Articles

25/02/08 (B436) 20 MINUTES : DJIBOUTI/ Signature d’un accord pour la construction du plus imposant pont du monde. (Info lecteur)

Le chef de l’Etat, M.Ismail Omar Guelleh, a reçu dimanche le PDG de la société d’investissement Middle East Development Corporation, cheikh Tarek Mohamed Ben Laden, principal promoteur du projet pharaonique de construction du pont reliant Djibouti et le Yémen.

L’homme d’affaires saoudien, à la tête d’une importante délégation, et le dirigeant djiboutien ont, au cours de cette rencontre, paraphé un mémorandum d’accord initial pour la construction du plus imposant pont du monde et d’une cité économique dans la région du Bab el-Mandeb.

A l’issue de la signature du projet, le PDG de la société d’investissement Middle East Development Corporation a convié le dirigeant djiboutien et plusieurs de son gouvernement à une séance de projection sur les différentes étapes de cet ouvrage futuriste dont la valeur est estimée à plus de 70 milliards de dollars américains.

Selon les explications de Tarek Mohamed Ben Laden, le pont djibouto-yéménite qui sera long de 28,5 km « servira de trait d’union entre l’Afrique et le Moyen-Orient ».

La première phase de ce projet consisterait à « construire un pont de 3,5 km jusqu’à l’île yéménite de Perim et un autre de 4 km jusqu’à Bab-el-Mandeb (les portes de l’enfer), le détroit séparant Djibouti du Yémen.

Quant à la seconde phase, elle portera sur « l’édification d’un pont de 21,5 km jusqu’à Djibouti (dont 13 km en suspension et 8 km posés sur des pylônes enfoncés en mer) ».

Pour Tarek Ben Laden, « ce projet est complémentaire à celui du port de Doraleh ». A la question de savoir si l’activité sismique, très élevé dans la région, n’était pas une menace pour le projet, le richissime promoteur saoudien a répondu qu’ »au Japon, il y a longtemps que la question ne se pose plus », ajoutant que « la construction des différentes infrastructures obéira aux normes anti-sismiques ».

« D’une superficie de 600 km2, une nouvelle cité baptisée « Madina al Noor » (ville lumière) sera également érigée au nord de Djibouti, en face du détroit de Bab-el-Mandeb », a-t-il dit.

Outre la mise en place d’une série d’infrastructures touristique, industrielle et économique, cette cité servira notamment de zone franche et d’une zone d’activités « offshore » pour tous les types d’échanges commerciaux possibles entre les continents africain et asiatique.

L’homme d’affaires saoudien a, par ailleurs, indiqué que sa société procédera à une présentation exhaustive du plan de ce colossal projet « dans un mois », avant de préciser que la construction de cette nouvelle cité « débutera au cours de l’année 2008 ».

Ce dernier a enfin souligné que le projet d’édification de la cité « Madina al Noor » prévoit des débouchés d’emplois pour 100.000 personnes.

Basée à Dubaï, la société d’investissement Middle East Development Corporation a, dans le cadre de ce projet, confié les travaux liés à la planification, la construction et la gestion du pont reliant Djibouti et le Yémen à une société américaine installée en Californie.

25/02/08 (B436) 20 MINUTES Rien que le Chaos en Somalie.

Après la mort de quatre soldats des forces armées éthiopiennes déployées en Somalie, tuées samedi après que leur camion citerne est tombé dans une embuscade tendue par des rebelles, la tension monte d’un cran à Addis Abeba où certains partis politiques opposés à l’envoie de l’armée Ethiopienne en Somalie dénonce le pouvoir éthiopien.

« La Somalie est en proie à une violence incertaine et la politique suspecte de l’Ethiopie de s’embourber dans une guerre qui n’est pas la siennne est à la fois gênante pour les éthiopiens qui se déclarent dépassés par la politique du premier ministre Meles ZENAOUI » a dénoncé un éthiopien qui veut garder l’anonymat.

D’autant plus qu’il faut souligner que la rélation entre le gouvernement Ethiopien et les autorités somaliennes n’est plus la même depuis que le Général Gabre Heard, commandant des forces d’occupation éthiopiennes en Somalie a piqué une colère contre le Président Somalien du GNT ( Gouvernement National de Transition) et l’a giflé par deux fois, affirmant qu’il souhaiterait le tuer.

La violence à Mogadiscio ne cessent de s’amplifier et la guérilla gagne du terrain en mettant en danger toute vie humaine. Notons que l’Ethiopie avait envoyé en décembre 2006 son armée en Somalie pour chasser du pouvoir l’Union des Tribunaux Islamiques. Elle attend toujours le déploiement de la force de l’Union africaine pour retirer ses troupes du pays.

La Somalie, en proie à une guerre civile depuis plus de 16 ans, ne croit plus aux fausses promesses de la communauté internationale et cherche d’autres issues pour sortir du chaos.

25/02/08 (B436) AFP : Somalie : les islamistes prennent le contrôle d’une localité dans le sud

MOGADISCIO (AFP) — Les islamistes insurgés somaliens ont pris le contrôle dimanche matin d’une localité située à environ 300 kilomètres à l’ouest de Mogadiscio, après de brefs combats avec les forces somaliennes, a-t-on appris de source officielle et auprès de témoins.

Plusieurs résidents de Dinsor ont rapporté à l’AFP que des combattants islamistes puissamment armés avaient chassé les forces somaliennes et pris le contrôle de la zone.

« Des échanges de tirs violents nous ont réveillés ce matin et quelques minutes plus tard, j’ai vu les combattants islamistes prendre la ville. Ils chantaient +Allah Akbar+ » (« Dieu est grand »), a rapporté à l’AFP un chef coutumier de la ville, Hasan Ibrahim Yarow, joint au téléphone.

« J’ai vu quatre véhicules armés des forces de sécurité somaliennes pris par les combattants islamistes. Ils les conduisaient dans les rues après avoir défait les forces somaliennes », a témoigné un autre habitant de Dinsor, Abdifatah Sufi.

Un responsable sécuritaire du gouvernement somalien dans la région a confirmé que Dinsor était tombée.

« Nous avons l’information selon laquelle les combattants des anciens tribunaux islamiques ont pris le contrôle de Dinsor tôt ce matin mais nous n’avons pas le bilan des (éventuelles) victimes », a expliqué à l’AFP Saleban Jiis.

Les tribunaux islamiques ont contrôlé pendant six mois la majeure partie du centre et du sud somaliens, dont la capitale Mogadiscio, avant d’être mis en déroute fin 2006-début 2007 par l’armée éthiopienne, intervenue en Somalie pour soutenir le gouvernement de transition.

Depuis, l’insurrection somalienne, emmenée par des islamistes, mène une lutte de type guérilla, multipliant les attaques à Mogadiscio notamment contre les troupes éthiopiennes, somaliennes et celles de la mission de l’Union africaine (Amisom).

25/02/08 (B436) APA (Dakar) Le PDG de Middle East Developpment Corporation, le cheikh Tarek Mohamed Binladen est arrivé ce dimanche matin à Djibouti à bord de son jet privé.

Le richissime homme d’affaires saoudien (demi frère d’Oussama Ben Laden ) est l’initiateur et le promoteur d’un projet titanesque : la construction d’un pont au dessus de la Mer Rouge reliant Djibouti au Yemen.Outre ce projet de très grande envergure , il y a la construction de deux villes futuristes baptisée Madinat Al Noor, les villes lumières, de part et d’autre de la Mer Rouge du côté djiboutien ainsi que du côté Yéménite.

Le financement de l’ensemble des ces projets titanesques sont estimés à plus de 70 millions de dollars américains.

Le Cheikh Tarek Mohamed Binladen s’est entretenu avec le président de la République de Djibouti, M. Ismail Omar Guelleh. A l’issue de cette entrevue un accord a été signé entre la société Middle East Developpement Corporation et la République de Djibouti.

24/02/08 (B436) 23/02/2008 – Le Président Guelleh reçoit un émissaire du chef de l’Etat français, M.Nicolas Sarkozy (ADI – Info lecteur)

Le chef de l’Etat, M.Ismail Omar Guelleh, a reçu aujourd’hui au palais présidentiel, M.Phlippe Selz, porteur d’un message écrit du dirigeant français à son homologue djiboutien.

« Je suis venu remettre au chef de l’Etat djiboutien un message d’amitié et de fraternité du Président français, M.Nicolas Sarkozy », a-t-il indiqué à la presse à sa sortie d’audience.

L’envoyé spécial français a, par ailleurs, déclaré qu’il avait discuté avec le Président Guelleh des voies et moyens d’approfondir davantage le partenariat de coopération privilégié et séculaire entre les deux pays.

Rappelons que M.Philippe Selz, lauréat de la faculté de droit et des sciences économiques de l’université de Paris, avait occupé le poste d’ambassadeur de France à Djibouti de 2004 à 2005, en remplacement de M.Patrick Roussel.

Au terme de sa mission diplomatique à Djibouti, M.Selz avait été élevé en juillet 2005 au rang de Commandeur de l’Ordre national du 27 juin par le Premier ministre, M.Dileita Mohamed Dileita.

23/02/08 (B436) Brosses à Reluire : publication du nouvel organigramme entériné lors de la dernière Assemblée générale.

A la demande de plusieurs lecteurs, nous publions l’organigramme officiel de l’Ordre des Brosses à Reluire. Il nous a été communiqué directement par la Grande Chancellerie de l’ordre prestigieux et il a été approuvé par RPP (Reine Paulette de Pacotille).

23/02/08 (B436) Ethiopian Review: Le Général Gabre Heard, commandant des forces d’occupation éthiopiennes en Somalie (Woyanne) a piqué une colère contre le Président Somalien du GNI et l’a giflé par deux fois, affirmant qu’il souhaiterait le tuer. Motif : Le Président Yussuf aurait reproché aux forces éthiopiennes de désobéir à ses instructions. Des rumeurs sur une possible divergence entre les troupes d’occupation éthiopiennes et la force de Paix de l’UA. Woyanne general slaps Somali President twice on the face (En Anglais – Info lecteur)

Woyanne general slaps Somali President twice on the face

(Press TV) – General Gabre Heard, who is in charge of Woyanne occupation forces in Somalia, has slapped Somalia’s interim President Abdullahi Yusuf Ahmed twice on the face, officials say.

The row between President Yusuf Ahmed and Gen. Gabre started after the president accused the army general of disobeying the orders given by the Somali government, a Somali official, speaking on condition of anonymity, told the Press TV correspondent in Mogadishu.

Irked by the Somali President’s remarks, who accused the Ethiopian Woyanne troops of firing artillery at the Presidential Palace and the government bases, the army general slapped the Somali president on the face.

The angry general then swore that he would kill the president and left the room.

Following the quarrel, the president called AMISON peace keeping troops for security.

There is speculation that a conflict could arise between the African Union Mission in Somalia (AMISON) and Ethiopian Woyanne troops.

Gen. Gabre has his supporters in the government, including Mogadishu Mayor Mohamed Omar Habeeb and head of the security agency Mohamed Warsamme Darwiish.

23/02/08 (B436) Garowe on line : Après que le Général Gabre Heard (Forces d’occupation Woyanne) ait giflé cette semaine, par deux fois, le Président du Gouvernement somalien par intérim, Meles Zenaoui convoque, à la surprise général, l’ancien Premier ministre somalien Ali Mohamed Gedi, qui avait démissionné. Woyanne summoned former Somali PM to Addis Ababa (Info lecteur -En anglais)

After a Woyanne general bitch slaps the Somali president twice in the face this week, Meles has summoned former Somali prime minister to Addis Ababa for talks. Can it get any more bizarre?

(Garowe Online) – The former Prime Minister of Somalia’s transitional government, Prof. Ali Mohamed Gedi, flew unexpectedly to the Ethiopian capital Wednesday amid much speculation.

Gedi, who was fired earlier this year by President Abdullahi Yusuf, retained his position as Somali legislator after resigning from the Prime Minister’s office last October and maintains close relations with Ethiopian Woyanne government leaders, including Prime Minister Meles Zenawi.

A reliable source in Nairobi, Kenya, where Gedi is now based told Garowe Online that he will return to Nairobi after discussions with Ethiopian Woyanne officials.

It was not clear who accompanied the former Prime Minister on this surprise trip to Addis Ababa or the real purpose of the trip, but much speculation has been associated with the visit in the Somali press.

Some reports said the Ethiopian government Woyanne is grooming Gedi to become Somalia’s next president, following general elections next year when the interim government’s mandate expires.

Other reports said Gedi went to Addis Ababa for personal reasons.

Last month, Gedi told reporters in Nairobi that he plans to run for Somali president in the upcoming 2009 general elections.

Gedi resigned after feuding with President Abdullahi Yusuf over the management of government finances and policies.

Earlier this month, UK-based The Independent newspaper reported that former Premier Gedi bought a house in the United States and had negotiated a teaching position.