Articles

03/10/14 (Brève 434) Bonne fête de l’AID El Kebir. (ARDHD)

Toute l’équipe de l’ARDHD souhaite une bonne fête de l’Aïd à tous les musulmans et en particulier à toutes les Djiboutiennes et à tous les Djiboutiens, en particulier aux réfugiés qui vivent dans la misère en Ethiopie, ceux de la région d’Obock qui sont terrorisés par l’Armée qui encercle la ville, ceux qui ont été contraints d’émigrer à l’étranger et ceux qui subissent la dictature au pays.

Souhaitons, qu’en dépit de toutes les violations de liberté, des Droits humains, en dépit de tous les harcèlements policiers, ces populations puissentt fêter l’Aïd, dans la joie et le recueillement qui s’imposent.

15/02/08 (B434) ALERTE ROUGE : Hasna a été libérée ce vendredi matin et remise à son père.

Comme nous l’avions laissé entendre, dès mardi, à nos lecteurs, nous espérions qu’Hasna serait libérée avant la fin de la semaine.

Nous présenterons dans un prochain message tous nos remerciements à toutes celles et à tous ceux qui se sont impliqués avec détermination pour atteindre cette première étape et en premier lieu aux membres du Comité de soutien qui ont suivi heure par heure la situation.

Nos tout premier remerciements vont à l’équipe du HCR en Ethiopie ainsi qu’à notre interlocutrice à Paris qui a assuré la coordination des opérations avec ses collègues d’Addis. Sans elles, Hasna n’aurait pas pu être libérée.

Mais déjà, il faut penser à l’avenir !

D’abord l’avenir de cette fillette qui est certainement traumatisée par tout ce qu’elle a vécue depuis deux mois. Passé le moment des retrouvailles avec son père et ses frères et soeurs, il faudra faire le bilan et s’occuper d’elle pour qu’elle se reconstruise rapidement. Il est certain qu’elle devra être accompagnée médicalement et psychologiquement pour éviter des séquelles graves.

Ensuite l’avenir juridique. Hasna n’a bénéficié, si nous avons bien compris, que d’une libération anticipée sous caution. Les avocats vont intervenir, en particulier Avocats sans frontière (ASF) qui a accepté de défendre son dossier, pour mettre un terme à ce jugement, soit en le faisant annuler, soit en obtenant une nouvelle décision en Appel.

Et un grand merci à toutes les lectrices et à tous les lecteurs qui nous ont apporté leur soutien dans ce combat difficile.

15/02/08 (B434) ISN -ETH Zurich. Djibouti in eye of the storm (By Dominic Moran based in Israel – En anglais)

(NDLR : le nom de Jean-Loup Schaal a été mal compris lors de l’entretien téléphonique et remplacé par Jean-Luc Charles ou Charles – les lecteurs corrigeront)

Djibouti faces significant challenges as it seeks to parlay short-term gains into long-term stability in a region wracked by conflict.

By Dominic Moran in Tel Aviv for ISN Security Watch (15/02/08)

Djiboutian President Ismail Omar Guelleh maintains a strong hold on the reins of power after supporting parties swept national legislative election last week.

The president, whose People’s Rally for Progress (RPP) has held uninterrupted power since independence in 1977, faces little obvious pressure either domestically or from key allies the US and France, as the US seeks to cement its expanded military presence in the strategically important Horn of Africa state.

Nevertheless, challenges lie ahead for the government with key trade partner Ethiopia engaged in saber rattling towards Eritrea and strong economic growth failing to combat poverty.

Easing tensions

Civil war broke out in Djibouti in late 1991 with the minority Afar group, which constitutes just over one-third of the population, rebelling against the political predominance of the Somali-speaking Issa tribe in the then one-party state.

In 1994, most elements of the rebel Afar Front for the Restoration of Unity and Democracy (FRUD) signed on to a peace deal involving the ethnic division of cabinet posts. Sporadic violence continued until 2000-2001 when a holdout radical FRUD faction signed peace deals with the government.

"It was not a war between Somali and Afar. It was the Afar who said, ‘We have no power, we are not in the government, there is discrimination against Afar,’" Jean-Luc Charles, a spokesperson for the Association for Respect of Human Rights in Djibouti (ARDHD), told ISN Security Watch.

The majority FRUD faction is now a member, with the RPP, of the five-party Union for the Presidential Majority coalition, which has divvied up the 65-seat National Assembly along ethnic lines.

Nevertheless, Issa reportedly retain a firm hold on employment within the civil service and key positions within the RPP.

According to Charles, in the 2000-2001 peace deal the government pledged to "give the same facilities to the Afar as to the other people."

"This agreement was not respected and President Guelleh still continues to take all the power, all the money and does not give anything to the north region where the Afar are a majority," Charles alleged. "There is no money for schools; no money for education; no money for health. So this region is very undeveloped."

Boycott

Constitutional and electoral reforms have led to the elaboration of a sharply delimited multiparty democratic system in Djibouti, with the political opposition kept firmly from the centers of power.

Ismail Guedi Hared, the head of the opposition Union for a Democratic Alternative (UAD) coalition, called on supporters to boycott this month’s parliamentary election, charging that the poll was designed for and by the ruling coalition.

"Before the election the opposition said, "We will not go to the election because we have no chance because everything is falsified," Charles noted.

The opposition boycott followed UAD decisions not to stand candidates in the April 2005 presidential and March 2006 regional elections. The boycotts came after the UAD failed to win a single seat in the previous 2003 Assembly election, despite snaring just under 38 percent of the vote.

The established first-past-the-post electoral system gives the ruling coalition a lock on government through ensuring that the opposition does not receive places in parliament commensurate with its level of public support.

The UAD claims that prominent members of all three constituent parties and of the Djiboutian League of Human Rights (LDDHH) were placed under house arrest ahead of the elections, stymieing efforts to hold a major rally.

The government is resisting opposition calls for a proportional voting system. Prime Minister Dileita Mohamed Dileita told AFP recently that this may result in "upsetting the tribal balance" in Djibouti. "We have the example of our neighbor Somalia and we don’t want that," he said.

Fraying ties?

The continuance of RPP rule has provided a stability sorely lacking in neighboring states and crucial to the emergence of Djibouti as a regional player in the so-called war on terror. This stability is premised, in part, on a Franco-Djiboutian accord guaranteeing French protection from foreign incursions.

The Guelleh government currently plays host to around 3,000 French troops and has long served as a primary base for the French Foreign Legion. There is also a small French naval facility at Djibouti port.

However, the close ties enjoyed under the Jacques Chirac administration appear to be threatened both by a shift in French regional priorities towards other African states and the Gulf and a building crisis over the murder of a French judge in Djibouti.

An informed source tells ISN Security Watch that French priorities in eastern and central Africa have shifted towards Chad, Darfur and the Central African Republic where France is "a lead actor and very heavily involved." By comparison, France has allowed other states to take the lead in Somalia and Ethiopia.

Djibouti is taking France to the international court in the Hague in a bid to gain access to French files concerning the purported murder of French judge Bernard Borrel, whose charred body was discovered in 1995 in a ravine outside the Djiboutian capital, with a gunshot wound to the head. The French refusal to pass on the files and issuance of summonses against Djiboutian officials appears to indicate that French investigators put some stock in Borrel’s widow’s allegations of official Djiboutian complicity in her husband’s death.

"As the Borrel case will be [tried] it will destroy the relationship between the two countries," Charles opined.

Noting that French troops were reportedly being sent from Djibouti to a newly acquired base in Abu Dhabi, Charles said, "I think that France has taken the decision to leave Djibouti."

Counter-terrorism base

With Franco-Djiboutian ties possibly on the cusp of the largest shake-up since Djiboutian independence, the US appears poised to gradually replace Paris as the Guelleh government’s primary foreign ally and guarantor.

The US presence in the Horn region has been bolstered significantly since 2002, reversing the largely hands-off approach taken since involvement in the UN’s disastrous 1992-1995 UN Somali mission.

Djibouti has played a critical role, hosting a combined task force – a move that has led to the development of what the informed source characterized as "a special relationship with the US."

Djibouti City’s Camp Lemonier serves as the base for the US Combined Joint Task Force-Horn of Africa (CJTF-HOA). Most members of the 1,800-strong task force appears to be engaged in fairly mundane activities – improving military-to-military ties, training members of allied regional militaries and humanitarian projects. However, the CJTF-HOA mission was clearly defined by its first commander as combating "transnational terrorist groups posing an imminent threat."

There have been unconfirmed reports of special operations raids in neighboring Somalia which may have been launched from Djibouti airport or from the multinational taskforce patrolling the nearby Somali coast and adjacent shipping lanes.

The naval taskforce is largely engaged in protecting the sea-lanes off Djibouti which, with around 60 percent of the world’s maritime traffic, are inviting targets for Somali pirates, and in efforts to interdict the smuggling of Islamic militants and materiel.

The strategic importance of Djibouti to the US has grown in recent years with the establishment of close military-to-military ties with Ethiopia and the latter’s war with Eritrea and invasion of Somalia. The US alleges that Eritrea is providing significant backing to the Islamic Courts Union in Somalia.

As elsewhere in Africa and the Pacific the US and France are increasingly competing for influence in Djibouti with China.

China’s Assistant Foreign Minister Zhai Jun signed an economic and technological cooperation pact with Djiboutian Foreign Minister Mahamoud Ali Youssouf following talks in Djibouti City last month.

This competition for influence, alongside a shift in US priorities after 2001, has meant that there is little pressure on the Guelleh government to move forward with democratic reforms.

"I don’t think there is a very heavy, serious [US] push on reform. The emphasis on keeping the government happy and stable is paramount there for the US government," the informed source argued.

Regional ructions

Djibouti was the big winner in the 1998-2000 Ethiopian-Eritrean war becoming the only harbor for landlocked Ethiopia. The resultant exponential growth of throughput at Djibouti port, via the Addis-Adaba-Djibouti rail link, has become a mainstay of the economy.

However, the Guelleh administration has at times overplayed its hand through overcharging, and Ethiopia has begun to investigate the possibilities of using Berbera in Somaliland as an alternative port.

Chatham House’s Horn of Africa specialist Sarah Healy told ISN Security Watch: "With the fallout between Ethiopia and Eritrea, Djibouti is needed far more by Ethiopia than it was before. So it is in a fairly good position there but it has to be careful of the potential for destabilization to come from Eritrea."

Without seeking a mediating role, Guelleh has sought to maintain friendly relations with Asmara since the resumption of ties broken off during the 1998-2000 Ethiopian-Eritrean war, recognizing the power imbalance that exists between Eritrea and Djibouti.

Referring to Djiboutian-Eritrean relations Healy said, "I think it is a thinner relationship than the one with Ethiopia but it is just about okay. Eritrea doesn’t have good relations with any of its neighbors."

Djibouti has been largely insulated from the chaos in Somalia through the establishment of internationally-unrecognized Somaliland.

"I don’t think Djibouti is very directly affected by the instability in Mogadishu," Healy said. "I think that they could be affected by what goes on in Somaliland which […] is quite stable at the moment and it appears to have good relations with Ethiopia."

Despite this, problems are brewing. The UN recently enjoined the Guelleh government to protect a burgeoning tide of asylum seekers from Somalia who have crossed the Djiboutian border, seeking passage to Yemen.

The Ethiopian invasion of Somalia has also provoked significant criticism amongst ethnic Somalis in Djibouti.

With few natural resources, 60 percent unemployment and domestic consumption falling 35 percent from 1999-2006, Djibouti now relies strongly on its greatly expanded economic ties with Ethiopia, banking sector and income from foreign military bases.

The primary threat to long-term stability appears to lie in the failure of the Guelleh administration to promote public welfare. This provides the socio-economic basis for deleterious shifts in trade and international relations to promote unrest and radicalization.

ISN Security Watch contacted the Djiboutian embassy in Washington D.C. to seek a response to opposition and interviewee allegations. No reply had been received by press time.
———————————————-

Dr Dominic Moran, based in Tel Aviv, is ISN Security Watch’s senior correspondent in the Middle East and the Director of Operations of ISA Consulting.

14/02/08 (B434) Mariage d’Abdoulkader et de Fatouma : un événement international ! Soyez à l’écoute sur vos PC … vendredi à 14:00h GMT (15:00h Paris – 17:00 Djibouti) sur Paltalk.

Afin de partager ce moment exceptionnel avec les amis restés à l’étranger, les organisateurs du mariage de Abdoulkader Mohamed Ali Gadilleh et Fafy Wilo, ont organisé la retransmission en direct, via Paltalk, du kaqi ( musique ).

Sous la direction technique de Houmo, le kaqi sera retransmis le vendredi 15 Février 2008, à partir de 17H00 Djibouti, soit 14H00 GMT (15:00 Paris).

Vous trouverez très facilement la salle à partir de laquelle vous assisterez en direct à cet évènement, dans les rooms « djiboutiennes ».

A vos PC !

14/02/08 (B434) Taux de participation aux dernières législatives. Chacun propose un chiffre différent, ce qui montre bien le désarroi du pouvoir et la magouille dénoncée avec force par l’opposition … (Info lecteur)

Rappel des communications sur le sujet. Les chiffres fluctuent plus ou moins. Le record revient à l’ADI, la source qui est toujours la plus optimiste et la plus désinformatrice …. !

09/02 ADI -> 80,3 %

09/02 RTD -> 72,61 %

11/02 Observateurs UA et ligue arabe -> 72,00 %

12/02 CENI -> 72,62 %

14/02/08 (B434) AFP / Affaire Borrel : Libération et Serge July obtiennent gain de cause. (Info lectrice)

STRASBOURG (Conseil Europe), 14 fév 2008 (AFP) — La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a jugé jeudi que la condamnation pour diffamation du journal Libération après un article sur la mort suspecte du juge Bernard Borrel à Djibouti a constitué une atteinte à la liberté d’expression.

Serge July, alors directeur de publication, avait porté plainte devant la CEDH à Strasbourg considérant que cette condamnation, intervenue en 2001, est une atteinte à la liberté d’expression.

En mars 2000 le quotidien avait publié un article reprenant les critiques de parties civiles envers les juges Marie-Paule Moracchini et Roger Le Loire instruisant l’affaire du juge retrouvé mort dans des circonstances suspectes en 1995 alors qu’il était en poste à Djibouti.

Les deux magistrats avaient attaqué en diffamation le journal pour avoir rapporté les critiques les accusant de « partialité » et de « lenteur » dans une instruction menée de manière « rocambolesque ». Ils avaient été dessaisis du dossier en juin 2000.

A l’unanimité, les juges de Strasbourg ont considéré jeudi que si la presse ne doit pas franchir certaines limites quant à la réputation et les droits d’autrui, « il lui incombe de communiquer des informations et des idées sur toutes les questions d’interêt général ».

« Les propos tenus lors de la conférence de presse concernaient une affaire au retentissement médiatique particulièrement important », selon les juges qui ne relèvent « pas d’animosité personnelle » dans l’article à l’encontre des deux magistrats.

Serge July avait été condamné le 14 novembre 2001 par la cour d’appel de Versailles à 1.524 euros d’amende et 1.524 euros de dommages-intérêts à payer à chacun des magistrats. La Cour de cassation avait rejeté en 2003 son pourvoi.

Le corps calciné du juge d’instruction français avait été retrouvé dans un ravin à Djibouti, où il travaillait dans le cadre de la coopération judiciaire bilatérale.

L’enquête djiboutienne a conclu au suicide. L’enquête française a privilégié dans un premier temps la thèse du suicide avant de retenir celle d’un assassinat après de nouvelles expertises.

La CEDH, dont le jugement est susceptible d’appel, a alloué 7.500 euros au requérant pour dommage matériel et 13.572 euros pour frais et dépens.

14/02/08 (B434) Bella Ciao / France condamnée à Strasbourg aujourd’hui – liberté d’expression

Communiqué numéro 106 du Greffier

14 février 2008 ARRÊT DE CHAMBRE JULY ET SARL LIBERATION c. FRANCE

La Cour européenne des droits de l’homme a communiqué aujourd’hui par écrit son arrêt de chambre (1) dans l’affaire July et Sarl Libération c. France (requête no 20893/03).

La Cour conclut, à l’unanimité, à la violation de l’article 10 (liberté d’expression) de la Convention européenne des droits de l’homme. En application de l’article 41 (satisfaction équitable) de la Convention, la Cour alloue aux requérants, conjointement, 7 500 euros (EUR) pour préjudice matériel et 13 572,80 EUR pour frais et dépens. Elle dit également que le constat d’une violation fournit en soi une satisfaction équitable suffisante pour le préjudice moral subi par July (L’arrêt n’existe qu’en français.)

1. Principaux faits

Le premier requérant, Serge July, né en 1942 et résidant à Paris, était le directeur de publication du quotidien français Libération. La seconde partie requérante, la SARL « Libération », est représentée par son gérant de l’époque, en la personne de July.

L’affaire concerne les griefs des requérants relatifs à leur condamnation pour diffamation en raison de la publication dans Libération, le 14 mars 2000, d’un article faisant état des propos tenus lors d’une conférence de presse portant sur l’affaire du juge Bernard Borrel. Ce magistrat français avait été retrouvé mort dans des circonstances suspectes en octobre 1995, alors qu’il était en poste à Djibouti. Les médias se firent largement l’écho de l’instruction pénale menée dans le cadre de l’affaire, laquelle fut dépaysée à Paris en 1997.

La conférence avait pour but de rendre publique une demande, formulée par Elisabeth Borrel – la veuve du défunt – et adressée au garde des Sceaux, de voir diligenter une enquête de l’inspection générale des services judiciaires à l’encontre des magistrats chargés de l’instruction pénale, les juges Roger Le Loire et Marie-Paule Moracchini. Au cours de la conférence, Borrel, ses avocats et certains magistrats, dont Dominique Matagrin, président de l’Association professionnelle des magistrats, et Anne Crenier, présidente du Syndicat de la magistrature, formulèrent un certain nombre d’interrogations et de critiques sur le déroulement de l’instruction.

Les juges d’instruction précités diligentèrent une procédure en diffamation contre les requérants le jour de la publication de l’article, qui était intitulé « Mort d’un juge : la veuve attaque juges et policiers » et signé par la journaliste Brigitte Vidal-Durand. Quatre passages étaient considérés comme étant diffamatoires :

« 1. Partialité. Elle ( Borrel) dénonce la partialité dont auraient fait preuve les juges.

2. L’instruction du dossier est menée de manière « rocambolesque » a accusé Dominique Matagrin

3. Tandis qu’Anne Crénier dénonçait « la multiplication d’anomalies »

4. Car ils [les juges d’instruction] ont été lents. »

Par un jugement du 13 mars 2001, le tribunal correctionnel relaxa les deux requérants. Seul le passage évoquant la « partialité dont auraient fait preuve les juges » fut jugé diffamatoire. Le tribunal fit toutefois bénéficier les intéressés de l’excuse de bonne foi, estimant que le journal, en rendant compte de la mise en cause de l’instruction, n’avait fait qu’exercer sa mission d’information du public.

Sur l’appel des requérants, la cour d’appel de Versailles, par un arrêt du 14 novembre 2001, infirma partiellement le jugement de relaxe en retenant comme diffamatoire, outre l’allégation de partialité des juges, l’imputation selon laquelle « l’instruction du dossier Borrel a été menée de manière rocambolesque ». Elle estima que ces passages portaient atteinte à l’honneur et à la considération des deux juges d’instruction. Les juges d’appel ne firent cependant pas bénéficier les intéressés de l’excuse de bonne foi, estimant que la journaliste n’avait pas voulu « traiter le sujet dans le cadre d’une interview » et faisant observer qu’elle avait choisi une « voie médiane » par souci de facilité et qu’elle aurait dû « préciser qu’elle se réservait d’offrir une tribune aux mis en cause ».

En conséquence, le premier requérant fut déclaré coupable pour diffamation publique envers des fonctionnaires et la seconde requérante civilement responsable. Serge July fut condamné à payer 10 000 francs français (FRF) d’amende délictuelle (1500 EUR environ), la même somme pour dommages-intérêts à chacune des parties civiles, et à insérer dans Libération et dans un autre quotidien national un encart contenant les principales dispositions de l’arrêt, sans que le coût de cette insertion puisse excéder la somme de 15 000 FRF (2 286 EUR environ). La cour d’appel condamna en outre conjointement et solidairement les requérants à verser aux parties civiles 20 000 FRF (3 000 EUR environ) au titre des frais non payés par l’Etat.

Les requérants se pourvurent en cassation sur le fondement, notamment, de l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme. Par un arrêt du 14 janvier 2003, la cour de cassation, estimant notamment que les requérants avaient manqué de manière flagrante à leurs devoirs de prudence et d’objectivité, rejeta le pourvoi.

2. Procédure et composition de la Cour

La requête a été introduite devant la Cour européenne des droits de l’homme le 26 juin 2003.

L’arrêt a été rendu par une chambre de sept juges composée de : Boštjan Zupančič (Slovène), président, Corneliu Bîrsan (Roumain), Jean-Paul Costa (Français), Alvina Gyulumyan (Arménienne), David Thór Björgvinsson (Islandais), Ineta Ziemele (Lettonne), Isabelle Berro-Lefèvre (Monégasque), juges, ainsi que de Santiago Quesada, greffier de section.

3. Résumé de l’arrêt (2)

Griefs

Invoquant notamment l’article 10, les requérants se plaignaient de leur condamnation pour diffamation.

Décision de la Cour

Article 10

La Cour estime que la condamnation des requérants s’analyse en une ingérence dans leur droit à la liberté d’expression, ingérence qui était prévue par la loi française et avait pour buts légitimes la protection de la réputation des juges d’instruction en cause et la garantie de l’autorité et de l’impartialité du pouvoir judiciaire.

Sur le point de savoir si une telle ingérence était « nécessaire dans une société démocratique », la Cour rappelle tout d’abord le rôle essentiel de « chien de garde » que joue la presse dans une société démocratique. Si la presse ne doit pas franchir certaines limites, il lui incombe de communiquer, dans le respect de ses devoirs et responsabilités, des informations et des idées sur toutes les questions d’intérêt général, y compris celles concernant le fonctionnement de la justice.

Dans la présente affaire, la Cour n’est pas convaincue par les motifs retenus par la cour d’appel de Versailles. Elle observe que l’article litigieux constituait un compte rendu d’une conférence de presse tenue dans une affaire déjà connue du public, et souligne qu’il n’appartient pas aux juridictions nationales de se substituer à la presse pour dire quelle technique de compte rendu les journalistes doivent adopter pour faire passer l’information.

La Cour constate également que l’article emploie le conditionnel à bon escient, et use à plusieurs reprises des guillemets à fin d’éviter toute confusion dans l’esprit du public entre les auteurs des propos tenus et l’analyse du journal. Les noms des intervenants ont également été cités à chaque fois à l’intention des lecteurs, de sorte qu’il ne saurait être soutenu, comme le fait la cour d’appel, que certains passages pouvaient être imputables à la journaliste, et donc aux requérants. S’agissant du motif invoqué par la cour d’appel relatif à l’utilisation du qualificatif « rocambolesque », la Cour observe que cet adjectif, certes peu élogieux, était prêté par l’article à l’un des participants à la conférence de presse, et n’a pas été assumé personnellement par la journaliste. En outre, l’article ne révèle pas d’animosité personnelle à l’égard des magistrats en cause, comme l’ont reconnu les juridictions du fond.

Rappelant que les limites de la critique admissible sont plus larges pour des fonctionnaires agissant dans l’exercice de leurs fonctions officielles, la Cour dit également que les motifs retenus par la Cour de cassation pour rejeter le pourvoi des requérants ne sont ni pertinents, ni suffisants, dans la mesure où les personnes en cause, toutes deux fonctionnaires appartenant aux « institutions fondamentales de l’Etat », pouvaient faire, en tant que tels, l’objet de critiques personnelles dans des limites « admissibles », et non pas uniquement de façon théorique et générale.

En tout état de cause, la Cour estime que les requérants, en publiant l’article, n’ont même pas eu recours à une dose d’exagération ou de provocation pourtant permise dans le cadre de l’exercice de la liberté journalistique. Elle ne voit pas dans les termes litigieux une expression « manifestement outrageante » envers les deux juges en cause et estime que les motifs retenus pour conclure à l’absence de bonne foi se concilient mal avec les principes relatifs au droit à la liberté d’expression et au rôle de « chien de garde » assumé par la presse.

La Cour conclut que la condamnation des requérants ne saurait passer pour proportionnée aux buts poursuivis et n’était pas « nécessaire dans une société démocratique », en violation de l’article 10.

14/02/08 (B434) Faire-part de mariage d’Abdoulkader et Fatouma, qui nous est adressé par la communauté djiboutienne en Europe

Faire-Part du mariage

La famille Gadilleh et la famille Wilo,
sont heureux de vous faire part du mariage de leurs enfants
Abdoulkader et Fatouma, alias Fafy.

La cérémonie du mariage aura lieu jeudi 14 Février 2008 au bord de la piscine du Sheraton Hotel de Djibouti à partir de 20H00, en présence des membres des deux familles, des amis, des proches et un parterre d’invités.

La diaspora djiboutienne en Europe, s’associe – à distence – à la fête et adresse ses très chaleureuses félicitations aux jeunes mariés