Articles

27/07/2014 (Brève 422) L’équipe de l’ARDHD souhaite à toutes les Djiboutiennes, à tous les Djiboutiens et à tous les musulmans, une très bonne fin de ramadan.

Alors que le mois béni du ramadan va s’achever dans les prochaines heures, l’équipe de l’ARDHD souhaite à tous les musulmans une très bonne fête pour célébrer la fin de ce mois de prère et de privation.

Elle a une pensée particulière pour toutes celles et tous ceux qui souffrent, d’abord à Djibouti, sous la férule du régime dictatorial, puis en Ethiopie où survivent de nombreux réfugiés et enfin dans toutes les zones où les populations civiles, souvent sans défense, subissent de plein fouet, des attaques militaires disproportionnées.

Elle souhaite que ce mois de prière puisse contribuer à ramener la paix et la justice, partout dans le monde et en particulier dans les pays dominés par des dictateurs sans foi ni loi et dans les zones de guerre.

23/11/07 (B422) Radio-Trottoir. La nouvelle colère du Prince des noisettes … Moussa Chehem, Ambassadeur de la dictature guellehéene auprès des chancelleries européennes. (Info lecteur)

Selon des informations obtenues auprès d’un proche de l’Ambassade et qui sont crédibles, le Prince des noisettes aurait piqué une nouvelle colère, quand il a découvert que le régime de Djibouti était décrédibilisé auprès de nombreuses chancelleries européennes et probablement aussi auprès de l’U.E.

Que s’est-il passé ?

Il semble que la déportation de la famille Alhoumekani ait constitué la goutte d’eau qui a fait déborder le vase… Et vlan ! le Prince des noisettes aurait reçu le tout sur la tête : non-respect des Droits de l’Homme, interdiction de la presse libre, censure des sites internet dont celui de l’ARDHD, justice dépendante, détournement des aides internationales et encore, et encore …

Passe encore pour le Prince qui s’en moque totalement, mais le discours était assorti de possibles, non pas encore sanctions, mais réductions des aides et donc diminution de l’argent de poche de Guelleh ….

Ce point là, cela l’a beaucoup touché, d’où sa colère violente … Car il sait très bien que Guelleh ne va apprécier le compte-rendu. Alors il aurait appelé IOG pour lui conseiller de faire un geste de bonne volonté.

On pourrait imaginer qu’il propose à la famille d’Alhoumekani de réintégrer le pays en proposant même des garanties (qui ne vaudront que le temps de la promesse, c’est à dire cinq minutes …).

Mais braves gens, si cela arrivait dans les prochains jours, ne soyez pas dupes ! Ce n’est pas par bon coeur que Guelleh permettrait à la famille de retrouver ses foyers, mais simplement pour éviter de perdre le bénéfice direct des aides et subventions des pays européens et de la communauté….

23/11/07 (B422) Radio-Trottoir. Qui est le français qui aurait témoigné dans le cadre de l’instruction judiciaire djiboutienne pour des actes de pédophilie ?(Info lecteur)

Ne vous y trompez pas. A mon avis et cela n’engage que moi, ce ne peut être que le malheureux Christian Georges, qui croupit toujours à Gabode.

Souvenez-vous : vous aviez été alertés sur le fait qu’il avait disparu pendant près d’une journée de la prison de Gabode. Selon des amis, il aurait été torturé jusqu’à ce qu’il accepte de signer des déclarations fantaisistes contre des officiels français …

Toujours bien encadré à Gabode, il est possible qu’il soit obligé de signer d’autres témoignages sous la contrainte et la douleur.

La torture, c’est une drogue pour Guelleh et ses obligés. Ils ne savent pas résister à leur vice abominable.

En tout cas, les personnalités françaises mises en cause, sauront à qui elles doivent ce témoignage et comment il a été obtenu de façon monstrueuse, ce qui lui retire tout crédit.

Et si la France l’avait protégé au lieu de le renvoyer "ligotté" à Guelleh, elle aurait évité cela …

22/11/07 (B422) JDD : Yemen : Des émigrants somaliens se noient

Au moins Soixante-cinq candidats somaliens à l’émigration se sont noyés dans le golfe d’Aden, alors qu’ils tentaient de se rendre au Yémen. Parmi les victimes se trouvent trois enfants. Une quinzaine d’autres migrants, tous Somaliens, ont pu gagner la côte à la nage après le naufrage de leur embarcation.

22/11/07 (B422) LE FIGARO / Les autres soucis judiciaires de l’ancien chef de l’État (Info lectrice)

Le nom de Jacques Chirac est cité dans d’autres «affaires».

Voici les autres « affaires » dans lesquelles le nom de l’ancien président Jacques Chirac est cité :

Les emplois fictifs du RPR : Instruit à Nanterre par le juge Alain Philibeaux, ce dossier est le premier qui a valu à Jacques Chirac d’être entendu quelques mois après avoir perdu son statut de chef de l’État. Le 19 juillet, le magistrat est venu procéder à son audition dans ses bureaux parisiens de la rue de Lille. L’affaire porte sur des permanents du RPR rémunérés par la Ville de Paris.

Euralair: Effectuée à Paris par la juge Xavière Siméoni, cette instruction a été ouverte pour «abus de biens sociaux et banqueroute». La compagnie aérienne Euralair avait fait faillite en 2003. À cette occasion, étaient apparus plusieurs voyages dont auraient bénéficié gratuitement Jacques Chirac et plusieurs de ses proches.

La Sempap : Cette société d’imprimerie de la Ville de Paris aurait permis des détournements de fonds en direction des caisses du RPR. D’autres sociétés municipales auraient été utilisées au même dessein. Le dossier est instruit à Paris par Jean-Marie d’Huy.

Clearstream : Même si le nom de l’ancien président est cité par plusieurs protagonistes de premier ordre dans la procédure actuellement instruite par les juges Pons et d’Huy, Jacques Chirac peut faire valoir l’article 67 de la Constitution qui décide que le président «n’est pas responsable des actes accomplis en cette qualité».

Borrel : Pour les mêmes raisons constitutionnelles, il n’est pas envisageable que l’ancien président soit entendu dans l’instruction ouverte au sujet de la gestion par l’Élysée de ce dossier qui concerne la mort mystérieuse, en 1995 à Djibouti, du magistrat français Bernard Borrel.

22/11/07 (B422) Radio-Trottoir : Les informations sur des trafics illicites d’armement à destination de pays et d’organisations listés comme terroristes par les USA, qui auraient été réalisés par de hauts gradés de l’Etat-Major djiboutien, commencent à produire des remous …. violents. (Lecteur installé en Espagne)

Le Général Fathi commence à avoir des problemes sérieux au sein même de l’Etat-Major des Armées suite aux informations qui ont été publiées à deux reprises par le site de l’ARDHD

L’enqupete progresse à grande vitesse. Des documents accablants et présis auraient été remis aux Services de renseignements européens. Selon les informations dont je dispose, ces documents prouveraient la réalité de ces commerces d’armement, réalisé depuis Djibouti par de trés hauts gradés djiboutiens et des commerçants etrangers.

Ces armes ont été expédiées sans aucun doute possible, dit-on,
vers l’Iran, la Syrie, le Soudan, l’Erythrée et la Somalie. Certaines auraient été utilisées par le Hezbollah libanais pro syro-iranien contre l’Etat hébreux durant l’été 2006.

Que vont devenir ces hauts responsables militaires le jour où les documents seront remis à la presse apres avoir été exploités par la Justice … ? Se sont-ils préparés ? A suivre

22/11/07 (B422) Radio-Trottoir : trois groupes se contestent l’héritage de Gouled, tandis qu’IOG essaie d’en tirer un maximum de profit. (Lecteur)

Je vous transmet des informations qui ont été transférées en français, de façon automatisée. Il se peut que la mise en forme de l’article soit incorrecte, que certains mots manquent ou soit un peu désuets et que certaines phrases soient difficiles à comprendre.

Que les lectrices ou les lecteurs qui ont accès à des informations précises sur cette affaire n’hésitent pas à vous les envoyer.

Il est tout à fait normal que les Djiboutiens soient informés.

La famille Gouled se déchire à propos de l’héritage. Plusieurs groupes s’affrontent avec des visions diamétralement opposées.

Aucun signe de rapprochement entre les deux groups n’est perceptible. Mais ce qu’il faut savoir c’est que la gestion de cette affaire est marquée par d’énormes contradictions, y compris au sein du pouvoir.

Tout cela aurait pu coûter moins cher, si M. Sekatoure communiquait correctement avec l’ainé de la famille Habiba pour parvenir à un arrangement amiable. Il a multiplié les initiatives pour rencontrer le Président de la République actuel et son Directeur de Cabinet, M. Ismaël Tane afin d’obtenir que le Cadi de Djibouti réunisse un comité pour faire basculer le plan B d’IOG en sa faveur (Sekatoure).

L’affaire de la succession de Gouled n’est pas terminée. Le sera-t-elle un jour ? Maintenant qu’il est persuadé d’avoir obtenu la confiance de son clan, IOG veut ‘’liquider l’héritage ‘’ de l’ancien Président.

D’après Sakatoure, il ne reste plus qu’à mettre le poids d’IOG dans la balance et à lui demander d’user de son prestige de chef de l’Etat, pour porter des attaques encore plus rudes sur la famille Gouled group B. Sakatoure est allé le voir à son bureau d’Haramous.

On a entendu de grands éclats de rire et IOG lui aurait dit :"Je vais régler le problème, ne t’inquiète pas". IOG voudrait exercer un contrôle plus fort du déroulement de cette affaire. Il a mis en place un comité présidé par son Directeur de Cabinet, non pas pour résoudre le problème, mais bien pour attaquer les partisans du groupe B.

IOG veut-il utiliser l’héritage de l’ancien président pour la prochaine élection présidentiel sans aucun respect pour celui qui lui a donné le pourvoir il y a presque 8 années.

La détresse du groupe B est omniprésente et quotidienne.

De son côté, le groupe B a répondu aux attaques en lançant un défi pour que le Groupe C de la famille soit bénéficiaire de l’héritage.

La composition des Groupes qui s’opposent

Group A
1 -Saketoure Idriss
2 -Saida Idriss
3 – Gongo

Group B
1-Habiba Idriss
2-Firiyo Idriss
3-Fatouma Idriss
4-Hawa Idriss

Group C:
Sakatoure a choisi d’ignorer ce Groupe qui est promu par le Groupe B, pour faire une diversion (il s’agit de la famille Daheye Gouled) Ils ont assisté aux dernières minutes de leur oncle avant sa mort et ils sont aussi crédibles.

(Une histoire à suivre)

22/11/07 (B422) REUTERS : Le président somalien nomme un nouveau Premier ministre (Info lectrice)

BAIDOA, Somalie (Reuters) – Nour Hassan Hussein, responsable local du Croissant-Rouge, a été nommé Premier ministre par le président somalien, trois semaines après la démission du précédent chef de gouvernement.

"J’ai émis un décret afin de nommer Nour Hassan Hussein au poste de Premier ministre", a déclaré le président Abdullahi Yusuf à Baidoa, siège du parlement somalien.

Le prédécesseur d’Hussein, Ali Mohamed Gedi, avait démissionné fin octobre à cause d’un conflit politique avec le président.