Articles

01/05/08 (B445) Le Monde avec AFP : L’Erythrée critiquée pour son attitude d’obstruction à la mission de l’ONU

Le Conseil de sécurité a vivement critiqué l’Erythrée mercredi, pour son attitude persistante "d’obstruction" qui a rendu inopérante la force de l’ONU chargée de surveiller la frontière entre ce pays et l’Ethiopie.

Répartie des deux côtés de la frontière, cette force, la Minuee, a été contrainte de quitter, au moins temporairement, le territoire érythréen à cause de multiples tracasseries que lui a imposées le gouvernement d’Asmara, parmi lesquelles des restrictions à ses approvisionnements en carburant.

Les quinze membres du Conseil ont adopté à l’unanimité une déclaration, réaffirmant que "les deux parties ont la responsabilité première de la recherche d’un règlement total et durable de leur querelle frontalière et de la normalisation de leurs relations".

La déclaration condamne les "obstructions" d’Asmara, qui ont atteint un niveau tel que "la mission s’est trouvée dans l’impossibilité de remplir son mandat et contrainte de se redéployer temporairement".

Elle appelle les deux voisins de la Corne de l’Afrique à "faire preuve du maximum de retenue et à s’abstenir de toute menace ou de tout usage de la force l’un contre l’autre".

Elle appelle également l’Erythrée et l’Ethiopie à s’attacher immédiatement à "résoudre les questions pendantes, conformément aux engagements pris aux termes de l’accord d’Alger".

La pénurie de carburant imposée par Asmara paralysait les moyens de la Minuee, aériens notamment, et l’empêchait d’accomplir son mandat, qui consiste à surveiller la frontière litigieuse avec l’Ethiopie, où se font face 200.000 soldats des deux pays.

La Minuee, créée en 2000, comptait un peu plus de 2.000 personnels, dont environ 1.200 étaient basés en Erythrée avant leur évacuation.

Dans un rapport le 11 avril, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a proposé plusieurs options, incluant une dissolution pure et simple, pour tenter de sortir la Minuee de l’impasse.

Le retrait éventuel de la Minuee fait craindre un nouveau conflit entre l’Erythrée et l’Ethiopie, qu’une guerre frontalière a opposées de 1988 à 2000, faisant au moins 80.000 morts, et dont les relations sont très tendues.

Aux termes de l’accord d’Alger de 2000 qui avait mis fin à la guerre, les deux pays s’étaient engagés à accepter le tracé de la frontière qu’établirait une commission indépendante. Celle-ci a remis son tracé mais l’Ethiopie refuse de l’appliquer, revendiquant la région de Badme attribuée par la commission à l’Erythrée.

Cette dernière reproche à l’ONU de prendre parti pour l’Ethiopie en ne la contraignant pas à appliquer l’accord d’Alger, d’où ses mesures de représailles contre la Minuee.

01/05/08 (B445) Radio-Trottoir. Le couple princier se moquerait-il du monde pour tenter de perdurer au pouvoir ? Attention (Avertissement d’un lecteur)

2011 ?

De qui I.O.G. se fout-il ?

Attention warya !

Aujourd’hui, il est devenu évident et incontestable, pour tous les Djiboutiens, que Bobard 1er et la 1ère dame (?) s’agitent en vain, pour tenter de perdurer au pouvoir. Ils ne savent plus quoi inventer pour gagner encore un peu de temps.

Mais ils savent que la fin est inéluctable et qu’elle sera tragique pour eux.

Leur dernière recette : créer, pratiquement de toutes pièces, un conflit invraissemblable avec
une puissance régionale voisine qui ne semble être animée d’aucune animosité
envers notre Pays et sa souveraineté.

Les rafles massives qui sont pratiquées au Nord comme dans l’Ouest du pays indiquent clairement la faiblesse de ceux qui voudraient continuer à conserver les commandes.

La Mobilisation générale des Forces armées du Pays n’a pour objet que de tenter d’effrayer une Communauté nationale qui a programmé la destruction de l’association de malfaiteurs (la nébuleuse comme le dit l’ARDHD) qui ravage le pays, son économie et ses richesses..

De sources militaires et policières fiables, j’ai maintenant acquis la conviction que
cette ultime tentative est vouée à l’échec.

Nous disons au couple : Tow anté ! Tow anté ! Tow anté, car c’est le dernier
avertissement !

A bientôt. ! Vous recevrez de nouvelles informations très prochainement.

HAMADA de Djibouti

01/05/08 (B445) REUTERS / Les insurgés somaliens visent le siège du Parlement à Baidoa – Somali insurgents target seat of parliament (En Anglais – Info lecteur)

By Mohamed Ahmed

BAIDOA, Somalia (Reuters) – Ethiopian troops backing Somalia’s government opened fire killing nine civilians on Wednesday, after being targeted by insurgents in the central town of Baidoa where parliament sits, residents said.

The shots were fired after Islamist-led insurgents detonated a landmine targeting an Ethiopian foot patrol. It was the second attack targeting the allied forces in a week, and exposed the interim government’s inability to secure law and order in even its biggest stronghold.

Lawmakers said the security risk posed by the al-Shabaab military wing of a sharia courts movement ousted at the end of 2006 had forced several of them to flee the trading outpost where parliament meets in a former grain storehouse.

"We cannot work under such circumstances. Our own safety is in jeopardy," said one legislator, who was too afraid to give his name. "Most of the neighbouring districts surrounding Baidoa have been taken over by al-Shabaab. Some lawmakers have fled."

Baidoa’s governor Abdifatah Mohamed Ibrahim said the attacks in Baidoa — seven this month — had seriously hampered security in the town despite the large presence of Ethiopian soldiers.

"We know those who are against our administration are behind these attacks," he told Reuters. "It is really distressing for civilians to have died."

The insurgents attacked hours before Prime Minister Nur Hassan Hussein flew in from Mogadishu for a meeting with legislators that was held under tight security.

"It’s getting worse, the whole country is under siege," said another lawmaker who fled to neighbouring Kenya.

Al-Shabaab, on a U.S. list of terrorist organisations, claimed responsibility for Wednesday’s attack on a website commonly used by militants in Somalia. It said five Ethiopian troops were killed in the attack and vowed to step up assaults against what it sees as an "occupation force".

Al-Shabaab also said its militants also executed a senior military official in Beletweyne, north of the capital on Wednesday, while two of their fighters died in the capital Mogadishu in battles with government forces.

"Whatever they (Ethiopians) do will not stop the holy jihad targeting God’s enemies," the website statement said.

Analysts say such attacks are aimed at instilling fear among lawmakers to stop them from carrying out their duties. They said the strategy is also to weaken government troops and their Ethiopian allies before a major attack anytime soon.

"The al-Shabaab is testing the Ethiopians," an analyst who did not want to be named told Reuters.

"They want to know how prepared the government and Ethiopian troops are before they launch a massive attack and seize the town for hours, kill those they want and take what they can."

Civilians have borne the brunt of the conflict, which a local rights group says killed 6,500 civilians in Somalia last year. Many fear being caught in between gunmen waging an Iraqi-style insurgency of assassinations and roadside bombings and retaliatory fire from the Somali-Ethiopian troops.

30/04/08 (B445) Guelleh s’est-il couché devant la France. Finalement la politique du Ventre l’a emporté sur celle de l’amour propre … (Lecteur)


Roger Picon
Je suis un lecteur fidèle et j’ai suivi avec attention les déclarations de Guelleh avant et après le procès de Versailles.

Un mois après le verdict, je constate qu’il n’a rien fait. Fini les discours menaçants contre la France, les grandes manifestations « spontanées » contre les Français.

Rupture des relations diplomatiques avec la France ? Rien, récemment on l’a vu souriant aux côtés du Ministre français de la défense …

Quand à ce que l’ARDHD a appelé la « Chasse aux Français ». Pas grand chose.

L’annonce de l’émission de 5 mandats d’arrêt, au sujet desquels, il n’y a aucune information, ce qui me laisse supposer qu’il s’agissait encore d’une annonce « bidon » de notre Roi du Bobard …

Bref, je crois bien que c’est la politique du ventre qui a gagné. Il a besoin d’argent et la France en a. Il a besoin de protection, non seulement contre l’Erythrée, mais aussi contre certains régiments de son armée : la France est équipée …

C’est bien triste pour notre amour propre. Quoi que dise Guelleh, il ne faut jamais le croire … Et nous sommes toujours sous domination française : avec ses avantages et ses inconvénients, mais rien ne change … 

Mais le problème, c’est qu’il sera bientôt le seul à pouvoir se nourrir au pays, si l’économie continue à se dégrader et les prix à augmenter

29/04/08 (B445) PRESS TV : Somalie : le leader Sheikh Sharif Sheikh Ahmed affirme que les Tribunaux islamiques controllent désormais 90 % du territoire somalien / ‘ICU controls 90% of South Somalia’ (En Anglais – Info lecteur)

The Islamic Courts Union (ICU) has captured ninety percent of south Somalia, a leader of the body, Sheikh Sharif Sheikh Ahmed says.

In an interview with Aljazeera TV on Monday, he said that the union has taken 90% of south Somalia under its control to date.

The comments are made as the southern parts of the country have been engulfed in flames of war and unrest.

On Monday, a clash erupted between two clans near port city of Kismayu, leaving 5 civilians dead and 13 others injured, a Press TV correspondent reported.

Also on the same day, 8 civilians and 4 government soldiers were killed as armed man attacked a government check point in northern Mogadishu’s Siinay district.

In another incident, Ethiopian soldiers were hit by land mine explosions in Baidoa in the country’s south-central region, 256 kilometers northwest of the capital, Mogadishu.

The explosions left several soldiers killed and injured but the number of casualties have not yet been known.

Seven civilians are reportedly killed as the soldiers opened fire after the explosions.

Until the end of 2006, the Islamic Courts Union controlled most of southern Somalia and the vast majority of its population, including most major cities such as Kismayo and Mogadishu.

The Somali government with the backing of Ethiopian troops helped drive the ICU from power in 2006.

30/04/08 (B445) Le Figaro avec AFP : Erythrée/Djibouti : la Ligue Arabe agit

La Ligue arabe a annoncé aujourd’hui que son organisme en charge du règlement des litiges allait examiner dimanche le contentieux frontalier entre l’Erythrée et Djibouti, à la demande des autorités djiboutiennes.

Le Conseil regroupe cinq pays membres: Arabie saoudite, Soudan, Algérie, Tunisie et Djibouti.

La tension entre l’Erythrée et Djibouti fait suite à une incursion, le 16 avril, de troupes érythréennes en territoire djiboutien, dans la région frontalière de Ras Doumeira.

Djibouti et l’Erythrée se sont opposés à deux reprises en 1996 et 1999 pour cette zone située aux portes de la mer Rouge.

29/04/08 (B445) Press TV : Une explosion au Sud de Mogadiscio tue trois militaires éthiopiens et en blesse une douzaine. Blast kills 3 Ethiopian soldiers

A Somali soldier stands among abandoned houses in Mogadishu.

A bomb explosion in the Siad Barre Military Academy south of Mogadishu has killed three Ethiopians and injured a dozen more.

Hundreds of Ethiopian soldiers were patrolling the area near the military academy when a remote controlled bomb detonated; killing 3 soldiers and injuring 20 more, Press TV correspondent in the Somali capital reports.

In a separate incident, a high-ranking Somali military official was gunned down in northern Mogadishu.

Over the past year, Mogadishu and its outlying outposts have been a scene of daily violence involving Ethiopian-backed Somali forces and the Islamic Courts Union forces.

According to the United Nations High Commissioner for Refugees, violence in Somalia has forced at least 15,000 people to flee to neighboring states since the start of the year.

30/04/08 (B445) Press TV : Après une explosion dans Baidoa qui les visait et qui a fait 10 morts dans leurs rangs, les soldats éthiopiens pris de panique, tuent 19 civils et en blessent 25 autres. Toujours en proie à la panique, ils imposent la fermeture des commerces. Ethiopian soldiers kill 19 after blast (En Anglais – Info lecteur)

Violence and bloodshed prevail in Somalia.

More than 10 Ethiopian soldiers have been killed by a bomb explosion in Somalia’s Baidoa city and 19 civilians have perished under gunfire.

Ethiopian soldiers opened fire on civilians after the fatal bomb attack on the Ethiopian convoy, killing 19 and wounding another 25 people, Press TV correspondent reports.

Now Ethiopian soldiers are forcing shops to close in the center of Baidoa city in south-central Somalia, arresting scores of civilians, inducing panic and confusion.