Articles

01/01/2015 (Brève 444) 1/01/2015 Bonne année à toutes et à tous

En ce premier jour de 2015, l’équipe de l’ARDHD adresse ses meilleurs voeux à tous les internautes et en particulier à tous les Djiboutiens.

Elle a une pensée spéciale pour toutes les Djiboutiennes et les Djiboutiens qui souffrent au pays et surtout ceux qui ont du se réfugier en Ethiopie, pour fuir le régime dictatorial et féroce de Guelleh. Elle espère que le UNHCR reconnaîtra enfin leur statut de réfugié et leur droit à être proposé à la réinstallation dans des pays d’accueil.

Enfin, même si elle a un sentiment très réservé, elle espère que les accords signés récemment à Djibouti puissent permettre une évolution de la situation démocratique : nous devrions pouvoir le vérifier dans les prochains mois.

Bonne année à toutes et à tous.

 

25/04/08 (B444-B) A lire sur LOI cette semaine ….

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN – 26/04/2008
DJIBOUTI – Le climat d’affaires vu de Washington
Un récent document intitulé "Doing Business in Djibouti : 2008 Country Commercial Guide for US Companies" et émanant du ministère américain du commerce consacre un bon paragraphe au problème de la corruption dans ce pays. (…)

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN – 26/04/2008
ETHIOPIE
La chasse aux rebelles de l’ONLF

Le gouvernement éthiopien compte sur le Somaliland et le Puntland pour l’aider à combattre les rebelles de l’ONLF.

25/04/08 (B444-B) AFP / Le Gouvernement érythréen se dit « estomaqué et il dément toute incursion de ses forces armées sur le territoire djiboutien. Eritrea Government « Baffled » At Djibouti Incursion Charge (En Français et en Anglais – Info lecteur)

____________________________________ Français


Roger Piconpour l’ARDHD
L’Erythrée assure ne pas avoir de revendications territoriales à Djibouti

NAIROBI (AFP) – vendredi 25 avril 2008 – 13h46 – L’Erythrée a assuré vendredi ne pas avoir de revendications territoriales sur son voisin djiboutien et évoqué des « problèmes de communication » à propos de l’incursion récente de militaires érythréens sur le sol djiboutien.

Le gouvernement érythréen « est estomaqué par les accusations de Djibouti. Nous avons préféré ne pas faire prématurément de déclaration publique pour ne pas aggraver une tension fabriquée pour des raisons qui ne sont pas claires pour nous », a déclaré à l’AFP sous couvert d’aonymat un proche du président érythréen, Issayas Afeworki.

« Nous leur avons expliqué que nous n’avions aucune revendication territoriale sur le territoire de Djibouti; la frontière est claire et sans ambiguité », a précisé ce responsable.

Lundi, un responsable gouvernemental djiboutien avait rapporté, sous couvert de l’anonymat, une incursion récente de l’armée érythréenne sur plusieurs centaines de mètres au delà de la frontière et la construction de tranchées en territoire djiboutien.

Le ministre des Affaires étrangères a confirmé mardi ce « différend frontalier », tout en minimisant l’incident qu’il a qualifié de « turbulence passagère » entre Djibouti et l’Erythrée.

Le chef de l’Etat djiboutien Ismaël Omar Guelleh s’est rendu mardi à Ras Doumeira, dans la zone frontalière.

La République de Djibouti et l’Erythrée se sont opposées à deux reprises en 1996 et 1999 pour cette zone située aux portes de la mer Rouge.

_____________________________ En Anglais

NAIROBI (AFP)–Eritrea Friday denied accusations its troops had crossed the border into neighboring Djibouti and begun building defenses.

« We are baffled by the accusations from Djibouti, » an official close to Eritrean president told AFP.

« We have no claims on Djibouti territory, » the official said. « The border is clear and does not have any ambiguity and we have not occupied even one inch of Djibouti territory. »

A Djibouti official Monday said Eritrean forces had began digging trenches on both sides of the border, with the Eritreans infringing several hundred meters on to Djiboutian territory.

Djibouti and Eritrea have clashed twice over the border area situated at the southern end of Red Sea. In April 1996 they almost went to war after a Djibouti official accused Asmara of shelling the town of Ras Doumeira.

In 1999 Eritrea accused Djibouti of siding with Asmara’s arch-foe Ethiopia while Djibouti alleged its neighbor was supporting Djiboutian rebels and had designs on the Ras Doumeira region, which Eritrea denied.

25/04/08 (B444-B) ALL Africa avec ONU / Les dernières journées de violence en Somalie ont fait partir plusieurs milliers de civils. Somalia: Renewed Violence Drives Thousands Out of Capital – UN (En Anglais – Info lecteur)

UN News Service (New York)

25 April 2008

Some 7,000 people have fled the Somali capital Mogadishu after a new round of fighting this week that killed a significant number of civilians and reportedly wounded 200 people, including women and children, the United Nations refugee agency announced today.

"The exodus from the war-ravaged city further aggravates the situation in a country where over 1 million people are already internally displaced," Ron Redmond, spokesperson for the UN High Commissioner for Refugees (UNHCR), told reporters in Geneva, adding that some 700,000 left Mogadishu last year alone. "The latest violence also prevents the internally displaced living in areas surrounding the city from returning to their homes.

He pointed out that international aid agencies, including UNHCR, are impeded from providing affected populations with the protection and assistance they need. Furthermore, aid workers encounter problems at checkpoints, including demands for money in exchange for passage.

Ethiopian-backed Transitional Federal Government (TFG) forces fought with insurgents, and according to eyewitness reports, over 1,000 families fled their homes in two neighbourhoods north of Mogadishu following heavy shelling of residential areas.

"Scores of civilians have reportedly been killed or wounded over the past few days, among them worshippers brutally killed in a mosque, sparking fresh fears and renewed exodus of civilians from the city," Mr. Redmond observed.

Many of those who have left Mogadishu are seeking safety in the bush or on the road leading to Afgooye.

That town, which is 30 km west of the capital, is already sheltering over 250,000 internally displaced persons (IDPs), most of whom who escaped violence in Mogadishu last year.

UNHCR reported that since yesterday, the fighting has stopped in Mogadishu, but people continue to leave the city, though the numbers are falling.

As soon as the security situation allows, the agency will distribute non-food items – including sleeping mats, blankets, jerry cans and plastic sheets – to settlements for up to 14,000 families, or 84,000 people, along the road between Mogadishu and Afgooye.

Earlier this week, an independent UN human rights expert condemned the killing of civilians in Somalia, including a number of religious leaders, and called for an immediate end to the violence that has flared up in recent weeks in the Horn of Africa nation.

In a statement, Ghanim Alnajjar, the Independent Expert on the situation of human rights in Somalia, condemned in particular the alleged deliberate killing of numerous clerics belonging to "Altabligh Group" at the Al-Hidaya Compound/Mosque.

"The killings have to be investigated expeditiously and impartially, and any lasting peace in Somalia must be based on justice, truth and accountability," he stated.

25/04/08 (B444-B) Fin des calamités ? La réunion d’hier matin le 24 avril 2008 s’est bien passée entre les Erythréens et les Djiboutiens. (Correspondant de guerre)


Roger Picon

Provisoirement, les troupes vont se retirer de part et d’autres de leurs frontières.

Le rocher de Ras-Doumeïra est Territoire neutre.

Le no man’s land s’est élargi, avec des possibilités de continuer les travaux de génies pour la sécurité des deux frontières ?

Une seule décision a été prise : celle d’attendre … la décision finale des deux Chefs d’Etats qui vont se voir pour décider en cachette, les termes de l’accord qui leur conviendra personnellement le mieux..

Mais quand et comment ?

Actuellement, les renforts se musclent du côté Djiboutien, tandis que les Erythréens restent discrets.

Mercredi 23 avril au soir : 250 policiers et les tireurs d’élites ont pris le large vers la frontière.

Jeudi soir c’est : au tour des gendarmes de prendre le cap.

Seule la Garde Républicaine est chargée de protéger Haramous.

Ils ont une sacrée veine. Non seulement ils ont un salaire de béton, mais ils peuvent jouer au tennis avec leurs enfants.

Depuis hier matin les mamans des autres militaires sur le terrain pleurent car il semblerait que des affrontements ont lieu entre militaires Djiboutiens.

D’une pierre deux coup. Un tel déploiement des troupes sans coup de feu à balles réelles n’aurait pas de justification. Donc on tire à balles réelles sur les bords ..

Les démobilisés qui sont en « mutineries passives » depuis le mois de janvier 2008 et qui attendent pacifiquement une augmentation de salaires, constituent une cible idéale, pour l’entraînement des mobilisés ….

On n’a pas jusqu’à présent le nombre de blessés, encore moins le nombre de morts.

Espérons qu’un bon nombre de militaires opteront pour « l’indiscipline citoyenne ».

Tuer un soldat parce qu’il réclame un simple alignement des salaires, c’est grave et dangereux.

Dans tous les cas, les jours d’IOG sont comptés.

Iltireh Ougoureh Gueldon
Votre correspondant sur le front

25/04/08 (B444-B) Portail des Sous-Marins / La France autorise l’Espagne à utiliser sa base de Djibouti

La France a mis sa base militaire de Djibouti à la disposition de l’Espagne dans le cadre des tentatives de libération d’un thonier espagnol et de son équipage, a déclaré le ministre de la défense Hervé Morin.

"Les Espagnols nous ont demandé la possibilité d’utiliser nos bases en Afrique comme plateformes de soutien pour lancer leurs opérations," a déclaré mardi à la presse le ministre, lors d’une visite sur la base aérienne 106 à Bordeaux.

"Evidemment, nous avons donné notre accord, sous réserve de la décision des autorités de Djibouti, pour que notre base (dans ce pays) puisse servir comme base de soutien," a indiqué le ministre de la défense.

Lorsqu’on lui a demandé des précisions, l’état-major des armées a seulement évoqué un mécanisme pour "échanger des informations avec les Espagnols et fournir un soutien logisitique utilisant les ressources disponibles sur place", refusant de donner d’autres précisions.

Lundi, le gouvernement espagnol avait demandé le soutien de la France, de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis, 3 pays disposant d’une présence militaire significative en océan Indien, pour aider à obtenir la libération des 26 membres d’équipage d’un thonier espagnol, qui a été pris en otage dimanche par un groupe de pirates pendant qu’il pêchait au large de la Somalie.

La base de Djibouti est la plus grande base permanente des armées français à l’étranger, avec plus de 2.850 militaires, des hélicoptères, des chasseurs et des navires militaires, selon des sources militaires françaises.

25/04/08 (B444-B) Radio-Trottoir : Je vous confirme que l’information que vous avez donnée hier au sujet d’accrochages est partiellement exacte. (Lecteur)


Roger Picon
Hier jeudi, j’ai appris qu’il y avait eu des accrochages dans le Nord et que trois blessés avaient bien été évacués par hélicoptère.

A l’heure actuelle, nous ignorons le lieu exact où s’est produit cet accrochage et il y a un doute sur l’identification des forces. Certains pensent en effet, qu’il s’agirait d’un accrochage entre l’AND et le FRUD, d’autres affirment que ce serait plutôt entre AND et des mobilisés. Je n’ai pas encore la réponse.

Ce qui est certain, c’est que les épouses et les enfants des militaires sont très inquiets.

On espère pouvoir vous renseigner demain samedi, avec plus de précision.

Mais ce que l’on peut vous dire déjà avec certitude, c’est qu’IOG est
vraiment dans de sales draps, en ce moment et qu’il aura du mal à en sortir: Les casseroles s’accumulent dangereusement sur sa tête et certaines pourraient être de véritables bombes à retardement ….

D’ici à ce qu’il provoque un attentat en plein coeur de la ville ??? Pour détourner l’attention. Des prévisionnistes l’ont déjà intégré !!

25/04/08 (B444-B) Radio-Trottoir : l’équipe de Guelleh père rate la Coupe de Djibouti que Guelleh a du remettre, à contre coeur, à l’équipe Collas. Mais attention, car RPP n’a pas dit son dernier mot et elle pourrait constituer l’équipe du clan Haid, pour affronter Guelleh sur autre terrain. (Lecteur)

Cet après midi il y a eu un match du football a Djibouti entre l’équipe de Guelleh Battal ( le grand père d’ IOG ) et l’équipe de Collas pour gagner la coupe de Djibouti qui a remplacé celle du 27 juin.

L’ équipe de Collas a battu l’équipe de Guelleh Battal 2 a 1.

Guelleh présidait la finale !

Avec beaucoup de déception, qui se lisait sur son visage, il a été contraint de reconnaître la défaite familiale (cela il n’aime pas vraiment) et de remettre la coupe de Djibouti aux vainqueurs de l’équipe Collas.

On est inquiet :

– pour Collas : vont-ils perdre leurs plus gros marchés ou être sanctionnés par une série d’impayés …. ? ou même les deux !

– et surtout pour les joueurs de l’équipe Guelleh Batal, qui ont du se faire passer une avoinée de première dans les vestiaires. Vont-ils être convoqués chez Hassan Saïd pour les félicitations d’usage avec soins esthétiques garantis ?

Et surtout, on a remarqué la présence de tous les ministres et de tous les fonctionnaires, sauf … KABYO dont l’absence fut très remarquée. Est-ce un signe de grande colère, pour punir le pauvre IOG qui n’a pas encore réussi à constituer la nouvelle équipe aux couleurs du cland HAID (*). Cela pourrait certainement expliquer son refus de venir au stade … et pourtant, nombreux sont ceux qui pensent qu’elle se serait fortement réjouie de la défaite des Guelleh Batal … mais c’est une autre histoire !

Le match permettra-t-il de désigner le vainqueur entre Kabyo et Kabri et de nous faire savoir le nom de la prochaine candidate aux élections présidentielles ?

(*) On parle beaucoup de la volonté de RPP de créer une nouvelle équipe de Foot, qui jouerait sous les couleurs d’HAID pour affronter l’équipe de Guelleh Battal en finale et se faire de la publicité pas cher auprès des jeunes amateurs de Foot.

Elégante méthode pour régler les litiges familiaux ?