Ali "Abu-Mansoor", a revendiqué cet attentat, affirmant que plusieurs soldats éthiopiens avaient été tués, dans un entretien téléphonique mercredi soir.

"C’était notre opération. C’était une (opération) suicide menée par un jeune Moudjahidine (…), pour combattre les envahisseurs. Cela fait partie de notre +jihad+ (guerre sainte) et c’est l’un de nos martyrs (qui l’a menée, ndlr) et il a tué beaucoup d’Ethiopiens", a-t-il affirmé.

Selon le site internet islamiste somalien heegan.net, M. Robow "Abu-Mansoor" a récemment été désigné comme porte-parole des insurgés qui mènent des attaques quasi-quotidiennes visant les forces gouvernementales somaliennes et l’armée éthiopienne, en particulier à Mogadiscio.

Le Premier ministre somalien se trouve actuellement à Baïdoa, siège du Parlement de transition somalien, pour participer à une session parlementaire où un vote de destitution à son encontre pourrait être organisé dans les prochains jours.

Les tensions sont vives depuis quelques semaines entre le président somalien Abdullahi Yusuf Ahmed et M. Gedi.

La Somalie, pays pauvre de la Corne de l’Afrique, est en guerre civile depuis 1991.

Depuis leur mise en déroute fin décembre 2006 – début janvier 2007 par les troupes somaliennes appuyées par l’armée éthiopienne, les insurgés, parmi lesquels figurent des islamistes, multiplient les attaques.

Fin septembre, un nouveau mouvement de l’opposition somalienne, l’Alliance pour une nouvelle libération de la Somalie (ARS), dominée par les islamistes, a vu le jour dans la capitale érythréenne Asmara et promis de lutter pour "débarrasser" la Somalie des forces éthiopiennes.

11/10/07 (B416) Toute l’équipe de l’ARDHD souhaite de bonnes fêtes de l’Aïd à toutes les Djiboutiennes, à tous les Djiboutiens et à tous les Musulmans.

Dans quelques jours, quelques heures même, ce sera la fin du Ramadan. Sur toute la planète, il a été suivi strictement par la grande majorité des femmes et des hommes qui se reconnaissent dans la religion musulmane.

Le ramadan est l’un des piliers de la religion. Outre le fait de pratiquer le Ramadan pour obéir aux préceptes de la religion, la pratique du ramadan réunit et soude la communauté musulmane dans une même prière, dans les mêmes gestes et dans les mêmes sacrifices personnels.

En dépit des problèmes internationaux, nationaux, des conditions de vie difficile dans certains pays, comme Djibouti, la fête sera belle et joyeuse, car elle montre que les musulmans sont pratiquants et unis dans une même ferveur.

Nous souhaitons à toutes et à tous, une très bonne fête de l’Aid.

09/10/07 (B416) La Nation persiste et signe dans un article provocateur : « La France pédophile » (Plusieurs lectrices et lecteurs)

_______________________________________ Note de l’ARDHD
Après un article « maladroit » qui tentait de démontrer contre toute logique et surtout contre les constatations, que le Juge Borrel s’était suicidé, La Nation repart à l’attaque cette semaine avec un nouveau titre qui pourrait laisser supposer que Guelleh accuse tous les Français d’être des pédophiles ….

La maladresse, à notre avis, est grande ! Si Guelleh avait tenu son cap, en affirmant que Djibouti n’avait rien à voir dans l’assassinat du Juge, pour quelles raisons, La Nation (qui est son porte-voix) aurait-elle besoin de le justifier et de tenter de détourner le problème, en lançant des pistes nouvelles à chaque numéro ?

Cette attaque en règle contre la France montre l’embarras des plus hautes autorités de la dictature. Personne ne vous dira qu’il n’y a pas de pédophiles en France, mais de là dire que c’est la France toute entière qui l’est ! il y avait un fossé à franchir.

De nombreux observateurs pensent que la relation qui a été faite dernièrement entre l’assassinat du Juge et ses découvertes sur des trafics de Guelleh (ce que tout le monde imaginait bien avant) a suscité un vent de panique à l’Escale et à Haramous.

Comme l’écrit l’un de nos correspondants, l’affaire Borrel est un typhon qui souffle sur le Palais présidentiel.

Mais que vient faire M Mouline dans cet article ? Est-ce La Nation qui le fait parler ou est-ce lui qui a accordé un interview à ce canard « boiteux » ?

En tout cas, l’article est scandaleux et il a choqué de nombreux lecteurs autant français que djiboutiens. Il va certainement provoqué des réactions qui vont affaiblir le dictateur, alors qu’il n’avait pas besoin de cela. IOG nous avait habitué à plus d’habileté dans la stratégie.

A-t-il atteint ses limites, son seuil d’incompétence ?
________________________________________________________

La France pédophile 

Qu’avait-il donc en tête, Jean-Jacques Mouline, le Chef de la mission de Coopération à Djibouti ce Jeudi 19 Octobre 1995 à 9 heures du matin, deux heures seulement après la découverte, par des militaires français, du corps de Bernard Borrel au Ghoubet, quand il fit irruption dans le bureau de M. MOUMIN BAHDON FARAH, Ministre Djiboutien de la Justice ?

Démarche inaccoutumée de la part du Chef de la Mission qui débarqua de façon impromptue (sans rendez-vous et sans prendre la peine d’annoncer sa venue) dans le bureau du Ministre Djiboutien qu’il avait pourtant fini par détester !

N’avait-il pas lu, si souvent, ce  monsieur Mouline, les rapports rédigés par le conseiller technique qui accablaient le ministre Djiboutien et qui préconisaient même la suspension de la coopération judiciaire ?

N’avaient-ils pas régulièrement  » rouspété en privé  » avec l’Ambassadeur et le Consul Général contre ce Ministre djiboutien auquel ces autorités françaises, si frileuses, reprochaient surtout son rôle décisif et négatif dans la libération d’AWALEH GUELLEH et les auteurs de l’attentat anti-français du  » café de Paris  » ?

En tournant dans le petit bureau de la secrétaire du Ministre, Jean-Jacques Mouline ressassait dans sa tête le souvenir de Bernard Borrel… Il se rappela du dernier rapport de Bernard Borrel, un mois avant sa mort, qui lui écrivait : « je me sens inutile auprès de ce ministre, je suis insulté, je ne me suis jamais senti dans ma vie aussi dégradé… « .

Et puis surgissent dans sa mémoire les propos tenus, lors d’une réunion sécrète et tendue au domicile du Général Guéniot, Commandant des FFDJ, par un assistant social des Armées sur la moralité de Bernard Borrel, propos qui stupéfièrent l’assistance et qui continuaient un an plus tard de pétrifier ce pauvre Mouline.

Le Chef de la Mission se souvenait aussi que le conseiller technique, avant de mourir, l’avait imploré de lui trouver une autre affectation au plus vite et avant la rentrée judiciaire de Septembre 1995.

Il fut saisi d’une immense tristesse, Jean-Jacques Mouline, en se rappelant qu’il avait systématiquement refusé de recevoir Bernard Borrel depuis cette fameuse réunion…

Puis, il se ressaisit en repensant aux propos que l’Ambassadeur Momal lui avait lancé en présence du Général Guéniot et du Consul Guérin, une demi heure plus tôt, dans les bureaux de la Chancellerie, alors que Mouline était encore sous le choc de la réaction de Mme Borrel qui avait refusé, dès l’annonce de la mort de son mari, de le recevoir, alors même qu’il s’était déplacé avec le consul au domicile de celle-ci ;  » je vous conseille de faire vite Jacques, très vite avant que les Djiboutiens ne découvrent toutes ces histoires…et la  » foutue liste  » insista Momal…  » Et cette malheureuse veuve, j’ose espérer qu’elle sera rapatriée le plus rapidement avec ses enfants, je comprends qu’elle ne souhaite pas voir le corps de son mari, il parait qu’il n’est pas beau à voir, de toute façon ça serait encore pire pour Mme Borrel si elle apprenait ses fréquentations…cette histoire avec les garçons ! « 

Mais qu’était-il donc venu chercher Jacques Mouline auprès de ce Ministre Djiboutien qu’il avait coutume d’éviter !

Que pouvait-il annoncer de plus au Ministre de la Justice, puisque MOUMIN BAHDON savait depuis 8 heures du matin la mort de son Conseiller Technique et que d’ailleurs le procureur Général et le procureur de la République qui rentraient du Goubet par hélico étaient encore dan son bureau pour lui rendre compte de leur transport sur les lieux ?

Soudain, le bruit de la porte du Ministre qui s’est ouverte arracha Jacques Mouline à ses réflexions…

 » Bonjour M. le Ministre  » fit Mouline s’efforçant de sourire,  » bonjour M le Chef de Mission  » répondit le Ministre, surpris de voir débarquer l’homme qui le menaçait en privé de lui couper la petite enveloppe financière que la Mission mettait au profit de son Ministère pour venger son compatriote Borrel que ce  Ministre Djiboutien avait confiné dans des tâches insignifiantes et indignes d’un magistrat français, d’après Mouline.

Après une discussion convenue de quelques minutes sur la mort tragique du conseiller technique, Jean-Jacques Mouline lança au Ministre :  » il faut comprendre notre situation M. le Ministre, celle de la Mission, celle de l’Ambassade et celle de Paris ; il nous faut devancer la presse ; oui, il faut absolument que l’on fasse un communiqué disant que Bernard Borrel s’est suicidé avant que la presse ne s’empare de l’affaire ! « 

Le Ministre Djiboutien de la Justice observa ses deux procureurs stupéfaits par les propos tenus devant eux par le Chef de la Mission de Coopération.

Avant même que le Ministre et ses deux procureurs décomposés n’aient eu le temps de réagir, M. Mouline rajouta :  » je vous en prie M. le Ministre, cette affaire aura des conséquences très graves sur la Mission de Coopération, sur l’Ambassade et sur les Français de Djibouti si on ne devance pas la presse … vous savez mieux que moi que la presse française est malsaine, elle cherchera des problèmes là ou il y en a pas, parce que moi je  sais qu’il s’est suicid酠»

 » M. le Chef de Mission « , fit d’un ton cassant le Ministre Djiboutien,  » Bernard Borrel était mon conseiller technique et je ne sais pas encore les circonstances de sa mort ni pourquoi il s’est tué, si vous dites qu’il s’est suicidé, alors notre devoir à nous est de ne pas nous précipiter mais d’attendre les résultats de l’enquête sur sa mort « .

Jean-Jacques Mouline tenta de ne pas montrer sa crispation face à la réponse du Ministre à laquelle il s’était d’ailleurs préparé.

 » Nous avons saisi la Gendarmerie Djiboutienne et c’est le lieutenant Zakaria qui mène l’enquête ; je pense que l’on aura les résultats dans quelques jours ; il vaut peut-être mieux attendre avant de faire un quelconque communiqué  » ajouta le procureur de la République, M.ABDOURAHMAN CHEIK, confirmant les propos de son Ministre.  Dix ans plus tard, Emmanuel Hamelin, député du Rhône, écrira, sous la pression de l’association  » Survie Rhône « , à Mme Michèle Alliot-Marie, alors ministre de la défense, pour lui demander d’exclure le lieutenant-colonel Zakaria d’un stage au collège interarmées de défense et de le poursuivre devant la justice française.

Mais Jean-Jacques Mouline qui n’était pas un homme qui renonce aussi facilement revint à la charge « je pense que l’enquête démontera que Bernard s’est suicidé ; il m’a dit, il y a quelques temps qu’il ne se plaisait pas à Djibouti et qu’il voulait partir…, je pense qu’il était un peu déprimé ces derniers temps alors je suis sûr comme sa femme qui l’a d’ailleurs expliqué à ses amies…  »

 » Je pense M. le Ministre que nous devrions faire ce communiqué à la presse pour dire que Bernard Borrel s’est suicidé et nous vous serions beaucoup reconnaissant. Vous verrez de toute façon que le suicide sera confirmé par votre enquête… vous verrez… « 

Et puis le Chef de Mission, d’un ton plus rassurant continuait à parler des difficultés de l’expatriation,  du fait que Bernard n’avait jamais fait auparavant de la Coopération, que c’étaient des choses qui pouvaient arriver … « 

Jean-Jacques Mouline insista aussi sur la volonté de la Mission de Coopération de continuer à aider financièrement le Ministère Djiboutien de la Justice.

Une petite demi-heure après son arrivée dans le bureau du Ministre, Jacques Mouline ressortait avec le communiqué qu’il avait  élaboré avec le Ministre Djiboutien et qui sera diffusé, à la presse Djiboutienne et Française…cinq heures seulement après la découverte du corps, un diplomate de l’Ambassade de France lira à la télé le communiqué officiel annonçant le suicide de Bernard Borrel…

En tournant la clé de contact dans sa voiture, Jean-Jacques Mouline soupira, il venait de remporter une première victoire avec son communiqué qui annonçait le suicide de Bernard Borrel.

Il pensait au fond de lui-même qu’en vieux routier de la Coopération, il avait encore évité un  scandale à ses compatriotes de Djibouti, une terrible infamie à son pays, la France…

Mais Mouline repensait soudainement avec inquiétude aux propos du procureur qui avait déclaré qu’une enquête était en cours sur la mort du conseiller technique.

 » Quelle poisse, et si ces enquêteurs Djiboutiens découvraient toutes ces choses ? Et puis surtout pourront-ils découvrir  » cette foutue liste  » ?  se demanda-t-il en tremblant.

Il était furieux contre ce militaire, cet assistant social des FFDJ qui avait mené une enquête personnelle et sécrète sur la pédophilie des Français de Djibouti, à cause de son zèle tout peut remonter en surface maintenant que l’autre malade a choisi Djibouti pour mourir ;  » et merde, il faut toujours qu’il y ait un petit con pour fouiner dans les poubelles de la France  » murmura le Chef de Mission aux bords de la crise des nerfs !

Jean-Jacques Mouline se disait que le monde était vraiment injuste, il avait tellement fait pour sauver l’honneur de la France…

N’avait-il pas, en bon professionnel, insisté et obtenu auprès de la  » Rue Monsieur et du Quai d’Orsay  » le  » rapatriement forcé « , sans que évidemment les autorités Djiboutiennes ne le sachent,  par  » vol bleu  » de tant des coopérants, diplomates et militaires  français pédophiles ?

 Ne s’était-il pas insurgé avec son épouse, prenant le risque de choquer la petite communauté française de Djibouti où les choses se font mais ne se dévoilent pas, contre tous ces prêtres, qui sous couvert de sortir de la misère les enfants de la rue profitaient en fait pour exaucer leurs fantasmes sexuels ?

N’avait-il pas avec son épouse organisé, financé avec l’aide de la Coopération Française et du concours du très médiatique prêtre et médecin François Lefort un  » noël extraordinaire  » en novembre 1994 pour rapatrier les enfants Ethiopiens de la rue dans le nouveau centre de Diré-Dawa ?

Mais il n’a jamais eu de chance ce malheureux Mouline, il est toujours en train de couvrir les turpitudes des autres, il y a toujours des malades sexuels sur sa route.

Il sait ainsi que l’étau judiciaire se resserre de plus en plus, en ce mois d’octobre 1995 autour de François Lefort, le prêtre-médecin-pédophile, rattrapé par les enfants de la rue de Dakar.  

Jean-Jacques Mouline, dégoûté, repensa à l’attitude inconsciemment bienveillante de son puissant mentor et ami, Michel Roussin, pilier du RPR (devenu UMP), ancien gendarme comme lui, Ministre de la Coopération d’Edouard Balladur qui qualifiait les signalements judiciaires sur Lefort de « rumeurs infondées » et qui a fait d’un illusionniste, un prêtre-médecin-pédophile, chevalier de la Légion d’honneur en juillet 94… quelques mois avant que Michel Roussin, lui-même au cœur d’une autre tourmente judiciaire, ne soit contraint de démissionner du Gouvernement Balladur pour cause de mise en examen…

Quelques années plus tard, après les campagnes d’intoxication médiatiques sans précédent de la veuve Borrel, l’ancien chef de la Mission se demanda depuis la fraîcheur de sa Sarthe :  »  Mais elle est devenue folle, la veuve Borrel ; elle ne sait pas dans quel pétrin elle risque de mettre la mémoire de son mari…décidément, celle-là ne comprendra jamais rien…le pauvre Bernard Borrel doit se retourner dans sa tombe en entendant les délires de sa veuve…  »

Assurément, il n’avait pas de chance ce Mouline et il pestait contre ces  » petits juges « …

Le souvenir de Elizabeth Borrel lui revint en mémoire, elle aussi juge donc se croyant plus intelligente, celle-là qui avait refusé de le recevoir alors qu’il s’était déplacé jusqu’à son domicile avec le consul général pour lui annoncer la mort de son mari.

 » Celle-là aussi… « , soupira-t-il,  » elle se vante d’être juge et pourtant elle travaillait au moins deux jours par semaine comme bénévole à la bibliothèque de l’évêché, situé  en dessous du bureau du père Aubert ; si elle était aveugle au point de ne pas remarquer comme tous les autres le comportement de ce prêtre qui passait des films porno aux gamins et qui leur demandait ensuite des  » gâteries  » en échange de quelques jouets, elle aurait quand même pu s’apercevoir des turpitudes de son mari…merde, ce n’est pas de ma faute s’il a pas su assumer…. « 

 » Quelle poisse  » fit-il en posant les deux mains sur le volant,  » je ne vais quand même pas passer ma vie professionnelle à camoufler la merde de tous ces pédés… « .

Le Chef de Mission de la Coopération fut alors saisi d’une tristesse infinie.

Mais la réalité l’arracha à toutes ses interrogations…

L’enquête de la Gendarmerie Djiboutienne sur la mort du conseiller technique du Ministre de la Justice pourrait conduire à des révélations déchirantes sur Bernard Borrel, sur les Français de Djibouti, sur l’Ambassade, sur la Mission, sur les FFDJ… et sur la  » grandeur  » de la France si la  » fameuse liste  » tombait entre les mains des gendarmes…

 » Merde, il faut que je fasse vite, très vite  » convint-il, en démarrant sa voiture en vitesse.

Il y a, dans la vie, des hommes qui sont prêts à tout pour épargner une image de leur patrie qu’ils savent pourtant déjà dégradée…

Certains vont même jusqu’à compromettre leur propre dignité d’homme et de femme par des mensonges, afin de manipuler des institutions (justice, médias…) pour couvrir d’infamies et de calomnies d’autres hommes et d’autres pays qu’ils savent pourtant plus respectables, plus humains…

Jean-Jacques Mouline, l’ancien Chef de Mission de la Coopération Française à Djibouti, au moins, ne faisait pas partie des ces hommes là…..

11/10/07 (B416) ALERTE ROUGE. L’Affaire Borrel embarrasse le régime de Guelleh, qui multiplie les actions pour tenter de faire oublier ses éventuelles responsabilités et les causes éventuelles : trafics, etc… La situation du Français Christian George, incarcéré, est tragique …Il faut le sauver .. en lançant une action internationale (Correspondance d’un lecteur)

Après un dur été dans la cellule 12 Christian Georges est très isolé et son procès par la Cour Criminelle semble être classé pour très longtemps. Il faudrait lancer des Appels pour qu’il ne soit pas oublié.

La diplomatie du Quai d’Orsay doit redoublé ses actions discrêtes pour qu’au moins son procès soit équitable car les victimes collatérales des innocents par une folie consécutive à l’Affaire de l’assassinat du Juge Borrel ne cessent hélas d’augmenter.

11/10/07 (B416) Un nouveau témoin témoigne devant la Justice française.(Lecteur)

Selon des informations en provenance d’une source généralement très fiable, un nouveau témoin djiboutien crédible aurait demandé à être entendu par la Juge Clément qui instruit l’affaire de meurtre sur la personne du Juge Bernard Borrel.

Selon les indiscrétions qui ont filtré, le témoin aurait accrédité les témoignages d’Ali Iftin et d’Alhoumekani.

A l’heure actuelle, nous n’en savons pas plus, mais il est probable que ce témoignage va non seulement renforcer la conviction de la Juge Clément, s’il en était besoins, mais va probablement déclencher de nouvelles investigations et peut-être devrions-nous avoir connaissance de nouveaux rebondissements qui pourraient mettre Guelleh en face de ses responsabilités.